Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39RecensionsAntonio Real Botija, Hombres de a...

Recensions

Antonio Real Botija, Hombres de armas, letras y tratos. Los escribanos en la expansión imperial en las islas Filipinas (1568-1598), Valence, Albatros, 2020

Guillaume Gaudin

Texte intégral

1Certaines figures secondaires – disposant de peu de pouvoirs formels – revêtent une importance toute particulière dans les relations sociales et politiques tant elles sont omniprésentes et incontournables dans des sociétés données. Les escribanos de la Monarchie hispanique entrent dans cette catégorie. Il suffit de se référer à la définition d’escribano du Tesoro de la lengua castellana de Sebastián de Covarrubias, un des premiers dictionnaires castillans datant de 1611 :

  • 1 « Ay diferentes oficios de escribanos : reales, del numero, de provincia, de ayuntamiento, etc. En (...)

Il existe différents offices d’escribanos : royal, titulaire d’une juridiction, provincial, municipal, etc. Cette liste inclut les secrétaires des princes et des conseils, sauf qu'ils ont toujours été très estimés et tenus en haute estime, ayant été reconnus par leur plume, leur habileté et savoir-faire (...). Ce sont généralement des hommes de grande substance et de grand poids (…)1.

  • 2 Herzog Tamar, Mediación, archivos y ejercicio. Los escribanos de Quito (siglo XVII), Frankfurt am M (...)

2Dans le monde hispanique, l’escribano est tout à la fois un écrivain public, un notaire et un copiste dont la fonction principale est d’attester de l’authenticité des écritures et des témoignages. Depuis le xiiie siècle en Castille, les escribanos participent ainsi à une « révolution de la foi publique » qui consiste à imposer l’écrit – considéré comme sûr et immuable – aux pratiques jusque-là orales dans le domaine de la justice, des contrats, du patrimoine, etc2. Progressivement, ces actes de la vie quotidienne ont été couchés sur papier suivant des règles fixées par des professionnels, les escribanos.

3Le livre d’Antonio Real Botija, tiré d’une thèse de doctorat, étudie un groupe d’une vingtaine de ces escribanos dans le contexte particulier du début de la colonisation des Philippines à la fin du xvisiècle. Ici, ces acteurs du document sont, d’une part, des révélateurs de l’importance de l’écrit dans le processus de conquête et d’appropriation des territoires et de leurs habitants. D’autre part, ils donnent à voir les mécanismes du gouvernement à distance entre l’archipel asiatique, la vice-royauté de Mexico et le roi et son Conseil des Indes à Madrid. Le cœur de l’ouvrage porte en effet sur la « relation politique » des premiers escribanos avec la Couronne, c’est-à-dire le pouvoir central à la Cour du roi Prudent, Philippe II. Deux présupposés théoriques guident l’auteur, celui de la justice distributive qui maintient un lien entre roi et sujets par la faveur qui récompense le service rendu et celui d’une communication réciproque et imparfaite, le « signaling ». Ce dernier concept, tiré de l’économie, signifie qu’une décision est prise par un récepteur à partir de l’interprétation de l’information donnée par un émetteur.

4En embrassant les trente premières années de la colonisation des Philippines (1568-1598), Antonio Real Botija peut mesurer les évolutions de la nature et du rôle des escribanos. D’abord soldat qui met en avant ses états de services et garantie les justes titres de la conquête, l’escribano est à partir des années 1580 un marchand impliqué dans le juteux commerce du Galion de Manille. La vente des offices d’escribanos joue naturellement un rôle clé sur lequel revient précisément l’auteur : outil d’ascension sociale, la charge d’escribano permet l’accès aux affaires politiques de l’archipel qui inclut la fiscalité avec des compétences de perception de taxes et d’impôts.

5A. Real Botija a réalisé un travail extrêmement rigoureux et resserré autour de sources souvent ardues : les pétitions de privilèges, les relations de mérites et leur lot de témoignages. Cette recherche est de ce point de vue remarquable, puisqu’elle s’appuie sur des documents rédigés par les escribanos, lesquels sont l’objet de l’étude. Les papiers livrent autant d’informations dans leur contenu que dans leur forme. L’analyse des auteurs, des signataires, des destinataires, des personnes mentionnées permet en effet d’élucider l’univers social étriqué des premiers Hispaniques des Philippines. Le travail d’A. Real Botija est aussi exigeant pour les papiers produits à Madrid par les rapporteurs (relatores) du Conseil des Indes qui reçoivent et traitent les pétitions des escribanos des Philippines : la procédure des nominations, avec toutes ses souplesses, est clairement expliquée. L’auteur démontre en effet que la Couronne délègue aux autorités locales (les gouverneurs) le soin de choisir les personnes les plus aptes pour remplir les fonctions d’escribanos. Plus intéressant encore, Madrid penche pour la vente des offices, mais ne sait pas vraiment où va l’argent de cette vente, ni ne s’inquiète de l’absence de compétences des nouveaux escribanos. Aux Philippines, plus que du personnel compétent, la Couronne cherche des agents fiables qui s’engagent à résider sur place. Le travail d’A. Real Botija sur les escribanos souligne ainsi un grand problème de l’empire : l’absentéisme. La vente des offices, qui certes privatisait en partie les attributions souveraines, était aussi un moyen pour la Couronne d’affirmer sa présence sans engager ses finances.

6De toute cette casuistique dans la gestion du personnel se dégage l’impression d’une certaine harmonie, fruit d’ajustements permanents entre Manille et Madrid. Cet équilibre impérial, A. Real Botija ne manque pas de le discuter en conclusion : localement les escribanos cumulent leur charge avec celle d’encomendero, ce que la Couronne interdit pourtant ; de même, les liens entre les escribanos et les religieux restent dans l’ombre faute de sources. Dès lors, la politique impériale repose autant sur les grandes orientations fixées à Madrid que sur les choix et les intérêts des agents aux Philippines. Tout l’apport du livre réside dans la nécessaire mise au jour de l’articulation de ces logiques.

Haut de page

Notes

1 « Ay diferentes oficios de escribanos : reales, del numero, de provincia, de ayuntamiento, etc. En esta cuenta entran los secretarios de los príncipes y de los Consejos, salvo que siempre han sido estimados y tenidos en mucho, habiéndose valido por la pluma y por la habilidad y solercia (…). De ordinario son hombres de mucha sustancia y peso y llevan en peso de la máquina de infinitos negocios, que se puede dudar cuando tienen tiempo de comer y dormir, cuanto mas de recrearse ; y así con muy justa razón , los reyes y los príncipes les hacen mercedes ; y los honran, y de todos son respetados y servidos, especialmente que para semejantes oficios echan mano de personas aprobadas y conocidas, y de ordinario de hombres bien nacidos y nobles, por la gran confianza que dello se hace. » Covarrubias Sebastián de, Tesoro de la lengua castellana o española, Madrid, Luis Sánchez, 1611.

2 Herzog Tamar, Mediación, archivos y ejercicio. Los escribanos de Quito (siglo XVII), Frankfurt am Main, Klostermann, 1996, p. 3-8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « Antonio Real Botija, Hombres de armas, letras y tratos. Los escribanos en la expansión imperial en las islas Filipinas (1568-1598), Valence, Albatros, 2020 »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 31 janvier 2022, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/framespa/12709 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.12709

Haut de page

Auteur

Guillaume Gaudin

Maître de conférences en Histoire à l’Université de Toulouse, laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).
guillaume.gaudin@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search