Navigation – Plan du site
Dossier : Genre, crime et châtiment

Une maternité sous contrainte. Mères prisonnières dans les maisons centrales de femmes du Sud-ouest de la France au xixe siècle

Motherhood under Pressure. Mothers Incarcerated in the South-West of France during the 19th Century
Una maternidad bajo coacción. Madres presas en las centrales de mujeres del Suroeste de Francia en el siglo xix
Anna Le Pennec

Résumés

Existe-il une maternité plus incertaine que celle des prisonnières au xixe siècle ? Dans la machine carcérale que l’on voudrait bien huilée, le ventre des femmes sème le trouble en y introduisant des éléments perturbateurs. Des enfants naissent, grandissent en centrale, bien que les règlements s’y opposent. Une gestion contradictoire, reflet de débats qui divisent l’administration pénitentiaire : doit-on accorder le droit à la maternité à des criminelles supposées mauvaises mères ? Outil de moralisation des femmes en marge ou traitement de faveur inacceptable ? Pour ces enfants, quelle prise en charge pour quel devenir, dans une société où la responsabilité du foyer repose sur les mères ? En intégrant une spécificité de sexe à l’enfermement au féminin, l’enfantement pose la question de la place à accorder aux normes de genre liées à la parenté entre les murs. Il s’agira ici d’analyser l’évolution de cette gestion et ses effets sur les rapports sexués, le quotidien carcéral et les sociabilités des prisonnières.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

cárcel, mujer, género, maternidad, siglo XIX

Géographique :

France, Sud-Ouest
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 39Y. 

Après leur entrée les détenues ont pris le repas qui leur était préparé, Monsieur le Curé de Cadillac […] était au milieu de cette population, il avait déjà donné de grandes consolations aux affligées. Nous lui devons la résignation des mères qui vous bénissent puisque vos ordres bien entendus feront le bonheur des enfans en leur assurant des soins et une instruction qu’ils ne peuvent recevoir sous les verroux et leur procureront ainsi de futurs moyens de satisfaction1.

1Des mères aimantes et résignées, bénissant le préfet de la Gironde de leur prendre leurs enfants. Ainsi sont décrites les premières condamnées entrant dans la maison centrale pour femmes de Cadillac par le chef d’établissement le 4 avril 1822, jour de son ouverture. Représentation peu commune de l’amour maternel, cette citation pose les jalons des réflexions ambivalentes de l’administration pénitentiaire (AP) sur la maternité carcérale au xixe siècle : se préoccupe-t-on du « bonheur des enfans » ? Ou de la discipline de la prison dans laquelle on ne peut tolérer ces éléments perturbateurs ? S’agit-il de leur procurer « des soins et une instruction qu’ils ne peuvent recevoir sous les verroux » ? Ou qu’une mère indigne ne peut leur dispenser ?

  • 2  Christophe Charles, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 22.

2La maternité occupe une place singulière dans les débats de l’AP, oscillant entre le public, le privé et l’intime, au croisement de considérations économiques, sanitaires, morales et sociales difficilement conciliables, auxquelles se mêlent les intérêts de l’État, de la société, de l’enfant et parfois de la mère. Deux problématiques reviennent de façon récurrente : doit-on autoriser les prisonnières à assumer leur fonction maternelle et si oui dans quelle mesure ? Et sinon, que faut-il faire de ces enfants alors que près d’un sur deux meurt à l’assistance publique en début de siècle2 ?

  • 3 Françoise Thébaud, « Éditorial », Clio, 2005, 21, p. 9-16.

3La mise en place de la prison pour peine après la révolution se caractérise par des expérimentations incertaines et des difficultés d’organisation. La gestion des enfants de détenu.e.s l’illustre de façon éloquente. Dans ce « siècle de la maternité triomphante3 », c’est l’une des rares problématiques que l’on associe spécifiquement à l’enfermement au féminin.

4Dans cet article, il s’agira de comprendre en quoi l’évolution de la gestion de la maternité en prison affecte le quotidien carcéral, les relations sociales et les rapports de genre, de l’intérieur à l’extérieur des murs.

5L’analyse porte sur les deux maisons centrales du Sud-Ouest de la France où sont envoyées les femmes condamnées à de longues peines au xixe siècle, celle de Cadillac près de Bordeaux (1822-1891) et celle de Montpellier (1812-1934). Les sources utilisées proviennent des fonds de la préfecture et de l’administration pénitentiaire issus des archives départementales de la Gironde et de l’Hérault.

1. La gestion de la maternité carcérale et son évolution

1a. Années 1820-1840. Enjeux disciplinaires : des enfants qui dérangent

  • 4 Circulaire du 4 octobre 1819, France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 1Y182.
  • 5 Décret du 19 janvier 1811, France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

6La circulaire du 4 octobre 18194 stipule que les femmes condamnées à plus d’un an de prison ayant avec elles des enfants en bas âge devront être transférées seules en maison centrale. S’ils n’ont pas de parents pour les accueillir, leurs enfants seront placés à l’hospice des enfants trouvés du département de condamnation car le statut pénal de leurs mères les assimile aux enfants abandonnés5. Cette séparation aura lieu si elle ne comporte pas de risque pour la santé de la mère ou du nourrisson. Sinon, le transfert de la mère pourra éventuellement être retardé. La circulaire préconise en outre que les femmes enceintes ne devront pas être transférées en centrales avant leur accouchement.

7Pourtant, des enfants sont régulièrement envoyés en centrale tout au long du siècle. Leur présence, non désirée dans un milieu peu désirable, est systématiquement évoquée en termes de problème. À l’ouverture de la maison centrale de Cadillac en avril 1822, six enfants, transférés par erreur avec leurs mères (puisqu’ils auraient dû être envoyés chez un parent ou à l’hospice), sont provisoirement maintenus dans la prison. Le directeur se plaint qu’ils menacent la sécurité et la discipline :

  • 6 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 49Y.

Nous avons des ennuis continuels pour ces enfans, soit de les voir souffrir, soit de voir les contestations auxquelles ils donnent lieu, l'un d'eux en faisant tomber une pierre a blessé une détenue, il était cependant près de sa mère qui ne s'aperçut pas qu'il jouait avec6.

8Pour le médecin de la prison, la présence de l’enfant Grugnet en 1854 entrave les conditions de soins :

  • 7 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

J’ai l’honneur de vous informer que l’enfant de la nommée Marie Grugnet arrivé à la maison centrale le 16 juillet dernier ne fait que pleurer depuis plus de huit jours et principalement la nuit. Les cris de cet enfant troublent le repos des malades de l’infirmerie7.

9C’est aussi une source de dépenses supplémentaires comme l’exprime le directeur en 1857 au sujet de la détenue Coutillac :

  • 8 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

Cette femme, qui allaite son enfant, a dû être placée à l’infirmerie où sa nourriture est plus dispendieuse que celle des détenues valides employées à des travaux productifs, et elle ne peut rien gagner pendant tout le temps qu’elle reste dans cette situation. C’est par humanité que j’ai autorisé l’admission, dans l’établissement, de cet enfant dont les gendarmes d’escorte ont eu le tort de se charger8.

  • 9 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 1Y190.
  • 10 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 1990
  • 11 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 1Y182.

10En 1824, l’entrepreneur de la centrale de Montpellier expose des arguments similaires contre la présence de six enfants à la mamelle « qui sont inhabiles à toute espèce de travail » et dont les mères allaitant ne peuvent pas travailler non plus9. Dans les prisons-manufactures10 que constituent les centrales, le travail occupe une place déterminante. La maternité n’y est pas tolérée (contrairement aux prisons départementales) en partie parce qu’elle est difficilement conciliable avec l’optimisation de la productivité. Le directeur ajoute que les nourrissons n’y reçoivent pas les soins nécessaires et sont exposés à des risques élevés de maladies11.

  • 12 Virginie De Luca, Aux origines de l’État-providence : les inspecteurs de l’assistance publique et l (...)

11La présence d’enfants en centrale suscite les plaintes (disciplinaires, économiques, sanitaires) de tous bords. Pour remédier aux défauts d’application de la législation, l’État fait intervenir à partir de 1854 l’inspecteur départemental des établissements de bienfaisance (l’IDEB), ancêtre de l’assistance publique12, dans l’application des procédures. En quoi les enquêtes de l’IDEB apportent-elles un éclairage sur les écarts entre la législation et son exécution ?

1b. Années 1850. Enjeux sociaux : prendre en charge les enfants ou rappeler les pères à leur devoir

  • 13 C’est le cas des détenues Himounet, Séchen, Grugnet, Bouricaud, Bittau et Coutillac à Cadillac en 1 (...)

12L’un des principaux freins à l’application de la législation réside dans l’attitude de nombreux pères qui dérogent à leur devoir parental bien que la loi les y oblige13, comme le préfet de la Gironde le rappelle en janvier 1854 :

  • 14 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

Si les instructions nouvelles assimilent les enfants de condamnées aux enfants abandonnés, c’est évidemment lorsque le père et la mère sont en prison et que l’enfant reste sans soutien, mais lorsqu’un seul des parents est détenu, c’est à l’autre à prendre soin de l’enfant. Que si quelques circonstances en empêchaient ce dernier, l’enfant, ne pouvant être considéré comme abandonné, c’est au service hospitalier à en supporter la charge14.

  • 15 Yvonne Knibiehler, Histoire des mères et de la maternité en Occident, 3e éd., Paris, PUF, « Que sai (...)

13Néanmoins, le père est seulement tenu de prendre en charge ses enfants légitimes. L’article 340 du code civil de 1804 interdit la recherche en paternité15. Or une grande partie des prisonnières sont des mères d’enfants illégitimes, beaucoup sont des filles mères, ce qui rend ces instructions en partie caduques.

14L’administration est parfois amenée à entamer de longues procédures pour forcer le père à assumer son devoir parental, comme en juillet 1854 au sujet de l’enfant Grugnet :

  • 16 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

Le nommé Grugnet, mari de Augey Marie, détenue à la maison centrale de Cadillac, par suite d’une condamnation d’un an et un jour, possédait dans la commune de Clairac une petite propriété qu’il a vendue 5000 fcs il y a quelque temps. […] Grugnet a de mauvais antécédents et ne jouit d’aucune considération. Il cherche aujourd’hui à s’expatrier pour se soustraire aux charges du ménage prétextant que la nommée Augey, Marie, sa femme, a mené une vie scandaleuse et a contribué par ses nombreuses dépenses, à détruire son bien être. Quoi qu’âgé de 62 ans, il loue tous les jours son travail à ses voisins. Ne serait-ce qu’avec le produit de ce travail, il pourrait pourvoir aux besoins de l’enfant que Marie Augey ne peut conserver auprès d’elle, puisque les règlements de la maison centrale s’y opposent. Monsieur le commissaire de police vient de m’informer qu’il s’y refuse ; il y aurait lieu de l’y contraindre ; et si vous n’y voyez pas d’inconvénient, je réclamerai à ce sujet l’intervention de Monsieur le Procureur Impérial16.

  • 17 Instruction du 30 août 1854, France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.
  • 18 Constat qui fait écho aux observations de Giulia Calvi, « “Sans espoir d’hériter”. Les mères, les e (...)

15La poursuite des pères en fuite est une mission laborieuse qui nécessite le recours à une nouvelle instruction, le 30 août 185417, l’IDEB est chargé de statuer sur la prise en charge de chaque enfant. Ces enquêtes intrusives dans la vie intime des condamnées tendent à déplacer la maternité du privé vers le public18.

16Le choix de faire appel à un acteur extérieur n’est pas anodin. Le travail de l’IDEB consiste aussi à surveiller l’action de la gendarmerie et du personnel, jugés négligents. Il note ainsi en mai 1855 après le transfert de deux condamnées avec leurs enfants à Cadillac :

  • 19 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

Le point essentiel serait d’empêcher les enfants à arriver à la prison ; et j’ai souvent observé que la gendarmerie se chargeait avec une facilité extrême de conduire à la prison des enfants qui auraient pu être laissés auprès des membres de leur famille autres que la personne arrêtée19.

17Entre les murs, le contrôle de l’IDEB vise surtout le directeur. En 1855, celui de Cadillac s’obstine à demander l’envoi à l’hospice de l’enfant de la détenue Bouricaud, sous prétexte que le père a refusé de venir le chercher. L’IDEB répond que ce dernier, dont la situation est bien connue, est tenu de se conformer à la loi :

  • 20 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

Il n’y a pas à s’inquiéter en ce moment du prétendu refus qu’on suppose devoir être fait par le sieur Isoard. Un père n’est pas libre de ne pas élever ses enfants. Toute négligence en pareille matière est une affaire de parquet […]20.

  • 21 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

18Le retard dans l’application de la législation tiendrait donc en partie à ce que les gendarmes et l’administration se préoccupent peu de la responsabilité légale du père. Les gendarmes procèdent sans doute par automatisme, instinctivement, n’imaginant pas qu’une mère puisse être séparée de son enfant. Le directeur semble plutôt agir dans le but de se débarrasser de façon expéditive d’un nouveau-né qu’il juge « source d’embarras21 » dans sa prison. Par opposition, dans le but de limiter le nombre d’entrées à l’hospice dont il est responsable devant le département, l’IDEB rappelle le devoir de paternité : un discours de valorisation du rôle de père inaudible au sein de l’AP et (dans l’ensemble de la société) qui vient, à contre-courant, bousculer les représentations sur la parenté. D’un côté des mentalités empreintes de considérations sexuées persistantes, de l’autre des directives nationales qui, pour des raisons économiques, engagent à modifier les pratiques dans le sens d’une inversion des attributions de genre entre les sexes.

19Outre ces problématiques sociales liées à la prise en charge des enfants, il existe aussi des enjeux sanitaires qui motivent une transformation de la législation comme le montre la question de l’allaitement.

1c. Années 1820-1860. Une prise en compte tardive des enjeux sanitaires : le droit à l’allaitement

  • 22 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 4Y.

20Théoriquement, selon la circulaire de 1819, les enfants ne doivent pas être séparés de leurs mères si l’arrêt de l’allaitement comporte des risques pour la santé de l’un ou de l’autre. Là encore, l’écart entre les directives nationales et les pratiques locales est important. Nombreux sont les rapports des médecins de Cadillac, entre 1823 et 183122, dénonçant les dangers de l’arrêt brutal de l’allaitement. En 1823, le docteur Blondeau affirme que l’une des détenues en est morte, avant de développer :

  • 23 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 4Y.

La séparation prématurée de l'enfant détermine chez la mère les plus graves accidens, lorsque par des circonstances dépendantes de l'emprisonnement, elle ne peut mettre tous ses soins à prévenir l'accumulation du lait dans les glandes mammaires. Cet aliment désormais inutile ne peut que s'y détériorer par un long séjour. Les devoirs de la maternité n'étant point totalement remplis, il est facile d'en déduire les conséquences23.

21En plus des progrès sanitaires, le droit à l’allaitement contribuerait à la moralisation des condamnées selon le préfet de la Gironde en 1840. Il présente la maternité comme un outil de régulation sociale et sexuée des femmes en marge :

Il y a dans cette disposition [l’envoi des enfants à l’hospice] quelque chose de contraire à l’humanité ; elle est aussi en opposition avec les mesures que l’on prend de toutes parts pour réveiller les sentiments beaucoup trop affaiblis, de la maternité. Il me semble peu rationnel, en effet, de combattre le penchant de quelques femmes à abandonner leurs enfans et d’en obliger d’autres à s’en séparer lorsque leurs soins leur sont si nécessaires et quand, d’ailleurs, on peut donner à celles-ci tout ce dont elles ont besoin pour remplir ce devoir sacré que leur impose la nature. […].

  • 24 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 35Y.

Indépendamment du bon effet moral que produirait en général cette disposition, elle contribuerait, j’en suis persuadé à ramener les condamnées dans une bonne voie qu’elles n’ont quitté quelques fois que parce qu’elles manquaient de ces liens qui inspirent les bons sentiments et font fuir le vice24.

22Le préfet souligne ici une contradiction majeure de la politique pénale : d’une part on punit les femmes essentiellement pour des actes liés à un refus de la maternité (infanticide, avortement et abandon d’enfant constituent les principaux motifs d’enfermement des femmes criminelles) et d’autre part on les prive du droit à la maternité, favorisant l’abandon d’enfants.

  • 25 Circulaire du 10 mai 1861, France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.
  • 26 Instruction ministérielle du 10 mai 1861, citée dans la disposition du 19 mars 1883, Code des priso (...)
  • 27 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y158.

23La circulaire du 10 mai 186125 doit mettre un terme aux accidents dus à l’arrêt de l’allaitement. Désormais les femmes enceintes et « les femmes nourrices allaitant des enfants âgés de moins de trois ans, devront également être maintenues dans les prisons départementales26. » Dans la pratique, il arrive encore que l’on considère l’allaitement comme une récompense et non comme un droit systématique. En 1871, le ministère ordonne le retour en centrale (à Montpellier) de la détenue Eyme bien que son enfant ne soit pas sevré, considérant qu’il n’y a « aucune raison de la laisser jouir d’une mesure exceptionnelle27. » Deux ans plus tard, en Gironde, la femme Alozet demande à pouvoir continuer d’allaiter en départementale :

  • 28 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

Cest daprès les ordre de Messieus le directeur qui ma dit de vous écrire pour vous priet si vous vouliez bien me laissez faire mes deux ans ici a cause de ma petite qui tete encore, sa me serais bien penible de me separez d’elle, de six enfants, je nais pue me conservez que ce pauvre enfant28

  • 29 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

24Cette fois, l’administration approuve la demande d’Alozet, « dont la plus grande qualité est d’être mère », considérant « qu’elle soigne parfaitement son enfant et qu’elle le tient très proprement29 ». Ainsi cette femme en marge se conforme-t-elle aux rôles attribués à son sexe grâce à une fonction maternelle salvatrice et disciplinaire.

  • 30 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 36Y.
  • 31 Ignorance de l’état de grossesse due généralement à une erreur de diagnostic du médecin de la priso (...)
  • 32 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.
  • 33 Jürgen Schlumbohm, « Les limites du savoir : médecin et femmes enceintes à la maternité de l'univer (...)
  • 34 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 4Y.

25Même après 1861, de nombreuses femmes enceintes continuent d’entrer en centrale30 car on ignore leur état de grossesse31. Le médecin doit alors déterminer, en fonction du temps restant avant l’accouchement, quand la condamnée peut être renvoyée en départementale32. Comment évalue-t-il l’avancement de la grossesse ? Les praticiens de la société libre s’appuient sur le calcul des semaines d’aménorrhée33 ; mais comme la plupart des prisonnières souffrent de troubles de menstruation en réaction à la condition carcérale34, le médecin doit trouver d’autres indicateurs. Le docteur Chevreau explique comment il évalue à sept mois la grossesse de la détenue Anglade en 1854 :

  • 35 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

Mon examen extérieur est fondé sur le volume du ventre et des seins. Le toucher vaginal m’a permis de m’assurer que le col utérin était dilaté, et les mouvements ainsi que les bruits du cœur du fœtus très sensibles35.

  • 36 Cas des détenues Tulpin en 1867 et Lafluent en 1873 à Cadillac (36Y, 19Y).

26Les fréquentes erreurs d’estimation issues de ces procédés donnent lieu à des transferts parfois trop tardifs, au détriment de la santé des détenues36.

  • 37 Yvonne Knibiehler, L’histoire des mères du Moyen-âge à nos jours, Paris, Montalba, 1980, p. 152-161
  • 38 Disposition du 19 mars 1883, Code des prisons, tome 11 (1883-1885), Melun, Imprimerie administrativ (...)
  • 39 Disposition du 19 mars 1883, Code des prisons, tome 11 (1883-1885), Melun, Imprimerie administrativ (...)
  • 40 Yvonne Knibiehler, Histoire des mères et de la maternité en Occident, op. cit., p. 78.

27La circulaire du 10 mai 1861, qui marque une ouverture du droit à la maternité, témoigne de l’influence croissante du médecin dans la gestion de la maternité en prison, comme dans l’ensemble de la société du xixe siècle37. Toutefois, sous la Troisième République, les arguments sanitaires semblent laisser place peu à peu à des préoccupations plus morales, comme le montrent les débats au ministère de l’intérieur qui précédent la révision de la circulaire, le 19 mars 1883. Le médecin présent (Dr Lunier) fait remarquer que l’allaitement n’excède jamais deux ans et que le maintien de l’enfant dans les conditions d’hygiène d’une prison peut nuire à sa santé. L’inspecteur général Lalou lui objecte que « les devoirs de la maternité exercent une heureuse influence sur les condamnées et aident à leur relèvement moral ; la femme détenue est en général une bonne mère et son enfant est le meilleur agent de moralisation38 ». C’est l’argument qui prévaut dans la rédaction de la nouvelle disposition39. L’allaitement n’est plus une condition sine qua non du droit à la maternité en prison, les femmes peuvent désormais, si elles en sont jugées dignes, rester en prison départementale avec leur enfant jusqu’à ses quatre ans. Cette progression du droit à la maternité s’inscrit dans une tendance générale de la société française à la fin du xixe siècle, où « grandit l’obsession de rendre la mère à ses petits40 ».

28Comment cette gestion, incertaine et relativement arbitraire, oriente-t-elle l’évolution des relations familiales des détenues et celles de leurs proches derrière les murs ?

2. Entre dedans et dehors, la maternité vecteur de mutations sociales

2a. Mères forcées, mères empêchées

  • 41 François Furet, Jacques Ozouf, Lire et écrire, l’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Fer (...)

29Avec les progrès de l’alphabétisation41, les lettres de détenues sont plus nombreuses dans la deuxième moitié du siècle. Elles permettent d’appréhender l’évolution des relations entre les condamnées et leurs proches.

  • 42 Circulaire ministérielle sur la règlementation des correspondances du 1er septembre 1836, France, M (...)

30Alors que le cadre carcéral contribue fortement à distendre les liens familiaux, des prisonnières s’inquiètent du devenir de leurs enfants, à l’instar de la femme Baudrant dont la fille a été placée en famille d’accueil. Son amant, se faisant passer pour son beau-frère pour que la lettre ne soit pas interceptée42, lui écrit en 1878 pour lui donner des nouvelles de sa fille :

  • 43 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y139.

Rassurez-vous au sujet de votre chère petite, ma nièce, que j’ai été voir tout récemment : elle se porte très bien ; seulement je vous dirais que j’ai été reçu comme un « chien dans un jeu de quilles » par ses maîtres ; je n’ai pas voulu froisser ces derniers dans la crainte d’en faire retomber les conséquences sur ma chère petite nièce que j’aime ; elle m’a parue timide lorsque je lui ai parlé de vous, c’est à peine si elle m’a répondu ; devant ce silence, presque glacial, et devant les récriminations insensées de ses maîtres, je n’ai pas insisté ; contentez-vous, pour le moment, chère belle-sœur, de savoir qu’elle se porte bien, qu’il ne lui manque de rien – d’après le dire de ses maîtres – et sachez que des yeux vigilants sont là qui veillent sur elle43.

31Lorsque les enfants restent dans la famille et qu’il est possible de correspondre avec eux, l’absence de nouvelles s’avère encore plus inquiétante. La femme Ayrinhac, ne voyant plus mention de son fils dans la correspondance qu’elle entretient avec ses enfants, leur adresse en 1886 cette lettre angoissée :

Ellas que je suis malheurese je croi que je ne reuvéré plus mon fils cet ce qui me ren malade de pui que jai reucu la létre quil éttait tombé de [ ?] lesafaudage je le croi mort et sur tout que la denière lètre il li avait pas la signature sa me fait plus de mal que vous pouvés croire. […].

Je vous en suplie ditte moi la vérité si peu dire et éspéré de reuvoir mon fils car vou pouvés conetre que je souffre détre dans cette idé je seurai bien contente de voir mes peutis més je voudrai voir le mien ausi cet que je voudrai vous voir tous en semble […].

més il li a long tens que vous me dis rien de mon sylvain sa me tracaçe […].

  • 44 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y131.

ditte moi si je pourrai dire mon fils sur la prochaine lètre encore une foi44.

  • 45 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y131.

32Transparaissent aussi le sentiment de culpabilité et la peur de donner le mauvais exemple, pour cette condamnée qualifiée « d’incorrigible de la pire espèce45 » par le directeur : « Je finis ma lètre en vous soueten toute sorte de bien et sur tout une parfaitte sente que vous ne soyès pas comme moi jai pas la tete a moi par moment ».

33Dans ces conditions, beaucoup de prisonnières préfèrent fuir leur rôle de mère. En 1879, la nommée Franchi, célibataire et prostituée, transférée par erreur dans la centrale montpelliéraine, tente de masquer sa grossesse au médecin et de se faire avorter. Le directeur décrit les circonstances précédant son accouchement :

Cette femme a constamment nié sa grossesse qui a d’ailleurs été régulièrement constatée par M [ ?] les médecins de l’établissement. Dans l’intérêt de la vie de l’enfant qu’elle portait, j’ai dû faire surveiller Franchi d’une manière toute particulière dans la crainte qu’elle ne se fit avorter à l’aide de manœuvres criminelles.

  • 46 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y161.

M le Médecin de service déclare que l’accouchement lui paraît prématuré de quelques jours. Ce qui peut s’expliquer par les manœuvres abortives auxquelles cette femme s’est livrée jusqu’au dernier moment et qui ont obligé à lui mettre la camisole de force46.

  • 47 Voir p. 6.

34Il requiert que l’enfant « soit admis d’urgence » à l’hospice de Montpellier. Cette situation illustre de façon éloquente la gestion paradoxale de la maternité carcérale que relevait le préfet de la Gironde en 184047, à la fois forcée et empêchée.

  • 48 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

35Le rejet de la maternité s’exprime aussi dans le refus de reconnaître l’enfant. Tel est le choix de la fille mère et récidiviste Ertoteguy à Cadillac en 185948.

  • 49 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 2Y.
  • 50 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y161.
  • 51 À Montpellier, environ 68 % des prisonnières sont célibataires ou veuves entre 1840 et 1910. Statis (...)

36Parmi les femmes qui ont déjà un enfant quand elles entrent en prison, certaines préfèrent rompre les liens. À sa libération de Cadillac en 1823, Jeanne Malo ne vient pas chercher son enfant placé en pension49. En 1882, la détenue Fourcadet à Montpellier ne répond plus aux lettres de son jeune fils. Le directeur de la pension dans laquelle il est placé lui fait savoir que « Amédée va bien, mais il attend impatiemment une lettre de sa maman50. » La honte, le sentiment de culpabilité, un avenir tracé par une lourde peine, ou encore des conditions de vie marquées par la précarité (absence de mari51, pauvreté), nombreuses sont les interprétations possibles de ces rejets.

  • 52 La correspondance des détenues est l’objet d’une censure drastique, définie par la circulaire du du (...)

37Face à l’émiettement de la relation maternelle que produit l’institution pénitentiaire, deux options s’offrent aux mères : tenter de retenir ce qu’il reste des liens, au filtre de lettres bridées52, ou renoncer à la maternité, renoncement qui s’apparente à une fuite dans ce cadre coercitif.

  • 53 Marie-Françoise Lévy, De mères en filles. L’éducation des françaises (1850-1880), Paris, Calmann-Lé (...)

38Quelle que soit la nature de la relation qu’entretient ou que n’entretient plus la prisonnière avec son enfant, la condition carcérale entraîne inévitablement une décomposition de la structure familiale traditionnelle. Comment, dans une société où la responsabilité des enfants est quasi exclusivement attribuée aux femmes53, les proches se réorganisent-t-ils en l’absence brutale de la mère ?

2b. Du dedans au dehors

39Suite à l’incarcération de leur mère, certains enfants, n’étant pris en charge ni par la famille ni par l’hospice, se trouvent livrés à eux-mêmes, tels le fils de la détenue Menville selon le directeur de Cadillac en 1823 :

  • 54 France, Bordeaux, Arch. Dép. Gironde, 2Y.

Le nommé Puyo Joseph enfant de la nommée Menville fut placé chez le sieur Roi, teinturier, cet homme ayant quitté la commune a abandonné cet enfant, une pauvre femme lui donne à coucher, mais il est obligé d’allée mendier son pain, cet enfant ne fait que courir toute la journée et va devenir un mauvais sujet54.

  • 55 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 308-312.
  • 56 Sur la situation actuelle : Corinne Rostaing, « La non-mixité des établissements pénitentiaires et (...)

40Dès l’origine de la prison pour peine, apparaissait l’idée que « la prison ne peut manquer de fabriquer des délinquants55 ». Non seulement en favorisant la récidive de ceux et celles qu’elle renferme, mais en frappant également leurs proches, en générant de la misère sociale, surtout pour les enfants des prisonnières. Les condamnés hommes ont en effet plus de soutien à l’extérieur, généralement leurs épouses continuent de s’occuper des enfants56.

41Lorsque les pères assument leur devoir parental, d’autres problèmes se posent liés à la répartition des tâches sexuées dans la société libre. Le cas du mari de la détenue Déhlinger à Cadillac est particulièrement éclairant. Débordé, il s’adresse au préfet en 1887 pour demander la libération de sa femme :

Je viens en conséquence aujourd’hui vous prier de vouloir bien faire tout ce qui dépendra de vous pour me faire rendre ma femme qui m’est absolument nécessaire pour soigner mon autre enfant Rachel âgée de 7 ans et pour assurer l’intérieur de mon ménage.

À la suite de la punition qui a été infligée à ma femme, j’ai du demander mon changement de résidence de Bordeaux à Angoulême pour me rapprocher de ma famille, ce qui m’a été accordé par la compagnie des chemins de fer d’Orléans.

Mes vieux parents font tout leur possible pour me venir en aide mais leur grand âge et les infirmités qui les affligent les empêchent de faire tout ce qu’ils voudraient pour moi.

Mes occupations me retiennent en dehors de ce foyer non seulement une partie de la journée mais encore très souvent la nuit entière et cet état de choses m’oblige de placer ma fille Rachel chez mes parents ce qui leur donne une charge au dessus de leurs forces ayant déjà une nombreuse famille.

  • 57 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.

Ma situation par suite de l’absence de ma femme m’oblige à des dépenses supérieures à celles que je pourrais faire dans l’intérieur de mon ménage57.

  • 58 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y139.

42Les pères préfèrent souvent faire appel aux autres femmes de la famille pour remplacer la détenue, se rapprochant ainsi du schéma familial traditionnel. Mais ces femmes ont déjà leurs propres responsabilités et des revenus limités : en 1891, le fils de Bandonnet incarcérée à Montpellier « se trouve bien seul58 », après avoir été placé chez sa tante qui a déjà cinq enfants.

  • 59 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.
  • 60 Geneviève Dermenjian et Dominique Loiseau, « La maternité sociale et le Mouvement Populaire des Fam (...)
  • 61 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y131.

43D’autres fois, c’est la communauté civile qui vient en aide aux familles des détenues. Pour la condamnée Pèche, veuve, c’est le fils aîné, âgé de quinze ans, qui travaille pour assurer l’existence de ses trois frères et sœurs et de sa grand-mère de 86 ans. L’adjoint de la commune dans laquelle il réside transmet au ministre en 1879 une pétition signée par tous les membres du conseil municipal pour demander l’élargissement de la mère. Il ajoute que « la commune toute entière eut signé la pétition comme l’ont signée le conseil et le curé si on l’eut cru nécessaire59. » Il n’est pas rare en effet que la communauté se montre solidaire à l’égard des prisonnières au travers de la maternité. Il y a parfois même une prise en charge collective des enfants (évoquant la future maternité sociale des années 195060), comme l’illustre cette lettre de la femme Authier à sa fille détenue à Montpellier en 1859 : « Quant à ton enfant, tu n’as pas besoin d’en être en peine, car toutes les personnes de la commune l’aiment et ont bien le soin de lui donner ce qui lui est nécessaire. Elle va bien et a fort bonne mine61 ».

  • 62 Philippe Combessie, Sociologie de la prison, Paris, La Découverte, 2001, p. 90.
  • 63 Telle est l’appellation donnée aux femmes maintenues en prison départementale pour allaiter leur en (...)

44Cette restructuration de la parentalité transpose la maternité de la sphère privée à la sphère publique. Par ce procédé, la micro-société carcérale impose des transformations de normes sociales et sexuées au-delà des murs, comme effet de la prison sur la société dans laquelle elle est insérée62. La maternité carcérale crée du lien entre le dedans et le dehors. Elle véhicule une autre image de la condamnée au sein de la société extérieure, plus acceptable, plus positive : on l’identifie non plus à une criminelle mais à une mère. Cette mutation n’est possible que pour les femmes incarcérées car elle prend racine dans des représentations de genre les cantonnant à leur fonction maternelle. Comment les détenues se positionnent-elles face à cette double identification de « condamnées-nourrices63 » ?

2c. Une maternité à double tranchant

  • 64 Yvonne Knibiehler, L’histoire des mères du Moyen-âge à nos jours, op. cit., p. 138-264.
  • 65  Idée que l’on retrouve dans l’article de Julie Doyon, « À “l’ombre du Père” ? L’autorité maternell (...)
  • 66 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 36Y.
  • 67 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y161.

45La maternité peut aussi être analysée sous l’angle d’un statut, générateur de discours et de pratiques spécifiques qui influent sur les conditions d’incarcération des femmes. Elle est de manière croissante une composante essentielle de l’identité que l’on assigne aux femmes au xixe siècle64. Si cette fonction est en partie source de contrainte et d’oppression, les femmes savent aussi la retourner habilement à leur profit65. Dans la deuxième moitié du siècle, de nombreuses détenues appuient leurs demandes de faveur adressées à l’AP en invoquant leur rôle de mère, parfois avec l’auréole de piété. En 1868, la détenue Larmac souhaitant être transférée, recommande de consulter le pasteur de sa commune pour attester de ses qualités de mère66. Sollicitant une remise de peine, la nommée Frégimont s’adresse au directeur de Montpellier en 1902 dans un registre théâtral : « Délaissez, oublier, comme je la suis, je me permet donc Mr le Directeur de venir imploré votre pitié, comme mère je ne puis vous dire les douleurs amère que mon pauvre cœur endure » ; et de nouveau le mois suivant : « j’ose esperé Mr le Directeur que vous ne repousserez pas la demande d’une mère bien éprouver67. »

  • 68 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y158.
  • 69 Michel Foucault, op. cit.

46Par cette instrumentalisation de la maternité comme outil de résistance individuelle, certaines arrivent à leur fin. Le chef d’établissement de Montpellier en 1883 se prend de pitié pour la détenue Fabre. Il appuie sa demande de remise de peine en soulignant : « Elle s’impose tout ce qu’elle peut de privations pour pouvoir envoyer à ses enfants le peu qu’elle gagne68. » L’engagement maternel est, aux yeux de l’AP, un indice d’accomplissement de la disciplinarisation69 sexuée opérée sur les femmes en marge.

  • 70 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

47A contrario, les mères jugées indignes sont radicalement exclues de toute faveur. En 1857, c’est de bon gré que l’IDEB de la Gironde ordonne l’admission à l’hospice de l’enfant de la détenue et prostituée Dulong : « son admission à l’hospice souffrira d’autant moins de difficulté, que la profonde immoralité de la femme Dulong ne permettrait pas de lui laisser cet enfant70. »

  • 71 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y161.
  • 72 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.

48Si le chef d’inculpation engage la fonction maternelle, le rejet de l’AP est encore plus virulent. En 1881, le directeur de Montpellier émet un avis défavorable au recours en grâce de la prostituée Fourrier : « C’est une femme immorale au dernier degré, elle sera certainement toujours fort dangereuse pour sa fille qu’elle avait livrée à la débauche alors qu’elle avait 16 ans à peine71. » Lorsque le sieur Déhlinger demande en 1887 la libération de sa femme, condamnée pour coups et blessures contre son enfant, il assure qu’elle ne recommencera pas et que sa famille « par ses bons conseils ramènera en elle l’amour du foyer. » Malgré ces arguments et sa conduite en détention « exempte de tout reproche », la requête est, sans surprise, écartée72.

49Le comportement de la prisonnière en tant que mère influe de manière significative sur le jugement que lui porte l’administration et sur le traitement de ses demandes de faveur. Bonne ou mauvaise mère, la maternité est à double tranchant et préfigure les conditions de détention et de libération.

Conclusion

50Dans la première moitié du xixe siècle, la maternité n’est perçue que sous l’angle d’un problème, géré de façon très aléatoire. À partir de 1861, la reconnaissance du droit à la maternité en prison s’opère par un basculement entre la prise en compte de considérations biologiques liées au sexe des détenues (l’allaitement indispensable) et des considérations de genre (la maternité moralisatrice). Les normes sexuées se rattachant à la parenté percent les murs, opérant une spécialisation croissante de l’enfermement au féminin. Ce traitement différencié entre les condamné.e.s des deux sexes s’implante de façon durable puisqu’aujourd’hui encore seules les femmes peuvent garder auprès d’elles leurs enfants en prison.

51Les conditions d’exercice de la maternité restent toutefois très limitées et le maintien des liens s’avère un parcours semé d’embûches, si bien que nombre de femmes préfèrent y renoncer. Cette dissolution des liens maternels s’immisce à l’extérieur en provoquant une reconfiguration de la structure familiale traditionnelle, semant le trouble dans les rôles de genre. Des acteurs inattendus tels que les membres de la communauté, habituellement hostiles aux femmes incarcérées, contribuent au soutien de leurs enfants.

52De criminelle à condamnée-nourrice, le regard porté par la société extérieure et l’administration pénitentiaire évolue, mais pas toujours de manière positive : une mauvaise mère en paye le prix autant qu’une bonne mère en récolte les fruits.

Haut de page

Notes

1 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 39Y. 

2  Christophe Charles, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 22.

3 Françoise Thébaud, « Éditorial », Clio, 2005, 21, p. 9-16.

4 Circulaire du 4 octobre 1819, France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 1Y182.

5 Décret du 19 janvier 1811, France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

6 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 49Y.

7 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

8 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

9 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 1Y190.

10 Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 1990.

11 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 1Y182.

12 Virginie De Luca, Aux origines de l’État-providence : les inspecteurs de l’assistance publique et l’aide sociale à l’enfance, 1820-1930, Paris, INED, 2002.

13 C’est le cas des détenues Himounet, Séchen, Grugnet, Bouricaud, Bittau et Coutillac à Cadillac en 1853-1856 (35Y, 19Y) et des détenues Fourcadet et Fabre à Montpellier en 1882-1883 (2Y161, 2Y158).

14 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

15 Yvonne Knibiehler, Histoire des mères et de la maternité en Occident, 3e éd., Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2012, p. 69.

16 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

17 Instruction du 30 août 1854, France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

18 Constat qui fait écho aux observations de Giulia Calvi, « “Sans espoir d’hériter”. Les mères, les enfants et l’État en Toscane, xvie-xviie siècles », Clio, 2005, 21, p. 43-68.

19 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

20 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

21 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

22 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 4Y.

23 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 4Y.

24 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 35Y.

25 Circulaire du 10 mai 1861, France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.

26 Instruction ministérielle du 10 mai 1861, citée dans la disposition du 19 mars 1883, Code des prisons, Tome 11 (1883-1885), Melun, Imprimerie administrative, 1890, p. 23.

27 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y158.

28 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

29 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

30 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 36Y.

31 Ignorance de l’état de grossesse due généralement à une erreur de diagnostic du médecin de la prison départementale ou lorsqu’une détenue cherche à le dissimuler.

32 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.

33 Jürgen Schlumbohm, « Les limites du savoir : médecin et femmes enceintes à la maternité de l'université de Göttingen aux alentours de 1800 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005, 52-1, p. 64-94.

34 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 4Y.

35 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

36 Cas des détenues Tulpin en 1867 et Lafluent en 1873 à Cadillac (36Y, 19Y).

37 Yvonne Knibiehler, L’histoire des mères du Moyen-âge à nos jours, Paris, Montalba, 1980, p. 152-161.

38 Disposition du 19 mars 1883, Code des prisons, tome 11 (1883-1885), Melun, Imprimerie administrative, 1890, p. 23-24.

39 Disposition du 19 mars 1883, Code des prisons, tome 11 (1883-1885), Melun, Imprimerie administrative, 1890, p. 23-24.

40 Yvonne Knibiehler, Histoire des mères et de la maternité en Occident, op. cit., p. 78.

41 François Furet, Jacques Ozouf, Lire et écrire, l’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Éditions de Minuit, 1977.

42 Circulaire ministérielle sur la règlementation des correspondances du 1er septembre 1836, France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 1Y182.

43 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y139.

44 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y131.

45 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y131.

46 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y161.

47 Voir p. 6.

48 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

49 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 2Y.

50 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y161.

51 À Montpellier, environ 68 % des prisonnières sont célibataires ou veuves entre 1840 et 1910. Statistiques réalisées à partir des registres d’écrou de 237 détenues. France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y.

52 La correspondance des détenues est l’objet d’une censure drastique, définie par la circulaire du du 1er septembre 1836, op. cit.

53 Marie-Françoise Lévy, De mères en filles. L’éducation des françaises (1850-1880), Paris, Calmann-Lévy, 1984.

54 France, Bordeaux, Arch. Dép. Gironde, 2Y.

55 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 308-312.

56 Sur la situation actuelle : Corinne Rostaing, « La non-mixité des établissements pénitentiaires et leurs effets sur les conceptions de genre : une approche sociologique », in Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Élisabeth Lusset, et al. (dirs.), colloque Enfermements et genre, Paris, non publié, 2013.

57 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.

58 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y139.

59 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.

60 Geneviève Dermenjian et Dominique Loiseau, « La maternité sociale et le Mouvement Populaire des Familles durant les Trente Glorieuses », Clio, 2005, 21, p. 91-105.

61 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y131.

62 Philippe Combessie, Sociologie de la prison, Paris, La Découverte, 2001, p. 90.

63 Telle est l’appellation donnée aux femmes maintenues en prison départementale pour allaiter leur enfant par la circulaire du 10 mai 1861, op. cit.

64 Yvonne Knibiehler, L’histoire des mères du Moyen-âge à nos jours, op. cit., p. 138-264.

65  Idée que l’on retrouve dans l’article de Julie Doyon, « À “l’ombre du Père” ? L’autorité maternelle dans la première moitié du xviiie siècle », Clio, 2005, 21, p. 162-173.

66 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 36Y.

67 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y161.

68 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y158.

69 Michel Foucault, op. cit.

70 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 19Y.

71 France, Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2Y161.

72 France, Bordeaux, Arch. dép. Gironde, 37Y.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Le Pennec, « Une maternité sous contrainte. Mères prisonnières dans les maisons centrales de femmes du Sud-ouest de la France au xixe siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 15 octobre 2017, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4428 ; DOI : 10.4000/framespa.4428

Haut de page

Auteur

Anna Le Pennec

Anna Le Pennec, doctorante en histoire sous la direction de Sylvie Chaperon, Université Toulouse-Jean Jaurès, laboratoire FRAMESPA. Intitulé de la thèse en cours : « Les femmes en prison au xixe siècle dans le Sud-Ouest de la France ».annalepennec@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals