Navigation – Plan du site
Position de recherches

Les frères Souffron (vers 1554-1649). Nouvelles recherches sur deux acteurs majeurs de la création architecturale et urbaine dans les provinces méridionales

The Souffron brothers (circa 1554-1649). Latest research on two key actors behind architectural and urban creation across France's Southern provinces
Los hermanos Souffron (hacia 1554-1649). Nuevas investigaciones sobre dos actores mayores de la creación arquitectónica y urbana en las provincias meridionales
Sophie Fradier

Résumés

Reconstituer la vie, la carrière et l’œuvre des frères architectes-ingénieurs homonymes, Pierre I (doc. 1599-†1621/1622) et Pierre II Souffron (1554-†1649), a constitué l’un des principaux objectifs de cette thèse de doctorat, pensée comme une double monographie. De fructueuses recherches ont apporté nombre de faits inédits qui ont permis de compléter leur histoire familiale et professionnelle, comme il a été possible de délimiter leur terrain d’activité et de documenter leur rôle dans quarante-neuf chantiers. Architectes polyvalents, créatifs et talentueux, ils surent emprunter tant à des traditions constructives anciennes qu’aux grands chantiers contemporains et aux modèles à la mode diffusés par les traités de Serlio, Palladio, Vignole, de l’Orme et Bullant. En proposant de nouvelles perspectives notamment sur les rapports à l’art royal, sur les réseaux familiaux et professionnels, l’organisation du travail et la circulation des savoirs et des savoir-faire, l’étude offre à travers eux une vision renouvelée de l’histoire de l’architecture dans les provinces méridionales autour des années 1600.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sophie Fradier, Les frères Souffron (vers 1554-1649). Deux architectes ingénieurs entre Guyenne et (...)

1Souffron, ce nom n’évoque plus rien, ni au grand public ni aux spécialistes avertis. De leur temps, les frères homonymes Pierre I (doc. 1599-†1621/1622) et Pierre II Souffron (1554-†1649) furent pourtant des professionnels reconnus. Désignés comme architectes et ingénieurs du roi autour des années 1600, ils conduisirent entre la Guyenne et le Languedoc des chantiers de grande envergure. Mais ces faits, ou les éloges de leurs contemporains, ne furent pas suffisants pour qu’ils bénéficient d’une renommée durable. Dès la seconde moitié du xviiie siècle, ils tombèrent dans un profond oubli1.

2Reconstituer la vie, la carrière et l’œuvre de ces deux architectes ingénieurs de province a été l’un des principaux objectifs de cette thèse de doctorat, pour laquelle des enquêtes ont été menées dans divers dépôts d’archives, à Paris et dans la région. En parallèle de ces recherches, la constitution de leur catalogue a donné lieu à d’autres dépouillements, notamment dans les fonds des centres de documentation des services régionaux du patrimoine et de l’inventaire, et dans plusieurs musées toulousains. Il a ainsi été possible d’amasser une documentation iconographique suffisamment importante pour pouvoir envisager une étude architecturale approfondie. En ce sens, tous les édifices présentés dans un catalogue fort de cinquante-cinq notices ont fait l’objet d’un travail de terrain qui a permis d’étudier l’état actuel du monument et son environnement, de repérer des inscriptions ou des éléments remarquables méconnus, puis de confronter ces observations recueillies in situ avec la documentation ancienne, de procéder aussi à des analyses comparatives au sein du corpus d’œuvres associé à Pierre I et Pierre II Souffron. Une telle approche méthodologique a également servi à contextualiser leur production et à mettre en évidence un corpus de modèles susceptible d’avoir alimenté leur pratique.

3Si le parti d’une double monographie a conduit à un élargissement du champ de l’étude, le traitement puis l’exploitation des informations collectées a pu être optimisé par l’emploi d’une base de données informatique et grâce à la réalisation de cartes et de schémas d’acteurs. De cette manière, quatre grands axes de réflexion ont été définis. Ils ont servi de base pour construire le plan du premier tome de la thèse.

4Pour rendre compte au mieux de la spécificité du parcours et de l’œuvre des frères Souffron, soit de leur mobilité géographique, de l’interconnexion de leurs réseaux professionnels, de leur identité constructive commune, ainsi que de leur grande polyvalence, il a été décidé d’adapter la traditionnelle monographie d’artiste, pensée le plus souvent en deux temps correspondant au récit biographique et à l’analyse de l’œuvre.

  • 2 Sur l’origine de ce projet et la méthodologie suivie sur le terrain, puis sur la façon dont cette d (...)
  • 3 Jean-Marie Pérouse de Montclos, Histoire de l’architecture française : de la Renaissance à la Révol (...)

5Articulée en six chapitres, notre étude repose sur des changements d’échelle permettant une multitude d’approches, afin d’insérer ces deux architectes à la fois dans un contexte historique, politique et culturel large et dans un tissu de liens relationnels et professionnels. Ce traitement particulier offre ainsi un éclairage inédit sur l’organisation du travail au sein d’une fratrie, tout en posant les bases d’une réflexion nouvelle sur la transmission des savoirs et des savoir-faire. Outre les rapports Paris-Province, Nord-Sud, cette étude révèle une forte émulation « transprovinciale », un phénomène encore peu commenté en France pour cette période2. Elle vient aussi augmenter notre connaissance de l’entre deux siècles, une tranche chronologique qui n'a, jusqu’ici, guère suscité l’intérêt des historiens de l’architecture. Ceci est d’autant plus vrai pour les provinces, car l’on oppose, encore aujourd’hui, un xvie siècle riche d’une multiplicité de foyers créatifs à un xviie siècle où la modernité se serait concentrée à Paris3.

Chapitre I. Aux marges de la couronne de France : le royaume de Navarre

  • 4 Claude Mignot, « Architectes du Grand Siècle : un nouveau professionnalisme », dans Louis Callebat  (...)

6L’étude s’ouvre sur un chapitre consacré à l’histoire du royaume de Navarre. Le point de vue général qui y est adopté autorise une présentation axée tant sur l’organisation territoriale, politique et administrative du royaume, que sur sa position durant les guerres de religion, les enjeux de son annexion, le fonctionnement de la cour et le statut des acteurs artistiques y étant attachés. Ce détour par la Navarre, indispensable pour la compréhension du sujet traité, est ainsi l’occasion de s’interroger, à la suite de Claude Mignot et d’autres auteurs, sur le titre ambigu d’architecte et ingénieur du roi, comme de souligner et d’expliquer l’influence de cette cour dans l’économie artistique du Midi de la France4. Pierre I Souffron fut architecte et ingénieur des bâtiments de la maison de Navarre, au moins à partir de 1601, voire dès les années 1580. Pierre II, lui, est qualifié d’architecte du roi en 1622, date qui correspond au décès de Pierre I.

  • 5 Lettre de Philippe Duplessis-Mornay au secrétaire d’état anglais, citée d’après : Marie-Hélène Grin (...)

7Fils de Catherine de Foix et de Jean d’Albret, Henri, roi de Navarre et souverain de Béarn, épousa la sœur de François Ier en 1527. La dot de cette dernière, constituée du comté de Rodez et des biens de la maison d’Armagnac, dont Auch était la capitale, permit d’augmenter l’assise territoriale du royaume. Tant et si bien qu’en 1572, quand Henri III de Bourbon, futur Henri IV de France, en hérita, même si le titre royal reposait sur un lambeau de terre, la Basse Navarre, celle-ci était intégrée à un domaine beaucoup plus vaste, composé d’une mosaïque de fiefs couvrant une grande partie du Sud-Ouest, de « l’Espagne jusqu’à la Dordogne, […] et de la mer océane jusqu’en Languedoc et en Auvergne »5.

  • 6 Charles Dartigue-Peyrou, La vicomté de Béarn sous le règne d’Henri d’Albret (1517-1555), Paris, Les (...)
  • 7 Dénes Harai, Grands serviteurs de petits États. Les conseillers de Navarre et de Transylvanie (xvie(...)
  • 8 Paul Raymond, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 [archives civiles (...)

8Pour administrer au mieux ces terres, des réformes furent successivement entreprises tout au long du xvie siècle. Avec la création de la chambre des comptes de Nérac en 1519, puis l’établissement de celle de Pau en 1535, il fut désormais plus aisé de recouvrer les recettes des impositions6. Ce besoin de contrôle que l’on observe en matière fiscale se retrouve à la même époque dans les autres instances administratives et judiciaires. Ces paramètres expliquent la naissance d’une nouvelle classe d’officiers royaux dont les compétences furent mises au service de la couronne de Navarre, ce qui profita aux noblesses méridionales. C’est ainsi que plusieurs familles de parlementaires toulousains, dont certains furent des clients de Pierre II Souffron, bénéficièrent de charges pour défendre les droits du roi de Navarre dans ses fiefs relevant du ressort du parlement de Toulouse7. Un des membres de la famille Caulet, Pierre de Caulet, obtint par exemple une charge d’avocat du domaine de Navarre en 1599, puis la fonction plus importante de « chef du conseil de Navarre » auprès du parlement de Toulouse, en 16028.

  • 9 Paul Mironneau (dir.), Trésors princiers. Richesses de la cour de Navarre au xvie siècle, Paris, RM (...)
  • 10 Paul Raymond, Les artistes en Béarn avant le xviiie siècle, Pau, Léon Ribaut, 1874, p. 96-101.

9L’étude s’intéresse ensuite, plus spécifiquement, à l’itinérance de la cour de Navarre. Elle met en rapport ses déplacements avec des manifestations culturelles et artistiques qui se structurèrent à l’échelle du Midi. Si le voyage au nom de la raison politique est un fait déjà bien établi dans l’historiographie, on constate à l’inverse que lorsque les historiens cherchent à présenter la cour de Navarre comme un foyer de culture, souvent ils s’arrêtent sur un lieu, Pau, ou encore Nérac9. L’itinéraire royal, qui est habituellement utilisé pour démontrer une puissance politique, peut pourtant devenir un précieux outil pour penser l’influence de la cour de Navarre dans l’économie artistique du Midi de la France. Parmi d’autres exemples, la venue de la reine Marguerite de Navarre à Auch, en 1547, doit désormais être considérée comme un jalon essentiel pour expliquer la reprise tant attendue du chantier de la cathédrale un an plus tard, avec l’arrivée des architectes Jean de Beaujeu puis Dominique Bertin, lequel travailla pour le compte des souverains de Navarre en collaboration avec l’architecte du roi Hervé Boulard. Notons d’ailleurs que, déjà quelques décennies plus tôt, le maître vitrier Arnaut de Moles, qui intervint sur ce grand chantier, était en lien avec l’architecte du roi de Navarre, Peyroton du Peyrer10.

10Suite à ces analyses, qui abordent conjointement les itinéraires royaux et la question du patronage, un développement est dédié aux artistes de la cour, pensionnés ou gagés. À l’intérieur de cette dernière, une place plus importante est faite aux architectes et ingénieurs des bâtiments de la maison de Navarre. L’enquête permet ainsi de mettre en évidence des acteurs dont le rôle auprès de la cour de France est bien connu, mais pour lesquels on ignore parfois qu’ils furent en relation avec les souverains de Navarre. Sebastiano Serlio, Jacques Androuet du Cerceau, Philibert de l’Orme et Claude Chastillon appartiennent à ce cercle, auquel on peut désormais ajouter le nom de Pierre I Souffron.

Chapitre II. Les trajectoires parallèles des frères Souffron

  • 11 Anne-Sophie Fournier-Plamondon, Jules Racine-Saint-Jacques, « (Re)Constituer la trajectoire », Cons (...)

11Dans le deuxième chapitre, l’accent est mis sur les origines et le parcours professionnel des deux frères architectes. Tirant profit de la lecture de nombreux documents d’archives, il a été possible de reconstituer quels furent leur entourage familial et leurs réseaux de familiers. Loin de se cantonner à un simple récit de vie, l’étude est enrichie par des réflexions plus générales portant sur l’histoire sociale, l’histoire des mentalités et l’histoire des techniques. La notion de trajectoire s’y révèle utile. Elle permet de décrire puis d’analyser les positions successives que Pierre I et Pierre II occupèrent, tant dans le temps que dans l’espace11.

12Nés dans le comté de Périgord d’un père architecte au milieu du xvie siècle, ils reçurent une première formation dans cette région, avant de s’installer plus au sud. Pour diriger le chantier du château de Cadillac, Pierre I résida régulièrement dans les terres de l’entre-deux-mers, tandis que Pierre II élut domicile à Auch à partir de 1588, année où il obtint le titre de maître architecte de la fabrique de la cathédrale Sainte-Marie, puis il passa les derniers temps de sa vie à Toulouse, de 1646 à 1649. Ces divers ancrages familiaux ne doivent cependant pas faire oublier que les deux hommes demeurèrent toujours très mobiles, comme d’ailleurs le fut leur propre père, Jean Souffron (doc. 1593-doc. 1594), qui après avoir vécu à La Roque-Gageac, puis à Sarlat, s’établit avec une partie de sa famille à Lauzun, en agenais, dans les années 1590.

  • 12 Sylvie Faravel, Christophe Sireix, Christian Martin, « Le château de Lauzun (Lot-et-Garonne), évolu (...)
  • 13 François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, chez Schlesi (...)
  • 14 Alain de Beauregard, « Une enquête singulière en Languedoc dans la première moitié du xviie siècle. (...)
  • 15 Antoine du Bourg, Histoire du grand prieuré de Toulouse et des diverses possessions de l’ordre de S (...)

13Les registres paroissiaux de Lauzun attestent bien sa présence et celle d’Aymeric (doc. 1593-doc. 1626), François (doc. 1597-doc. 1598) et Madeleine (doc. 1593-doc. 1603), les frères et sœur de nos deux architectes. Sans doute est-ce pour les besoins des travaux du château de Lauzun, propriété des Caumont-Lauzun, que Jean Souffron migra en agenais dans ces années. En effet, les travaux d’agrandissement et de fortification de cette demeure étaient déjà en cours en 1574, et ils se poursuivirent jusqu’aux alentours de 162312. De plus, on peut discerner, dans la conception et la mise en œuvre des cheminées d’apparat de l’aile Renaissance du château, de fortes similitudes avec le retable du maître-autel et la clôture de chœur de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch, un chantier contemporain dirigé par Pierre II. Les liens des Souffron avec les Caumont-Lauzun trouvent probablement leur origine dans les attaches périgourdines des deux familles. Gabriel Nompar de Caumont-Lauzun était le demi-frère du seigneur de La Force (Périgord), Jacques Nompar de Caumont-Laforce, lequel fit d’ailleurs appel au « maître architecte de Cadillac », vraisemblablement Pierre I Souffron, pour reconstruire son château de La Force en 159913. Les relations des Souffron avec les Caumont-Lauzun paraissent d’autant plus sûres que l’on retrouve Aymeric Souffron dans les registres paroissiaux de Tombeboeuf, un autre fief appartenant au Caumont-Lauzun, où il put avoir accès à la chapelle seigneuriale pour faire baptiser son fils aîné, Dominique (1615), puis ses fils cadets Antoine et François (1616). Il était alors chargé d’administrer les revenus de la baronie, et c’est seulement à partir de 1622 qu’il est documenté avec le titre d’ingénieur et commissaire ordinaire de l’artillerie du roi14, soit au moment où il décida de quitter l’agenais pour retourner dans le Périgord. Ce retour aux sources fut accompagné pour lui de nouvelles responsabilités, puisqu’au titre de fermier général de la commanderie de Condat-sur-Vézère, il s’occupa de la gestion des revenus de cet établissement dépendant du grand prieuré de Toulouse de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem15.

  • 16 Anne Chareille, « Des noms et de La Gloire : deux essais de Michel de Montaigne », dans Patrice Bec (...)
  • 17 « Deux frères consanguins sont ceux qui ont le même père, mais qui n’ont pas la même mère », voir : (...)
  • 18 Javier Gómez Martínez, « Juan Gómez de Nates y Fernández de Albear : Juan de Nates », dans Miguel Á (...)

14L’étude se resserre ensuite sur la figure des deux frères architectes homonymes. Confondus dans la bibliographie ancienne, et même plus récente, leur lien de parenté est désormais clairement avéré, grâce à la découverte d’une reconnaissance de dette inédite, et par l’analyse de leur signature comme marque distinctive. Au-delà de ces faits, l’enquête montre à quel point l’homonymie familiale était courante durant l’Ancien Régime16, mais elle souligne aussi que le mode de transmission du prénom chez les Souffron demeure malgré tout inhabituel. D’une part, le nom du père ne fut jamais donné à la génération d’après, ce qui signifie qu’il n’existe aucune homonymie père-fils. D’autre part, le fait que les deux frères architectes aient été dénommés de la même manière ne peut s’expliquer ni par le décès précoce de l’un d’entre eux, ni par une filiation consanguine17. Or, dans le seul cas comparable et contemporain ayant pu être repéré, celui des frères architectes homonymes Pedro de Nates, l’homonymie des deux frères paraît moins étonnante dans la mesure où il s’agit de deux demi-frères, nés de mères différentes18.

  • 19 Laurence Fontaine, « Pouvoir, relations sociales et crédit sous l’Ancien Régime », Revue française (...)

15Outre la présentation de l’entourage familial, il a été possible, pour Pierre II, de détailler ses amitiés professionnelles à partir d’un corpus abondant de pièces ordinaires : des actes extraits des registres d’état civil et des reconnaissances de dettes. Ces dernières, peu étudiées par les historiens de l’art, présentent pourtant le même intérêt que les registres paroissiaux, elles nous renseignent sur le milieu social au sein duquel évoluait l’architecte. En effet, l’endettement chronique était un phénomène structurel des sociétés d’Ancien Régime, et l’on empruntait souvent soit à sa famille et à ses amis, soit à des cercles de prêteurs proches19. De ce point de vue, l’exemple des nombreux « prest[s] amyable[s] » que l’architecte consentit à Jean de Salingue, peintre d’origine flamande, est tout à fait significatif. Il conforte aussi l’idée d’une aire culturelle méridionale ouverte et perméable aux échanges. Louis de Foix (Espagne), Horacio Ferray (Italie), Jean de Salingue (Flandres), Jean Chalette (Troyes), Artus Legoust (Bourges) et Pierre Levesville (Orléans) sont effectivement, aux côtés des frères Souffron, les figures dominantes de cette histoire.

Chapitre III. Les premiers chantiers connus : des œuvres de maturité

16La carrière des frères Souffron ne commença certes pas après les guerres de religion, mais c’est durant cette période qu’elle prit toute son ampleur, au château de Cadillac pour Pierre I, et à la cathédrale Sainte-Marie d’Auch pour Pierre II. Proposant un cadrage resserré autour de ces chantiers, les premiers connus de nos deux architectes, l’étude revient à la fois sur les différentes étapes de la construction et sur le rôle joué par les Souffron sur ces chantiers. La mise en rapport de Cadillac et d’Auch est d’autant plus intéressante que les deux frères architectes furent en étroite collaboration à l’occasion de ces travaux.

  • 20 Marc Favreau, Du palais du « demi-roi » au monument historique : le château de Cadillac, de la fin (...)
  • 21 Guillaume Girard, Histoire de la vie du duc Despernon, Paris, Augustin Courbe, 1655, p. 195-196.

17On retient généralement de l’intervention de Pierre I Souffron au château de Cadillac qu’elle fut minime, arguant du fait que son titre de conducteur des travaux ne put être compatible avec une fonction d’architecte-concepteur20. On accorde par ailleurs encore trop de crédit au récit de Guillaume Girard qui, dans sa biographie du duc d’Épernon, explique que le château de Cadillac aurait été construit de façon linéaire suivant la volonté du roi Henri IV, d’après les dessins de l’un de ses architectes, à partir de 159821. C’est d’ailleurs oublier que Pierre I Souffron était alors architecte des bâtiments de la maison de Navarre, et donc du roi.

18La redécouverte d’un plan sur parchemin du château, datable des années 1590 (avant 1597), qui représente un projet pour une chapelle de plan centré proche stylistiquement du massif occidental de la cathédrale d’Auch, et qui peut de ce fait être rapproché du nom de Pierre I Souffron, permet de s’interroger nouvellement sur les multiples transformations de la résidence ducale. Fleuron de l’architecture classique en France, elle doit être considérée comme l’un des pivots ayant permis la diffusion de ce nouveau langage architectural dans le Sud. En parallèle de sa fonction d’« architecte du sieur duc d’Épernon », Pierre I œuvra effectivement pour de grandes familles appartenant aux noblesses méridionales, tels les Roquelaure, les Viçose et probablement les Baylenx, dont le château de Poyanne présente de nombreuses parentés avec celui de Cadillac. Les deux édifices offrent en façade une composition dérivée du prototype du Louvre, avec trois ou cinq parties, qui comprennent un pavillon central formant avant-corps.

  • 22 Javier Ibáñez Fernández, « Los decorados de Semana Santa en Aragón en la Edad Moderna », dans Marlè (...)

19Dans le cas du chantier de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch, l’étude de projets dessinés inédits ouvre également de nouvelles perspectives de recherche. Outre la réhabilitation du rôle joué par Pierre II Souffron dans la poursuite et l’achèvement des travaux de gros-œuvre, lesquels avaient été engagés dès la fin du xive siècle sous l’archiépiscopat de Jean IV d’Armagnac, l’enquête s’intéresse tout particulièrement au réaménagement du chœur canonial. Ce dernier est une véritable architecture dans l’architecture, qui fut structurée autour de deux autels, l’un situé à l’avant du retable, et l’autre à l’intérieur de celui-ci, dans une chapelle conçue initialement pour l’adoration du Saint Sacrement, selon une typologie fréquente en Espagne, où le développement du culte eucharistique conduisit très tôt à imaginer de nouvelles formes de retables22. Ici encore la question des réseaux de relations de l’architecte s’avère essentielle, puisque l’amitié de Pierre II avec l’archevêque Léonard de Trappes, protagoniste de la reconquête catholique dans la région, qui voyagea en Espagne et tissa des liens privilégiés avec le clergé de Huesca en Aragon, donne la clef pour comprendre et mettre en évidence une généalogie de la création artistique, dans toute sa singularité.

Chapitre IV. L’ascension de Pierre II, au cœur du renouveau politique et religieux méridional

20À côté du chantier de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch, Pierre II déploya une activité intense et diversifiée à Toulouse et dans ses environs. Le quatrième chapitre vise ainsi à retracer l’ascension professionnelle de l’architecte à partir de 1597, date à laquelle il fut appelé à participer, puis diriger, la construction du Pont-Neuf de Toulouse. En effet, dès lors le « bouche à oreille » fonctionna en sa faveur et il parvint bientôt à occuper une position centrale sur la scène artistique toulousaine, comme en témoignent ses commandes qui se multiplièrent et se diversifièrent sous l’influence d’une clientèle variée et exigeante.

  • 23 Pascal Julien, « Les stalles de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse : un chantier exemplaire (1 (...)
  • 24 Sophie Fradier, « Les effigies sculptées d’Henri IV à Toulouse au xviie siècle », Les Cahiers de Fr (...)

21Pour les capitouls, il dessina les plans d’agrandissement de l’Hôtel de ville (1601), puis étudia le projet d’une fontaine au-devant du siège municipal (1603), il travailla de même pour les consuls de la Bourse des marchands (1604) et le clergé de la cathédrale Saint-Étienne (1609)23. Par ailleurs, lorsque le pouvoir royal décida d’investir simultanément deux espaces publics dans la ville – le Pont-Neuf et l’Hôtel de ville  en y exposant les images sculptées d’un roi encore contesté, c’est à Pierre II Souffron que l’on confia le soin d’élaborer, en collaboration avec d’autres architectes et ingénieurs du roi, ces programmes urbanistiques décorés à la gloire du nouveau souverain régnant24. Mais il répondit aussi à de nombreuses commandes privées, car son nom est associé à la construction d’au moins neuf maisons nobles toulousaines, parmi lesquelles les hôtels de Caulet (1603), de Lestang (1602), de Maussac (1608), de Clary (1609) et l’hôtel Le Masuyer (1622).

  • 25 Alexandre Gady, op. cit., p. 28-29 ; Georges Costa, « Jacques Lemercier et la construction du Pont- (...)

22Ce dernier chantier marque d’ailleurs un tournant dans la carrière de l’architecte, puisqu’il s’agit de l’une des dernières fois où Pierre II intervint à Toulouse dans le domaine de l’architecture civile. Mêlé à des conflits avec l’administration royale sur le chantier du Pont-Neuf, il reçut moins de commandes à partir des années 1620. Sa rapide conquête de la capitale languedocienne fut donc suivie d’une période moins prolifique, qui peut s’expliquer par le changement de règne et les problèmes survenus suite à l’arrivée de l’architecte et ingénieur Jacques Lemercier à Toulouse25. Notons que Souffron avançait également en âge : il avait atteint sa soixante-sixième année en 1620. Pourtant, il sut malgré tout tirer avantage de cette nouvelle conjoncture. Avec le soutien de l’archevêque d’Auch Léonard de Trappes et celui de Gilles Le Masuyer, premier président au parlement de Toulouse et fervent défenseur de la Réforme catholique, il se dédia désormais à des chantiers religieux.

  • 26 Sur les chantiers toulousains de la compagnie, voir : Adriana Sénard, L’architecture des maisons jé (...)
  • 27 Jean-Mamert Cayla, Paul Cléobule, Toulouse monumentale et pittoresque, Toulouse, J-B Paya, 1842, p. (...)
  • 28 Sophie Fradier, « Montauban, Grande Place (Place Nationale) », Congrès Archéologique de France [170(...)
  • 29 Jules Chalande, « Le couvent des Minimes de Saint-Roch », Journal de Toulouse, 11 juillet 1926.

23En parallèle avec le grand projet d’agrandissement du sanctuaire marial de Notre-Dame de Garaison (1622), il donna des plans et des devis pour les deux chapelles du collège des jésuites à Auch (1624), ainsi que pour l’église de la maison professe des jésuites à Toulouse (1622). Les liens très forts qu’il entretint avec le père Antoine Mongaillard, qui se fixa à Auch avant d’être nommé syndic du collège de Toulouse, suggèrent d’ailleurs que Souffron pourrait avoir été impliqué dans d’autres chantiers de la Compagnie26. Il est, par exemple, fort probable qu’il fut l’auteur du portail monumental donnant aujourd’hui accès à la rue Lakanal (vers 1605). Déjà au milieu du xixe siècle, une telle attribution avait été proposée par Jean-Mamert Cayla et Paul Cléobule27. La découverte de nouveaux documents vient ainsi renforcer une hypothèse ancienne, qui paraît d’autant plus crédible que ce portail présente une particularité : des corniches extrêmement saillantes, voire disproportionnées, qui ne sont pas sans évoquer celles des élévations de l’hôtel de Clary28. Pierre II Souffron endossa également le rôle d’expert pour l’ordre des minimes en juin 1622, soit un an après que les capitouls aient décidé d’agrandir le « couvent Saint-Roch pour le triomphe de la prochaine entrée du roi [Louis XIII] »29.

24Ainsi, le tournant des années 1620 montre bien la capacité de Pierre II Souffron à s’adapter et à faire évoluer son « offre » en fonction des enjeux politiques de son époque. Si durant la première décennie du xviie siècle, l’ascension de l’architecte se traduisit par une implication forte sur des chantiers publics pouvant être associés à une forme de restauration de l’État due à l’avènement du roi de Navarre sur le trône de France, le règne de Louis XIII avec l’amplification du mouvement de contre-réforme correspond, quant à lui, à une période marquée par d’importantes commandes religieuses. Pierre II participa aussi à la politique de répression menée par le roi, en dirigeant le démantèlement des fortifications de Mauvezin, Caraman et Muret (1621-1624).

Chapitre V. Ingénierie et construction : le choix des matériaux et des techniques

25Plus proche de l’œuvre bâti, le cinquième chapitre apporte des éclaircissements sur les frères Souffron constructeurs et ingénieurs, leurs savoirs techniques et la mise en œuvre de ceux-ci. Organisée en trois temps, l’étude se focalise d’abord sur la stéréotomie et les divers systèmes de voûtement utilisés par les deux architectes, puis elle traite de la question de la charpente et du toit, une dernière partie étant consacrée aux travaux d’ingénierie, militaires et civils. En adoptant un point de vue qui se situe à la croisée de l’histoire de l’architecture, de l’archéologie du bâti et de l’histoire des techniques, il s’agit de préciser le profil professionnel des deux frères, tout en veillant à mettre en exergue leur science profonde de l’art de bâtir et la curiosité dont ils firent montre pour les progrès de leur temps.

  • 30 Joël Sakarovitch, Épures d’architecture : de la coupe des pierres à la géométrie descriptive xvie-x (...)
  • 31 Mise en livre et en théorie progressive de ce savoir à partir de la publication de Philibert de l’O (...)
  • 32 Jean-Marie Pérouse de Montclos, L’architecture à la française xvie, xviie, xviiie siècles, Paris, P (...)
  • 33 José Calvo López, « Las trazas de montea en la fortificación española del Renacimiento », dans Fort (...)
  • 34 François Derand, L’architecture des voûtes, ou l’art des traits, et coupe des voutes…, Paris, Sebas (...)

26D’après l’inventaire puis le classement systématique des différentes techniques de voûtement auxquelles Pierre I et Pierre II eurent recours, plusieurs constats peuvent être formulés. On observe tout d’abord que tous deux pratiquèrent régulièrement l’art du trait, en usant d’un répertoire stéréotomique varié (baies biaises, trompes, escaliers suspendus), qui rend compte de leur parfaite connaissance de la géométrie et de leur maîtrise du dessin30. En effet, si la technique de la stéréotomie consiste à disposer des pierres taillées de telle manière qu’elles puissent s’emboîter mécaniquement sans que l’on ait besoin de recourir à des mortiers, il fallait au préalable avoir tracé la structure en plan et en élévation avant de découper les voussoirs. Les deux architectes apprirent très certainement ce savoir ancestral, hérité de la période romane et perpétué, principalement dans le sud de l’Europe, par la tradition orale, jusque dans les années 156031, auprès de leur père sur des chantiers périgourdins32. Puis, Pierre II chercha ensuite à perfectionner sa pratique, grâce à l’expérience qu’il put acquérir sur le terrain et par sa fréquentation des livres de géométrie et des traités d’architecture militaire33. C’est ainsi qu’il parvint à mettre en œuvre pour le retable du maître-autel de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch des trompes plates (1601-1602), un type extrêmement rare, commenté dans la littérature scientifique uniquement à partir de 164334.

27Mais hormis les systèmes de voûtes clavées, de nombreuses autres techniques constructives, plus ou moins innovantes, complexes et coûteuses, peuvent être répertoriées dans l’œuvre des frères Souffron. Concernant Pierre II, son emploi par exemple de la brique pour la voûte du chœur de la cathédrale de Toulouse et pour celle d’Auch est significatif. Matériau peu usité dans son milieu d’origine et de formation, son adoption prouve la formidable capacité d’adaptation de l’architecte en même temps qu’elle témoigne de la place essentielle qu’occupent les pratiques collaboratives au sein des chantiers étudiés.

  • 35 Émilien Bouticourt, Frédéric Guibal, « Les origines médiévales d’une technique de charpente : la po (...)
  • 36 Alexandre Gady, « Poutres et solives peintes : le plafond “à la française” », dans Roberto Gargiani (...)
  • 37 Sur l’apparition des toits à tracé courbe dans l’architecture française, voir : Jean Guillaume, « A (...)

28L’intérêt porté à l’usage du bois dans les constructions des deux architectes, tant au niveau du gros œuvre (charpente) que du second œuvre (plancher), ouvre pareillement de nouvelles pistes de recherche. Les études de cas proposées ici amènent à s’interroger sur des techniques et des modes de charpentage encore peu étudiés dans la région pour la période moderne. Si le principe de la poutre armée, qu’utilise Pierre II Souffron à la Bourse des marchands de Toulouse (1604), est bien documenté en Provence à partir du milieu du xve siècle, il est impossible en l’état des connaissances actuelles d’identifier des cas toulousains qui soient antérieurs à l’arrivée de l’architecte35. Le même constat s’impose en ce qui concerne l’usage, à l’hôtel de Clary, d’un plancher sans poutres et à solives espacées, une technique dont, faute de données suffisantes, on localise habituellement l’introduction en France sur des chantiers parisiens ; au milieu du xviie siècle, Pierre Le Muet l’aurait utilisé pour la première fois au-dessus d’un grand espace à l’hôtel de Tubeuf36. L’ambition de produire une architecture de qualité se retrouve également dans la forme donnée aux combles et aux toits puisque les Souffron employèrent des types peu répandus, tels que le comble à surcroît et le dôme, tout particulièrement le dôme à l’impériale en ce qui concerne Pierre II37. Inédite, cette réflexion depuis la province portant sur la circulation des techniques de construction à l’aube du xviie siècle est poursuivie ensuite à travers l’analyse de chantiers d’ingénierie, militaires et civils. L’enjeu est alors de montrer le goût des deux frères pour des procédés innovants, tel que le batardeau à enceintes multiples en gradins, qu’ils utilisèrent pour les ponts de Toulouse et de Villeneuve-sur-Lot. Il s’agit donc aussi de mettre en évidence les transferts de savoirs et de savoir-faire qui furent opérés à l’intérieur de la fratrie.

Chapitre VI. Espace, composition du plan et ordonnances

  • 38 Sur la question de la méthodologie en histoire de l’architecture, voir notamment : Jean-Marie Pérou (...)

29Le dernier chapitre, qui s’articule en deux parties, l’une dédiée à l’espace architectural et la composition du plan, l’autre aux ordonnances et à l’ornement, selon une méthodologie traditionnelle inspirée des travaux de Claude Mignot, Jean-Marie Pérouse de Montclos, Alexandre Gady, et d’autres historiens de l’architecture, est en fait une synthèse visant à définir la personnalité artistique des Souffron38.

  • 39 Françoise Boudon, « Le château de Charleval », dans Bernard Beck, Pierre Bouet, Claire Étienne, Isa (...)
  • 40 Sur les petites consoles pendantes, voir : Xavier Pagazani, « En marge de l’Extraordinario Libro de (...)

30Au préalable, la dissymétrie entre leurs catalogues respectifs doit être soulignée. Contrairement à son frère, Pierre I n’intervint jamais sur des chantiers religieux et il ne joua aucun rôle dans la construction d’hôtels particuliers. Ceci étant, il est possible de relever des tendances communes dans leurs sources d’inspiration. Tous deux connaissaient fort bien par exemple les recueils d’estampes de Jacques Androuet du Cerceau. Pierre I en fit usage pour penser le parti général des châteaux de Cadillac et du Rieutort, tandis que Pierre II opta pour une esthétique proche des gravures du château de Charleval pour la composition, tout en contraste et en gradation, des élévations principales de l’hôtel de Clary39. En ce sens, de nombreux autres exemples pourraient d’ailleurs être cités. Héritiers de la Renaissance française, notons qu’ils empruntèrent également à l’architecture de Philibert de l’Orme : chez l’un et l’autre, on retrouve, par exemple, l’emploi récurrent de baies avec petites consoles pendantes en gaine40. Et le choix d’utiliser au retable de la cathédrale d’Auch un ordre ionique orné, dont les volutes disparaissent sous une luxuriante végétation, n’est pas sans évoquer le dessin des chapiteaux de Philibert de l’Orme pour les Tuileries. Plus généralement, ils développèrent dans la plupart de leurs constructions une articulation en corps de logis et pavillons, un des grands traits spécifiques de la manière française.

31Mais ces tendances communes ne doivent pas cacher les écarts de culture et les choix particuliers de nos deux architectes. Pierre II, plus que Pierre I, regarda au-delà des frontières du royaume de France. Dans son œuvre, on décèle parfaitement l’empreinte de Palladio et Vignole. Il est même plus que probable qu’il voyagea à Rome.

32D’un autre côté, ils firent montre de leur capacité à développer une infinie variété de solutions puisque dans leur architecture, les plans, les élévations et les dispositions intérieures peuvent fluctuer en fonction du lieu d’implantation, des bâtis préexistants, et des souhaits du commanditaire. À la cathédrale d’Auch ou à l’église abbatiale de Foix, Pierre II ne put intervenir sur les partis de structures qui avaient été définis avant son arrivée sur ces chantiers, il y poursuivit donc les travaux en conservant un plan en croix latine, tandis qu’il opta pour un plan rectangulaire simple pour la seconde église du collège des jésuites à Auch et que son frère, lui, travailla l’idée d’un plan centré pour le projet de la chapelle du château de Cadillac. Dans le domaine de l’architecture civile, Pierre II utilisa à Toulouse aussi bien le modèle traditionnel avec corps principal sur le devant que la formule plus novatrice de l’hôtel entre cour et jardin. Comme le choix du plan, l’étude des élévations témoigne de l’ouverture d’esprit des Souffron, car ils surent s’adapter à la fois au contexte de production et aux goûts du propriétaire. De ce point de vue, la comparaison entre les hôtels de Clary et de Caulet est particulièrement probante, elle illustre parfaitement, combien le style orné et le style sévère se croisent et s’entrecroisent dans l’œuvre de Pierre II.

  • 41 Sur la réception de Palladio en France, voir notamment : Alexandre Cojannot, « L’hôtel d’Astry sur (...)
  • 42 Michèle Éclache, « L’îlot et l’hôtel particulier à l’âge classique », dans Maurice Culot (dir.), To (...)

33Enracinée dans les pratiques du xvisiècle, l’architecture des frères Souffron constitue donc une forme d’apogée de la Renaissance maniériste dans les provinces de Guyenne et Languedoc, mais elle s’en démarque aussi par l’intérêt porté à des sources nouvelles (Palladio)41. D’ailleurs, qu’il s’agisse du château de Cadillac ou des hôtels de Caulet, de Maussac et de Lestang, on peut percevoir dans ces ouvrages, les bases d’un nouveau langage classique. En effet, le style de ces édifices conçus par les deux architectes est plus sobre mais surtout, Pierre I et Pierre II y mettent en scène une esthétique fondée sur la recherche de nouveaux effets ; dans l’espace, par la distribution des jeux de volumes contrastés et la forme particulière donnée au toit (dôme) ; sur les murs, par la distribution des pleins et des vides avec l’emploi de tables sans ordres d’architecture ni sculptures ornementales. Ils proposent un style qui s’épanouira tout au long du siècle avec, à Toulouse, la construction, par exemple, des hôtels d’Orbessan (1652-1677), de Pénautier (1680) et Davisard (1686)42.

Conclusion

34Au terme de l’enquête, ressort donc l’extraordinaire polyvalence des deux frères. L’un et l’autre furent à la fois architecte et ingénieur. L’un et l’autre s’illustrèrent tant dans le domaine de l’architecture civile que dans celui de l’ingénierie militaire et hydraulique. Mais seul Pierre II répondit à des commandes religieuses. Il offrit ses services au chapitre de la cathédrale Sainte-Marie d’Auch ainsi qu’à des ordres religieux alors en pleine expansion, tels que les Jésuites et les Minimes. Pierre II était aussi capable d’intervenir dans toutes les étapes du projet architectural, puisqu’il savait planifier, dessiner, superviser, expertiser, sous-traiter, construire et démolir. La définition de l’identité artistique de ces deux architectes est un autre des intérêts de l’étude. Dans leurs œuvres, la forte présence de baies dans l’angle, tout comme l’utilisation récurrente de trompes et d’escaliers en vis suspendus, est significative : elle révèle un attachement profond à leur milieu d’origine, le Périgord. Mais le succès des deux hommes tient surtout au fait qu’ils surent toujours parfaitement s’adapter aux exigences de leurs commanditaires, en combinant des influences diverses, empruntées tant à l’architecture vernaculaire qu’aux modèles à la mode diffusés par les livres de Serlio, Jacques Androuet du Cerceau, de l’Orme, Bullant, Palladio et Vignole. Retracer les trajectoires parallèles de ces deux frères est aussi un bon moyen de mettre en évidence de quelle manière s’opéra la transmission des savoirs et des savoir-faire entre Pierre I, actif principalement en Guyenne, et Pierre II, occupé sur des chantiers situés majoritairement en Languedoc, puisque tous deux travaillèrent ensemble grâce à des réseaux professionnels totalement interconnectés. Ils illustrent parfaitement la nécessité et l’importance de proposer une approche renouvelée des contextes, des rôles et des acteurs de la création architecturale et urbaine dans les provinces françaises.

Haut de page

Notes

1 Sophie Fradier, Les frères Souffron (vers 1554-1649). Deux architectes ingénieurs entre Guyenne et Languedoc, au temps de l’annexion de la Navarre, thèse de doctorat sous la codirection de Pascal Julien et Javier Ibáñez Fernández, Université Toulouse-Jean Jaurès/Université de Saragosse, 2016, 5 volumes.

2 Sur l’origine de ce projet et la méthodologie suivie sur le terrain, puis sur la façon dont cette démarche a été transposée à l’écrit, voir : Sophie Fradier, « Les frères Souffron (vers 1554-1649). Deux architectes ingénieurs entre Guyenne et Languedoc, au temps de l’annexion de la Navarre. Position de thèse », Artigrama, n° 31, 2016, p. 450-456.

3 Jean-Marie Pérouse de Montclos, Histoire de l’architecture française : de la Renaissance à la Révolution, Paris, Mengès, 2003 (1989), p. 86-87.

4 Claude Mignot, « Architectes du Grand Siècle : un nouveau professionnalisme », dans Louis Callebat (dir.), Histoire de l’architecte, Paris, Flammarion, 1998, p. 106-127 ; Alexandre Gady, Jacques Lemercier : architecte et ingénieur du roi, Paris, MSH, 2005, p. 17-18 et p. 36-40 ; Alexandre Cojannot, Louis Le Vau et les nouvelles ambitions de l’architecture française (1612-1654), Paris, Picard, 2012, p. 13.

5 Lettre de Philippe Duplessis-Mornay au secrétaire d’état anglais, citée d’après : Marie-Hélène Grintchenko, Catherine de Bourbon (1559-1604) : influence politique, religieuse et culturelle d’une princesse calviniste, Paris, Champion, 2009, p. 262 ; Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 2009 (1982), p. 22-23.

6 Charles Dartigue-Peyrou, La vicomté de Béarn sous le règne d’Henri d’Albret (1517-1555), Paris, Les Belles Lettres, 1934.

7 Dénes Harai, Grands serviteurs de petits États. Les conseillers de Navarre et de Transylvanie (xvie-xviie siècles), Rennes, PUR, 2012, p. 89.

8 Paul Raymond, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 [archives civiles, série B], Paris, Paul Dupont, 1863, p. 313 et p. 331.

9 Paul Mironneau (dir.), Trésors princiers. Richesses de la cour de Navarre au xvie siècle, Paris, RMN, 2017.

10 Paul Raymond, Les artistes en Béarn avant le xviiie siècle, Pau, Léon Ribaut, 1874, p. 96-101.

11 Anne-Sophie Fournier-Plamondon, Jules Racine-Saint-Jacques, « (Re)Constituer la trajectoire », Conserveries mémorielles [En ligne], n° 15, 2014, mis en ligne le 09 mai 2014, consulté le 30 mai 2017. URL : http://cm.revues.org/1740

12 Sylvie Faravel, Christophe Sireix, Christian Martin, « Le château de Lauzun (Lot-et-Garonne), évolution de la partie résidentielle de la fin du xiie siècle au xviiie siècle », Archéologie du Midi Médiéval, n° 1, 2006, p. 365-388 ; Christian Corvisier, « Autour du “dôme” du château de Lauzun, genèse et avatars d’un curieux parti architectural des xvie et xviie siècles », Revue de l’Agenais, avril-juin 2001, p. 113-142.

13 François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, chez Schlesinger frères, 1864, t. IV, p. 868 et suivantes ; Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont duc de La Force…, Paris, 1843, t. I, p. 312.

14 Alain de Beauregard, « Une enquête singulière en Languedoc dans la première moitié du xviie siècle. La diffusion des marbres pyrénéens en royaume de France, convoyage, commerce et commande », dans Pascal Julien (dir.) Marbres de rois, Aix-en-Provence, 2013, p. 105-107.

15 Antoine du Bourg, Histoire du grand prieuré de Toulouse et des diverses possessions de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem dans le Sud-Ouest de la France, Toulouse, L. Sistac et J. Boubée, 1882, p. 512-513.

16 Anne Chareille, « Des noms et de La Gloire : deux essais de Michel de Montaigne », dans Patrice Beck (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. Discours sur le nom : normes, usages, imaginaires (vie-xvie siècles), Tours, Presses de l’Université de Tours, 1997, p. 211-222.

17 « Deux frères consanguins sont ceux qui ont le même père, mais qui n’ont pas la même mère », voir : Durand de Nancy, Le droit usuel, ou l’avocat de soi-même, nouveau guide en affaires…, Paris, Garnier frères, 1868 (1860), p. 104.

18 Javier Gómez Martínez, « Juan Gómez de Nates y Fernández de Albear : Juan de Nates », dans Miguel Ángel Aramburu-Zabala (dir.), Juan de Herrera y su influencia, Santander, Fundación Obra Pía Juan de Herrera, Universidad de Cantabria, 1993, p. 176.

19 Laurence Fontaine, « Pouvoir, relations sociales et crédit sous l’Ancien Régime », Revue française de socio-économie, 2012-1, n° 9, p. 101-116.

20 Marc Favreau, Du palais du « demi-roi » au monument historique : le château de Cadillac, de la fin du xvie siècle à l’aube du xxie siècle, mémoire d’habilitation à diriger des recherches sous la direction de Christian Taillard, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2007, vol. I, p. 70.

21 Guillaume Girard, Histoire de la vie du duc Despernon, Paris, Augustin Courbe, 1655, p. 195-196.

22 Javier Ibáñez Fernández, « Los decorados de Semana Santa en Aragón en la Edad Moderna », dans Marlène Albert-Llorca, Christine Aribaud, Julien Lugand, Jean-Bernard Mathon (dirs.), Monuments et décors de la Semaine Sainte en Méditerranée : arts, rituels, liturgies, Toulouse, CNRS, 2009, p. 45-132.

23 Pascal Julien, « Les stalles de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse : un chantier exemplaire (1610-1613) », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LII, 1992, p. 107-125.

24 Sophie Fradier, « Les effigies sculptées d’Henri IV à Toulouse au xviie siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012. URL : http://framespa.revues.org/1930.

25 Alexandre Gady, op. cit., p. 28-29 ; Georges Costa, « Jacques Lemercier et la construction du Pont-Neuf de Toulouse », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LXI, 2001, p. 127-152.

26 Sur les chantiers toulousains de la compagnie, voir : Adriana Sénard, L’architecture des maisons jésuites à Toulouse et les décors de leurs églises au xviie siècle, mémoire de Master II sous la direction de Pascal Julien, Université Toulouse-Jean Jaurès, 2008.

27 Jean-Mamert Cayla, Paul Cléobule, Toulouse monumentale et pittoresque, Toulouse, J-B Paya, 1842, p. 96.

28 Sophie Fradier, « Montauban, Grande Place (Place Nationale) », Congrès Archéologique de France [170session, Tarn-et-Garonne, 4-10 juin 2012], t. CLXX, 2014, p. 381-388.

29 Jules Chalande, « Le couvent des Minimes de Saint-Roch », Journal de Toulouse, 11 juillet 1926.

30 Joël Sakarovitch, Épures d’architecture : de la coupe des pierres à la géométrie descriptive xvie-xixe siècles, Berlin, Birkhäuser, 1998, p. 3.

31 Mise en livre et en théorie progressive de ce savoir à partir de la publication de Philibert de l’Orme, Le premier tome de l’architecture, Paris, Frédéric Morel, 1567.

32 Jean-Marie Pérouse de Montclos, L’architecture à la française xvie, xviie, xviiie siècles, Paris, Picard, 1982 ; Alberto Sanjurjo Álvarez, « La Vis-de-Saint-Gilles : analyse du modèle dans les traités de coupe des pierres et son influence sur les traités espagnols à l’âge moderne », dans Robert Carvais, André Guillerme, Valérie Nègre, Joël Sakarovitch (dirs.), Édifice et artifice : histoires constructives, Paris, Picard, 2010, p. 679-689 ; Mélanie Lebeaux, « La stéréotomie en Périgord à la Renaissance : un exemple de persistances architecturales reprises par la tratadistique française du xvie siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 13 mai 2010. URL : http://framespa.revues.org/107.

33 José Calvo López, « Las trazas de montea en la fortificación española del Renacimiento », dans Fortificaciones modernas y contemporáneas, Cartagena, Universidad Politécnica-AFORCA, 2001, p. 41-48.

34 François Derand, L’architecture des voûtes, ou l’art des traits, et coupe des voutes…, Paris, Sebastien Cramoisy, 1643, p. 272.

35 Émilien Bouticourt, Frédéric Guibal, « Les origines médiévales d’une technique de charpente : la poutre armée », Archéologie du Midi Médiéval, t. 26, 2008, p. 145-165.

36 Alexandre Gady, « Poutres et solives peintes : le plafond “à la française” », dans Roberto Gargiani (dir.), L’architrave, le plancher, la plate-forme : nouvelle histoire de la construction, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2012, p. 297.

37 Sur l’apparition des toits à tracé courbe dans l’architecture française, voir : Jean Guillaume, « Architectures imaginaires et “nouvelles inventions” : l’apparition des toits cintrés en France au xvie siècle », dans Monique Chatenet, Alexandre Gady (dirs.), Toits d’Europe : formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne (xve-xviie siècle), Paris, Picard, 2016, p. 9-24.

38 Sur la question de la méthodologie en histoire de l’architecture, voir notamment : Jean-Marie Pérouse de Montclos, « La monographie d’architecture », Documents et méthodes de l’Inventaire, n° 10, en ligne, URL : http://www.culture.gouv.fr/culture/dp/inventaire/extranetIGPC/normes/monographie-archi.pdf ; Sabine Frommel (dir.), « Méthodes en histoire de l’architecture », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine (Paris, Monum), n° 9-10, janvier 2002.

39 Françoise Boudon, « Le château de Charleval », dans Bernard Beck, Pierre Bouet, Claire Étienne, Isabelle Letteron, L’architecture de la Renaissance en Normandie : tome II. Voyage à travers la Normandie du XVIe siècle, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2003, p. 95-111.

40 Sur les petites consoles pendantes, voir : Xavier Pagazani, « En marge de l’Extraordinario Libro de Serlio, un projet pour l’hôtel dit de Massas à Toulouse : Dominique Bachelier delineavit ? », Bulletin Monumental, t. 169, n° 3, 2011, p. 195-208.

41 Sur la réception de Palladio en France, voir notamment : Alexandre Cojannot, « L’hôtel d’Astry sur l’Île Saint-Louis : Louis Le Vau et les paradoxes de la réception de Palladio à Paris au xviie siècle », Bulletin Monumental, 2011, 169, n° 3, p. 209-232.

42 Michèle Éclache, « L’îlot et l’hôtel particulier à l’âge classique », dans Maurice Culot (dir.), Toulouse les délices de l’imitation, Bruxelles, Mardaga, 1986, p. 43-57 ; Louise-Emmanuelle Friquart, Laure Krispin, Urban-Hist, site internet cartographique sur le patrimoine architectural de Toulouse, en ligne, URL : http://www.urban-hist.toulouse.fr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Fradier, « Les frères Souffron (vers 1554-1649). Nouvelles recherches sur deux acteurs majeurs de la création architecturale et urbaine dans les provinces méridionales », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 15 octobre 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4451 ; DOI : 10.4000/framespa.4451

Haut de page

Auteur

Sophie Fradier

Sophie Fradier est docteur en histoire de l’art moderne, membre du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), ATER à l’université de Toulouse-Jean Jaurès (2016-2017). Elle est actuellement chargée de l’accompagnement scientifique du projet Toulouse Patrimoine Mondial auprès de la mairie de Toulouse (juillet 2017-). Sa thèse qui a été menée en cotutelle entre l’université de Toulouse-Jean Jaurès et l’université de Saragosse porte sur Les frères Souffron (vers 1554-1649). Deux architectes ingénieurs entre Guyenne et Languedoc, au temps de l’annexion de la Navarre (décembre 2016).
sophiefradier@live.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals