Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoire et oubli : Histoire et Art à l'épreuve du souvenir

Introduction au dossier « Mémoire et Oubli : Histoire et Art à l’épreuve du souvenir »

Thomas Faye et Lidwine Linares

Texte intégral

1Depuis plusieurs années maintenant la recherche se penche sur le thème de la mémoire, dans un courant qui vise à analyser la construction et la permanence de la mémoire à la suite des grands conflits, principalement européens, et des périodes sombres de l’histoire occidentale du xxe siècle. Même si ce champ productif n’est pas exclu de ce dossier, nous avons voulu toutefois étendre la réflexion à une mémoire plus éloignée à la fois dans le temps et dans l’espace et, notamment, à ce qui, dans les processus de construction, reconstruction et transmission de la mémoire, est généralement tu, tombant ainsi dans un oubli dont nous souhaitions explorer les mécanismes.

  • 1 Régis Debray, Vie et mort de l’image : une histoire du regard en Occident, Paris, Gallimard, 1994, (...)
  • 2 Paul Ricœur, La Mémoire, l’Histoire et l’Oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 511.

2Il s’agit particulièrement d’étudier la façon dont se construit, dans l’art et dans les récits historiographiques, le discours du souvenir, c’est-à-dire la façon dont s’établit le lien entre le souvenir, trace présente, et l’événement duquel il provient. En affirmant que « représenter, c’est rendre présent l’absent1 », le philosophe Régis Debray suggère que le discours de la représentation est celui par lequel le passé oublié sort de son état de latence. Selon quelles modalités ? Elles sont éminemment complexes d’autant que le phénomène mnémonique résulte d’un processus problématique qui selon Paul Ricœur repose sur « l’énigme d’une représentation présente d’un passé absent »2. Par ailleurs, la mémoire n’est pas une, elle est protéiforme, confrontée à une multiplicité d’acteurs et d’enjeux : mémoire individuelle ou collective, politiques mémorielles qui idéalisent ou exorcisent, histoire officielle où triomphe une certaine mémoire, etc. Ainsi l’Homme manipule et réécrit le passé – le sien propre mais aussi celui de la communauté à laquelle il appartient­ – passant sous silence certains événements et faisant de facto de l’oubli, volontaire ou forcé, le corollaire inévitable du souvenir.

  • 3 Henri Bergson, Matière et mémoire. Essai sur la relation du corps à l’esprit, Paris, PUF, coll. « Q (...)

3Car, à la croisée du dit et du non-dit, de l’individuel et de l’institutionnel, du refoulé et du conscient, l’oubli est la manifestation, en creux ou en saillance, de ce qu’on veut laisser aux générations suivantes, ou, comme l’envisage Henri Bergson, de ce qui a cessé d’être utile3. L’oubli pose donc la question à la fois de la construction de l’histoire en cours et de la manipulation de l’histoire passée, faisant toujours se heurter deux temporalités, dans une dialectique de la rupture et du rapprochement.

4C’est précisément l’une des interrogations que soulève l’article d’Itay Sapir, professeur d’histoire de l’art à l’UQAM (Université du Québec à Montréal), intitulé « Oublier la Renaissance, désapprendre l’humanisme : le premier Baroque entre exploitation des acquis et table rase imaginaire » et consacré au rapport complexe qu’entretient le premier Baroque avec les préceptes de la Renaissance. L’auteur y propose une réflexion sur le lien entre génération et héritage en histoire de l’art. Il se penche sur la manière, la pertinence et la légitimité qu’il peut y avoir à inscrire l’acte de création du premier Baroque dans une dynamique de continuum artistique vis-à-vis des mouvements l’ayant précédé. Il explore différentes stratégies de génération, parmi lesquelles l’oubli total (dans la peinture de Caravage) ou l’occultation de l’immédiatement antérieur (chez Carrache) qui questionnent ainsi la possibilité d’un oubli sélectif, promoteur de créativité en écho à ce que Bredekemp désigne comme la « destruction productive ».

5L’oubli est également moteur de génération dans l’article de Lidwine Linares, maître de conférences à l’université de Limoges, spécialiste en civilisation et art espagnols, « La mémoire des villes dans l’Espagne du Siècle d’Or : oublier pour mieux reconstruire ». Prenant appui sur une cinquantaine de chroniques locales des xvie et xviie siècles espagnols, elle analyse la façon dont une mémoire effacée, oubliée, peut donner lieu via l’écriture chronistique, à la (re)construction d’une mémoire historique collective glorifiante. L’exploitation d’éléments légendaires, mue par la puissance d’une mémoire réélaborée de toutes pièces, donne lieu à l’érection d’un édifice idéologique (politique et/ou religieux) et symbolique, bien plus qu’à celle d’un récit circonstancié véridique de l’histoire des villes de la péninsule ibérique.

6L’essor des collections relève de processus de construction mémorielle comparables, comme l’analyse Flore César, docteur en histoire de l’art moderne de l’Université-Paul Valéry Montpellier iii, à travers « La collection comme lieu de fabrique de la mémoire. L’exemple de Montpellier au xviie siècle ». Ville relativement récente, par rapport aux grandes métropoles d’Ancien Régime, la capitale languedocienne s’illustre par ses collections (réceptacles de mémoire, en soi) qui, en sacralisant l’objet, l’institue en vecteur de mémoire et en facteur d’historicisation de la ville alors en quête d’identité.

7La construction de la mémoire, par manipulation cette fois, d’inspiration ricœurienne, et l’instrumentalisation d’un oubli presque créé ex nihilo traverse l’œuvre de Sylvie Germain. C’est aux mécanismes et aux formes de cette hypomnésie dans l’œuvre de l’écrivaine française contemporaine que s’intéresse Anne-Claire Bello, docteur es Lettres de l’Université de Cergy-Pontoise (LDI) et professeur agrégée, dans son article « Les rumeurs de l’oubli dans les romans de Sylvie Germain ou l’exploration germanienne de l’hypomnésie ». En faisant dialoguer histoire politique et écriture romanesque, elle examine les stratégies d’effacement du souvenir, ainsi que les conséquences de ces « distorsion[s] de la réalité » sur la persistance et la transmission de la mémoire.

8Son article trouve ainsi un écho dans celui de Noël-Bertrand Boundzanga, Enseignant-chercheur de l’Université de Libreville, spécialiste du roman gabonais mais aussi romancier lui-même. Son article, « Le triomphe de l’histoire face à l’oubli institutionnel. La ré-invention de la mémoire dans la fiction romanesque de Jean Divassa Nyama », interroge, de manière similaire, la question de l’oubli institutionnalisé dans la littérature gabonaise, et plus particulièrement dans l’œuvre de Jean Davissa Nyama. Envisageant l’histoire et la littérature comme des formes complémentaires de « discours sociaux », l’article explore le roman historique pour comprendre comment ce genre participe de la récupération d’une mémoire occultée à des fins politiques dans l’histoire récente du Gabon. Il examine en outre les mécanismes de l’intégration de la dimension historique à l’objet littéraire, son absorption narrative, et la façon dont elle génère un renouveau du roman gabonais investi dans la lutte contre l’oubli institutionnalisé.

9Le texte d’Aurélie Prom, doctorante de l’Université de Paris VII-Denis Diderot et ATER à l’Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle, spécialiste en civilisation latino-américaine, s’intitule « La Nouvelle Chanson Chilienne : contre l’oubli de l’Histoire et des histoires ». Il vient, à la suite, réaffirmer la prégnance de la mémoire et des processus de remémoration dans la constitution du groupe social et plus spécifiquement dans la constitution de la nation et des identités nationales. Sa réflexion sur le courant de la Nouvelle Chanson Chilienne, envisagé comme un maillon de transmission d’une histoire transgénérationnelle, s’articule autour de deux axes clé, à savoir d’abord l’accession, par la chanson populaire, à un statut scientifique reconnu dans les processus de préservation du passé puis, dans un second temps, la valeur de la réinterprétation et de la réappropriation de l’histoire, via le matériel folklorique ainsi réhabilité, dans les processus de constitution de la nation chilienne dans l’après-Allende.

10Nous demeurons en Amérique latine avec la contribution de Dorothée Chouitem, maître de conférences en civilisation latino-américaine contemporaine à l’Université de Paris IV Sorbonne qui, dans son article « Créer contre l'oubli ou la censure de la mémoire uruguayenne », s’intéresse au phénomène culturel de la murga uruguayenne. Dans un régime démocratique relativement récent qui voulut maintenir l’équilibre du pays en imposant une mémoire sélective et un oubli là encore institutionnalisé des exactions du régime précédent, dont les héritiers et descendants étaient encore bien présents, ce théâtre de rue s’érige en contre-pouvoir, capable de prendre le relais officieux des institutions, faisant en sorte que l’expression artistique pallie l’incapacité des pouvoirs publics à maintenir la mémoire vive d’une histoire encore trop récente.

11Parfois, au contraire, la mémoire se joue des époques et la création artistique vient expliciter les rapprochements possibles entre deux époques comme le montre Émilie Delafosse, maître de conférences à l’Université de Lorraine (Nancy), spécialiste en littérature latino-américaine, dans son travail « L’adaptation en bande dessinée de El matadero d’Esteban Echeverría : Enrique Breccia se souvient… ». Consacré à la réécriture de l’œuvre engagée El matadero de l’Argentin Echevarría au format bande dessinée par Breccia pour la revue Fierro, l’article montre de quelle manière par la transformation sémiotique, l’adaptation d’un texte premier, fortement influencé par son contexte de production, en permet une relecture, une réappropriation et une réinterprétation. L’œuvre ainsi adaptée devient le vecteur d’une mémoire translatée, qui implique un oubli intrinsèque au processus même d’interprétation. La mémoire ainsi convoquée fait entrer en collision deux périodes que la réécriture rend comparables et fait s’éclairer l’une l’autre.

12C’est par le biais du questionnement des œuvres d’art mémorielles et de leur monumentalité que Dominique Trouche, maitre de conférences en sciences de l'information et de la communication à l’Université de Toulouse iii, Paul Sabatier, tente à son tour, dans son article « Monumentaliser ou dé-monumentaliser les habitants du passé par la représentation ? Entre acte mémoriel et spectralité : les Stolpersteine de Gunter Demnig » de décrypter les mécanismes des modalités de la mémoire et la façon dont celle-ci agit sur la transmission et la compréhension de l’histoire. À travers l’exemple des Stolpersteine et de la dialectique de l’affichage ou de l’effacement de la mémoire qu’elles suggèrent, cette contribution s’interroge sur la médiation de la mémoire, lorsque le symbole vient se substituer à la trace elle-même, faisant en sorte que le souvenir ne dépende alors plus de celui qui en est l’instigateur mais de celui qui en est le récepteur.

13La dernière contribution de ce volume va franchir un pas de plus dans cette direction grâce à la réflexion que porte Pierre Vialle, chercheur et commissaire d’expositions mais aussi directeur adjoint et administrateur du centre d’art et de recherche Bétonsalon à Paris, sur la relation paradoxale de l’objet mémoriel et de la trace de l’événement dans son étude « Les Absents de l’histoire. Usages de quelques photographies ». À partir d’un corpus de photographies ayant pour thème les lynchages californiens et exposées par Ken Gonzalez-Day pour le projet Erased Lynching, l’article se demande dans quelle mesure, suite à l’occultation des photos qui témoignaient de l’atrocité des lynchages, le fait de les exposer, après en avoir fait disparaître les martyrs par un travail de retouche, est une compensation apportée à une mémoire collective défaillante. Il est ainsi fait appel à une mémoire plus individuelle, suscitée par le support photographique qui implique, intrinsèquement, une lecture subjective surpassant la volonté même du photographe.

14On remarque bien, à travers ces différentes contributions, à quel point la construction de la mémoire est intimement, profondément et inévitablement liée à l’oubli. Martine Robert nous rappelle que :

  • 4 Robert Martine, « Connaissance historique et bande dessinée. Propositions pour un savoir en images  (...)

selon la conception classique, c’est par la mémoire que l’on accède au passé. Telle est aussi la position d’Augustin : la mémoire est ce par quoi le passé est présent. Mais la mémoire représente. Elle objectivise4.

15On peut en dire de même de l’oubli. Ainsi, souvenir et oubli se complètent et s’opposent à la fois pour occulter ou exhumer, récréer et reconstruire un passé mais aussi et surtout un présent, témoigner et transmettre, s’approprier son histoire, s’approprier l’Histoire.

Haut de page

Notes

1 Régis Debray, Vie et mort de l’image : une histoire du regard en Occident, Paris, Gallimard, 1994, p. 27.

2 Paul Ricœur, La Mémoire, l’Histoire et l’Oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 511.

3 Henri Bergson, Matière et mémoire. Essai sur la relation du corps à l’esprit, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1985, p. 166.

4 Robert Martine, « Connaissance historique et bande dessinée. Propositions pour un savoir en images », Le Philosophoire, 2003/2, n° 20, p. 215-236. [en ligne], consulté le 01 octobre 2017. URL : http://www.cairn.info/revue-le-philosophoire-2003-2-page-215.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Faye et Lidwine Linares, « Introduction au dossier « Mémoire et Oubli : Histoire et Art à l’épreuve du souvenir » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4532

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals