Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoire et oubli : Histoire et Art à l'épreuve du souvenir

Les rumeurs de l’oubli dans les romans de Sylvie Germain ou l’exploration germanienne de l’hypomnésie

The Forget Fulness Rumor in Sylvie Germain’s Novel or the Examination of The Hypomnesy
Los rumores del olvido en las novelas de Sylvie Germain o la exploración de la hipomnesia germanienne
Anne-Claire Bello

Résumés

Dans La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paul Ricœur analyse les us et abus de la mémoire qui, selon lui, « sont aussi des abus d’oubli ». Un discours sélectif expurge tout ce qui est susceptible de porter atteinte à l’idéologie dominante. Les romans germaniens explorent ces « abus d’oubli » : l’oubli commandé par les politiques d’amnistie ; l’oubli imposé par les politiques de censure et de confiscation du témoignage ; l’oubli orchestré par l’occultation de la mémoire. L’œuvre s’emploie à décrypter les mécanismes de cette occultation qui consiste non seulement à cacher la réalité mais à effacer toute trace de cette réalité dans la mémoire des générations ultérieures. Nous nous proposons d’observer comment Sylvie Germain réfléchit dans ses romans aux us et abus de l’oubli, comment son imaginaire explore les mécanismes de l’hypomnésie et de la « mémoire occultée ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sylvie Germain « Discussion » à la suite de « Pour une poétique de la mémoire » de Mariska Koopman- (...)

Il n’y a pas […] d’oubli intégral. Quand on veut imposer l’oubli à un peuple, en éradiquant certains événements de son passé, en falsifiant son histoire, en essayant de lui mentir, de lui voler une part de son héritage historique, on le fragilise, on le rend malade – et bien sûr plus facilement manipulable, ce qui est le but de la fraude (Intervention de Sylvie Germain dans L’Univers de Sylvie Germain1).

  • 2 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000. Chapitre 2 « La mémoire exercée : (...)
  • 3 Paul Ricœur, ibid. Chapitre 3 « L’oubli de rappel : us et abus » de la troisième partie « La condit (...)
  • 4 Ibid, Chapitre 2 « Niveau pratique : la mémoire manipulée » : Paul Ricœur définit la « mémoire inst (...)
  • 5 Ibid., p. 69.
  • 6 Ibid., p. 97.

1 En 2000, Paul Ricœur publie La Mémoire, l’histoire, l’oubli, essai dans lequel il consacre un chapitre aux us et abus de la mémoire exercée2 et un autre à ceux de l’oubli3. Nous laisserons de côté les abus de la mémoire - les commémorations et les mystifications d’une « mémoire instrumentalisée »4 -, afin d’explorer les mécanismes de l’hypomnésie. Concernant les abus d’oubli, il convient, dans le sillage de Paul Ricœur, de distinguer la « mémoire occultée », provenant des manipulations politiques de l’oubli, et la « mémoire empêchée », issue des déficiences pathologiques de l’oubli. La « mémoire empêchée5 » résulte des mécanismes endogènes d’une « mémoire blessée6 » qui refoule, pour des raisons pathologiques et thérapeutiques, des souvenirs qui seraient trop douloureux pour elle. La « mémoire occultée » relève, quant à elle, d’abus exogènes pratiqués par une instance supérieure (les détenteurs du pouvoir que sont les dirigeants ou les parents) qui s’arroge le droit, pour des raisons idéologiques, de contrôler, chez le sujet, le choix des éléments à effacer (oubli) ou à conserver (mémoire). Nous délaisserons ici la « mémoire empêchée » pour nous consacrer à l’analyse des manipulations politiques de l’oubli.

  • 7 Le Livre des Nuits, p. 121-190 ; Tobie des marais, p. 67-71 ; Chanson des mal-aimants, p. 35-45 (pa (...)
  • 8 Le Livre des Nuits, p. 267-330 ; Tobie des marais, p. 75-80 ; Chanson des mal-aimants, p. 18-34; La (...)
  • 9 Nuit-d’Ambre, p. 146-164 et p. 181-188 (pages de la collection « Folio »).
  • 10 Sylvie Germain, Rendez-vous nomades, Paris, Albin Michel, 2012, p. 20
  • 11 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit., p. 85.
  • 12 Ibidem.
  • 13 Ibid., p. 588.
  • 14 Claude Mouchard, Qui si je criais … ? Œuvres-témoignages dans les tourmentes du xxe siècle, Paris, (...)
  • 15 Pierre Nora, « la version "résistantialiste" de la guerre imposée dès la libération de Paris par le (...)
  • 16 Benjamin Stora, La Gangrène et l’Oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 19 (...)
  • 17 Sylvie Germain, Rendez-vous nomades, p. 28.
  • 18 Ibid., p. 20.
  • 19 Ibid., p. 53.
  • 20 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, p. 586.
  • 21 Ibid., p. 589.
  • 22 Ibid., p. 588.
  • 23 Ibidem.
  • 24 Ibidem.

2Les romans de Sylvie Germain sont très souvent ancrés dans l’Histoire du xxe siècle, que ce soit la Première Guerre mondiale7, la Seconde Guerre et la Shoah8 ou la guerre d’Algérie9. Pour comprendre pourquoi l’œuvre germanienne est particulièrement sensible à l’hypomnésie issue de la mémoire occultée, nous nous proposons de contextualiser, dès à présent, très rapidement, son œuvre dans la politique d’oubli pratiquée les gouvernements durant les Trente Glorieuses. Pour Sylvie Germain, née en 1954, les Trente Glorieuses (1945-1975) de son enfance et de sa jeunesse correspondent à ce qu’elle appelle, dans Rendez-vous nomades, « un cocon temporel10 » où la Nation préfère oublier le passé pour se tourner vers l’avenir, la réconciliation des citoyens et la reconstruction économique du pays. Les gouvernements de l’époque exercent tout d’abord une politique de l’« oubli commandé11 » qui provient, selon Paul Ricœur, de l’amnistie et/ou de la grâce présidentielle pratiquée par les institutions politiques afin d’interrompre les violences et les « désordres politiques affectant la paix civile12 ». Les grâces et amnisties pratiquées pendant les Trente Glorieuses cherchent à éviter « d’ajouter les excès de la justice à ceux du combat13 ». L’oubli, c’est aussi l’« oubli imposé » par la politique de censure et de confiscation du témoignage pratiquée alors. Force est en effet de constater, dans le sillage de l’ouvrage du poète et critique Claude Mouchard Qui si je criais … ? Œuvres-témoignages dans les tourmentes du xxe siècle14, que nombre de témoignages portant sur des événements hors mesure ont été étouffés par un silence organisé (incrédulité, déni, censure). Songeons, par exemple, à la Shoah occultée derrière la version résistancialiste de la guerre véhiculée par le général de Gaulle15, ou, pour la guerre d’Algérie, à la torture et aux répressions des manifestations (17 octobre 1961 et 8 février 1962), occultées par ce que Benjamin Stora appelle, dans La Gangrène et l’Oubli, les « secrets familiaux16 ». Si Sylvie Germain grandit à l’ombre de cette politique d’oubli pratiquée lors des Trente Glorieuses, elle étudie et publie ses premiers romans à la lumière des remontées mémorielles qui lui permettent de « sortir de l’ingénuité17 » : « craquelé, bousculé, fragilisé, le cocon originel s’effiloche, [et] bâille à tous les vents18 ». Par ses « scrupules19 », elle rejoint les analyses de Paul Ricœur qui considère que ce « déni de mémoire20 » obéit à « un dessein de thérapie sociale d’urgence, sous le signe de l’utilité, non de la vérité21 ». En privant l’opinion publique « des bienfaits du dissensus22 » et la mémoire de « la salutaire crise d’identité permettant une rappropriation lucide du passé et de sa charge traumatique23 », cette politique d’oubli condamne, selon lui, « les mémoires concurrentes à une vie souterraine malsaine24 ».

  • 25 Ibid., p. 8.
  • 26 Ibidem.
  • 27 Ibidem.
  • 28 Ibidem.
  • 29 Ibidem.
  • 30 Ibidem.

3Dans une démarche archéologique héritée de Foucault, l’œuvre germanienne tente de comprendre l’orchestration de l’oubli pratiquée par les politiques passées. À la lumière des analyses de Paul Ricœur sur la notion d’eikōn25 (image-souvenir) dans le Théétète et Le Sophiste de Platon, nous nous proposons d’observer comment l’œuvre germanienne s’emploie à décrypter les abus politiques de l’oubli qui conduisent à deux types d’erreurs. Les romans germaniens signalent ainsi une première erreur résultant de la destruction des semēia26, c’est-à-dire de l’« effacement des marques27 » et « des traces écrites […] éventuellement archivées28 ». Ils dénoncent également une deuxième erreur provenant de la méprise dans l’empreinte du tupos29. Cette méprise « semblable à celle de quelqu’un qui mettrait ses pas dans la mauvaise empreinte30 » engendre une distorsion de la réalité dans la mémoire des générations ultérieures.

1. La destruction des sēmeia ou la destruction des archives

  • 31 Sylvie Germain, Grande nuit de la Toussaint, Bazas, Le temps qu’il fait, 2000, p. 30.

Nul ne sait où sont ces gens, partis un jour sur la route […]. Nul ne sait vraiment, pas même leurs assassins qui en ont tué bien d’autres depuis et qui ont, comme tous les bourreaux, la mémoire en débris, rongée par le mensonge, le déni, et le plus veule oubli31.

  • 32 Au deux sens du terme.

4Voyons tout d’abord comment l’œuvre germanienne réfléchit32 la destruction des sēmeia (traces originelles) qui permettrait d’attester des abominations commises par tel ou tel régime politique. Pour figurer cette destruction des archives, la poétique germanienne entrecroise un paradigme textuel de la destruction du livre, un paradigme architectural du monument réduit en cendres et un paradigme corporel de la noyade des témoins oculaires.

5La destruction des documents historiques est tout d’abord suggérée par la métaphore de la page arrachée et de l’autodafé. Les Échos du silence évoquent ainsi comment les responsables d’Auschwitz se sont arrogé le droit d’éliminer toute trace des déportés exterminés, comparés à des livres aux pages arrachées.

  • 33 Sylvie Germain, Les Échos du silence, Paris, Albin Michel, coll. « Espaces Libres », n° 166, 2006, (...)

Auschwitz, lieu du plus grand et du plus grave autodafé car lieu où furent détruits « à la source » des livres par millions : chaque être étant un unique livre fait de peau et de sang, fait de gestes, de paroles, de regards, de pas, de rires et de larmes […] Hommes et femmes-livres aux pages blanches si tôt arrachées33.

  • 34 Sylvie Germain, Le Livre des Nuits, Paris, Gallimard, coll. « Folio » n° 1806, 1987, p. 279.

6La métaphore de l’autodafé, présente dans l’essai, est par ailleurs mise en récit dans certains romans qui témoignent de la volonté des pouvoirs politiques d’effacer les traces du passé. Dans Le Livre des Nuits, les soldats nazis organisent ainsi, à Terre-Noire, un immense feu dans lequel ils détruisent une « fantastique pyramide de meubles, de linges et d’objets34 » dont les albums photographiques de Ruth, emblèmes de son passé judéo-allemand. L’autodafé des livres annonce par ailleurs la destruction des monuments par les cendres.

  • 35 Mariska Koopman-Thurling a souligné que, chez Sylvie Germain, les essais sont « un espace transgéné (...)
  • 36 Sylvie Germain, Les Échos du silence, p. 92.
  • 37 Sylvie Germain, La Pleurante des rues de Prague, Paris, Gallimard, coll. « Folio » n° 2590, 1994, p (...)
  • 38 Sylvie Germain, Le Livre des Nuits, p. 302.
  • 39 Ibid., p.312.

7Dans le paradigme architectural germanien, les cendres de la mémoire occultée renvoient à une réalité historique dans la mesure où de très nombreux témoins sont morts sous les bombes incendiaires, sous les lance-flammes et, surtout, dans les fours crématoires. L’essai Les Échos du silence35 évoque ainsi, métaphoriquement, au sujet d’Auschwitz, les « cendres36 » qui couvrent encore trop souvent notre conscience et notre mémoire. La Pleurante des rues de Prague mentionne, quant à elle, les cendres des victimes ensevelies « au fond de notre oublieuse mémoire37 ». Le roman Le Livre des Nuits configure le motif dans la section intitulée « Nuit de cendres » où les lance-flammes nazis orchestrent la destruction de la Ferme-Haute dans un « opéra de sang et de cendres38 ». Plus loin, le roman évoque les cendres de Ruth et de ses enfants qui s’échappent de Sachsenhausen « hérissé de barbelés, de fumées noires, […] et d’os humains39 ».

  • 40 Primo Levi a intitulé un de ses ouvrages Les Naufragés et les Rescapés (1986) - titre inspiré du ch (...)
  • 41 Giorgio Agamben, Ce qui reste d’Auschwitz. L’archive et le témoin. Homo sacer III, [1998], Paris, É (...)
  • 42 Sylvie Germain, La Pleurante des rues de Prague, p. 71.
  • 43 Ibid., p. 38.
  • 44 Sylvie Germain, L’Enfant Méduse, Paris, Gallimard, coll. « Folio » n° 2510, 1991, p. 169.

8La destruction des sēmeia est, enfin, figurée par la disparition des corps, noyés dans le fleuve de l’oubli, hérité du mythe du Léthé. Le noyé prolonge, dans l’imaginaire germanien, le motif du naufragé issu de Primo Levi40, pour rendre compte du « témoin intégral » dont parle Giorgio Agamben dans Ce qui reste d’Auschwitz41. Impuissant à parler ou exterminé, il est celui qui ne peut témoigner de ce qu’il a vécu. Les noyés sont emblématiques des oubliés de l’Histoire. La métaphore de la noyade apparaît ainsi dans La Pleurante des rues de Prague qui désigne « le corps de l’Histoire » comme « semblable à celui d’un noyé42 ». Quant aux témoins oubliés de l’Histoire, ils implorent un peu de reconnaissance au moyen de leurs regards « remontés du fond de l’eau et de la vase, remontés du fond de notre oublieuse mémoire43 ». Dans L’Enfant Méduse, le père d’Aloïse, mort à la guerre de 14-18, est présenté, quant à lui, comme « englouti dans une des innombrables tranchées de la grande Guerre44 ». L’isotopie de la noyade se décline aussi, dans les récits germaniens, à l’aide de configurations de scènes de noyade présentées comme autant de gestes d’occultation. Dans Nuit-d’Ambre, bon nombre des corps des manifestants du 17 octobre 1961 disparaissent ainsi, comme ce fut historiquement le cas, noyés dans la Seine - noyade emblématique de leur mémoire occultée pendant des années par le silence des autorités françaises. La comparaison utilisée dans le récit insiste bien sur le parallélisme entre corps noyé et mémoire déniée.

  • 45 Sylvie Germain, Nuit-d’Ambre, Paris, Gallimard, coll. « Folio » n° 2773, 1989, p. 184.

Mais cette grande ratonnade du 17 octobre, ça non, on ne connaît pas. Personne ne connaît, – ne veut savoir. Arrachée au calendrier, cette date-là, balayée de la mémoire des bons Français, cette nuit-là, balancée dans l’oubli, le mensonge, le déni, comme les corps dans la Seine. Un trou de mémoire de plus dans la tête à claques de l’Histoire45.

9Pour conclure ce premier point, nous pourrions dire que les détenteurs du pouvoir ont compris depuis bien longtemps que la destruction des archives, des témoins et des traces originelles (sēmeia) ne suffisait pas à l’orchestration de l’oubli. Dans Les Naufragés et les Rescapés, Primo Levi rappelait ainsi l’avertissement lancé par les SS comme un défi aux détenus qui franchissaient les portes des camps d’extermination.

  • 46 Primo Levi, Les Naufragés et les Rescapés, Paris, Gallimard, 1989, p. 11-12.

De quelque manière que cette guerre finisse, nous l’avons déjà gagnée contre vous : aucun d’entre vous ne restera pour témoigner, mais même si quelques uns en réchappaient, le monde ne les croira pas. Peut-être y aura-t-il des soupçons, des discussions, des recherches faites par des historiens, mais il n’y aura pas de certitude parce que nous détruirons les preuves en vous détruisant. Et même s’il devait subsister quelques preuves, et si quelques-uns d’entre vous devaient survivre, les gens diront que les faits que vous racontez sont trop monstrueux pour être crus. […]. L’histoire des Lager, c’est nous qui la dicterons46.

2. L’effacement des tupoï (empreintes) ou la mémoire assassinée47

  • 47 Sylvie Germain, Christus, n°219, « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », Paris, juillet 2008. (...)
  • 48 Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le (...)
  • 49 Paul Ricœur, op. cit., p. 579.
  • 50 Ibidem.
  • 51 Ibid., p. 580.
  • 52 Hélène Piralian, Génocide et Transmission. Sauver la mort. Sortir du meurtre, Paris, L’Harmattan, 1 (...)
  • 53 Ibid., p. 108.

10Pour Pierre Vidal-Naquet, « de toutes les historiographies la pire est évidemment l’historiographie d’État, et les États admettent rarement le fait d’avoir été des criminels. […] Ils offrent l’historiographie même de la dénégation48 ». Le pouvoir politique, pour asseoir sa maîtrise sociale du groupe, procède à l’effacement de l’empreinte (tupos), dès lors illisible ou inaccessible - afin que certains événements pourtant connus de tous ne soient ni véhiculés ni conservés dans la mémoire collective. Selon Paul Ricœur, la manipulation de l’oubli s’articule ici à une manipulation du récit car « c’est en raison de la fonction médiatrice du récit que les abus de mémoire se font abus d’oubli49 ». En effet, on ne peut pas tout raconter, le récit est nécessairement sélectif. C’est dans cette brèche que se glisse l’idéologisation de la mémoire qui exploite les configurations sélectives du récit : « les stratégies d’oubli se greffent directement sur ce travail de configuration50 ». Dès lors, comme le rappelle le philosophe, les puissances dirigeantes prennent la direction de cette mise en intrigue dans laquelle « une forme retorse d’oubli est à l’œuvre […], résultant de la dépossession des acteurs sociaux de leur pouvoir originaire de se raconter eux-mêmes51 ». La philosophe et psychanalyste Hélène Piralian, dans son ouvrage Génocide et transmission. Sauver la mort. Sortir du meurtre52 consacré au génocide arménien, parvient au même constat. Elle dénonce ainsi la « mémoire refusée » liée à « la structure génocidaire » : « C’est pourquoi une des violences humaines les plus extrêmes est celle de la mémoire refusée, celle qui s’accompagne d’une falsification de l’Histoire, parce qu’en plaçant les sujets hors loi et hors parole, comme désarrimés de l’ordre humain, elle ne peut qu’engendrer la pérennisation des projets exterminateurs et le retour répété de destructions barbares comme reprise fantôme53 ». La poétique germanienne décline sous l’angle de l’effacement des tupoï les paradigmes déjà déployés pour rendre compte de la destruction des sēmeia. Le paradigme corporel se déploie non plus autour des corps noyés mais autour du corps amputé. Le motif de la destruction du livre évolue vers l’idée d’effacement du texte par gommage. L’absence de sépulture remplace la destruction des monuments réduits à l’état de cendres.

  • 54 Sylvie Germain, « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », Christus, p. 266.
  • 55 Sylvie Germain, Magnus, Paris, Albin Michel, 2005, p. 40.

11 Le paradigme corporel de l’amputation est déployé par Sylvie Germain dans son article « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », lorsqu’elle parle, au sujet des stratégies révisionnistes, de « fragmentations et de prélèvements épars » qui font qu’un événement est « habillement amputé, déformé, patiemment "désactivé"54 ». Tout comme une puissance exogène prélève de la réalité certains aspects, le corps est amputé d’une partie de ses membres. Dans Magnus, l’occultation dont le jeune enfant a été l’objet par ses parents adoptifs est traduite par cette métaphore de l’amputation. Le lecteur apprend que « cette part perdue le tourmente, le lancine comme un membre amputé qui continue à élancer dans le corps d’un mutilé55 ». Par ailleurs, plusieurs gestes d’amputation à l’égard du corps de l’ourson en peluche – figure métonymique de la mémoire du protagoniste – traduisent l’effacement des tupoï. Théa cherche tout d’abord à arracher la peluche à l’enfant qu’elle vient d’adopter. Elle arrache ensuite les boutons d’or qui servent d’yeux à la peluche. Or, le lecteur apprendra par la suite que ces boutons d’or sont les boucles d’oreille de la mère biologique du personnage. Par ces gestes d’amputation, les parents – dignitaires nazis – tendent donc à effacer le chemin d’accès vers le véritable passé du héros éponyme.

  • 56 Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèques des histoires  (...)
  • 57 Sylvie Germain, « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », Christus, p. 266.
  • 58 Sylvie Germain, Magnus, p. 32.
  • 59 Ibid., p. 101.

12 Le paradigme textuel du gommage prolonge cette idée d’effacement des tupoï. Si, selon Michel de Certeau, il y a une « écriture de l’histoire » à envisager comme « pratique historique56 », il y a aussi une désécriture dans laquelle le discours ne rend pas compte de certains éléments du réel. La page arrachée des sēmeia laisse alors la place au motif de la page gommée d’un texte palimpseste dont les premières empreintes graphiques sont grattées et effacées par un agent exogène. Dans son article « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », Sylvie Germain évoque cet « estompage des preuves trop saillantes », ce « gommage des questions et des paradoxes57 ». Ainsi, dans Magnus, lorsque Théa cherche à cacher à son fils adoptif la défaite allemande qui les oblige à fuir, elle pratique une première forme de gommage puisqu’elle « estompe autant qu’elle peut les souvenirs des dernières semaines58 ». Elle poursuit par là l’entreprise d’oubli pratiqué depuis l’adoption du jeune garçon considéré comme une « page gommée prête à être réécrite » par cette femme qui se chargera « de la blanchir à fond avant d’y écrire à sa guise […] un texte de rechange59 ».

  • 60 Dans La Chambre claire, Roland Barthes rappelle le rôle symbolique du monument funéraire: « Les anc (...)
  • 61 Hélène Piralian, Génocide et Transmission. Sauver la mort. Sortir du meurtre, p. 6.
  • 62 Ibid., p. 11.
  • 63 Ibidem.
  • 64 Ibid., p. 54.
  • 65 Sylvie Germain, Le Livre des Nuits, p. 323.
  • 66 Ibid., p. 279.
  • 67 Sylvie Germain, Tobie des marais, op. cit., p.70.
  • 68 Ibid., p. 77.

13Enfin, l’effacement des empreintes se décline, dans le paradigme architectural, par l’absence de sépulture. Le monument funéraire a en effet la fonction symbolique d’attester, au-delà de la mort, de l’existence passée des disparus60. L’absence de sépulture empêche les descendants de se souvenir de ceux qui ont été mais qui ne sont plus ; elle « désactive », pour citer Sylvie Germain, la prise de conscience de leur mort. Et Hélène Piralian de déclarer dans Génocide et transmission : « le déni […] a pour fonction, au-delà de l’extermination des personnes, d’entretenir la disparition de leur existence passée de manière à ce que celles-ci deviennent non des morts mais des "n’ayant-jamais-existé"61 ». Selon elle, après le meurtre historique, les disparus subissent un « meurtre du Symbolique62 » dans la mesure où le symbolique « se constitue pour un sujet du savoir de sa mortalité et de la prise en compte de celle-ci63 ». L’absence de sépulture empêche toute symbolisation de la mort et tout travail de deuil : « Ce n’est pas le deuil qui rend fou, c’est l’impossible deuil, faute de morts reconnus, identifiés, donc intégrables64 ». Les romans germaniens jouent surtout sur les configurations narratives pour mettre en récit le déni de sépulture ainsi que le traumatisme que cela engendre chez les survivants et descendants. Dans Le Livre des Nuits, c’est l’absence de sépulture pour le corps de Ruth et de ses enfants disparus à Sachsenhausen qui hante Nuit-d’Or « basculé dans une zone néante65 ». Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’à chaque guerre le cimetière de Montleroy, qui abrite les morts de la famille Peniel, est dévasté, « violation du cimetière déchu en ossuaire anonyme66 ». Mais le roman germanien le plus emblématique du déni de sépulture est Tobie des marais. C’est tout d’abord la disparition du corps du mari de Déborah mort lors de la guerre 14-18 « aussi impie, voleuse que l’océan [qui] ne restituait pas les corps de ceux dont elle s’emparait67 » ; c’est également le corps de sa fille Wioletka tuée lors de la guerre 39-45 dont il ne reste que « des ossements au fond d’une fosse commune creusée dans une forêt près de Kielce68 » ; c’est enfin, dès le début du roman, la disparition de la tête de la mère de Tobie, « cavalière décapitée », « corps acéphale » qui mendie qu’on lui rende sa tête, son intégrité et sa dignité. Pour un grand nombre de personnages germaniens, la quête consiste donc à retrouver le corps d’un disparu pour lui donner une sépulture qui permette à la fois d’attester de son existence et d’en faire le deuil. Dans son essai Les Abus de la mémoire, Tzvetan Todorov précise à ce propos l’importance du mémorial lorsqu’il déclare :

  • 69 Tzvetan Todorov, Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa (diffusion Seuil), 1998.

Les bourreaux nazis ont voulu annihiler leurs victimes sans laisser aucune trace ; le Mémorial rétablit, avec simplicité bouleversante, les noms propres, les dates de naissance, celles de départ vers les camps d’extermination. Il rétablit ainsi les disparus dans leur dignité humaine. La vie a perdu contre la mort, mais la mémoire gagne dans son combat contre le néant69.

3. Conclusion

  • 70 Ibid., p. 14.
  • 71 Ibidem.
  • 72 Sylvie Germain, « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », Christus, p. 266.
  • 73 Sylvie Germain, « Variations autour du verbe tester », Héritage, filiation, transmission, Christian (...)

14Certains régimes politiques du XXe siècle se sont donc arrogé « le droit de contrôler le choix des éléments à retenir70 » dans le passé. Or, pour la santé mentale de l’individu ou pour la santé politique de la démocratie, « les individus comme les groupes ont le droit de savoir, aussi de connaître et faire connaître leur propre histoire ; ce n’est pas au pouvoir central de le leur permettre ou de le leur interdire71 ». La poétique germanienne décrypte les mécanismes de l’orchestration de l’oubli par destruction des sēmeia et par effacement des tupoï. Elle dénonce tout particulièrement cette deuxième opération qui tend à « empoussiérer dans l’indifférence », à faire « sombrer à jamais dans l’oubli72 » car, alors, pour elle, il y a ce qu’elle appelle « oubli de l’oubli73 ».

Haut de page

Notes

1 Sylvie Germain « Discussion » à la suite de « Pour une poétique de la mémoire » de Mariska Koopman-Thurling dans L’Univers de Sylvie Germain, Alain Goulet (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2008.

2 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000. Chapitre 2 « La mémoire exercée : us et abus » de la première partie « De la mémoire et de la réminiscence », p. 67-111.

3 Paul Ricœur, ibid. Chapitre 3 « L’oubli de rappel : us et abus » de la troisième partie « La condition historique », p. 574-589.

4 Ibid, Chapitre 2 « Niveau pratique : la mémoire manipulée » : Paul Ricœur définit la « mémoire instrumentalisée » comme un « abus de mémoire » « résultant d’une manipulation concertée de la mémoire […] par des détenteurs de pouvoirs », p.97.

5 Ibid., p. 69.

6 Ibid., p. 97.

7 Le Livre des Nuits, p. 121-190 ; Tobie des marais, p. 67-71 ; Chanson des mal-aimants, p. 35-45 (pages de la collection « Folio »).

8 Le Livre des Nuits, p. 267-330 ; Tobie des marais, p. 75-80 ; Chanson des mal-aimants, p. 18-34; La Pleurante des rues de Prague, p. 40-45 et p. 68-72 ; Magnus, p. 15-74 ; L’Inaperçu, p. 249-261 (pages de la collection « Folio »).

9 Nuit-d’Ambre, p. 146-164 et p. 181-188 (pages de la collection « Folio »).

10 Sylvie Germain, Rendez-vous nomades, Paris, Albin Michel, 2012, p. 20

11 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit., p. 85.

12 Ibidem.

13 Ibid., p. 588.

14 Claude Mouchard, Qui si je criais … ? Œuvres-témoignages dans les tourmentes du xxe siècle, Paris, Édition Laurence Teper, 2007.

15 Pierre Nora, « la version "résistantialiste" de la guerre imposée dès la libération de Paris par le général de Gaulle, selon laquelle tous les Français, à l'exception d'une poignée de traîtres et d'égarés, se seraient dressés contre l'occupation allemande. », http://www.eurozine.com/articles/2002-04-19-nora-fr.html.

16 Benjamin Stora, La Gangrène et l’Oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 1991, rééd. 1998. La formule se trouve dans le titre de sa partie I « France, 1954-1962 : la noire violence des secrets familiaux ».

17 Sylvie Germain, Rendez-vous nomades, p. 28.

18 Ibid., p. 20.

19 Ibid., p. 53.

20 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, p. 586.

21 Ibid., p. 589.

22 Ibid., p. 588.

23 Ibidem.

24 Ibidem.

25 Ibid., p. 8.

26 Ibidem.

27 Ibidem.

28 Ibidem.

29 Ibidem.

30 Ibidem.

31 Sylvie Germain, Grande nuit de la Toussaint, Bazas, Le temps qu’il fait, 2000, p. 30.

32 Au deux sens du terme.

33 Sylvie Germain, Les Échos du silence, Paris, Albin Michel, coll. « Espaces Libres », n° 166, 2006, p. 92.

34 Sylvie Germain, Le Livre des Nuits, Paris, Gallimard, coll. « Folio » n° 1806, 1987, p. 279.

35 Mariska Koopman-Thurling a souligné que, chez Sylvie Germain, les essais sont « un espace transgénérique » pouvant constituer avec les romans « un ensemble homogène », Sylvie Germain. Les essais. Un espace transgénérique, Mariska Koopman-Thurling (dir.), Amsterdam : Rodopi, « C.R.I.N (Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française), n° 56, 2011, p. 9.

36 Sylvie Germain, Les Échos du silence, p. 92.

37 Sylvie Germain, La Pleurante des rues de Prague, Paris, Gallimard, coll. « Folio » n° 2590, 1994, p. 39.

38 Sylvie Germain, Le Livre des Nuits, p. 302.

39 Ibid., p.312.

40 Primo Levi a intitulé un de ses ouvrages Les Naufragés et les Rescapés (1986) - titre inspiré du chapitre 9, « Les élus et les damnés » de Si c’est un homme (1947, puis 1958).

41 Giorgio Agamben, Ce qui reste d’Auschwitz. L’archive et le témoin. Homo sacer III, [1998], Paris, Édition Payot & Rivages, 1999.

42 Sylvie Germain, La Pleurante des rues de Prague, p. 71.

43 Ibid., p. 38.

44 Sylvie Germain, L’Enfant Méduse, Paris, Gallimard, coll. « Folio » n° 2510, 1991, p. 169.

45 Sylvie Germain, Nuit-d’Ambre, Paris, Gallimard, coll. « Folio » n° 2773, 1989, p. 184.

46 Primo Levi, Les Naufragés et les Rescapés, Paris, Gallimard, 1989, p. 11-12.

47 Sylvie Germain, Christus, n°219, « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », Paris, juillet 2008. « Toutes les entreprises "révisionnistes" procèdent ainsi, s’acharnant "à détruire non la vérité, qui est indestructible, mais la prise de conscience de la vérité", comme le dit Pierre Vidal-Naquet en introduction de son ouvrage Les assassins de la mémoire. La vérité est en effet indestructible, mais le chemin qui y conduit peut, lui, être détourné, dégradé, obstrué. Perdu de vue. Il ne suffit donc pas de veiller sur la mémoire, sur les « archives » de la vérité, il faut tout autant veiller sur leur accessibilité, sur leur lisibilité, travailler à stimuler la prise de conscience de cette vérité, p.265-266.

48 Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme, Paris, Éditions de la découverte, 1987, p. 161.

49 Paul Ricœur, op. cit., p. 579.

50 Ibidem.

51 Ibid., p. 580.

52 Hélène Piralian, Génocide et Transmission. Sauver la mort. Sortir du meurtre, Paris, L’Harmattan, 1994.

53 Ibid., p. 108.

54 Sylvie Germain, « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », Christus, p. 266.

55 Sylvie Germain, Magnus, Paris, Albin Michel, 2005, p. 40.

56 Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèques des histoires », 1975, p. 4.

57 Sylvie Germain, « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », Christus, p. 266.

58 Sylvie Germain, Magnus, p. 32.

59 Ibid., p. 101.

60 Dans La Chambre claire, Roland Barthes rappelle le rôle symbolique du monument funéraire: « Les anciennes sociétés s’arrangeaient pour que le souvenir, substitut de la vie, fût éternel et qu’au moins la chose qui disait la Mort fût elle-même immortelle c’était le Monument ». La Chambre claire : note sur la photographie [1980], Paris, Gallimard, 1992, p. 146.

61 Hélène Piralian, Génocide et Transmission. Sauver la mort. Sortir du meurtre, p. 6.

62 Ibid., p. 11.

63 Ibidem.

64 Ibid., p. 54.

65 Sylvie Germain, Le Livre des Nuits, p. 323.

66 Ibid., p. 279.

67 Sylvie Germain, Tobie des marais, op. cit., p.70.

68 Ibid., p. 77.

69 Tzvetan Todorov, Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa (diffusion Seuil), 1998.

70 Ibid., p. 14.

71 Ibidem.

72 Sylvie Germain, « Souffle de la mémoire, grâce de l’oubli », Christus, p. 266.

73 Sylvie Germain, « Variations autour du verbe tester », Héritage, filiation, transmission, Christian Chelebourg, David Martens, Myriam Watthee-Delmotte (dirs.), Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2011, p. 104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Bello, « Les rumeurs de l’oubli dans les romans de Sylvie Germain ou l’exploration germanienne de l’hypomnésie  », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4539 ; DOI : 10.4000/framespa.4539

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Bello

Anne-Claire Bello est docteur es Lettres de l’Université de Cergy-Pontoise (LDI) et professeur agrégée en lycée. Ses recherches portent sur le roman contemporain et sur la problématique de la mémoire.anne-claire.bello@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals