Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoire et oubli : Histoire et Art à l'épreuve du souvenir

La mémoire des villes dans l’Espagne du Siècle d’Or : Oublier pour mieux reconstruire

Cities’ Memory in the Spanish Golden-Age : Forget to Start Over
La memoria de las ciudades en la España de los Siglos de Oro : olvidar para reconstruir mejor
Lidwine Linares

Résumés

Dans l’Espagne des xvi et xviie siècles, il est possible d’observer un phénomène nouveau : l’émergence et la multiplication des chroniques locales. Dans ces dernières, les chroniqueurs prétendent remonter aux origines des lieux – région, diocèse ou ville, etc. – pour écrire l’ « histoire » autant qu’écrire les « gloires » passées, participant ainsi à la formation et à la conservation d’une mémoire collective. L’analyse de ces chroniques montre que le mythe et la légende sont très présents et jouent un rôle essentiel dans les textes. Le propos de cette étude sera d’identifier comment se structure la discours de la mémoire, et de montrer que, malgré l’avènement d’une historiographie critique à cette époque, la dimension légendaire fait partie des stratégies pour écrire, ou plutôt pour réécrire, l’ « Histoire ».

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

crónica, memoria, ciudad, leyenda, fundación

Géographique :

España
Haut de page

Texte intégral

1. Face à l’oubli, devoir de mémoire et rhétorique de l’éloge

  • 1 P. Martín de Roa, Malaga. Su fundacion, su antiguedad eclesiastica, i seglar. Sus santos Ciriaco, i (...)

Les hommes passent comme la rivière coule, leur mémoire s’évanouit avec eux, et avec elle la mémoire de toutes les choses, non seulement des choses qui étaient déjà faites avant eux, mais aussi des choses qu’ils ont faites, vues et entendues. C’est pourquoi ils sont bien ignorants des choses anciennes, et que d’épaisses ténèbres nous obligent à avancer à tâtons à la poursuite de la vérité1.

1C’est ainsi que le père Martín de Roa commence son tout premier chapitre de la chronique qu’il consacre à la ville de Malaga en 1622, regrettant à l’aide d’une éclairante métaphore aquatique la perte des mémoires des villes et la méconnaissance de notre propre histoire. C’est d’ailleurs l’une des plaintes récurrentes de ces historiens qui se sont lancés dans la rédaction d’une chronique locale, qu’il s’agisse de celle d’une région, d’un royaume, d’une ville ou bien encore d’un diocèse. La faiblesse de la mémoire des hommes, son inconstance et sa disparition au fil du temps sont un des topiques que l’on retrouve presque systématiquement dans les prologues et les dédicaces de ce type d’ouvrage. Ainsi le chroniqueur de la ville d’Astorga, Pedro Aingo de Ezpeleta, rappelle non sans dramatisme que :

  • 2 Pedro Aingo de Ezpeleta, Fundacion de la Santa, y Cathedral Iglesia de la Ciudad de Astorga. Vida, (...)

Les mémoires humaines souffrent tant d’inconstance et de fragilité que certaines choses en font oublier d’autres, que le présent efface le passé, et que les choses à venir pressent ce qui existe de cesser d’être, ainsi toutes les choses s’acheminent d’un pas rapide vers la mort […]. L’oubli est la nuit de la vanité, la fin et le châtiment de la folie humaine2.

  • 3 Ioan Baptista Suárez de Salazar, Grandezas, y antiguedades de la isla y ciudad de Cadiz, Clemente H (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 P. Martin de Roa, op. cit., dedicatoria, s.p. et fol. 1.
  • 6 Ibid.

2De fait, pour parler de la perte des mémoires locales, les chroniqueurs utilisent une rhétorique associée à la destruction et à la mort : « souffrent tant d’inconstance et de fragilité », « os brisés et perdus3 », « ruines4 », « mémoires mortes », « sépulcre de l’oubli », « cendres des peuples enterrés », « épaisses ténèbres5 » font partie d’un vocabulaire que l’on peut communément rencontrer. C’est précisément cette problématique de l’oubli qui justifie la rédaction de chroniques locales qui tendent à se multiplier entre les xvie et xviie siècles, au point que certains historiens qui les écrivent se considèrent même comme de véritables sauveurs. C’est ainsi qu’ils expliquent dans leur prologue que le but de leur démarche est de « déterrer, de mettre au jour » ou même de « ressusciter les mémoires mortes6 » :

  • 7 Jacinto Arias de Quintanadueñas, Antiguedades y Santos de la muy noble villa de Alcantara, Madrid, (...)

Etant donné que les ténèbres de l’oubli, filles du temps, dissimulent les événements du monde, et ensevelissent non seulement ceux des grandes villes mais aussi ceux des monarchies entières, j’ai porté sur mes frêles épaules le projet de ressusciter ceux de cette Ville ancestrale, ma Patrie, et je suis le premier de ses habitants à m’y être risqué7.

3D’autres, tenant des discours non dénués d’accents providentialistes, vont encore plus loin, considérant que la rédaction de leur chronique constitue une mission divine :

  • 8 Fr. Diego Murillo, Fundacion milagrosa de la Capilla angelica y apostolica de la Madre de Dios del (...)

Il m’a semblé qu’en me faisant prendre un tel chemin, Dieu m’avait obligé à me centrer sur un sujet que j’avais l’intention de traiter de manière sommaire, et qu’il ne fallait pas enterrer et taire des choses si dignes d’être connues de tous, et si glorieuses pour la Nation Espagnole. Je considérais que ce que j’avais déjà étudié était la majeure partie de ce que cette matière pouvait offrir, et que si je n’allais pas plus avant dans ce projet (Dieu m’a conduit à cette conclusion), je ne respectais pas sa volonté, je me montrais ingrat envers ma patrie, et je ne rendais pas service à l’Espagne en ne divulguant pas au monde l’une de ses plus grandes gloires8

  • 9 Andrea Mariana Navarro, « Pasado y antigüedad clásica en los discursos sobre ciudades: Las Laudes e (...)

4Cette citation du chroniqueur de la ville de Saragosse nous éclaire sur les deux objectifs de l’auteur : il ne s’agit pas simplement de déterrer les mémoires perdues et de les conserver, mais aussi de les diffuser et les répandre, de faire connaître au plus grand nombre de lecteurs possible un certain type de mémoires, les mémoires glorieuses, comme on peut très bien le remarquer grâce au lexique utilisé. En réalité, les chroniques locales des Siècles d’Or espagnols ne sont que les copies et les héritières d’un genre florissant dans l’Italie de la Renaissance, celui des laudes civitatis, destinées à célébrer les villes et réécrire leur glorieux passé, dans la mesure du possible9. Notre corpus, constitué de 50 chroniques locales publiées entre les xvie et xviie siècles, n’est pas exhaustif mais il n’en constitue pas moins un outil efficace permettant de tirer quelques conclusions convaincantes. L’analyse de ces chroniques, et en particulier des titres, ne fait aucun doute sur la véritable nature de ce type d’ouvrage.

Carte, Les chroniques locales du Siècle d’Or

© Lidwine Linares

5La grande majorité des cinquante titres (quarante-cinq) présentent de manière explicite la chronique comme une laudes civitatum, annonçant donc que le texte aura comme objectif principal de chanter les louanges d’une ville, d’un territoire ou d’un diocèse : nous retrouvons dans ces titres une adjectivation laudative avec des termes tels que « noble » (mot que l’on peut lire pas moins de dix fois), « loyale » (six fois), « illustre » (quatre fois ilustre, deux fois ínclita, une fois esclarecida), « éminente » (cinq fois), « royale », « impériale », « couronnée », très souvent utilisés avec les formes superlatives « ísimo », « muy » ou encore « tan » et associés à la ville, à ses habitants ou à ses personnages célèbres « varones ilustres » et « santos gloriosos, etc ». En outre, les chroniqueurs présentent leur œuvre comme un mémento de sa « grandeur (grandezas) » (onze fois), de son « excellence (excelencias) » (cinq fois), mais aussi des « événements (cosas) mémorables » (sept fois), « palmes », « triomphes », etc. qui ont marqué l’histoire du territoire. Les titres, tels celui de la chronique de Huesca ou de Tolède, sont emblématiques :

Fondation, excellences, grandeurs et événements mémorables de la très ancienne ville de Huesca, tant du point de vue temporel que spirituel.

  • 10 Francisco Diego Aynsa de Iriarte, Fundación, excelencias, grandezas y cosas memorables des la antiq (...)

Histoire de l’impériale, très noble, illustre et glorieuse ville de Tolède, tête d’un formidable Royaume : fondation, antiquités, grandeurs et commencement de la Religion Catholique de la ville, et de sa Sainte Eglise, primatiale des Espagnes : vie de ses Archevêques et de ses Saints, événements mémorables de la ville et de l’archevêché10.

6Le but des auteurs est tout autant, on le voit, d’écrire l’histoire – les mémoires ­– que de chanter les gloires et les louanges. Ces auteurs deviennent ainsi des représentants majeurs de la littérature encomiastique.

2. L’incontournable question des origines : à la recherche d’un passé glorieux

  • 11 Juan Pallarés y Gaioso, Argos divina Sancta Maria de Lugo de los Ojos grandes, Fundacion y Grandeza (...)

7Faire connaître les grandeurs des villes, royaumes ou églises, suppose pour l’historien de remonter le plus loin possible dans le passé, un passé qui paraît d’autant plus glorieux qu’il est lointain. « L’origine première des villes a toujours été l’emblème qui les a sublimées le plus et le blason qui les a le plus exaltées… » rappelle à juste titre le chroniqueur de Lugo11. Il ne faut donc pas s’étonner que le mot que l’on retrouve le plus dans les titres soit celui d’« antiquités » (antigüedades) et ses variantes adjectivales ancienne, antique, très ancienne (antigua/antiquísima : vingt-six occurrences dans vingt-quatre titres), suivi du mot « fondation » avec dix occurrences, ou encore de termes renvoyant à l’origine : l’adjectif « premier » (trois occurrences), les termes « début » (trois fois), « origine », « passé ». Le projet de la plupart des chroniqueurs de notre corpus, annoncé dès la couverture, est donc bien de remonter aux premiers temps et aux plus lointaines origines, et si cet objectif n’est pas clairement exprimé dans le titre, il peut être, comme dans le cas de la chronique de Mérida, évoqué par les illustrations de la page de garde.

Figure 2 Linares

Figure 2 Linares

Page de garde de la chronique de Mérida

Libre de droit

8Le titre se trouve dans une sorte de frontispice, dominé par la figure emblématique de Sainte Eulalie, patronne de la ville. Cependant, le plus intéressant pour notre propos sont les deux personnages latéraux « Tubal, Urbis fundator » et « Augustus, Coloniae conditor », c’est-à-dire les deux fondateurs de la ville de Mérida : le fondateur « primitif » Tubal Caín, et le « second » fondateur, Auguste César, car il était communément allégué par les chroniqueurs que ceux qui avaient œuvré pour l’extension et le développement de la ville pouvaient aussi être considérés comme leur fondateur légitime.

9L’analyse des chroniques montre que trente-sept des auteurs du corpus ont tenté de remonter aux tout premiers temps et d’éclairer les lecteurs sur les anciennes fondations de la ville : il apparaît que vingt-six (soit plus de la moitié du corpus) ont inventé une fondation mythique à la ville tandis qu’onze d’entre eux ont prétendu que leur ville avait été fondée puis colonisée par de grands peuples, à savoir romains, grecs et phéniciens essentiellement.

Figure 3 Linares

Figure 3 Linares

Graphique, Les fondations dans les chroniques locales

© Lidwine Linares

Figure 4 Linares

Figure 4 Linares

Carte, Les fondations mythiques dans les chroniques locales

© Lidwine Linares

10Les options qui se présentaient aux chroniqueurs pour glorifier leur ville à partir de sa fondation était double : ou bien l’on privilégiait l’ancienneté la plus grande et l’on remontait ainsi aux temps primitifs de la genèse biblique ou de mythologies anciennes en liant la ville à un célèbre héros glorieux ; ou bien l’on favotisait le lien avec les grandes civilisations, facteur de gloire et d’éclat. Ces deux options n’étaient d’ailleurs pas exclusives et la plupart des chroniqueurs les ont conjuguées. Tel fut le cas par exemple de celui de Mérida, qui a choisi de raconter la première fondation par un héros biblique – Tubal, petit-fils du patriarche Noé – sans renoncer pour autant à évoquer la seconde fondation – celle de l’Empereur Auguste César qui, s’il a bien conquis l’Hispanie, n’a pas nécessairement fondé la ville de Mérida. La seconde fondation de Mérida est donc tout aussi légendaire que la première, puisque rien ne prouve qu’Auguste César ait fondé la ville. En revanche, il existe bien des preuves de ce que Mérida a été une colonie romaine, aussi s’agit-il là d’une simple extrapolation, procédé des plus fréquents dans ce type de récits, destinée à donner une identité au fondateur et par conséquent à augmenter la gloire de la ville.

11En ce qui concerne les légendes de fondation plus anciennes encore, les fondations primitives, bibliques ou mythiques, elles mettent en scène deux personnages principaux : Tubal et Hercule.

Figure 5 Linares

Figure 5 Linares

Graphique, Les fondateurs mythiques dans les chroniques locales

© Lidwine Linares

12Tubal apparaît comme le fondateur de ville dans douze chroniques, dix-huit si l’on comptabilise ses ascendants (Noé et Jafet) et descendants (les rois Brigo, Tago et Beto), soit 36 % du total des chroniques de notre corpus. Ces légendes existaient déjà et apparaissaient dans quelques chroniques générales, dans lesquelles il était raconté que Tubal, cinquième fils de Jafet et petit-fils de Noé, avait été le premier roi d’Espagne. En effet, Tito Flavio Josefo, historien du ier siècle après JC, avait écrit que suite au déluge, les descendants de Noé s’étaient divisés en soixante-douze familles et qu’ils étaient partis repeupler le monde. Il avait également écrit que Tubal s’était chargé de l’Espagne, information reprise plus tard par des autorités telles que saint Jérôme et saint Isidore, puis relayée par les chroniqueurs espagnols. Ces derniers avaient également été trompés par les faux écrits de Beroso, prêtre chaldéen du iiie siècle, inventés par Anno de Viterbio qui avait prétendu les avoir retrouvés. Dans ces écrits, on pouvait lire une liste des vingt-sept rois espagnols depuis Tubal, liant de cette manière la monarchie espagnole à des personnages bibliques.

13Ainsi, le chroniqueur des Asturies, malgré une soi-disant rigueur scientifique mise à mal par un certain nombre d’invraisemblances, ne craint pas d’affirmer que Tubal gouverna et résida en Espagne pas moins de cent quatre-vingt quinze ans tandis que celui de Mérida parle de cent cinquante ans. De telles excentricités n’ont d’ailleurs pas empêché ces légendes de connaître un incroyable succès auprès de chroniqueurs locaux. Ces derniers voulurent, coûte que coûte, se les approprier, les inclure dans leur récit et prouver que la fondation de leur ville avait été menée par le prestigieux Tubal ou l’un de ses ascendants ou descendants. Peu de chroniqueurs ont pris la peine de remettre en cause des légendes généralement acceptées, mais qui ont toutefois posé problème à des historiens plus scrupuleux dès la fin du xvie siècle. Le chroniqueur de Murcia écrit par exemple que :

  • 12 Francisco Cascales, Discursos históricos de la mui noble i mui leal ciudad de Murcia, Murcia, Luis  (...)

Il est communément admis, de nos jours encore, que le premier habitant de l’Espagne a été Tubal, et que c’est de ce premier fondateur que viennent les noms de Setubal, Tubela, ou Tudela, et que c’est de Noé, qui est ensuite venu en Espagne, que viennent Noega et Noela. Que c’est avec Ibero que l’Espagne s’est appelée Iberia, puis qu’avec Hespero elle s’est appelée Hesperie puis qu’enfin d’Hispan vient le nom d’Hispania. Et les chroniqueurs sèment dans la mémoire des Espagnols cette opinion, tellement enracinée dans nombre de livres de toute nature que je pense que l’on se jetterait sur moi, lance à la main, si je disais maintenant que tout ceci (si ce n’est la venue de Tubal) est de l’affabulation, et que de tels fondateurs n’ont jamais existé, ni de tels rois, ni presqu’aucun de tous ceux que cette chronographie inclut. Je sais bien que les Auteurs espagnols ne sont pas coupables, car ils ont tous été trompés par Beroso, et son interprète Annio Viterbiense, car ils ont fait confiance à son nom et à l’autorité qui a été la sienne jusqu’à aujourd’hui12

  • 13 Fernando Alvia de Castro, Memorial y discurso politico por la muy noble, muy leal ciudad de Logroño (...)

14La mise en doute de l’autorité de Beroso n’empêche pas certains chroniqueurs de se valoir de ses écrits pour s’approprier cette légende « nationale » et exalter ainsi leur territoire, se servant également de toute une batterie de preuves telles que l’étymologie. Le chroniqueur de Logroño, alléguant que sa ville auparavant s’appelait Julio-Briga, explique par exemple qu’elle ne pouvait avoir été fondée que par le roi Brigo, descendant de Tubal13. Les chroniqueurs utilisent encore d’autres arguments comme la proximité d’autres villes également « fondées » par Tubal, comme celui de Huesca qui explique que celle-ci se situant près de Saragosse, dont le chroniqueur Murillo aurait démontré la fondation mythique par Tubal (ou ses descendants), elle ne pouvait avoir été fondée par quelqu’un d’autre. De fait, Murillo l’avait « démontré » treize ans auparavant grâce à un autre topique, la situation géographique et le climat idéal dont jouit la ville :

  • 14 Fr. Diego Murillo, op. cit., tratado 2, p. 5.

D’autre part parce que les habitants et fondateurs de royaumes cherchent d’ordinaire à les fonder [les villes] dans les lieux les plus paisibles et les plus fertiles qu’il leur est donné de trouver, où l’eau coule en abondance, et force est de constater qu’en ce qui concerne toutes ces choses, peu de villes peuvent rivaliser avec Saragosse14.

15Les stratégies des chroniqueurs pour doter leur ville ou territoire d’une fondation mythique différente, liée à la deuxième gloire de l’histoire ancienne de l’Espagne, le grand Hercule, ne sont pas différentes. Rappelons qu’il existait déjà des légendes qui reliaient l’Espagne à ce personnage fabuleux. En effet, le pays aurait servi de décor à deux de ses douze travaux : c’est dans le jardin des Hespérides – qui selon le géographe Strabon se situait à Tartessos, au sud de la Péninsule – qu’Hercule trompa Atlas pour récupérer les pommes d’or, en soutenant le ciel sur ses épaules. Il aurait également volé et tué le bétail de Géryon, un monstre à trois têtes de l’île d’Erythie, l’actuelle Cadix, d’où la fondation mythique et le blason de la ville, et avait au passage élevé les fameuses « colonnes » de chaque côté du détroit de Gibraltar, colonnes qui deviendront l’un des symboles les plus inaltérables de l’Histoire de l’Espagne.

Figure 6 Linares

Figure 6 Linares

Blason de la ville de Cadix (illustration de la chronique de Cadix)

Libre de droits

16Ces légendes donnèrent lieu à de nombreuses variantes et extrapolations, s’adaptant ainsi aux réalités locales et furent reprises par la plupart des chroniqueurs médiévaux, de Saint Isidore à Alphonse X : Hercule aurait donc été roi d’Espagne. Hispalo, pseudo-roi qui aurait donné son nom au pays, aurait été, selon les sources, le fils d’Hercule, ou encore son capitaine. La figure d’Hercule a également été démultipliée (on rencontre Hercule le grec, fils de Zeus, mais aussi Hercule l’Egyptien ou le Libyen, fils d’Osiris). Il a même existé une légende selon laquelle ce sont quarante-trois Hercules qui ont existé, légende exploitée par le chroniqueur d’Avila pour réécrire à la ville une fondation des plus originales et fabuleuses, comme en témoigne le titre même de l’ouvrage.

Figure 7 Linares

Figure 7 Linares

Page de garde de la chronique d’Ávila

Libre de droits

17Alors qu’il était roi d’Espagne, l’un des quarante-trois Hercules, « fils naturel de Jupiter », se maria avec une dame de Gibraltar, appelée Ávila, et eut avec elle un fils nommé Alcideo, qui fonda et donna à la ville son nom, en hommage à sa mère. Pour le chroniqueur de Séville en revanche, c’est Hercule le Libyen, ou Egyptien, fils d’Osiris, qui fonda la ville. Dans un récit tout aussi fabuleux que le précédent, il raconte les événements qui ont conduit Hercule en Espagne et les raisons qui l’on poussé à s’y installer :

  • 15 Pablo de Espinosa de los Monteros, Primera Parte de la Historia, Antiguedades y grandezas de la muy (...)

Il vint en Espagne à la recherche des trois Geryons […] et il les tua tous, l’un après l’autre, en combat singulier, après quoi sa colère fut enfin contenue. Et, alors qu’il avait l’esprit libre, ne pensant plus à la guerre, on raconte qu’il eut envie de visiter l’Andalousie, dont la fertilité et la richesse étaient célèbres. Et, après avoir parcouru la province, et bien considéré la richesse de ses terres, son climat tempéré et salutaire, la fraicheur et la pureté de son air, l’agréable étendue de ses vallées fécondes, l’aménité de ses prés, la fertilité de ses champs, et l’abondance générale de ses fruits savoureux et généreux, mais aussi la douceur de ses eaux cristallines, il choisit sur la large rive du fameux Fleuve Betis un lieu pour édifier les formidables fondations d’une immense ville irradiée par le soleil […]. Et de nombreux auteurs faisant autorité racontent que ce fut la première ville fondée en Espagne, parce que si des personnes vivaient auparavant dans ces lieux, ce ne devait pas être dans des villes15

18Encore une fois, la volonté d’apporter les preuves de cette fondation est flagrante : les arguments « subjectifs » déjà évoqués plus haut que sont la louange du territoire sont repris et s’ajoutent à d’autres arguments plus scientifiques comme l’étymologie, le recours aux autorités, et à un autre argument de poids, les épigraphes présents dans la ville, mémoire pérenne qui constitue la preuve la plus tangible au vu de l’absence de textes écrits. C’est ce que rappelle le chroniqueur de Ségovie :

  • 16 Diego de Colmenares, Historia de la Insigne Ciudad de Segovia y compendio de las Historias de Casti (...)

La nouvelle de cette fondation s’est répandue grâce aux autorités et grâce à nos habitants pour qui elle est devenue une tradition, elle a été renforcée par les monuments et les constructions qui aujourd’hui encore subsistent. […] Et quand bien même il n’y aurait pas l’autorité de ces auteurs et la tradition millénaire, il suffirait de ce seul monument pour prouver que notre ville, Ségovie, est l’œuvre d’Hercule l’Égyptien16.

19Le projet de tant de chroniqueurs ayant entrepris de rédiger les histoires de leurs villes ou diocèses, à savoir de déterrer et conserver les mémoires est donc devenu autre : chanter les gloires du commencement, les louanges des temps primitifs, mêlant, dès que cela était nécessaire la matière historique et la matière biblique, mythique voire merveilleuse, toujours présentée comme une vérité historique. En fin de compte, en assurant que le territoire avait une origine sacrée ou mythique, il s’agissait davantage pour les chroniqueurs de « reconstruire » une mémoire que d’écrire l’histoire.

3. Renaissances symboliques : la foi chrétienne avant tout

20Ainsi, il se produit une confusion entre mémoire et gloire, entre gloire et fondation primitive, mais si les récits de « naissance » sont essentiels dans l’économie de ce type d’ouvrage, les « renaissances symboliques » que furent la fondation de l’Église catholique et l’implantation de la foi par les apôtres du Christ, en particulier saint Jacques, sont considérées comme des événements plus importants encore, comme le rappelle le chroniqueur de Jaén :

  • 17 Bartolomé Ximénez Patón, Historia de la antigua, y continuada nobleza de la ciudad de Iaen muy famo (...)

Après que le Christ, notre rédempteur, est monté au ciel, saint Jacques est venu prêcher en Espagne où ce fils du tonnerre fut un puissant, valeureux et éloquent prédicateur […]. Cet excellent prédicateur est connu pour être le père de l’Espagne et la rivalité avec la tradition d’autres nations ne peut entacher cette vérité qui vient de l’Evangile, et qui est encore plus importante que celle de Tubal, le premier habitant de notre ville, car avec lui a commencé notre vie temporelle, tandis qu’avec notre patron saint Jacques, c’est notre vie spirituelle et éternelle17

21On peut clairement identifier l’intérêt des chroniqueurs à présenter les origines de la foi dans le graphique suivant.

Figure 8 Linares

Figure 8 Linares

Graphique, l’évangélisation apostolique dans les chroniques locales

© Lidwine Linares

22Des quarante-deux chroniques dans lesquelles est évoquée l’ère chrétienne – rappelons que huit chroniques relatent des faits tardifs, postérieurs à la reconquête – trente-trois racontent ou évoquent l’évangélisation par saint Jacques ou l’un de ses disciples, treize de ces trente-trois chroniques parlent également, même si de façon très brève parfois, de celle de saint Pierre et/ou de saint Paul. Si l’on entre dans le détail, on peut d’ailleurs vérifier que si certains survolent le sujet et le traitent de manière superficielle en évoquant simplement l’évangélisation apostolique de l’Espagne, vingt des chroniqueurs (soit 40 % d’entre eux) écrivent que saint Jacques était bien passé dans leur ville pour l’évangéliser.

Figure 9 Linares

Figure 9 Linares

Carte, L’évangélisation de saint Jacques dans les chroniques locales

© Lidwine Linares

23Cet événement acquiert la dimension de véritable mythe de fondation dans la mesure où il est présenté comme une « renaissance symbolique » de la ville concernée. Au niveau sémantique, cette renaissance se manifeste par l’opposition entre l’obscurité et la lumière, que l’on rencontre dans la plupart des textes, ici dans la chronique d’Astorga :

  • 18 Pedro Aingo de Ezpeleta, op. cit., fol. 1r.

Ce postulat, parce qu’il fait autorité et est très ancien, fait partie de la très vénérable tradition du saint évêché et de la noble ville d’Astorga : le premier à avoir sorti des ténèbres de l’infidélité, et à lui avoir apporté la claire lumière de la doctrine évangélique et de la foi de Jésus Christ, fut l’apôtre Saint Jacques de Zébédée qui, en tant que fils du tonnerre, se répandit à la vitesse du tonnerre dans les villes les plus illustres d’Espagne18.

24S’appuyant sur une légende qui avait connu une grande fortune, à savoir la répartition du monde entre tous les apôtres par le Christ et la venue en Espagne de saint Jacques, mais qui avait été remise en cause dès le xiiie siècle, les chroniqueurs s’appliquèrent à réécrire l’histoire afin de démontrer que ce saint s’était rendu dans leur territoire, se basant pour ce faire sur les anciennes chroniques de Flavio Dextro, l’une des falsifications les plus notoires du xvie siècle. Il faut dire que l’évangélisation par saint Jacques permettait une triple célébration de la ville. La venue de saint Jacques, parce qu’il était un apôtre, premier martyr après le Christ, saint patron dont on possédait les reliques, était en soi facteur de gloire :

  • 19 Fernando Alvia de Castro, op. cit., fol. 32b.

Dans ma chère Patrie, a prêché le Protomartyr de l’apostolat, le grand et unique Patron de l’Espagne, Saint Jaques, et il y a laissé pour Evêque son disciple Arcadio. […] Il n’y a rien d’autre à ajouter pour chanter les louanges et prouver la gloire de mon pays19.

25Cela permettait aussi de montrer que la présence du christianisme dans la ville était très ancienne et que la ville était déjà importante avant même la venue de l’apôtre :

  • 20 Alonso Nuñez de Castro, Historia eclesiastica, y seglar de la muy leal ciudad de Guadalaxara, Madri (...)

Celle [la foi chrétienne] de Guadalajara fut aussi ancienne que sa prédication en Espagne, si bien que, comme Flavio Dextro l’affirme, elle fut la première du monde, après celle de la Judée, la Galilée et la Samarie20

  • 21 Jacinto Arias de Quintanadueñas, op. cit., fol. 35v.

Il a prêché partout en Espagne, et c’est ainsi qu’il est arrivé à Alcántara, car c’était à l’époque l’une des principales villes de la Lusitanie, et même l’une des meilleures d’Espagne21.

26Les auteurs ont donc souhaité inscrire dans ce réceptacle des mémoires collectives que sont les chroniques cet épisode légendaire, véritable renaissance symbolique.

27Les victoires de la Reconquête furent également considérées comme des mythes de fondation, car elles avaient permis aux villes et aux régions de « renaître de leurs cendres » après l’invasion musulmane présentée par tous les chroniqueurs comme une catastrophe (« perdition », « destruction ») et comme un châtiment divin. C’est une histoire peu glorieuse que les chroniqueurs auraient souhaité voir tomber dans l’oubli et qu’ils ne mentionnent donc que du bout des lèvres comme nous le prouve l’étude de l’économie de ces œuvres. Dans la chronique d’Alcántara par exemple, la conquête et les cinq siècles d’occupation musulmane sont résumés en un chapitre, soit trois folios sur cent quatre-vingt neuf que compte l’ouvrage ; et encore, ce sont essentiellement les efforts constants des rois et des soldats chrétiens pour récupérer leur territoire qui sont mis en avant. Les batailles qui avaient permis de mettre fin à cet épisode honteux sont donc narrées avec moults détails, en particulier les victoires miraculeuses, menées avec l’aide céleste des saints et de la Vierge.

28Ce fut donc un autre des motifs légendaires que les chroniqueurs tentèrent de « récupérer », motif qui apparaît dans plus de la moitié des œuvres de notre corpus.

Figure 10 Linares

Figure 10 Linares

Graphique, Les victoires miraculeuses dans les chroniques locales

© Lidwine Linares

29Certaines de ces légendes, comme par exemple la victoire miraculeuse de Covagonda par le roi Pélage, avec l’aide de la Vierge, ou encore la bataille de Clavijo dans laquelle s’était distingué saint Jacques Matamores, monté sur un cheval blanc, étaient considérées comme des événements essentiels parce qu’elles étaient les deux premières « grandes victoires » qui avaient permis au peuple espagnol de « renaître » une seconde fois, enfin libéré du joug des infidèles.

Figure 11 Linares

Figure 11 Linares

Les batailles miraculeuses dans les chroniques locales

© Lidwine Linares

30Covagonda et Clavijo sont des mythes qui appartiennent de facto à tous, à la mémoire collective et qui, comme tout mythe de fondation, font partie de l’Histoire commune. Ils ont donc une dimension pan-hispanique. Il n’est pas étonnant, dans ces circonstances, que ce soient les deux victoires les plus mentionnées de notre corpus (Clavijo apparaît à douze occasions, Covagonda à quatre reprises). Ce qui peut en revanche paraître étonnant c’est qu’elles soient évoquées dans des chroniques de territoires très éloignés des lieux des batailles. De fait, et comme c’était déjà le cas pour les épisodes légendaires que nous avons évoqués, les chroniqueurs se servent de nombreuses stratégies pour « s’approprier » la gloire de ces victoires miraculeuses. Le chroniqueur de Léon raconte ainsi que c’est la bataille miraculeuse de Covagonda qui a ouvert la voie à la libération de la ville de Léon :

  • 22 Fr. Athanasio de Lobera, Historia de las grandezas de la muy antigua, e insigne ciudad y Iglesia de (...)

Après cette victoire céleste, le roi Pélage comprit que Dieu avait désormais rengainé l’épée de la justice (qui s’était montrée si tranchante et rigoureuse envers l’Espagne), ainsi ce saint roi et les siens reprirent courage et […] comptant sur la faveur qu’avait commencé à leur accorder Jésus Christ, père de la miséricorde, Pélage reprit avec ses soldats le chemin des montagnes et, les traversant jusqu’à Léon, il assiégeat la ville22.

31Un autre exemple de « récupération » se trouve dans la chronique des Asturies où l’auteur se propose de démontrer comment les rois des Asturies sont directement liés à l’épisode fondateur de Clavijo. Ainsi il raconte que c’est pour aider un roi asturien, Ramire Ier, que saint Jacques était apparu lors de la mythique bataille de Clavijo. Dans son texte, cet épisode acquiert une importance capitale dans la mesure où il est développé de façon très détaillée tout au long de neuf chapitres, faisant ainsi des Asturies le territoire à l’origine de cet épisode mythique. Cependant les Asturiens ne sont pas les seuls à revendiquer être à l’origine de cet événement : le chroniqueur de León par exemple ne craint pas de mettre en doute la date de la bataille, affirmant que le plus probable est qu’elle ait eu lieu lors des règnes de Ramire II, ou encore de Ramire III, tous deux rois du León et non plus des Asturies :

  • 23 Ibid., fol. 192v.

Il est très difficile de vérifier quel roi fit cette promesse [celle des Vœux de Clavijo, terme de la bataille], et quand il l’a faite. […] Et on ne peut rejeter aucun des trois rois Ramire, même si, comme nous avons pu le voir, il est plus plausible qu’elle ait eu lieu alors que régnaient les deux derniers, et non le premier23.

32Les stratégies des historiens pour célébrer « leur » territoire, le lier aux batailles miraculeuses et faire que rejaillisse sur eux un peu de la gloire de ces fameux épisodes légendaires, sont diverses et nombreuses : participation des habitants, proximité du champ de bataille, participation d’un saint local (Sainte Eulalie, patronne de Mérida, serait par exemple intervenue pour aider Pélage à Covagonda), etc.

33Parfois les chroniqueurs vont encore plus loin, et créent leurs propres légendes, comme dans le cas d’Avila ou de Saragosse qui auraient été libérées par la vierge, pour la plus grande gloire de la ville. De fait, après avoir raconté avec pléthore de détails son apparition, le chroniqueur de Saragosse conclut son récit en interpelant le lecteur avec lyrisme et affectation pour mieux mettre en avant l’excellence de sa ville :

  • 24 Fr. Diego Murillo, op. cit., tome 2, p. 256.

Il est vrai que lors du miracle du Portillo, nous avons pu admirer la Mère de Dieu, la femme la plus belle, la plus douce et la plus pacifique qu’ont engendré les cieux, cuirassée de lumière et devenue capitaine d’une céleste armée angélique pour combattre en faveur de sa Ville. Le plus formidable spectacle qu’il nous ait été donné de voir24 !

4. Conclusion

34Au siècle d’Or, conserver la mémoire d’un territoire ne consistait pas à écrire l’Histoire telle que nous la concevons aujourd’hui : il s’agissait d’exalter les villes, de louer les royaumes, de « chanter les palmes et les triomphes » – pour reprendre le titre de la chronique de Galice – des diocèses. Dans ce projet, la matière légendaire prend une importance considérable, tant du point de vue quantitatif que qualitatif : les chroniqueurs s’attachent à écrire les gloires passées de leur patrie, louant leur fondation mythique et célébrant leur retour à la foi catholique, rendue possible grâce aux plus grands noms du martyrologe hispanique.

35Est-ce, comme l’affirment ces auteurs, une simple volonté de rendre justice à leur ville ou à leur Eglise, lésée par des siècles de silence ? De faire que ces glorieuses mémoires soient enfin immortalisées ? Il semble pourtant que le sujet soit un peu plus complexe. En effet, l’utilisation de ces matières légendaires à une époque où commencent à se développer une historiographie et une hagiographie critiques ainsi que l’aveuglement (volontaire) de nos auteurs face à ces légendes alors largement remises en cause, peut nous apporter quelques éléments de réponse. Le chroniqueur local pouvait, en manipulant la matière historique, créer une historiographie favorable et prouver que sa ville était la plus ancienne, la plus chrétienne, la plus prestigieuse, la plus glorieuse… dans le but de monter dans la hiérarchie des villes, de démontrer ses droits, ou d’en revendiquer davantage.

Haut de page

Notes

1 P. Martín de Roa, Malaga. Su fundacion, su antiguedad eclesiastica, i seglar. Sus santos Ciriaco, i Paula Martires. S. Luis Obispo, sus patronos, Málaga, Iuan Rene, 1622, fols. 1r y 1v.

« Corren los hombres como las aguas, y la memoria de ellos con ellos se desvanece, y con ella la de todas las cosas, no sólo las que hallaron hechas, sino las que hicieron, las que vieron y las que oyeron. De aquí han grande ignorancia en lo antiguo, tan gruesas tinieblas que nos obligan a andar atiento en seguimiento de la verdad ».

2 Pedro Aingo de Ezpeleta, Fundacion de la Santa, y Cathedral Iglesia de la Ciudad de Astorga. Vida, predicación, y martyrio de su primer Obispo S. Ephren, discipulo del Apostol Santiago el Zebedeo. Noticia de los muchos y grandes Santos desta Apostolica Iglesia, y nobilissima Ciudad, y de algunos Santos de otras Cathedrales, y Ciudades de España, Madrid, Andres de Parra, 1634, prologue, s.p.

« Tan enfermas de achaques de inconstancia, y fragilidad, son las memorias humanas, que unas cosas traen el olvido de otras, y lo pasado se borra con lo presente, y lo por venir da priesa a lo que existe, para que deje de ser, y todo con paso acelerado camina a la muerte […] es el olvido noche de la vanidad, fin, y castigo de la locura humana ».

3 Ioan Baptista Suárez de Salazar, Grandezas, y antiguedades de la isla y ciudad de Cadiz, Clemente Hidalgo, 1610, dedicatoria, s.p.

4 Ibid.

5 P. Martin de Roa, op. cit., dedicatoria, s.p. et fol. 1.

6 Ibid.

7 Jacinto Arias de Quintanadueñas, Antiguedades y Santos de la muy noble villa de Alcantara, Madrid, Matheo Fernandez, 1661, fol. 11.

« Como las tinieblas del olvido, hijas del tiempo, encubren los sucesos del mundo, sepultando no sólo los de una gran ciudad, sino los de una entera monarquía, yo que he tomado sobre mis flacos hombros la empresa de resucitar los de esta antiquísima Villa patria mía, habiendo sido el primero colón que lo intenta ».

8 Fr. Diego Murillo, Fundacion milagrosa de la Capilla angelica y apostolica de la Madre de Dios del Pilar, y excelencias de la Imperial Ciudad de Çaragoça. Dividese en dos tratados, Barcelona, Sebastian Matevad, 1616, prologue, s.p.

« Parecióme que por aquel camino había querido Dios obligarme a escribir de propósito lo que había sido mi intento tratar solamente de paso, y que no era razón sepultar en silencio cosas tan dignas de llegar a noticia de todos, y de tanta gloria para la Nación Española. Consideraba que lo que tenía ya trabajado era la mayor parte de lo que en aquella materia podía ofrecerse, y que dejar de pasar adelante (habiéndome Dios traído a tal término por tal camino) era resistir a su voluntad, ser ingrato a mi patria, y dejar de hacer a España un notable servicio, dejando de manifestar al mundo una de sus mayores glorias… »

9 Andrea Mariana Navarro, « Pasado y antigüedad clásica en los discursos sobre ciudades: Las Laudes en la historiografía andaluza », Temas Mediev., 2008, vol. 16. Consulté le 05 février 2016, URL : http://www.scielo.org.ar/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0327-50942008000100004&lng=es&nrm=iso

10 Francisco Diego Aynsa de Iriarte, Fundación, excelencias, grandezas y cosas memorables des la antiquísima Ciudad de Huesca, así en lo temporal, como en lo espiritual, Huesca, Pedro Cabarte, 1619.

Pedro de Rojas, Historia de la imperial, nobilissima, inclita y esclarecida ciudad de Toledo, cabeza de su felicissimo Reyno: fundacion, antiguedades, grandezas y principio de la Religion Catolica en ella; y de su Santa Iglesia, Primada de las españas: Vida de sus Arçobispos, y Santos; y cosas memorables de su ciudad, y Arçobispado, Madrid, Diego Díaz de la Carrera, 1654-1663.

11 Juan Pallarés y Gaioso, Argos divina Sancta Maria de Lugo de los Ojos grandes, Fundacion y Grandezas de su Iglesia, Sanctos Naturales, Reliquias y Venerables Varones de su Ciudad, y Obispado, Obispos y Arçobispos que en todos imperios la governaron. Obra posthuma. Santiago, Jacinto del Canto, 1700, p. 1.

« El origen más antiguo de las Ciudades fue siempre el más ilustre timbre que las sublima y el mayor blasón que les engrandece… ».

12 Francisco Cascales, Discursos históricos de la mui noble i mui leal ciudad de Murcia, Murcia, Luis Beros, 1621, p. 1.

« Es opinión asentada hasta nuestros tiempos que el primer poblador de España fue Tubal, y que de este primero Fundador han quedado algunos nombres en ella, Setubal, Tubela, o Tudela, y de Noé, que después visitó a España, que quedó Noega, y Noela. Y que de Ibero, y toda España Iberia y que del rey Hespero se llamó Hesperia, y que de otro Hispan últimamente fue llamada Hispania. Está tan sembrada esta opinión por los Cronistas en la memoria de la gente Española, y tan arraigada en muchos y diversos libros que pienso se levantarán todos contra mí con lanzas en puño si dijese agora, que todo esto (excepto la venida de Tubal) es fabuloso, y que no hubo tales Fundadores, ni tales Reyes, ni casi todo lo demás que la Cronografía ensarta. Yo bien sé que no tienen mucha culpa los Escritores de España, porque todos se han engañado por Beroso, y su intérprete Annio Viterbiense, habiéndose fiado del nombre y autoridad con que han corrido hasta hoy… ».

13 Fernando Alvia de Castro, Memorial y discurso politico por la muy noble, muy leal ciudad de Logroño, Lisboa, Lorenço Craesbeeck, 1633, fols. 28-29.

« Hacen memoria algunos historiadores de este Rey Brigo, por autoridad de Beroso, que sacó a luz el Fr. Joan Annio Vitemberse, de cuyo crédito, o fingimiento, tratan muchos, y los dejó en su palestra literaria, valiéndome de los que fuere a mi propósito, y más siguiendo autores clásicos […]. Julio Briga, que es Logroño, como luego probaré, tiene gran antigüedad, como hecho su población, según lo más cierto por el rey Brigo […] y el nombre de Julio por haber sido reedificación del emperador Julio César ».

14 Fr. Diego Murillo, op. cit., tratado 2, p. 5.

« lo otro porque los pobladores y fundadores de reinos, de ordinario, buscan para haber de fundarlos los sitios más apacibles, más fértiles, y más abundosos de agua que pueden hallar, y es cosa manifiesta que en todas estas cosas, hay pocas ciudades que iguale a Zaragoza ».

15 Pablo de Espinosa de los Monteros, Primera Parte de la Historia, Antiguedades y grandezas de la muy noble y muy leal ciudad de Sevilla, Sevilla, Matías Clavijo, 1627, fols 3r-v.

« Vino a España en busca de los tres Geriones […] y los mató a todos, uno a uno, en singular batalla, con que parece que aplacó su cólera. Y hallándose desocupado de guerras, dicen que le dio deseo de ver toda la provincia de Andalucía, de cuya fertilidad y riqueza corría mucha fama. Y habiendo andado, y considerado bien la riqueza de sus minas, saludable templanza de su cielo, la pureza de sus frescos aires, la agradable llanura de sus vegas, la amenidad de sus prados, la fertilidad de sus campos, y abundancia general de sus sabrosos y provechosos frutos, junto con la dulzura de sus cristalinas aguas, eligió en la espaciosa ribera del celebrado Betis, el sitio, donde echó los felicísimos fundamentos de la mejor ciudad que el Sol rodea […]. Y dicen muchos Autores graves que fue la primera fundación de España, porque aunque antes había gente en ella, no debían de vivir en forma de ciudades… ».

16 Diego de Colmenares, Historia de la Insigne Ciudad de Segovia y compendio de las Historias de Castilla, Segovia, Diego Díez, 1639, chap. I, V.

« La noticia de esta fundación se ha continuado en escritores de autoridad y en la tradición constante de nuestros ciudadanos, reforzada con monumentos y fábricas que hasta hoy permanecen. […] Cuando faltaran la autoridad de escritores, y la tradición de las edades, bastaba sólo este monumento para asegurar que nuestra Segovia fue fundación de Hércules egipcio ».

17 Bartolomé Ximénez Patón, Historia de la antigua, y continuada nobleza de la ciudad de Iaen muy famosa, muy noble, y muy leal guarda, y defendimiento de los Reynos de España. Y de Algunos Varones famosos, hijos della, Iaen, Pedro de la Cuesta, 1628, fols. 18r-v.

« Después de subido Cristo nuestro redentor a los cielos, luego Santiago vino a predicar a España donde como hijo de trueno fue poderoso predicador de grande valor y elocuencia […]. A este tan excelente predicador conoce España por su padre sin que la emula con tradición de otras naciones pueda escurecer esta verdad que la engendró en el Evangelio a que se tiene por más obligada, que a Tubal su primer poblador, porque éste fue principio de su vida temporal, y el patrón Santiago de la espiritual y eterna ».

18 Pedro Aingo de Ezpeleta, op. cit., fol. 1r.

« Esto supuesto, es tradición, por su autoridad, y antigüedad, muy venerable de la santa Iglesia Catedral, y Ciudad nobilísima de Astorga, que el primero que la sacó de las tinieblas de la infidelidad, y dio luz clarísima de la doctrina Evangélica, y Fe de Jesucristo, fe el Apóstol Santiago el Zebedeo, que como hijo del trueno, discurrió con velocidad por las ilustres Ciudades de España ».

19 Fernando Alvia de Castro, op. cit., fol. 32b.

« Predicó digo en mi cara Patria, el Protomártir del Apostolado, el grande, y único Patrón de España Señor S. Tiago, y dejó en ella por Obispo a Arcadio su discípulo. [...] pues no hay mas que decir en alabanza y gloria de mi tierra ».

20 Alonso Nuñez de Castro, Historia eclesiastica, y seglar de la muy leal ciudad de Guadalaxara, Madrid, Pablo de Val., 1653, fol. 40b.

« La de Guadalajara tan antigua fue, quanta su predicación en España, que como Flavio Dextro afirma, fue la primera del mundo, después de Judea, Galilea, y Samaria... »

21 Jacinto Arias de Quintanadueñas, op. cit., fol. 35v.

« Su predicación en España fue muy general, y es sin duda que llegó à Alcántara, como ciudad que era entonces de las mas principales de la Lusitania, y aun de las mejores de España ».

22 Fr. Athanasio de Lobera, Historia de las grandezas de la muy antigua, e insigne ciudad y Iglesia de Leon, y de su obispo, y Patron sant Froylan, con las del glorioso S. Atilano Obispo de Çamora, Valladolid, Diego Fernández de Cordova, 1596, fol. 171v.

« Con esta celestial victoria y con entender con ella que ya Dios envainaba la espada de su justicia (que tan afilada y rigurosa se había mostrado contra España), comenzó el santo rey Pelayo y los suyos a cobrar ánimo y […] poniendo su confianza en el favor que el padre de las misericordias, Jesucristo, le había comenzado a hacer, salió con su ejército de las montañas y, atravesando lo que hay hasta León, puso cerco a la ciudad ».

23 Ibid., fol. 192v.

« ay dificultad, y no pequeña, sobre averiguar, qué Rey hizo la promesa [la de los Votos de Clavijo, conclusión de la batalla], y cuándo. […] Y en ninguno de los tres reyes Ramiros ay repugnancia. Aunque como queda visto, están las cosas más dispuestas, reinando cualquiera de los dos últimos, que el primero ».

24 Fr. Diego Murillo, op. cit., tome 2, p. 256.

« Siendo pues verdad que en el milagro de la Madre de Dios del portillo, tenemos la más hermosa, la más benigna, y pacífica que han criado los cielos, armada de luz, peleando por su Ciudad, hecha capitana de ejércitos Angélicos celestiales, mirad si será espectáculo digno de ser visto ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Carte, Les chroniques locales du Siècle d’Or
Crédits © Lidwine Linares
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 2 Linares
Légende Page de garde de la chronique de Mérida
Crédits Libre de droit
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 3 Linares
Légende Graphique, Les fondations dans les chroniques locales
Crédits © Lidwine Linares
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 4 Linares
Légende Carte, Les fondations mythiques dans les chroniques locales
Crédits © Lidwine Linares
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 5 Linares
Légende Graphique, Les fondateurs mythiques dans les chroniques locales
Crédits © Lidwine Linares
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 6 Linares
Légende Blason de la ville de Cadix (illustration de la chronique de Cadix)
Crédits Libre de droits
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 7 Linares
Légende Page de garde de la chronique d’Ávila
Crédits Libre de droits
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 8 Linares
Légende Graphique, l’évangélisation apostolique dans les chroniques locales
Crédits © Lidwine Linares
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Figure 9 Linares
Légende Carte, L’évangélisation de saint Jacques dans les chroniques locales
Crédits © Lidwine Linares
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 10 Linares
Légende Graphique, Les victoires miraculeuses dans les chroniques locales
Crédits © Lidwine Linares
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Figure 11 Linares
Légende Les batailles miraculeuses dans les chroniques locales
Crédits © Lidwine Linares
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4569/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lidwine Linares, « La mémoire des villes dans l’Espagne du Siècle d’Or : Oublier pour mieux reconstruire », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4569 ; DOI : 10.4000/framespa.4569

Haut de page

Auteur

Lidwine Linares

Lidwine Linares est maître de Conférences à l’Université de Limoges et appartient au CeReS. Elle est spécialiste en civilisation et en art hispaniques. lidwine.linares@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals