Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoire et oubli : Histoire et Art à l'épreuve du souvenir

La collection comme lieu de fabrique de la mémoire. L’exemple de Montpellier au xviie siècle

The collection as place of the memory: Montpellier in the xviith-xviiith centuries
La colección como fábrica de memoria. El ejemplo de Montpellier en los siglos xvii y xviii
Flore César

Résumés

Le présent article vise à étudier la dialectique entre mémoire et collectionnisme, entendu comme phénomène de la collection, et plus précisément à partir de l’exemple de la ville de Montpellier aux xviie et xviiie siècles. Un premier axe interroge la place de l’objet au sein de la collection, à la fois en tant qu’objet « digne de mémoire », et à la fois en tant qu’objet mémoriel. Une seconde partie questionne la pratique de la collection comme acte mnémonique, la collection se présentant comme emblème, mais aussi comme pratique sociale, inscrivant l’acte de collectionner dans une mémoire immédiate. Enfin, un axe étudie comment la collection se positionne comme étant au service d’une mémoire collective, répondant à la fois à une quête de postérité et à la fois se plaçant au service de la filiation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La collection, entendue comme une somme d’objets de toutes natures, choisis, réunis et conservés par un protagoniste dans une visée particulière qui lui est propre, a pour vocation première de présenter au regard un ensemble d’objets. Lieu qui interroge la perception, la collection se veut aussi être un lieu de célébration de la mémoire des hommes et de la mémoire du temps : la mémoire participe autant à la définition de l’objet de collection, qu’à la définition même de la fonction de la collection.

  • 1 Voir à ce sujet : A. P. Marty, La Pharmacie à Montpellier depuis son origine jusqu’à la Révolution, (...)
  • 2 Dominique Julia, « L'université de médecine à l'époque moderne », dans L'université de Montpellier (...)
  • 3 Pierre Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, Gallimard, 1991, p. 14.

2La pratique apparaît dès le xvie siècle à Montpellier1. Si, dès lors, la mémoire fait figure de valeur d’entrée dans les collections des particuliers, au siècle suivant, l’acte de collection se soumet au service de la mémoire du collectionneur et plus largement, devient un élément constitutif d’une mémoire collective. À cette époque, la ville doit son prestige à sa faculté de médecine, la positionnant comme capitale savante à l’échelle européenne2. Elle se distingue par ce biais des villes voisines qui tirent d’abord leur importance de leur ancienneté3, ayant toutes des origines antiques. Les collections se parent alors de vertus mémorielles qui mettent en avant cette historicité, et participent pleinement à l’affirmation d’une identité.

1. L’objet de collection au service de la mémoire

3Dès le xvie siècle, la mémoire devient un critère de distinction pour les objets des collections montpelliéraines, que ce soit au sein des cabinets de curiosités ou dans les collections plus spécialisées. Le processus d’entrée d’un objet dans une collection peut être d’abord relatif à un jugement considérant l’objet comme digne de mémoire, soit par rapport à son histoire, soit par rapport à sa nature même.

  • 4 Voir à ce sujet : Flore César, Collectionnisme et curiosité à Montpellier, de la Renaissance à l’au (...)
  • 5 Emmanuel Le Roy Ladurie, Le siècle des Platter : le voyage de Thomas Platter, Paris, Fayard, 2000, (...)
  • 6 Ibid., p. 221.
  • 7 Ambroise Paré, Les œuvres d’Ambroise Paré, Lyon, Jean Grégoire, 1664, p. 663.

4Les collections de curiosités sont d’abord constituées par les médecins et les apothicaires de la ville4, détenteurs d’un savoir savant, dès la première partie du xvie siècle montpelliérain. Nombreux voyageurs laissent quelques descriptions plus ou moins précises sur le contenu de ces cabinets, à partir desquelles il est possible d’évaluer les critères d’entrée des objets au sein d’une collection. Certains relèvent d’une singularité toute particulière reposant sur leurs caractéristiques de « choses remarquables5 » propres à leur statut même de curiosités. Aux côtés des œuvres d’art, pierres précieuses, antiquités, naturalia, exotica ou monstruosités, se trouvent quelques objets communs qui acquièrent le statut de singularités parce qu’ils sont éléments commémoratifs d’événements insolites. Laurent Joubert (1529-1582), médecin et chancelier de l’université de médecine, possède par exemple un couteau digne de mémoire, retenant toute l’attention du voyageur et étudiant Thomas Platter (1574-1628). Celui-ci y consacre un long paragraphe dans ses notes de voyage, dans lesquelles la mémoire de l’objet est également rapportée par un dessin. La valeur de ce simple couteau repose sur son histoire. Il est retrouvé dans le ventre d’un malade contraint de l’avaler : « le docteur Joubert, de ses propres mains, à travers cette apostume ouverte, en retira le couteau6 ». Si acteurs, chronologie et déroulement des faits se distinguent étrangement des propos de Platter dans une autre version offerte par le médecin Ambroise Paré (1510-1590), les deux narrateurs s’accordent sur le statut particulier de l’objet, en tant que « chose admirable, digne de grande mémoire et monstrueuse7 ». Celui-ci acquiert donc une valeur singulière, voire même mythique, de par son histoire anecdotique, ce qui en fait un objet mémorable. Si l’objet en tant que tel est des plus communs, son histoire le rend extraordinaire et lui permet d’accéder au rang d’objet de collection. L’entrée en collection est d’abord une histoire de jugement, l’objet étant digne de mémoire aux yeux du collectionneur qui, selon ses critères propres, choisit de le conserver et de l’exposer.

  • 8 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Veuve Jean-Baptiste Coignard,1694, p. 39.
  • 9 Antoine Schnapper, Le géant, la licorne et la tulipe, Paris, Flammarion, 1988, p. 120.
  • 10 Voir à ce sujet : Véronique Krings et Catherine Valenti (coords.), Les Antiquaires du Midi : savoir (...)
  • 11 Estelle Rouquette-Mathé, Gallula Roma Arelas. Du mythe à l’archéologie : la redécouverte de l’Antiq (...)
  • 12 Voir à ce sujet : Flore César et Marianne Freyssinet, « Curiosité antiquaire (1600-1750) : un antag (...)
  • 13 Jean-Pierre Moret de Bourchenu, Histoire du Dauphiné et princes qui ont porté le nom de dauphins, G (...)

5Dans les collections plus spécialisées, les objets peuvent occuper une place mémorielle. L’objet antique, entendu comme « fort ancien, qui est depuis long-temps8 » selon le Dictionnaire de l’Académie française, a valeur d’objet de mémoire. Monnaies, médailles, statues, objets du quotidien, il suffit « qu’un objet soit antique pour être digne d’intérêt9 ». Ce type de collection se développe dès la seconde moitié du xvie siècle, notamment en Bas-Languedoc où émerge une élite intellectuelle locale, sensible à la présence d’un patrimoine monumental de l’époque romaine10. La découverte régulière d’objets antiques enfouis sous terre alimente considérablement les cabinets des curieux de la région. Si à Nîmes ou à Arles11, cette facilité d’accès aux objets antiques multiplie le nombre des collectionneurs, à Montpellier la situation est un peu différente. La ville n’a aucune origine antique12, mais profite toutefois de sa proximité avec d’anciennes colonies. L’objet antique reste de fait très présent dans les collections montpelliéraines et en particulier chez les magistrats. Cette caractéristique peut être liée à leur habitude à mettre en œuvre une capacité de jugement et une propension à la recherche, comme le souligne Bon de Saint Hilaire (1678-1761), collectionneur montpelliérain dans une lettre au marquis de Valbonnais (1651-1730), historien du Dauphiné13 :

  • 14 Grenoble, bibliothèque d’étude, Ms R10425, lettre de Bon de Saint Hilaire au président Valbonnais d (...)

Pour l’ordinaire Messieurs les Premiers Présidents des Chambres des comptes ne s’appliquent pas beaucoup à cultiver l’histoire et la belle antiquité : néanmoins, nos charges nous invitent de fouiller par les vieux titres qui sont si souvent produits dans les procès. Je vous diray que mon amour pour les médailles et pour les monuments antiques est presque venu de là14.

  • 15 Cité par Alain Schnapp, La Conquête du passé : aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré (...)
  • 16 Francis Haskell, « Introduction », dans Annie-France Laurens et Krysztof Pomian (dirs.), L’anticoma (...)
  • 17 Arnold Momigliano, Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, Gallimard, 1983, p. 251.

6La valeur de ces objets repose sur un critère strictement temporel : ces vestiges visibles de l’Antiquité « représentent […] les temps anciens, en produisant une impression si forte que s’ils étaient à nouveau présents, et bien visibles dans le passé15 ». Ils deviennent ainsi objets de mémoire, objets témoins d’un passé révolu, proche ou lointain. Cet intérêt se développe parallèlement à l’écriture d’une histoire locale, les objets du passé devenant « reliques sacrées d’une civilisation16 ». Les références continuelles aux inscriptions et autres objets anciens opérées par les curieux et les antiquaires permettent de faire revivre une civilisation, et en ce sens, rejoint la conception varronienne des antiquates : « l’idée d’une civilisation rappelée à la vie par le rassemblement ordonné de tous les vestiges du passé17 ». À travers l’objet ou un monument antique, transparaît la valeur d’une civilisation, comme le souligne Pierre Gariel (1584-1674), lui-même collectionneur et auteur de la première histoire de la ville, Idée générale de la ville de Montpellier, parue en 1665 :

  • 18 Pierre Gariel, Idée générale de la ville de Montpellier recherchée et présentée aux honestes gens, (...)

Ces illustres ouvrages de l’Antiquité, & la plus florissante & la plus forte des monarchies avoient dans leur reste languissant une pompe & une espèce d’âme, & de majesté qu’il ne pouvoit contempler sans de grands sentimens d’admiration et de déplaisir tout ensemble18.

  • 19 Voir à ce sujet les travaux de Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Veni (...)

7Ici encore, l’objet n’est pas collectionné pour lui-même, mais pour ce qu’il véhicule, pour ce qu’il représente : il est donc double, à la fois physique et sémiotique19.

2. Collectionner : une pratique mnémonique

8La notion de mémoire prend sens également par rapport à l’organisation même de la collection, la place de l’objet dans un ensemble ayant une signification quant à sa fonction. La collection, encyclopédique ou spécialisée, alors peut devenir une forme de répertoire pour le protagoniste.

  • 20 Patricia Falguières, Invention et mémoire. Aux origines de l’institution muséographique : les colle (...)
  • 21 Frances Yates, The art of memory, Chicago, University of Chicago Press, 1966. Édition française : P (...)
  • 22 Ibid., p. 396.

9Si la collection s’apparente à un inventaire du monde20, l’objet a un statut de représentation, le rapprochant ainsi des images utilisées dans les théâtres de mémoire. Comme le montre Frances Yates dans son ouvrage L’art de la mémoire21, le théâtre de mémoire peut faire partie de la tradition mnémotechnique. Les images qui y sont présentées ont le même statut que les objets de collection : une place figurative, représentative, liée à la mémoire et où l’œil prend une place indispensable de médiateur. Au xviie siècle, le théâtre de mémoire connaît une métamorphose, qui le rapproche encore davantage des collections. Il passe de méthode pour refléter le monde et l’encyclopédie du savoir dans la mémoire à outil permettant d’étudier ce monde22.

  • 23 Hendrick Cornelius Dirk de Witt, Histoire du développement de la biologie, Lausanne, Presses polyte (...)
  • 24 Pierre Magnol, Prodomus historiae genelralis plantarum, in quo familia per tabulas disponuntur, Mon (...)

10Cette évolution peut aussi bien être appliquée aux collections, qui deviennent dès les origines dans la région montpelliéraine un facteur de développement d’une approche scientifique de l’objet. Elles sont utilisées comme outil de connaissance par leur initiateur, en particulier pour les savants liés à la faculté de médecine. La collection spécialisée, particulièrement celle liée à l’histoire naturelle, peut être alors considérée comme un reflet du monde naturel et devient ainsi un instrument, s’offrant comme corpus d’étude pour le collectionneur. La collection de plantes séchées de Pierre Magnol (1638-1715), médecin, tient un rôle central dans la définition qu’il offre des familles en botanique23. L’observation des plantes et l’analyse des analogies de toutes les caractéristiques des tiges, racines, feuilles, fleurs et fruits lui permettent de dresser des liens de parenté24. C’est un usage qui s’impose et reste ancré chez les collectionneurs montpelliérains, comme en témoignent les propos à la fin du xviiie siècle d’André-Antoine Touchy (1752‑1814), professeur d’histoire naturelle. Dans un mémoire présenté à l’archevêque de Narbonne, il défend l’intérêt de la pratique car selon lui, les collections donnent :

  • 25 Montpellier, Bibl. mun. Émile Zola, Ms 102, Mémoire à présenter à l’archevêque de Narbonne par Andr (...)

[…] par leur réunion des idées sur les rapports qui les tient, des connaissances sur les systèmes qu’elles forment, des moyens de juger par induction, par contraire ou par analogie du connu ou qui ne l’est pas encore, en un mot des théories dont nous ne soupçonnerions pas la possibilité25.

11Elles ont donc une vocation mnémonique car elles sont capables d’aider la mémoire par des procédés d’association mentale en facilitant l’étude. L’objet par son dispositif de diffusion participe à une narration au service de l’œil et du regard ; il devient un document lié à la transmission, et par conséquent à la mémoire.

  • 26 Francis Bacon, Advancement of learning, Londres, Joseph Devey, 605, t. II, p. 398 : « Emblem reduce (...)
  • 27 Tiré de son ouvrage De augmentis scientarum, s.l.n.d., p. 649, traduit par Antoine-Augustin Renouar (...)

12Le regard est placé comme intermédiaire entre « choses sensibles » - les objets de collection - et « choses intellectuelles » que sont les images renvoyées par ces mêmes objets. La collection peut s’entendre alors comme recueil d’emblèmes, tel que les conçoit Francis Bacon (1561‑1626), dans la mesure où les emblèmes ramènent des concepts intellectuels à des images sensibles, « qui frappent davantage la mémoire26 ». Il définit l’art de la mémoire par l’interaction de deux moyens : l’emblème et les « prénotions », entendues comme idées anticipées. Aussi défend-il la primauté du sensible : « les emblèmes rapprochent les choses intellectuelles des choses sensibles, car ce qui est sensible frappe toujours déjà plus fortement la mémoire et s’y imprime plus vite que ce qui est intellectuel27 ». La collection de médailles trouve ainsi pour le président montpelliérain et collectionneur Bon de Saint Hilaire toute son utilité dans la connaissance historique que l’on peut en tirer, et notamment parce qu’elle seconde la mémoire. Son Abrégé sur la science des médailles, rédigé en 1708 à destination des amateurs, mais resté à l’état manuscrit, dresse une liste des avantages à tirer de cette science. L’auteur insiste sur la portée mnémonique d’une telle pratique :

  • 28 Montpellier, Société archéologique, Ms 87, Abrégé sur la science des médailles, début xviiie, fol.  (...)

[…] il y en a encore un considerable [avantage] / qui est la durée et la vivacité / de limpression que les choses / que nous avons veu sur ces / pieces sont dans nostre memoyre / dessorte que ce qui y est autre de cette / manière est ineffassable, et que quand meme on / loublieroit, les idees sen rappellent dans / un instant a la veüe des médailles28.

13Ses propos illustrent parfaitement les thèses empiriques voire sensualistes, où la mémoire est entendue comme persistance de la sensation hors de la présence de l’objet. La collection se soumet alors aux sens et en devient même le prolongement.

  • 29 Olivier Bonfait, « Collection, curiosité », dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lum (...)

14Au‑delà du rapport entre objet et mémoire, se distingue une dialectique entre collectionneur et mémoire. Entendues comme véritables lieux sociaux, les collections sont l’apanage d’une élite sociale et intellectuelle, « savante et mondaine29 », qui se positionne soit comme actrice de la pratique, soit comme spectatrice. Les moyens de faire connaître sa position de collectionneur se font alors de plus en plus nombreux. L’acte de collection répond en ce cas à une volonté d’inscription dans une mémoire immédiate.

  • 30 Pierre Borel, Les antiquitez, raretez, plantes, minéraux et autres choses considérables de la Ville (...)
  • 31 Jacob Spon, Recherches des antiquités de la ville de Lyon, Lyon, Jacques Faeton, 1673.
  • 32 Charles-César Baudelot de Dairval, De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherche des A (...)

15Plusieurs types de sources permettent de considérer cette démarche. À la fin du xvie siècle sont constituées des listes de curieux, jointes à des ouvrages de différentes natures, construites sous forme d’énumérations et organisées topographiquement. Constituant généralement des chapitres à part entière, elles prennent place dans des ouvrages traitant de l’histoire d’une localité, comme chez Borel30 ou Spon31, ou dans des traités comme chez Baudelot de Dairval32. Celles-ci, destinées aux voyageurs, mettent en exergue des lieux à ne pas manquer. Organisées par ville, ces listes présentent systématiquement le nom du collectionneur et, parfois, le type de collection. Cette pratique interroge la fonction même de ces listes : le fait que le nom du possesseur soit privilégié par rapport à la collection ne fait-il pas apparaître que la qualité de collectionneur prime sur la collection même ? Celle-ci se place alors au service de la mémoire du protagoniste.

  • 33 Alexandre Germain, « Le président Jean-Pierre d’Aigrefeuille, bibliophile et antiquaire », Bulletin (...)
  • 34 Bernard de Montfaucon, L’Antiquité expliquée représentée en figures, Paris, Florentin Delaulne, 171 (...)
  • 35 Germain, op. cit., p. 307.
  • 36 Paris, BnF, fonds latin, Ms 11914, lettre du 23 septembre 1726.
  • 37 Paris, BnF, fonds français, Ms 17709, lettre du 12 avril 1720.

16Par ailleurs, la correspondance reste le média privilégié des collections jusqu’au milieu du xviiie siècle et s’organise autour de grandes figures tutélaires. Au xviie siècle, Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580‑1637) tient un rôle central, au sens où, placé au cœur d’un réseau épistolaire à l’échelle européenne, il se positionne de manière volontaire en tant que médiateur entre les curieux. L’étude de la correspondance échangée avec certains Montpelliérains, et en particulier avec François Ranchin (1565‑1641), chancelier de l’université de médecine, montre comment la position même de collectionneur est privilégiée par rapport à celle des collections, lesquelles ne deviennent que de simples prétextes pour se faire connaître auprès d’un réseau. Par ailleurs, dans la première moitié du xviiie siècle, la correspondance de Jean‑Pierre d’Aigrefeuille (1665‑1744), président à la Cour des Comptes et collectionneur, fait apparaître clairement sa position de magistrat où domine plus « le pédantisme de la gentilhommerie que celui de la science33 ». La collection semble être pour lui une manifestation d’un rang, d’une certaine aisance financière, du goût et du savoir et devient même un moyen de reconnaissance sociale. Dans toute la correspondance qu’il entretient avec Bernard de Montfaucon (1655‑1641), auteur de plusieurs recueils d’antiquités34, son ambition est claire : se faire connaître par sa collection. Dans une lettre de 1719, le président écrit ainsi « je souhaiterais fort que dans votre ouvrage vous fissiés mention de ma médaille de la colonie de Nîmes. L’on regarde celle que j’ai comme unique35 ». Dans une lettre suivante, il renouvelle sa demande : « j’espère que tout cela trouvera place dans cet ouvrage, et que vous aurés la bonté de faire une mention honnorable de moi et de mon fils, nous avons une belle bibliothèque avec un beau cabinet des médailles36 ». Une autre lettre mentionne : « j’ai une médaille unique, de moien bronze […]. Je vous prie de m’en faire honneur dans votre ouvrage et de faire une mention honorable de moi dans votre suplément37 ». La collection se conçoit chez d’Aigrefeuille comme attribut de la richesse, comme moyen de se distinguer. La démarche de collection, entendue alors comme pratique sociale, s’inscrit ainsi dans une volonté mémorielle et immédiate.

3. La collection au service d’une mémoire collective

17Si l’acte même de collectionner est mis au service de la mémoire, la collection en tant que telle peut se placer à son tour au service d’une mémoire collective. Interrogeant l’immédiateté de la réalité qui se présente au regard, la collection est en somme un lieu où sont rassemblés des objets dont la nature induit ou non l’usage de la mémoire ou occupe une place mémorielle. L’acte de collectionner, comme la collection même, répond alors à une volonté d’inscrire son nom à la postérité, ou plus largement, participe à la construction d’une mémoire collective.

  • 38 Schnapper, op. cit., p. 124­‑125.
  • 39 Freidrich Polleross, « La galerie de portraits : entre architecture et littérature, essai de typolo (...)
  • 40 Voir à ce sujet : Francis Haskell, L’historien et les images, Paris, Gallimard, 1995.
  • 41 Le Roy Ladurie, op. cit., p. 220.
  • 42 Jacques-Anselme Dorthès, Éloge historique de Pierre Richer de Belleval, instituteur du Jardin Royal (...)
  • 43 Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2E57, article 471, Inventaire des biens de Jacques-Philippe de Bor (...)
  • 44 René Dufriche-Desgenettes, Souvenirs de la fin du xviiie siècle et du commencement du xixe ou mémoi (...)

18La mémoire des grands hommes peut être célébrée à travers les collections des particuliers. Cette pratique est courante dès la fin du Moyen Âge : qu’il s’agisse des cycles des Uomini famosi ou des effigies renvoyant au pouvoir papal ou royal, les collections des familles royales et princières proposent des modèles de vertus et de gloire38. Parfois honorée dans des galeries spécifiques39, la mémoire des grands hommes - figures politiques, souverains, pontifes, mais aussi figures des savants et des poètes- y est alors évoquée par des images, peintures, bustes ou vues gravées. Ces dernières peuvent aussi être véhiculées par les ouvrages des humanistes, à l’exemple de l’œuvre d’André Thevet (1516‑1590), Portraicts et vies des hommes illustres40. Cette pratique est adoptée par les élites montpelliéraines dès le xvie siècle, à l’image de Laurent Joubert, qui associe à son cabinet de curiosités une collection de « plusieurs portraits de personnages importants41 » moulés en plâtre. Richer de Belleval (v.1564‑1632), professeur de médecine et fondateur du Jardin royal, constitue également une collection de portraits d’hommes illustres42. À ce type d’objets peuvent aussi être associés des portraits privés, comme chez Jacques-Philippe de Bornier (1634-1711)43 ou chez Jean-Jacques Duché (1721‑1776)44. La collection est ainsi un espace de commémoration.

  • 45 Michael Müller, « Sans nom, sans place & sans mérite ? », dans Thomas Gaehtgens, Christian Michel, (...)
  • 46 Sur Ranchin, voir : Victor Broussonet, François Ranchin : professeur et chancelier de l'Université (...)
  • 47 Nîmes, Bibl. mun. Carré d’Art, Ms 180, Récit des anciens monuments qui paroissent encore dans les d (...)
  • 48 Borel, op. cit., p. 119.
  • 49 Louis Moreri, Nouveau supplément au grand dictionnaire historique, Paris, Jacques Vincent, 1759, 2  (...)
  • 50 Ibid., p. 28.

19Cités dans les textes comme appartenant entièrement à la collection, les portraits de famille peuvent répondre d’une part à une pratique mondaine et d’autre part, à un enjeu social, légitimant une position et attestant de la continuité d’un nom45. Ce type de collection peut aussi exprimer une certaine sensibilité face à la mort : la collection s’offre alors comme réponse face à l’oubli, réponse qui peut être d’autant plus appuyée par l’acte même de transmission, et plus précisément, de donation. Une pratique instaurée à Montpellier dès le xviie siècle par François Ranchin46, professeur et chancelier, qui offre à l’université de médecine les plus belles pièces de sa collection. En vue d’orner l’amphithéâtre, il donne une chaire de marbre, appelée aussi « chese tigresse47 » en raison des têtes de félins qui ornaient ses accoudoirs. Il y installe également un bas-relief représentant Homère entre deux muses, ainsi que deux fragments figurant « deux lyons dévorants, l’un un homme et l’autre une femme48 ». Cet acte de donation pourrait répondre à un désir de postérité : le chancelier semble en effet sensible aux actions commémoratives. Il fait par exemple poser plusieurs inscriptions rappelant qu’il est à l’origine de la restauration des locaux de l’université. Celles-ci comportent plusieurs termes tels que « POSTERITARIS GLORIAM », ou encore « PERPETUAMQUE MEMORIAM » qui peuvent révéler son ambition. Par ailleurs, Ranchin dresse dans les locaux de l’école un buste du pape Urbain V, qui suscite de nombreuses polémiques : certains y voyent une ressemblance troublante avec le chancelier, d’autant que ses propres armoiries sont figurées sur le piédestal49. Par ailleurs, quand le chancelier fait renouveler la robe de Rabelais portée par les bacheliers, il y fait broder trois lettres, F.R.C., à la signification quelque peu ambigüe. Elles peuvent se lire comme Franciscus Rabelaesus Chinonenfis, comme elles pourraient signifier Franciscus Ranchinus Cancellarius. Aussi un de ses biographes considère-t-il que le chancelier « gâta la beauté de son action en cherchant à se payer lui-même de toutes ses dépenses […] pour apprendre à la postérité que c’étoit à lui qu’on en avoit l’obligation50 ». Outre cette volonté de transmettre son nom à la postérité, Ranchin utilise la collection comme élément constitutif d’une identité collective.

  • 51 Dominique Julia, « L’université de médecine à l’époque moderne », in L’université de Montpellier : (...)

20En tant que chancelier, Ranchin entreprend de rénover les locaux de son école et décide de la doter d’une galerie de portraits des anciens médecins, marquant sa volonté de célébrer la gloire de l’université par l’exaltation de la mémoire des grands hommes. Cette institution fait partie des plus anciennes de l’Europe, attire de nombreux étudiants51 et compte dans ses rangs de nombreuses personnalités et médecins renommés. L’Apollinare sacrum de Ranchin, discours inaugural de rentrée universitaire, s’en fait l’écho :

  • 52 Germain, op. cit., p. 122‑126 : « O quot myriadas protulisti insignium virorum, qui forent auxilia (...)

Que de noms tu as immortalisés dans la demeure de la renommée et révèleras-tu encore, et rendras-tu sacrés pour l’éternité ! […] Désormais célébrons la mémoire des médecins qui se sont illustrés dans cette université tout à fait florissante ! Parcourons les noms des hommes illustres dont vous voyez les portraits, pour la mémoire éternelle et l’ornement de l’Université […] et qu’ainsi notre université se réjouisse de ses savants et soit transportée de gloire52.

  • 53 Ibid., p. 172‑173.
  • 54 Édouard Pommier, Théorie du portrait de la Renaissance aux Lumières, Paris, Gallimard, 1998, p. 198 (...)
  • 55 Voir à ce sujet : Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000.
  • 56 Voir à ce sujet : Alexandre Germain, Les inscriptions de l’ancienne Université de médecine de Montp (...)
  • 57 Édouard Pommier, « Monument », dans Michel Delon (dir.), op. cit., p. 726.
  • 58 L'ensemble compte aujourd'hui près de 230 portraits, classés au titre des Monuments Historiques en (...)

21S’ensuit alors une longue liste de cinquante-deux noms de médecins célèbres liés à l’institution montpelliéraine depuis quatre siècles. Le chancelier fait rechercher à prix d’or chez les héritiers les portraits de ces professeurs et lorsque les témoignages iconographiques viennent à manquer, il fait réaliser des portraits d’imagination53. Cette position s’oppose à celle adoptée par Thevet, Goltzius (1558‑1617) ou même Peiresc : ils accordent une valeur de témoignage au portrait, qui se doit donc de respecter une vérité historique54. La constitution d’une galerie interroge ainsi directement la question de la représentation55, entre mimétisme scrupuleux et pure imagination, portrait historique et portrait d’invention. Le choix de Ranchin en fait valoir la portée évocatrice plus qu’historique. L’emploi de la collection fait ici sens : elle devient « trace », le critère de multiplicité ancrant la continuité. Par ailleurs, l’image peinte n’est pas le seul type d’objet de mémoire élevé par Ranchin : il installe sur les murs de l’école une série d’inscriptions louant l’œuvre de ses prédécesseurs56. Au même titre que les tableaux, l’Apollinare sacrum ne manque pas de mentionner ces objets comme marques de prestige de l’école. Partant d’une fonction mémorielle, ces effigies acquièrent par le discours de Ranchin une fonction apologétique et sont vouées à illustrer l’éclat de l’université comme à défendre son honneur. Elles acquièrent un statut de « monuments », exprimant à la fois l’immortalité et l’exemplarité57. L’œuvre de Ranchin se perpétue jusqu’au xxe siècle, attestant ainsi de la permanence de ce modèle58. Après l’installation en 1795 de l’école de santé dans les locaux du monastère Saint-Benoît, encore occupés de nos jours, les portraits sont distribués dans différentes salles de l’université, selon les dates de réalisation.

  • 59 Pierre Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, Gallimard, 1991, p. 14.

22Au service de la mémoire, l’évocation des illustres par l’intermédiaire des portraits se présente comme exempla virtutis et répond directement à une recherche de filiation. Si, comme l’indique Pierre Pinon « une nation, une ville, un groupe social quelconque tire non seulement son importance de sa puissance présente mais aussi de son ancienneté59 », cette quête prend tout son sens dans une ville comme Montpellier. Au regard des villes voisines telles que Nîmes ou Narbonne, sa puissance ne peut être étayée par son ancienneté mais bien par le nom de ses hommes illustres, comme l’énonce Pierre Gariel, premier historien de la ville :

  • 60 Gariel, op. cit., p. 20.

Ce grand abatis, ce debris, & ces longues confusions des Villes voisines, m’arrachoient quelques fois des larmes & de profonds souspirs, comme à l’Hermite dans ses sçavantes contemplations, qui le portoient souvent parmy les Astres pour se consoler par la prevoyance de l’advenir. Et quoy que je n’eusse rien d’aprochant de luy, pourtant comme à luy MONTPELIER me faisoit aussitost oublier ma douleur, se mettant glorieusement en la place de tant d’infortunées, & s’élevant de leurs pertes, & de leurs cendres, plain d’Illustres, de Genereux, de Sçavans, de Politique & de braves hommes d’affaires & d’Estat60.

23La mise en place de la galerie des portraits de l’université répond de cette même idée. Plus qu’une simple évocation des gloires d’antan, la connaissance du passé, établie par l’intermédiaire de la galerie, se conçoit comme une invitation à l’émulation. Ranchin revendique cette conception quand il avance :

  • 61 Germain, op. cit., p. 127 : « Miremur et imitemur eorum virtutem, cum eodem studio et diligentia ae (...)

Admirons et imitons leur vertu, soyons capables, avec la même passion et le même zèle, de les égaler et nullement de les dépasser [...] les exemples des anciens poussent à l’imitation, et les petits feux d’honneur enflamment à rivaliser de gloire61.

  • 62 Ibid., p. 127.

24Le pouvoir évocateur de l'image des illustres se conçoit comme un stimulant efficace pour les étudiants et les professeurs. Eux-mêmes participent à l'éclat de l'université par la place qu'ils y occupent, Ranchin les considérant alors comme des « Professeurs très illustres62 ». Pour le chancelier, la définition d'un homme illustre s'établit à la fois par l'ancienneté et la filiation, mais également par la collection. Les portraits des contemporains de Ranchin, comme son propre portrait, trouvent ainsi naturellement leur place à côté de ceux des anciens. L'entité des hommes illustres repose sur la valeur patrimoniale de dignes héritiers, légitimée par la constance d'excellence.

Conclusion

25Une dialectique s’inscrit entre collectionnisme et mémoire, autant par rapport à la valeur mémorielle des objets qu’à l’ambition même du protagoniste. La collection, qu’elle réponde à une volonté d’inscription dans une mémoire individuelle ou collective, perpétuelle ou immédiate, peut s’offrir comme un lieu de mémoire. Elle peut avoir tantôt valeur d’emblème, tantôt valeur de distinction, comme elle peut simplement s’apparenter à un espace de commémoration.

  • 63 Schnapper, op. cit., p. 133.

26Plus largement, s’intéresser à la place de la mémoire dans la pratique des collections permet de rendre compte de la réception du passé dans un espace déterminé. En attribuant à ces objets de mémoire une fonction symbolique soumise à la célébration de l’université, l’action du chancelier Ranchin et de ses héritiers répond à une certaine « conception politique et personnelle de l’histoire qui doit tout aux grands hommes63 ». Mise au service d’une mémoire collective, la collection peut devenir un élément constitutif d’une institution et participe alors pleinement à l’affirmation, à la construction et à la transmission d’une identité commune.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet : A. P. Marty, La Pharmacie à Montpellier depuis son origine jusqu’à la Révolution, Montpellier, Gustave Firmin, 1889 ; François Gay, Une lignée d’apothicaires montpelliérains aux xvie & xviie siècles, Montpellier, Joseph Callas, 1896 ; Louis Irissou, « Quelques Montpelliérains collectionneurs de curiosités », Revue d’histoire de la pharmacie, 1947, vol. 35, n° 119, p. 232-235 ; Alain Chevalier, Collectionneurs et collections à Montpellier dans la première moitié du xviiie siècle, mémoire de DEA sous la direction d’Antoine Schnapper, Paris, Sorbonne, 1987.

2 Dominique Julia, « L'université de médecine à l'époque moderne », dans L'université de Montpellier : ses maîtres et ses étudiants depuis sept siècles, 1289-1989, Montpellier, Fédération historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon, 1995, p. 523-544. 

3 Pierre Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, Gallimard, 1991, p. 14.

4 Voir à ce sujet : Flore César, Collectionnisme et curiosité à Montpellier, de la Renaissance à l’aube de la Révolution, thèse de doctorat sous la direction de Michèle-Caroline Heck, Montpellier, Université Paul Valéry, 2013.

5 Emmanuel Le Roy Ladurie, Le siècle des Platter : le voyage de Thomas Platter, Paris, Fayard, 2000, p. 222.

6 Ibid., p. 221.

7 Ambroise Paré, Les œuvres d’Ambroise Paré, Lyon, Jean Grégoire, 1664, p. 663.

8 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Veuve Jean-Baptiste Coignard,1694, p. 39.

9 Antoine Schnapper, Le géant, la licorne et la tulipe, Paris, Flammarion, 1988, p. 120.

10 Voir à ce sujet : Véronique Krings et Catherine Valenti (coords.), Les Antiquaires du Midi : savoirs et mémoires, xvie-xixe siècles, Pessac, Ausonius, 2013.

11 Estelle Rouquette-Mathé, Gallula Roma Arelas. Du mythe à l’archéologie : la redécouverte de l’Antiquité et la recherche archéologique à Arles, 1538-1845, thèse de doctorat sous la direction de Annie-France Laurens, Montpellier, Université Paul Valéry, 1996.

12 Voir à ce sujet : Flore César et Marianne Freyssinet, « Curiosité antiquaire (1600-1750) : un antagonisme présupposé entre Nîmes et Montpellier ? », dans Véronique Krings et François Pugnière (dirs.), Nîmes et ses Antiquités : un passé présent, xvie-xixe siècles, Pessac, Ausonius, 2013.

13 Jean-Pierre Moret de Bourchenu, Histoire du Dauphiné et princes qui ont porté le nom de dauphins, Genève, Fabri et Barillot, 1721-1722, 2 vols.

14 Grenoble, bibliothèque d’étude, Ms R10425, lettre de Bon de Saint Hilaire au président Valbonnais du 18 octobre 1715.

15 Cité par Alain Schnapp, La Conquête du passé : aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré, 1993, p. 233.

16 Francis Haskell, « Introduction », dans Annie-France Laurens et Krysztof Pomian (dirs.), L’anticomanie : la collection d’antiquités aux xviiie et xixe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992, p. 12.

17 Arnold Momigliano, Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, Gallimard, 1983, p. 251.

18 Pierre Gariel, Idée générale de la ville de Montpellier recherchée et présentée aux honestes gens, Montpellier, Daniel Pech, 1665, p. 48.

19 Voir à ce sujet les travaux de Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise, xvie siècle-xviie siècle, Paris, Gallimard, 1987.

20 Patricia Falguières, Invention et mémoire. Aux origines de l’institution muséographique : les collections encyclopédiques et les cabinets des merveilles à la Renaissance, thèse de doctorat, Paris, La Sorbonne, 1988, p. 13. Voir aussi : Giuseppe Olmi, L'inventario del mondo. Catalogazione della natura e luoghi del sapere nella prima età moderna, Bologne, Il Mulino, 1992.

21 Frances Yates, The art of memory, Chicago, University of Chicago Press, 1966. Édition française : Paris, Gallimard, 1987.

22 Ibid., p. 396.

23 Hendrick Cornelius Dirk de Witt, Histoire du développement de la biologie, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 1994, 3 vols., tome III, p. 86.

24 Pierre Magnol, Prodomus historiae genelralis plantarum, in quo familia per tabulas disponuntur, Montpellier, Gabriel & Honoré Pech, 1689.

25 Montpellier, Bibl. mun. Émile Zola, Ms 102, Mémoire à présenter à l’archevêque de Narbonne par André Antoine Touchy, fin xviiie siècle, n.p.

26 Francis Bacon, Advancement of learning, Londres, Joseph Devey, 605, t. II, p. 398 : « Emblem reduceth conceits intellectual to images sensible, which strike the memory more; out of which axioms may be drawn much better practice than that in use; and besides which axioms, there are divers moe touching help of memory, not inferior to them. »

27 Tiré de son ouvrage De augmentis scientarum, s.l.n.d., p. 649, traduit par Antoine-Augustin Renouard, Œuvres de François Bacon, Dijon, Frantin, 1799, p. 342.

28 Montpellier, Société archéologique, Ms 87, Abrégé sur la science des médailles, début xviiie, fol. 3‑4.

29 Olivier Bonfait, « Collection, curiosité », dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, p. 234.

30 Pierre Borel, Les antiquitez, raretez, plantes, minéraux et autres choses considérables de la Ville et comté de Castres, Castres, Colomiez, 1649.

31 Jacob Spon, Recherches des antiquités de la ville de Lyon, Lyon, Jacques Faeton, 1673.

32 Charles-César Baudelot de Dairval, De l’utilité des voyages et de l’avantage que la recherche des Antiquitez procure aux Scavans, Paris, P. Aubouin et P. Émery, 1686.

33 Alexandre Germain, « Le président Jean-Pierre d’Aigrefeuille, bibliophile et antiquaire », Bulletin de l’Académie des sciences et des Belles-Lettres, 1863, p. 289‑330, p. 330.

34 Bernard de Montfaucon, L’Antiquité expliquée représentée en figures, Paris, Florentin Delaulne, 1719, 10 vols. Voir aussi : Suppléments à l’Antiquité expliquée, Paris, veuve Delaulne, 1724, 5 vols. ; Bernard de Montfaucon, Les Monumens de la Monarchie françoise, Paris, Jules-Michel Gandouin, 1729-1733, 5 vols.

35 Germain, op. cit., p. 307.

36 Paris, BnF, fonds latin, Ms 11914, lettre du 23 septembre 1726.

37 Paris, BnF, fonds français, Ms 17709, lettre du 12 avril 1720.

38 Schnapper, op. cit., p. 124­‑125.

39 Freidrich Polleross, « La galerie de portraits : entre architecture et littérature, essai de typologie », dans Claire Consans et Mathieu Da Vinha (dirs.), Les grandes galeries européennes (xviiixixe siècle), Versailles, Maison des Sciences de l’Homme, 2010, p. 67‑90.

40 Voir à ce sujet : Francis Haskell, L’historien et les images, Paris, Gallimard, 1995.

41 Le Roy Ladurie, op. cit., p. 220.

42 Jacques-Anselme Dorthès, Éloge historique de Pierre Richer de Belleval, instituteur du Jardin Royal de Botanique de Montpellier, Montpellier, Jean Martel l’Aîné, 1788, p. 48‑49.

43 Montpellier, Arch. dép. Hérault, 2E57, article 471, Inventaire des biens de Jacques-Philippe de Bornier, 1711, fol.. 33.

44 René Dufriche-Desgenettes, Souvenirs de la fin du xviiie siècle et du commencement du xixe ou mémoires de R.D.G., Paris, Firmin Didot frères, 1836, 2 vols., t. 2, p. 84.

45 Michael Müller, « Sans nom, sans place & sans mérite ? », dans Thomas Gaehtgens, Christian Michel, Danièle Rabreau et Martin Schieder (dirs.), L’art et les normes sociales au xviiie siècle, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2001, p. 399.

46 Sur Ranchin, voir : Victor Broussonet, François Ranchin : professeur et chancelier de l'Université de Médecine de Montpellier, Montpellier, Jean Martel Aîné, 1844 ; Eugène Mouton, François Ranchin, premier consul et viguier de la ville de Montpellier pendant la grande peste de 1629, Marseille, Sémaphore, 1892 ; Louis Dulieu, « Le chancelier François Ranchin », Revue d'histoire des sciences, juillet 1974, t. 27, n° 3, p. 223-239.

47 Nîmes, Bibl. mun. Carré d’Art, Ms 180, Récit des anciens monuments qui paroissent encore dans les départements de la première et seconde Gaule narbonnoise, par Anne de Rulman, 1626, fol. 206.

48 Borel, op. cit., p. 119.

49 Louis Moreri, Nouveau supplément au grand dictionnaire historique, Paris, Jacques Vincent, 1759, 2 vols., t. II, p. 49.

50 Ibid., p. 28.

51 Dominique Julia, « L’université de médecine à l’époque moderne », in L’université de Montpellier : ses maîtres et ses étudiants depuis sept siècles, 1289-1989, Montpellier, Fédération historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon, 1995, p. 87 ; Hélène Berlan, « Le recrutement étudiant à la faculté de médecine de Montpellier du xvie au xviiie siècle : histoire d’un succès », Annales du Midi, 2009, vol. 121, n° 268, p. 523­‑544.

52 Germain, op. cit., p. 122‑126 : « O quot myriadas protulisti insignium virorum, qui forent auxilia publicae salutis! Quot famae in aede consecrasti nomina, et proferes adhuc, atque sacrabis aeternitati! […] Jam medicorum qui in florentissima ista Universitate claruerunt, memoriam celebremus. Lustremus clarissimorum virorum nomina, quorum imagines videtis, ad perpetuam memoriam ornamentumque Universitatis [...]: atque ita laetetur haec nostra Universitas in doctoribus suis, et exultet in gloriam majorum. »

53 Ibid., p. 172‑173.

54 Édouard Pommier, Théorie du portrait de la Renaissance aux Lumières, Paris, Gallimard, 1998, p. 198‑200.

55 Voir à ce sujet : Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000.

56 Voir à ce sujet : Alexandre Germain, Les inscriptions de l’ancienne Université de médecine de Montpellier, Montpellier, Jean Martel Aîné, 1860.

57 Édouard Pommier, « Monument », dans Michel Delon (dir.), op. cit., p. 726.

58 L'ensemble compte aujourd'hui près de 230 portraits, classés au titre des Monuments Historiques en 2004 et 2005. Hélène Palouzié, « La protection Monument historique : connaissance et reconnaissance des collections de l'Université de Montpellier », In Situ [En ligne], 17 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 31 août 2017. URL : http://insitu.revues.org/940 ; DOI : 10.4000/insitu.940

59 Pierre Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, Gallimard, 1991, p. 14.

60 Gariel, op. cit., p. 20.

61 Germain, op. cit., p. 127 : « Miremur et imitemur eorum virtutem, cum eodem studio et diligentia aequare vel superare minime valeamus […] Antiquitas et celebritas istius Universitatis ad conservandam illius gloriam nos incitat ; exempla majorum ad imitationem stimulant, et honoris igniculi ad famam comparandam inflammant. »

62 Ibid., p. 127.

63 Schnapper, op. cit., p. 133.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flore César, « La collection comme lieu de fabrique de la mémoire. L’exemple de Montpellier au xviie siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4580 ; DOI : 10.4000/framespa.4580

Haut de page

Auteur

Flore César

Flore César est docteur en histoire de l’art moderne de l’Université Paul-Valéry Montpellier III, et appartient au laboratoire C R I S E S, projet LexArt (ERC, AdG n° 323761). florecesar@no-log.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals