Navigation – Plan du site
Dossier : Mémoire et oubli : Histoire et Art à l'épreuve du souvenir

L’effacement des lynchages californiens. La mémoire et l’instrumentalisation des images

Away from History. Uses of Some Photos
Los Ausentes de la historia. El uso de algunas fotografías
Pierre Vialle

Résumés

Avant d’être pratiqué à grande échelle dans le Vieux Sud après l’abolition de l’esclavage, le lynchage avait été massivement employé à l’Ouest des États-Unis où il fit des centaines de victimes. Spécialiste de l’histoire du lynchage en Californie, l’artiste et universitaire américain Ken Gonzales-Day pose, par ses travaux, la question de savoir comment les très nombreux lynchages perpétrés en Californie ont pu fournir des pages blanches à l’histoire américaine en dépit du fait qu’il existe de nombreuses photographies de ces crimes. Une attention portée au contexte de leur perpétration et à l’influence du caractère conjonctif du crime semble indiquer qu’à l’instar de tout autre artefact, une image n’a de pouvoir et de sens que ceux qui lui sont conférés, et que des problèmes de comptabilité et une concurrence mémorielle ne sont pas les seules raisons de l’oubli des lynchages californiens.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

États-Unis, Californie
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les images reçoivent leur sens et leur pouvoir de leurs utilisateurs. En privilégiant l’analyse du matériel iconographique des images et en négligeant l’étude de l’instrumentalisation de ce matériel par les utilisateurs de ces images, les méthodes d’interprétation comme l’iconologie – qui est une herméneutique appliquée aux images – se privent de comprendre le pouvoir des images. Il n’est pas de sens qui soit suspendu. Et l’on s’égarerait en projetant un sens qui serait celui d’un récepteur idéal : au récepteur idéal, la réalité oppose des récepteurs réels qui lui sont rarement semblables. Seule une analyse de l’instrumentalisation des images peut ainsi permettre de comprendre des situations comme celle sur laquelle l’artiste américain Ken Gonzales-Day a attiré notre attention par la réalisation d’une série d’œuvres1 portant sur l’oubli des lynchages ayant eu lieu en Californie aux xixe et xxe siècles, et intitulées Erased Lynching (« Lynchage effacé »).

Tombstone

Tombstone

2006

© Ken Gonzales-Day

Franklin Avenue

Franklin Avenue

2006

© Ken Gonzales-Day

East First Street (St. James Park)

East First Street (St. James Park)

2006

© Ken Gonzales-Day

  • 2 Ken Gonzales-Day, Lynching in the West: 1850-1935, Durham, Duke University Press, 2006, p. 133.

Selon le chiffre avancé par Gonzales-Day dans son ouvrage Lynching in the West2 (« Le Lynchage à l’Ouest »), au moins trois cent cinquante-deux lynchages ont été perpétrés en Californie entre 1850 et 1935, faisant de cet État américain l’un des plus touchés par cette pratique. Gonzales-Day souligne les origines racistes de cette forme criminelle de justice populaire, et déplore la faible place qu’occupent les lynchages californiens dans la mémoire collective. Avec la série des Erased Lynchings, réalisée par la retouche de photographies enregistrées lors de lynchages californiens, l’artiste milite en faveur de la mémoire de ces crimes et nous offre une illustration du rôle de l’instrumentalisation des images. Une recontextualisation des faits et une prise en compte du caractère conjonctif du crime nous serviront à l’analyse de cette série d’œuvres.

2. Les lynchages au Sud et à l’Ouest

  • 3 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. I (1835), Paris, Garnier-Flammarion, 1981, (...)
  • 4 Ibid., p. 477.
  • 5 Joël Michel, « Le Sud », in Le lynchage aux États-Unis, chap. 1, Paris, La Table Ronde, 2008, p. 9- (...)

2Les lynchages aux États-Unis furent sous-tendus par différents motifs, et accomplis à différentes époques et dans différents contextes. Dans le Vieux Sud, l’épidémie de lynchages est considérée comme une conséquence directe de l’abolition de l’esclavage. Avec l’adoption en 1865 du xviiie amendement de la Constitution, ce fut à un Sud jusqu’alors fondé sur un racisme institutionnalisé et sur l’esclavage que le Nord – victorieux de la guerre de sécession – imposa son abolition. Lorsqu’il analysait la situation en 1835, Tocqueville en concluait déjà : « suivant le cours probable des choses, l’abolition de l’esclavage au Sud fera croître la répugnance que la population blanche y éprouve pour les noirs3 ». « Les moyens termes, ajoutait-il, me paraissent aboutir à la plus horrible de toutes les guerres civiles, et peut-être à la ruine de l’une des deux races4 ». Conformément à ces prédictions, le lynchage fut adopté par les blancs méridionaux désireux de réaffirmer l’ordre racial d’antan comme un instrument du conflit les opposant à leurs anciens esclaves5. Cette histoire est comprise comme un épisode de l’histoire spécifique du Sud confédéré, et enregistrée comme tel par le roman national.

  • 6 Ken Gonzales-Day, op. cit., p. 39. Notre traduction, comme pour toutes les citations traduites à ve (...)

3Avant d’être pratiqué à grande échelle dans le Vieux Sud, le lynchage avait été amplement employé à l’Ouest, notamment pour endiguer la criminalité provoquée par la ruée vers l’or. Du fait d’une certaine difficulté à faire régner l’ordre fédéral, la sécurité y fut, un temps, assurée par les citoyens eux-mêmes unis au sein de comités de vigilance. Les lynchages furent, là encore, employés comme instruments en faveur de la sécurité des blancs et de l’insécurité des non-blancs. Force est pourtant de constater que ces lynchages n’ont pas fait l’objet du même traitement que les lynchages du Sud. « Contrairement aux lynchages d’afro-américains dans le Sud, observe Gonzales-Day, ces tueries toujours violentes ont été idéalisées dans des écrits populaires et historiques, des bandes dessinées, des téléfilms de western, et au cinéma6 ».

4L’image, généralement admise, d’une justice de frontière relais de l’autorité fédérale est restée en vigueur, bien qu’elle ait cessé de représenter la réalité des faits. Les foules de lyncheurs de l’Ouest sont ainsi traditionnellement présentées positivement comme assurant la sécurité et contribuant, par extension, à la construction des États-Unis. Or, selon les historiens William D. Carrigan et Clive Webb, les lynchages de Mexicains ne sauraient être vus comme une compensation :

  • 7 William D. Carrigan et Clive Webb, « The Lynching of Persons of Mexican Origin or Descent in the Un (...)

Seul un petit nombre de Mexicains victimes de lynchages […] virent leur sort remis entre les mains de comités de vigilance en l’absence de système judiciaire officiel. […] Beaucoup d’épisodes de violence anti-mexicaine impliquent des foules de lyncheurs faisant irruption dans des prisons pour en extraire leurs victimes7.

  • 8 Ibid., p. 417.

5Au contraire, les lynchages impliquèrent souvent la complicité active des forces de l’ordre elles-mêmes. « La réalité, constatent Carrigan et Webb, c’est que le système judiciaire n’a pas seulement échoué à protéger les Mexicains, mais qu’il fut un instrument au service de leur oppression8 ».

6Demeure aujourd’hui le constat selon lequel la pratique régulière et massive du lynchage à l’Ouest lors des xixe et xxe siècles est l’un des points aveugles de l’histoire américaine. Pour Gonzales-Day, la responsabilité incombe, d’une part, à la méthode de dénombrement des cas : à l’Ouest où le terme de « lynchage » n’était pas toujours employé, de nombreux lynchages n’ont donc pas été comptabilisés comme tels. De plus, les principales bases de données dont nous disposons ne recensent souvent que les lynchages postérieurs à 1880, excluant des statistiques les nombreux cas survenus pendant les années les plus agitées de la Californie en la matière, toutes antérieures à cette date. Gonzales-Day désigne, d’autre part, la focalisation de l’attention sur les lynchages des noirs dans le Vieux Sud, terrain privilégié des foules haineuses et des organisations racistes comme le Ku Klux Klan, comme l’une des causes de l’oubli des lynchages californiens :

  • 9 Ken Gonzales-Day, op. cit., p. 40.

La seconde grande influence sur cette histoire fut exercée par le mouvement anti-lynchage lui-même, un mouvement qui, de manière compréhensible, était plus occupé à mettre fin à l’abominable pratique du lynchage d’afro-américains qu’à s’intéresser à l’histoire de cette pratique dans l’Ouest9.

Mais des problèmes de comptabilité et une forme de concurrence victimaire sont-ils les seules causes de l’oubli des lynchages californiens ?

3. Le caractère conjonctif du crime

7Dans certains contextes, la perpétration d’un crime peut déclencher la recomposition d’une société en plusieurs groupes antagonistes, ou favoriser la cohésion de groupes préalablement constitués et renforcer leur opposition. Ce phénomène, qui résulte de ce que nous nous proposons nommer le caractère conjonctif du crime, a été mis en évidence par l’historien Alfred Grosser dans un ouvrage consacré à l’étude des mécanismes de la mémoire collective des crimes.

  • 10 Alfred Grosser, Le crime et la mémoire, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1989, p. 24.

8L’auteur y distingue les deux types de rapports qu’entretiennent le crime et le sentiment d’appartenance à un groupe social. « Le crime, remarque-t-il d’abord classiquement, naît souvent de l’appartenance, de la relation ami/ennemi qu’elle engendre10 ». En s’appuyant sur les exemples de la guerre d’Algérie et du génocide arménien, Grosser constate que lorsque l’appartenance à un groupe, qu’il soit d’ordre ethnique, économique, géographique ou religieux, rend ses membres intolérants vis-à-vis des individus extérieurs au groupe, l’ostracisme et le rejet des autres s’exacerbent parfois et peuvent conduire au crime.

  • 11 Ibid., p. 26.
  • 12 Ibid.

9Le second rapport entre les deux termes de l’équation, est, pour ainsi dire, l’inversion du précédent car, d’après Grosser : « le crime peut aussi créer le sentiment d’appartenance11 ». Conséquence du caractère conjonctif d’un crime, l’attachement se fera possiblement au groupe des victimes (par exemple, les juifs persécutés par les nazis) ou à celui – numériquement majoritaire ou non – des bourreaux. Par leur caractère conjonctif, avance l’historien, des crimes ont même pu contribuer à la construction de sociétés et de nations, comme dans le cas de l’Australie par le génocide des aborigènes. Le plus souvent collatéral, l’effet conjonctif du crime est néanmoins quelquefois voulu à dessein, par exemple sous la forme de ce que Grosser nomme le « cycle meurtres-représailles-solidarisation12 », repérable lors de l’Occupation ou pendant la guerre d’Algérie :

  • 13 Ibid.

Tel attentat dans le métro contre un occupant allemand, tels assassinats commis par les insurgés en Algérie avaient pour but de provoquer des représailles qui frapperaient des Français ou des Algériens musulmans jusqu’alors à l’écart de la lutte et poussés par ces représailles à la solidarité avec la Résistance, avec le FLN13.

  • 14 Ibid., p. 29.

10L’auteur ajoute également qu’une seconde phase, consécutive à celle du crime, est favorable à son effet conjonctif : chez les bourreaux, la violence doit préférablement se combiner à son refoulement. « Une collectivité nationale, écrit Grosser, cherchera à faire le silence sur des crimes ou des complicités dont l’évocation affaiblirait la bonne conscience qui soutient sa mémoire collective14 ».

  • 15 Amy Louise Wood, « We Wanted to Be Boosters and Not Knockers: Photography and Antilynching Activism (...)
  • 16 Honoré de Balzac, Le Père Goriot, t. III de La Comédie humaine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothè (...)

11Aux États-Unis, à l’issue des lynchages, des parties des corps des victimes (dents, doigts, organes génitaux) ou des instruments des sévices (maillons de chaînes, sections de la corde et de la branche) étaient vendus comme des reliques. En posséder était une source de fierté pour les lyncheurs. De même, lorsqu’un lynchage se produisait, le photographe local s’empressait de photographier la scène, d’en tirer des cartes postales et d’en faire commerce. Les photographies se vendaient via des journaux, ou directement dans la rue et au porte-à-porte. Le caractère conjonctif de la photographie qui permettait d’étendre le public du lynchage au-delà de ses parties prenantes directes s’ajoutait au caractère conjonctif du crime. Mais l’audience des photographies de lynchages californiens se limita cependant au cercle de ceux qui voyaient en elles des souvenirs du spectacle du lynchage ou des illustrations de la bonne marche de la justice de frontière. Alors que les photographies de lynchages dans le Sud ont été utilisées, avec succès, par des activistes noirs pour témoigner auprès du Congrès ou lors de campagnes nationales anti-lynchages de la victimisation et de la souffrance des noirs15, les photographies de lynchages californiens n’ont pas bénéficié d’une semblable dé-contextualisation par l’extension à l’échelle nationale de leur réseau de diffusion. Et pour cause, selon le mécanisme décrit par Grosser, la mémoire de ces crimes conjonctifs – légitimés comme contribuant à la consolidation de l’État fédéral et dont les profits sont allés à l’Amérique elle-même – ne devait pas se transmettre. Bien qu’éloquentes, les nombreuses photographies de lynchages californiens n’ont pas permis de lutter contre le refoulement. En raison de son caractère conjonctif, le crime oublié qui est, chez Balzac16, à l’origine des grandes fortunes sans cause apparente, peut également renforcer la cohésion de groupes sociaux d’échelles multiples et se trouver parfois à l’origine d’une nation.

4. Mystique de l’absence

12Pour peu que l’on se satisfasse de ces explications, il n’en reste pas moins à déplorer, avec Ken Gonzales-Day, l’injustice de la sélectivité de la mémoire collective, car les morts californiennes ne furent pas moins violentes et définitives que celles du Vieux Sud. Or, au-delà de leur égale létalité, un autre point commun entre tous ces lynchages se situe dans le fait, déjà signalé, qu’ils généraient très souvent une documentation photographique. Au Sud comme à l’Ouest, des centaines de photographies de lynchages ont ainsi été enregistrées puis diffusées. Entre 2000 et 2013, Gonzales-Day a collecté des cartes postales de lynchages californiens pour en faire la matière première de ses Erased Lynchings. Tentant de combattre et d’illustrer la partialité de l’histoire, l’artiste a effacé les corps des pendus de ces images, dépouillant les arbres de ces strange fruits que chantait Billie Holiday. Effacement symbolique que nous pourrions voir comme une illustration du traitement que l’histoire a réservé à ces crimes. Maintenant que leurs corps ont été escamotés, les pendus figurent aussi peu sur les photographies que dans les livres d’histoire et dans la mémoire collective.

  • 17 Voir : William Edward Bughardt Du Bois, « Jesus Christ in Georgia », 1911 ; Countee Cullen, « The B (...)
  • 18 En témoigne aussi Searching for California’s Hang Trees, une autre série de l’artiste (débutée en 2 (...)
  • 19 Jean-Luc Nancy, Noli me tangere. Essai sur la levée du corps, Paris, Bayard, 2003, p. 30 sq.

13Comme chez certains auteurs du début du xxe siècle17, la figure du pendu, par analogie avec celle du Christ, s’apparente chez Gonzales-Day à une figure de martyr. Il est ici un martyr sacrifié à la construction de l’Amérique. Au fétichisme chrétien de la croix s’est même substitué le fétichisme de l’arbre18, potence par destination. Mais la symbolique chrétienne se déploie aussi par l’évocation de la disparition dans les Évangiles du corps du Christ lors de l’épisode de la Résurrection. Pour le philosophe Jean-Luc Nancy, la Résurrection du Christ ne doit pas être vue comme une victoire sur la mort mais comme son extension infinie. « Le tombeau vide, écrit-il, illimite la mort dans la partance du mort19 ». Cette intuition s’accorde bien avec le fait que la Résurrection, qui s’annonce par la découverte du tombeau vide, empêche la clôture de la mort du Christ en se poursuivant par des apparitions. Le tombeau vide signale l’inachèvement du cérémonial de la mort parce qu’il suppose que le corps du mort ne bénéficie pas du repos éternel offert par son enfouissement. Dans nos sociétés, la mort s’accomplit avec la dissimulation du corps défunt aux yeux des vivants, et dès cet instant, le deuil, l’oubli et leur corollaire, le souvenir, peuvent commencer. Or, chez Gonzales-Day, la disparition des corps n’illimite pas la mort, mais permet, au contraire, aux morts de reposer en paix. Double délicatesse de l’artiste qui nous épargne les éléments horrifiques des images tout en redonnant leur dignité aux défunts.

14Il y a enfin un aspect militant dans ce geste d’effacement et l’on peut voir cette série d’œuvres comme un complément de l’ouvrage Lynching in the West. L’objectif du livre était d’écrire l’histoire du lynchage en Californie, et donc de faire exister ces lynchages. Dans le cas des Erased Lynchings nous pourrions être surpris par cette tentative paradoxale visant à forcer le souvenir d’une chose en la soustrayant à la vue. Une fois retouchée, l’image que nous montre l’artiste nous dit, en tant que telle, bien peu des lynchages. Seul le titre Erased lynching évoque plus qu’une scène bucolique. Sur ces clichés retouchés le pendu ne peut être que parce qu’il est désigné comme effacé. Sa présence-absence est effective car elle est signalée par ce titre et parce que notre imagination s’en construit une image mentale. Le regardeur averti du titre forme l’image du pendu dans son esprit et l’image retouchée devient ainsi le support d’éphémères projections individuelles. Et justement, c’est peut-être le retour d’une démarche individuelle – par opposition au processus mémoriel collectif – qui explique la supériorité ici de l’image mutilée sur l’image originelle pourtant complète. Alors que Lynching in the West tentait de faire entrer les lynchages californiens dans l’histoire collective, la série d’images retouchées vise de manière complémentaire à les faire exister pour chacun de nous. En devenant les supports de nos projections, les images mutilées par Gonzales-Day sont celles qui favorisent paradoxalement le mieux la mémoire de ces morts. Images vives et individuelles, aussi fugaces soient-elles, ces images mentales semblent plus propices au souvenir que les images-objets.

5. Conclusion : la volonté de ne pas voir

15La pratique du lynchage fut assurément l’un des aspects essentiels de la conquête de l’Ouest américain. Aussi fréquents qu’arbitraires, les lynchages de non-blancs y ont contribué au renforcement du contrôle colonial. Or, en dépit de l’importante documentation photographique qu’ils ont générée, ces crimes racistes constituent l’une des facettes les plus méconnues de l’histoire américaine.

16La réception des images est prédéterminée par l’horizon d’attente du récepteur, comme l’usage de l’outil est fonction de l’horizon d’attente de l’ouvrier. L’instrumentalisation des photographies nécessite leur intégration à des logiques d’utilisation, et seule une prise en compte de ces logiques permet de comprendre pourquoi certaines peuvent contribuer à l’écriture de l’histoire et d’autres non. Alors que les photographies de lynchages dans le Vieux Sud furent décontextualisées par leur diffusion à l’échelle nationale par des activistes pour dénoncer la condition des noirs, l’attention portée aux images des lynchages californiens fut presque exclusivement celle de la communauté des lyncheurs qui les voyaient d’un œil favorable. Au caractère conjonctif du crime s’ajoutait le caractère conjonctif de la photographie. Cette délimitation de l’audience des photographies, accompagnée d’autres facteurs comme une forme de concurrence des victimes, la spéciosité des statistiques portant sur les lynchages, et leur mythification comme justice de frontière, ont contribué au refoulement de ces crimes.

17Pour s’opposer à l’oubli, encore faut-il commencer par le mettre en exergue. C’est ce qu’a entrepris l’artiste Ken Gonzales-Day par la publication d’un ouvrage historique correctif et par la réalisation de plusieurs séries d’œuvres sur le lynchage en Californie. Parmi celles-ci, la série des Erased Lynchings, réalisée par l’effacement du corps des pendus sur des photographies de lynchages, parvient à illustrer leur oubli tout en contribuant subtilement à réactiver leur mémoire.

Haut de page

Notes

1 Voir également en ligne : http://kengonzalesday.com/erased-lynchings [consulté le 27/08/2017].

2 Ken Gonzales-Day, Lynching in the West: 1850-1935, Durham, Duke University Press, 2006, p. 133.

3 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. I (1835), Paris, Garnier-Flammarion, 1981, p. 473.

4 Ibid., p. 477.

5 Joël Michel, « Le Sud », in Le lynchage aux États-Unis, chap. 1, Paris, La Table Ronde, 2008, p. 9-27.

6 Ken Gonzales-Day, op. cit., p. 39. Notre traduction, comme pour toutes les citations traduites à venir. Sur la justice de frontière, voir notamment les films : The Ox-Bow Incident (William Wellman, 1943) et Along The Great Divide (Raoul Walsh, 1951). Notons d’ailleurs que peu nombreuses sont les véritables critiques cinématographiques du lynchage en tant que tel. Exception faite du Frankenstein de James Whale (1931), le lynchage semble rarement dénoncé uniquement pour lui-même, mais parce qu’il peut être à l’origine d’erreurs judiciaires ou synonyme de racisme.

7 William D. Carrigan et Clive Webb, « The Lynching of Persons of Mexican Origin or Descent in the United States, 1848 et 1928 », Journal of Social History, vol. 37, n° 2, hiver 2003, p. 416.

8 Ibid., p. 417.

9 Ken Gonzales-Day, op. cit., p. 40.

10 Alfred Grosser, Le crime et la mémoire, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1989, p. 24.

11 Ibid., p. 26.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 29.

15 Amy Louise Wood, « We Wanted to Be Boosters and Not Knockers: Photography and Antilynching Activism », in Lynching and Spectacle. Witnessing Racial Violence in America, 1890-1940, chap. 10, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2009, p. 179-221.

16 Honoré de Balzac, Le Père Goriot, t. III de La Comédie humaine, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1979, p. 145 sq. : « Le secret des grandes fortunes sans cause apparente est un crime oublié, parce qu’il a été proprement fait ».

17 Voir : William Edward Bughardt Du Bois, « Jesus Christ in Georgia », 1911 ; Countee Cullen, « The Black Christ », 1929 ; ou Langston Hughes, « Christ in Alabama », 1931.

18 En témoigne aussi Searching for California’s Hang Trees, une autre série de l’artiste (débutée en 2002) pour laquelle il a retrouvé et photographié des arbres plusieurs décennies après qu’ils eurent servi de potence lors de lynchages. En ligne : http://kengonzalesday.com/hang-trees [consulté le 27/08/2017].

19 Jean-Luc Nancy, Noli me tangere. Essai sur la levée du corps, Paris, Bayard, 2003, p. 30 sq.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tombstone
Légende 2006
Crédits © Ken Gonzales-Day
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Franklin Avenue
Légende 2006
Crédits © Ken Gonzales-Day
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre East First Street (St. James Park)
Légende 2006
Crédits © Ken Gonzales-Day
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Vialle, « L’effacement des lynchages californiens. La mémoire et l’instrumentalisation des images », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4662 ; DOI : 10.4000/framespa.4662

Haut de page

Auteur

Pierre Vialle

Pierre Vialle est chercheur et commissaire d’expositions. Il est directeur adjoint et administrateur du centre d’art et de recherche Bétonsalon à Paris, et chargé de cours au sein de l’UFR Arts plastiques et Sciences de l’Art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent principalement sur les pratiques et les usages. contact@pierrevialle.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals