Navigation – Plan du site
Recensions

Darío G. Barriera, Ouvrir des portes sur la terre. Microanalyse de la construction d’un espace politique. Santa Fe (1573-1640), Traduction de François Godicheau, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2016, 527 p.

Ariel Mamani

Texte intégral

1La ville de Santa Fe « La Vieja », et la gobernación du Río de la Plata à laquelle celle-ci appartenait, était un des espaces périphériques de la monarchie hispanique au début de l’époque coloniale. Cette subalternité – de la géographie – s’étend au traitement qu’a réservé l’historiographie à ce sujet. De nombreuses études ont en effet porté sur la vie politique de la période en se focalisant sur la ville de Buenos Aires : le principal établissement dont la fondation définitive a été rendue possible par l’action de groupes originaires de la ville même de Santa Fe. Cependant, les analyses centrées sur le port de Buenos Aires se sont développées en insistant sur les querelles entre la gobernación et les factions politiques et commerciales de la ville. Cette perspective a, dans une grande mesure, empêché que l’attention se porte sur d’autres centres urbains du Río de la Plata. Ceux-ci ont donc dû se contenter d’approches asystématiques, manquant souvent de profondeur, et qui, en plus d’être anachroniques, pêchaient d’être toujours pensées depuis le centre.

2Le livre qui nous intéresse ici cherche à pallier en partie ces lacunes. La version en espagnol publiée en 2013 a reçu le Prix Academia Nacional de la Historia (Argentine) : c’est là une reconnaissance plus que méritée. Tout au long de ses plus de 500 pages, l’auteur présente une analyse du processus complexe qui s’est déployé pour doter d’un « équipement politique » un espace frontalier de la monarchie hispanique. Tiré de la géographie française, le concept d’équipement du territoire cherche à relier l’action politique avec les transformations qui modèlent l’espace. Darío Barriera s’approprie ce concept pour étudier le processus par lequel la monarchie hispanique a transformé ce territoire de multiples manières : en y enracinant des relations sociales, juridiques et juridictionnelles qui, exprimées institutionnellement, ont progressivement converti ces terres en un nouvel espace politique.

3Cet équipement politique d’un espace aussi vaste a notamment servi de repli aux conquistadors « descargados » du Paraguay et du Pérou. De cette façon, l’auteur éclaire les stratégies suivies par la monarchie hispanique dans l’expansion de ses domaines en Amérique et la recherche de voies alternatives de communication. Il souligne également la multiplicité des stratégies déployées par les fonctionnaires locaux dont le principal objectif était celui de soulager la terre :

Le bénéfice tiré d’une nouvelle route de communication fonctionnant comme un chemin alternatif vers la région du haut Pérou, et, par le Río de la Plata, pourvue d’une étape stable sur le chemin de la métropole, était parfaitement compatible avec l’idée de se débarrasser des agités. Et les deux aspects de la conjoncture revêtaient le même caractère d’urgence (p. 65).

4Sans doute ce livre permet de démonter l’une des hypothèses que l’historiographie coloniale de l’Amérique hispanique avait établie en « poncif historiographique » ; l’idée selon laquelle la Couronne aurait, dès la première partie du xviie siècle, opéré un réaménagement important des divers mécanismes de contrôle des fonctionnaires en exercice en Amérique, visant à une centralisation administrative. Cette affirmation conduisait irrémédiablement à interpréter ces attitudes qui témoignaient de la volonté de concentrer le pouvoir politique comme étant l’une des caractéristiques d’un État en cours de formation. Barriera parvient à démontrer au contraire que les formes de contrôle de la monarchie hispanique différaient dans une grande mesure des mécanismes centralisateurs caractéristiques des États nationaux des siècles suivants.

5À l’inverse, le livre montre que les monarques n’ont pas cherché tant à contrôler le territoire qu’à surveiller leurs propres agents. Dans le même temps, la Couronne s’efforçait à leur laisser une capacité d’action face aux aléas du terrain par l’improvisation ou le recours à un large éventail de normes existantes. Ainsi, le processus de consolidation de la monarchie en tant que pouvoir politique s’est produit parallèlement à l’acquisition par les villes d’une place centrale dans l’expansion territoriale.

6Darío Barriera a donc choisi d’étudier Santa Fe La Vieja dans cette perspective. Le choix méthodologique a été celui de donner la priorité au registre politique plutôt qu’à d’autres axes d’analyse possibles. Il ne s’agit pas pour autant d’un travail d’histoire politique traditionnelle puisque Barriera conçoit la politique comme une forme de pouvoir, et le pouvoir comme une capacité dont l’essence est éminemment relationnelle. Ainsi, l’auteur ne se focalise pas seulement sur l’étude du pouvoir politique ou sur les institutions qui ont matérialisé de la façon la plus évidente cette forme de pouvoir. De fait, l’historien argentin se centre sur l’étude de l’histoire politique à partir d’une analyse constructiviste et configurationnelle, où le politique est toujours une façon de penser et d’analyser ses agents. C’est important pour démontrer le rôle qu’ont joué les agents locaux de la Couronne dans la consolidation de la monarchie agrégative espagnole, dont le caractère composé et polycentrique a configuré une forme sophistiquée d’institutionnalisation du pouvoir politique.

7C’est ainsi que, dans Ouvrir des portes…, la dimension « politique » est tantôt explicite, tantôt implicite, lorsqu’elle se manifeste par le prisme de questions économiques, juridiques, sociales ou culturelles. On comprend dès lors que plusieurs chapitres du livre se concentrent sur l’analyse des liens familiaux, des luttes juridictionnelles, des trahisons au sein du cabildo, de la rébellion des chefs, de la dynamique de l’encomienda ou du rôle de l’Église catholique. Ces aspects n’apparaissent cependant jamais sans rapport les uns entre les autres. Dans cette étude, Barriera explore différents liens et relations, abordant par là des problèmes habituellement peu traités par l’historiographie.

8Comprendre et travailler sur ce jeu relationnel compliqué a requis – à son tour – une analyse extrêmement minutieuse, patiente et pour ainsi dire obsessionnelle des sources. C’est là l’un des autres choix importants effectués par l’auteur dans sa recherche : opter pour un traitement microanalytique qui – quand bien même ces deux démarches partagent le même geste analytique de réduction de l’échelle d’observation – opère différemment sur l’objet d’étude que la microhistoire.

9On remarque notamment cela dans l’anti-déterminisme des analyses que Barriera développe tout au long du travail. Il en va ainsi de l’étude de la relation établie entre les différentes sphères de gouvernement (locale, supralocale), où le normatif, sans perdre son importance, n’est pas devenu en soi l’élément déterminant. Darío Barriera peut démontrer de la sorte, dans le chapitre III, que les fonctions et les attributions associées à une charge avaient besoin d’un espace naturel de négociation avec les membres du cabildo :

[…] disposés à élargir, limiter, délimiter et exiger l’accomplissement de telles ou telles conditions demandées à un candidat qu’en outre, dans certains cas, ils connaissaient mieux que le gouverneur qu’il allait représenter (p. 118).

10La microanalyse configurationnelle représentait une approche théorique innovante à la fin des années 1990, période où la recherche de D. Barriera a pris la forme d’une thèse soutenue à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, 2002). Il n’en demeure pas moins que les perspectives centrales de l’analyse n’ont que très peu vieillies, à deux exceptions près, qui trahissent son contexte de production.

11Premièrement, l’étude a mis l’accent sur les actions des « Blancs », c’est-à-dire sur l’action de la population qui se considère elle-même comme d’origine européenne, ne laissant pas d’espace aux peuples indigènes, lesquels n’apparaissent que ponctuellement. On pourrait faire une remarque similaire pour les agents ecclésiastiques.

12Le deuxième aspect naît d’un problème qui est inhérent à la méthodologie même qui a été choisie, puisque la microanalyse possède une capacité limitée à rendre compte d’une représentation des dynamiques relationnelles qu’elle se propose de reconstruire. Cela ne constitue pas une lacune en soi. Quand on se lance dans un tel projet, le réseau analysé, qu’il soit familial, commercial, politique, etc., paraît toujours insuffisant dans sa phase narrative, en comparaison à la sophistication de l’analyse. C’est pourquoi, dans ce type d’approches, on introduit habituellement – outre des schémas et tableaux –, une description dense qui permet au lecteur de percer la complexité de la trame.

13C’est ainsi que procède Barriera dans diverses parties du livre, tout particulièrement dans les chapitres IX et X, consacrés à la rébellion de 1580, et dans les chapitres XI et XII, où sont déployés les réseaux familiaux complexes qui entourent Juan de Garay. Noyau central du livre, ces chapitres permettent de retracer les profils des protagonistes de l’insurrection, en présentant leur action avant, pendant et après le conflit, ce qui rend possible l’observation de toute la complexité inhérente à l’événement. Ainsi, un sens est donné à un ensemble d’actions ; ensemble qui donne, de plus, un caractère explicatif aux réseaux du pouvoir local.

14Marquant un tournant dans l’historiographie sur ce thème, le présent livre est nécessaire pour comprendre et expliquer les premiers éléments de la configuration politique de Santa Fe, et la place de cette ville sur la scène du pouvoir politique de la monarchie hispanique. Enfin, le livre permet de mesurer l’option « atlantique » de la monarchie hispanique, laquelle s’inscrit dans un processus à long terme, dans lequel Santa Fe a été un nœud supplémentaire dans une trame déjà très riche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariel Mamani, « Darío G. Barriera, Ouvrir des portes sur la terre. Microanalyse de la construction d’un espace politique. Santa Fe (1573-1640), Traduction de François Godicheau, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2016, 527 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 26 | 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4689

Haut de page

Auteur

Ariel Mamani

Historien diplômé de l’Université Nationale de Rosario, où il est actuellement professeur, il est également professeur à l’Université Autonome de Entre Ríos. Il est titulaire d'une maîtrise en Histoire du Monde Hispanique de l’Universitat Jaume I, en Espagne. Il développe des activités de recherche au CEHISO (Centre d’Études d’Histoire Sociale sur la Justice et le Gouvernement, XVI-XIXe siècles). mamaniariel@yahoo.com.ar

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals