Navigation – Plan du site

Introduction au dossier: De la dictature à la démocratie en Espagne et au Chili: retour critique sur la « troisième vague de démocratisation de la fin du xxe siècle »

Stéphane Boisard et Bruno Vargas

Texte intégral

  • 1 Samuel Huntington, The Third Wave: Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, Universit (...)

Between 1974 and 1990, at least 30 countries made transitions to democracy, just about doubling the number of democratic governments in the world [...] By the early 1970s, most of the Protestant countries in the world had already become democratic. The third wave of the 1970s and 1980s was overwhelmingly a Catholic wave. Beginning in Portugal and Spain, it swept through six South American and three Central American countries, moved on to the Philippines, doubled back to Mexico and Chile, and then burst through in the two Catholic countries of Eastern Europe, Poland and Hungary. Roughly threequarters of the countries that transited to democracy between 1974 and 1989 were predominantly Catholic1.

  • 2 Ángeles González-Fernández (coord.), "Las transiciones ibéricas", Ayer, 99/2015 (3).

1Dans son "célèbre" article de 1989, Samuel Huntington propose une périodisation et un modèle expliquant comment les pays du monde, par vagues successives, en sont arrivés progressivement à établir un système démocratique, suivant le modèle du premier pays ayant atteint cet objectif au début du xixe siècle, à savoir les États-Unis. Bien que le tropisme culturel et religieux soit des plus discutables, cette périodisation nous intéresse car elle pose ici la question de la comparaison des dictatures et des transitions espagnole et chilienne qui appartiennent à la troisième génération de démocratisation. Chronologiquement, la péninsule ibérique ouvre cette vague de démocratisation (Portugal 1974 et Espagne 19752) et le Chili la clôt avec la Hongrie et la Pologne à la fin des années 1980. On peut même considérer que la dictature chilienne démarre le 11 septembre 1973, juste trois mois avant que ne soit sérieusement affaiblie la dictature franquiste, après l’assassinat par l’ETA de l’amiral Luis Carrero Blanco. Le présent dossier des Cahiers de Framespa revient sur ces transitions en proposant six études qui ouvrent des perspectives nouvelles pour penser ces moments politiques si particuliers. Trois d’entre elles (Álvaro Soto Carmona, Gonzalo Pasamar Alzuria et Stéphane Boisard) s’intéressent aux cadres discursifs historiques et historiographiques qui ont accompagné ces transitions. Les autres travaux (Franck Gaudichaud et Sebastián Osorio, et Paula Díaz) partent d’acteurs spécifiques ou de thématiques rénovées pour repenser les jeux de pouvoir entre acteurs et les enjeux politiques et sociétaux qui sous-tendent les conflits entre les différentes factions en lice lors de ces transitions démocratiques.

2En guise d’introduction à ces articles - et sans que l’opinion exprimée dans cette introduction soit nécessairement partagée par les auteurs de ce dossier -, nous souhaiterions revenir sur les régimes autoritaires et leurs transitions et nous demander s’il est historiquement et heuristiquement pertinent de les comparer. Le décalage chronologique évoqué ci-dessus pose la question de la contextualisation des régimes militaires. La dictature du général Franco est la conséquence finale de la Guerre civile espagnole qui se trouve au cœur de ce que des historiens ont appelé "la guerre civile européenne" dans les années 1930. Le régime du général Pinochet s’inscrit dans la logique des dictatures dites de "sécurité nationale" propres à la Guerre froide.

1. La Guerre civile européenne et la Guerre froide en Amérique latine : le glissement de l’antifascisme à l’anti-communisme comme clef de comparaison

  • 3 Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes : le court vingtième siècle, 1914-1991, Bruxelles, Complexe, 1 (...)
  • 4 E. Hobsbawm, op. cit., p. 197. De son côté, Enzo Traverso fait de la guerre civile espagnole une pr (...)

3Sans nier les racines endogènes au conflit qui ensanglante l’Espagne, il est possible d’affirmer que la Guerre civile espagnole anticipe la Seconde Guerre mondiale. Selon Eric J. Hobsbawm, elle est « une version miniature d’une guerre européenne »3. Marquée par l’essor et la chute de l’Allemagne nazie et correspondant à la phase finale de la Guerre civile européenne, la période 1935-1945 est celle d’une « guerre civile idéologique à l’échelle internationale » : « une guerre internationale, parce qu’elle posait fondamentalement les mêmes problèmes dans la plupart des pays occidentaux [et] guerre civile, parce que les lignes de partage entre forces pro- et anti-fascistes divisaient chaque société »4. Par ailleurs, se joue dans ce conflit la légitimité morale et politique de l’État, patiemment construite par les descendants des Lumières du xviiie siècle et des grandes révolutions du long xixe siècle, et foulée au pied par des dirigeants qui n’en acceptaient pas le principe au nom de valeurs réactionnaires. Même s’il est possible de trouver des correspondances concernant les conflits qui divisent les sociétés, les dictatures d’Amérique latine des années 1960 et 1970 semblent bien loin de ces logiques. Contrairement à ce que les défenseurs de la Junte chilienne aient pu en dire dans leur volonté de rompre leur isolement, il n’est pas possible de parler au Chili de « guerre civile » entre une partie de la classe moyenne radicalisée, alliée à des partis prolétariens, et des institutions de l’État (telles que l’armée, le parlement, la justice, etc.) qui défendraient la légalité constitutionnelle. Il n’y a pas eu au Chili d’affrontement armé ni national. De plus, la concomitance de l’instauration de régimes militaires dans tout le sous-continent américain n’a pas débouché sur un conflit à l’échelle continentale.

4Des éléments peuvent cependant rapprocher ces deux événements historiques. Chacune à leur manière et dans leur époque respective, ces dictatures violentes, marquées par la volonté d’anéantissement total de l’ennemi, brisent des expériences politiques progressistes inédites. Dans le cas de l’Espagne, un front populaire réunissant les gauches arrive au pouvoir démocratiquement dans une République espagnole fragilisée par des divisions internes aussi bien à gauche qu’à droite. Dans le cas du Chili et pour la première fois dans l’histoire du monde occidental capitaliste, l’Unité populaire permet à un président socialiste d’arriver au pouvoir par la voie démocratique et de gouverner dans le respect de la Constitution. Relayées par un exil massif dans les deux cas, ces deux expériences historiques marquent durablement l’imaginaire collectif des gauches à l’échelle globale.

5Malgré la terrible répression qui s’est abattue sur les sociétés espagnole et chilienne, les deux régimes ont cherché à promouvoir l’idée qu’ils n’étaient pas des dictatures mais des dictablandas, c’est-à-dire des « régimes peu rigoureux en comparaison avec d’autres », selon la définition du dictionnaire de la Real Academia qui ne manque pas de souligner la dimension "ironique" du terme. L’idée de dictablanda renvoie aussi à un autre concept important, celui de "régimes autoritaires". Forgé par Juan Linz, ce concept a aussi contribué à développer l’approche comparative entre ces deux dictatures, au même titre que les travaux d’Huntington. L’autoritarisme permet à Juan Linz de distinguer le régime franquiste qu’il a connu pendant sa jeunesse des régimes européens qualifiés de totalitaires, comme le régime nazi allemand ou le régime fasciste italien. Cecilia Lesgart explique ainsi l’influence de Juan Linz lors de discussions entre intellectuel(le)s et dirigeant(e)s politiques latino-américains à la fin des années 1970, dont émerge la « transitologie », cette science politique des transitions à la démocratie :

  • 5 Cecilia Lesgart, "Entre las experiencias y las expectativas. Producción académico-intelectual de la (...)

Sobre Juan Linz hay que subrayar que si bien no era estudioso de Latinoamérica, se dedicaba a investigar « la quiebra » de la democracia española desde una perspectiva sociológica comparada en la que empleaba el término autoritarismo como tipología de régimen. Así, uno de los textos que más circulan en la época, « Totalitarian and Authoritarian Regimes », y sus intervenciones en las discusiones del proyecto del Woodrow Wilson Center, son fundamentales para la confección de un léxico en el que los términos autoritarismo y derrumbe de la democracia se incorporan a las reflexiones de la región5.

  • 6 Enzo, Traverso, "Le totalitarisme. Histoire et apories d'un concept", L'Homme et la société, nº129, (...)

6Après la Seconde Guerre mondiale, les nouveaux enjeux de la Guerre froide dans les pays à économie de marché placent l’anticommunisme au cœur de toutes les préoccupations des dirigeants. Et c’est par un glissement sémantique du terme « antifasciste » vers celui d’« anticommuniste », facilité par l’apparition du concept de totalitarisme, que s’opère la jonction entre les deux. Comme le rappelle Enzo Traverso, l’idée de « totalitarisme » connaît son apogée précisément entre 1947 et 1960, à travers une large diffusion de livres qui vont la transformer en véritable arme de propagande6. S’appuyant sur les travaux de Wolfgang Kraushaar, il explique :

[...] Une fois reproposée sous une lumière essentiellement anticommuniste, cette notion remplit maintenant une double fonction politique : d’une part, elle contribue à « immuniser le système occidental » en le plaçant au-dessus de toute critique (les opposants des États-Unis et de leurs alliés se transforment automatiquement en sympathisants potentiels ou réels de l’ennemi totalitaire) ; d’autre part, elle implique une « neutralisation et une relativisation du passé nazi », à cause du rôle d’avant-garde joué par la République fédérale allemande, l’État issu des cendres du national-socialisme, dans la lutte contre le communisme.

  • 7 Editorial du journal El Mercurio, "El Presidente en España", 21-11-1975, p.3.
  • 8 Augusto Pinochet cité dans l'éditorial du journal El Mercurio, "Virtudes Inspiradoras", 23-11-1975, (...)

7Bien que l’anti-communisme fût déjà présent dans l’Entre-deux guerres, celui de la Guerre froide plonge dans l’oubli les causes profondes de la Guerre civile espagnole. Ce pays, qui a beaucoup évolué pendant toute la décennie 1940, doit se joindre à l’effort de "containement" du communisme en Europe de l’ouest. Après la signature des Pactes de Madrid en 1953 entre les États-Unis et le régime du général Franco, puis de la visite de D. Eisenhower en Espagne en décembre 1959, l’Espagne franquiste connaît le même sort que l’Allemagne fédérale. En relativisant son passé, notamment ses connivences avec les puissances de l’axe, on ne privilégie plus que son rôle dans la lutte anti-communiste. À l’instar de l’Espagne franquiste et de la geste de son caudillo, le Chili de la Junte militaire s’oppose au "marxisme international" qui menacerait de détruire l’ordre occidental, capitaliste et chrétien7. Du point de vue chilien, l’expérience autoritaire franquiste justifie une « refondation » du système politique et économique, et non pas un simple ravalement de façade constitutionnel purement cosmétique. Comme l’explique le général Pinochet, « [Como España] nosotros sufrimos hoy, el intento perverso del marxismo que siembra el odio y pretende cambiar los valores espirituales por un mundo materialista y ateo »8. Le général Pinochet se présente et est présenté par ses défenseurs comme un rempart contre la subversion communiste qui menace la sécurité dans les Amériques, et est considéré comme tel par Henry Kissinger et l’administration Nixon.

  • 9 María José Henríquez Uzal,¡Viva la verdadera amistad! Franco y Allende, 1970-1973, Santiago de Chil (...)
  • 10 Celestino del Arenal, Política exterior de España hacia Iberoamérica, Madrid, Editorial Complutense (...)
  • 11 Isabel Jara Hinojosa, De Franco a Pinochet. El proyecto cultural franquista en Chile, 1936-1980, Sa (...)
  • 12 Carlos Huneeus, El Régimen de Pinochet, Santiago de Chile, Editorial Sudamericana, 2001, p. 357-370
  • 13 Isabel Jara Hinojosa, "La ideología franquista en la legitimaciónde la dictadura militar chilena", (...)
  • 14 Francesca Grez Cook, « El hispanismo en las mujeres chilenas », Izquierdas, nº25, 2015, publié le 2 (...)
  • 15 Javier Romero Ocampo, Fabián Bustamante Olguín, "Neoliberalismo, poder y religión en Chile", i+c, a (...)
  • 16 La présence au Chili et l'intérêt de l'Opus Dei pour les jeunes économistes de l'Université catholi (...)
  • 17 María Olivia Mönckeberg, El imperio del Opus Dei en Chile, Santiago de Chili, Ediciones B Grupo Z S (...)

8Il convient de relativiser l’anti-communisme comme concept explicatif car celui-ci a souffert quelques entorses, comme le montre le livre de María José Henríquez Uzal, ¡Viva la verdadera amistad ! Franco y Allende, 1970-19739. L’auteur y explique que les relations hispano-chiliennes, bien qu’empreintes d’un grand pragmatisme de part et d’autre, furent pendant cette période d’une intensité quasiment inégalée auparavant, avec notamment la concession d’un prêt commercial de l’État espagnol au Chili de Salvador Allende de près 40 millions de dollars et de la vente du réacteur nucléaire de Lo Aguirre offert par l’Espagne. Cependant, les relations entre l’Espagne franquiste et les anciennes colonies américaines sont complexes. De nombreuses études ont mis en lumière l’existence de réseaux très actifs des années 1930 aux années 1960, et l’influence de cercles intellectuels et politiques conservateurs anciens qui se revendiquent de l’hispanisme tel que l’a élaboré Ramiro de Maeztu10. Même s’il devient de plus en plus délicat dans les années 1960 et 1970 - même pour un régime militaire - de se revendiquer ouvertement de l’idéologie franquiste, on retrouve sa trace jusqu’au plus haut sommet de l’État chilien. Cette résonnance du franquisme au Chili est étudiée par Isabel Jara Hinojosa dans De Franco a Pinochet. El proyecto cultural franquista en Chile, 1936-198011. De son côté, le sociologue Carlos Huneeus a montré que le régime espagnol a, de manière récurrente, servi de référence à la droite chilienne. Il prend notamment l’exemple de l’organisation de la Secretaría de la Juventud et du Frente Juvenil de Unidad Nacional créés sur le modèle du Frente de Juventudes de la Falange Española12. Le premier, un secrétariat d’État, et le second, un mouvement politique, sont contrôlés par les gremialistas issus de l’Université catholique de Santiago, dirigée par Jaime Guzmán Errárazurriz. Cet homme, considéré comme l’idéologue du régime pinochétiste, n’a jamais caché ses sympathies pour l’hispanisme et pour l’Espagne franquiste13. Au plus haut niveau de l’État, ces liens s’étendent aussi à la Secretaría de la Mujer (Secrétariat aux Femmes) inspirée par le travail de la Sección femenina española dirigée par Pilar Primo de Rivera depuis sa création en 1934 jusqu’à sa dissolution en 197714. D’autres filiations et comparaisons ont été établies concernant la "révolution économique" de l’Espagne à partir du milieu des années 1950, conduite par des économistes appartenant ou proches de l’Opus Dei, et la « révolution capitaliste » que connaît le Chili sous le régime pinochétiste15. En effet, l’Opus Dei s’intéresse dès son arrivée au Chili dans les années 1950, aux étudiants de l’Université catholique qui participent au programme d’échange entre l’institution chilienne et l’Université de Chicago. Cette coopération donnera naissance à une école de pensée économique néo-classique au Chili16. Ces liens se maintiennent encore aujourd’hui entre l’Opus Dei et le parti de la Unión Demócrata Independiente. Parti fondé en 1983 par Jaime Guzmán en vue de maintenir l’héritage de la dictature, sa présidente est une surnuméraire de l’Œuvre. Elle s’inscrit dans la continuité d’un de ses prédécesseurs, le Chicago Boy Jaoquín Lavín, lui-même surnuméraire17. Ce parti n’a eu de cesse pendant tout le processus de transition à la démocratie au Chili de défendre les idées et les acquis du régime militaire, tout en se prétendant être un parti nouveau, prenant exemple en cela sur Alianza Popular, l’ancêtre du Parti Populaire en Espagne. Ces deux partis, l’espagnol et le chilien, ont été au cœur des processus de transition dans les deux pays.

2. Les transitions espagnole et chilienne en perspective : régimes circulatoires et modélisation des dispositifs institutionnels

9En dépit de travaux collectifs et de nombreux dossiers de revue qui se sont emparés de ce sujet, et à l’instar de celui que nous présentons aujourd’hui aux lectrices et lecteurs des Cahiers de Framespa, il existe toujours peu de véritables études historiques comparatives18. Parmi les études recensées ces deux dernières décennies19, nous nous appuierons ici sur celles de Patricio Ruiz Godoy et la thèse doctorale présentée par Rodrigo Araya Gómez en 2012 à l’Université autonome de Barcelone sous le titre « Del combate a la dictadura a la presevación de la democracia. Movimiento sindical y políticas de concertación social. Los casos de Chile y de España (1875-1994)”20. Ces travaux se rejoignent autour de l’idée qu’en termes de « modèle », la circulation se fait à sens unique : l’expérience espagnole nourrit la transition chilienne. Bien que cela puisse relever du truisme pour les historiens, Paola Díaz rappelle, dans l’article qu’elle présente dans ce dossier, la complexité des processus circulatoires de modèles institutionnels, entendus en sciences politiques comme des transferts des savoirs de gouvernement. En se fondant sur une sociologie des opérations sociales et culturelles qui rendent possible la circulation de dispositifs et la transnationalisation des catégories, elle explique :

Ces opérations sont des activités sociales d’objectivation qui transforment l’expérience située (d’une transition politique ou d’un crime politique) en une entité abstraite (dispositif transitionnel et catégorie « disparition forcée ») avec un degré tel d’autonomie, par rapport à son contexte socio-historique d’émergence, qu’elle peut « traverser » le temps et l’espace. De telle sorte, ces entités peuvent être mobilisées dans des nouveaux contextes, contribuer à une re-signification de l’expérience historique et participer par la suite à de nouveaux mouvements circulatoires.

  • 21 Pierre-Yves Saunier, « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, n°57, 2004, p (...)

10Ainsi, même s’il est loisible aujourd’hui de comparer les deux processus pour en montrer les similitudes et les différences ou d’examiner leurs résultats respectifs dans certains domaines, il faut insister sur le fait qu’une lecture a-historique des « régimes circulatoires »21 ne permettrait pas de comprendre le rôle des différents acteurs.

  • 22 Encarnación Lemus López, Desde Hamelin... La transición más allá de las fronteras, Oviedo, Septem E (...)
  • 23 José Antonio Castellanos López, “Una visión desde Chile del cambio democrático en España. La transi (...)
  • 24 El Mercurio, "Paralelismos históricos", 07-11-1982, p. 3.

11Autre perspective développée par ces travaux récents, le phénomène de circulation ne concerne pas que l’opposition chilienne à la dictature. Comme Encarnación Lemus l’avait déjà fait remarquer dans un livre pionnier, les militaires chiliens ont aussi prêté la plus grande attention à l’expérience espagnole, d’autant qu’ils avaient sous les yeux le pire contre-exemple possible : la transition argentine22. On peut aisément imaginer l’effet désastreux des images télévisées du procès de la Junte militaire argentine sur leurs pairs chiliens. L’expérience franquiste de la transition paraît alors préférable aux défenseurs de la dictature chilienne, notamment l’élite civile qui a soutenu sans faille les institutions militaires pour pouvoir sauver son modèle économique ultra-libéral. À travers l’étude des éditoriaux du journal conservateur chilien El Mercurio entre 1975 et 1983, José Antonio Castellanos López a montré comment le journal a constamment défendu l’héritage du régime et la figure du général Franco, le présentant comme un exemple à suivre pour le Chili du général Pinochet23. Comme le précise l’auteur, il faut voir ces références récurrentes au franquisme comme le reflet de la mentalité de la classe dominante chilienne qui projette dans sa lecture de la transition espagnole ses peurs et ses convictions. Mais, la personnification des régimes a contribué à accentuer le parallèle entre les deux régimes, renforcé par le fait que le général Pinochet voue une admiration sans borne au général Franco. Ainsi, afin de préserver l’œuvre de Franco en Espagne alors que l’Espagne vient d’élire un gouvernement socialiste en 1982, le journal met en avant les deux institutions clés : l’armée et la figure du roi. Le parallèle avec la situation chilienne est évidente car le journal souhaiterait aussi que, une fois approuvée la Constitution de 1980, le général Pinochet finisse par se convertir en une sorte de monarque républicain constitutionnel24.

  • 25 Alvaro Soto Carmona, Transición y cambio en España: 1975-1996, Madrid, Alianza Editorial, 2005, p. (...)
  • 26 Sophie Baby, « Les victimes oubliées de la transition espagnole », Histoire@politique, n° 29, mai-a (...)
  • 27 Francisco Espinosa, « Historia, memoria, olvido: la represión franquista », dans Antonio Bedmar Gon (...)
  • 28 Jean-François Macé, « Los conflictos de memoria en la España post-franquista (1976-2010) », Bulleti (...)
  • 29 Paola Díaz, L’expérience publique des crimes politiques du passé. Le cas du Chili post-dictatorial (...)

12Cependant, sur la question des adversaires aux dictatures, les contextes des transitions espagnole et chilienne sont diamétralement opposés. Outre le fait qu’en Espagne la transition ait eu lieu en l’absence du dictateur, l’opposition, portée par un mouvement populaire décrit par Ảlvaro Soto comme un des acteurs principaux des deux premières années, se trouve en position de négocier face aux membres du régime agonisant25. De surcroît, ceux-ci sont divisés sur la stratégie et sur le fond entre une nouvelle génération qui a compris que l’avenir de l’Espagne passe par la démocratie et une ancienne, minoritaire, qui se raccroche avec nostalgie à un passé glorieux. Cette opposition au franquisme, loin d’être homogène et univoque, adopte cependant une ligne commune et majoritaire concernant d’une part, le rôle du Roi et de la monarchie, et, d’autre part, la nécessité d’un dialogue avec la nouvelle génération franquiste. Le prix à payer en a été l’oubli et le silence sur la violence politique du franquisme26. Il a fallu attendre 1990 pour que le gouvernement espagnol accepte le principe de compensation économique pour les personnes privées de liberté pendant la dictature. Mais, en février 2009, le gouvernement défend devant le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU le modèle de la transition espagnole, et notamment la loi d’amnistie de 1977. Même si cette loi est revenue à plusieurs reprises dans le débat public, Francisco Espinosa la considère comme une loi de « punto final » pour le franquisme27. D’une manière générale, la condamnation du franquisme n’a pas fait partie de la doctrine de l’État démocratique espagnol. La Loi sur la Mémoire historique portée en 2007 par le gouvernement de José Luis Zapatero ne prévoyait pas l’annulation des procès sommaires des opposants tenus devant des tribunaux militaires. Elle les déclare "illégitimes", ouvrant ainsi la porte à une reconnaissance de la violation des droits de l’Homme et à une réparation individuelle. Malgré la portée modérée de cette loi, le chef du gouvernement espagnol avait alors été accusé par des membres du Parti Populaire de vouloir établir la légitimité démocratique de l’Espagne non pas sur la Constitution de 1978 mais sur celle de 1931, lorsque la Seconde République avait remplacé la monarchie bourbonienne28. Au Chili, la question des violations des droits de l’Homme et son traitement étatique entre 1990 et 2005 ont connu, eux aussi, de nombreux soubresauts. Néanmoins, le travail effectué par les différentes commissions chargées de faire la lumière sur ce passé a permis d’aller beaucoup plus loin qu’en Espagne29. Double ironie de l’histoire, c’est par le biais de l’Espagne et du juge Baltasar Garzón que le général Pinochet a été rattrapé par la justice. Et c’est par ricochet et par un jeu de circulations et de transferts que son inculpation a eu un effet sur la question des droits de l’Homme sous le franquisme, et son traitement lors de la transition :

  • 30 Sophie Baby, « ¿Latinoamérica : un desvío necesario ? Baltasar Garzón, de Pinochet a Franco », Amni (...)

La inculpación de Pinochet en España, si bien se percibe como un « desvío español » de la reconciliación nacional chilena, se puede interpretar del mismo modo como un « desvío latinoamericano » de la reconciliación nacional española30.

13Cette question se joue au Chili entre les années 1982 et 1985. En dépit de la terrible crise économique qui oblige le général Pinochet à quelques concessions - essentiellement d’ordre tactique - comme par exemple autoriser à nouveau les partis politiques (à l’exception du Parti communiste), l’opposition se trouve divisée. Une des questions centrales est l’attitude à adopter face aux mouvements sociaux, de plus en plus radicaux, qui sont en passe d’échapper aux partis modérés démocrate-chrétien et socialiste rénové. L’ambiance est donc à la morosité car cette opposition se voit alors contrainte de faire une concession démesurée au régime militaire : accepter tacitement la Constitution de 1980 taillée sur mesure pour la survie du régime et dont l’approbation a été jugée par tous frauduleuse. L’opposition chilienne, qui prend le pouvoir en 1990 pour une longue période, continue de porter le fardeau moral de cette concession comme en atteste le fait que la question de la convocation d’une Assemblée constituante continue de diviser le camp progressiste. Même si le calcul politique n’est pas à exclure dans le choix de ne pas remettre en cause cette Constitution, force est de constater qu’en dépit de modifications substantielles votées en 2005, elle est toujours en vigueur aujourd’hui.

14Il est intéressant de noter à cet égard que l’opposition chilienne à la dictature a reçu de nombreux renforts d’hommes politiques et intellectuels espagnols de premier plan. Même si ceux-ci n’ont pas pu ou voulu juger les crimes du franquisme, ils ont au Chili dispensé leurs augures pour faciliter la transition à la démocratie. Le rôle des exilés chiliens en Espagne dans ces circulations et transferts a aussi été essentiel dans la constitution de réseaux d’influence. Des dirigeants de l’ancienne Unión del Centro Democrático (UCD) se déplacent au Chili pour tenter d’y apporter leur expérience et convaincre les partis en lice de négocier ensemble. Ainsi voit-on Adolfo Suárez à la tête de la délégation internationale pour le plébiscite présidentiel au Chili du National Democratic Institute créé en 1983 aux États-Unis. Dans le préambule du rapport La transición chilena a la democracia. El plebicito presidencial de 1988, Adolfo Suárez écrit :

  • 31 Instituto nacional demócrata para asuntos internacionales, La transición chilena a la democracia. E (...)

Aunque hay otra razón por la que mi presencia en Chile constituye una experiencia inolvidable. Mi vivencia como Presidente del Gobierno de la transición política española hacia la democracia - acontecimiento aún próximo en el tiempo - me permite contemplar las diferencias y semejanzas que se producen en el caso chileno. Es mi esperanza que juntos - España y Chile - podamos un día escribir el capítulo más importante de la historia contemporánea de las transiciones a la democracia31..

  • 32 Carlos Huneeus, La Unión de Centro democrático y la transición a la democracia española, Madrid Con (...)
  • 33 Andrés Zaldívar, La transición inconclusa, Santiago de Chile, Editorial Los Andes, 1995.

15Carlos Huneeus a montré que les liens entre l’opposition chilienne et des hommes politiques espagnols éminents sont antérieurs. À la demande du Parti démocrate-chrétien dont il est membre, il réalise une étude sur le parti de l’UCD, l’ex-parti d’Adolfo Suárez32. Il fait de l’existence de l’UCD une des clés principales du succès de la transition à la démocratie en Espagne. Dans cette volonté et cette nécessité identifiée par l’opposition chilienne à la dictature de créer une coalition la plus large possible, l’exemple du Parti socialiste de Felipe González devient central. Et c’est au Parti démocrate-chrétien chilien qu’échoit ce rôle de fédérer autour de lui des partis et mouvements favorables à une transition politique négociée, lui qui a pourtant joué un rôle décisif en 1973 dans l’instauration de dictature en s’alliant avec la droite et en refusant de négocier avec le gouvernement de l’Unité populaire. Deux exilés politiques en Espagne, Luis Risopatrón et Andrés Zaldívar, vont jouer un rôle essentiel dans ce travail d’élargissement de la base politique de l’opposition. Même s’il n’existe pas, à notre connaissance, de travaux scientifiques sur le rôle joué par Andrés Zaldívar dans l’établissement de contacts entre le Chili et l’Espagne, celui-ci semble avoir été crucial. Il se voit en effet contraint à l’exil au début des années 1980 du fait de ses prises de position critiques, en tant que chef du Parti démocrate-chrétien, sur la Constitution de 1980. Lors de son séjour en Espagne, Andrés Zaldívar devient président de l’Internationale Démocrate Chrétienne entre 1981 et 1986. Il participe à la création du Centro de Investigación, promoción y Cooperación Internacional (CIPIE) en Espagne et devient son premier président de 1981 à 200033. Cette fondation a pour but de promouvoir les échanges et les projets entre l’Amérique latine et l’Europe. Les démocrates-chrétiens ne sont pas les seuls à s’investir en Espagne et nombre de socialistes chiliens exilés en Europe s’y convertissent à la social-démocratie au contact des partis espagnol, italien, français ou suédois. Dans le cas des socialistes, deux personnalités sont centrales : Ricardo Núñez et Erick Schnake. Ce dernier avait été sénateur du Parti socialiste chilien avant 1973 et, durant son exil en Espagne, il noue des liens très forts avec le PSOE espagnol et Felipe González. Il participe grandement à la rénovation du Parti socialiste chilien.

16Même s’il n’est pas possible de prétendre à l’exhaustivité, car de nombreux autres acteurs mériteraient d’être pris en compte, le présent dossier se propose de revisiter la question des transitions à la démocratie en Espagne et au Chili en articulant tout d’abord la réflexion autour de deux articles comparatifs (Álvaro Soto Carmona et Paola Díaz). Le premier s’intéresse au rôle dévolu aux élites et à la société civile dans les deux transitions en montrant que, dans le cas de l’Espagne, la société civile a joué un rôle déterminant dans un premier temps avant de s’effacer au profit des élites, laissant place à une "négociation par le haut". Dans le cas du Chili, Alvaro Soto Carmona estime que la société civile a été totalement et sciemment écartée du compromis entre le régime dictatorial et les élites d’opposition organisées au sein de la coalition de partis politiques qui remporte le référendum de 1988 puis les élections présidentielles de 1989. La contribution de Paola Díaz analyse la circulation du dispositif de transition démocratique et l’usage des catégories « détenu disparu » et « disparition forcée » en sortant de la comparaison entre sociétés nationales (Espagne et Chili). Pour échapper au simple jeu des divergences et des ressemblances entre les deux pays, Paola Díaz s’appuie sur une sociologie des opérations sociales et culturelles qui rendent possible la circulation et la transnationalisation de ces catégories. Elle démontre que la circulation du dispositif institutionnel se fait depuis l’Espagne vers le Chili par le biais d’une intermédiation conceptuelle qui a lieu dans des centres de recherches étasuniens à la fin des années 1970. En revanche, l’activité d’objectivation et de re-signification du concept de "détenu-disparu" s’opère au Chili pendant les années 1970 et 1980 avant de revenir en Espagne au début des années 2000 afin d’interroger le recours massif de l’armée franquiste à la disparition dans sa guerre contre les Républicains.

17Les trois articles suivants sont, quant à eux, monographiques et réinterrogent l’idée de "transition" et les discours qu’elle a suscités. Gonzalo Pasamar part d’un long et fin travail historiographique pour montrer comment s’élabore en Espagne un discours critique et sceptique sur la transition remettant en cause ses acquis politiques en termes de stabilité institutionnelle du pays, sa vertu pacificatrice après un conflit et une longue dictature qui ont durablement divisé le pays. L’intérêt de cet article est aussi de proposer une périodisation du discours sur la transition en montrant comment celui-ci répond à des impératifs conjoncturels précis. C’est la même perspective adoptée par Stéphane Boisard, pour qui la transition chilienne ne peut être comprise sans recourir au temps long. Son élaboration, mais surtout le rapport de force qui se joue dans les années 1980 entre les militaires et civils de droite qui participent au régime du général Pinochet et l’opposition réunissant diverses sensibilités politiques, déterminent la nature de cette transition. Si l’on peut considérer que la victoire politique de l’opposition au référendum de 1988 ouvre un long cycle de gouvernement de la Concertation des partis pour la démocratie, le compromis trouvé entre les deux parties signe la victoire idéologique de la nouvelle droite chilienne qui impose son modèle de "démocratie de marché", telle que l’économiste autrichien Ludwig Von Mises l’a définie ou encore de "socialisme de droite" comme l’écrivain chilien Jorge Edwards qualifie le gouvernement de Ricardo Lagos. Enfin, Sébastien Osorio et Franck Gaudichaud proposent une lecture originale de la transition à la démocratie au Chili en l’analysant depuis les syndicats ouvriers et notamment la CUT (Centrale Unitaire des Travailleurs) et de la politique néolibérale du premier gouvernement démocratique. Ils s’appuient, pour ce faire, sur les études existantes sur le monde du travail, sur des travaux historiographiques et sociologiques sur la transition, ainsi que sur des articles relatifs à ces sujets publiés dans le quotidien La Época entre 1989-1993. Selon eux, le processus de politisation des syndicats est cohérent avec leurs objectifs affichés de s’opposer à la poursuite du modèle économique de la dictature par les nouveaux dirigeants démocratiques. Leurs modes d’action et leurs revendications ont ainsi répondu à un gouvernement dont les mesures visaient à exclure les travailleurs des prises de décision au niveau étatique et à nier leurs intérêts. Les auteurs cherchent à expliquer pourquoi les orientations politiques de la CUT durant la présidence de Patricio Aylwin ont pu être déterminantes dans l’échec, non seulement de la stratégie syndicale des partis de la « Concertation », mais aussi de celle des mobilisations des salariés dans les années suivantes.

18Il est à parier que ces longues transitions espagnole et chilienne, tant dans leurs dimensions politiques, historiques et mémorielles, susciteront encore de nombreux travaux. Nous espérons que les articles proposés ici contribueront à éclairer ce moment crucial pour les sociétés de ces deux pays, en ouvrant de nouvelles perspectives pour repenser cet objet d’étude.

Haut de page

Notes

1 Samuel Huntington, The Third Wave: Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, University of Oklahoma Press, 1991.

2 Ángeles González-Fernández (coord.), "Las transiciones ibéricas", Ayer, 99/2015 (3).

3 Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes : le court vingtième siècle, 1914-1991, Bruxelles, Complexe, 1999, p. 217.

4 E. Hobsbawm, op. cit., p. 197. De son côté, Enzo Traverso fait de la guerre civile espagnole une préfiguration de la déflagration de 1939. De plus, selon cet auteur, l’utilité de la notion de guerre civile européenne relève de sa capacité à « rétablir une perspective historique contre l’anachronisme aujourd’hui fort répandu qui projette sur l’Europe de l’entre-deux-guerres les catégories de notre démocratie libérale comme s’il s’agissait de normes et de valeurs intemporelles ». Enzo Traverso, À feu et à sang : de la guerre civile européenne, 1914-1945, Paris, Stock, 2007, p. 47.

5 Cecilia Lesgart, "Entre las experiencias y las expectativas. Producción académico-intelectual de la transición a la democracia en el Cono Sur de América Latina", Ayer 81/2011 (1), p. 165. De cet auteur, on pourra lire avec intérêt Totalitarian and Authoritarian Regimes, Boulder Colorado, Lynne Rienner Publishers, 2000 et Juan Linz, Alfred Stepan, Problems of Democratic Transition and Consolidation: Southern Europe, South America, and Post-Communist Europe, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1996.

6 Enzo, Traverso, "Le totalitarisme. Histoire et apories d'un concept", L'Homme et la société, nº129, 1998, p. 97-111. URL : http://www.persee.fr/doc/homso_0018-4306_1998_num_129_3_2963.

7 Editorial du journal El Mercurio, "El Presidente en España", 21-11-1975, p.3.

8 Augusto Pinochet cité dans l'éditorial du journal El Mercurio, "Virtudes Inspiradoras", 23-11-1975, p. 3.

9 María José Henríquez Uzal,¡Viva la verdadera amistad! Franco y Allende, 1970-1973, Santiago de Chile, Editorial Universitaria, 2014.

10 Celestino del Arenal, Política exterior de España hacia Iberoamérica, Madrid, Editorial Complutense, 1994 ; Rosa Pardo Sanz, Con Franco hacia el Imperio: La política exterior española en América Latina (1939-1945), Madrid, Editorial UNED, 1995.

11 Isabel Jara Hinojosa, De Franco a Pinochet. El proyecto cultural franquista en Chile, 1936-1980, Santiago de Chile, Editorial Universidad de Chile, 2006.

12 Carlos Huneeus, El Régimen de Pinochet, Santiago de Chile, Editorial Sudamericana, 2001, p. 357-370.

13 Isabel Jara Hinojosa, "La ideología franquista en la legitimaciónde la dictadura militar chilena", Revista Complutense de Historia de América, vol. 34, 2008, p. 233-253.

14 Francesca Grez Cook, « El hispanismo en las mujeres chilenas », Izquierdas, nº25, 2015, publié le 25 octobre 2015, consulté el 12 octubre 2016. URL : http://izquierdas.revues.org/469.

15 Javier Romero Ocampo, Fabián Bustamante Olguín, "Neoliberalismo, poder y religión en Chile", i+c, año III, nº 5, Julio Diciembre 2016, 79, p.79-100. URL : www.clacso.org.ar/investigacioncritica.

16 La présence au Chili et l'intérêt de l'Opus Dei pour les jeunes économistes de l'Université catholiques sont attestés dans le livre de Ernesto Fontaine, Mi visión, Santiago de Chile, Universidad del Desarrollo, 2009.

17 María Olivia Mönckeberg, El imperio del Opus Dei en Chile, Santiago de Chili, Ediciones B Grupo Z Santiago de Chile, 2003, p. 663-683.

18 Ce constat était déjà fait en 2010 par Carmen González Martínez y Encarna Nicolás Marín dans un numéro de dossier de la revue espagnol Ayer 79/2010 (3): 13-30. On pourra aussi se référer au numéro de dossier en ligne, Pierre-Paul Grégorio, Poderes fácticos y transiciones democráticas", Vol.6, août 2015. URL : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/individu&nation/document.php?id=980.

19 Carlos Waisman, “Las transiciones latinoamericanas en el espejo español”, dans Carlos Waisman (coord.), Transiciones de la dictadura a la democracia: los casos de España y América Latina, Bilbao, UPV. EHU, 2005, p. 15-21 ; Patricio Ruiz Godoy, “Hacia una `transición modelo`: influencia y significación de la transición española en la oposición chilena a la dictadura (1980-1987)”, Izquierdas, nº24, julio 2015, p. 127-149. URL : http://www.redalyc.org/articulo.oa?id=360141337006 ; Encarnación Lemus, “La imagen de la transición española en Chile”, dans Javier Tusell (coord.), Historia de la transición y consolidación, Madrid, Alianza editorial, 1996, p. 111- 125 ; Álvaro Soto Carmona, “Violencia política y Transiciones a la democracia. Chile y España”, dans Sophie Baby, Olivier Compagnon, Eduardo González Calleja (coords.), Violencia y transiciones políticas a finales del siglo XX. Europa del Sur-América Latina, Madrid, Casa de Velázquez, 2009. URL : http://books.openedition.org/cvz/883 ; Igor Goicovic, “La transición política en Chile. Especificidades nacionales y puntos de referencia con el caso español (1988-1994)”, dans Oscar Martín García, Manuel Ortiz Heras (coords.), Claves internacionales en la transición española, Madrid, Libros de la Catarata, 2010.

20 Rodrigo Araya Gómez, Del combate contra la dictadura a la preservación de la democracia: movimiento sindical y políticas de concertación social : los casos de Chile y España (1975-1994), Tesis doctoral dirigida por Carme Molinero Ruiz, Departament d'Història Moderna i Contemporània, Universitat Autònoma de Barcelona. (https://ddd.uab.cat/record/106845). On lira avec intérêt le chapitre 4 intitulé "Chile y España, dos casos de transiciones pactadas: semejanzas, diferencias y puntos de influencia".

21 Pierre-Yves Saunier, « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, n°57, 2004, p. 110-126.

22 Encarnación Lemus López, Desde Hamelin... La transición más allá de las fronteras, Oviedo, Septem Ediciones, 2001.

23 José Antonio Castellanos López, “Una visión desde Chile del cambio democrático en España. La transición política en El Mercurio (1975-1983)”, Revista de Historia Social, y de las Mentalidades, Vol.14, nº 1, 2010, p. 171-200 ; URL : http://www.rhistoria.usach.cl/chile-y-espana-de-los-gobiernos-autoritarios-los-frentes-populares.

24 El Mercurio, "Paralelismos históricos", 07-11-1982, p. 3.

25 Alvaro Soto Carmona, Transición y cambio en España: 1975-1996, Madrid, Alianza Editorial, 2005, p. 31

26 Sophie Baby, « Les victimes oubliées de la transition espagnole », Histoire@politique, n° 29, mai-août 2016. URL : http://www.histoire-politique.fr/documents/29/dossier/pdf/HP29_Dossier_Sophie_Baby_DEF.pdf. Sophie Baby, « La mémoire malmenée de la transition espagnole à la démocratie », Vingtième Siècle, 2015/3, n° 127.

27 Francisco Espinosa, « Historia, memoria, olvido: la represión franquista », dans Antonio Bedmar González (coord.), Memoria y olvido de la guerra civil y la represion franquista, Córdoba, Publicaciones del Ayuntamiento de Lucena, 2003.

28 Jean-François Macé, « Los conflictos de memoria en la España post-franquista (1976-2010) », Bulletin hispanique, nº114-2 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/2150.

29 Paola Díaz, L’expérience publique des crimes politiques du passé. Le cas du Chili post-dictatorial (1990-2004), Institut Marcel Mauss, Centre d’études des mouvements sociaux, EHESS-Paris, 2014.

30 Sophie Baby, « ¿Latinoamérica : un desvío necesario ? Baltasar Garzón, de Pinochet a Franco », Amnis, nº2 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 11 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/1485.

31 Instituto nacional demócrata para asuntos internacionales, La transición chilena a la democracia. El plebicito presidencial de 1988 (Preámbulo por Adolfo Suárez), Washington DC, 1989. URL : https://www.ndi.org/files/257_cl_transition_spa.pdf

32 Carlos Huneeus, La Unión de Centro democrático y la transición a la democracia española, Madrid Consejo Investigaciones Sociológicas, 1985.

33 Andrés Zaldívar, La transición inconclusa, Santiago de Chile, Editorial Los Andes, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Boisard et Bruno Vargas, « Introduction au dossier: De la dictature à la démocratie en Espagne et au Chili: retour critique sur la « troisième vague de démocratisation de la fin du xxe siècle » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4704

Haut de page

Auteurs

Stéphane Boisard

Stéphane Boisard, Institut National Universitaire Jean-François Champollion / FRAMESPA / UMR 5138 - Université Toulouse 2 - Jean-Jaurès (Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées). stephane.boisard@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Bruno Vargas

Bruno Vargas, Institut National Universitaire Champollion / UMR 5136 FRAMESPA (UT2J-CNRS) (Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées). bruno.vargas@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals