Navigation – Plan du site

Circulation et transnationalisation de dispositifs et de catégories socio-politiques. Les « transitions vers la démocratie » et la « disparition forcée » au Chili et en Espagne

Circulation and transnationalization of apparatus and categories. The “transition to democracy” and the “forced disappearance” in Chile and Spain
Circulaciones y transnacionalizaciones de dispositivos y categorías. Las “transiciones a la democracia” y la “desaparición forzada” en Chile y España
Paola Diaz

Résumés

Dans ce texte, nous décrivons la circulation et la transnationalisation des dispositifs et catégories socio-politiques entre l’Espagne et le Chili. Nous nous centrons sur deux figures post-autoritaires présentes dans ces deux pays : « les transitions vers la démocratie » comme dispositif de gouvernement post-autoritaire et la « disparition forcée » comme catégorie transnationalisée de victime. Si le dispositif « transition vers la démocratie » a circulé de l’Espagne vers l’Amérique latine par le haut – entre élites politiques –, la catégorie de « disparition forcée » a commencé sa circulation dans des organismes non gouvernementaux et dans des collectifs de familles de disparus en Amérique latine, pour connaître ensuite une transnationalisation et se voir mobilisée en Espagne dans les années 2000. Pour étudier ces phénomènes de circulation, l’analyse se focalise sur les opérations sociales et culturelles de traduction de l’expérience historique située dans des dispositifs et catégories qui ont acquis une certaine abstraction en se séparant de leur contexte d’émergence.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Giovanni C. Cattini, Carles Santacana, « El anarquismo durante la Guerra Civil. Algunas reflexiones (...)
  • 2 Naomi Roht-Arriaza, The Pinochet Effect : Transitional Justice in the Age of Human Rights, Philadel (...)

1En Espagne comme au Chili, deux militaires sont devenus des leaders autoritaires : l’Espagne a eu Franco et le Chili Pinochet. Anti-communistes, les deux régimes ont mis en œuvre une répression systématique et programmée contre tout dissident et ont fait des milliers de victimes. Mais, à côté des similitudes, il existe également des différences entre ces deux régimes autoritaires. En Espagne, la dictature de Franco débute dans une Europe en guerre et fait suite à une guerre civile qui n’a pas uniquement opposé les fascistes aux républicains mais aussi les anarchistes aux communistes, parmi d’autres divisions idéologiques, politiques et stratégiques1. La dictature chilienne commence une trentaine d’années plus tard et s’ancre dans un contexte mondial de Guerre froide. En Espagne, la loi d’amnistie édictée en 1977, après la fin du régime franquiste, a toujours empêché les procès à l’encontre des responsables des crimes de la dictature, tandis que la loi d’amnistie édictée en 1978, en pleine dictature, au Chili, n’a pas toujours bloqué les procès en justice2.

  • 3 La notion de « dispositif » s’entend ici dans le sens que lui ont donné Barbot et Dodier « d’enchai (...)
  • 4 La notion de « catégorie » fait référence aux résultats de la pratique sociale de catégorisation. E (...)

2Ces brèves considérations montrent que la comparaison peut être une opération délicate en raison des différences importantes entre deux réalités ancrées dans des contextes socio-historiques particuliers. Aussi, dans ce texte, nous ne nous focaliserons pas prioritairement sur la comparaison de deux réalités historiquement situées mais sur la circulation et la transnationalisation de dispositifs3 et de catégories socio-politiques4 entre l’Espagne et le Chili. Pour ce faire, nous nous centrerons sur deux figures post-autoritaires : « les transitions vers la démocratie » comme dispositif de gouvernement post-conflit ou post-violence et la « disparition forcée » comme catégorie transnationalisée de victime.

  • 5 Yves Dezalay, Garth Bryant, The internationalization of Palace Wars :Lawyers, Economists, and The C (...)
  • 6 Pierre-Yves Saunier « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, n° 57, 2004, p (...)
  • 7 Martine Kaluszynski, Renaud Payne, Savoirs de gouvernement. Circulation(s) traduction(s), réception (...)

3En sciences sociales, la circulation des modèles institutionnels, des pratiques politiques et associatives a été conceptualisée comme une problématique d’importation et d’exportation de capitaux politiques, économiques et sociaux par des élites transnationales qui ont plus d’intérêts en commun entre elles qu’avec les citoyens et les pays où elles s’installent ou résident5. Plus spécifiquement, en science politique, la circulation des modèles institutionnels s’est focalisée sur les transferts des savoirs de gouvernement (expertises et référents cognitifs et/ou idées) à partir du concept de « régimes circulatoires » de Pierre-Yves Saunier6, selon lequel « les acteurs s’engagent dans l’établissement de relations destinées à faire circuler des objets, des politiques, des savoirs »7.

  • 8 Antoine Vauchez « Le prisme circulatoire ; Retour sur un leitmotiv académique », Critique internati (...)
  • 9 Paola Díaz, L’expérience publique des crimes politiques du passé. Le cas du Chili post-dictature. T (...)

4Dans ce texte, en adoptant un prisme circulatoire8, nous analyserons la circulation du dispositif de transition démocratique et l’usage des catégories « détenu disparu » et « disparition forcée » en sortant de la comparaison entre sociétés nationales (Espagne et Chili) selon un schème binaire de différences et de similitudes. Nous n’emprunterons pas non plus la perspective de l’import/export des capitaux ni celle des « régimes circulatoires ». La première nous semble limiter la conception de l’action (ou agency) à la dimension stratégique, délaissant les situations concrètes où les transferts se produisent. La seconde, bien que très instructive depuis le point de vue des circulations des dispositifs institutionnels, insiste exagérément sur la cohérence des grands patrons historiques de circulation (les régimes). La piste que nous suivrons sera celle d’une sociologie des opérations sociales et culturelles qui rendent possible cette circulation et cette transnationalisation. Ces opérations sont des activités sociales d’objectivation qui transforment l’expérience située (d’une transition politique ou d’un crime politique) en une entité abstraite (dispositif transitionnel et catégorie « disparition forcée ») avec un degré tel d’autonomie, par rapport à son contexte socio-historique d’émergence, qu’elle peut « traverser » le temps et l’espace9. De telle sorte, ces entités peuvent être mobilisées dans des nouveaux contextes, contribuer à une re-signification de l’expérience historique et participer par la suite à de nouveaux mouvements circulatoires.

5Dans cet article, nous aborderons, dans une première partie, la question de la « transition vers la démocratie » comme un dispositif de changement de régime politique qui a circulé mondialement mais dont l’expérience espagnole a servi de réfèrent d’une transition sans violence pour le Chili quand l’alternative d’un changement politique modéré, et selon les règles prévues par les tenants du régime dictatorial, a gagné en plausibilité parmi les élites d’opposition à la dictature. Dans une deuxième partie, nous examinerons comment le crime de disparition politique s’est transformé en une catégorie transnationale créée à partir des cas latino-américains et ensuite mobilisée et appliquée dans différents contextes et en relation à différents types de victimes, comme les fusillés espagnols (paseados).

2. Les circulations du dispositif de la « transition vers la démocratie » : d’une transition « réussie » (Espagne) à une autre (Chili).

  • 10 Dans le cadre de ce texte nous ne pouvons pas nous attarder sur l’historiographie de cette transiti (...)
  • 11 Sophie Baby, Olivier Compagnon, Eduardo González (coords.), Violencia y transiciones políticas a fi (...)

6Si nous suivons un critère institutionnel strict, la transition politique espagnole se situe entre 1976 et 198210. Faite de « bricolages démocratiques » et de réalisme politique, cette transition est devenue un exemple à suivre pour les pays qui, en Amérique latine et en Europe de l’Est, sortaient d’un régime autoritaire ou totalitaire.11 Il s’agit alors d’un dispositif transitionnel modèle, à savoir, un ensemble des « bonnes pratiques » et de techniques institutionnelles de changement de régime politique mis en place par un réseau d’élites politiques.

7La circulation internationale de ce modèle s’est fortement appuyée sur deux traits de cette transition espagnole : la pratique et le culte du consensus, d’une part, et la « rupture négociée » (ruptura pactada) comme stratégie de sortie du régime autoritaire, d’autre part. Ces deux traits caractéristiques de la transition ont circulé vers d’autres pays par le haut, c’est-à-dire entre les élites politiques, économiques et intellectuelles.

  • 12 Sophie Baby, Le mythe de la transition pacifique. Violence et politique en Espagne (1975-1982), Mad (...)

8En Espagne, le consensus était moins une disposition des élites et du peuple espagnol ex-ante, comme le veut le mythe transitionnel, qu’une nécessité fait vertu. Une nécessité car le changement politique n’a pas été le fruit de la mobilisation populaire, mais s’est opéré dans le cadre prévu par le régime franquiste, à la suite de la mort du leader, avec « son » roi (Juan Carlos) et « ses » hommes politiques (Carlos Arias, Adolfo Suárez, Leopoldo Calvo Sotelo, etc.). Une nécessité transformée en vertu par l’élite transitionnelle et plus tard par les politologues « transitologues » (dont Juan Linz était l’une des plus importantes figures) qui ont loué les vertus d’une sortie « non violente » de la dictature. L’idée que cette transition n’a pas connu la violence est encore un autre mythe transitionnel, transformé en savoir de gouvernement12.

  • 13 La Plataforma de Organismos Democráticos a réuni la Junta Democrática de España (établie en 1974, i (...)

9Les négociations entre les élites franquistes et d’opposition ont été menées notamment par le premier ministre Suárez. Les Cortes franquistes ont approuvé une nouvelle Loi Fondamentale, soumise à référendum et promulguée en 1977, qui a appelé à des élections démocratiques en 1978, celles qui ont été emportées par l’Union de Centre Démocratique (UCD) menée par Suárez. Sous son gouvernement a été promulguée la nouvelle Constitution de 1978, donnant forme à ce qui serait le « modèle espagnol » de transition basé sur des négociations (« pactos ») menées par les élites des partis politiques et incluant un large spectre politique. C’est ainsi que, selon un principe de réalisme politique, l’opposition espagnole a établi la « Platajunta »13, une plateforme qui a négocié avec le gouvernement Suárez la Ley de Reforma Política. De fait, une des caractéristiques du « modèle espagnol » qui a inspiré les dirigeants politiques chiliens a été cette pratique de concertation entre partis pour élargir et unifier l’opposition à la dictature. La pratique de la concertation au sein de larges plateformes partisanes, entre partis qui avaient des positions idéologiques parfois très différentes, a été présentée comme une stratégie médiate de sortie de la dictature. Par la suite, elle est devenue un trait plus structurel des façons de faire de la politique, dans un contexte de post-Guerre froide : faire de la politique (partisane) post-idéologique.

  • 14 Javier Santiso, « Du bon révolutionnaire au bon libéral ? À propos d’un étrange caméléon latino-amé (...)
  • 15 Alfredo Joignant, « La politique des « transitologues » : Luttes politiques, enjeux théoriques et d (...)

10Mais la transition espagnole ne devient pas un modèle de changement politique uniquement en vertu des échanges entre leaders politiques. Cette circulation s’est produite dans un contexte intellectuel et idéologique plus large où, suite à la chute des socialismes d’État, la démocratie libérale et l’économie de marché globalisée étaient présentées comme « le » chemin à suivre pour les sociétés sortant des dictatures et des régimes de socialisme d’État14. C’est dans ce contexte que les travaux sur le changement politique d’un régime autoritaire vers un régime démocratique se font connaître en sciences sociales sous le titre de democratization studies et, plus populairement, comme « transitologie »15.

  • 16 L’Alliance pour le progrès a été créée en 1961 par le Président J.F. Kennedy afin de renforcer la c (...)
  • 17 Les théories les plus connues étaient la théorie des pôles de développement et la théorie de la dép (...)

11Cette perspective est née de la critique de la théorie de la modernisation, très en vogue en Amérique latine à l’époque de l’Alliance pour le Progrès16 (pendant les années 1960). Cette critique portait surtout sur le fonctionnalisme, le déterminisme historique qui soutenait l’idée d’un développement socio-économique par des étapes successives17, ainsi que sur le déterminisme structurel des théories politiques (notamment les théories marxistes).

  • 18 GuillermoO’Donnell et al., Transitions from the authoritarian rule, Baltimore, Johns Hopkins Univer (...)
  • 19 Cet ouvrage est l’achèvement du premier programme de recherche sur les démocratisations développé a (...)
  • 20 Nicolas Guilhot, The Democracy Makers, Human Rights and International Order, New York, Columbia Uni (...)

12Les études sur les transitions prétendent révéler l’autonomie relative des phénomènes politiques (par rapport aux processus économiques) et le rôle, dans ce processus, de ce qu’ils appellent l’agency des acteurs qui renvoie aux choix et stratégies des acteurs politiques (élites politiques) dans les luttes et les conflits contingents et non structuralement déterminés. L’ouvrage inaugural de ce type d’études est le livre collectif en quatre volumes dirigé par O’Donnell, Schmitter et Whitehead, Transitions from the authoritarian rule18. Il propose une étude comparative de divers processus de transition vers la démocratie en Europe de l’Est, en Europe du Sud et en Amérique latine19. Ce livre est le résultat d’un programme établi aux États-Unis en 1979, le Latin American Program of the Woodrow Wilson Center, financé par la Fondation Ford et la Fondation Rockefeller, composé des intellectuels latino-américains et étatsuniens, partisans d’une social-démocratie libérale inspirée d’un marxisme analytique critique du marxisme structurel, et opposés tout autant au neo-conservatisme de l’ère Reagan qu’aux gauches révolutionnaires20.

  • 21 Tomas Moulian, Chile Actual. Anatomía de un mito, Santiago, LOM/ARCIS, 1997.
  • 22 Voir Michel Dobry, « Les voies incertaines de la transitologie : choix stratégiques, séquences hist (...)

13La notion de changement politique que ce programme théorise a trait à une transformation graduelle, incrémentale et administrable (management change), c’est-à-dire ni révolutionnaire ni radicale, mais modérée. Cette notion incrémentale de changement politique a été interprétée par les critiques des democratization studies comme une théorie impliquée (politiquement) dans la dé-radicalisation et démobilisation des mouvements sociaux en faveur d’une gouvernance technocratique d’élites21, d’une part, et comme une théorie normative22 qui prescrit le « devoir être » des processus de changement de régime en « bonne forme », d’autre part.

  • 23 Yves Dezalay & Bryant Garth, op.cit. ; Alfredo Joignant, op.cit. 

14Au Chili, la « transition vers la démocratie », qui commence avec le plébiscite d’octobre 1988, a été dirigée par une élite d’hommes politiques rompus à la « transitologie » pour qui « le cas espagnol » était une référence. Cela est notamment le cas pour les socialistes en exil qui ont été les initiateurs du processus de rénovation du Parti socialiste chilien qui adopte la démocratie libérale et l’économie de marché. Bien entendu, il ne s’est pas agi d’importer ce modèle tel quel. Le cas espagnol est passé par un travail d’objectivation réalisé notamment par les sciences sociales pour ensuite participer au formatage des transitions en Amérique latine selon des modalités locales différentes23.

  • 24 Comme le Centre d’études du développement (CED), la Corporation d’études pour l’Amérique latine (CI (...)
  • 25 Entre autres on compte le « Seminario sobre la Transición Española » en 1983, les conférences « Esp (...)
  • 26 Tamara Avetikian (coord.), « Acuerdo nacional por la transición a una democracia plena », Centro de (...)
  • 27 Paola Diaz, Carolina Gutierrez, « Fabriquer le consensus pour produire la démocratie ? Le programme (...)
  • 28 Composé par le Parti démocrate chrétien, Parti radical socio-démocrate, Parti socialiste rénové et (...)

15Quand, au milieu des années 1980, l’élite politique chilienne d’opposition à la dictature se distancie de la mobilisation populaire et des stratégies de désobéissance civile, les think tanks transitologiques24 se sont transformés en vecteurs des principes transitionnels. C’est ainsi qu’à partir du triomphe du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) en 1982, ces think tanks reçoivent des hommes politiques et intellectuels espagnols qui prônent les vertus de la transition espagnole25, notamment le consensus et les pactes. Au Chili, dans l’« Accord National pour la transition vers une pleine démocratie »26, signé en 1985 par l’élite d’opposition, deux des quatre accords font référence à des pratiques de consensus27. Mais s’accorder sur une « rupture négociée » ­– et non une « rupture démocratique » – prendra encore deux années, jusqu’à la création d’une large plateforme, la Concertación de partidos por la democracia28 , qui gagnera en 1988 le référendum prévu dans la Constitution de 1980 et ensuite les élections démocratiques en 1989.

3. La catégorie de « disparition forcée » : de l’Amérique latine des années 1970 à l’Espagne des années 2000.

  • 29 Sévane Garibian, “Enforced disappearances of persons”, dans Jacques Sémelin (coord.), Online Encicl (...)
  • 30 Le Vicariat de la Solidarité a été créé en 1976 au sein de l’Église Catholique pour remplacer le Co (...)
  • 31 Dans une lettre de l’Association adressée au général Augusto Pinochet du 21 juillet 1975, les famil (...)

16Les juristes s’entendent sur le fait que la pratique systématique de la disparition date du décret nazi « Nuit et Brouillard » de 1941. Cette pratique répressive est massivement utilisée en Amérique latine par les dictatures des années 1960-1970, et c’est à partir de la mobilisation des associations des familles des disparus et du « mouvement des droits de l’homme » que ce crime sera, plus tard, typifié sous la catégorie juridique de « disparition forcée », crime qui, selon le droit international pénal, est imprescriptible29. C’est le cas du Chili qui illustre l’émergence de la catégorie « détenus disparus » (detenidos desaparecidos). Les familles des disparus ont formé avec leurs avocats et le soutien de l’Église Catholique (à travers le Vicariat de la Solidarité30) un collectif afin de trouver ceux qu’ils nommaient initialement « les détenus non retrouvés ». C’est à partir du second trimestre 1975 que ce collectif de familles va progressivement substituer à la qualification « détenus non retrouvés » la catégorie « détenus disparus » pour prendre le nom d’Association de familles de détenus disparus (AFDD)31.

  • 32 Pour une étude de l’AFDD du point du vue du genre voir Hillary Hiner, « They Dance Alone : Gender i (...)

17Au départ, les parents des disparus définissaient la situation en accord avec les références communes d’une arrestation légale. Toutefois, ne pouvant retrouver leurs parents par les voies de recours habituelles, ces familles vont tenter de redéfinir la situation et, par conséquent, la renommer32. La mobilisation de cette nouvelle catégorie ouvre sur de nouvelles formes d’action collective comme les grèves de la faim, les enchaînements aux grilles des organismes internationaux et toute une série d’actions qui vont donner une visibilité internationale aux « disparus chiliens ».

  • 33 AFDD, 20 años de historia de la Agrupación de familiales de detenidos desaparecidos. Un camino de i (...)
  • 34 La Convention définit dans son article numéro 2 la disparition forcée comme suit : « Aux fins de la (...)

18En septembre 1977, une délégation de l’AFDD est reçue par les Nations Unies pour dénoncer les disparitions politiques au Chili33. Face à ces dénonciations et aux multiples visites et rapports de sa Commission des Droits de l’Homme sur le Chili et l’Argentine, l’ONU décide, en février 1980, de former le « Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires » pour enquêter de manière permanente sur les disparitions dans le monde entier. À cette époque se constitue aussi la Fédération latino-américaine des associations des familles de détenus-disparus (FEDEFAM) fondée officiellement en 1981. La lutte de la FEDEFAM, à côté des ONG comme Amnesty International et Human Rights Watch ou de think tanks comme la Commission Internationale de Juristes (CIJ), a obtenu ses premiers résultats lorsque l’Organisation des États Américains (OEA) a adopté la « Convention Internationale sur la disparition forcée de personnes » le 9 juin 1994 (elle est entrée en vigueur le 28 mars 1996). Une décennie plus tard, l’ONU adopte, le 20 décembre 2006, la « Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre la disparition forcée », qui entre en vigueur en décembre 2010 avec la ratification de vingt États34.

  • 35 Contrairement à la hiérarchie de l’Église catholique argentine, l’Église chilienne a ainsi activeme (...)
  • 36 Paola Diaz, Carolina Gutierrez, « La constitution de catégories dans la mobilisation de l’Associati (...)
  • 37 Francisco Ferrándiz, « De las fosas comunes a los derechos humanos : El descubrimiento de las desap (...)

19Mais rappelons que, dans le Chili - et l’Amérique latine - des années 1970, le discours des droits de l’homme n’existait pas et que les revendications de l’AFDD ont été formulées, au départ, soit en termes de résistance de gauche à une dictature de droite revendiquant les disparus comme des résistants, soit selon des valeurs chrétiennes « d’assistance aux frères persécutés », au moins dans les secteurs de l’֤Église influencés par la Théologie de la libération35. Le discours des droits de l’homme a été intégré à la lutte des familles des disparus dans un second temps, à partir du travail des ONG et des avocats qui se sont, petit à petit, spécialisés dans la défense des persécutés chiliens et qui ont adopté le discours des droits de l’homme en plein essor à l’époque36. La catégorie de « disparition forcée » a alors circulé entre les sphères des ONG internationales et les fondations comme la Fondation Ford, vers les associations des familles de disparus et les ONG locales, pour ensuite remonter vers les organismes inter-étatiques comme l’OEA et l’ONU. À travers cette circulation, la catégorie « détenu disparu » passe de l’arène protestataire à l’arène du droit et est traduite dans le cadre et le langage du droit international pénal. C’est ainsi que la catégorie circule du local au global, pour ensuite être retraduite dans de nouveaux contextes sociaux, politiques et culturels, ce que Francisco Ferrándiz37 appelle un legal download (téléchargement légal).

  • 38 Gabriel Gatti, 2011, Op.Cit.

20Mais le processus de legal download auquel Ferrándiz fait référence constitue uniquement une partie de la circulation internationale de la figure de la « disparition ». D’une part, la figure juridique « disparition forcée » est mobilisée en Espagne comme instrument légal et, d’autre part, le mouvement pour la mémoire historique espagnole s’approprie des discours et pratiques du « monde du détenu disparu » latino-américain38.

  • 39 Daniel Cefaï, « Qu’est-ce qu’une arène publique ? Quelques pistes pour une approche pragmatiste », (...)
  • 40 Gabriel Gatti « De un continente al otro : el desaparecido transnacional, la cultura humanitaria y (...)
  • 41 Cette lecture rétrospective de l’histoire d’Espagne mobilisant la catégorie de disparition forcée p (...)

21Si le Chili illustre l’émergence de la catégorie « détenu disparu », c’est le cas argentin qui montre le mieux l’institutionnalisation de ce « monde du détenu disparu » ; soit une arène publique39 qui, avec ses rhétoriques, ses expertises, ses productions culturelles et un dense réseau d’associations, a participé à la production de ce que Gabriel Gatti a appelé « le disparu transnational », celui qui est arrivé en Espagne40. Le discours des droits de l’homme et la typification juridique de la disparition politique comme « disparition forcée » apportent un nouveau cadrage pour lire ce qui s’est passé durant la Guerre civile et la dictature. Ils opèrent une relecture de l’expérience de la violence passée avec des cadres du présent41. Ainsi, on peut dire que la mobilisation de la catégorie de « disparition forcée » et celle de « détenu disparu » en Espagne à partir des années 2000 s’inscrivent dans la dynamique de circulation et de traduction que nous venons de décrire.

22Mais, en Espagne, le terme « disparu » avait déjà été utilisé par le régime franquiste à propos des morts de la guerre civile. La nouveauté réside dans l’application des catégories « disparition forcée » et « disparu » aux fusillés sans dévolution du corps aux familles. La mobilisation de ces catégories a apporté une nouvelle visibilité aux fusillés d’antan (paseados), en les intégrant à un discours et à un réseau international composé d’associations, d’ONG et d’organismes internationaux.

  • 42 Emilio Silva, Santiago Macías, Les Fosses du franquisme, Paris, Calmann-Lévy, 2006.
  • 43 Paloma Aguilar, “Jueces, represión y justicia transicional en España, Chile y Argentina”, Revista I (...)

23Ainsi, le mouvement pour la mémoire, qui a débuté au début des années 2000 avec l’exhumation de ce qui a été appelé les « fosses du franquisme »42, s’est-il nourri, dès le début de sa mobilisation collective, des références internationales et latino-américaines. L’un des fondateurs de la première Association pour la récupération de la mémoire historique (ARMH), le journaliste Emilio Silva, reprend, en effet, la catégorie de « disparu » pour qualifier la situation de son parent enterré dans l’une de ces fosses : « Mon grand-père était aussi un disparu » (La Crónica de León, 8 Octobre 2000). « Aussi », c’est-à-dire comme les disparus chiliens, argentins, etc. Plus tard, cette association s’est aussi saisie de la figure juridique de la « disparition forcée » auprès de l’ONU et de l’Audience Nationale espagnole. Le juge Garzón, celui qui a lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre du général Pinochet le 16 octobre 1998 afin de tenter de le juger, a accepté la plainte de l’association, le 16 octobre 200843. Ni les démarches auprès de l’ONU ni la plainte au niveau national n’ont abouti pour les cas espagnols, mais les catégories « détenu disparu » et « disparition forcée » sont restées dans l’arène du mouvement associatif pour la mémoire historique, suscitant des débats politiques et académiques autour de l’adéquation ou non de l’usage de telles figures dans le cas espagnol.

4. Conclusion

24À partir de l’étude des opérations sociales et culturelles qui transforment l’expérience située en des dispositifs exportables et des catégories transnationales, nous avons montré, dans les limites de ce court article, deux modes de circulation : d’une part, la circulation d’un mode de gestion du changement politique « le dispositif de transition vers la démocratie » et, d’autre part, la mise en place de la circulation de la catégorie « détenu disparu ».

25Nous pensons que cette approche peut nous aider à problématiser les dispositifs transitionnels, la justice transitionnelle et les catégories de droit. À partir d’une étude des processus circulatoires, nous pouvons interroger les marges et limites de ces objets circulatoires. Concernant la violence politique, nous pouvons nous demander, par exemple, de quelle manière la standardisation contemporaine des processus politiques - dans des objets circulatoires - participe-t-elle d’un consensus international libéral qui limite la portée de la plainte au langage du droit et l’horizon politique à la démocratie libérale de marché.

26Les réponses sont empiriques et cette approche nous invite à entreprendre des études historiques et sociologiques qui prêtent attention aux opérations de traduction des expériences politiques dans des objets socio-culturels ouvrant sur des questionnements qui s’intéressent surtout aux processus situés en amont de la circulation elle-même : Comment est-t-il possible que des processus et des situations toujours situées dans l’expérience sociale, politique et historique circulent dans le temps et dans l’espace ? Quelles transformations doivent expérimenter ces processus situés pour pouvoir circuler ? Quelles sont les limites politiques et sociales de cette circulation ?

Haut de page

Notes

1 Giovanni C. Cattini, Carles Santacana, « El anarquismo durante la Guerra Civil. Algunas reflexiones historiográficas », Ayer, nº45, 2002, p. 197-219.

2 Naomi Roht-Arriaza, The Pinochet Effect : Transitional Justice in the Age of Human Rights, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2005 ; Cath Collins, « Human Rights Defense in and through the Courts in (Post) Pinochet Chile », Radical History Review, 2016, nº124, p. 129-140.

3 La notion de « dispositif » s’entend ici dans le sens que lui ont donné Barbot et Dodier « d’enchainement préparé de séquences [d’action des personnes, agencement des processus et organisation des objets matériels, techniques, etc.], destiné à qualifier ou transformer des états de choses par l’intermédiaire d’un agencement d’éléments matériels et langagiers ». « Enchainement préparé » signifie que les composants d’un dispositif sont déjà présents « en puissance » et que l’on peut ainsi identifier leur développement en amont et leur possible développement en aval. Dans le cas des dispositifs de « transition vers la démocratie », nous faisons référence aux relations entre acteurs des transitions (partis politiques, ex-tenants du régime, élites transitionnelles et think tanks), à l’organisation du processus (graduel et non révolutionnaire, légal et non insurrectionnel) et finalement aux objets (comme les publications majeures sur la transition vers la démocratie) et aux objets techniques de gouvernance (comme le concept de « transition politique »). Janine Barbot et Nicolas Dodier, « La force des dispositifs », Annales. Histoire, Sciences Sociales, Année 71, n° 2, 2016, p. 421-448.

4 La notion de « catégorie » fait référence aux résultats de la pratique sociale de catégorisation. Elle implique le classement des choses, des personnes, des faits et des événements qui n’est pas simplement l’attribution d’un nom ou d’une étiquette. Catégoriser renvoie à des activités d’objectivation de la réalité sociale avec des conséquences pratiques comme l’attribution de droits et d’obligations à certains types de catégories et la construction de concepts qui ouvrent ou ferment des horizons de pensée et d’action. Ainsi, la définition d’une situation inouïe et inconnue au Chili, comme l’était la disparition pour des raisons politiques, a été un processus conjoint de catégorisation de la situation en tant que crime et d’action collective pour le dénoncer. Sur cette notion de catégorisation, voir Jean Widmer, Discours et Cognition sociale, Une approche sociologique, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2010.

5 Yves Dezalay, Garth Bryant, The internationalization of Palace Wars :Lawyers, Economists, and The Contest to Transform Latin American States, Chicago, The University of Chicago Press, 2002.

6 Pierre-Yves Saunier « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, n° 57, 2004, p. 110-126.

7 Martine Kaluszynski, Renaud Payne, Savoirs de gouvernement. Circulation(s) traduction(s), réception(s), Paris, Economica, 2013, p. 12.

8 Antoine Vauchez « Le prisme circulatoire ; Retour sur un leitmotiv académique », Critique internationale, 2013/2, n° 59, pp. 9-16.

9 Paola Díaz, L’expérience publique des crimes politiques du passé. Le cas du Chili post-dictature. Thèse de doctorat. Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris, 2014. Pour une étude de la torture fondée sur cette approche : Paola Díaz, « Les chemin de la publicisation de la torture au Chili », dans SociologieS [En ligne], mis en ligne le 23 mai 2017, consulté le 29 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6281.

10 Dans le cadre de ce texte nous ne pouvons pas nous attarder sur l’historiographie de cette transition ni sur la controverse liée à ses limites temporelles, à ce sujet voir Francisco Campuzano, L’élite franquiste et la sortie de la dictature, Paris, L’Harmattan, 1997.

11 Sophie Baby, Olivier Compagnon, Eduardo González (coords.), Violencia y transiciones políticas a finales del siglo XX. Europa del sur –América Latina, Madrid, Casa de Velázquez, 2009.

12 Sophie Baby, Le mythe de la transition pacifique. Violence et politique en Espagne (1975-1982), Madrid, Casa de Velázquez, 2012 ; Sophie Baby, « Volver sobre la Inmaculada Transición. El mito de una transición pacífica en España » dans Marie- Claude Chaput, Julio Pérez Serrano (coords.), La transición española. Nuevos enfoques para un viejo debate, Madrid, Biblioteca Nueva, p. 75-92 ; Sophie Baby, « La mémoire malmenée de la transition espagnole à la démocratie », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 127, 2015, p. 43-57.

13 La Plataforma de Organismos Democráticos a réuni la Junta Democrática de España (établie en 1974, incluant le Parti communiste) et la Plataforma de Convergencia Democrátia (établie en 1975, incluant le PSOE).

14 Javier Santiso, « Du bon révolutionnaire au bon libéral ? À propos d’un étrange caméléon latino-américain », in Janvier Santiso (coord.), A la recherche de la démocratie. Mélanges offerts à Guy Hermet, Paris, Karthala, 2002, p. 225-258.

15 Alfredo Joignant, « La politique des « transitologues » : Luttes politiques, enjeux théoriques et disputes intellectuelles au cours de la transition chilienne à la démocratie », Politique & Sociétés, Vol, 24, nº2–3, 2005, p. 33–59.

16 L’Alliance pour le progrès a été créée en 1961 par le Président J.F. Kennedy afin de renforcer la coopération entre les États-Unis et l’Amérique Latine. Elle cherchait à favoriser le développement socio-économique de cette dernière ainsi que le progrès démocratique. C’est sous son égide que se sont mis en place des programmes modérés de réforme agraire tentant de contenir la propagation de mouvements révolutionnaires suite à la révolution cubaine (1959). N’ayant pas obtenu les résultats escomptés, le programme a pris fin en 1973 avec le Président Nixon, qui adoptera des interventions contre-révolutionnaires directes dans divers pays du continent.

17 Les théories les plus connues étaient la théorie des pôles de développement et la théorie de la dépendance du sociologue argentin Gino Germani. Elles supposaient l’hétéronomie du politique par rapport à l’économique.

18 Guillermo O’Donnell et al., Transitions from the authoritarian rule, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1986.

19 Cet ouvrage est l’achèvement du premier programme de recherche sur les démocratisations développé aux États-Unis en 1979 à partir du Woodrow Wilson Center ; projet avec des collaborateurs comme Robert Dahl, Juan Linz, Albert Hirschman, Fernando Henrique Cardoso entre autres.

20 Nicolas Guilhot, The Democracy Makers, Human Rights and International Order, New York, Columbia University Press, 2005, p. 139 ; Marcelo Mella Polanco, « Referentes internacionales para el giro reformista de la izquierda chilena (1975-1990) », Espacios publicos, nº14(30), 2011, p. 155-175.

21 Tomas Moulian, Chile Actual. Anatomía de un mito, Santiago, LOM/ARCIS, 1997.

22 Voir Michel Dobry, « Les voies incertaines de la transitologie : choix stratégiques, séquences historiques, bifurcations et processus de path dependence », Revue Française de Science Politique, n° 4-5, 2000, p. 585-614.

23 Yves Dezalay & Bryant Garth, op.cit. ; Alfredo Joignant, op.cit. 

24 Comme le Centre d’études du développement (CED), la Corporation d’études pour l’Amérique latine (CIEPLAN), la Faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO) et le Centre d’études publiques (CEP).

25 Entre autres on compte le « Seminario sobre la Transición Española » en 1983, les conférences « España de hoy : su realidad cultural, social y política » realisée au Chili en 1984 et les journées d’études « Consenso y transición : la experiencia de España » qui ont eu lieu en 1985.

26 Tamara Avetikian (coord.), « Acuerdo nacional por la transición a una democracia plena », Centro de Estudios Públicos, n° 21, 1986.

27 Paola Diaz, Carolina Gutierrez, « Fabriquer le consensus pour produire la démocratie ? Le programme de gouvernement de la transition chilienne » dans Nicolas Bué, Karim Fertikh, Mathieu Hauchecorne, Faire, défaire les programmes. Genèses, coproductions et réceptions des programmes politiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 145-158.

28 Composé par le Parti démocrate chrétien, Parti radical socio-démocrate, Parti socialiste rénové et Parti pour la démocratie.

29 Sévane Garibian, “Enforced disappearances of persons”, dans Jacques Sémelin (coord.), Online Enciclopedia of Mass Violence, Sciences Po-CERI-CNRS. 2008.

30 Le Vicariat de la Solidarité a été créé en 1976 au sein de l’Église Catholique pour remplacer le Comité pour la paix harcelé par le régime et contraint de fermer en 1975. Il regroupait des avocats, des assistantes sociales et d’autres professionnels dont l’objectif était de soutenir les victimes de la dictature. Il a été dissous en 1992 et s’est constitué en fondation qui conserve les archives du Vicariat avec tous les cas de disparitions qu’il a documentés.

31 Dans une lettre de l’Association adressée au général Augusto Pinochet du 21 juillet 1975, les familles formulent ainsi les raisons de la mise en place de cette nouvelle appellation : « Dans aucune des instances, auxquelles nous avons eu accès, ne figurent des informations sur eux [leurs parents]. Autrement dit, ils ne sont pas enregistrés comme détenus. La catégorie de « disparus » figure même dans des documents officiels que beaucoup d’entre nous [les familles] avons reçus. L’arrestation de nos parents par des services de renseignement et la négation de ce fait de la part des organismes officiels, nous conduisent à les dénommer DETENUS DISPARUS ». « Lettre de l’AFDD au général Augusto Pinochet, 21 juillet 1975 ». En majuscule dans l’original.

32 Pour une étude de l’AFDD du point du vue du genre voir Hillary Hiner, « They Dance Alone : Gender in the Chilean Transition to Democracy », Anamesa, 2005, vol. 3, n° 1, p. 3-20.

33 AFDD, 20 años de historia de la Agrupación de familiales de detenidos desaparecidos. Un camino de imágenes, Santiago, Norprint, 1997.

34 La Convention définit dans son article numéro 2 la disparition forcée comme suit : « Aux fins de la présente Convention, on entend par « disparition forcée » l'arrestation, la détention, l'enlèvement ou toute autre forme de privation de liberté par des agents de l'État ou par des personnes ou des groupes de personnes qui agissent avec l'autorisation, l'appui ou l'acquiescement de l'État, suivi du déni de la reconnaissance de la privation de liberté ou de la dissimulation du sort réservé à la personne disparue ou du lieu où elle se trouve, la soustrayant à la protection de la loi »

35 Contrairement à la hiérarchie de l’Église catholique argentine, l’Église chilienne a ainsi activement protégé les persécutés.

36 Paola Diaz, Carolina Gutierrez, « La constitution de catégories dans la mobilisation de l’Association chilienne des Familles de Détenus Disparus (AFDD) : les détenus disparus, victimes ou résistants ? » dans Sandrine Lefranc, Lilian Mathieu (coords.), Mobilisations de victimes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 129-144.

37 Francisco Ferrándiz, « De las fosas comunes a los derechos humanos : El descubrimiento de las desapariciones forzadas en la España contemporánea », Revista de Antropología Social, n° 19, 2010, p. 161-189.

38 Gabriel Gatti, 2011, Op.Cit.

39 Daniel Cefaï, « Qu’est-ce qu’une arène publique ? Quelques pistes pour une approche pragmatiste », dans Daniel Cefaï, Isaac Joseph (coords.), L’Héritage du pragmatisme, La Tour d'Aigues, Éditions de l’Aube, 2002, p. 51-82.

40 Gabriel Gatti « De un continente al otro : el desaparecido transnacional, la cultura humanitaria y las víctimas totales en tiempos de guerra global », Política y Sociedad, nº48(3), 2011. p. 519–36 ; Gabriel Gatti, « Lo nuestro como en Argentina : Humanitarian reason and the Latin Americanization of Victimhood in Spain », Journal of Latin American Cultural Studies, vol. 25, n° 1, 2016, p. 147-165.

41 Cette lecture rétrospective de l’histoire d’Espagne mobilisant la catégorie de disparition forcée peut oblitérer la spécificité de la violence politique ayant eu lieu dans ce pays et constituer un « anachronisme historique », comme l’indique Elisabeth Ansttet. Notre intention dans cet article n’est pas de juger des effets analytiques ou politiques de cet usage mais de rendre compte des mécanismes qui permettent la circulation de la catégorie. Elisabeth Anstett « Comparación no es razón : a propósito de la exportación de las nociones de desaparición forzada y detenidos desaparecidos », dans Gabriel Gatti (coord.), Desapariciones. Usos locales, circulaciones globales, Bogotá, Universidad de los Andes, 2017.

42 Emilio Silva, Santiago Macías, Les Fosses du franquisme, Paris, Calmann-Lévy, 2006.

43 Paloma Aguilar, “Jueces, represión y justicia transicional en España, Chile y Argentina”, Revista International de Sociología, nº71 (2), 2013, p. 281-308.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paola Diaz, « Circulation et transnationalisation de dispositifs et de catégories socio-politiques. Les « transitions vers la démocratie » et la « disparition forcée » au Chili et en Espagne », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4725 ; DOI : 10.4000/framespa.4725

Haut de page

Auteur

Paola Diaz

Chercheuse associée au Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS-EHESS), docteure en sociologie de l’EHESS, Paola Diaz a soutenu une thèse intitulée « L’expérience publique des crimes politiques du passé. Le cas du Chili post-dictature ».  Les publications liées à cette recherche se centrent sur l’action collective des familles des disparus, les engagements politiques affectifs, les dispositifs gouvernementaux de justice transitionnelle et les discours politiques de réconciliation. À présent, Paola Diaz travaille sur les dispositifs de documentation de la mort et de la disparition des migrants en Europe (organismes internationaux) et aux États-Unis (Tucson-Arizona). paola.diaz@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals