Navigation – Plan du site
Recensions

Manuela Aroca Mohedano, El papel del sindicalismo en la Transición. La confluencia del sindicalismo socialista: fusión USO-UGT, Madrid, Ediciones Cinca, 2017, 248 p.

Vincent Marin

Texte intégral

1Dans son ouvrage El papel del sindicalismo en la Transición. La confluencia del sindicalismo socialista: fusión USO-UGT, l’historienne Manuela Aroca Mohedano se propose de retracer l’évolution de l’Union Syndicale Ouvrière (USO) de ses origines jusqu’à la Transition. Alors que l’Union Générale des Travailleurs (UGT) et les Commissions Ouvrières (CCOO) ont largement été étudiées par l’historiographie, il n’en est pas de même pour l’USO. Ce travail s’inscrit par conséquent dans la lignée des projets et thématiques de recherche développés par la Fondation Francisco Largo Caballero, portant sur l’évolution historique du syndicalisme socialiste.

2Dans son prologue, Manuela Aroca expose avec clarté les principaux objectifs de son travail : dresser un panorama synthétique du modèle syndical qui s’est implanté en Espagne, décrire la trajectoire singulière de l’USO depuis sa création à la fin des années 50 et mettre en lumière les protagonistes qui ont forgé la trajectoire de ce mouvement syndical d’inspiration chrétienne.

3La monographie se structure en quatre chapitres composés pour chacun d’entre eux de deux sous-parties, dont la seconde est systématiquement réservée à des témoignages issus des précieuses « Archives orales du syndicalisme socialiste » constituées par la Fondation. L’auteure fait le choix d’une étude diachronique et si le titre de l’ouvrage fait référence au syndicalisme pendant la Transition, l’étude accorde une large place à la création du mouvement.

4Après un rappel synthétique de la trajectoire des organisations syndicales pendant la Transition dans son introduction, Manuela Aroca consacre en effet son premier chapitre aux mouvements d’inspiration chrétienne à l’origine de l’USO. Parmi ceux défendant un « catholicisme de gauche », la Fraternité Ouvrière d’Action Catholique – Hermandad Obrera de Acción Católica (HOAC) – fondée en 1946 et la Jeunesse Ouvrière Chrétienne – Juventud Obrera Cristiana (JOC) – créée un an plus tard occupent une place de choix. Comme le rappelle le titre du chapitre ce sont bien « des chrétiens sensibles à la question sociale », proches par ailleurs du socialisme et de l’internationalisme, qui sont à l’origine de l’USO. La Charte fondatrice de la centrale syndicale figurant en annexe n’évoque pas explicitement le catholicisme, mais le parcours de ses membres fondateurs, et en premier lieu celui d’Eugenio Royo, ne laisse guère de doute sur la réalité de cette filiation.

5Le deuxième chapitre, intitulé « Les premiers pas du syndicat USO », traite de la genèse de l’organisation. Si les lignes de démarcation entre la JOC, l’HOAC et l’USO n’étaient pas claires au moment de la création du syndicat – les trois mouvements partageant les mêmes militants et les mêmes lieux de réunion –, l’USO eut vocation à centrer sa réflexion sur des thématiques politiques liées au travail, laissant aux deux autres la primeur de l’action sociale. Tout en rappelant que les curés ouvriers jouèrent un rôle décisif lors de sa constitution, Manuela Aroca décrit un processus de laïcisation de l’organisation, le christianisme laissant place à un humanisme chrétien. L’influence du syndicat français d’inspiration chrétienne CFTC puis, postérieurement, de la CFDT, fut à cet égard déterminante. L’historienne établit par ailleurs une typologie des premiers militants de l’USO : des hommes bien préparés intellectuellement, membres de la JOC et de l’HOAC et majoritairement issus de zones fortement industrialisées. Elle situe les premiers foyers de l’USO fondamentalement au Pays basque, mais également en Asturies, à Madrid et en Catalogne. Elle analyse parallèlement l’ancrage de l’USO dans les différentes régions espagnoles en mettant en lumière pour chacune d’entre elles le degré d’implantation, les figures de proue du mouvement et les dynamiques de conflit propres à chaque territoire. On apprend notamment l’engagement d’une partie du clergé basque pour s’opposer à l’arrestation de leaders ouvriers au cours des années 60 ou encore que la création de l’USO en Catalogne dans les années 60 se doit avant toute chose aux militants syndicaux venant de l’UGT. L’auteure prête par ailleurs une attention particulière à la dimension internationale, en évoquant la création d’une section syndicale USO à Paris, soutenue financièrement par la CFTC, puis la CFDT, mais également l’influence de la centrale syndicale italienne CISL. Malgré une indéniable influence du christianisme, l’USO s’est toujours définie comme un mouvement aconfessionnel et sa proximité idéologique avec l’UGT fut visible dès sa création. Mais bien que les deux syndicats se définissent comme socialistes, leurs divergences stratégiques étaient majeures : alors que l’USO n’excluait nullement de lutter contre le franquisme de l’intérieur, en premier lieu par le biais du syndicat vertical, l’UGT quant à elle s’y opposait totalement. Manuela Aroca revient enfin sur la ratification, en 1965, de la Carte fondatrice, ainsi que sur les pratiques clandestines et le fonctionnement interne de l’organisation. En accord avec ses principes d’autogestion et malgré la répression franquiste, l’USO développa une culture de la consultation de sa base militante, en particulier à la fin des années 60.

6Le chapitre 3, intitulé « Une nouvelle décennie », s’ouvre sur un développement consacré à la vocation internationale de l’USO. L’auteure revient sur le soutien logistique et économique de la CFDT, dont l’aide à la formation de cadres syndicaux fut précieuse. Elle analyse également à travers les premières prises de contact entre les leaders syndicaux de l’USO et de l’UGT en exil au début des années 60, un rapprochement impossible au regard des divergences stratégiques. L’influence des mouvements étudiants et ouvriers de Mai 68 en France se traduisit par une radicalisation politique au sein du mouvement. La possibilité de transformer l’USO en parti politique ayant pour mission d’implanter le socialisme fut explorée par une partie des militants présents à Paris. Certaines positions radicales – défendues en particulier par les Asturiens et visibles lors de la célébration du 3ème Congrès péninsulaire de l’organisation – engendrèrent d’importantes divisions au sein de l’organisation et des militants. Il s’agit-là de la première crise du mouvement, qui se solda par sa scission à l’issue du IIIème Congrès péninsulaire, marqué par l’élection de José María Zufiaur Narvaiza comme nouveau secrétaire général et par le départ des défenseurs des thèses radicales. À cet épisode de clarification idéologique s’ensuivit une période de stabilité et d’implantation territoriale croissante de l’organisation et ce, malgré la répression continue des autorités franquistes. La multiplication des canaux d’expression de l’USO permirent un plus grand rayonnement au sein des entreprises. Le dialogue avec l’UGT fut quant à lui constant mais difficile. Les dirigeants de l’USO comprirent très vite que ce qui se déroulait au sein du socialisme espagnol – comme le Congrès de Suresnes en 1974 – allait avoir un fort impact sur leur organisation. Cette dernière espérait un rapprochement par la voie de la Confédération Socialiste Ibérique. Mais la création par l’USO, en 1975, d’une force politique ayant vocation à concurrencer le PSOE – Reconstruction socialista – constitua un obstacle supplémentaire. Finalement, les élections syndicales de 1975 permirent de conforter l’implantation de l’USO au sein des entreprises et du panorama syndical espagnol, mais supposèrent néanmoins un nouvel éloignement de l’UGT, toujours hostile à cette stratégie d’entrisme au sein du Syndicat vertical.

7Le Chapitre 4 est centré sur la transition syndicale. À la mort du Caudillo, l’unité syndicale était loin d’être acquise. Sans pour autant s’opposer explicitement à cette unité, l’UGT n’était pas favorable à la création d’une centrale syndicale unique, contrairement aux souhaits des CCOO et de l’USO. Cela n’empêcha pas les trois centrales syndicales de souscrire à un accord d’action unitaire par le biais de la Coordinadora de Organizaciones Sindicales (COS). Parallèlement aux pourparlers avec les responsables gouvernementaux issus du franquisme, les syndicats encore clandestins entreprirent un travail de reconstruction organique. Contrairement à l’UGT, l’USO avait peu d’expérience en la matière : si la centrale avait déjà organisé des « conseils péninsulaire », elle n’avait en revanche jamais célébré de Congrès et ne possédait pas de règles internes de fonctionnement claires. Ce travail commença en octobre 1976 avec la célébration de la première assemblée générale de délégués de sections syndicales qui fut un succès et traduisit une volonté manifeste des militants de transformer l’organisation en un syndicat de masse. Au printemps 1977, en plein contexte de crise de la COS et de tensions croissantes avec l’UGT, fut organisé le premier Congrès confédéral. La question centrale du rapprochement avec l’UGT était abandonnée en raison de divergences et difficultés structurelles décrites par l’auteure. Malgré des contacts établis au cours de l’année 73 et une réunion organisée à Madrid entre les deux centrales en mars 1975, les relations entre ces dernières étaient glaciales. À l’évidence, l’USO ne faisait pas le poids face à une UGT soutenue par le PSOE et bénéficiant d’un soutien massif des organisations syndicales à l’international. Les deux mouvements avaient par ailleurs deux conceptions très différentes de l’autonomie syndicale face aux forces politiques, considérée par l’USO comme un marqueur clé de son identité. Mais c’est paradoxalement les soubresauts politiques qui furent à l’origine de la scission de cette organisation. Les élections générales du 15 juin 1977 eurent le mérite de clarifier les rapports de forces à gauche et impactèrent le positionnement très critique vis-à-vis de l’UGT défendu par l’USO lors du Congrès confédéral. Pour son secrétaire général José María Zufiaur et ses partisans, les élections montraient qu’il n’y avait pas de place pour deux centrales syndicales socialistes et la fusion avec le syndicat dont le parti frère s’était clairement imposé à gauche était nécessaire. Alors que l’idée d’établir un pacte entre les deux centrales pour les élections syndicales prévues en 1978 faisait son chemin, des voix critiques sur ce virage stratégique s’élevèrent. Attachés à l’existence d’un syndicalisme socialiste autonome du PSOE, certains ne partageaient pas la vision de leur secrétaire général. La crise qui éclata en juin 1977 entre partisans de la fusion et partisans de l’autonomie s’avéra fatale : les deux secteurs défendaient deux projets syndicaux différents et irréconciliables. Manuela Aroca dessine alors les contours de cette rupture inévitable, ponctuée d’accusations, de trahisons, d’une guerre médiatique et de pressions internationales en faveur de la fusion au nom de la cohésion du syndicalisme socialiste. Les adversaires de la fusion finirent par établir une direction parallèle et convoquèrent un Congrès extraordinaire le 2 octobre de la même année, marqué par l’élection de Manuel Zaguirre comme nouveau secrétaire général. S’ensuivirent l’expulsion des membres favorables à la fusion et la bataille juridique liée au patrimoine syndical et à la conservation des sigles. Au-delà de la bataille de chiffres menée par les deux secteurs – chacun revendiqua 200.000 adhérents sur un total de 300.000 – Manuela Aroca estime que les partisans de la continuité furent supérieurs en nombre, à l’exception notable des cadres qui rejoignirent massivement l’UGT. Après une série de discussions relevant en particulier de l’autonomie face au PSOE, le secteur partisan de la fusion adopta la proposition de fusion le 27 novembre 1977 lors d’un congrès extraordinaire et l’UGT fit de même le lendemain. Le congrès d’unification du 18 décembre 1977 constitua l’épilogue de cette union. Au-delà des éléments factuels et des questions purement organiques, Manuela Aroca s’interroge sur ses implications réelles. Plutôt que le terme « fusion », elle préfère le terme « absorption » pour qualifier l’intégration d’une partie de l’USO à l’UGT. Cette dernière parvint finalement à avoir le monopole du syndicalisme socialiste : isolé sur le plan international, l’autre secteur de l’USO finit par intégrer en 1980 la Confédération Mondiale du Travail (CMT), d’inspiration chrétienne, abandonnant de ce fait la composante socialiste et autogestionnaire longtemps prédominante en son sein, et les militants de sensibilité socialiste finirent par intégrer les CCOO. Avec sa nouvelle identité, l’USO fit l’objet de convoitise politique venant de la droite et du centre, partisans d’une troisième voie syndicale. Le processus d’intégration des membres de l’USO à l’UGT fut quant à lui relativement ardu, nombre d’adhérents de l’UGT voyant d’un très mauvais œil l’intégration massive de membres de sensibilité chrétienne, ce qui donna lieu à des batailles de pouvoir au sein du parti et des fédérations. Malgré ces difficultés, la fusion fut une réussite : elle permit à la centrale socialiste de s’imposer durablement comme premier syndicat du pays.

8Les extraits de témoignages de personnalités liées peu ou prou à l’organisation – José María Zufiaur, Fernando Solano, Pedro Jiménez, Elías Py, Julio Morena, Aquilino Zapata ou Fernando Solano, Enrique Barón ou encore Bonifacio Rojo – viennent compléter les quatre chapitres et sont des plus éclairants. En abordant de façon thématique des sujets aussi divers que les relations entre l’Église et le syndicat, l’implantation territoriale, les élections et les stratégies syndicales, la présence internationale, les programmes ou encore les rapprochements d’appareils, ils constituent un complément précieux aux développements proposés par l’auteure. Pour finir, des illustrations – composées notamment de photographies des personnalités du monde syndical et de plusieurs affiches – permettent d’agrémenter la lecture.

9En définitive, cette étude permet à n’en pas douter d’enrichir l’historiographie existante portant sur les organisations syndicales pendant la Transition et de mieux connaître l’histoire du troisième syndicat le plus important d’Espagne. Manuela Aroca remplit donc pleinement les objectifs fixés dans son prologue et va bien au-delà de la période historique indiquée dans le titre de l’ouvrage. En accordant une place prépondérante à la genèse du mouvement, elle démontre avec brio que la trajectoire de l’USO au cours de la Transition ne peut être appréhendée ex nihilo et est au contraire le résultat de dynamiques, de mutations et de ruptures opérées au cours de la période franquiste. Outre l’analyse des soubresauts idéologiques de l’organisation, l’examen de l’influence du syndicalisme international constitue sans doute l’autre apport fondamental de ce travail de recherche et, plus généralement, des travaux récents de l’auteure consacrés au syndicalisme socialiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Marin, « Manuela Aroca Mohedano, El papel del sindicalismo en la Transición. La confluencia del sindicalismo socialista: fusión USO-UGT, Madrid, Ediciones Cinca, 2017, 248 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4769

Haut de page

Auteur

Vincent Marin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals