Navigation – Plan du site

Enseignement et pédagogie dans les académies protestantes au xviie siècle

Education and Pedagogy in Protestant Academies in the17th Century
Enseñanza y pedagogía en las academias protestantes en el siglo xvii
Guy Astoul

Résumés

Dans le royaume de France, des académies sont établies, comme à Genève, afin de former les futurs pasteurs des Églises réformées. Associées à un collège existant, ces académies donnent la priorité à la formation théologique et à l’approfondissement des textes bibliques étudiés dans leur langue originale. L’apprentissage du grec et de l’hébreu est jugé indispensable, et assuré par des professeurs spécialisés. De tels établissements issus de la Réforme et de son héritage humaniste ont voulu renouveler les méthodes et les contenus enseignés. En étudiant l’enseignement dispensé dans ces académies et le contenu des cours, il est possible de comparer la pédagogie qui a prévalu dans ces institutions, sachant que leurs pratiques peuvent être différentes selon les localités, qu’elles soient installées dans le royaume, à Montauban, Nîmes, Saumur, Die, ou sur ses marges comme Orthez ou Sedan.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jean Hébrard, « La scolarisation des savoirs élémentaires à l’époque moderne », Histoire de l’éduca (...)

1Encourager l’instruction et la lecture des textes bibliques est primordial dans la Réformation, celle de Luther comme celle de Calvin1. Au synode de Sainte-Foy en 1578, l’un des premiers actes concerne « l’instruction de la jeunesse » et il engage les provinces à créer des écoles « où la dite jeunesse puisse être élevée et rendue propre à servir un jour l’église de Dieu, par l’exercice du Saint Ministère. » La formation des pasteurs dont on attend une excellente connaissance des Écritures saintes et la maîtrise oratoire du sermon est apparue indispensable.

  • 2 La bibliographie est abondante. Des études portent sur les diverses académies. La meilleure synthès (...)

2Les synodes, les assemblées chargées d’examiner la gestion et la vie des églises protestantes, se préoccupent avec constance de l’enseignement de la jeunesse et du recrutement des ministres du culte. Si les collèges huguenots ont été institués de manière analogue à ceux des jésuites ou des oratoriens, la création des académies qui leur sont rattachées est plus originale et donne la priorité à la formation théologique et à l’approfondissement des textes bibliques. Comme à Genève, des académies sont établies dans tel ou tel collège où le cursus scolaire et universitaire sont intimement liés. De tels établissements issus de la Réforme et de son héritage humaniste ont voulu renouveler les méthodes et les contenus enseignés. En étudiant l’enseignement dispensé dans ces académies et le contenu des cours, on peut comparer la pédagogie qui a prévalu dans ces institutions sachant que leurs pratiques peuvent être différentes selon les localités, qu’elles soient installées dans le royaume de France comme Montauban, Nîmes, Saumur, Die, ou sur ses marges comme Orthez ou Sedan2.

1.Une organisation et un enseignement calqués sur le modèle genevois

3Alors que les séminaires pourtant encouragés par le concile de Trente tardent à se mettre en place dans l’Église catholique, les protestants accordent, dès le xvie siècle la plus grande attention à la formation de leurs pasteurs. Dans la tradition humaniste, elle doit assurer aux futurs proposants, les étudiants en formation, des apprentissages qui permettent une excellente connaissance des Écritures saintes et un solide savoir théologique afin d’obtenir la consécration au ministère. Le terme académie n’a pas été choisi au hasard : il rappelle une école philosophique fondée par Platon à Athènes, au ive siècle avant J.-C., une référence qui confirme l’attachement des protestants aux philosophes de l’Antiquité grecque. Pour chaque académie, quelques jours après son inauguration, un règlement prévoit un contrôle rigoureux de la part du colloque et du synode provincial, en particulier, pour le financement et la désignation d’un recteur et des professeurs.

4Les liens avec le consistoire restent étroits et, par exemple, le règlement du collège et de l’académie de Montauban, est soumis à l’approbation des autorités religieuses, puis officiellement entériné au grand temple, peu de temps après son ouverture. Ce règlement précise le contenu des enseignements :

  • 3 Manuscrit Satur cité ci-dessus, folio 9, d'après le Livre noir, fol. 63 et suivants.

Les professeurs en théologie exposeroient tour à tour les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament et ils expliqueroient le vray sens de passages... le professeur en médecine liroit Hypocrates, Galien et autres... le professeur de mathématiques enseigneroit Euclide, Ptolémée et autres...3

  • 4 On appelle couramment académie l’établissement qui regroupe les classes allant du début du collège (...)
  • 5 Cf. Guy Astoul, « La gestion des académies protestantes au xviie siècle : une autonomie sous contrô (...)

5Il confirme l’intérêt accordé aux penseurs de l’Antiquité grecque et aux textes de la Bible que l’on peut découvrir dans leur texte original en apprenant l’hébreu. Inspiré par les traditions humanistes, cet enseignement se veut très éclectique et très riche. L’originalité du cursus des académies est d’être très liée aux classes de philosophie, en fin de collège4, si bien que le choix de leurs enseignants est considéré comme aussi important que celui des professeurs de théologie. Lors de l’inauguration de l’académie de Montauban, le 22 octobre 1600, toutes les chaires d’enseignements sont pourvues d’un professeur en théologie, en jurisprudence, en médecine, en mathématiques, en physique, en logique, en éloquence, en grammaire et en langue hébraïque. Leur choix a été opéré en obéissant à des règles de sélection des candidats, prévus par les règlements des académies, qui sont recrutés sur concours ouvert à des adeptes de la peregrinatio academica qui peuvent venir des pays voisins5. Les professeurs sont choisis et désignés par le conseil ordinaire de l’académie et, pour ceux de théologie, ils doivent être approuvés par le synode provincial.

6Dans ces académies, la discipline s’impose de manière très contraignante, du moins, en principe. Elle est consignée dans des règlements adoptés par les consistoires afin de régir la vie et la conduite des étudiants aspirant au saint ministère. Le règlement décidé à Sedan par le conseil des modérateurs, le 15 juillet 1617, interdit absolument aux étudiants toute débauche.

Il leur est également défendu d’invectiver ou de médire de personne, de faire enfin aucune action blâmable, scandaleuse, ou une action capable de les détourner ou de ralentir l’étude des sciences et pratiques de piété.

7L’assiduité aux cours et aux pratiques spirituelles est sans cesse rappelée. À Sedan,

il est expressément ordonné aux étudiants de fréquenter assidûment les leçons des langues grecque et hébraïque, les leçons et disputes de philosophie, de théologie, de s’exercer dans les disputes selon l’ordre des professeurs, d’assister régulièrement avec attention, modestie et révérence, à tous les prêches, catéchismes, prières, propositions et autres exercices spirituels ; il leur est recommandé de recevoir avec humilité et douceur les admonitions et censures qui leur seront faites, soit par le préteur ou recteur de l’académie, par son assesseur, par les professeurs, pasteurs et anciens de l’église.

8L’enseignement de la philosophie donné en fin de collège et poursuivi pendant un an à l’académie permet d’acquérir le titre de maître ès arts. Muni de son diplôme, le proposant étudie ensuite la théologie pendant deux ans, mais il reçoit d’autres enseignements : outre la philosophie et les lettres, on lui dispense des cours de sciences, de droit, de médecine, de latin de grec ou d’hébreu et l’art du sermon et de la controverse.

2.Disputatio et cours de philosophie

  • 6 Dictionnaire de la Langue Française d’Émile Littré.
  • 7 Nathanaël Weiss, « Martin Luther, Jean Eck et l’Université de Paris d'après une lettre inédite, 11  (...)

9L’exercice couramment pratiqué en classe de rhétorique est une méthode chère aux rhéteurs de la Grèce antique, appelée la chrie, du grec chreia, et consistant à développer une idée par des voies différentes6. Il s’inscrit aussi dans les prolongements des débuts de la Réforme où la disputatio n’était pas un simple exercice universitaire ou pédagogique, mais un débat se terminant par une prise de décision engageant l’avenir. Rappelons ainsi que le débat théologique amorcé par Luther avec les 95 thèses a donné lieu en juillet 1519 à la disputatio de Leipzig entre Luther, associé à d’autres réformateurs, et le théologien catholique Jean Eck. C’est cette dispute communiquée aux universités d’Erfurt et de Paris qui a suscité la colère de Rome, en 1520, et a conduit à l’excommunication de Luther et de ses amis en janvier 15217. Cet échange d’arguments codés est prolongé en classe de philosophie par des exercices de dispute auxquels les élèves doivent à tour de rôle participer.

  • 8 http://archives.ville-saumur.fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php. Les registres de l’académie (...)
  • 9 Marc Duncan (1581-1640), philosophe et médecin d’origine écossaise, exerce à Saumur jusqu’à sa mort
  • 10 L’histoire de l’académie de Saumur par Jean-Paul Pittion est consultable sur le site des archives d (...)

10Pratiquée traditionnellement dans tous les collèges, la disputatio s’intègre donc dans l’enseignement des académies. L’objectif est de préparer les élèves ou les étudiants au débat et à la controverse, tout en vérifiant leurs connaissances. Le thème du débat est tiré du cours, il oppose les élèves d’une classe qui, tour à tour sont amenés à interroger et à répondre. Ces controverses ont lieu chaque mercredi, à Saumur8 où le philosophe Marc Duncan9 traduit ce conflictus dialecticus par l’expression « joute dialectique » où l’interrogans (ou adversarius) doit poser des questions qui soulèvent des objections alors que le respondens doit argumenter et rejeter, par la négative, les effets qu’auraient les causes induites. Une fois par mois, cette dispute a lieu en public10.

  • 11 Jean Baubérot, « L’apport protestant à la liberté de conscience » dans Présence protestante dans l’ (...)
  • 12 Il s’agit d’un placard à trois colonnes publié par l’imprimeur Pierre Coderc commençant par Theses (...)

11Jean Baubérot insiste sur « la légitimité de la disputatio universitaire » comme garante de la liberté de conscience. Il s’agit, selon lui, d’une liberté de défendre un point de vue argumenté qui caractérise l’enseignement universitaire tel que la scolastique l’a encouragé. Cette incitation au débat, on l’a déjà souligné plus haut, serait à l’origine de la Réforme luthérienne dont les 95 thèses peuvent s’apparenter à une disputatio11. Un placard daté de 1636 nous donne une idée de l’enseignement donné à l’académie de Montauban12. Il s’agit du thème de morale et de philosophie – sur lequel on n’a pas de précisions – sur lequel 32 étudiants sont désignés pour argumenter, ce qui témoigne de la fréquentation non négligeable de cet établissement, dans la première moitié du xviie siècle.

  • 13 Joseph Prost, La philosophie à l’académie protestante de Saumur (1606-1685), thèse complémentaire p (...)
  • 14 Johannes de Sacro Bosco est un mathématicien d’origine écossaise, professeur à la Sorbonne dans la (...)

12Les études de philosophie sont assidues pendant deux ans, à raison de 4 à 8 heures de cours par semaine, selon les lieux. La première année est consacrée à l’éthique et à la logique ; la seconde à l’étude de la physique et très succinctement à la métaphysique. Le contenu des cours est connu à Saumur13. Dès septembre 1610, Marc Duncan fait soutenir les premières thèses de logique à des étudiants. Son Traité de logique divisé en cinq livres reprend son cours et paraît en 1612 avec des révisions ultérieures. Désigné Principal du collège en 1615, et assisté par un deuxième professeur de philosophie d’origine hollandaise, Franco Burgersijk, Marc Duncan porte le titre de « professeur de mathématiques et métaphysique ». Il assure quatre leçons par semaine d’une heure par jour, deux en « histoire ou éloquence » et deux en philosophie. Son enseignement consiste à présenter « un abrégé » de métaphysique, un cours d’astronomie dont une explication de la Sphère de Sacro Bosco14 et des rudiments d’arithmétique et de géométrie euclidienne. Remplacé pendant deux ans, il retrouve son poste de professeur de logique et de physique, une charge qu’il exerce jusqu’à sa mort en 1640.

  • 15 Élisabeth Labrousse, Entrée de Saturne au Lion clipsé de soleil du 12 août 1654, La Haye, Nijhoff, (...)

13La philosophie enseignée est inspirée de la doctrine aristotélicienne dont les protestants ont adopté les grandes lignes. Elle se veut rationnelle et rejette par principe tout ce qui peut éloigner de « l’image biblique de l’univers ». À la différence du clergé catholique qui se montre très compréhensif envers l’astrologie en admettant des déterminismes célestes, la théologie réformée se veut hostile à l’astrologie et à toutes les superstitions ou croyances qui pourraient porter atteinte au monothéisme15.

  • 16 Archives de la ville de Saumur, Registre fo 31 et fo 69, cité par Jean-Paul Pittion.

14Chaque thématique des cours de philosophie donne lieu à un compendium, un abrégé qui passe en revue les notions principales et que dicte le professeur. Jean-Paul Pittion écrit que « ce compends est accompagné d’explications ». Ce spécialiste de l’histoire de l’Académie de Saumur a repris plusieurs exemples des épreuves des concours de recrutement des professeurs de philosophie dans cette Académie. Le choix des textes proposés nous donne une idée des œuvres qui sont lues et commentées en classe. L’Éthique à Nichomaque et le traité de la Physique d’Aristote sont souvent cités, de même que son traité De l’âme. En logique, les épreuves portent sur différents chapitres des Seconds Analytiques, où la démonstration scientifique est présentée par Aristote « comme une sorte de syllogisme » ; un sujet invite à commenter le chapitre IV « tout entier » de cet ouvrage dont les candidats « feront l’analyse, mais insisteront seulement sur la seconde partie16. » Cette épreuve est destinée à tester la capacité des futurs professeurs à faire une étude rigoureuse des textes qu’ils seront par la suite amenés à aborder et à expliquer en classe.

15Alors que l’enseignement de la logique permet de faire le point sur les connaissances, les académies ont encouragé l’examen des thématiques scientifiques. Marc Duncan a voulu enseigner à Saumur les nouvelles méthodes expérimentales telles qu’on les pratique en astronomie, en physique ou en mathématiques. D’autres professeurs de logique intègrent dans leur enseignement la nouvelle vision du monde qui s’opère dans les esperits du Grand Siècle.

16Pourtant, des assemblées synodales ont dénoncé l’inutilité de cette initiation scientifique. Dès le synode d’Alès, en 1620, il est stipulé que :

les professeurs de philosophie prendront garde, en traitant les questions de physique ou de métaphysique qui ont quelque rapport à la théologie de le faire de telle manière qu’ils ne donnent aucune atteinte aux principes de la vraie religion et ne fassent point naître de scrupules, dans les esprits de la jeunesse, qui ne soient contraires à la piété.

17Au synode national de Charenton, en 1644, il est rappelé :

  • 17 Jean Aymon, Synodes nationaux, t. II, p. 696 ; cité par Marcel Grandet, André Martel (1618-1698), p (...)

la défense qui avait été faite par les synodes nationaux précédents, à nos professeurs de philosophie, d’enseigner les questions inutiles de Phisique dans leurs traités de Métaphysique, ordonna derechef, qu’il ne s’embarrasseroient pas de ces questions de logique qui étoient inutiles, au lieu desquelles ils dicteroient un petit Abrégé de Morale, afin de donner à leurs écoliers la première teinture de cette philosophie17.

  • 18 Jean-Paul Pittion, Histoire de l’académie de Saumur, Chapitre IV, En ligne : http://archives.ville- (...)

18Cette hostilité affirmée par des autorités religieuses ne semble pas avoir empêché les professeurs de logique de continuer à aborder des sujets scientifiques en répondant à la curiosité des étudiants. À Saumur, la première partie du cours d’Isaac Hugues, en 1659, la Physica generalis, reprend la physique d’Aristote qui traite des propriétés des corps. La seconde partie traite de la physica specialis qui rassemble des faits de tous ordres portant sur des phénomènes naturels comme les fossiles ou sur des êtres vivants, plantes ou animaux18.

19Le cours sert de base aux thèses de physique que soutiennent les étudiants, en fin de parcours, et qui leur permettent d’obtenir la maîtrise ès arts. Parmi les professeurs qui se sont intéressés aux sciences, un mérite d’être cité, il s’agit d’Abraham Durand, docteur en médecine, et professeur ordinaire de philosophie à l’académie de Sedan. Cet érudit fait imprimer, en 1651, par Jannon, imprimeur de la dite académie, un volume ayant pour titre : L’hydrogéomantie sedanoise, discours en forme de dispute sur la nature de l’air, terres et eaux qui sont autour de Sedan, et des causes des maladies populaires qui ont accoutumé de régner en cette ville.

  • 19 Marcel Gausseran, « Commentaires sur le climat intellectuel de l’ancienne académie de Montauban (16 (...)
  • 20 L’académie de Montauban a été déplacée à Puylaurens près de Lavaur, de 1660 à 1685. Voir Michel Nic (...)

20Si les idées cartésiennes ont très lentement été reprises par les philosophes et théologiens protestants, elles progressent peu à peu. Le professeur de philosophie Jean Bon, est sans doute un des premiers adeptes du cartésianisme à l’académie de Montauban où il est recruté en 1658. Même si cette évolution a été applaudie par Pierre Bayle en disant de ce professeur qu’il est « détaché des vieux préceptes19 », il semble que cela reste bien « timide ». C’est ce que confirme ce courrier adressé par Pierre Bayle à son frère Joseph, alors étudiant à Puylaurens20, afin de l’inciter à diversifier les points de vue :

  • 21 Lettre n° 135 : Pierre Bayle à son frère Joseph, de Sedan, le 28 mars 1677.

Quand vous aurez un peu compris le cours de Mr Ramondou et que vous en aurez rangé dans votre tête le fil et l’économie, il ne sera pas mal de jeter les yeux sur d’autres cours pour savoir comment les autres philosophes manient les matières : Mais soit que vous étudiez d’autres livres, soit que vous vous renfermiez dans votre cours, faites-vous un devoir de bien posséder dans chaque matière l’état de la question, les raisons pour et contre, et les réponses qu’on peut faire de part et d’autre. Mr Bon n’est pas cartésien en toutes choses, il a seulement 2 ou 3 thèses qui se sentent de la nouveauté21.

  • 22 Joseph Prost, La philosophie à l'académie protestante de Saumur, op. cit., p. 83-89. Lorsque Jean-R (...)

21Les thèses que fait soutenir Étienne Gaussen à partir de 1661, à Saumur, témoignent d’une volonté d’adapter son enseignement aux avancées théoriques de son temps en assouplissant la doctrine aristotélicienne. Il approuve les théories atomistes et s’intéresse aux nouvelles recherches sur l’alchimie. Lorsque ce professeur quitte son poste de philosophie pour celui de théologie, le concours de recrutement organisé à Saumur oppose deux conceptions de la philosophie entre les deux candidats qui s’affrontent : un pasteur de Saintonge, ancien étudiant saumurien adepte de scolastique réformée, Pierre de Villemandy, et Jean-Robert Chouet, un jeune Genevois né en 1642 et féru de cartésianisme. Les épreuves portant sur toutes les parties de la philosophie durent trois semaines. La première porte sur un extrait emprunté au troisième livre de la Physique d’Aristote ; la seconde et la troisième consistent à préparer des leçons portant sur des textes tirés d’autres œuvres classiques de la scolastique dont chaque préparation a duré trois jours. Lorsque le Conseil extraordinaire se réunit, il reste perplexe et décide d’ajouter une quatrième leçon portant sur la métaphysique d’Aristote avec une préparation réduite à deux heures. Huit jours plus tard, les deux candidats ont soutenu des thèses sur les quatre parties de la philosophie qui ont duré toute une journée. Dans ce concours, le jeune Jean-Robert Chouet réussit à surpasser son concurrent et à mettre en valeur, auprès du jury et d’un nombreux public, la philosophie cartésienne22. Professeur à Saumur de 1664 à 1669, il enseigne la philosophie naturelle d’Aristote qu’il adapte au cartésianisme ; il renouvelle l’approche doctrinale des thèses et introduit de nouvelles théories qui ont suscité le débat au cours des disputes qui opposent les étudiants, sous la tutelle de leur professeur.

  • 23 Élisabeth Labrousse dans Pierre Bayle Tome II : hétérodoxie et rigorisme, La Haye, M. Nijhoff, 1964 (...)
  • 24 Lettre n° 200 à Jacob, adressée, le 26 mars 1682, de Rotterdam où il a été recruté.

22Pierre Bayle devient professeur de philosophie à Sedan en 1678 (jusqu’en 1681). Dans son cours, il expose, d’abord, la conception aristotélicienne de l’espace, puis reprend les critiques qu’en font les cartésiens et développe leur propre doctrine sans prendre parti. Il présente les systèmes de Ptolémée, de Tycho-Brahé et de Copernic en insistant sobrement sur l’approche de ce dernier qui a sa préférence. S’il adopte les idées scientifiques de Descartes dont il écrit qu’il a « tant contribué dans ce siècle à perfectionner la raison humaine et qu’il l’a mise en état d’exterminer les vieilles erreurs », il ne cède pas à un cartésianisme militant et préfère encourager ses étudiants à la modération dans les soutenances de leurs thèses23. Même s’il est difficile d’entrer dans le détail de sa pratique pédagogique, les conseils que Pierre Bayle donne à son frère Jacob dans de très longues lettres mettent en avant une pédagogie fondée sur le dialogue et la confrontation, mais la méthode du cours traditionnel prévaut lorsqu’il écrit : « À Sedan il n’etoit pas necessaire que je seusse mes lecons, parce que je ne faisois qu’expliquer ce que j’avois dicté ; ce qui se fait partout en tenant son cahier devant ses yeux24. »

23Au terme de la deuxième année de philosophie les étudiants accèdent au grade de maître ès arts. Voici en quels termes le règlement de l’académie de Saumur définit l’accès aux grades décernés. Il précise que les étudiants ayant :

  • 25 La dernière année du collège donne le grade de bachelier, mais ce terme reste ambigu au xviie siècl (...)

diligemment estudié l’espace d’un an en ceste profession et soustenu une dispute publicque en logique et éthique seront receus Bacheliers25, et l’an d’après aiant parachevé leurs cours et soustenu un examen public sur leurs thèses et un rigoureux sur toute la philosophie, seront receus publicquement Maistres aux Arts, avec les formes et solemnitez accoustumiées aux autres Académies des Églises Réformées.

  • 26 Les deux citations sont faites par Jean-Paul Pittion dans son étude sur l’Académie de Saumur « L’en (...)

24Au cours d’une cérémonie tout candidat admis au grade de maître ès arts reçoit « un laurier sur les branches duquel son nom était inscrit en lettres d’or » comme le constate le voyageur anglais Sir John Lauder26 lorsqu’il se rend à Saumur en 1665.

3.L’enseignement de la théologie

  • 27 Richard A. Muller, Post-Reformation Reformed Dogmatics [La dogmatique réformée d'après la Réformati (...)
  • 28 Olivier Fatio, Méthode et théologie : Lambert Daneau et les débuts de la scolastique réformée, Genè (...)

25Dès les premiers pas de la Réforme, les fondements doctrinaux ont été élaborés avec un souci pédagogique qui entendait rejeter les erreurs de la philosophie scolastique et de la théologie au Moyen Âge. Séparer le bon grain de l’ivraie n’a pas été facile et les théologiens réformés ont eu du mal à discerner les éléments respectables hérités de la tradition des Pères de l’Église et les déviations doctrinales des docteurs médiévaux. Aucun théologien réformateur, pas même Luther ou Calvin, ne s’est détaché de la pensée d’Aristote christianisée27. Successeur de Calvin et de Bèze, Lambert Daneau (1530-1595) a marqué, la théologie protestante de la fin du xvie siècle en publiant de nombreux ouvrages28. Il a su adapter la dialectique aristotélicienne à la scolastique réformée et ses conceptions ont fait école pour longtemps.

  • 29 Marcel Grandet, André Martel (1618-1698) professeur à l’Académie de Montauban de 1652 à 1685, Monta (...)
  • 30 Archives de la ville de Saumur, folio 31.

26L’enseignement de la théologie comporte un cours de dogmatique et un cours d’exégèse. À Saumur, à partir de 1633, les trois professeurs de théologie, Louis Cappel, Moyse Amyraut et Josué de la Place partagent un programme commun qu’ils répartissent sur un cycle de trois années. À tour de rôle, les étudiants en théologie doivent faire, chaque mercredi et chaque samedi, une « proposition » en latin et en français, durant laquelle doit être expliqué un passage de l’Écriture Sainte. Cet exercice des futurs proposants consiste à développer un verset de la Bible devant les pasteurs et les professeurs et à le commenter de manière argumentée. Après avoir commencé ses études de théologie à Montauban, André Martel les a poursuivies à Saumur où il argumente sur une dissertation proposée par Moïse Amyraut : De descensu Christi ad inferos et limbo Patrum29. Ce type de proposition latine a été abandonnée pendant une période, puis cet exercice est rétabli à la demande des synodes30.

  • 31 François Laplanche, Histoire de Saumur, Toulouse, Privat, p. 165.
  • 32 J. Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises reformées de France, La Haye, 1710, t. II, p. 663.
  • 33 François Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique, XVIe-XIXe siècle, Paris, A. Michel, (...)

27Les théologiens de Saumur ont marqué leur époque en faisant de leur académie « le haut lieu de l’humanisme réformé » en reprenant l’expression employé par François Laplanche31. Moïse Amyrault, bien sûr, mais surtout Louis Cappel, un spécialiste de l’hébreu qui a été un des meilleurs exégètes de la Bible au xviie siècle. Amyrault reprend dans son enseignement les idées de son professeur John Cameron, notamment sur la prédestination, et propose une doctrine de la tolérance qui s’applique à la politique et à la vie en société. Sa conception de la prédestination a été vivement critiquée et il a fallu toute la diplomatie d’Antoine Garissoles, professeur à l’académie de Montauban et modérateur au synode de Charenton, en 1644, pour éviter une condamnation de ses positions et le réhabiliter32. Un autre professeur, Louis Cappel, s’est distingué dans son enseignement à Saumur en tant que théologien et surtout en tant que professeur d’hébreu. Il s’agit d’un linguiste très érudit qui ne considère plus le texte hébreu, comme la meilleure source pour faire l’exégèse de l’Ancien Testament. Il propose une méthode d’interprétation qui s’appuie sur la « raison critique » en cherchant avant tout à mieux comprendre le texte tout en respectant le sens33.

  • 34 Michel Delval, « La doctrine du salut dans l'œuvre homilétique de Théodore de Bèze », École pratiqu (...)
  • 35 Ouvrage sur la prédication au xviie siècle, sous la dir. de Jean-Pierre Landry, Genève, Droz, 2006.
  • 36 Citation en note dans Le Temps des beaux sermons, ouvrage cité ci-dessus, p. 36.

28L’apprentissage du sermon constitue une étape capitale dans la formation du futur pasteur. Il s’agit de s’accoutumer à parler en public et d’apprendre à composer une homélie selon un argumentaire susceptible de capter l’attention de l’auditoire. Si de nombreux exercices notamment en classe de rhétorique sont conçus pour préparer les collégiens à parler en public, il s’agit pour les étudiants d’acquérir une méthode qui permette de prêcher et de s’adresser aux fidèles de la meilleure manière. À Saumur, Duncan donne des cours d’éloquence et de l’art de la prédication (ou l’homilétique) aux proposants, puis il est remplacé par un autre Écossais, William Doull qui exerce jusqu’en 1682. Si Théodore de Bèze a donné l’exemple d’un type de sermon ayant « une forme systématique et didactique plus scolaire qu’homilétique34 », d’autres prédicateurs se sont illustrés au xviie siècle et ont laissé des traités. Étienne Gaussen (1638-1675), professeur de philosophie et de théologie à Saumur a écrit, outre un ouvrage sur l’Usage de la philosophie dans la théologie, un traité de pratique de la prédication qu’il a intitulé : L’art de la chaire. Au Temps des beaux sermons35, le Traité de laction de lorateur, ou de la prononciation et du geste, publié par Michel Le Faucheur, en 1657 a eu du succès. L’art oratoire doit être accompagné d’une gestuelle et selon lui : « les ministres de Jésus-Christ en doivent faire un saint usage en les faisant servir dans l’Église à édifier les fidèles, et à toucher vivement leurs cœurs36… ».

  • 37 Daniel Vidal, « De la société à la communauté, du débat à la doctrine : de quelques transformations (...)
  • 38 Daniel Bolliger, « Donner forme à la doctrine de l’élection : « La voie du salut » d’Antoine Gariss (...)

29Voici comment Daniel Vidal analyse le message qui doit être délivré au croyant lors du prêche : « Sans doute le sermon du xviie siècle obéit-il à un principe pédagogique tout entier construit autour d’une contrainte normative : il faut définir pour le fidèle non seulement ce qu’il doit croire, mais les voies qui conduisent à cette créance, et les conditions de s’y maintenir fermement37. » Dans La voie du salut, le professeur de Montauban Antoine Garissoles a rédigé des sermons d’une grande qualité d’écriture qui privilégient un enseignement de type doctrinal accessible à tous et ont servi de modèle à des générations de pasteurs38. La prédication est au cœur de la transmission de la foi chez les réformés et ce n’est pas par hasard que la formation donnée dans les académies insiste sur cette initiation jugée indispensable.

  • 39 Émile Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au XVIIe siè (...)
  • 40 Mais la liste est loin d’être exhaustive, car Antoine Garissoles n’est pas cité, or, il a participé (...)

30À côté des cours de théologie l’art de la dispute rejoint l’apprentissage de la controverse. Dès le xvie siècle, ont été organisés des débats entre des théologiens réformés et des théologiens catholiques. Dans ces controverses que l’on appelle conférences ou dialogues, les protestants sont soumis à une pression grandissante au xviie siècle. Leur clergé compte 750 pasteurs, ce qui est peu si on compare aux 180 000 ecclésiastiques séculiers ou réguliers catholiques. Émile Kappler dans son ouvrage a retrouvé traces écrites des joutes oratoires39. Sur un total de 158 intervenants protestants qui participent à ces controverses très codifiées et publiques, la plupart sont des pasteurs et seulement 9 professeurs de théologie figurent parmi les controversistes40. Il s’agit de Moïse Amyraut, Michel Bérauld, John Cameron, Daniel Chamier, Paul Charles, Jean de Croy, Pierre Du Moulin, Abraham Rambour et Jean Sharp. Qu’un pasteur sur dix soit capable de participer à des controverses et d’affronter des théologiens catholiques férus et spécialisés, souvent des jésuites, témoigne de leur excellente préparation à ce genre d’exercice lors de leur séjour dans une académie.

31Au terme des deux années d’études et de formation, chaque proposant doit soutenir publiquement des thèses sur un point de théologie traité en cours. La soutenance a lieu au temple, sous la présidence d’un des professeurs de théologie, et devant un jury composé des pasteurs et professeurs publics ; ce jury lui décerne le grade de docteur en théologie et lui permet de postuler à un ministère. Les étudiants ont souvent bénéficié d’un soutien financier sous forme de bourses versées par les églises locales qui les ont choisis. Devenus docteurs en théologie, ils sont appelés par une église et subissent un examen doctrinal avant d’être nommés par un synode provincial et d’entrer en fonction.

Conclusion

  • 41 L’existence de facultés de théologie remonte au Moyen Âge. Elles préparent au doctorat, mais leurs (...)
  • 42 Gilles Deregnaucourt et Didier Poton, La vie religieuse en France aux xvie-xviie-xviiie siècles, Op (...)
  • 43 Dans sa biographie consacrée à Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006, Hubert Bost évoque un homme libre (...)
  • 44 Dans L’Écriture, le sacré et l’histoire : le protestantisme français devant la Bible dans la premiè (...)
  • 45 Des mesures sont prises par le roi Louis XIV pour asphyxier financièrement les académies et pour in (...)

32Difficile de comparer les contenus d’enseignement dans les académies protestantes et les séminaires catholiques. La première raison tient à ce que la création des académies s’est faite peu de temps après l’édit de Nantes en bénéficiant d’un soutien financier de la monarchie. Elle est très antérieure à celle des séminaires, pourtant envisagée, dès le concile de Trente (1545-1563), en vue d’améliorer la formation du clergé catholique41. Si des initiatives sont prises, notamment à Paris par Bérulle ou Olier, les créations des séminaires sont tardives. 36 sont institués de 1642 à 1660 et 56 de 1661 à 168242. Les enseignements ont évidemment quelques similitudes avec une insistance sur la théologie et l’Écriture sainte. Mais les académies offrent plus de diversité et plus d’apprentissages pratiques. L’étude des textes bibliques y est jugée essentielle alors que celle des dogmes et des rites domine dans les séminaires. Surtout, elles encouragent davantage à l’apprentissage du sermon et de la controverse, et dans certaines d’entre elles, elles proposent une théologie plus consensuelle comme celle de Moïse Amyrault et une philosophie nouvelle comme celle de Pierre Bayle43. Lorsqu’il évoque l’école théologique réformée de Saumur dont le rayonnement a permis d’attirer de nombreux étudiants venus de toute l’Europe occidentale, François Laplanche parle de « résurgence humaniste à l’intérieur de l’orthodoxie réformée44 ». Plus critique, moins dogmatique, l’enseignement des académies favorise une meilleure ouverture d’esprit et une curiosité qui met en cause des traditions et obéit à la raison, avant que ces académies soient définitivement bannies45.

Haut de page

Notes

1 Jean Hébrard, « La scolarisation des savoirs élémentaires à l’époque moderne », Histoire de l’éducation, 1998, vol. 38, n° 1, p. 35-37. Cet historien remarque que Luther ne considère pas comme prioritaire la scolarisation des enfants, mais juge nécessaire l’apprentissage de la lecture pour l’approfondissement de la piété. Voir aussi Guy Astoul, « L'instruction des enfants protestants et catholiques en pays aquitains du milieu du xvie siècle à la révocation de l’Édit de Nantes », Histoire de l’éducation, n° 69, janvier 1996, p. 37-61.

2 La bibliographie est abondante. Des études portent sur les diverses académies. La meilleure synthèse reste l’ouvrage de Daniel Bourchenin, Études sur les Académies protestantes au xvie et au xviie siècle, Paris, Grassart, 1882.

3 Manuscrit Satur cité ci-dessus, folio 9, d'après le Livre noir, fol. 63 et suivants.

4 On appelle couramment académie l’établissement qui regroupe les classes allant du début du collège à la fin de la théologie.

5 Cf. Guy Astoul, « La gestion des académies protestantes au xviie siècle : une autonomie sous contrôle des synodes et des consistoires », dans V. Castagnet et C. Barrera (dir.), La prise de décisions dans les structures éducatives. Entre la norme et la pratique, xiiie-xxe siècle, Rennes, PUR, à paraître.

6 Dictionnaire de la Langue Française d’Émile Littré.

7 Nathanaël Weiss, « Martin Luther, Jean Eck et l’Université de Paris d'après une lettre inédite, 11 septembre 1519 », B.S.H.P.F., n° 66, p. 35-50.

8 http://archives.ville-saumur.fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php. Les registres de l’académie relatant son fonctionnement, de 1613 à 1684, sont intégralement reproduits et transcrits.

9 Marc Duncan (1581-1640), philosophe et médecin d’origine écossaise, exerce à Saumur jusqu’à sa mort.

10 L’histoire de l’académie de Saumur par Jean-Paul Pittion est consultable sur le site des archives de la ville de Saumur cité ci-dessus.

11 Jean Baubérot, « L’apport protestant à la liberté de conscience » dans Présence protestante dans l’histoire de Limoges, sous la dir. de Pierre-Marc Lachaud, Limoges, Pulim, 2010, p. 230.

12 Il s’agit d’un placard à trois colonnes publié par l’imprimeur Pierre Coderc commençant par Theses dialecticae et morales. Cité par Emerand Forestié, Histoire de l’imprimerie et de la librairie à Montauban, Montauban, Forestié, 1898, p. 131.

13 Joseph Prost, La philosophie à l’académie protestante de Saumur (1606-1685), thèse complémentaire pour le doctorat, Faculté des Lettres de Lyon, Paris, 1907.

14 Johannes de Sacro Bosco est un mathématicien d’origine écossaise, professeur à la Sorbonne dans la première moitié du xiiie siècle, et auteur d’un traité d’astronomie dont le système géocentrique a fait école.

15 Élisabeth Labrousse, Entrée de Saturne au Lion clipsé de soleil du 12 août 1654, La Haye, Nijhoff, 1974.

16 Archives de la ville de Saumur, Registre fo 31 et fo 69, cité par Jean-Paul Pittion.

17 Jean Aymon, Synodes nationaux, t. II, p. 696 ; cité par Marcel Grandet, André Martel (1618-1698), professeur à l’académie de Montauban de 1652 à 1685, Montauban, 1911, en note p. 63-64.

18 Jean-Paul Pittion, Histoire de l’académie de Saumur, Chapitre IV, En ligne : http://archives.ville-saumur.fr/_depot_amsaumur/_depot_arko/articles/812/l-academie-et-la-science-a-saumur_doc.pdf

19 Marcel Gausseran, « Commentaires sur le climat intellectuel de l’ancienne académie de Montauban (1600-1659), Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, 1944, p. 35.

20 L’académie de Montauban a été déplacée à Puylaurens près de Lavaur, de 1660 à 1685. Voir Michel Nicolas, Histoire de l’ancienne académie de Montauban et de Puylaurens, Montauban, Forestié, 1885.

21 Lettre n° 135 : Pierre Bayle à son frère Joseph, de Sedan, le 28 mars 1677.

22 Joseph Prost, La philosophie à l'académie protestante de Saumur, op. cit., p. 83-89. Lorsque Jean-Robert Chouet quitte Saumur pour revenir à Genève, c’est Pierre de Villemandy qui est choisi pour le remplacer, mais il n’est plus un pur aristotélicien et se montre informé sur les recentiores (cf. note 39 de la lettre 164 de Pierre Bayle à son frère Jacob).

23 Élisabeth Labrousse dans Pierre Bayle Tome II : hétérodoxie et rigorisme, La Haye, M. Nijhoff, 1964, Paris, Albin Michel, 1996. La lettre n° 190 à son frère Jacob reflète son éclectisme.

24 Lettre n° 200 à Jacob, adressée, le 26 mars 1682, de Rotterdam où il a été recruté.

25 La dernière année du collège donne le grade de bachelier, mais ce terme reste ambigu au xviie siècle, car l’examen du baccalauréat peut correspondre à un niveau d’études universitaires en droit, en médecine ou en théologie.

26 Les deux citations sont faites par Jean-Paul Pittion dans son étude sur l’Académie de Saumur « L’enseignement : les travaux et les jours », page 6, sur le site des Archives de la ville de Saumur. La première provient du folio 256 du registre des délibérations, et la seconde de Journals of Sir John Lauder, Lord Fountaihead…, Edimburgh, Constable, Scottish History Society, 1900.

27 Richard A. Muller, Post-Reformation Reformed Dogmatics [La dogmatique réformée d'après la Réformation], Grand Rapids Baker, t. I, 1987, t. II, 1993. Selon lui les grands théologiens réformés ont « fait explicitement usage d’éléments de la théologie patristique et médiévale », cité par Pierre Courthial, « Pensée réformée et scolastique », La Revue réformée, n° 194, juin 1997.

28 Olivier Fatio, Méthode et théologie : Lambert Daneau et les débuts de la scolastique réformée, Genève, Ed. Droz, 1976.

29 Marcel Grandet, André Martel (1618-1698) professeur à l’Académie de Montauban de 1652 à 1685, Montauban, 1911.

30 Archives de la ville de Saumur, folio 31.

31 François Laplanche, Histoire de Saumur, Toulouse, Privat, p. 165.

32 J. Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises reformées de France, La Haye, 1710, t. II, p. 663.

33 François Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique, XVIe-XIXe siècle, Paris, A. Michel, 1994, p. 50 à 57. L’auteur souligne la modernité de la Critica Sacra et souligne que pour Cappel : « La vérité ne dépend plus de l’antiquité, mais de « l’ordre des raisons », p. 67.

34 Michel Delval, « La doctrine du salut dans l'œuvre homilétique de Théodore de Bèze », École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses, 1982, vol. 95, n° 91, p. 524.

35 Ouvrage sur la prédication au xviie siècle, sous la dir. de Jean-Pierre Landry, Genève, Droz, 2006.

36 Citation en note dans Le Temps des beaux sermons, ouvrage cité ci-dessus, p. 36.

37 Daniel Vidal, « De la société à la communauté, du débat à la doctrine : de quelques transformations dans l’argumentaire des sermons protestants, 1650-1750 », Le sujet absolu. Une confrontation de notre présent aux débats du xviie siècle français, Pierre Antoine Fabre, Pascale Gruson, Michèle Leclerc-Olive (dir.), Grenoble, Jérôme Millon, 2007, p. 113.

38 Daniel Bolliger, « Donner forme à la doctrine de l’élection : « La voie du salut » d’Antoine Garissoles (Montauban, 1637) », Cahiers d'études du religieux. Recherches interdisciplinaires [En ligne], 5, 2009. Dans cet article, il souligne l’engagement de Garissoles « pour la pédagogie religieuse générale » en sachant faire la différence entre le public universitaire et celui des paroissiens. La voie du salut fut éditée à Montauban en 1637.

39 Émile Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 142.

40 Mais la liste est loin d’être exhaustive, car Antoine Garissoles n’est pas cité, or, il a participé à des controverses à Montauban.

41 L’existence de facultés de théologie remonte au Moyen Âge. Elles préparent au doctorat, mais leurs diplômes, au xviie siècle, sont réservés à une élite.

42 Gilles Deregnaucourt et Didier Poton, La vie religieuse en France aux xvie-xviie-xviiie siècles, Ophrys, 1994, p. 135.

43 Dans sa biographie consacrée à Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006, Hubert Bost évoque un homme libre ne se soumettant ni « à une raison théologique », ni à une « contrainte doctrinale ».

44 Dans L’Écriture, le sacré et l’histoire : le protestantisme français devant la Bible dans la première moitié du xviie siècle, Paris, 1984, p. 17.

45 Des mesures sont prises par le roi Louis XIV pour asphyxier financièrement les académies et pour interdire à leurs professeurs l’accès aux synodes. Après des vexations comme le transfert de l’académie de Montauban à Puylaurens, en 1659, elles sont progressivement détruites les unes après les autres : Nîmes en 1664, Sedan en 1681, Die en 1684, Saumur et Puylaurens en 1685. Après la révocation de l'édit de Nantes, les professeurs des académies supprimées ont pour la plupart fui dans les pays voisins et beaucoup ont poursuivi leur enseignement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Astoul, « Enseignement et pédagogie dans les académies protestantes au xviie siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4807 ; DOI : 10.4000/framespa.4807

Haut de page

Auteur

Guy Astoul

Guy Astoul, docteur en histoire de l’éducation, professeur agrégé honoraire à l’IUFM Midi-Pyrénées (Espé), FRAMESPA-STUDIUM. astoul.guy@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals