Navigation – Plan du site

« La plus grande utilité publique ». Renouveau pédagogique et éducation du corps au Collège de Sorèze (1759-1854)

Teaching the Body and Pedagogical Renewal in Prerevolutionary France (Royal Military School of Soreze, 1759-1854)
« La mayor utilidad pública ». Renovación pedagógica y educación del cuerpo en el colegio de Sorèze (1759-1854)
Serge Vaucelle

Résumés

Dès la fin du xviie siècle, l’Abbaye-école de Sorèze se dote d’un système pédagogique innovant pour former enfants du village et jeunes aristocrates. Le Plan d’éducation (1764) mis en place localement par les Bénédictins débouche en 1776 sur l’obtention du label d’École royale militaire. Jusqu’au milieu du xixe siècle, l’École de Sorèze mobilise une pédagogie des exercices du corps novatrice, qui vise son « utilité publique » et anticipe avec originalité sur le développement ultérieur des sports et de la gymnastique scolaire. Les élèves maitrisent les exercices militaires, les arts d’agrément (escrime, danse et équitation). Leurs performances sportives sont enregistrées en natation. Une véritable forme d’excellence corporelle complète les prouesses savantes évaluées au cours des examens scolaires. L’étude exhaustive des Cahiers d’Exercices publics publiés chaque année par l’École ouvre des perspectives inédites dans l’analyse de la pédagogie corporelle d’une institution religieuse de la fin de l’Ancien régime.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Henri-Dominique Lacordaire, Lettres à des jeunes gens, Paris, Douniol, 1878, p. 299.

1« J’ai présidé à des luttes gymnastiques, à des passes d’armes, à des courses à cheval, à des scènes de théâtre, à je ne sais combien de choses que je n’avais pas vues encore1. » Ainsi s’exprime en 1854 le Père Henri-Dominique Lacordaire, restaurateur de l’Ordre dominicain en France et nouveau prieur d’une école bénédictine dont il vient de prendre la direction (1854-1861). Celui qui arrive comme ancien prédicateur de Notre-Dame de Paris se présente au Collège de Sorèze pour assister à la remise des prix de fin d’année. Son étonnement est manifeste quand il découvre toute l’étendue de la pédagogie de cette école, développée dès avant la Révolution par les Bénédictins mauristes. Le plan d’étude particulier permet à chaque élève de gérer son programme de leçons, son rythme d’étude ou son emploi du temps. Qui plus est, ce programme accorde une place particulière aux exercices du corps.

  • 2 Jacques Thibault, Sports et éducation physique (1870-1970), Paris, Vrin, 1987, p. 75. Pierre Arnaud (...)
  • 3 Il convient de rectifier l’approche historique classique qui attribue une origine militaire à l’édu (...)
  • 4 Bulletin administratif de l’Instruction Publique, loi du 15 mars 1850, arrêté du 13 mars 1854.
  • 5 Jacques Defrance, L’excellence corporelle, Rennes, PUR, 1987, p. 43.

2L’établissement expérimente ainsi depuis plus d’un siècle un enseignement relativement original qui n’a que peu d’équivalents à travers le pays. Pourtant, l’historiographie classique qui étudie la structuration progressive de l’éducation physique dans le système scolaire français a régulièrement reconnu que la discipline en charge des exercices du corps ne s’était instituée à l’école que sous la IIIe République2. Les débats nationaux autour du surmenage intellectuel, débutés dès les années 1850 puis relancés par l’Académie de médecine en 1887, la mobilisation patriotique autour de la guerre de 1870 avaient conduit à la propagation de cet enseignement bien avant qu’il ne soit instauré « dans tous les établissements publics de garçons » (décret Duruy, 1869) puis rendu obligatoire par la Loi George de 18803. En effet, la loi Falloux le rendait facultatif dans les écoles primaires dès 1850 et le ministre Fortoul stipulait en 1854 que « la gymnastique fait partie de l’éducation des lycées et des collèges de l’Empire […] et qu’elle fait l’objet d’un enseignement régulier4 ». Fruit d’une « construction politique »5, cet enseignement qui prend alors le nom de « Gymnastique » s’est donc institutionnalisé progressivement tout au long du xixe siècle, notamment dans les collèges et les lycées, puis à la fin du siècle dans le primaire, devenant un contenu obligatoire de la formation de toutes les filles et garçons. Avec évidence, cette genèse a largement anticipé l’acte de naissance d’une nouvelle matière scolaire finalement dénommée « Éducation Physique » au début du xxe siècle.

  • 6 Le répertoire des exercices présenté par J. Defrance à propos de Sorèze est à compléter (1987, p. 4 (...)

3Le propos de la présente étude est de scruter le fonctionnement du Collège de Sorèze, école plus ancienne encore dont la réputation est déjà manifeste aux moments de la Révolution, et qui a développé des idées originales en matière pédagogique et une expertise réelle en termes d’éducation physique. Si l’on connaît les écrits de Rousseau (1762), les préceptes éducatifs de l’Abbé Coyer (1770) et de Mme de Genlis à destination « des princes, des jeunes personnes et des hommes » (1782) ou les propos réformateurs de Condorcet (1791), rares sont les établissements scolaires à avoir réellement expérimenté de telles orientations6. Et leurs exemples sont méconnus. L’observation de cette institution religieuse peut contribuer à comprendre le lent processus de renouveau pédagogique qui devient le terreau des transformations scolaires du xixe siècle.

  • 7 Jean-Antoine Clos, Notice historique sur Sorèze et ses environs, Toulouse, Benichet, 1822, p. 161-1 (...)

4C’est précisément la période qui précède la venue de Lacordaire à Sorèze qui fait l’objet de cette analyse des pratiques pédagogiques. Entre 1759 à 1854, l’école du Tarn traverse une période historique marquée par de profondes mutations. C’est parce qu’il accueille des gentilshommes que l’établissement utilise pour ses enseignements les jeux d’exercices habituels pour l’aristocratie (escrime, équitation et danse), s’inspirant ainsi des pratiques des anciennes académies nobiliaires. D’autres contenus aux atours plus modernes contribuent également à la formation corporelle des élèves (natation, exercices militaires, pratiques « gymnastiques »), tout comme quelques activités complémentaires (jeux de cour de récréation, excursions et promenades, randonnées ou spéléologie) qui sont alors intégrés dans un programme d’études rénové7.

  • 8 Les principales disciplines enseignées sont les mathématiques (arithmétique, algèbre, géométrie, fo (...)

5Cette formation donne lieu à une présentation annuelle lors d’une cérémonie de remise des prix devant les familles en septembre. La manifestation qui prend le nom d’Exercices littéraires (1761-1771) puis Exercices publics (1772-1855) met en scène l’ensemble des disciplines enseignées et livre la hiérarchie des matières telle qu’elle est pensée dans le plan d’éducation des Bénédictins8. L’ouvrage annuel – ou Cahier d’exercices – qui est édité à cette occasion structure notre corpus archivistique. La suite intégrale de ces ouvrages publiés entre 1761 et 1874 a été reconstituée pour forger les différentes analyses et comprendre les évolutions pédagogiques locales : descriptifs des programmes, contenus des matières enseignées, détails de l’organisation scolaire, emplois du temps, liste des enseignants, rémunération des intervenants, répertoire des classes, calendrier des examens, classement des lauréats, discours de remise des prix, prospectus publicitaires de l’école, récits d’élèves, etc.

Figure 1

Figure 1

Exercices publics des élèves de l’Ecole royale-militaire de Sorèze, Carcassonne, Heirisson, 1789 (archives de l’Abbaye-école de Sorèze)

Cliché auteur

  • 9 Nous remercions chaleureusement les responsables de l’Abbaye-École, des Archives départementale du (...)

6L’étude de ce corpus si particulier va donc nous permettre de retracer l’évolution des programmes scolaires au cours des différentes périodes, tout en livrant un détail relativement précis des contenus pédagogiques enseignés9. Derrière ces activités, c’est toute une conception des exercices physiques qui se dévoile, dynamique et expérimentale, dont tous les bénéfices sont envisagés (utilitaire, divertissement, sociabilité, santé, etc.). Mais si l’excellence est visée, c’est l’éducation de chacun qui prime sur le principe de sélection des meilleurs compétiteurs. Ainsi par son histoire unique, l’établissement de Sorèze, qui combine à la fois une école et un collège, qui accueille petits et grands, villageois et « étrangers des colonies », enfants de notables et gentilshommes « boursiers du roi », permet de mieux percevoir la complexité d’un processus local en jeu sur la longue durée : la fabrique d’une éducation physique scolaire.

1.La relance d’un projet scolaire à Sorèze (1638-1759)

  • 10 Même s’il n’y a que peu d’académies protestantes dans le Royaume de France à cette époque, certaine (...)
  • 11 Jean-Antoine Clos, op. cit., 1822, p. 139.

7Avant le xixe siècle, l’institution scolaire est encore en mutation et demeure polymorphe. Un système élitiste distingue les élèves entre eux, restreignant les apprentissages élémentaires aux enfants d’origine modeste, réservant les meilleures sections aux jeunes gens de condition privilégiée dont il faut assurer la réussite. Ce système qui se structure progressivement à partir de la Révolution est issu des institutions éducatives de l’Ancien régime. « Maisons d’école » rurales installées dans les villages, petites écoles urbaines où quelques enfants de la population découvraient les rudiments de la lecture et de l’écriture, séminaires et collèges religieux installés à proximité de l’évêché, écoles charitables structurées autour de la personnalité charismatique d’un régent, les anciens lieux d’éducation sont en effet très divers. Pour l’élite de cette société d’ordres, des académies nobiliaires proposaient un enseignement militaire fait de jeux d’exercices en complément d’une préparation théorique au monde de la guerre. Les facultés des arts des universités offraient un programme d’étude traditionnel (trivium et quadrivium), professé en latin et hérité du savoir médiéval. Quelques académies protestantes organisaient un enseignement philosophique, théologique, de grammaire et de rhétorique (principalement en français, latin, grec ou hébreu)10. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’installation des moines de la congrégation des Bénédictins de Saint-Maur à Sorèze en 1638, puis l’ouverture d’une structure d’enseignement en 1682. Ce petit établissement scolaire, fonctionnant sur le modèle d’un séminaire réservé aux enfants du village, accueille également quelques gentilshommes peu fortunés. L’ambition des moines éducateurs est d’éclipser l’aura de l’académie protestante de Montauban (initialement située à 110 km de Sorèze) qui jouissait alors d’une forte réputation. En 1660, celle-ci vient de s’installer dans la petite cité de Puylaurens (à 17 km), après avoir été contrainte de s’exiler suite à une émeute violente entre écoliers catholiques et protestants. Leur projet éducatif est donc très ambitieux face à l’établissement réformé qualifié alors de « Genève du haut Languedoc ». Il entre à la fois en concurrence avec la réputation des académies voisines et s’institue en opposition avec le programme traditionnel des universités. Ainsi « le collège de Sorèze peut être considéré comme un des produits de la guerre de religion » explique Jean-Antoine Clos dès 182211. À partir de 1685, la Révocation de l’Édit de Nantes interdit les écoles et académies protestantes qui sont progressivement fermées, en faveur d’une politique de reconquête de la sphère scolaire par les autorités catholiques. Les édits royaux ultérieurs – du 13 décembre 1698, du 14 mai 1724 – s’expriment favorablement en matière de scolarisation et tentent cependant de promouvoir un enseignement des populations.

8En cette fin de xviie siècle, l’abbaye de Sorèze propose donc une petite école pour les villageois, ainsi qu’un collège qui accueille 24 gentilshommes parmi les moins fortunés de la province. Des difficultés liées à la désaffection d’une partie de ses élèves – une épidémie de peste, une nouvelle concurrence avec les collèges urbains de Toulouse, Castres ou Carcassonne – conduisent à la fermeture quasi totale du collège pour une longue période. Trente-sept années de travaux immobilisent encore cet établissement entre 1722 et 1759. Pourtant, de nouveaux bâtiments voient progressivement le jour autour de l’abbatiale. Un théâtre est construit à proximité des bâtiments conventuels, ainsi que de nouvelles salles de cours. Le projet éducatif est relancé.

2.« Plan d’éducation » (1764) et Collège royal militaire (1776)

  • 12 Dom Victor de Fougeras, Plan d’éducation exécuté avec succès par les bénédictions de la Congrégatio (...)
  • 13 Patrick Ferté, « Géographie du recrutement du collège de Sorèze (1767-1790) : un rayonnement coloni (...)
  • 14 Guy Astoul, « L’enseignement des mathématiques et des sciences à Sorèze », dans Marie-Odile Munier, (...)

9À l’occasion de la réouverture le 15 janvier 1759, le nouveau prieur de l’école – Dom Victor de Fougeras, tout juste arrivé en 1757 de l’abbaye tourangelle de Marmoutier – applique un Plan d’éducation que le chapitre des Bénédictins a tenté de formaliser pour les différentes institutions éducatives de l’Ordre. Dans la continuité de la réforme tridentine des siècles précédents, le projet est de « former en même temps le Chrétien & le Citoyen, l’homme de bien & l’homme à talents »12. Fougeras tente alors de rentabiliser son établissement en recrutant davantage de pensionnaires issus de l’aristocratie provinciale, pour une formation ambitieuse. Dans ces nouvelles conditions, l’attractivité de l’école ne cesse de croître. La sphère de recrutement de l’institution s’élargit pour dépasser les limites du Languedoc ou de l’Aquitaine, englobant alors Cévennes, Pyrénées, Saintonge, Antilles, royaume d’Espagne13. Dans le programme pédagogique repensé publié en 1764, les mathématiques (algèbre, arithmétique, géométrie), l’enseignement des fortifications, la physique expérimentale, puis l’astronomie ou la chimie (ce qu’il nomme alors « la physique particulière ») prennent toute leur place14. L’histoire naturelle fait également son apparition dans le programme de l’école (en 1775), confirmant une évolution permanente de la pédagogie locale. Cela s’observe avec évidence à l’étude des programmes scolaires édités à Sorèze entre 1758 et la période révolutionnaire. À son inauguration, l’établissement accueillait 70 élèves et 40 externes du village ; il voit son effectif s’élever à plus de 220 élèves en 1771. Parmi eux, plus de 170 avaient le titre de gentilhomme. Les élèves dépasseront le chiffre de 400 en 1790. Dans ce contexte expansionniste, la spécificité particulièrement remarquable de la pédagogie sorézienne – outre la part très importante accordée aux sciences – concerne la place des langues et des lettres, puis celle des exercices du corps. Dès les petites classes, la langue française côtoie les langues mortes – grec et latin – les langues vivantes – anglais, allemand, espagnol puis italien en 1775 – ou encore les belles-lettres, l’histoire et la géographie. En 1763, il devient possible d’intégrer un cursus « moderne » sans latin, ce qui est une révolution pédagogique majeure. L’utilisation auprès des élèves de 6 ou 7 ans d’âge du Bureau typographique inventé par Louis Dumas en 1720 permet encore d’innover en proposant un apprentissage ludique de la lecture à partir de cartes à jouer. Cela transforme l’enseignement du français et ouvre vers de véritables expérimentations pédagogiques.

Figure 2

Figure 2

Carte des Ecoles Royales Militaires créées en 1776 par le Comte de Saint-Germain

Serge Vaucelle

  • 15 Dominique Julia, « L’enseignement dans les écoles royales militaires au cours de la seconde moitié (...)
  • 16 « Règlement du 28 mars 1776 concernant les nouvelles Écoles royales militaires », Recueil des édite (...)
  • 17 Ibid., p. 83.

10En 1776 à Versailles, le Comte de Saint-Germain alors ministre de la Guerre de Louis XVI engage une réforme de la formation des cadres de l’armée royale. « Les élèves jeunes gentilshommes sont répartis dans dix maisons » choisies par le roi. Dans ce nouveau contexte, de nouvelles perspectives s’ouvrent pour l’abbaye de Sorèze qui obtient le label de « Collège royal & militaire » en même temps qu’une dizaine d’autres établissements religieux15. Une réorganisation du royaume est envisagée en matière de formation de la noblesse16. Ces écoles se doivent d’accueillir une cinquantaine de jeunes aristocrates issus de familles désargentées devenus « boursiers du roi » pendant six années de formation. « En les mêlant avec des enfants des autres classes de citoyens », l’objectif est de leur « apprendre à considérer sous un point de vue juste tous les ordres de la société17 » afin de former une élite d’État à la conscience politique renouvelée. Mais aucune pédagogie véritablement unifiée n’est imposée par le pouvoir royal. Ici, l’autorité de l’État confie aux Bénédictins le droit de poursuivre une expérimentation initiée avec succès depuis le début du xviie siècle. Rapidement, le succès des Écoles royales militaires se répand, avant que les troubles politiques de la fin du xviiie siècle ne brisent cet élan. Pour ce qui concerne le collège tarnais, il va traverser les encombres historiques de la Révolution. L’engagement personnel de quelques moines soréziens permettra de continuer de développer un modèle éducatif inédit pour l’époque.

3.Tradition académique et « Exercices du corps » à Sorèze (1760-1800)

  • 18 Serge Vaucelle, L’art de jouer à la cour, thèse, EHESS, Paris, 2004.

11Un des aspects les plus marquants de l’orientation prise par l’enseignement sorézien demeure la place accordée aux exercices du corps. Dans un premier temps, on éduque les élèves aux « arts académiques » et autres « jeux d’exercices », tout particulièrement dans le domaine des « exercices militaires », de l’escrime, des arts musicaux ou chorégraphiques18. Avec évidence, cela perpétue la tradition des Académies nobiliaires des siècles précédents.

3.a Ballet, art équestre, escrime en fait d’armes

  • 19 En 1780, Dom Ferlus relate la présence de plus de vingt professeurs ou maîtres séculiers dans son é (...)

12Dès la réouverture du collège, un enseignement de la « danse » et du « ballet » est proposé aux élèves. Douze maîtres à danser se succèdent ainsi à Sorèze entre 1760 et 1800. Ces enseignants – parfois au nombre de quatre – s’organisent pour transmettre leur art aux élèves. Ils orchestrent de nombreux ballets lors des représentations annuelles qui se déroulent à l’occasion de la cérémonie de remise des prix devant le public des parents. Parallèlement, la « musique » vocale et instrumentale est systématiquement enseignée par les moines. Cependant, si la pratique de la danse demeure encore une activité jugée utile à la formation du gentilhomme, elle est plutôt perçue comme un intermède entre les exercices solennels des élèves que comme une véritable discipline scolaire19.

  • 20 Exercices, 1775, p. 93.

13Il en va différemment de la pratique de l’équitation ou du « manège », proposés dans le parc de l’école dès 1761. À partir de 1767, c’est sous la responsabilité d’un ancien officier des Dragons que ces exercices équestres ont lieu. Les plans de l’école en 1779 permettent de situer la présence d’un « manège ouvert » de plein air – une carrière d’équitation – qui accueille les évolutions collectives. En 1789, un nouvel édifice est construit à proximité de l’ancien séminaire pour accueillir cette fois un « manège couvert » réservé à l’art équestre. En fonction de leurs résultats scolaires, les élèves ont la possibilité de faire des reprises supplémentaires, encadrés par quelques maîtres d’équitation réputés. À l’inverse, les leçons peuvent être supprimées en cas de mauvaises notes. Ainsi l’examen du « manège » est-il intégré comme discipline officielle dans le domaine des « exercices du corps20 », puisque les élèves sont répartis en plusieurs classes en fonction de leur maîtrise équestre. Cependant, l’activité équestre doit être suspendue après la Révolution, suite au départ des religieux entre 1791 et 1800 et aux difficultés financières que rencontre l’établissement.

Figure 3

Figure 3

« Exercices du corps, exercice militaire, escrime, natation ». Exercices publics des élèves de l’Ecole royale-militaire de Sorèze, Carcassonne, Heirisson, 1778, pp. 86-87 (archives de l’Abbaye-Ecole de Sorèze)

Cliché auteur

  • 21 Exercices, 1774, p. 106. Exercices, 1775, p. 94.

14Avant la fin du xviiie siècle, une salle d’armes est repérable dans les plans des bâtiments. On y assure des enseignements d’escrime. Il faut noter qu’un « Prix d’escrime en fait d’armes » est décerné à chaque fin d’année aux meilleurs élèves concourant à l’épée lors des cérémonies scolaires. Plusieurs maîtres d’armes assurent l’encadrement des assauts, reproduisant à Sorèze une tradition bien présente au sein des académies du royaume mais également dans la société languedocienne. Cela s’observe par exemple à Toulouse où un Prix des deux Epées est organisé annuellement depuis le début des années 1600. À partir de 1773, les assauts de fin d’année permettent de décerner « un Prix des armes » et un accessit pour les deux finalistes parmi les huit élèves qui s’affrontent en tournoi. Une vingtaine d’élèves est présentée au cours d’une « École d’escrime en fait d’armes », où deux par deux, ils « tirent à toute feinte, parade & riposte21. »

3.b L’exercice de nage

  • 22 Dom Victor de Fougeras, op. cit., p. 15. Il semble que cette proposition présente dans le Plan de 1 (...)
  • 23 L’École divise ses classes au sein de plusieurs bâtiments, organisés autour de différentes cours de (...)

15Au-delà du contenu relativement classique qui éduque une future élite militaire, un nouvel exercice fait son apparition en 1773. Fréquemment passée sous silence alors que Castiglione la destinait au Courtisan dès 1538 (I, xxii), la natation intègre le plan d’éducation et devient le prétexte à une démonstration collective de fin d’année. Une piscine est improvisée dans le parc de l’abbaye. Ce bassin qui sert de vivier à l’établissement mesure une centaine de mètres de longueur sur moins de vingt mètres de large. Il permet d’accueillir une soixantaine d’élèves, dont une vingtaine concourt pour le prix annuel. Respectant les anciens discours humanistes favorables aux jeux aquatiques des courtisans, les Bénédictins proposent qu’un « baigneur » encadre cet exercice22. C’est ainsi qu’à Sorèze en 1777, l’exercice de nage dure une heure. Il ne s’agit pas seulement de maîtriser les risques de noyade, de s’ébattre plaisamment dans l’eau, mais de parcourir « le plus d’espace dans un temps limité ». La distance réalisée par les meilleurs est parfaitement validée : elle n’est pas simplement calculée en nombre de longueurs de bassin, mais précisément mesurée en toises et en pieds. Le contrôle du temps fait également l’objet d’une vigilance chronométrique, les moines possédant des instruments de mesure suffisamment précis, acquis dès 1765 dans le cadre d’un cabinet de physique et d’un observatoire astronomique. Parfois, la durée de l’épreuve est ramenée à 45 minutes, sûrement en raison de la météo, de la fraîcheur de l’eau du torrent qui descend de la Montagne noire et alimente le bassin. Le calendrier républicain scande les modalités de cette pratique, qui débute le 15 messidor (« si le temps ne s’y oppose pas ») pour durer jusqu’à la période de fin d’année avec la distribution des prix (fixée au 15 fructidor) soit de juillet à septembre. À la belle saison, les activités aquatiques ont lieu à l’occasion de plusieurs sessions quotidiennes. Les élèves plus âgés de la cour des « Collets Rouges » se mettent à l’eau à 11 heures du matin pour une heure de pratique, les « Bleus » à 18 heures. La cour des plus jeunes – les « Jaunes » – accède au bassin à 16 heures, mais seulement le mercredi ou les jours de congés. Ils ont cependant la possibilité de se baigner à six heures et demie du matin, quand le sous-directeur de la cour le juge convenable23… En revanche, à l’occasion des examens de fin d’année, l’épreuve est organisée à 17 heures en alternance avec les exercices militaires, l’escrime ou le manège. Elle ne figure cependant pas sur le programme prévisionnel des cérémonies ni sur les affiches qui annoncent l’intégralité des manifestations scolaires.

  • 24 C. Douais, op. cit., 1896, p. 189.
  • 25 Dom Victor de Fougeras, op. cit., 1764, p. 2.

16C’est donc en renouant avec une tradition courtisane héritée des écoles de noblesse d’Ancien régime que le programme éducatif de Sorèze s’est constitué. D’avantage encore, l’ambition encyclopédique perpétue un modèle hérité de la Renaissance : celui d’une éducation de l’honnête homme. Le constat est précis : « Vraiment, c’est à se demander s’il était possible qu’il y eût en France une autre école où l’on déployât autant d’activité et de zèle pédagogique »24. Dans cette lignée, des pratiques originales font encore évoluer le Plan d’éducation initial, marquant la pédagogie sorézienne d’une ambition formulée dès 1764, celle de se diriger « vers la plus grande utilité publique25 ». Au sein de ce programme ambitieux, les activités physiques déjà largement utilisées sont progressivement transformées en fonction des objectifs nouveaux de l’établissement. En 1792, le directeur François Ferlus qualifie cet enseignement polymorphe d’« exercices gymnastiques », insistant ainsi sur la combinaison des références antiques et des contenus modernes, mélange de traditions à la fois humaniste et académique.

4.Mutation des pratiques pédagogiques (1800-1854)

4.a. École d’équitation, hippiatrique et hippologie

  • 26 Exercices, 1803, liste des élèves, p. 7. Exercices, 1821, p. 202. Il s’agit d’évolutions équestres (...)
  • 27 Ferrand-Puginier, Prospectus de l’École de Sorèze, Toulouse, 1820, p. 68.
  • 28 Exercices, 1838, p. 190. Exercices, 1842, p. 87-89. Une classe de 25 élèves y assiste dès 1840.

17Après le départ des religieux puis la réquisition des chevaux au temps de la Révolution, « l’École d’équitation » qui a été contrainte de fermer est relancée en 1801 sous l’impulsion de François Ferlus, ancien moine mais nouveau propriétaire de l’établissement. Elle regroupe une vingtaine de montures que l’établissement vient d’acquérir, dont huit sont issues « d’une dotation du gouvernement » venant des haras de l’État. Ces chevaux permettent l’éducation équestre des élèves les plus âgés qui se destinent au recrutement dans les grandes écoles de la nation. En 1804, ils sont 100 à recevoir des leçons d’équitation. Les meilleurs sont présentés à l’occasion des Exercices de fin d’année. Initialement, cet enseignement ne donnait pas lieu à la délivrance de la moindre récompense, mais la relance de l’école d’art équestre au début du xixe siècle est l’occasion de renouer avec l’ancien spectacle du tournoi, afin de décerner un prix d’équitation. Un temps suspendue, la tradition de « la course des têtes et de la bague » est relancée sous la forme très classique des carrousels26. Ce genre de manifestation prend de l’ampleur vers 1815, avant d’être intégré aux « arts militaires ». En 1843, ce sont deux prix « de course » et « de tenue » qui sont délivrés. Il faut dire que le regard porté sur l’activité est en train d’évoluer, en même temps qu’on en parle comme d’un nouvel « art d’agrément ». Ce contenu considéré comme « des plus dispendieux, […] qu’on ne trouve qu’à grands frais dans les grandes villes27 », durera jusque dans les années 1860. Positionnant l’établissement catholique à la pointe des institutions de formation des élites de la nation, l’utilisation du contenu équestre subit les évolutions du temps. Dans le même temps, une formation théorique est mise en place à partir de 1838. Avec l’ambition de permettre aux lauréats de s’intégrer au mieux au sein des régiments militaires ou des écoles supérieures (écoles Centrale, Polytechnique, de Saint-Cyr), un enseignement d’hippiatrique puis d’hippologie est diffusé sur la base de connaissances d’anatomie équine et de techniques vétérinaires, selon un programme qui s’élabore en plusieurs années28. Il durera également jusqu’en 1854. À cette époque, le vieux manège couvert édifié en 1789 est progressivement abandonné au bénéfice de la carrière, avant d’être transformé en établissement de bains vers 1880.

4. b. Les assauts d’un nouveau contenu : la Gymnastique

18Dans une filiation très académique, l’activité de l’escrime avait pris de l’ampleur au sein de l’établissement. Le nombre des maîtres d’armes de l’école était passé de deux en 1773 à trois à partir de 1783, et ce jusqu’en 1823. Deux salles référencées « escrime » étaient alors aménagées dans des salles de classe de la cour des Collets Rouges – pour le rangement des armes, des vestes, gants, plastrons et des masques de protection. Après 1796, des démonstrations au sabre ont lieu. L’évolution qui avait ajouté le fleuret moucheté à l’art de l’épée oriente à présent l’enseignement vers la troisième arme. Elle permet d’ouvrir la formation des élèves aux attentes des grandes écoles d’État dont le développement s’accélère sous l’Empire. L’école conserve son utilité. Par la suite, un recul de l’escrime s’observe, sauf pour les plus âgés. L’activité subit alors les assauts du contenu de « l’école de peloton » et des exercices collectifs – sous la nouvelle dénomination de « la Gymnastique » – qui se développe pour les plus jeunes élèves, enseignement militaire redéfini et propulsé par les directives institutionnelles de 1854 et 1869.

Figure 4

Figure 4

Séance d’escrime au fleuret pour les grands élèves dans la cour des Collets Rouges à Sorèze en 1895

Abbaye-école de Sorèze

  • 29 Un Prospectus de l’École, daté de 1830, insiste sur « la salubrité du régime », « la disposition du (...)
  • 30 Exercices, 1849, p. 74.

19Dès 1762, une « École de danse » avait été organisée au sein de l’établissement. Elle ne délivrait cependant aucun prix. En 1821, les maîtres de Sorèze remplacent « les divertissements, grands ballets et les pas de caractères » par des « danses de société ». S’ouvrant ainsi à la modernité du xixe siècle, ils intègrent une forme de sociabilité inédite nouvellement offerte par les danses de salon. En 1842, un prix de danse est même délivré lors des Exercices de fin d’année. Par la suite, alors que cet enseignement n’est pas reconduit par le Père Lacordaire après 1854, c’est « l’exercice militaire » qui prend définitivement le dessus. Là encore, la « section de danse » est supprimée lors de la distribution solennelle des prix au bénéfice de la « section de gymnastique ». Initiée localement dès le début des années 1830, cette nouvelle discipline combine les promenades et les exercices militaires pour s’établir avec force dans un nouveau contexte hygiénique favorable à l’aération des élèves et aux exercices du corps, avant même les injonctions du ministre Fortoul29. « Si la Gymnastique proprement dite n’avait pas été jusqu’ici rangée au nombre des Arts d’agréments enseignés dans l’École, c’est qu’elle n’avait pas encore été réduite en art qui eût sa méthode et ses préceptes30. » Un « gymnase complet » est donc formé au sein de l’École – dans l’ancien manège couvert où l’on se réfugie « pendant les jours froids et pluvieux » – avant qu’un « gymnase ouvert » ne conduise au déplacement de la carrière équestre et accueille progressivement une multitude d’agrès gymniques extérieurs : portiques, barres, échelles, mat central.

Figure 5

Figure 5

Répartition et évolution des infrastructures sportives au sein de l’Ecole de Sorèze (1760-1880)

Droits de reproduction : Serge Vaucelle

4. c. Les nouveaux objectifs de l’éducation sorézienne

  • 31 Exercices, 1841, p. 78.

20En ce début de xixe siècle, la formation physique des élèves telle qu’elle avait été initialement pensée au cours des années 1760 vit donc une profonde mutation qui touche à la fois l’escrime, l’équitation et les activités dansées. Le regard porté sur l’élève vient d’évoluer, les pratiques d’enseignement et les justifications pédagogiques aussi. En 1841, une réflexion renouvelée place l’exercice de la danse à un moment précis de la formation. « Il est important de faire donner aux jeunes gens des leçons de danse dans les premières années du cours d’études, lorsque les membres de l’élève ont encore toute leur flexibilité ». Une explication est livrée : la danse offrait au « corps de l’agilité, de l’aplomb, de la force et de la souplesse ». On la découvre « comme moyen hygiénique, particulièrement dans la saison où la pluie et les neiges privent quelquefois les élèves de récréations en plein air ». Mais surtout, « elle a l’avantage de corriger les mauvaises allures, de redresser ou de prévenir les habitudes vicieuses dans la démarche, le maintien, l’attitude de diverses parties du corps, et de les remplacer par l’aisance et la grâce, sans lesquelles les agréments physiques perdent bien souvent tout leur prix ». Elle prend également une dimension propédeutique non négligeable, puisque « ce genre d’exercice sera désormais spécialement affecté aux élèves de la division des plus jeunes, comme acheminement aux leçons d’escrime et d’équitation, successivement réservées aux élèves des divisions supérieures31. » Limitée auparavant aux prestations des aînés, elle est à présent proposée aux plus jeunes élèves pour leur formation corporelle. Ambitions orthopédiques et soucis de santé viennent donc compléter les anciens objectifs réservés à la formation d’une élite pour s’imposer à l’ensemble des élèves au sein d’un plan d’étude qui évolue profondément sur la période.

5.Des performances avant le Sport

21Chose plus remarquable encore, certains recueils d’Exercices publics relatent les premières performances des élèves. En 1783, l’élève Dumontroux parcourt « 1 110 toises sans interruption pendant une heure », couvrant ainsi plus de vingt longueurs de bassin, soit 2 156m. L’année précédente, un enfant du village et le fils d’un colon antillais avaient achevé l’épreuve en validant 1 006 toises (1 955m) avec un écart de performance de « 3 pieds » (moins d’un mètre les séparait après une heure de nage), ce qui leur avait valu de partager le prix de natation. Troisième de la course, Pierre de Banyuls – alors âgé de quatorze ans et futur condisciple de Bonaparte à Paris – s’était vu attribuer le 1er accessit… En 1784, « D’Assezat a parcouru 837 toises, de Maurous 775 toises, de Castet 744 toises » au cours d’un concours « borné à trois quarts d’heure pour ne pas fatiguer les élèves » (respectivement 1 626m pour l’Albigeois, 1 505m pour le Toulousain, 1 445m pour l’enfant du Volvestre). Mais les performances annuelles des concours de natation ne sont pas systématiquement enregistrées, ni conservées pour une ultime confrontation différée entre générations d’élèves. Et il s’agit de quantification métrique et non de mesure chronométrique comme le système des Sports les utilisera ultérieurement…

  • 32 Règlemens organiques de l’École de Sorèze, Toulouse, Manavit, 1804, p. 50-52.
  • 33 Sur cette période, différents types d’aides sont envisagées : bouées de jonc, vessies, calebasses, (...)

22Si la natation est enseignée aux élèves les plus âgés, nous ne savons que peu de choses sur les enseignants qui encadrent l’activité – sûrement les Bénédictins eux-mêmes, accompagnés par quelques « surveillants ». Un Règlement organique de l’École en date de 1804 précise que les élèves, quand ils se changent à proximité du bassin, « doivent quitter et reprendre leurs habits avec la plus grande décence » pour revêtir des « habits de nage ». La mise à disposition de ce « petit équipage de nage » comporte plusieurs pièces qu’il convient de bien entretenir32. Composé au minimum d’un caleçon et d’une chemise, progressivement remplacés par un maillot de bain qui couvre jusqu’aux épaules, cet équipement se réduit à un simple caleçon pour évoluer le torse nu comme on le découvre dans un dessin d’élève le 1er juin 1849. Cette caricature nous dévoile quelques détails : le trousseau du nageur devait comporter une ceinture composée de vessies d’animaux gonflées d’air pour faciliter la flottaison des débutants33. Les exigences « de sûreté et de décence », l’impératif de la confrontation impliquent au final que les nageurs se baignent devant les familles en portant une tenue convenable, se déplaçant dans l’eau avec les techniques les plus traditionnelles (la marinière, la coupe, le chien, la brasse) et les plus diverses (sur le ventre, sur le dos ou de profil).

Figure 6

Figure 6

Caricature d’un « maître de nage », réalisée par un élève de l’Ecole de Sorèze le 1er juin 1849 (archives municipales de Sorèze)

Cliché auteur

  • 34 Exercices, 1841, p. 83.

23Mais la natation demeure encore une activité plaisante, proposée aux élèves pour leur distraction tout autant que pour des objectifs plus pragmatiques ou utilitaires. Le document de 1841 est explicite à ce sujet : « l’exercice de la natation [a] à la fois pour objet d’assurer aux élèves un genre d’avantage dont on regrette bien souvent d’être privé », mais aussi « d’entretenir leur propreté et leur santé », ainsi que « de leur procurer délassement dans la saison brûlante34 ». C’est ainsi que « tous les élèves, sans exception, sont appelés à tour de rôle, et par petites subdivisions, pour prendre successivement, à des heures différentes, ces leçons, qui ne sont pour eux qu’un divertissement salutaire ». Si le bassin de natation de l’école permet de perpétuer une tradition humaniste, il offre surtout une réponse aux ambitions hygiéniques minimales, à la vigilance nouvelle qui s’attache à un certain confort des élèves, mais surtout aux objectifs sécuritaires ou de distinction qui prolongent le simple caractère récréatif de l’activité que les élèves retiennent. Martelés sur plusieurs éditions des Exercices publics, ces arguments justifient auprès des familles une pédagogie corporelle particulièrement originale.

Conclusion

24Ces premiers palmarès de natation mettent-ils en évidence la suprématie des meilleurs sportifs de l’époque ?

  • 35 Georges Vigarello, Le corps redressé, Paris, Delarge, 1978, p. 239.

25Malgré la répétition des épreuves, aucun élève ne se distingue parmi les listes des primés. Nulle réputation n’émerge, aucun champion ne surnage pour avoir multiplié les victoires locales. Aucun record n’est stabilisé dans les registres de l’École. Signe éventuel de la volonté des ecclésiastiques de diversifier les compétences de leurs élèves, preuve de la qualité pédagogique de leur programme ou tout simplement de l’impossibilité historique de systématiser des performances chronométriques, les noms des vainqueurs changent chaque année. Et – à l’instar de la famille Desbassayns au milieu des années 1780 – quand un patronyme devient récurrent dans les listes des lauréats, c’est simplement le signe qu’une fratrie nombreuse est scolarisée sur la même année scolaire à Sorèze, chacun des garçons s’exprimant au mieux lors des examens terminaux. Les titres de prestige distribués aux jeux d’exercices ne sont pas systématiquement récupérés par ceux qui auraient développé au maximum leurs aptitudes physiques. Les forts en sport ne s’opposent pas aux forts en thème, en ce temps où la notion de record sportif ne s’est pas encore imposée… Simple enregistrement de résultat, pure mesure de prestations physiques, « rationalisation du chiffre et des contraintes »35, ces performances valident des qualités individuelles au sein d’un établissement qui promeut doublement la religion catholique et le culte de la raison scientifique. Il convient surtout de permettre à chaque élève de briller en public. La pédagogie locale y veille. À l’épreuve de « nage », médailles et accessits ne sont pas récupérés non plus par les mêmes élèves que ceux qui réussissent bien en escrime, en équitation ou aux exercices militaires. En ces années de fin d’Ancien Régime, excellence corporelle et suprématie sportive ne sont pas encore devenues des synonymes.

  • 36 Henri-Dominique Lacordaire, Lettres à Mme Swetchine, Paris, Perrin, 1899, p. 531.

26Pourtant, à partir de 1854, Lacordaire va restreindre la richesse pédagogique expérimentée patiemment pendant plus d’un siècle et les activités physiques pléthoriques seront progressivement réduites et reportées « au temps des récréations36 » ; les arts d’agrément et les exercices militaires sont rejetés en fin de programme, derrière l’enseignement religieux et les nombreuses disciplines scientifiques. Malgré cela, la pédagogie de l’école sorézienne est demeurée innovante en comparaison des autres établissements scolaires de l’époque, en particulier en ce qui concerne la place des exercices du corps dans les contenus et les examens. Derrière la grande richesse de leur Plan d’éducation, les pères de Sorèze ont ainsi su s’adapter, recherchant patiemment une efficacité pédagogique en matière de formation corporelle et « la plus grande utilité publique » pour leur école.

Haut de page

Notes

1 Henri-Dominique Lacordaire, Lettres à des jeunes gens, Paris, Douniol, 1878, p. 299.

2 Jacques Thibault, Sports et éducation physique (1870-1970), Paris, Vrin, 1987, p. 75. Pierre Arnaud, Les athlètes de la République, Toulouse, Privat, 1987, p. 28. Gilbert Andrieu, La gymnastique au xixe siècle ou la naissance de l’éducation physique, Paris, Actio, 1999.

3 Il convient de rectifier l’approche historique classique qui attribue une origine militaire à l’éducation physique de la fin du xixe siècle, assimilant les ambitions éducatives réservées aux lycéens aux injonctions républicaines à destination des élèves du primaire, niant ainsi la spécificité des différentes structures scolaires et les héritages plus anciens de la discipline.

4 Bulletin administratif de l’Instruction Publique, loi du 15 mars 1850, arrêté du 13 mars 1854.

5 Jacques Defrance, L’excellence corporelle, Rennes, PUR, 1987, p. 43.

6 Le répertoire des exercices présenté par J. Defrance à propos de Sorèze est à compléter (1987, p. 40-41).

7 Jean-Antoine Clos, Notice historique sur Sorèze et ses environs, Toulouse, Benichet, 1822, p. 161-184.

8 Les principales disciplines enseignées sont les mathématiques (arithmétique, algèbre, géométrie, fortification, artillerie), la rhétorique, les humanités classiques (histoire, géographie, mythologie), la physique, la religion, les langues anciennes et vivantes, l’écriture, le dessin et la musique. C’est généralement dans cet ordre que les différentes matières d’enseignement scolaire sont présentées dans les publications de l’École. Puis viennent « les exercices du corps » dont les contenus vont grandement évoluer sur la période.

9 Nous remercions chaleureusement les responsables de l’Abbaye-École, des Archives départementale du Tarn, de l’Aude, de la Haute Garonne et des Pyrénées atlantiques, ceux des Archives communales de Sorèze qui nous ont permis d’accéder sans limite à l’ensemble de ce fonds, permettant la reconstitution d’une série documentaire inestimable. Marie-Odile Munier, Catalogue des Archives de l’Abbaye-École de Sorèze, Bouloc, PCUC, 2009.

10 Même s’il n’y a que peu d’académies protestantes dans le Royaume de France à cette époque, certaines sont cependant présentes dans le sud du territoire (Nîmes, 1561 ; Orthez, 1566 ; Orange, 1573 ; Sedan, 1579 ; Montpellier, 1596 ; Die, 1596 ; Saumur, 1599). Celle de Montauban (1579) possède une forte réputation en Languedoc.

11 Jean-Antoine Clos, op. cit., 1822, p. 139.

12 Dom Victor de Fougeras, Plan d’éducation exécuté avec succès par les bénédictions de la Congrégation de Saint-Maur, Pau, Desbaratz, 1764, p. 2. Rédigé à Paris, le texte est daté du 4 mars 1752.

13 Patrick Ferté, « Géographie du recrutement du collège de Sorèze (1767-1790) : un rayonnement colonial international », dans Marie-Odile Munier (dir), Sorèze, l’intelligence et la mémoire d’un lieu, Toulouse, PUSST, 2001, p. 123-139. Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du xvie au xviiie siècles, Paris, Sedes, 1976.

14 Guy Astoul, « L’enseignement des mathématiques et des sciences à Sorèze », dans Marie-Odile Munier, op. cit., 2001, p. 193-208.

15 Dominique Julia, « L’enseignement dans les écoles royales militaires au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », dans Marie-Odile Munier, 2001, op. cit., p. 73-89.

16 « Règlement du 28 mars 1776 concernant les nouvelles Écoles royales militaires », Recueil des édites, Paris, Imprimerie royale, 1782, p. 77-104.

17 Ibid., p. 83.

18 Serge Vaucelle, L’art de jouer à la cour, thèse, EHESS, Paris, 2004.

19 En 1780, Dom Ferlus relate la présence de plus de vingt professeurs ou maîtres séculiers dans son établissement pour compléter les enseignements professés par les religieux. L’École compte alors « vingt classes de mathématiques, autant de littérature et d’histoire », chaque section « de sept à huit élèves au plus » suivant un programme « à caractère véritablement encyclopédique ». C. Douais, « Les couvents de la congrégation de Saint-Maur dans le midi de la France », Bulletin de l’Institut catholique de Toulouse, n° 6, 1896, p. 189.

20 Exercices, 1775, p. 93.

21 Exercices, 1774, p. 106. Exercices, 1775, p. 94.

22 Dom Victor de Fougeras, op. cit., p. 15. Il semble que cette proposition présente dans le Plan de 1764 n’ait pas été appliquée dans les autres établissements mauristes qui accueillirent une École royale militaire suite à la réforme de 1776 (Auxerre, Beaumont, Rebais, Pontlevoy et Tiron).

23 L’École divise ses classes au sein de plusieurs bâtiments, organisés autour de différentes cours de récréation. Les élèves ont un uniforme dont les épaulettes sont de couleurs différentes. Les « verts » sont dans les classes de 8 et 7e selon les catégories du xixe siècle, les « jaunes » en 6e et 5e, les « bleus » en 4e et 3e, les « rouges » en 2nde, 1re et terminale.

24 C. Douais, op. cit., 1896, p. 189.

25 Dom Victor de Fougeras, op. cit., 1764, p. 2.

26 Exercices, 1803, liste des élèves, p. 7. Exercices, 1821, p. 202. Il s’agit d’évolutions équestres individuelles ou collectives au cours desquelles le cavalier enchaine divers exercices : quintaine, course de bague. Ce jeu prend alors le nom de carrousel. Lucien Clare, La quintaine, la course de bague et le jeu des têtes, Paris, CNRS, 1983.

27 Ferrand-Puginier, Prospectus de l’École de Sorèze, Toulouse, 1820, p. 68.

28 Exercices, 1838, p. 190. Exercices, 1842, p. 87-89. Une classe de 25 élèves y assiste dès 1840.

29 Un Prospectus de l’École, daté de 1830, insiste sur « la salubrité du régime », « la disposition du plus beau local », « les trois vastes cours ornées de plantations et de fontaines », « les collines couvertes de verdure », « la magnifique plaine qui s’étend devant Sorèze », « les montagnes riantes au pied desquelles (l’établissement) est situé ». Dans ce contexte, « l’air y circule librement, et ils jouissent, sans sortir de cette enceinte, des charmes d’une riante campagne » (AM Sorèze). Alex Poyer, « 1854 : aux origines de l’institutionnalisation de la gymnastique scolaire », STAPS, 2006, n° 71, p. 53-69. Thierry Arnal, « Genèse et usages d’une gymnastique », STAPS, 2008, n° 80, p. 77-88.

30 Exercices, 1849, p. 74.

31 Exercices, 1841, p. 78.

32 Règlemens organiques de l’École de Sorèze, Toulouse, Manavit, 1804, p. 50-52.

33 Sur cette période, différents types d’aides sont envisagées : bouées de jonc, vessies, calebasses, bouchons de liège…

34 Exercices, 1841, p. 83.

35 Georges Vigarello, Le corps redressé, Paris, Delarge, 1978, p. 239.

36 Henri-Dominique Lacordaire, Lettres à Mme Swetchine, Paris, Perrin, 1899, p. 531.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Exercices publics des élèves de l’Ecole royale-militaire de Sorèze, Carcassonne, Heirisson, 1789 (archives de l’Abbaye-école de Sorèze)
Crédits Cliché auteur
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 2
Légende Carte des Ecoles Royales Militaires créées en 1776 par le Comte de Saint-Germain
Crédits Serge Vaucelle
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4824/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3
Légende « Exercices du corps, exercice militaire, escrime, natation ». Exercices publics des élèves de l’Ecole royale-militaire de Sorèze, Carcassonne, Heirisson, 1778, pp. 86-87 (archives de l’Abbaye-Ecole de Sorèze)
Crédits Cliché auteur
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4824/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 4
Légende Séance d’escrime au fleuret pour les grands élèves dans la cour des Collets Rouges à Sorèze en 1895
Crédits Abbaye-école de Sorèze
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4824/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Figure 5
Légende Répartition et évolution des infrastructures sportives au sein de l’Ecole de Sorèze (1760-1880)
Crédits Droits de reproduction : Serge Vaucelle
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4824/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6
Légende Caricature d’un « maître de nage », réalisée par un élève de l’Ecole de Sorèze le 1er juin 1849 (archives municipales de Sorèze)
Crédits Cliché auteur
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4824/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Vaucelle, « « La plus grande utilité publique ». Renouveau pédagogique et éducation du corps au Collège de Sorèze (1759-1854) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4824 ; DOI : 10.4000/framespa.4824

Haut de page

Auteur

Serge Vaucelle

Serge Vaucelle est professeur agrégé d’éducation physique et sportive, docteur en histoire. Enseignant à la Faculté des sciences du sport et du mouvement humain, Université de Toulouse 3. Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), équipe Studium. serge.vaucelle@univ-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals