Navigation – Plan du site

La clinique. Enseigner la médecine à Paris au début du xixe siècle

The Clinic. Teaching Medicine in the Early Nineteenth Century
La Clínica. Enseñanza de la Medicina a principios del siglo xix
Jean-Yves Bousigue

Résumés

Après la disparition des institutions d’Ancien régime, l’enseignement de la médecine est relancé sous la pression des circonstances et de l’urgence. S’inspirant pour partie de l’existant, et avec des approches différentes, les Desault (puis Bichat), Pinel, Laennec et autres vont mettre sur pied un enseignement nouveau. L’hôpital devient « l’atelier de la médecine » et la clinique à la fois une pratique médicale et une pédagogie : la médecine même.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

enseñanza clinica, hospital

Géographique :

France, Paris
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À la différence d’autres savoirs, comme l’astronomie ou la physique, la médecine n’avait pas connu (...)
  • 2 Voir Maurice Bariety et Charles Coury, Histoire de la médecine, Fayard, Paris, 1962.
  • 3 Michel Foucault, Naissance de la clinique, Paris, PUF, 1963.

1C’est un moment unique et singulier dans l’histoire de la médecine que celui de l’essor de la clinique au début du xixe siècle. Unique parce que l’humorisme, hérité de Galien, régnait sur l’enseignement des facultés de médecine depuis leur création et jusqu’à la fin du xviiie siècle1. Quant à la singularité de cette période, elle se joue dans un temps court, de 1795 aux années 1830, pendant lequel la médecine accomplit un changement de paradigme. Des historiens de la médecine y ont vu une mutation quasi génétique2, et Michel Foucault la naissance de la clinique3.

  • 4 Philippe Pinel, « Clinique » dans Dictionnaire des sciences médicales par une société de médecins e (...)
  • 5 Jean Baptiste Bouillaud. Dissertation sur les généralités de la clinique médicale et sur le plan et (...)

2Deux définitions, à moins de vingt ans de distance, mesurent le chemin parcouru par ce nouveau paradigme. En 1813, d’après le professeur Pinel, considéré alors comme la référence de l’enseignement médical, la clinique est « cette sorte d’enseignement médical [qui] a lieu au lit des malades pour indiquer le vrai caractère de leurs symptômes, la marche que suivent les maladies et leurs terminaisons variées, avec tous les détails sur les manières de les traiter4. » En 1830, Jean-Baptiste Bouillaud, candidat pour la nouvelle chaire de clinique médicale à la faculté de médecine de Paris la présente comme une évidence : la clinique n’étant « autre chose que la médecine étudiée ou enseignée au lit des malades, sa définition doit comprendre outre la circonstance particulière qui la distingue (celle indiquée ci-dessus), la définition générale de la médecine proprement dite elle-même5. » La désignation de Bouillaud par ses pairs viendra valider la clinique comme enseignement, pratique et objet de recherche en médecine. Ainsi, le terme « clinique » désigne en même temps la matière et son enseignement.

  • 6 Dans une adresse au Comité de salubrité publique, des médecins de la faculté de médecine de Toulous (...)
  • 7 Voir Auguste Corlieu, « La vieille Faculté de médecine se mourait : elle n’avait pas reçu de docteu (...)
  • 8 Le plus connu est celui de la Société royale de médecine dû à Vicq d’Azyr. Nouveau plan de constitu (...)

3À y regarder de près, cette histoire ajoute encore l’improbable à la singularité. À la fin du xviiie siècle, la France est sans doute le pays le moins prêt pour une révolution médicale6. Les facultés de médecine sont à bout de souffle7. Maints rapports, plans, avis, réflexions se proposent, dès les débuts de la Révolution, d’améliorer la formation et la pratique médicale et de régénérer la médecine8. L’édifice universitaire devient bientôt un « champ de ruines ». En 1793, il ne reste plus rien des structures d’enseignement médical (facultés et écoles de chirurgie) et les institutions intellectuelles (académies et sociétés savantes) ont cessé leurs activités. Un enseignement de la médecine persiste, sur initiatives individuelles. C’est à partir de là, après thermidor, qu’un projet politique pose les conditions d’existence d’un nouvel « art de guérir ».

1.Refonder l’art de guérir

1.a Un projet politique : le décret de frimaire an III et la loi de ventôse an XI

  • 9 Décret portant qu’il sera établi à Paris, à Montpellier et à Strasbourg, des écoles destinées à for (...)

4Le 16 frimaire an III est publié un décret portant création de trois écoles de santé, à Paris, Montpellier et Strasbourg. « Ces trois écoles seront destinées à former des officiers de santé pour le service des hôpitaux, et spécialement des hôpitaux militaires et de marine9. »

  • 10 Il sera repris par l’université impériale.
  • 11 Antoine-François Fourcroy, Rapport et projet de décret d’établissement d’une école de santé à Paris (...)
  • 12 D’après Fourcoy, plus de six cent « officiers de santé » auraient péri en dix-huit mois, Rapport…, (...)

5Le but de ce texte10 avait été précisé quelques jours auparavant (7 frimaire) dans le rapport préliminaire et dans le projet de décret présenté à la Convention, au nom des comités de salut public et d’instruction publique par Fourcroy11. L’argumentation reposait sur deux piliers : « le service et l’entretien des armées de la République12 », qui combattent au nom de la « défense de la liberté et de l’égalité » et l’urgence de former des praticiens, alors que « sur dix ou douze écoles de l’art de guérir qui formaient autrefois des élèves, à peine y en a-t-il deux auxquelles il reste une petite partie de leur ancienne activité. » Il s’agissait de lutter contre « l’empirisme meurtrier et l’audacieuse ignorance » des charlatans qui profitaient de la situation. Habile, Fourcroy fait de l’urgence une opportunité pour reconstruire un enseignement dont les insuffisances et les défauts étaient criants et partagés, mobiliser les énergies qui « languissaient dans le pays », et surtout « offrir encore au milieu des difficultés qui nous pressent et des décombres dont on nous a entourés, le spectacle des immenses ressources d’un peuple ingénieux, en rétablissant par une institution digne de la République française un enseignement supérieur à tout ce qu’on connaît en ce genre en Europe ».

  • 13 Le projet prévoyait seulement une « École centrale de santé à Paris ».

6Seule modification d’ampleur entre le projet et le décret dans sa forme définitive : avec les trois écoles13, on rompait avec l’idée d’une organisation de l’enseignement médical sur le modèle des autres écoles centrales et notamment des travaux publics. Le dernier article prévoit que le « comité d’instruction publique fera incessamment un rapport sur la manière d’organiser l’enseignement de l’art de guérir dans toute la République ». Le rapport ne verra pas le jour.

  • 14 La loi de ventôse régira, à quelques modifications marginales près, la médecine jusqu’en 1892.
  • 15 Le régime des officiers de santé n’est pas sans rappeler, par certains traits, celui des chirurgien (...)
  • 16 Voir Jules Barbot, Chroniques de la Faculté de médecine de Toulouse, T. 2, Toulouse, Douladoure, 19 (...)
  • 17 L’internat des hôpitaux (1802) reprenait en fait une disposition déjà en place avant la Révolution (...)

7Huit ans plus tard, la loi du 19 ventôse an XI organisera les études et les conditions d’exercice de la médecine pour un siècle14. Si la vieille et irréductible distinction entre médecins et chirurgiens n’a plus cours, et si la loi impose une obligation de certification, avec soutenance d’une thèse pour les futurs docteurs en médecine ou en chirurgie, elle crée un grade inférieur sous la dénomination récente (1793) d’officiers de santé. Ceux-ci pourront se former en trois ans (contre quatre pour les docteurs) dans les écoles secondaires ouvertes dans des villes anciennement sièges de faculté, ou en cinq ans par le service dans les hôpitaux ou en six ans en suivant la pratique d’un docteur. Examinés par un jury départemental, ces nouveaux praticiens ne peuvent exercer au-delà du département où ils ont obtenu leur titre15. Avec l’université impériale, les écoles de médecine devenues facultés assurent leur suprématie sur l’enseignement médical. Si Paris s’impose au sommet comme on va le voir, Toulouse est le contre exemple négatif : l’école impériale de médecine et de chirurgie (la seule dans le pays, due à l’influence de Larrey) ne deviendra, après maintes péripéties, faculté mixte de médecine et de pharmacie qu’en 189116 ! Pendant un siècle, Toulouse fut, comme les villes pourvues d’écoles secondaires (puis préparatoires) de médecine, dans l’impossibilité de « faire des docteurs » : pour devenir docteurs, les élèves devaient au minimum aller faire leur dernière année d’études (la quatrième) à Montpellier ou à Paris, pour y soutenir une thèse ou être admis au concours hospitalier de l’internat17, les internes exerçant des fonctions hospitalières séparées du cursus de la faculté.

8Dans le programme défini par les articles III et IV du décret de frimaire indique la rupture avec l’ancien enseignement, tel qu’il était encore pratiqué quelques années auparavant dans les facultés de médecine :

  • 18 Décret du 16 Frimaire an III, articles III et IV.

On y enseignera aux élèves l’organisation et la physique de l’homme, les signes et les caractères de ses maladies, d’après l’observation ; les moyens curatifs connus, les propriétés des plantes et des drogues usuelles ; la chimie médicinale, les procédés des opérations, l’application des appareils et l’usage des instruments ; enfin, les devoirs des officiers de santé. Outre cette première partie de l’enseignement, les élèves pratiqueront les opérations anatomiques, chirurgicales et chimiques ; ils observeront la nature des maladies au lit des malades, et en suivront le traitement dans les hospices voisins de l’école18.

  • 19 « Chacun de ces professeurs aura un adjoint pour que les leçons et les travaux relatifs à l’instruc (...)
  • 20 Voir Toby Gelfand, Professionalizing modern medicine Paris surgeons and medical science and institu (...)

9Pour ces enseignements, il fallait des professeurs : douze à Paris, huit à Montpellier et six à Strasbourg19. Ils sont désignés sitôt le décret publié. À Paris, une large majorité d’entre eux sont des chirurgiens issus des anciennes institutions : académie royale de chirurgie et collège de chirurgie20. Tous ne sont pas, loin s’en faut, des révolutionnaires intransigeants, mais ils se connaissent et partagent le même esprit de réforme.

1b. L’hôpital, atelier de la médecine

10Pour leur enseignement, les professeurs disposeront des moyens des hôpitaux. Avec ses salles de malades et ses tables d’autopsie, l’hôpital devient l’atelier de la médecine. Là est la vraie révolution, soutenue par de nouveaux enseignements : clinique interne (médicale) et clinique externe (chirurgicale), indispensables pour compléter l’observation des faits et des pratiques. Chaque professeur organise son temps : la journée commence tôt par la visite dans les salles des malades qui font le sujet d’une observation, puis le professeur réunit les étudiants pour discuter les cas, avant d’aller disséquer les cadavres des malades décédés du service, ce qui clôt l’observation. Les plus intéressantes de ces observations iront nourrir une édition.

  • 21 Desault peut, à ce titre, être considéré comme un précurseur et un modèle à l’extrême fin de l’Anci (...)

11Pierre Joseph Desault, désigné pour l’enseignement de clinique externe, est l’héritier intellectuel de l’académie royale de chirurgie, et chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu depuis 178521. Son enseignement, ouvert en 1788, est reconnu autant que sa pratique :

  • 22 François Xavier Marie Bichat, Journal de chirurgie, T. 3, p. 206-207.

À peine les cours furent-ils ouverts, que l’affluence des élèves y devint prodigieuse. Chaque jour la séance s’ouvrait par une consultation publique et raisonnée, où n’étaient admis que les malades indigents du dehors. Les élèves de l’hospice lisaient ensuite l’observation exacte et détaillée de tous les malades intéressants qui doivent sortir dans la journée, et dont le pansement avait été confié à leurs soins. En se formant eux-mêmes, ils contribuaient ainsi à l’instruction de leurs camarades. La troisième et la principale partie de la leçon, était consacrée aux opérations. Chacune était précédée d’une dissertation sur l’état du malade, sur les suites probables, qu’elle pouvait avoir sur le procédé opératoire. On transportait ensuite le malade à l’amphithéâtre où Desault aidé par les chirurgiens internes l’opérait en présence de tous les élèves. Aux opérations succédaient des détails raisonnés, donnés par le professeur, soit sur les maladies graves existantes dans l’hospice, soit sur la situation des malades opérés les jours précédents. L’ouverture des cadavres, qu’exigeraient les progrès de l’art ou l’enseignement des élèves, donnait un des derniers objets de la séance qui était terminée par une leçon dogmatique sur un point particulier de pathologie22.

  • 23 Voir Mémoires de la société médicale d’émulation, séante à l’école de médecine de Paris pour l’an V(...)
  • 24 Ce cours sera publié après sa mort, en 1825, d’après le manuscrit autographe d’un élève (P. A. Bécl (...)
  • 25 Sur Bichat, voir l’étude complète de Maurice Genty, « Xavier Bichat (1771-1802) », dans Pierre Huar (...)

12Ce témoignage est celui de Bichat, élève assidu arrivé à Paris fin juin 1794, très impliqué, et vite repéré par le maître qui l’hébergera chez lui. Mais Desault meurt le 1er juin 1795. L’élève se mue alors en professeur. Bichat publie les travaux en cours du maître, et fonde en 1796, avec amis étudiants et des professeurs, une Société d’émulation médicale, lieu d’échanges et d’enseignement mutuel, et de publications23. Il n’a aucune fonction officielle : ni professeur à l’école, ni chirurgien dans un hôpital. C’est un professeur privé qui ouvre des cours d’anatomie et d’opérations « comme cela est l’usage pour les professeurs particuliers », dont la réussite est mesurée par le nombre d’élèves. En 1801, il échoue à la chaire d’anatomie et à une nomination à l’Hôtel-Dieu ; il l’intègrera peu après à titre « expectant » (consultant). À l’hôpital, il consigne ses observations manuscrites sur un format standardisé, plus commode à exploiter pour ses travaux. En septembre, il ouvre un cours d’anatomie pathologique24. Quand il meurt l’année suivante, à 31 ans, Bichat a déjà marqué de son empreinte l’avenir de la médecine : il sera pour la postérité « l’immortel Bichat »25. Il laisse un credo :

  • 26 Ibid., p. 268.

disséquer en anatomie, faire des expériences en physiologie, suivre des malades et ouvrir des cadavres en médecine, c’est la triple voie, hors de laquelle il ne peut y avoir d’anatomiste, de physiologiste ni de médecin26.

1c. Au service de l’enseignement, la nosologie

  • 27 En fait, il existe deux tableaux : celui de Charles Louis Muller qu’on peut voir dans le hall de l’ (...)

13Parmi les professeurs désignés pour enseigner à l’école de santé de Paris figurait, comme adjoint de physique médicale et hygiène, Philippe Pinel, médecin à l’hospice des aliénés de la Salpêtrière, après un passage à l’hospice de Bicêtre (1792-1795). L’image quasi allégorique, du grand tableau de Charles Louis Muller qui montre Pinel faisant libérer les aliénés de leurs chaînes27, reflète mal ce que représenta pour ses contemporains le professeur Pinel, référence en matière d’enseignement pendant plus de deux décennies. Après des études à la faculté de médecine de Toulouse (docteur en 1773), et un passage par Montpellier, il s’était établi à Paris en 1778, complétant sa formation médicale et scientifique (mathématiques, zoologie, anatomie comparée). Convaincu que l’humorisme n’était qu’« jargon scientifique » et que :

  • 28 Philippe Pinel, Introduction à la Nosographie philosophique ou la méthode de l’analyse appliquée à (...)

la vraie médecine, celle qui est fondée sur des principes et qui consiste bien moins dans l’administration des médicaments que dans la connaissance approfondie des maladies, qui a été exercée par les médecins observateurs de tous les âges, qui doit seule faire la base de l’instruction publique28 […].

  • 29 Aux éditions françaises (six au total), il faut ajouter les nombreuses traductions. La Nosologie fu (...)
  • 30 Dans la préface à la l’Introduction à la Nosographie, Pinel s’explique sur ce qu’il entend par « sc (...)
  • 31 Auguste Corlieu, Centenaire…, op. cit., p. 300.

14Pinel rédige une Nosographie philosophique. Paru en 1798, l’ouvrage sera constamment réédité jusqu’en 181629. Sur le principe des autres branches de l’histoire naturelle, là où ses prédécesseurs, notamment Boissier de Sauvages à Montpellier, avaient échoué, Pinel se donne pour objectif de rendre la médecine scientifique30, et d’offrir en même temps aux élèves et aux jeunes praticiens le manuel élémentaire qui n’existait pas et dont ils avaient besoin. Pendant deux décennies, la « Nosologie » fut le « code des médecins français31 », conférant à son auteur une incontestable aura.

  • 32 Ph. Pinel, Introduction…, op. cit., t. 2, p. 373.

15Pour Pinel, « l’exercice habituel de la médecine ne peut se séparer de l’esprit d’observation, à moins de le borner à une aveugle routine, et à l’instinct machinal d’une garde-malade32. »

  • 33 Baglivi (1668-1707) médecin italien, considéré avec Morgagni (1682-1771) comme une référence et un (...)

16Convoquant Hippocrate et Baglivi33 qui comparait « ingénieusement cette sorte de notes à l’échafaudage qu’on emploie pour élever un édifice et qu’on fait disparaître après que l’édifice est élevé », le professeur conseille de rédiger des observations, véritable dossier du malade :

  • 34 Ph. Pinel, op. cit., p. 377.

Durant le cours de la maladie qu’on observe, on écrira donc sur de feuilles volantes ou sur un cahier séparé l’ordre et la succession des symptômes jour par jour, en notant avec soins tout ce qu’on reconnaîtra par le témoignage fidèle de ses sens, ou bien sur le rapport du malade et de ceux qui l’entourent, tous les phénomènes en un mot de la maladie. […] on visitera le malade deux ou trois fois par jour, ou même plus souvent dans des circonstances difficiles ; et on notera, par écrit, ce que son état présentera de plus frappant34.

  • 35 Isidore Bricheteau, Discours sur Philippe Pinel, son école, et l’influence qu'elle a exercée en méd (...)

17À la suite du dédoublement de l’enseignement de physique et d’hygiène qu’il partageait avec Jean-Noël Hallé, Pinel devient professeur de physique puis titulaire de pathologie interne à la suite du décès de Doublet (1795). Dans sa « forteresse » de la Salpêtrière, Pinel est un chef d’école sans rivaux, selon son biographe et collaborateur Bricheteau35. À l’oral, sa « diction saccadée » et le moindre soin qu’il portait à ses cours, ne faisaient pas de Pinel un modèle du grand professeur. Toutefois, il « attira les foules à ses cours tant qu’il fut dans l’âge de la vigueur et du talent. » Nombre de ses élèves devinrent professeurs à la faculté de médecine de Paris : Alibert lui dédia sa Dissertation inaugurale sur les fièvres ataxiques et intermittentes (1799), « comme un hommage pour les progrès qu’il a fait faire à la médecine ».

2.La fabrique de la clinique

2.a Les limites de l’entreprise nosologique

18La Nosographie fournissait un instrument pour décrire, nommer et classer les maladies, mais il fallait, de l’aveu des contemporains, aller plus loin dans l’étude des signes afin de ne pas s’égarer dans les nuances et la subjectivité. En 1809, dans la recension de l’ouvrage de sémiotique de Landré Beauvais, ancien élève de Desault puis assistant de Pinel dont il rédigeait les observations, on lit :

  • 36 « Recension de l’ouvrage de Landré Beauvais, Sémiotique ou traité des signes des maladies », Journa (...)

La médecine française réclamait dès longtemps un traité général de sémiotique, soit pour l’enseignement, soit pour servir de guide aux praticiens. Dans les écoles, les professeurs chargés de transmettre aux élèves cette partie essentielle des sciences médicales, ne pouvaient qu’avec beaucoup de difficulté réunir l’immense quantité de faits dont elle se compose, les coordonner et les présenter sous un point de vue favorable à l’instruction36.

  • 37 Ce cours de 1802 sera publié en 1825 à partir du manuscrit autographe d’un élève de Bichat, P. A. B (...)
  • 38 R.-T. Laennec, Traité inédit sur l’anatomie pathologique, Paris, Alcan, 1884. La brochure contient (...)
  • 39 R. T. Laennec, De l’auscultation médiate ou traité du diagnostic des maladies des poumons et du cœu (...)

19L’apprentissage est une question de sémantique mais aussi de technique, d’expérience et d’exercice. La méthode de l’analyse trouvait ses limites dans sa construction même. L’axiome pinélien : « une maladie étant donnée son vrai caractère et le rang qu’elle doit occuper dans un tableau nosologique », était dépassé par les progrès mêmes qu’il avait permis. Bichat, qui s’était dit inspiré par la nosographie, avait professé dans son dernier cours sur l’anatomie pathologique que : « les maladies doivent être comprises en deux classes : celles qui affectent l’habitude générale du corps, et celles qui n’attaquent qu’un organe en particulier37. » Après une longue parenthèse, l’anatomie pathologique reviendra dans le jeu avec Laennec38 et son Traité de l’auscultation médiate (1819) : « en un mot, j’ai tâché de mettre, sous le rapport du diagnostic, les lésions organiques internes, sur la même ligne que les maladies chirurgicales39. »

2.b Apprendre à ausculter avec Laënnec

20Lors de l’inauguration de la statue de Laennec à Quimper, Bouillaud aura ces mots :

  • 40 Bouillaud, Éloge de Laënnec, Discours prononcé à l’érection de sa statue à Quimper, Paris, Malteste (...)

Un sens manquait à la médecine, et je dirais, si je l’osais, que, créateur, par une sorte de délégation divine, Laënnec le lui a donné. Or, ce sens, dont la médecine était dépourvue, n’était rien moins que l’ouïe, lequel, comme la vue et le toucher, constitue un des trois sens les plus éminemment intellectuels. […] Pour exposer ici, Messieurs, toutes les découvertes de détail dont Laënnec peut se glorifier en matière d’auscultation, il ne me faudrait rien moins que dérouler en quelque sorte sous vos yeux la moitié, peut-être plus, des deux gros volumes dont se compose cet admirable Traité de l’auscultation médiate, qu’il faut avoir nuit et jour entre les mains : Nocturna versate manu, versate diurnâ40.

21Après avoir soutenu une thèse inaugurale sur les « Propositions sur la doctrine d’Hippocrate appliquées à la médecine pratique » (1804), Laënnec exerce la médecine en ville puis à l’hôpital Necker (1816), avant d’être nommé à la Charité et à l’une des chaires de clinique médicale (1823), un an après avoir été élu au Collège de France.

  • 41 R.-T. Laennec, De l’auscultation médiate ou traité du diagnostic des maladies des poumons et du cœu (...)

22Les pathologies du cœur et des poumons constituent un double défi. Les malades sont nombreux et souvent atteints d’affections dangereuses. Au sommet, la phtisie, multiforme, insaisissable et incurable. L’invention du stéthoscope est une réponse à ces défis et le résultat de recherches conduites entre 1816 et 1819, présentées à l’académie des sciences41. L’auscultation complète les anciens moyens d’exploration – toucher, inspection des parois thoraciques – auxquels il faut ajouter la percussion de la paroi thoracique proposée par le médecin viennois Auenbrugger, et importée en France par Corvisart.

23Comme les autres moyens d’exploration physique, l’auscultation a son propre langage qui ne peut être appris que sur les malades, in vivo : « murmure vésiculaire » (bruit normal de la respiration), « pectoriloquie » (bruit de la voix transmise par l’instrument), « égophonie », « râles sibilants, crépitants », « souffle tubaire », autant de termes à apprendre et… apprendre à reconnaitre avec toutes les nuances qui feront le grand clinicien… pour plus d’un siècle !

2.c Apogée et déclin de l’aventure physiologiste

24Dans la troisième édition de la Nosographie (1807), Pinel note à propos des fièvres hectiques :

  • 42 Philippe Pinel, Nosographie philosophique ou méthode de l’analyse appliquée à la médecine, vol. 1, (...)

qu’un « jeune médecin de l’école de Paris, M. Broussais, dans une dissertation inaugurale (Recherches sur la Fièvre hectique, 1803), a mis non seulement plus de choix et de méthode dans la distribution des faits, en les rapportant à des affections de diverses parties des systèmes muqueux, glanduleux, cutané et nerveux cérébral, mais encore en faisant dépendre la fièvre hectique de l’altération de plusieurs systèmes42.

  • 43 François Joseph Victor Broussais, Histoire des phlegmasies ou inflammations chroniques, Mequignon-M (...)

25Broussais a été un élève de Pinel, à qui il avait dédié sa thèse. Tout en rendant hommage au « père de la médecine clinique française », qui a su faire évoluer sa Nosologie philosophique à partir des autopsies, Broussais s’engage dans une aventure personnelle. Riche d’une expérience acquise comme chirurgien militaire en Italie (hôpital d’Udine), il publie en 1808 une Histoire des phlegmasies chroniques dans laquelle il revient sur sa thèse pour critiquer la classification des fièvres et des inflammations. En jeu, les rapports entre « l’art d’exposer les phénomènes des maladies » et « peut-être » la question de la science43.

  • 44 Antoine Dubois, Broussais, Si, Sn, 1864, disponible sur Medic@. On pourrait ajouter que Pinel et La (...)
  • 45 Son dernier cours (1836) était consacré à la phrénologie, sujet que Broussais considérait comme inj (...)

26Le succès de Broussais, qui signera son échec et finalement son rejet, tient plus à la personnalité polémique du professeur qu’à sa théorie exclusive de l’irritation. Professeur à succès pendant quinze ans au Val-de-Grâce (1815-1830), Broussais accède à la dignité académique en 1830, sur une chaire de pathologie générale, créée pour lui. « Tout semblait réuni pour lui assurer de nouveaux succès, il avait pour lui l’autorité d’un grand nom, les plus glorieux antécédents, un vaste amphithéâtre, un public favorablement disposé et, chose étrange, son amphithéâtre finit par devenir presque désert et il ne trouva plus que solitude autour de lui » écrit son biographe Antoine Dubois44. La pédagogie lui importait sans doute moins que le travail conceptuel45. C’est en ce sens que l’on peut comprendre l’assertion du biographe :

  • 46 Antoine Dubois, op. cit., p. 94.

Broussais n’a jamais été un véritable professeur, pas plus au Val-de-Grâce qu’à la Faculté […], c’était enfin un orateur populaire, un tribun, un polémiste, et non un maître qui expose, explique et démontre46.

Conclusion

  • 47 Ernest-Charles Lasègue, Éloge de M. le Pr. Trousseau prononcé par M. le Pr Lasègue, séance du 14 ao (...)

27Broussais est le contre exemple d’un cheminement qui, de Desault à Laennec en passant par Pinel et Bichat et leurs élèves, fait de la clinique le paradigme de l’enseignement médical pour le xixe siècle et au-delà. Dans l’éloge académique d’Armand Trousseau (1801-1867) professeur de thérapeutique puis de clinique à l’Hôtel-Dieu, le docteur Lasègue écrit : « chaque notion qu’il acquérait par la pratique ou par l’étude, était maniée, travaillée, assouplie jusqu’à ce qu’elle prît la forme voulue et devînt enseignable47 ». Rendre la matière « enseignable », n’est-ce pas l’essence même de l’acte pédagogique ?

Haut de page

Notes

1 À la différence d’autres savoirs, comme l’astronomie ou la physique, la médecine n’avait pas connu une révolution épistémologique à la Renaissance. La découverte de la circulation du sang (Harvey) et les progrès de l’anatomie (Vésale) n’ayant pas modifié les pratiques.

2 Voir Maurice Bariety et Charles Coury, Histoire de la médecine, Fayard, Paris, 1962.

3 Michel Foucault, Naissance de la clinique, Paris, PUF, 1963.

4 Philippe Pinel, « Clinique » dans Dictionnaire des sciences médicales par une société de médecins et de chirurgiens, vol. 5 (CHA-COL), Paris, Panckoucke, 1813.

5 Jean Baptiste Bouillaud. Dissertation sur les généralités de la clinique médicale et sur le plan et la méthode à suivre dans l’enseignement de cette science, présentée au concours ouvert le 10 Juin 1831 pour une chaire de clinique médicale vacante à la Faculté de médecine de Paris, Paris, Baillière, 1831, p. 23.

6 Dans une adresse au Comité de salubrité publique, des médecins de la faculté de médecine de Toulouse déclarent : « Nous regarderons aujourd’hui presque tout ce qui peut être dit, tant sur l’importance d’un art qui a pour objet la conservation de la vie & de la santé des citoyens, que sur les vices de la manière dont cet art s’enseigne depuis longtemps en France, comme autant de lieux communs, & comme des vérités suffisamment connues. », Réflexions sur les moyens de remédier aux abus de l’enseignement et de la pratique de la médecine, communiquées au Comité de salubrité publique, par des médecins de la Faculté de médecine de Toulouse. S. n., Toulouse, 1791. Bibliothèque municipale de Toulouse, Br. Fa D 390.

7 Voir Auguste Corlieu, « La vieille Faculté de médecine se mourait : elle n’avait pas reçu de docteurs depuis 1785, pas de licenciés depuis le 13 septembre 1790 », dans Centenaire de la faculté de médecine de Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1896, p. 1.

8 Le plus connu est celui de la Société royale de médecine dû à Vicq d’Azyr. Nouveau plan de constitution de la médecine en France présenté à l’Assemblée nationale par la société de médecine, Paris, s. n. 1790.

9 Décret portant qu’il sera établi à Paris, à Montpellier et à Strasbourg, des écoles destinées à former des officiers de santé, dans Jean-Baptiste Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d’État... de 1788 à 1824... (T. 7), Paris, A. Guyot, 1834, p. 340-341. On remarquera au passage une terminologie inédite : « santé » plutôt que « médecine », « officier » plutôt que « médecin », « chirurgien » ou « docteur ». Les anciens titres ne sont pas supprimés, ils disparaissent par une simple modification sémantique.

10 Il sera repris par l’université impériale.

11 Antoine-François Fourcroy, Rapport et projet de décret d’établissement d’une école de santé à Paris, fait à la Convention nationale au nom des comités de salut public et d’instruction publique par Fourcroy le 7 frimaire de l’an 3 de la République une et indivisible, imprimés par ordre de la Convention nationale, 1795.

12 D’après Fourcoy, plus de six cent « officiers de santé » auraient péri en dix-huit mois, Rapport…, p. 2.

13 Le projet prévoyait seulement une « École centrale de santé à Paris ».

14 La loi de ventôse régira, à quelques modifications marginales près, la médecine jusqu’en 1892.

15 Le régime des officiers de santé n’est pas sans rappeler, par certains traits, celui des chirurgiens d’Ancien régime : apprentissage, réception par un jury, droit d’exercice limité à une circonscription territoriale (diocèse ou département).

16 Voir Jules Barbot, Chroniques de la Faculté de médecine de Toulouse, T. 2, Toulouse, Douladoure, 1905.

17 L’internat des hôpitaux (1802) reprenait en fait une disposition déjà en place avant la Révolution pour les élèves en chirurgie (gagnant maîtrise). Par la suite, le concours de l’internat des hôpitaux devait devenir la voie royale des études médicales vers les postes prestigieux de médecin ou chirurgien des hôpitaux, ou le professorat.

18 Décret du 16 Frimaire an III, articles III et IV.

19 « Chacun de ces professeurs aura un adjoint pour que les leçons et les travaux relatifs à l’instruction et au perfectionnement de l’art de guérir ne puissent jamais être interrompus. Ces professeurs seront nommés par le comité d’instruction publique, sur la présentation de la commission d’instruction publique. ». Ibid., art. V.

20 Voir Toby Gelfand, Professionalizing modern medicine Paris surgeons and medical science and institutions in the 18th century, Wesport, Greenwood Press, 1980 ; Auguste Corlieu, Centenaire de la Faculté de médecine de Paris, Paris, Impr. nationale, 1896. Les professeurs, désignés au moment de la parution du décret du 16 frimaire (4 décembre 1794) seront installés moins de deux mois plus tard, le 31 janvier 1795. L’affaire avait été rondement menée, sans doute bien préparée par Fourcroy et ses amis.

21 Desault peut, à ce titre, être considéré comme un précurseur et un modèle à l’extrême fin de l’Ancien régime. Mais c’était un chirurgien et l’héritier de l’académie royale de chirurgie. Pour la chirurgie au xviiie siècle, voir Gelfand, note 20.

22 François Xavier Marie Bichat, Journal de chirurgie, T. 3, p. 206-207.

23 Voir Mémoires de la société médicale d’émulation, séante à l’école de médecine de Paris pour l’an Ve de la République (1797 v. st.), Maradan, Paris, an VI, 1798.

24 Ce cours sera publié après sa mort, en 1825, d’après le manuscrit autographe d’un élève (P. A. Béclard).

25 Sur Bichat, voir l’étude complète de Maurice Genty, « Xavier Bichat (1771-1802) », dans Pierre Huard (dir.), Bibliographies médicales et scientifiques, Paris, Roger da Costa, 1972, p. 181-318.

26 Ibid., p. 268.

27 En fait, il existe deux tableaux : celui de Charles Louis Muller qu’on peut voir dans le hall de l’académie de médecine à Paris, et celui de Tony Robert Fleury où Pinel est entouré par les aliénées à la Salpêtrière.

28 Philippe Pinel, Introduction à la Nosographie philosophique ou la méthode de l’analyse appliquée à la médecine, Richard, Paris, Caille et Ravier, an 7, p. iij.

29 Aux éditions françaises (six au total), il faut ajouter les nombreuses traductions. La Nosologie fut vraiment le manuel de la nouvelle médecine.

30 Dans la préface à la l’Introduction à la Nosographie, Pinel s’explique sur ce qu’il entend par « scientifique ». Il s’agit de débarrasser la médecine « du jargon scientifique de médecine humorale et populaire » et de faire place à « la connaissance approfondie des maladies, qui a été exercée par les médecins observateurs de tous les âges, qui doit seule faire la base de l’instruction publique ». Pour le dire autrement, il s’agit de renouer avec la tradition hippocratique, pour aboutir à une classification des maladies selon un « ordre permanent et assujetti à certaines loix générales », Introduction…, op. cit., t. 1, p. vj.

31 Auguste Corlieu, Centenaire…, op. cit., p. 300.

32 Ph. Pinel, Introduction…, op. cit., t. 2, p. 373.

33 Baglivi (1668-1707) médecin italien, considéré avec Morgagni (1682-1771) comme une référence et un des précurseurs d’une réforme de la médecine. Pinel avait fait réimprimer ses œuvres en 1788.

34 Ph. Pinel, op. cit., p. 377.

35 Isidore Bricheteau, Discours sur Philippe Pinel, son école, et l’influence qu'elle a exercée en médecine, prononcé devant la Société médicale d’émulation de Paris dans sa séance publique du 5 décembre 1827, Paris, Panckoucke, 1828, disponible sur Medic@.

36 « Recension de l’ouvrage de Landré Beauvais, Sémiotique ou traité des signes des maladies », Journal de bibliographie médicale. 12, 1809. L’auteur consacre plus de 70 pages à l’étude du pouls, principal symptôme de la fièvre.

37 Ce cours de 1802 sera publié en 1825 à partir du manuscrit autographe d’un élève de Bichat, P. A. Béclard. Bichat, Marie-François-Xavier / F.-G. Boisseau (éd. et préf.). Anatomie pathologique, dernier cours de Xavier Bichat : d’après un ms. autographe de P.-A. Béclard, avec une Notice sur la vie et les travaux de Bichat / par F.-G. Boisseau... Paris, J.-B. Baillière, 1825. Disponible sur medic@.

38 R.-T. Laennec, Traité inédit sur l’anatomie pathologique, Paris, Alcan, 1884. La brochure contient seulement l’introduction et la première partie, avec une préface de Cornil, professeur d’anatomie pathologique à la faculté de médecine de Paris. Disponible sur Gallica. Laennec précise que le plan du cours de Bichat lui avait été communiqué par Buisson parent de Bichat et Fiezau son élève et ami.

39 R. T. Laennec, De l’auscultation médiate ou traité du diagnostic des maladies des poumons et du cœur, Bruxelles, Libr. médicale et scientifique, 1828. Il s’agit de la 2e édition, publiée deux ans après la mort de Laënnec, par J. Comet, avec une notice biographique de A.-J. Bayle.

40 Bouillaud, Éloge de Laënnec, Discours prononcé à l’érection de sa statue à Quimper, Paris, Malteste, 1869.

41 R.-T. Laennec, De l’auscultation médiate ou traité du diagnostic des maladies des poumons et du cœur, de Feugueray, Paris, 1819. L’ouvrage contient en préambule le rapport des académiciens signé par Percy, Pelletan, Portal, favorable à l’instrument. On lira aussi l’anecdote à l’origine de l’invention de l’instrument et ses évolutions pour le rendre plus opérationnel.

42 Philippe Pinel, Nosographie philosophique ou méthode de l’analyse appliquée à la médecine, vol. 1, Paris, Brosson, 1807, p. 321.

43 François Joseph Victor Broussais, Histoire des phlegmasies ou inflammations chroniques, Mequignon-Marvis et fils, Paris, 1838, 5e édition revue et augmentée de notes avec un portrait de l’auteur, p. 394 (ajouté en 1821).

44 Antoine Dubois, Broussais, Si, Sn, 1864, disponible sur Medic@. On pourrait ajouter que Pinel et Laënnec disparus, Broussais avait, enfin, le champ libre.

45 Son dernier cours (1836) était consacré à la phrénologie, sujet que Broussais considérait comme injustement décrié.

46 Antoine Dubois, op. cit., p. 94.

47 Ernest-Charles Lasègue, Éloge de M. le Pr. Trousseau prononcé par M. le Pr Lasègue, séance du 14 août 1869 de la Faculté de médecine de Paris, Paris, Parent, 1869, p. 19-20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Bousigue, « La clinique. Enseigner la médecine à Paris au début du xixe siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4838 ; DOI : 10.4000/framespa.4838

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Bousigue

Jean-Yves Bousigue, chercheur associé FRAMESPA (équipe Studium). jybousigue@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals