Navigation – Plan du site

Création de l’école régionale d’architecture de Toulouse : de l’art de bâtir à l’art du dessin (1903-1942)

Creation of the Toulouse Regional School of Architecture : From the Art of Building to the Art of Drawing (1903-1942)
Creación de la Escuela Regional de Toulouse : desde el arte de la construcción hasta el arte del dibujo (1903-1942)
Jean-Henri Fabre

Résumés

Avec la création des Écoles régionales d’architecture rattachées à la Section architecture de l’École des Beaux-arts de Paris, la démocratisation de la formation institutionnelle des architectes en France, développée à partir de 1903, se fera-t-elle au détriment des particularismes locaux ? Toulouse, pourtant sollicitée dès 1904, ne voit l’ouverture de son École régionale qu’à partir de 1940. La formation des architectes à Toulouse bénéficie d’une pédagogie axée sur l’acquisition progressive d’une compétence professionnelle. À l’inverse, Paris, postulant que l’on est ou pas architecte de naissance, se fonde sur l’émulation, cherchant à distinguer le meilleur d’une promotion plutôt que de s’assurer de la compétence professionnelle de ses élèves. Deux postures difficilement conciliables jusqu’à ce que la création de l’Ordre des architectes n’oblige Toulouse à se rallier à Paris.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marie-Laure Crosnier (dir.), Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-19 (...)
  • 2 « Les écoles régionales d’architecture », Bull. de l’art ancien et moderne, suppl., n° 201, 2 janv. (...)
  • 3 En 1833 l’EBASI comprend 4 Classes communicantes (dessin, peinture sculpture, architecture), puis c (...)
  • 4 Marjorie Guillin, L’anéantissement des arts en province ? » : l’Académie royale de peinture, sculpt (...)

1Pour permettre aux provinciaux de suivre la même formation que leurs condisciples parisiens de la Section architecture de l’École nationale et supérieure des beaux-arts (ENSBA)1 et, pour ceux qui le souhaitent, obtenir un diplôme officiel d’architecte, Joseph Chaumié, ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts institue en 1903 les écoles régionales d’architecture (ERA). Si Toulouse se félicite d’être parmi les premières villes universitaires retenues avec Bordeaux, Lille, Marseille, Nancy, Rennes et Rouen2, elle voit lui échapper une formation qu’elle contrôle continument depuis 1726 avec l’École de dessin de Rivalz et, de très près, depuis l’ouverture en 1833 de l’École des beaux-arts et des sciences industrielles de Toulouse (EBASI)3. Plusieurs questions se posent alors : va-t-on fermer la Classe d’architecture où, de 1882 à 1906, quatre Prix de Rome d’architecture, sans compter les logistes (ultimes concurrents du Prix de Rome admis « en loges »), avaient commencé leur formation, une Classe qui perdurait sous diverses appellations depuis la suppression de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse – seule Académie royale en province – instituée en 17504 ? Quels progrès pouvait-on escompter pour la formation au métier d’architecte alors que l’enseignement toulousain avait développé une pédagogie originale : une « conception polytechnique des Arts » ? La municipalité va-t-elle être privée de sa mainmise sur le programme et sur la gestion des personnels enseignants et administratifs ? Ses réticences sont si vives que l’installation de l’École régionale d’architecture de Toulouse (ERAT) ne commence qu’en août 1940 alors que Rennes et Rouen sont les deux premières en 1904, Lille et Marseille en 1905, Lyon en 1906 et en dernier, Bordeaux en 1928.

  • 5 Jean-Pierre Epron Eclectisme et profession, la création des Écoles régionales 1889-1903. Rapport de (...)
  • 6 Anne Richard-Bazire, « Après la bibliothèque », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 28 | 20 (...)
  • 7 Denyse Rodriguez-Tomé, « L'organisation des architectes sous la IIIe République », Le Mouvement Soc (...)
  • 8 Anne-Marie Châtelet, Franck Storne (dir.), Des Beaux-arts à l’université : enseigner l’architecture (...)

2Cette période particulière de structuration d’une formation régionale des architectes de 1903 à 1942 est accessible à travers différents types de sources : documents administratifs (délibérations du Conseil municipal, Conseils de surveillance, archives de l’ISDAT), pédagogiques (travaux des élèves, débats et ouvrages), journalistiques (programmes, palmarès…) et artistiques (comptes rendus d’expositions), auxquels s’ajoute une série d’entretiens menés en 2015. Pour les dynamiques, parfois contradictoires, amenant à l’institution des ERA, on se référera aux travaux précurseurs de Jean-Pierre Epron (1987)5, d’Anne Richard-Bazire (sur les tensions entre Paris et la province engendrées par ces créations)6, de Denyse Rodriguez-Tomé (sur le rôle des organisations professionnelles dans le débat sur les ERA)7, ou encore d’Anne-Marie Châtelet et de Franck Storne8 (qui permet la comparaison avec l’ERA de Strasbourg héritière de la pédagogie germanique).

1. Des succursales de l’ENSBA en province, débats préliminaires

3Les ERA sont créées en 1903 dans la foulée de l’Exposition Universelle de 1900 consacrant la gloire des architectes de l’ENSBA parisienne et, une fois encore la puissance de la IIIe République.

1.a Pourquoi des ERA ?

4Cette création répond à diverses demandes. On peut voir dans la création des ERA un effet du centralisme républicain cherchant à diffuser en province le style IIIe République. C’est le cas de la municipalité toulousaine qui y trouve l’expression d’un centralisme républicain radical-socialiste et d’une démocratisation de l’enseignement mais qui craint une acculturation au style « beaux-arts ». Denjean, rapporteur de la commission Enseignement sur l’offre du ministère propose au Conseil une approbation mais assortie d’une mise en garde :

  • 9 « Conseil municipal du 30 mai 1905 », Bulletin municipal de la ville de Toulouse (Désormais BMVT), (...)

Votre rapporteur croit devoir adresser sa protestation contre le fâcheux esprit de centralisation qui a animé la Commission chargée de l’organisation de ces écoles […] il espère que notre Maire, en sa qualité de Député, saura s’employer à lutter d’une façon utile, pour obtenir cette part de liberté régionale contre les grands pontifes de l’art officiel, qui revient, comme l’indique leur rapport, d’un art unique, inspiré de leurs seules personnalités9.

  • 10 Jean-Louis Pascal (1837-1920), Grand prix de Rome (GPR), président en 1904 de l’Académie des beaux- (...)
  • 11 Anne Richard-Bazire, art. cit., p. 10 note 57.

5Jean-Louis Pascal10, membre des commissions chargées de la question des ERA depuis 1901, voit effectivement ces écoles comme des « succursales de l’École de Paris11 ». Julien Guadet, dans son rapport sur l’organisation des ERA, présenté à la Direction des Beaux-arts, met en exergue l’inéluctable disparition « des anciennes originalités provinciales » :

  • 12 Cité par J-P. Epron, Eclectisme, op. cit., p. 89-93.

Rien assurément n’est plus respectable que le regret des anciennes originalités régionales. À cette ancienne diversité s’est désormais substituée […] une unité contre laquelle ne prévalent ni les différences de climats ni les différences de matériaux. De ces anciennes originalités de régions on ne peut plus parler qu’au passé12.

  • 13 Odile Foucaud, « L’architecture en pays toulousain », Toulouse, l’architecture au XIXe siècle, Musé (...)

6Pour Odile Foucaud, cependant, ce régionalisme n’est pas la conséquence d’une attitude passéiste « mais qu’elle est le fruit d’une pensée rationnelle et pragmatique13. »

  • 14 Achille Hermant, « L’organisation de l’enseignement de l’architecture en France » L’Architecture, j (...)

7L’autonomie des écoles, la question du régionalisme, font l’objet de longs débats dans les congrès d’architectes mais la majorité opte pour la « succursale ». Pour autant, les ERA s’inscrivent dans la poursuite de démocratisation de l’enseignement entreprise par cette République, ces études étant particulièrement longues – six à huit années, plus si l’on brigue les grands prix de l’Institut – et d’autant plus onéreuses qu’il faut résider à Paris. Mais c’est surtout une réponse à une demande ancienne14 d’associations d’architectes, la Société centrale des architectes français (SC), créée en 1840, regroupant l’élite de la profession, et l’Association provinciale des architectes français (AP), fondée en 1889, qui, dès cette date, étudie cette question. Toutes deux sont favorables à la création d’ERA mais pour des raisons différentes et s’opposent sur la question de l’officialisation d’un diplôme d’architecte, la SC y étant opposée.

1.b La question du diplôme d’architecte

  • 15 Poussée par celui de la toute récente l’École centrale puis spéciale d’architecture.

8Le passage d’un diplôme « maison » conférant un titre reconnu d’architecte – titre choisi plus tard par des associations d’élèves et d’anciens élèves – est mis en place par l’ENSBA15 en 1867, confirmé par autorisation ministérielle en 1874, officialisé en 1914.

  • 16 Julien Guadet (1834-1908), GPR en 1864, patron d’atelier à l’ENSBA (1871-1894), puis professeur de (...)

9Jusqu’à la fin du siècle peu d’élèves se soumettent à cette épreuve, le titre d’architecte diplômé n’étant obligatoire pour exercer qu’à partir de la création de l’Ordre en décembre 1940. Il est recommandé à partir des années 1880 pour les architectes briguant un emploi dans la fonction publique. L’AP pense, elle, qu’un diplôme officiel protégera les anciens élèves de Paris exerçant en province de la concurrence d’individus sans éducation qui, payant patente, peuvent s’établir architectes. Une protection plus efficace encore si les candidats d’origine modeste peuvent suivre en province le cursus de l’ENSBA et donc obtenir plus facilement ce diplôme dont les épreuves doivent cependant se dérouler à l’ENSBA. Avec la notoriété de l’ENSBA, il permettra aux architectes sans relations d’accéder à la commande. La SC avance des motivations plus idéologiques : l’accessibilité pour les provinciaux du programme de l’ENSBA distinguera du vulgaire l’architecte, artiste de haute stature morale, ne se commettant ni avec l’entreprise ni avec la banque pour préserver et garantir sa liberté d’artiste. L’architecte pratique un art et n’exerce pas un métier : un artiste ne se diplôme pas selon Julien Guadet16 qui ne se rallie que sur le tard à ce diplôme. Il rédige un code des devoirs professionnels agréé par le Congrès des architectes de 1895 à Bordeaux, installant ce métier dans un isolat prétendant lui garantir sa liberté de création. Grâce à lui, dans les années 1960 l’architecte est encore montré aux élèves comme un pur créateur entouré d’ennemis : le client ou le promoteur, l’instructeur de permis de construire, l’ingénieur, l’entrepreneur.

L’architecte en majesté, 1906.

L’architecte en majesté, 1906.

L’ARCHITECTE n° 3, 1906, revue du syndicat des architectes diplômés par le gouvernement, p. 17.

Cité de l’architecture et du patrimoine.

1.c Le lien avec l’ENSBA

  • 17 Les temps de ce rituel : 1/ en 12h, lecture du programme d’un concours d’émulation par le professeu (...)
  • 18 Jean-Louis Gilet (pseudonyme Chirol), « L’architecte, son type, ses études et leurs variétés » Art (...)

10L’autorité morale de Guadet a commencé à être reconnue lorsqu’élève, avec son condisciple Pascal et la bénédiction de l’Institut, il s’était opposé à la réforme rationaliste voulue en 1863 par Napoléon III et portée par E. Viollet-le-Duc, qui ne put la mener à son terme. La Section architecture de l’École est jusque-là séparée en deux lieux d’enseignement : le premier situé à l’École, rue Bonaparte, accueille des cours magistraux pas vraiment obligatoires et surtout, moments très importants dans le rituel académique17, les jugements et affichages des concours, esquisses, concours d’émulation ou projets « rendus », concours de fondations ou de l’Institut. L’affichage et le jugement ont lieu dans une grande salle basilicale ; dans son abside, une statue de Melpomène, d’où le nom de melpos donné aux affichages et à cette salle, la Melpo, où selon Jean-Louis Gilet les panais « ont succombé en holocauste à cette déesse gigantesque, dressée impavide et fatale dans la lumière troublante de la grande salle Melpomène18. » Les prix de Rome d’architecture sont exposés dans le narthex ouvrant sur le quai Malaquais et, au-delà, le Louvre de Louis XIV.

  • 19 Guy Lambert « La pédagogie de l’atelier dans l’enseignement de l’architecture en France aux xixe et (...)
  • 20 Le cabinet de l’architecte et l’atelier du patron sont parfois un seul et même local sous l’autorit (...)

11Le deuxième lieu concerne les ateliers19, en nombre non limité, extérieurs à l’École mais dans son environnement proche. C’est un local privé20, financé par la « masse » (cotisations des élèves, parfois du « patron »), où l’on dessine les concours d’émulation sous la conduite du patron, dont la seule obligation est d’être reconnu par l’Institut, lequel contrôle aussi les melpos. La réforme de 1863 voulant rendre la formation plus démocratique et rationnelle, l’enlève de la tutelle de l’Institut, la remplace par celle d’un Conseil des études émanant de l’École et installe trois ateliers officiels, dits intérieurs, situés cette fois dans l’École, de ce fait gratuits et dont les patrons sont choisis et rémunérés par l’École. Au nom de la liberté du choix de tendance, la révolte étudiante conduite par Guadet et Pascal obtient la possibilité de créer à côté de ces ateliers intérieurs soupçonnés d’édicter l’architecture officielle, des ateliers dits libres ou extérieurs aux mêmes conditions qu’avant 1863. L’accès aux cours pour les provinciaux n’est pas un problème pour Guadet :

  • 21 Julien Guadet L’enseignement de l’architecture, conférence faite à la Société centrale des architec (...)

Mais ces cours dont je ne veux d’ailleurs nullement diminuer le mérite ne sont pas l’essence même de l’École ; c’est dans les ateliers que l’élève se forme […] On pourrait presque dire : l’École des Beaux-Arts, ou les Écoles des Beaux-Arts, ce sont les ateliers – qu’ils soient d’ailleurs en deçà ou delà d’une grille – et la preuve en est que à part le cours de construction […] ce serait un changement presque inaperçu si d’aujourd’hui à demain nos cours oraux se trouvaient supprimés21.

12C’est d’autant moins un problème, pense-t-on, que le décret de 1903 impose à toutes les ERA le même programme de cours magistraux. Ce qui est un faux-semblant : les épreuves de mathématiques, de géométrie descriptive pour le concours d’admission, de perspective linéaire au début de la Seconde classe, sont, certes, jugées à Paris mais la sanction des autres n’est pas à l’abri d’un laxisme provincial ou parisien. Quant au cours fondamental, le cours de Théorie de l’architecture, incombant aux Patrons d’Ateliers souvent directeurs d’ERA, il n’a donné matière à aucune édition : ou bien il consiste en un commentaire par le Patron du traité de théorie énoncé à Paris, quand il est édité, ou bien le plus souvent l’élève en prend connaissance, ou pas, par une lecture d’autodidacte.

13Guadet et la plupart de ses confrères approuvent le projet de création d’écoles en province. Des divergences apparaissent cependant sur la sanction de la formation acquise dans ces écoles. Depuis 1882, on débat, en effet, sur la création de « brevets » ou de « certificats de capacité » mais on se demande s’ils ne dévaloriseraient pas le diplôme préexistant de l’École des Beaux-arts ? En outre ce certificat et tout autre brevet iraient contre la liberté d’exercer avec la fin des corporations.

14Pour la SC, les ERA sont de fait considérées comme des ateliers extérieurs. Ce libéralisme n’empêche pas Guadet d’avoir un objectif élitiste, géographiquement marqué : il est favorable à l’existence d’une École supérieure, située à Paris, pour l’élite des Ateliers. À son tour Vichy créé une « super » école, une « Section des Hautes Études Architecturales » (1941). L’idée d’une « Haute école » perdure jusqu’à la réforme dite « réforme Debré » ou « petite réforme » dont le décret du 16 février 1962 prévoit des Écoles nationales d’architecture, dont la Section architecture de l’ENSBA, et un « Centre de spécialisation et de recherches architecturales » à Paris.

1.d La question des élèves

  • 22 Jean-Louis Pascal, « Les Écoles Régionales d’Architecture », L’Architecture, n° 42, 15 oct. 1904, p (...)

15Une autre question traverse les débats de la Commission préparant l’établissement des ERA : la jeunesse des élèves débutants. Pascal voit dans la création des ERA la possibilité pour les débutants de « bien s’organiser sous le contrôle de la famille, entre la dix-septième et la vingtième année à Toulouse ou à Lille » et « il serait bien désirable que de trop jeunes gens ne fussent pas lâchés à tort et travers dans notre grande ville22. » Parmi ces jeunes gens exposés aux turpitudes de la vie de bohème, rares sont les jeunes femmes.

  • 23 Émile Bertone, « L’Architecture à l’Exposition des Écoles départementales », L’Architecte, n° 1, 15 (...)

16Les tenants d’une architecture « située » y voient un intérêt différent : commencer sa formation dans sa province et avoir une bonne connaissance de l’architecture locale avant d’être imprégné des principes de l’ENSBA limite les risques d’une uniformisation de l’architecture. Pascal repousse cet argument : un architecte ainsi formé à Marseille ne pourrait donc exercer à Bordeaux. Reste le passage d’une ERA à un atelier parisien : s’il est sans limitation les ERA risquent de voir partir leurs élèves une fois passé le concours d’admission. On opte pour l’obligation de rester sur place jusqu’à la fin de la Seconde Classe. Enfin, la Commission met en garde contre les faux débats qu’entraîne l’inévitable rivalité entre Paris et la province23.

  • 24 Le siège de l’Ordre régional des architectes, créé et logé lui-aussi fin 1940 à l’EBASI, est quasim (...)

17Dans la Classe d’architecture de l’EBASI, cette rivalité se manifeste, au moins depuis le Second empire, par une acculturation/défiance de l’ENSBA parisienne qui s’interrompt avec la création de l’ERAT en 1940, laquelle n’est qu’une succursale de l’Atelier parisien des Lemaresquier, logée à l’EBASI24.

2. Régionalisme de l’EBASI, universalisme de l’ENSBA : quid de l’originalité pédagogique de l’école d’architecture toulousaine ?

  • 25 Luce Rivet-Barlangue, art. cit.
  • 26 Archives Municipales de Toulouse (AMT), 301W5.
  • 27 « Conseil municipal du 3 mars 1905 », BMVT, p. 34 et « Conseil municipal du 21 janvier 1907 », Ibid (...)
  • 28 Julien Guadet, L’enseignement de l’architecture, op. cit., p. 13.

18En cette fin du xixe siècle, pour Luce Barlangue, « Toulouse radicale joue sa carte politique auprès du pouvoir central comme capitale intellectuelle et artistique25. » Être l’une des premières ERA serait une reconnaissance de l’enseignement de l’EBASI dont on commençait à douter à Toulouse et ailleurs, exceptée pour l’architecture et les arts décoratifs industriels : les inspecteurs ministériels ont toujours des commentaires élogieux de l’enseignement d’Eugène Curvale (1861-1931), de son successeur Paul Bonamy (1865-1942) puis de Jean-Louis Gilet (1902-1964) assisté de Pierre Férès (1911-1972)26. En 1903, une Commission ministérielle doit évaluer si les villes sollicitées répondent aux critères du ministère. Cette Commission rencontre la municipalité à cinq reprises en 190427 et Toulouse répond à tous les critères : bibliothèque conforme, locaux de l’EBASI rénovés avec de nombreuses loges sous les combles, Palais des arts adoubé par Guadet en tant qu’architecte des Bâtiments civils, élèves bien classés dans les concours parisiens au début du siècle. En outre, depuis une conférence donnée en 1882 où il proposait la création d’ « écoles professionnelles », sortes de Troisième Classe précédant les deux Classes de l’École de Paris réservées, elles, à une élite, Guadet avait placé Toulouse parmi les écoles les plus aptes à assurer cette « Troisième Classe »28. Ce n’est donc pas dans une absence de conformité aux critères de la Direction des Beaux-arts qu’il faut chercher le décalage de création entre les premières ERA et l’ouverture de celle de Toulouse mais plutôt dans une posture politique de la municipalité et de l’EBASI. Comment Toulouse, dans le domaine de la formation de ses architectes, va-t-elle dépasser ses contradictions entre l’ENSBA, temple révéré d’une architecture universelle, vouée à la préservation de la pureté de l’artiste, et l’EBASI, creuset d’un art se disant régional, dotée d’une pédagogie originale, progressiste parce que progressive et professionnalisante ?

2.a Acculturation/défiance Toulouse-Paris

19Les exemples d’acculturation/défiance entre les deux écoles ne manquent pas : de 1850 à 1938, l’EBASI organise des prix triennaux dont le Grand prix municipal d’architecture. Le lauréat devient « pensionnaire de la ville à l’École de Paris » et perçoit une bourse pendant trois ans. En contrepartie, il doit envoyer à l’EBASI pendant la même période des travaux personnels et des concours d’émulation que ses anciens condisciples peuvent consulter à la bibliothèque de l’École. Ces envois seront à partir de 1931 exposés au palais des Arts. C’est le dispositif en réduction du Grand Prix de Rome et des envois de Rome. Les boursiers vont par l’envoi de leurs pochades et de leurs concours contribuer à acculturer leur ancienne École toulousaine aux modes de l’École parisienne.

  • 29 BMVT, séance extraordinaire du 21 juillet 1880, p. 428-439.
  • 30 AMT, 1R71.

20À l’inverse, en 188029, le ministère ayant attribué à l’EBASI une subvention de 16 000 F, son budget passant à 56 150 F, la municipalité voit dans cette libéralité le risque d’une progressive soumission aux directives parisiennes. Mais quand la Toulouse rose commence à imposer ses briques rouges la porte d’entrée de la blanche faculté de pharmacie financée en grande partie par la ville et livrée en 1891 par l’architecte Joseph Thillet, formé à Toulouse puis à Paris, est la copie intégrale de celle du palais des Arts de l’ENSBA. À l’inverse, la municipalité, voyant transférer au ministère le recrutement de l’ERAT alors que celui-ci était l’apanage la municipalité, craint la mainmise de l’État sur le personnel de l’ERAT, du directeur aux garçons de salle, n’entraine la nomination de professeurs exogènes, ce qui n’était jusque-là jamais arrivé, voire la « nomination de fonctionnaires parisiens vaniteux30 ».

2.b L’originalité de la pédagogie toulousaine

  • 31 AMT, 301W193.
  • 32 J.-P. Epron, « Le débat technique », Comprendre l’éclectisme…, op. cit., p. 120-143.

21Les particularités pédagogiques de l’EBASI ne sont pas transposables à l’École des beaux-arts de Paris. Si le dernier niveau de la Classe d’architecture consacré à la composition n’est pas éloigné d’un Atelier parisien31, les deux autres, le premier surtout, par leur progressivité, leur ouverture sur les autres Sections, la mixité sociale et disciplinaire des élèves, ne peuvent se concilier avec la pédagogie de Paris fondée sur l’émulation, la composition, l’expression graphique. Dans son chapitre « Le débat technique »32, Epron décrit aussi bien dans la pratique professionnelle que dans la formation des architectes, les débats opposant au xixe siècle les tenants d’un architecte qui dimensionnerait ses ouvrages par le calcul et ceux qui, écartant le calcul de la conception plastique, en tiennent pour un dimensionnement des ouvrages par la copie, y compris celle d’édifices tirés des planches du corpus historique. Ces derniers étant majoritaires, Epron évoque Viollet-le-Duc, inquiet de ce déni de l’édifice comme résultant d’une mise en œuvre et cite son avertissement :

  • 33 Eugène Viollet-le-Duc « Il y a quelque chose à faire », Gazette des beaux-arts, 1862, p. 123.

L’École centrale (des arts et manufactures) envoie ses élèves visiter les chantiers, examiner les procédés, analyser nos vieux monuments si pleins d’enseignements ; […] toutes choses continuant sur ce pied, l’École centrale un matin se trouvera la véritable École des beaux-arts, au moins pour ce qui concerne l’architecture33.

  • 34 Bertrand Lemoine, Architecture et technique. La formation technique des architectes à l’École des B (...)
  • 35 Jean-Henri Fabre « Les élèves-architectes et la construction, conformisme et originalité de leur fo (...)

22Dans un texte concis et clair, Bertrand Lemoine34 a une perception plus optimiste. Comparant l’enseignement de la construction à l’École polytechnique, à Centrale et à l’ENSBA, cette dernière reste pour lui tout à fait performante. Mais les programmes affichés et/ou leurs traités rentrent-ils tous dans l’emploi du temps des élèves, quand ils y assistent ? La qualité graphique des planches des concours de construction n’est-elle pas trop sidérante pour qui n’a pas appris les techniques de rendus beaux-arts ou qui n’a pas eu à transmuter ses dessins en édifices ? L’enthousiasmante description du cours (1802-1817) et du très célèbre traité de l’architecte Jean Rondelet (1743-1829) ne l’est-elle pas surtout pour eux qui savent déjà construire ? Quant à l’intérêt pédagogique du chantier, Lemoine n’en parle que dans sa description de l’École polytechnique et s’il prête à Rondelet l’intention d’intégrer celui-ci dans son enseignement, c’est dix ans après sa retraite35.

Art et fabrication.

Art et fabrication.

L’atelier bois de l’école des beaux-arts et sciences industrielles de Toulouse (EBASI) c. 1920. Installé dans l’ancien préau donnant sur la cour de l’Abbé et la cour d’honneur, il est visible de tous

© Archives municipales de Toulouse.

23L’antagonisme entre les deux pédagogies vient de ce que l’EBASI depuis son origine pratique ce qui pour l’ENSBA est une offense à la pureté de l’artiste et déroge à la noblesse de l’art : la réunion de l’art et de la technique, la cohabitation des artistes et des techniciens. Patrice Bonnet, directeur de l’EBASI de 1934 à 1942, insiste sur cette réunion en 1934 :

  • 36 Patrice Bonnet, « Discours à la distribution des prix du 5 juillet », BMVT, 38e année, juillet 1934 (...)

Notre enseignement traditionnel jette comme en un creuset magique tous les métaux ensembles. L’ouvrier du bâtiment, l’ouvrier d’Art, l’Artiste y subissent un traitement commun. L’Architecte, le Peintre, le Sculpteur, échangent leurs outils et leurs méthodes […] l’ornementiste du bâtiment ou du meuble aiguise sa sensibilité au contact de celle du futur statuaire ; le charpentier et le tailleur de pierres présentent et mesurent les problèmes qui s’imposeront à l’architecte. Ce mélange… c’est surtout un hommage singulièrement averti à la Technique… Or, à cette conception polytechnique des Arts qui est une originalité propre à notre vieille École, j’ai la joie de reconnaître une autre vertu […] Le mélange des Techniques, c’est aussi, en effet le mélange des Techniciens et, autant sur le moment même que par anticipation, le mélange des niveaux sociaux36.

  • 37 Maxime Decommer, Les architectes au travail. L’institutionnalisation d’une profession (1795-1940), (...)

24En retour, les élèves architectes de Toulouse – dont beaucoup sont fils d’artisans – se familiarisent avec la fabrication. À l’ENSBA, en revanche, celle-ci est considérée comme triviale, alors même que l’école est plusieurs fois avertie de l’incompétence de ses élèves en ce domaine. René Binet (1866-1911), l’architecte du magasin du Printemps, propose au début du xxe siècle « l’aménagement de « laboratoires » sur le site de l’ENSBA pour que les élèves pratiquent régulièrement le façonnement des matériaux de construction et ne se trouvent plus « humiliés devant les connaissances du moindre maître-maçon37. »

25Ces carences perdurent puisqu’en 1956, une commission de réforme missionnée par le Directeur général des arts et lettres propose avec « la création d’une Galerie des matériaux »,

  • 38 Arch. ENSAT et Archives personnelles de J.-H. Fabre, Rapport intermédiaire, t. II, 1956, p. 35-38.

un chantier purement scolaire en vue d’un enseignement des matériaux et de leur mise en œuvre, de dosage, de gâchage de mortiers et de béton, de sondages et de terrassements. Ces chantiers pourraient s’organiser avec le concours d’organismes du bâtiment38.

26Ce qui ne sera pas suivi d’effets. Il faudra André Malraux et son directeur général de l’architecture, Max Querrien pour qu’avec la « Petite réforme » de 1965 apparaissent les prémisses d’une réactualisation de la formation des architectes. Toulouse n’avait pas attendu aussi longtemps pour aborder le chantier dans sa Classe d’architecture. Ses derniers programmes, inchangés de 1920 à 1938 indiquent encore :

  • 39 « Conseil municipal du 15 oct. 1920 », BMVT, p. 322 et AMT 1R625, palmarès 1937-1938, p. 16.

Études mathématiques, des principes élémentaires à la composition comprise, d’après les modèles de tous les temps, de tous les styles et des relevés d’après nature. Ponts et chaussées. Visites de chantiers. Ornementation architecturale. Perspective. Stéréométrie. Classe à trois divisions39.

27À la troisième et dernière division consacrée à la composition et au rendu de projets s’ajoutent les cours disciplinaires et les enseignements simultanés. Une photo de la Classe prise vers 1910 montre le professeur Paul Bonamy et un groupe d’élèves de première Division. Au mur, des plâtres d’antiques et d’ornements, des lavis d’ordres, une perspective piranésienne et, avec l’absence de jeunes femmes, rien que de très ordinaire pour un atelier d’architecture. Mais on distingue la maquette d’une travée du très récent pont des Catalans livré en 1904-1907 par un maître du béton armé, l’ingénieur Gabriel Séjourné (1851-1939) : un tablier en porte-à-faux en béton armé apparent supporté par deux arches parallèles en pierres appareillées parmi les plus pures de France. Autant de motifs de son exclusion de l’ENSBA où de toute façon les maquettes de projets n’entraient pas dans les Melpos.

Classe d’architecture toulousaine

Classe d’architecture toulousaine

Paul Bonamy et ses élèves vers 1910 dans une salle de l’école des beaux-arts et sciences industrielles de Toulouse (EBASI)

© Christian, Cros Archives laboratoire photographiques de l’ENSAT.

  • 40 Renaud d’Enfert, « Jomard, Francœur et les autres... Des polytechniciens engagés dans le développem (...)
  • 41 L’un des arguments des tenants du dessin linéaire était que la géométrie qui servait à tenir la mai (...)
  • 42 Jules Chalande « Les monuments de Toulouse », Mémoire de l’Académie des sciences […] de Toulouse, 1 (...)

28Cette Classe d’architecture toulousaine peut-elle concilier sa pédagogie rationnelle et la copie des ordres antiques ? Pierre Esquié, GPR en 1882, patron d’Atelier, en donne deux exemples : son Traité élémentaire d’architecture (1897) et son palais des Arts à l’EBASI. Le Traité est un manuel pour débutants. Réédité jusque dans les années 1940, il semble s’inspirer du Traité élémentaire pratique d’architecture de Jean-Arnoud Leveil (1806-1866) GPR. Mais si Leveil est une succession de cinq ordres ombrés, sans intention didactique, Esquié est structuré par une pédagogie progressive : d’abord l’acquisition de rudiments de tracés guidée par des figures géométriques puis la représentation en 2D d’éléments d’un ordre simple. Parce qu’ils sont simples, on acquiert aisément cette articulation – que Vitry lui-même trouvait complexe – entre plan/coupe/élévation, structurée par la géométrie descriptive qui n’est donc pas seulement enseignée comme un chapitre de l’aride géométrie projective. L’appareillage est toujours figuré, art et technique étant indissociables. C’est la pédagogie du dessin linéaire40, rationnelle et progressive, introduite par les fondateurs de l’EBASI en 1833, encore appliquée dans les années 1930. Puis on passe à l’assemblage de morceaux pris dans les cinq ordres, leurs détails et leur construction étant devenus familiers. Les cours annexes de descriptive étant suffisamment avancés par ailleurs, on en vient au tracé des ombres, puis à celui des charpentes et des pans de bois, des menuiseries des baies et enfin la stéréotomie de voûtes relativement complexes. L’élève est maintenant armé pour affronter la conception de projets. C’est la trame de la pédagogie de la Classe d’architecture depuis sa création. À l’ENSBA, en revanche, puisque l’on est, ou pas, architecte de naissance, le débutant doit pouvoir concevoir un projet en même temps qu’il commence à peine à acquérir des rudiments de représentation et de construction. À l’EBASI, on se familiarise d’abord avec les matériaux réels, avec les éléments du projet avant de concevoir. On retrouve les effets du saint-simonisme local – la formation à un métier – et de la Franc-maçonnerie41 – la rationalisation de la conception plutôt que la subjectivité – qui avaient présidé à la création de l’EBASI. Regardons maintenant le palais des Arts, vilipendé dès sa livraison42. On ne considère généralement que la façade sur quai sans chercher à voir l’intérieur de l’édifice et sa façade sur cour. C’est d’abord la réponse à un programme municipal fait de régionalisme et d’allégeance à la République. C’est aussi un manuel de préceptes du projet en vraie grandeur. Sa façade sur quai reprend un morceau du prix de Rome de 1891, elle est évidemment d’un style beaux-arts et s’adresse aux Toulousains. Mais l’élève qui ne se satisfait pas de ces facilités peut y voir une invitation à quitter ce style qui lui assurerait une carrière confortable. Les trois travées sont sommées d’une table discrète assignant une temporalité à chaque art : l’Antiquité pour la sculpture, la Renaissance pour la peinture, ce qui est académique, mais le Moyen Âge pour l’architecture, ce qui l’est moins. L’épigraphie de cette travée ne mentionne aucun maître d’œuvre de cathédrale ou architecte médiéviste. Il faut aller les chercher, sobrement gravés, sur l’élément en retours raccordant la façade à l’ancien couvent comme une invitation à pénétrer à l’intérieur : P. de Monterau au-dessous R. de Luzarches et enfin Viollet-le-Duc. L’édifice est un catalogue rationaliste de techniques classiques et modernes de construction pierre, brique, bois et fer, exprimées dans toute leur vérité structurale. La façade sur cour, un appel à l’architecture régionale avec la reprise de l’appareillage du château de la Réole du fils Bachelier. Son vestibule, un poncif 3D d’esquisse d’admission.

3. Vers la création de l’École régionale d’architecture de Toulouse

29Malgré cette longue résistance de l’EBASI à la mainmise parisienne, plusieurs éléments vont mener à la création de l’ERAT.

3.a Les Toulousains et l’Atelier parisien des Lemaresquier

  • 43 Atelier Esquié (1895-1909) repris par Léon Jaussely (1910-1924).

30Le premier est lié à un lien de dépendance particulier entre une ville et un Atelier parisien des plus académiques. Depuis la fondation en 1890 de l’Atelier extérieur André Laloux les Toulousains montant à Paris vont préférentiellement dans cet Atelier, sauf si un Toulousain est lui-même Patron43 puis à partir de 1937 chez son successeur Charles Lemaresquier, lui-même ancien de Laloux, et de 1951 à 1965, à l’Atelier devenu intérieur de son fils Noël dit Le Maresquier, pour se démarquer de son père, l’un et l’autre membres de l’Institut. Cette dépendance scolaire se reproduit dans la pratique professionnelle : les Lemaresquier vassalisent la région : leurs anciens élèves ou condisciples sont leurs associés ou architectes d’opération dans les commandes qu’ils obtiennent en tant qu’architectes BCPN. Plus encore, les premiers enseignants de l’ERAT, tous anciens de l’Atelier Lemaresquier, les Toulousains Jean-Louis Gilet, Paul de Noyers, Robert Valle d’origine tessinoise, sont en affaire avec les Lemaresquier. Charles Lemaresquier est invité à des jurys de l’EBASI. Noël, ayant replié l’Atelier de son père à Toulouse pendant l’Occupation, remplace à la tête de l’ERAT Gilet, contraint de démissionner après la Libération de Toulouse, jusqu’à sa réhabilitation en 1952. Remonté à Paris dès 1944, déléguant officieusement ses charges d’enseignant à son architecte d’opération Paul de Noyers, Noël reprend l’agence de son père, prépare sa succession à l’ENSBA, officieusement en 1951, définitivement en 1952 et comme son père devient l’un des plus importants pourvoyeurs de prix de Rome. Avec eux le dessin de projet se dégrade en un art graphique où le rendu compte autant ou plus que l’édifice comme le montre le plan de l’asile d’aliénés de Lannemezan semblable à celui du prix Roux de Gilet. C’est la pédagogie que Gilet substituera à celle de la Classe d’architecture lorsqu’il créera l’ERAT.

3.b Le rôle de Gilet

  • 44 Avant son retour, fort de l’appui de Laloux pour relancer une ERAT il contacte sans succès l’adjoin (...)
  • 45 Art Méridional, n° 24, août 1937, p. 1-2.

31Le deuxième concerne l’ambition de Jean-Louis Gilet (1902-1964). Petit-fils et fils d’architectes, il intègre après une scolarité brillante à l’EBASI l’Atelier Laloux-Charles Lemaresquier. Lauréat de plusieurs prix, il revient à Toulouse en 193244 et s’associe à son père. En 1935, il crée Art méridional, revue où il exprime son attachement à la pédagogie académique, celle de l’atelier et au rôle du Patron « beaux-arts »45. Il y désigne la « haute composition » comme le nec plus ultra du dessin de l’architecte et l’ENSBA comme l’école la plus apte à transmettre ce savoir. L’ostension de la technique constructive – la marque de Pierre Esquié pour le palais des arts et les aménagements de l’EBASI – n’est pas de son goût. En 1938, il répond aux observations de Paul Landowski, directeur de l’ENSBA :

  • 46 Art méridional, n° 37, sept. 1938, p. 2-4.

Monsieur Landowski […] veut bien reconnaître que l’académie de la rue Bonaparte « est la première école d’Architecture du monde mais hélas ! l’enseignement scientifique et technique y est trop négligé » […] Labatut (Carlu aussi) […] ne daigna jamais passer ses examens de physique et de chimie – ce qui ne l’empêcha pas de professer brillamment à Princeton… Ah ! non, si l’étranger veut un ingénieur, il va le chercher à Centrale, à Polytechnique, à Munich ou à Zurich. S’il veut un architecte il va à Paris rue Bonaparte46.

32Célébrant les mœurs « beaux-arts », Art méridional apparaît comme une tribune dont Gilet aidé de Férès se sert pour préparer l’establishment architectural toulousain à sa future prise de pouvoir avec la création de l’ERAT.

  • 47 Ceux qui préparent le concours d’admission.

33Paul Bonamy, le patron de la Classe d’architecture mis à la retraite en 1937, un concours en principe ouvert désigne Gilet pour lui succéder comme titulaire de la Classe. Férès, ancien de l’EBASI et de l’Atelier Expert, devient son assistant chargé des premiers niveaux. Il sera plus tard responsable de la classe des admissionnistes47 à l’ERAT. En 1937, Gilet décrit le rôle du patron d’Atelier :

  • 48 J.-L. Gilet « Victor Laloux » Art méridional, n° 24, août 1937

Le Patron, c’est l’affection très douce d’un grand-père, intimidant un peu, […] signalant d’un geste bref du pouce écrasé sur la planche la faute à éviter, bousculant tout ce qui rétrécit, tonnant contre ce qui est laid ou veule48.

  • 49 Cette architecture se voulant régionale apparaît aussi à l’ENSBA.

34Gilet évoque ce que nous appelons la « correction sur table ». L’élève en loge reçoit le programme d’un édifice dont il ignore peut-être les spécificités fonctionnelles. En 12h. il doit produire une esquisse à mettre au point sans pouvoir s’en écarter pendant environ un mois. Quel est le rôle du patron dans la correction du projet ? Il entre à l’atelier comme l’élève entre en loge, sans avoir à préparer un cours qui porterait sur la thématique du programme : l’esquisse dessinée préalablement a déjà figé le parti du « rendu ». Il va improviser un commentaire à partir des dessins de plus en plus fouillés de son élève. C’est donc l’élève qui fournit à son professeur la matière de son discours. Cette correction sur table existe aussi à l’EBASI, dans les derniers niveaux mais elle est précédée de ces exercices progressifs évoqués plus haut qui évitent à l’élève de devoir se forger ses outils en même temps qu’il doit apprendre à les manier. Avec l’arrivée de Gilet, on s’attend à une inflexion des projets vers l’expression d’une architecture régionale49 mais Art Méridional de juillet 1938 consacré aux prix de l’EBASI reproduit une composition architecturale néoclassique.

3.c La création de l’École régionale d’architecture de Toulouse (1940-1942)

35Des faits de divers ordres amènent Vichy à répondre favorablement aux sollicitations de Gilet, tels la création de l’Ordre en décembre 1940, l’obligation du diplôme d’architecte DPLG, le repliement d’une partie de la Section architecture de l’ENSBA en zone non occupée, Lyon devenant le centre où se déroulent les jurys d’admission et les Melpos, mais aussi le fait que depuis 1915 trois autres anciens de l’EBASI ont été lauréats du GPR d’architecture. Compte-tenu des circonstances l’officialisation de l’ERAT, obtenue définitivement en 1942, prendra quelques temps mais dès la fin 1940 Gilet et Férès participent à des jurys de Melpos à Lyon et en 1941 des Toulousains désignés comme élèves de l’ERAT sont reçus à l’admission, tandis que d’autres obtiennent des mentions en projets rendus et même des prix de fondations. La transition de la classe d’architecture vers une ERA se fait avec une certaine réticence de la part de l’EBASI : les admissionistes de 1941 doivent sécher les cours de la Classe pour passer les épreuves du concours et elle ne disparaît des palmarès qu’en 1943. En août 1944, Gilet est remplacé par Noël Le Maresquier, La confrontation de la photo de la Classe de Bonamy avec celle de l’Atelier Le Maresquier-Valle-de Noyers prise en 1948 révèle la perte de rigueur pédagogique qui vient de s’opérer : à la place de copie d’antiques, de lavis et d’une maquette de pont, une fresque plus lubrique qu’érotique, à la place d’une salle bien ordonnée, des murs déjà crasseux.

ERAT 1948 Atelier Le Maresquier

ERAT 1948 Atelier Le Maresquier

L’Atelier Le Maresquier de l’école régionale d’architecture de Toulouse en 1948.

© Coll. privée Michel Barrué.

36L’heure est au primat du dessin artistique et du rejet de tout discours disciplinaire : le dessin de construction devient un effet plastique dans cette étude analytique de « Toitures, cheminées, lucarnes et lanternes » : sur un format grand-aigle, le dessin de la charpente de la flèche ne sert qu’à détacher celle-ci du fond.

Le dessin de construction comme effet plastique

Le dessin de construction comme effet plastique

ENSBA, 2e Classe, concours d’Éléments analytiques « toitures, souches de cheminées, lucarnes et lanternes » donné le 02/10/64, format grand-aigle, J-H Fabre, Atelier de Noyers-Valle

© Coll. privée de l’auteur.

  • 50 Antonio Brucculeri, « Un historien chez les architectes : l’enseignement de Louis Hautecœur aux Bea (...)

37L’heure n’est pas non plus à ouvrir les élèves à d’autres discours relevant, par exemple, de l’archéologie : celle-ci n’est pas apte à parler d’architecture50. C’est ainsi que l’ENSBA et les ERA se coupèrent du débat intellectuel et n’eurent aucune relation avec l’Université, contrairement à ce qui se passait en Italie et en Angleterre, jusqu’à la suppression de la Section architecture en décembre 1968 par André Malraux et son remplacement par les Unités pédagogiques d’architecture devenues aujourd’hui Écoles nationales supérieures d’architecture.

Conclusion

  • 51 AMT, 301w14.
  • 52 La « petite réforme » de 1965 répartit les Ateliers en trois groupes A, B et C, selon leurs tendanc (...)

38En 1903, le palmarès du 1er niveau de la Classe d’architecture présente pour le même enseignement deux tableaux : l’un pour les élèves entrepreneurs, l’autre pour les élèves architectes. La loge, ancêtre médiévale de l’agence, et la communauté technique du chantier sont là réunies. Dans un courrier daté du 30 juin 1942 adressé à Vichy, Gilet, devenu directeur de l’EBASI en même temps que Patron de l’ERAT, indique qu’après avoir écarté les non-bacheliers des classes préparatoires « un enseignement particulier a été créé à leur usage […] commis d’architectes, entrepreneurs, métreurs-vérificateurs, géomètres, etc.51 » L’architecte n’est plus un bâtisseur mais un artiste dessinateur et significativement les commis sont relégués sous les combles alors que l’ERAT occupe l’étage noble. En 1967, Paul Gardia, co-patron de l’Atelier C52, et son associé Maurice Zavagno demandent à un collectif d’élèves plasticiens, peintres et sculpteurs, et architectes de l’Atelier C de concevoir et de réaliser le 1 % œuvre d’art pour le CFA de Labège dont ils achevaient la réalisation. L’art, l’architecture et la fabrication sont à nouveau réunis et donnent naissance à une grande sculpture-structure tridimensionnelle à vecteurs actifs.

CFA DE LABEGE, 1 % artistique

CFA DE LABEGE, 1 % artistique

Étudiants de l’école régionale d’architecture de Toulouse sous un échafaudage en 1968-69. L’art, l’architecture et la fabrication sont à nouveau réunis.

© Coll. privée de l’auteur.

39En 1970, l’Unité Pédagogique d’Architectures s’installe dans ses nouveaux locaux mitoyens de l’université Toulouse-le Mirail. Elle comprend des laboratoires d’acoustique et de thermique, des ateliers bois et fer dotés de machines professionnelles. Nombreux sont ceux qui considèrent alors en avoir fini avec l’ENSBA et l’architecte-dessinateur de mode.

Racines et rameaux

Racines et rameaux

Sur l’emplacement de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse, gridshell conçue et construite par Quaternion, ex-junior entreprise de l’ENSAT créée par Simon Hulin et Mathieu Sudres, aujourd’hui startup.

© 2018 Quaternion All rights reserved.

Haut de page

Notes

1 Marie-Laure Crosnier (dir.), Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968), dans AGORHA. 2011, Paris, INHA [En ligne].

2 « Les écoles régionales d’architecture », Bull. de l’art ancien et moderne, suppl., n° 201, 2 janv. 1904, p. 24.

3 En 1833 l’EBASI comprend 4 Classes communicantes (dessin, peinture sculpture, architecture), puis celle d’anatomie. S’y ajoutent le cours de sciences industrielles et le cours de mécanique industrielle.

4 Marjorie Guillin, L’anéantissement des arts en province ? » : l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse au XVIIIe siècle (1751-1793), Thèse d’histoire de l’art, Toulouse Jean-Jaurès, 2013 et « L’enseignement de l’architecture à l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse », Les Cahiers de Framespa, 5 | 2010 [En ligne].

5 Jean-Pierre Epron Eclectisme et profession, la création des Écoles régionales 1889-1903. Rapport de recherche pour le Bureau de la recherche architecturale-Direction de l’architecture et de l’urbanisme, 1987 et « Les acteurs du débat », dans Comprendre l’éclectisme, Paris, 1997, p. 31-89.

6 Anne Richard-Bazire, « Après la bibliothèque », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 28 | 2014 [En ligne].

7 Denyse Rodriguez-Tomé, « L'organisation des architectes sous la IIIe République », Le Mouvement Social 1/2006, no 214, p. 55-76 [En ligne]. L’auteur insiste sur les tensions entre la Société Centrale (qui comprend beaucoup d’architectes BCPN), prônant un diplôme parisien et l’Association provinciale (beaucoup d’architectes diocésains) souhaitant des diplômes délivrés en province, l’enjeu étant la maîtrise de la commande des bâtiments scolaires.

8 Anne-Marie Châtelet, Franck Storne (dir.), Des Beaux-arts à l’université : enseigner l’architecture à Strasbourg, Paris/Strasbourg, Éd. Recherche, 2013.

9 « Conseil municipal du 30 mai 1905 », Bulletin municipal de la ville de Toulouse (Désormais BMVT), p. 36.

10 Jean-Louis Pascal (1837-1920), Grand prix de Rome (GPR), président en 1904 de l’Académie des beaux-arts.

11 Anne Richard-Bazire, art. cit., p. 10 note 57.

12 Cité par J-P. Epron, Eclectisme, op. cit., p. 89-93.

13 Odile Foucaud, « L’architecture en pays toulousain », Toulouse, l’architecture au XIXe siècle, Musée Paul-Dupuy, 2000, p. 31-123. Voir aussi Luce Barlangue « Arts et institutions » dans CAUE et EAT, Toulouse, 1920-1940, la ville et ses architectes Toulouse, Ombres, 1991, p. 54-71.

14 Achille Hermant, « L’organisation de l’enseignement de l’architecture en France » L’Architecture, journal hebdomadaire de la Société centrale des architectes français » n° 39, 24 sept 1892, p. 449-453.

15 Poussée par celui de la toute récente l’École centrale puis spéciale d’architecture.

16 Julien Guadet (1834-1908), GPR en 1864, patron d’atelier à l’ENSBA (1871-1894), puis professeur de théorie (1894-1904), auteur des Éléments et théorie de l’architecture, cours professé à l’École nationale et spéciale des Beaux-arts Paris, 1901-1904, 4 vol. 

17 Les temps de ce rituel : 1/ en 12h, lecture du programme d’un concours d’émulation par le professeur de théorie, auteur du programme, devant les concurrents puis esquisse en loge individuelle 2/ mise au point en atelier en un mois environ du concours dit alors « rendu » avec les corrections du Patron, souvent terminé « en charrette » 3/ la melpo, en principe anonyme, et jugement à huis-clos par un jury qui ne motive pas ses décisions (mentions ou fours) 4/ ouverture de la salle et commentaires devant les élèves par le professeur de théorie des prix ou médailles distribués par le jury auquel il a assisté sans droit de vote. Melpomène, le journal de la Grande Masse, jouait le plus souvent ce rôle, le temps qu’elle fut soumise à l’académisme.

18 Jean-Louis Gilet (pseudonyme Chirol), « L’architecte, son type, ses études et leurs variétés » Art méridional n° 1, 6 juin-août 1935, p. 3-4.

19 Guy Lambert « La pédagogie de l’atelier dans l’enseignement de l’architecture en France aux xixe et xxe siècles, une approche culturelle et matérielle » Perspective. La revue de l’INHA, 2014-1, juin 2014, p. 129-136.

20 Le cabinet de l’architecte et l’atelier du patron sont parfois un seul et même local sous l’autorité d’une même personne dirigeant ses élèves-collaborateurs.

21 Julien Guadet L’enseignement de l’architecture, conférence faite à la Société centrale des architectes le 24 mars 1882, Paris, Ducher, p. 13-14 et p. 8-9.

22 Jean-Louis Pascal, « Les Écoles Régionales d’Architecture », L’Architecture, n° 42, 15 oct. 1904, p. 393-394.

23 Émile Bertone, « L’Architecture à l’Exposition des Écoles départementales », L’Architecte, n° 1, 15 janv. 1906, p. 2-3.

24 Le siège de l’Ordre régional des architectes, créé et logé lui-aussi fin 1940 à l’EBASI, est quasiment mitoyen de l’ERAT.

25 Luce Rivet-Barlangue, art. cit.

26 Archives Municipales de Toulouse (AMT), 301W5.

27 « Conseil municipal du 3 mars 1905 », BMVT, p. 34 et « Conseil municipal du 21 janvier 1907 », Ibid., p. 5.

28 Julien Guadet, L’enseignement de l’architecture, op. cit., p. 13.

29 BMVT, séance extraordinaire du 21 juillet 1880, p. 428-439.

30 AMT, 1R71.

31 AMT, 301W193.

32 J.-P. Epron, « Le débat technique », Comprendre l’éclectisme…, op. cit., p. 120-143.

33 Eugène Viollet-le-Duc « Il y a quelque chose à faire », Gazette des beaux-arts, 1862, p. 123.

34 Bertrand Lemoine, Architecture et technique. La formation technique des architectes à l’École des Beaux-Arts au XIXe siècle, rapport de recherche, CEDAM-BRA, Paris 1987.

35 Jean-Henri Fabre « Les élèves-architectes et la construction, conformisme et originalité de leur formation à Toulouse », Séminaire des 7 et 8 juin 2017 sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture au xxe siècle, HEnsA20 publié par le CHMCC, 2017 [En ligne].

36 Patrice Bonnet, « Discours à la distribution des prix du 5 juillet », BMVT, 38e année, juillet 1934, n° 7, p. 507-510.

37 Maxime Decommer, Les architectes au travail. L’institutionnalisation d’une profession (1795-1940), Rennes, PUR, 2017, p. 211-216 et p. 255 n. 32.

38 Arch. ENSAT et Archives personnelles de J.-H. Fabre, Rapport intermédiaire, t. II, 1956, p. 35-38.

39 « Conseil municipal du 15 oct. 1920 », BMVT, p. 322 et AMT 1R625, palmarès 1937-1938, p. 16.

40 Renaud d’Enfert, « Jomard, Francœur et les autres... Des polytechniciens engagés dans le développement de l’instruction élémentaire (1815-1850) », Bulletin de la Sabix [En ligne], 54|2014 et L’enseignement du dessin en France. Figure humaine et dessin géométrique (1750-1850), Paris, Belin, 2003.

41 L’un des arguments des tenants du dessin linéaire était que la géométrie qui servait à tenir la main du débutant lui servait aussi à structurer son raisonnement.

42 Jules Chalande « Les monuments de Toulouse », Mémoire de l’Académie des sciences […] de Toulouse, 1901, t. I, « Parmi les monuments qui honorent notre cité, il ne faut pas compter la grotesque façade de notre École des Beaux-Arts… », p. 281-282.

43 Atelier Esquié (1895-1909) repris par Léon Jaussely (1910-1924).

44 Avant son retour, fort de l’appui de Laloux pour relancer une ERAT il contacte sans succès l’adjoint à l’enseignement.

45 Art Méridional, n° 24, août 1937, p. 1-2.

46 Art méridional, n° 37, sept. 1938, p. 2-4.

47 Ceux qui préparent le concours d’admission.

48 J.-L. Gilet « Victor Laloux » Art méridional, n° 24, août 1937

49 Cette architecture se voulant régionale apparaît aussi à l’ENSBA.

50 Antonio Brucculeri, « Un historien chez les architectes : l’enseignement de Louis Hautecœur aux Beaux-arts, 1925-1940 », Les cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 4, avr. 2000, p. 95-106.

51 AMT, 301w14.

52 La « petite réforme » de 1965 répartit les Ateliers en trois groupes A, B et C, selon leurs tendances : les plus attachés à la tradition au groupe A restant à l’ENSBA, les plus modernistes au Groupe C au Grand-Palais, les attentistes au groupe B, rue J.-Callot dans les ateliers livrés par R-H Expert en 1931. L’ERAT est rattachée au groupe A. Un groupe d’élèves, appuyés par Bazerque et Candilis, obtiennent la reconnaissance d’un second Atelier, rattaché au groupe C, appelé « Atelier C » pour se démarquer d’un Atelier académique soumis au Patron.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’architecte en majesté, 1906.
Légende L’ARCHITECTE n° 3, 1906, revue du syndicat des architectes diplômés par le gouvernement, p. 17.
Crédits Cité de l’architecture et du patrimoine.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Art et fabrication.
Légende L’atelier bois de l’école des beaux-arts et sciences industrielles de Toulouse (EBASI) c. 1920. Installé dans l’ancien préau donnant sur la cour de l’Abbé et la cour d’honneur, il est visible de tous
Crédits © Archives municipales de Toulouse.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4861/img-2.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Classe d’architecture toulousaine
Légende Paul Bonamy et ses élèves vers 1910 dans une salle de l’école des beaux-arts et sciences industrielles de Toulouse (EBASI)
Crédits © Christian, Cros Archives laboratoire photographiques de l’ENSAT.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre ERAT 1948 Atelier Le Maresquier
Légende L’Atelier Le Maresquier de l’école régionale d’architecture de Toulouse en 1948.
Crédits © Coll. privée Michel Barrué.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Le dessin de construction comme effet plastique
Légende ENSBA, 2e Classe, concours d’Éléments analytiques « toitures, souches de cheminées, lucarnes et lanternes » donné le 02/10/64, format grand-aigle, J-H Fabre, Atelier de Noyers-Valle
Crédits © Coll. privée de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre CFA DE LABEGE, 1 % artistique
Légende Étudiants de l’école régionale d’architecture de Toulouse sous un échafaudage en 1968-69. L’art, l’architecture et la fabrication sont à nouveau réunis.
Crédits © Coll. privée de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5M
Titre Racines et rameaux
Légende Sur l’emplacement de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse, gridshell conçue et construite par Quaternion, ex-junior entreprise de l’ENSAT créée par Simon Hulin et Mathieu Sudres, aujourd’hui startup.
Crédits © 2018 Quaternion All rights reserved.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/4861/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Henri Fabre, « Création de l’école régionale d’architecture de Toulouse : de l’art de bâtir à l’art du dessin (1903-1942) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4861 ; DOI : 10.4000/framespa.4861

Haut de page

Auteur

Jean-Henri Fabre

Jean-Henri Fabre, maître-assistant honoraire en Histoire et culture architecturale à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse-Jean Jaurès et chercheur-associé au LRA (ENSAT). jean-henri.fabre@toulouse.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals