Navigation – Plan du site
Recensions

Patrick Lesbre et Katarzyna Mikulska (éds.), Identidad en palabras. Nobleza indígena novohispana, Mexico-Varsovie-Toulouse, UNAM-Universidad de Varsovia-Université Toulouse le Mirail, 2015, 359 p.

Jean-Pierre Dedieu

Texte intégral

1Ouvrage collectif, l’unité de cette publication ne réside pas essentiellement dans le fait qu’elle se centre sur le Mexique central, ni dans la bonne qualité d’ensemble des contributions, mais dans une approche fondée sur l’identité d’un groupe exprimée dans la parole et l’écrit. D’où le titre, à première vue sibyllin.

2Le chapitre liminaire de Miguel Ángel Ruz Barrio est le seul texte qui ne relève pas essentiellement de cette stratégie. Disons d’emblée qu’il est remarquable. Il cadre de façon synthétique le problème, en montrant l’aporie dans laquelle s’enferme l’approche historiographique classique, fondée sur la recherche d’une possible continuité troncale des familles avec les leaders de la période précoloniale, ou sa rupture. Ce questionnement, dictée par l’obsession coloniale, ne fonctionne pas, parce que les sources sur ce plan sont totalement biaisées par l’effort des familles nouvelles pour se trouver des ancêtres dans la vieille noblesse  ; parce qu’elle postule une unité de devenir du groupe totalement contradictoire avec la souplesse dont font preuve ses membres et la grande diversité de leurs destins  ; parce qu’enfin, ajouterais-je, elle ignore le constant renouvellement des familles nobles à l’intérieur d’une même institution nobiliaire que l’on observe dans toutes les noblesses connues. Ce qui fait le noble, dit très justement l’auteur, ce n’est pas l’ascendance mais le regard des contemporains. D’où la diversité des stratégies possibles en fonction du contexte présent pour acquérir cette reconnaissance ; d’où la nécessité d’études individuelles biographiques. On repère une noblesse indigène, parfaitement reconnue et légalement encadrée par le droit espagnol, jusqu’à l’indépendance incluse ; avec des fonctions changeantes, de plus en plus insérée dans le système espagnol, mais tout à fait présente.

3Liquidons le xviiie siècle, à peine représenté ici par l’édition que donne Juan José Batalla Rosado d’une information de noblesse, de facture tout à fait classique, dressée à Mexico en 1780 à la demande de José Patiño Ixtolinqui. Le document est passionnant et témoigne de l’assimilation des formes espagnoles, mais il le serait bien plus si l’éditeur avait daigné nous informer du contexte dans lequel il a été produit.

4Sur les dix autres contributions, trois traitent des procès que la première inquisition mexicaine fit à des nobles indigènes, dont deux de l’affaire fameuse de don Carlos Chichimecatecuhtli (José Contel, Carmen Espinosa Valdivia) et un autre de la saisie en 1540 d’objets sacrés exfiltrés de Mexico capitale à l’entrée des Espagnols (María Castañeda de la Paz). Ils nous montrent les membres de cette noblesse, même intégrés au système espagnol, menant au risque de leur vie une entreprise de préservation de l’héritage religieux et politique d’avant la conquête, en maintenant les rites sacrés et les pratiques matrimoniales dont découlait une grande part de leur pouvoir.

5Nous les retrouvons par la suite, à travers d’autres sources, continuant la même entreprise, sur le plan politique cette fois. Bien intégré dans les réseaux et les pratiques espagnols, qu’il sait mobiliser à son profit, Constantino Huitzimengari, gouverneur de Pátzcuaro au début du xviie siècle, tire cependant l’essentiel de son autorité de son ascendance. Il est le dernier de sa lignée à pouvoir le faire (Felipe Castro Gutierrez). Action politique, mais aussi action sur la mémoire, en écrivant en nahuatl plus qu’en espagnol, des chroniques où la conquête est insérée comme un épisode dans la continuité de l’histoire indienne, et dans la continuité de l’autorité de la noblesse indigène, intermédiaire jadis entre la communauté et le pouvoir aztèque, maintenant entre la communauté et le pouvoir espagnol : Gabriel de Ayala, F. A. Tezozomoc, Juan Zapata y Mendoza sont les trois auteurs étudiés (Patrick Lesbre, Sylvie Paperstraete, Camilla Townsend).

6La position de cette élite tient beaucoup à sa capacité linguistique. L’espagnol (Iciar Alonso Araguás sur les interprètes), avec lequel ils entretiennent une relation complexe de méfiance et d’attrait, dominée par les nécessités pratiques de leur rôle, comme on le voit dans les chroniques ci-dessus mentionnées ; mais aussi le nahuatl. Il est fondamental pour eux, et ils entretiennent consciemment cette compétence, de dominer les différents registres de cette langue, qui varient considérablement selon le rang des personnes et le contexte. Manier la langue noble, ou la langue religieuse qui met en rapport avec les dieux, est source et signe de noblesse et de pouvoir social (Mercedes Montes de Oca, Katarzyna Mikulska).

7Je retiendrai une impression positive, mais mitigée. Positive, car j’ai découvert, dans ses mécanismes profonds, un monde dont l’historiographie coloniale parle peu, celle du moins qui percole auprès des historiens européens du monde occidental. L’approche de ces élites par leur rapport aux textes et à la langue est, par ailleurs, un bel exemple de ce que peut apporter à l’histoire le travail des spécialistes de cet entre-deux que l’Université française nomme « Langue et civilisation ».

8J’ai regretté l’absence du xviiie siècle. Nous quittons cette noblesse au moment où s’épuise le capital d’autorité qu’elle avait hérité de l’époque préhispanique. Nous savons que le relais est pris (voir Miguel Angel Ruz Barrio et Juan José Batalla). Par qui, comment, sur quelles bases ?

9Ces élites « indigènes » au contact du colonisateur, de sa langue, de sa culture, sont, par ailleurs, des pièces clefs de toute colonisation. Voyez la Tunisie du protectorat, où elles ont même fini par prendre le pouvoir à la place du colonisateur à l’issue d’une lutte fratricide qui a éliminé une bonne moitié de leurs membres ; ou les Indes britanniques. La noblesse indigène mexicaine est donc un cas particulier d’une fonction très répandue. Pourquoi ne rien en dire dans l’ouvrage ?

10Mieux, les élites, même en contexte non colonial, sont l’instrument essentiel de l’intégration des territoires aux monarchies composées. C’est un fait dont l’historiographie européenne est en train de découvrir l’importance. N’y aurait-il pas, dans une étude comparée du destin à long terme de ces groupes qui font interface entre des « républiques » — au sens du mot dans « république indienne » — au sein de divers ensembles impériaux, une voie fructueuse pour comprendre les caractères propres de la Monarchie espagnole ? Telle est l’idée que me suggère ce livre, riche finalement par ses qualités comme par ses manques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Dedieu, « Patrick Lesbre et Katarzyna Mikulska (éds.), Identidad en palabras. Nobleza indígena novohispana, Mexico-Varsovie-Toulouse, UNAM-Universidad de Varsovia-Université Toulouse le Mirail, 2015, 359 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4886

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals