Navigation – Plan du site
Recensions

Manuel Rivero Rodríguez (coord.), La crisis del modelo cortesano. El nacimiento de la conciencia europea, Madrid, Polifemo, 2017, 378 p.

Jean-Pierre Dedieu

Texte intégral

1Voici un ouvrage collectif de plus à l’actif du groupe de recherche sur l’histoire de la cour qu’a longtemps dirigé à Madrid José Martínez Millán. Ouvrage collectif, qui présente plusieurs défauts : un contenu polymorphe et que seul fait tenir ensemble une thématique trop floue d’histoire politique de la monarchie espagnole aux xviie et au xviiie siècle ; une demi-douzaine de textes de qualité moyenne, dont deux ou trois trop immatures – soulignons, une fois de plus, que ce n’est pas rendre service à de jeunes chercheurs que de les faire publier prématurément. De ces textes nous ne parlerons pas. Mais on relève aussi, Dieu merci, une grosse demi-douzaine de contributions intéressantes, voire très intéressantes.

2Au premier chef le chapitre liminaire de l’éditeur de l’ouvrage, « De reinos a virreinatos... » et son Introduction au collectif. Pris ensemble, ces deux pièces définissent la cour en un double sens : comme le lieu de régulation des rapports internes d’une élite dirigeante ; comme un lieu de gouvernement où s’ajustent les relations politiques qui structurent un territoire donné. Au xviie siècle le système de cour au premier sens entre en crise dans toute l’Europe du fait, d’une part, de la montée en puissance de l’absolutisme, qui réduit le courtisan à une figure sans consistance ; du fait, d’autre part, de la montée en puissance des bureaux et de la mécanique administrative dans la prise de décision qui privent la cour d’une grande partie de son pouvoir de décision. En Espagne, cette évolution se double, dès le milieu du xviie siècle, d’une transformation de la cour au second sens du terme : la fonction curiale comme tête de territoire, jusque-là répartie dans les capitales des royaumes composant la Monarchie, se concentre de plus en plus à Madrid, au centre du système politique, réduisant les royaumes, jusque-là égaux, au rang d’appendices coloniaux de la Castille.

3On recommandera aussi la lecture du « Mercado cortesano... » de María Carmen Fernández Nadal, qui décrit à la cour le monde des dames de la reine, issues de la meilleure noblesse, qui tirent en coulisse les ficelles de la faveur dont bénéficient leurs frères, pères et futurs maris. Le texte met en relief l’importance de ce monde parallèle et secret. Il me confirme dans l’idée qu’il est urgent d’écrire une histoire de la Monarchie espagnole sous l’angle du gouvernement des femmes : Charles II, Philippe V, Ferdinand VI, Charles IV ont tous notoirement été dominés par leur entourage féminin qui a joué un rôle essentiel dans la prise de décision. Une Isabelle Farnèse, une Bárbara de Braganza, valent bien tous les marquis de la Ensenada de la terre. L’observation serait extensible à d’autres monarchies. Le Portugal, par exemple, n’a rien à envier à son voisin sur ce plan.

4Pere Molas Ribalta montre comment la Monarchie autrichienne de Vienne a formé un pôle d’attraction pour les noblesses souabes, palatines, flamandes, italiennes, tchèques, hongroises et espagnoles, qui à des titres divers et avec une intensité variable, ont gravité autour de l’Empereur-roi, du xvie au xixe siècle. Il apporte ainsi des données à un courant très actuel d’étude de ces phénomènes gravitationnels aristocratiques, qui ont joué un rôle essentiel dans l’agrégation des territoires qui ont donné naissance aux grands états européens. María Angeles Pérez Samper va dans le même sens en montrant l’extension européenne du tissu dynastique noué par les souverains espagnols. Tous deux réévaluent ainsi le rôle politique de mécanismes nobiliaires presque totalement éliminés aujourd’hui de l’univers des instances gouvernantes et qu’il est facile à l’historien d’oublier.

5Josep Juan Vidal nous livre un récit très précis et très clair de l’histoire mouvementée des Baléares pendant la Guerre de Succession. Il montre avec clarté la complexité des va-et-vient militaires et politiques, le fractionnement des îles entre des gouvernements rivaux, la déconvenue du prétendant autrichien et de ses partisans lorsqu’ils prirent conscience que ce n’était pas pour eux, mais pour elle, que l’Angleterre avait occupé Minorque. Ce travail sera désormais de consultation obligatoire sur la question. Eduardo Pascual Ramos fait la chronique la participation de Majorque aux trois sessions des cortès tenues entre la Nueva planta des Baléares et le règne de Charles IV. Il montre le décalage entre les attentes de la province, qui voit dans les Cortès un lieu de négociation, essentiellement de négociations fiscales, et la monarchie qui refuse toute discussion, réduisant l’assemblée à un rôle cérémoniel d’enregistrement.

6Manuel Hernández González décrit clairement le réseau de José Galvez visiteur de la Nouvelle Espagne, puis Secrétaire des Indes à la fin du xviie siècle, exemple célèbre de népotisme effréné, au service d’une politique de reprise en main de l’Empire. Le texte est intéressant mais apporte peu que l’on ne sache déjà.

7On regrettera, encore une fois, un certain déséquilibre dans les contributions. La qualité des textes dont nous avons rendu compte justifie cependant, largement, la consultation de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Dedieu, « Manuel Rivero Rodríguez (coord.), La crisis del modelo cortesano. El nacimiento de la conciencia europea, Madrid, Polifemo, 2017, 378 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4887

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dedieu

Jean-Pierre Dedieu, Directeur de recherche CNRS émérite, rattaché à l’UMR 5136 Framespa (Université Toulouse-Jean Jaurès). Membre associé de l’UMR 5062, Institut d’Études Orientales (IAO, ENS Lyon)
jean-pierre.dedieu@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals