Navigation – Plan du site
Dossier : Les années 1968, la décennie féministe et homosexuelle en région

Introduction au dossier : Les années 1968, la décennie féministe et homosexuelle en région

Sylvie Chaperon, Marine Rouch et Justine Zeller

Texte intégral

  • 1  Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Éditions du Seuil, 2008.
  • 2  Les bornes chronologiques varient d’un.e auteur.e à l’autre.
  • 3 Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (coords), 68 : une histoire collective, 1962 – 1981, (...)
  • 4 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, op. cit., p. 10.
  • 5 Olivier Fillieule, Patricia Roux (coords), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, (...)

1Comme l’attestent les nombreuses journées d’études et les ouvrages parus, le « moment 681 » fête cette année son cinquantième anniversaire. Cette commémoration a donné – comme pour son quarantième anniversaire (2008) – un large renouvellement historiographique, permettant de décentrer le regard des événements de Mai-juin 1968 en région parisienne. De nombreuses recherches adoptent un spectre chronologique plus long – les « années 682 » – et font travailler le jeu des échelles (locale, internationale et transnationale)3. Elles contestent « l’effet de réduction temporelle (un mois)4 » et, depuis peu, la prédominance des recherches parisiano-centrées. Le genre est aussi de plus en plus mobilisé. Il permet d’analyser la production des rapports de pouvoir dans les mobilisations collectives souvent perçues comme « neutres » et non sexuées5.

1.Les « années 68 » au prisme du genre

  • 6 Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir, Paris, Fayard, 2000, p. 341 et suivantes.
  • 7 Michelle Zancarini-Fournel, « Féministes et autogestion dans les années 1968 : théories, analyses e (...)
  • 8 Clémentine Autain, Marc Bessin, Irène Jami, Ilana Löwy, Anne-Sophie Perriaux, Patrick Simon, Sylvia (...)

2Dans le chapitre final des Années Beauvoir, Sylvie Chaperon s’interrogeait sur la faible place laissée aux « filles de Mai » et suggérait que l’année 1970 où surgit le MLF pouvait être interprétée comme le « Mai 68 des femmes6 ». Michelle Zancarini-Fournel poursuit cette réflexion sur l’importance de la question du masculin et du féminin durant les événements7, même si la « conscience de genre » ne s’affirme publiquement que durant la période post-68. En 2002, un premier numéro de la revue Mouvements, se demandant « La révolution sexuelle a-t-elle eu lieu ? », proposait de questionner le mythe de la révolution sexuelle post-68 en démontrant que loin d’avoir aboli les rapports de domination, cette « révolution », les avait plutôt déplacés tout en opérant une redéfinition des normes8.

  • 9 André Robert (coords), Les femmes dans l'action militante, syndicale et revendicative de 1945 à nos (...)
  • 10 Vincent Porhel, Michelle Zancarini-Fournel [dir.], « 68’, révolutions dans le genre ? », Clio. Hist (...)
  • 11 Idem.
  • 12 Julie Pagis, Mai 68, un pavé dans leur histoire : événements et socialisation politique, Paris, Les (...)

3Mais c’est en 2008 – lors du quarantième anniversaire – que les années 68 ont été largement soumises au prisme du genre, comme en témoignent le colloque « Femmes, militantisme et genre » organisé en mars 2008 à l’université de Lyon9 et le vingt-neuvième numéro de Clio, Femmes, Genre, Histoire intitulé « 68’, révolutions dans le genre10 ? ». Si le premier traite principalement du genre du travail et de l’engagement politique et syndical, le second est centré sur les « questions du corps, des parcours et des formes d’engagement individuel, ainsi que sur les normes, les représentations et leur transgression dans la séquence historique11 ». Julie Pagis met en évidence à la fois les incidences biographiques du moment 1968, l’influence du genre sur les formes de politisation des femmes et sur leurs parcours personnels. Alors que les hommes enquêtés tournent plus facilement la page de ce moment, les enquêtées – qui ont vécu une véritable révolution dans leur identité politique et personnelle – prolongent dans les années 1970 leur militantisme au sein de mouvements non institutionnalisés, tel que le MLF12. Cet axe est aujourd’hui un des plus poursuivis.

  • 13 Julian Jackson, « Qu’est-ce qu’un homosexuel libéré ? », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 2009, (...)

4L’historien Julian Jackson invite quant à lui à une relecture de l’histoire de l’homosexualité en France en proposant d’envisager une continuité entre Arcadie et les nouveaux mouvements homosexuels des années 1968, bien qu’ils s’affirment en totale rupture avec le mouvement arcadien13.

  • 14 Massimo Prearo, “Révolution/libération”, Genre, sexualités et société, mise en ligne au printemps 2 (...)
  • 15  Voir Clémentine Autain, Marc Bessin, Irène Jami, Ilana Löwy, Anne-Sophie Perriaux, Patrick Simon, (...)
  • 16 Massimo Prearo, « Politiques de la libération sexuelle », Genre, sexualité & société n°3, 2010, mis (...)

5Le quarantième anniversaire du moment 68 a aussi suscité un intérêt renouvelé pour la notion de « révolution » et plus particulièrement sexuelle. En 2010, Genre, sexualités et société consacrait un numéro aux « politiques de la libération sexuelle14 ». Si la révolution sexuelle n’a pas eu lieu15, alors il faut analyser les termes de « libération sexuelle » et « révolution sexuelle » comme des constructions discursives, ce que suggère Massimo Prearo16.

  • 17 Ludivine Bantigny, Fanny Bugnon, Fanny Gallot (coords), « Prolétaires de tous les pays, qui lave vo (...)

6Plus récemment, des travaux et manifestations poursuivent ces pistes. Le colloque « Le genre de l’engagement dans les années 1968 » – qui s’est tenu à l’université de Rouen les 5 et 6 juin 2014 – a permis à son tour une nette expansion temporelle et géographique (continents européen, africain et américain) et une analyse genrée de l’engagement au sein des mouvements militants comme des organisations politiques17. La nouveauté réside peut-être dans le fait que les questions de race y sont abordées et confrontées au genre dans une perspective intersectionnelle. Par ailleurs, plusieurs contributions abordent le rapport entre genre et violence, en montrant que le recours à la violence peut être une stratégie volontaire des militantes pour contrer l’ordre patriarcal. L’ouvrage tiré du colloque approfondit la perspective introduite par Julie Pagis, afin de reconstituer les itinéraires d’engagement et de mesurer l’impact des événements sur les trajectoires individuelles et collectives.

  • 18 Voir Alain Touraine, La voix et le Regard, Paris, Éditions du Seuil, 1978 ; Voir aussi Érik Neveu, (...)
  • 19 Ludivine Bantigny, « Le genre de l'engagement : féminin/masculin en mai-juin 1968 », dans Ludivine (...)

7Toutes ces recherches soulignent et permettent de comprendre l’articulation et/ou le décentrement des nouveaux mouvements sociaux18 – notamment des mouvements de femmes, féministes et homosexuels – nés avant ou à la suite des événements de Mai-juin 1968. Surtout, elles signalent l’importance d’une relecture genrée de l’engagement, tant « la voix des femmes, les rôles de genre et la conscience de leur expression apparaissent ténus dans la France de mai-juin 1968 » malgré le foisonnement des expériences et des engagements de femmes19.

  • 20 Fabrice Virgili, « L’histoire des femmes et l’histoire des genres aujourd’hui », Vingtième Siècle. (...)
  • 21 Laure Bereni, « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des fe (...)
  • 22 Florence Tamagne, « Histoire des homosexualités en Europe : un état des lieux », Revue d'histoire m (...)
  • 23 Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999 ; Frédéric Martel, Le Rose et le (...)
  • 24 Citons par exemple deux thèses en cours : celle d’Hugo Bouvard (« Normes sexuelles et politiques. C (...)

8L’analyse des mouvements de femmes et féministes ont longtemps été l’apanage de la discipline historique20, mais dès le début des années 2000, plusieurs thèses en sociologie et en sciences politiques les ont pris pour objet. Ces travaux sont à l’origine d’une innovation conceptuelle importante, l’« espace de la cause des femmes » – défini « comme la configuration de mobilisations au nom des femmes et pour les femmes dans une pluralité de sphères sociales » – intégrant « la transversalité des mobilisations féministes21 ». Quant à l’institutionnalisation de l’histoire des homosexualités, les chercheur.es s’accordent pour souligner le retard de la France22. Contrairement aux mouvements féministes, la sociologie devance la discipline historique, surtout à partir du Sida23. Elle consacre aujourd’hui des recherches novatrices autour des mouvements homosexuels24.

  • 25 Régis Revenin, « Les études et recherches lesbiennes et gays en France (1970-2006) », Genre & Histo (...)
  • 26 Sébastien Chauvin, « Les aventures d'une « alliance objective ». Quelques moments de la relation en (...)

9Il faut noter que les travaux liant les mouvements féministes et homosexuels sont encore relativement rares, pourtant la corrélation entre les deux mouvements est à son apogée au cours des années 1970. En effet, « l’histoire des féminismes a permis de déboucher sur l’histoire du lesbianisme en tant que catégorie politique », selon Régis Revenin25. En 2005, Sébastien Chauvin a montré que la nature des relations entre les mouvements homosexuels et les mouvements féministes du xxe siècle dépendait de la façon « dont on a problématisé l’homosexualité et la féminité, et défini les rapports entre « sexe », « genre » et « sexualité26 » ».

2.« Les années 68 » aux marges de la capitale : un renouvellement historiographique en cours

10Malgré les renouvellements historiographiques en cours, les recherches demeurent principalement parisiano-centrées, laissant paraître l’ambiguïté existante entre les échelles parisienne et nationale.

  • 27 Parmi elles : Pauline Delage, Violence conjugale / domestic violence : sociologie comparée d'une ca (...)

11Toutefois, de plus en plus d’ouvrages, thèses et mémoires de recherche en histoire, sociologie et sciences politiques, font travailler le jeu des échelles (locale, internationale et transnationale), rendant visible, outre les conflits entre « courants » à l’intérieur même des mouvements, toute la diversité et la richesse des mouvements féministes et homosexuels. Les recherches centrées sur la seconde vague féministe sont particulièrement bien représentées27.

  • 28 Centre Lyonnais d’Etudes Féministes, Chronique d’une passion : le Mouvement de Libération des Femme (...)
  • 29 Élodie-Cécile Marrel, Mémoire et histoire des féminismes (Angers, 1965-1985), Paris, Centre fédéral (...)
  • 30 Céline Mathieu, Les mouvements pour la liberté et la gratuité de l’avortement et de la contraceptio (...)
  • 31 Patricia Godard, Lydie Porée, Les femmes s’en vont en lutte ! Histoire et mémoire du féminisme à Re (...)
  • 32 Camille Masclet, Sociologie des féministes des années 1970. Analyse localisée, incidences biographi (...)
  • 33 Sophie Béroud, Olivier Fillieule, Camille Masclet, Isabelle Sommier (coords), Changer le monde, cha (...)

12L’étude pionnière concerne Lyon et date de 1989. Avec Chronique d’une passion : le Mouvement de Libération des Femmes à Lyon, le centre Lyonnais d’Études Féministes souhaitait rappeler le caractère national du mouvement des femmes, tout en montrant les spécificités lyonnaises28. En 1999, Élodie-Cécile Marrel publiait une étude sur Angers29. Une des premières études sur Toulouse (1995) est un mémoire de recherche sur les mouvements pour la liberté et la gratuité de l’avortement et de la contraception de 1970 à 197430. Plus récemment, Patricia Godard et Lydie Porée ont publié en 2014 une histoire du féminisme à Rennes31. Camille Masclet a soutenu une thèse de sociologie sur l’engagement des femmes dans les mobilisations féministes et leurs trajectoires à Lyon et Grenoble32. Deux thèses sont en cours sur Toulouse : celle de Justine Zeller s’attache à analyser les spécificités locales des mouvements de femmes à Toulouse et à Tarbes, prônant elle aussi une séquence temporelle élargie (1968-1986). Quant à Jessica Ibre, elle a choisi de se concentrer sur les liens entre féminisme et expériences artistiques à Toulouse à partir des années 1990 certes, mais en les inscrivant dans le sillage du moment 68. Enfin, le collectif SOMBRERO (Sociologie du Militantisme, Biographies, Réseaux, Organisations) a publié au début de cette année le résultat de son enquête : Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France. Il explore trois « familles de mouvements » des années 1968, dont la mouvance féministe, dans cinq villes françaises (Marseille, Lyon, Lille, Nantes et Rennes). Un triple déplacement du regard s’effectue : de Paris aux régions, des têtes d’affiche aux militant.es ordinaires et de 1968 à la séquence 1966-198333.

13La thèse en cours de Mathias Quéré s’attache notamment à retracer l’histoire des GLH (Groupes de Libération Homosexuels) dans laquelle la question géographique et spatiale est incontournable. Comme il l’explique, « Arcadie et le FHAR étaient principalement des faits parisiens. Les GLH vont, pour la première fois dans l’histoire du militantisme homosexuel, exister dans une grande majorité des moyennes et grandes villes françaises34 ». Un ouvrage est aussi à relever sur la sociabilité homosexuelle à Lyon dans les années 197035. Citons aussi la thèse en cours de Renaud Chantraine, financée par le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), sur « la Patrimonialisation des minorités sexuelles » dans une approche comparative transnationale (France, Pays-Bas, Allemagne)36.

14L’ensemble de ces travaux participe à un renouvellement conceptuel et méthodologique fort. Saisir les spécificités locales de ces mouvements nécessite la mobilisation d’analyses et de problématiques neuves faisant la part belle aux perspectives comparatives.

3.Présentation du dossier

15Ce dossier est issu d’une journée d’étude organisée par Sylvie Chaperon, Marine Rouch et Justine Zeller, le 15 décembre 2016 à l’université Toulouse - Jean Jaurès, dans le double cadre du séminaire « Marges » de la thématique Corpus de FRAMESPA et du séminaire doctoral Arpège « Les outils du genre ». Il rassemble des jeunes chercheur.es et des chercheur.es confirmé.es autour des mobilisations féministes et homosexuelles des années 1968. Il n’est donc pas étonnant que Toulouse y soit à l’honneur : trois articles le concernent. Justine Zeller se penche sur les relations entre lesbiennes et hétérosexuelles au sein de la Maison des femmes de Toulouse. Jessica Ibre explore les créations artistiques féministes dans la ville rose. Jacqueline Martin, économiste, maîtresse de conférences retraitée de l’Université de Toulouse – Jean Jaurès, apporte un témoignage autant qu’une analyse sur le développement des études féministes universitaires au Mirail, dont elle fut une des actrices majeures. Mathias Quéré rappelle l’éclosion du militantisme homosexuel en région. Lydie Porée apporte un utile éclairage sur le cas rennais, tout en le situant par rapport à d’autre études sur Lyon, Grenoble, Angers, Saint-Étienne et Paris. Enfin Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite de l’Université de Lyon 1, qui a beaucoup travaillé sur les années 1968 et l’histoire des femmes, ouvre la réflexion à propos de l’historiographie du féminisme de ces années.

16Comme elle le remarque, l’histoire du MLF a été surtout une histoire « autochtone » faite par celles qui l’ont vécu. Elle est donc marquée par des clivages politiques forts et des luttes mémorielles vives issues des conflits des années 1970 sur lesquels rejouent des clivages ultérieurs sur la laïcité. Les nouvelles recherches menées par une génération qui n’a pas vécu le MLF font donc « bouger les lignes ». Le regard en particulier se détourne de la capitale et se décentre de Mai.

17Traditionnellement, l’histoire contemporaine se caractérise par une surabondance des sources, par rapport aux époques antérieures. Pourtant, les groupes et militant.es des mouvements féministe et homosexuel ont laissé des sources très fragmentaires, principalement du fait du refus de l’organisation, de l’institutionnalisation, de la personnification qu’ils et elles ont manifesté. Le constat vaut pour les MLF de Rennes ou de Toulouse, comme pour les GLH. Le militantisme féministe ou homosexuel développe une réflexion identitaire en rupture avec les partis et les syndicats, même si de nombreux militant.es viennent des partis d’extrême gauche. Ce que dit Alain Sanzio, figure du GLH parisien Politique et Quotidien, vaut pour les homosexuel.les comme pour les féministes : « Être dans un groupe de lesbiennes, un GLH, ça n’a rien à voir avec un militantisme syndical ou politique classique ; c’est tout autre chose que distribuer un tract, organiser une lutte. Être « gay », c’est aussi apprendre à vivre, à jouer, à se connaître, à se reconnaître par les autres et à travers eux dans le groupe ». Toutes ces activités, plus ou moins durables, laissent peu de trace. À rebours des règles élitistes de la création artistique, les œuvres féministes, collectives et anonymes, sont réalisées surtout pour accompagner la discussion ou la prise de conscience, elles sont ensuite largement tombées dans l’oubli.

18La presse féministe, aussi florissante qu’éphémère, n’offre qu’une documentation lacunaire. Avec 4 titres, Toulouse est bien mieux dotée cependant que Rennes qui n’en a aucun (La Lune Rousse ; Le Journal des groupes femmes , Différence ; Des femmes en mouvements Midi-Pyrénées). La presse régionale (Ouest-France ; La Dépêche) la presse militante locale (le Chapeau rond rouge en Bretagne) consacrent quelques pages aux groupes, ainsi que plusieurs numéros du Torchon brûle. Les GLH ont aussi des bulletins de liaison : l’Agence Tasse, les Bulletins des GLH de province, Gay West ; ainsi que plusieurs journaux locaux, comme Interlopes à Lyon. Les archives des associations nationales (celles du MLAC ou du MFPF déposées au Centre des archives féministes de l’Université d’Angers) peuvent en partie pallier les carences. Les archives produites de l’extérieur du mouvement par des structures partisanes (LCR) ou encore par la surveillance policière offrent des compléments utiles. Les collectes d’entretiens et des archives privées des militants s’avèrent donc indispensables. Heureusement, des militant.es ont fait don aux Archives municipales ou départementales de leurs fonds : Patrick Wiener, militant du groupe Choisir-Rennes ; Monique-Lise Cohen à Toulouse. La collecte et la conservation des archives militantes est un enjeu majeur. Une sensibilisation dans la ville rose a eu lieu récemment et a porté ses fruits. En 2016, les archives de la Maison des femmes de Toulouse (1976-1985) et de son Ciné-club (1977-1993) ont été déposées aux Archives municipales de Toulouse. Françoise Courtiade, Brigitte Boucheron et Jacqueline Julien ont aussi déposé les archives de l’association Bagdam Cafée (fondée en 1988, devenue Bagdam Espace lesbien en 1999) et un important fonds sonore (enregistrements de l’émission Il ferait beau-voir, une émission de radio issue du mouvement des femmes et diffusée sur Canal Sud de 1983 à 1985). Il faut souhaiter que ce mouvement s’amplifie.

19La diffusion sur tout le territoire national, du moins urbain, des mouvements de libération féministe et homosexuel répond à des logiques de proximité et de territorialisation (pour reprendre la terminologie que Massimo Prearo a emprunté aux politistes). Les féministes et les homosexuel.les veulent rompre leur isolement, retrouver leurs semblables, conforter leurs révoltes et agir « ici et maintenant » pour « changer la vie » selon les mots d’ordre d’alors. Chaque espace urbain imprime sa marque : la présence ou non d’étudiant.es et d’universitaires, de groupes d’extrême gauche, de ghetto marchand ou sauvage, d’associations féministes antérieures, le soutien ou non des municipalités jouent un rôle déterminant dans la configuration des luttes locales. La territorialisation s’exprime par la multiplication de micro-initiatives à l’échelle d’un quartier ou d’une ville, qui peuvent ensuite fonctionner en réseau. À Toulouse, souvent en lien avec la Maison des femmes, plusieurs entreprises culturelles émergent : le ciné-club des femmes, un collectif de création vidéaste, un club de photographie « Images » ; la galerie d’Art Femmes, la galerie Françoise Courtiade ; Artambulle, un collectif alternatif de création et de valorisation sans compter les nombreux happening, représentations théâtrales, affiches etc. Les études féministes universitaires, véritable « révolution dans le monde académique », en sont un des exemples les plus réussis. Le GRIEF (1979) ; le colloque Femmes, féminisme et recherche (1982), la création de l’équipe Simone (1986) puis d’Arpège (2008) en constitue les jalons majeurs pour le Mirail.

20Les rapports entre Paris et « la province » comme on disait alors, ne sont pas faits de subordination ou de dépendance. Les GLH parisiens apportent leur soutien et leur couleur idéologique aux groupes régionaux, mais c’est précisément à partir de 1977, quand les diverses tendances parisiennes entrent en crise, que des GLH, déjà disséminés à travers tout le territoire, donnent un second souffle au mouvement. Les militantes des groupes femmes, enracinées dans des quartiers, manifestent de fortes méfiances vis-à-vis du parisianisme : « Des filles de Nice » écrivent la « Lettre des arriérées de province » tandis qu’une membre du groupe femmes La Paillette (Rennes) se souvient : « On se disait, elles vont débarquer ». Les sections locales du MFPF ou de Choisir peuvent prendre des décisions très différentes de la ligne nationale. Les liens entre régions peuvent être aussi forts, voire plus forts que ceux vers Paris. Plusieurs événements en province jouent un rôle de catalyseur national : l’interpellation à Grenoble en mai 73 du Dr Annie Ferrey-Martin, médecin et militante de l’avortement libre, ou la garde contestée de son enfant par Evelyne, une jeune mère lesbienne à Lyon en 1982.

21Il faut souligner la très grande variété des configurations militantes locales. Les luttes pour la liberté d’avorter reposent sur la trilogie Planning familial, Choisir et MLAC. Mais ici (Ille-et-Vilaine) le MLAC domine, le planning étant en retrait et Choisir disparaissant assez vite, ailleurs (Grenoble) le MLAC-Choisir ne fait qu’un et collabore avec le Planning, ailleurs encore (Toulouse) la lutte pour le droit à avorter rassemble le MLAC, le GIS et le Planning. À Toulouse, comme à Rennes, les militantes d’extrême gauche (Ligue communiste révolutionnaire surtout et de Révolution !) s’investissent dans les Groupes femmes des quartiers populaires, avec des coordinations locales. Elles organisent par exemple une contre fête des mères à Rennes en 1976.

22Les relations entre les lesbiennes et les hétérosexuelles au sein du MLF, tout comme entre homosexuels et lesbiennes dans les GLH, doivent être inscrites dans une chronologie fine et des échelles locales. Sauf exception (dont les Gouines rouges à Paris), les groupes lesbiens n’émergent que dans la deuxième moitié des années 1970. Dans un premier temps, les homosexuelles ne s’identifient pas comme telles, elles se pensent d’abord comme des femmes et s’accordent avec les priorités du mouvement féministe (avortement, viol, violence). La non-mixité et la sororité sont des moteurs essentiels de leur engagement. Le GLH d’Orléans demande ainsi en 1976 : « Pourquoi si peu de filles dans les mouvements homosexuels ? Pour celles que nous avons rencontrées, elles se sentent d’abord opprimées en tant que femmes avant de l’être en tant que lesbiennes. » En se définissant comme « des femmes qui aiment les femmes », les toulousaines de la Maison des femmes (fondée en 1976) insistent également sur la communauté féminine et non sur le lesbianisme. En se radicalisant au fur et à mesure elles y font régner un climat de misandrie qui éloigne et culpabilise les hétérosexuelles. Elles réfléchissent également à l’identité féminine, non sans essentialisme. Ainsi, à rebours du lesbianisme radical de Monique Wittig, les militantes de la Maison des femmes de Toulouse s’affirment d’abord et avant tout en tant que femmes. Il faut attendre les années 1990 et 2000 pour qu’elles participent activement à la construction des identités lesbiennes avec Bagdam Cafée puis le Printemps lesbien. Mais des tendances séparatistes existent ailleurs bien plus tôt : en 1976 les lesbiennes des GLH d’Orléans et de Paris organisent une rencontre nationale des lesbiennes ; le Groupe de lesbiennes féministes s’affirme à l’intersection des deux mouvements, en 1979 les lesbiennes se rassemblent en parallèle de l’Université d’été homosexuelle.

23Ainsi, le présent dossier, en portant l’accent sur les mouvements féministe et homosexuel, en s’éloignant du cas parisien, en scrutant plusieurs exemples locaux, en s’interrogeant sur les relations entre les différentes villes et en analysant les conflits et tensions à l’intérieur des différents mouvements, apporte sa pierre à l’actuelle réévaluation des années 1968.

Haut de page

Notes

1  Michelle Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Éditions du Seuil, 2008.

2  Les bornes chronologiques varient d’un.e auteur.e à l’autre.

3 Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (coords), 68 : une histoire collective, 1962 – 1981, Paris, La Découverte, 2008 ; Antoine Artous, Didier Epsztain, Patrick Silberstein (coords), La France des années 1968, Paris, Éditions Syllepse, 2008 ; Bruno Benoit, Christian Chevandier, Gilles Morin, Gilles Richard, Gilles Vergnon, À chacun son Mai ? Le tour de France de mai-juin 1968, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; Jacques Capdevielle, Henri Rey (coords), Dictionnaire de Mai 68, Paris, Larousse, 2008 ; Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Bernard Pudal (coords), Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008 ; Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Éditions du Seuil, 2008.

4 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, op. cit., p. 10.

5 Olivier Fillieule, Patricia Roux (coords), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

6 Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir, Paris, Fayard, 2000, p. 341 et suivantes.

7 Michelle Zancarini-Fournel, « Féministes et autogestion dans les années 1968 : théories, analyses et pratiques », dans Franck Georgi (coords), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 559-569 ; Michelle Zancarini-Fournel, « Genre et politique : les années 1968 », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n°75, 2002, p. 133-143 ; Michelle Zancarini-Fournel, « Stratégies de distinction par la voix et le geste : provocations et violences symboliques des femmes dans les manifestations des ‘années 68’ », dans Pierre Bourdin, Jean-Claude Caron et Mathias Bernard (coords), La voix et le geste. Une approche culturelle de la violence socio-politique, Clermont, Presses universitaires Blaise Pascal, 2005, p. 245-270.

8 Clémentine Autain, Marc Bessin, Irène Jami, Ilana Löwy, Anne-Sophie Perriaux, Patrick Simon, Sylvia Vivoli, « Sexe : sous la révolution, les normes », Mouvements, n° 20, 2002.

9 André Robert (coords), Les femmes dans l'action militante, syndicale et revendicative de 1945 à nos jours, Sens Public, mis en ligne en mai 2009. URL: http://www.sens-public.org/IMG/pdf/SensPublic_Femmes_dans_l_action_militante_Presentation_et_sommaire.pdf.

10 Vincent Porhel, Michelle Zancarini-Fournel [dir.], « 68’, révolutions dans le genre ? », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n°29, 2009.

11 Idem.

12 Julie Pagis, Mai 68, un pavé dans leur histoire : événements et socialisation politique, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2014 ; Julie Pagis, « Repenser la formation de générations politiques sous l’angle du genre. Le cas de Mai-Juin 68 », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 29, 2009, p. 97-118.

13 Julian Jackson, « Qu’est-ce qu’un homosexuel libéré ? », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 2009, 29, p. 17-35.

14 Massimo Prearo, “Révolution/libération”, Genre, sexualités et société, mise en ligne au printemps 2010. URL : http://journals.openedition.org/gss/1005

15  Voir Clémentine Autain, Marc Bessin, Irène Jami, Ilana Löwy, Anne-Sophie Perriaux, Patrick Simon, Sylvia Vivoli, « Sexe : sous la révolution, les normes », op. cit.

16 Massimo Prearo, « Politiques de la libération sexuelle », Genre, sexualité & société n°3, 2010, mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/gss/1478

17 Ludivine Bantigny, Fanny Bugnon, Fanny Gallot (coords), « Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? ». Le genre de l’engagement dans les années 1968, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017.

18 Voir Alain Touraine, La voix et le Regard, Paris, Éditions du Seuil, 1978 ; Voir aussi Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, Éditions La Découverte, 2015.

19 Ludivine Bantigny, « Le genre de l'engagement : féminin/masculin en mai-juin 1968 », dans Ludivine Bantigny, Fanny Bugnon, Fanny Gallot [dir.], « Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? ». Le genre de l’engagement dans les années 1968, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017, p. 199.

20 Fabrice Virgili, « L’histoire des femmes et l’histoire des genres aujourd’hui », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n°75,2002/3, p. 5-14.

21 Laure Bereni, « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », dans Christine Bard. Les féministes de la 2ème vague, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 27-41.

22 Florence Tamagne, « Histoire des homosexualités en Europe : un état des lieux », Revue d'histoire moderne et contemporaine, n°53, 2006, p. 7-31.

23 Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999 ; Frédéric Martel, Le Rose et le noir : Les homosexuels en France depuis 1968, Paris, Éditions du Seuil, 1996. ; Jacques Girard, Le mouvement homosexuel en France, Paris, Syros, 1981.

24 Citons par exemple deux thèses en cours : celle d’Hugo Bouvard (« Normes sexuelles et politiques. Comparaison des conditions et des effets de l'entrée en politique d'hommes et de femmes gays et lesbiennnes en France et aux Etats-Unis ») qui analyse l’entrée en politique d’hommes et de femmes gays et lesbiennes en France et dans une perspective comparative avec les États-Unis ; et celle de Matthias Thibeaud (« Être sexagénaire et homosexuel.le. Réseaux de sociabilités et de soutiens et expérience du vieillissement ») qui s’intéresse à l’expérience du vieillissement des homosexuel.les.

25 Régis Revenin, « Les études et recherches lesbiennes et gays en France (1970-2006) », Genre & Histoire, n°1, 2007, mis en ligne le 26 novembre 2007, consulté le 13 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/219

26 Sébastien Chauvin, « Les aventures d'une « alliance objective ». Quelques moments de la relation entre mouvements homosexuels et mouvements féministes au xxe siècle », L'Homme et la société, vol. 158, n° 4, 2005, p. 111-130.

27 Parmi elles : Pauline Delage, Violence conjugale / domestic violence : sociologie comparée d'une cause féministe (France / États-Unis, 1970-2013), thèse de doctorat en sociologie, Paris, EHESS, 2014 ; Jessica Ibre, Art et féminisme en Midi-Pyrénées dans les années 1970-1980. Les liens entre le mouvement féministe et l’art : collectivité féministe et individualité artistique, mémoire sous la direction de Christian Mange, Université Toulouse – Jean Jaurès, UFR Histoire, Arts et Archéologie, 2015 ; Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française, 1956-1979, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012 ; Kristina Schulz, Der lange Atem der provokation : die Frauenbewegung in der Bundesrepublik und in Frankreich 1968-1976, Frankfurt am MainCampus, 2002.

28 Centre Lyonnais d’Etudes Féministes, Chronique d’une passion : le Mouvement de Libération des Femmes à Lyon, Paris, L’Harmattan, 1989.

29 Élodie-Cécile Marrel, Mémoire et histoire des féminismes (Angers, 1965-1985), Paris, Centre fédéral de la FEN, 1999.

30 Céline Mathieu, Les mouvements pour la liberté et la gratuité de l’avortement et de la contraception à Toulouse de 1970 à 1974, mémoire sous la direction de Djamila Amrane et d’Agnès Fine, Toulouse, Université de Toulouse II – Le Mirail, UFR Histoire, histoire de l’art et arts plastiques, 1995.

31 Patricia Godard, Lydie Porée, Les femmes s’en vont en lutte ! Histoire et mémoire du féminisme à Rennes, Rennes, éditions Goater, 2014.

32 Camille Masclet, Sociologie des féministes des années 1970. Analyse localisée, incidences biographiques et transmission familiale d’un engagement pour la cause des femmes en France, thèse sous la direction de Michèle Ferrand et Olivier Fillieule, Université de Lausanne, juin 2017.

33 Sophie Béroud, Olivier Fillieule, Camille Masclet, Isabelle Sommier (coords), Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France, Arles, Actes Sud, 2018 ; Collectif de la Grande Côte, Lyon en luttes dans les années 68. Lieux et trajectoires de la contestation, Lyon, PUL, 2018 ; Olivier Fillieule, Isabelle Sommier (coords), Marseille années 68, Paris, Presses de Sciences Po, 2018.

34 Mathias Quéré, « Qui sème le vent récolte la tapette », une histoire des Groupes de libération homosexuels en France de 1974 à 1979, Mémoire de Master 2, sous la direction de Sylvie Chaperon, Université de Toulouse – Jean Jaurès, 2016, p. 11.

35 Antoine Idier, Dissidanse rose : fragments de vies homosexuelles à Lyon dans les années 70, Lyon, Michel Chomarat, 2012.

36 Projet de thèse de Renaud Chantraine : http://www.iiac.cnrs.fr/IMG/pdf/renaud_chantraine_-_projet_de_these_-_la_patrimonialisation_des_minorites_sexuelles.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Chaperon, Marine Rouch et Justine Zeller, « Introduction au dossier : Les années 1968, la décennie féministe et homosexuelle en région », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 29 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4947

Haut de page

Auteurs

Sylvie Chaperon

Sylvie Chaperon, professeur d’histoire contemporaine à l’université Toulouse-Jean Jaurès, laboratoire FRAMESPA
sylvie.chaperon@free.fr

Articles du même auteur

Marine Rouch

Doctorante en histoire contemporaine, laboratoires FRAMESPA UMR 5136 et ALITHILA EA 1061, sujet de thèse : « "Si j’en suis arrivée là, c’est grâce à vous". Écritures des femmes et des hommes "ordinaires" : le lectorat de Simone de Beauvoir », sous la codirection de Sylvie Chaperon et Martine Reid. marine-rouch@hotmail.fr

Articles du même auteur

Justine Zeller

Justine Zeller est doctorante en histoire contemporaine au sein du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136). Sa thèse, dirigée par Sylvie Chaperon, est consacrée au développement du Mouvement de libération des femmes (MLF) en Midi-Pyrénées et à la structuration d’un « espace de la cause des femmes » à l’échelle régionale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals