Navigation – Plan du site
Dossier : Les années 1968, la décennie féministe et homosexuelle en région

Ce qui fait bouger les lignes dans l’histoire des féminismes du second xxe siècle

"What moves the lines in the history of feminisms of the second twentieth century"
"Lo que mueve las líneas en la historia de los feminismos del segundo siglo XX"
Michelle Zancarini-Fournel

Résumés

À la lumière des travaux récents sur l’histoire des féminismes en particulier provinciaux, l’article se propose de redéfinir les chronologies de « la décennie féministe ». Il s’interroge sur l’écriture de l’histoire des mouvements de femmes par les protagonistes divisées sur la conception de la laïcité dans le très contemporain et des blocages de la transmission aux nouvelles générations de féministes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bibia Pavard, Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), École doctorale de (...)
  • 2 Il faudrait faire un répertoire des mémoires de master soutenus dans les universités françaises. De (...)
  • 3 Jury du prix Mnemosyne (masters) ; prix Genre de la Ville de Paris (thèses). Voir le site de l’asso (...)
  • 4 Prix du GIS Genre CNRS (thèses), Éditions ENS-Lyon et Presses universitaires de Rennes (avis pour p (...)
  • 5 Alban Jacquemart, Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un e (...)
  • 6 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, ENS Éditions, Lyon, 2007 (1ère édition (...)
  • 7 Laurence Klejman et Florence Rochefort, L'égalité en marche, le féminisme sous la Troisième Républi (...)
  • 8 Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Fayard, 1995. Le pluriel (...)
  • 9 Publiée sous le titre Les années Beauvoir (1945-1970), Fayard, 2002. Le lien construit entre mouvem (...)
  • 10 Éliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort, Brigitte Studer, Françoise Thébaud, Michelle Z (...)
  • 11 Marion Charpenel, op.cit., 2014, p. 21.

1Le projet de cet article pour ce numéro consacré aux féministes « en région » est né du constat des apports d’une série de nouvelles thèses1 et de mémoires de master2 sur l’histoire des féminismes que j’ai eu le privilège de pouvoir lire dans divers jurys3 ou pour des expertises4 depuis une quinzaine d’années. Il est né aussi de mon expérience personnelle d’un engagement féministe d’abord à Paris, puis en province à partir de 1973, que j’ai tenté de mettre à distance dans ma profession d’historienne. Avec d’autres points de vue que l’historiographie existante (sur laquelle je ferai un rapide bilan critique, y compris sur mes propres travaux), en faisant jouer les jeux d’échelle du national au local, ces thèses et masters renouvellent l’histoire des féminismes et des féministes des années 1970-1980 à la fois du point de vue de la chronologie, mais aussi des formes d’organisation et des modes de diffusion des idées qui permettent de forger consciences et expériences féministes. Il en est de même des contributions d’autres disciplines telles la sociologie ou la science politique avec leurs concepts sur le « féminisme ordinaire » (Christine Achin et Delphine Naudier) ou « l’espace de la cause des femmes » (Laure Bereni) ou encore le débat sur la non-mixité de la dite « deuxième vague » posé comme acte fondateur d’un nouveau récit historique des origines (Alban Jacquemart & Camille Masclet)5. Je vais commencer la discussion par cette question du classement des féminismes en vagues, « première » et « deuxième vague », la troisième – voire la quatrième – étant annoncée par certain.e.s et rejetées vigoureusement par d’autres. Auparavant il est nécessaire de rappeler la chronologie de l’historicisation des féminismes au sein des études françaises en histoire des femmes6. Dans le cadre du séminaire de Michelle Perrot (Paris 7), la première thèse sur les féministes soutenue en décembre 1987 est celle de Laurence Klejman et Florence Rochefort qui porte sur la période 1868-19147. La deuxième thèse est en 1993 celle de Christine Bard sur « Les féminismes en France : vers l’intégration des femmes dans la cité8 ». La troisième, celle de Sylvie Chaperon « Le creux de la vague : mouvements féminins et féminismes (1945­1970) » est soutenue en 1996 à l’Institut universitaire européen de Florence9. Dans toutes ces études le point de vue est national, c’est-à-dire essentiellement parisien, même si des exemples et des personnalités provinciales sont évoqués. En 2004, l’ouvrage collectif Le Siècle des féminismes entreprend une synthèse thématique transversale et transnationale10. Alors même qu’une spirale commémorative s’empare des « féministes historiques » entre 2005 et 201011, un renouvellement a lieu au début du xxie siècle avec l’apparition d’une nouvelle génération d’historien.ne.s, de sociologues et de politistes n’érigeant pas de frontières disciplinaires, qui démontre que la pluridisciplinarité est indispensable à l’histoire du temps présent et qui font bouger les lignes sur la question des chronologies et des sujets féministes.

1.De la métaphore des vagues et des études sur les féministes du second xxe siècle

2On distingue habituellement dans l’histoire des féminismes plusieurs vagues, la première du milieu du xixe siècle à 1939, la deuxième, pendant les années 1968 et la troisième dont l’existence même et les formes sont discutées.

  • 12 Karen Offen, Les féminismes en Europe, 1750-1950, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. A (...)
  • 13 Bibia Pavard, « Faire naître et mourir les vagues : comment s’écrit l’histoire des féminismes », ar (...)
  • 14 Christine Bard (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses universitaires de Renne (...)

3Dans son état des lieux sur Les féminismes en Europe de 1700 à 1950, publié aux États‐Unis en 2000 et traduit en français en 2012, Karen Offen repousse la métaphore des vagues qu’elle juge « inadéquate » et préfère une métaphore volcanique en terme de failles, de flux, de magma et de projections de roches en fusion12. Personnellement, je réfute les expressions de « première vague » et de « deuxième vague » qui, pour ce qui concerne cette dernière, a contribué à figer spatialement (cadre parisien du MLF) et chronologiquement (1970-1979) l’histoire des féministes des années 1970. Il faut revenir à la manière dont s’est imposée la notion de « deuxième vague ». Bibia Pavard a écrit sur la question un article à la fois informé et équilibré démontrant la circulation entre usages militants et usages académiques de part et d’autre de l’Atlantique13. Pour ma part, je vais essayer de démontrer ici comment l’usage de cette métaphore marine fige le « réel historique » (selon l’expression de Pierre Vidal Naquet). Catégorie militante utilisée comme catégorie d’analyse, la notion de vague est homogénéisatrice. La « première vague » – celle dite de l’émancipation – est censée couvrir une séquence qui va de la fin du second Empire (1868) à la fin de la Troisième République (1940), dans laquelle les événements historiques et les luttes féministes n’ont guère de rapport entre eux d’un bout à l’autre de la période. La première vague n’est en fait déterminée qu’en fonction de la seconde – celle dite de la libération des années 1960-1970 – qui entend signifier une rupture (revue à la baisse par Sylvie Chaperon dans sa thèse), un changement complet par rapport aux générations féministes précédentes et qui aux yeux de certaines n’est pas dépassé aujourd’hui. D’ailleurs, la « deuxième vague » présentée en 2012 par Christine Bard s’étire jusqu’en 200314.

  • 15 Histoire écrite parfois très précocement avant la fin même du mouvement : Anne Tristan et Annie de (...)
  • 16 Françoise Picq, Libération des femmes. Les Années mouvement, Seuil, 1993.
  • 17 Michelle Zancarini-Fournel, « Tracts, presse et publications féministes des "années 68", des ressou (...)
  • 18 Le Monde 6 mars 1982 cité par Marion Charpenel, op.cit., p. 307-308.

4En octobre 1970, la publication du numéro de la revue Partisans, « Libération des femmes année zéro » est une affirmation forte du surgissement d’un nouveau cours du féminisme – dit de « la deuxième vague » – au nom de la libération des femmes contre le patriarcat. La métaphore des vagues a d’abord été employée par les féministes puis les universitaires américaines et utilisée ensuite comme affirmation d’une génération de féministes qui ont été partie prenante de l’histoire du MLF et l’ont racontée d’un point de vue parisien, centralisateur, en occultant de fait, la diversité des féminismes provinciaux15. La chronologie de ces derniers n’épouse pas forcément la querelle entre le groupe Psychanalyse et politique (dit « marque déposée » à cause du dépôt du sigle MLF et du logo en octobre 1979 à l’Institut national de la propriété industrielle, INPI) et les autres groupes16. Date emblématique qui scelle une rupture, un tournant dans l’histoire du Mouvement des femmes, cette appellation « marque déposée » est même inscrite dans les fichiers de la Bibliothèque nationale de France17. Les militantes du groupe Psychanalyse et politique autour de Antoinette Fouque ont elles affirmé en 1982 au moment de la première célébration officielle du 8 mars : « La constitution en association (octobre 79) du “Mouvement de libération des femmes” par celles qui l’ont fondé (octobre 68) est non seulement légale mais légitime18 ». Outre un nouveau récit des origines produit par les dirigeantes de Psychanalyse et politique, la question de la non-mixité est posée comme acte fondateur du mouvement.

  • 19 Voir Florence Rochefort, « "L’insurrection féministe" et "La politisation des corps" », dans Philip (...)
  • 20 Michelle Zancarini-Fournel, « Genre et politique dans les années 68 », Vingtième Siècle. Revue d’hi (...)
  • 21 Michelle Zancarini--Fournel, « Changer la vie ! Histoire sociale des contestations dans les années (...)
  • 22 Michelle Zancarini‐Fournel, « Histoire(s) du MLAC (1973‐1975) », Clio, Histoire, femmes et sociétés (...)
  • 23 Michelle Zancarini‐Fournel, « Stratégies de distinction par la voix et le geste : provocations et v (...)

5J’ai en fait suivi de près cette chronologie dans mes travaux sur les « années 68 » où j’ai étudié la « décennie féministe » en la faisant mourir en 1981 avec l’intégration de certaines féministes dans les institutions autour du ministère des Droits de la femme, ce que j’ai nommé « féminisme institutionnel ». J’ai étudié dans les « années 68 », actions et formes d’organisations féministes que j’ai souhaité intégrer à l’histoire des autres mouvements sociaux19, ce qui m’a permis en 2002 de noter la diffusion d’un féminisme provincial en rhizomes en particulier parmi les femmes syndicalistes20. J’ai pointé avec l’exemple grenoblois la relativité des appellations organisationnelles : en 1961, la diffusion illégale de contraceptifs dans la section du Planning familial local (condamnée dans un premier temps par le Planning familial national) s’appuyait sur des expériences politiques antérieures de ses responsables dans la Résistance ou dans le soutien au FLN pendant la Guerre d’Algérie. J’ai noté la diversité des organisations féministes en province avec l’histoire du groupe Choisir de Grenoble qui organisait en 1973 des avortements (ce qui était contraire à l’orientation nationale de l’association dirigée par Gisèle Halimi), ou avec l’étude spécifique du GLACS stéphanois où se pratiquaient des avortements en 1973 (avec entre autres l’union improbable alors de militants d’extrême gauche, du PSU d’Huguette Bouchardeau professeure de philosophie et d’un médecin communiste, le Docteur Poty)21. L’étude sur le MLAC m’a permis de souligner l’existence d’autres groupes féministes mixtes dans le paysage de cette « deuxième vague » dont la non‐mixité était proclamée comme une spécificité22. Par ailleurs j’ai étudié les répertoires d’action de féministes parisiennes en manifestations et dans les chansons23. Au total, malgré certaines intuitions nées d’études précises localisées qui sont confirmées par les études récentes, je me suis coulée dans la chronologie traditionnelle de la « décennie féministe » qui est celle propre au MLF (1970-1979) et pendant longtemps j’ai refusé de prendre en considération les prises de position et les actions depuis 1956 contre les avortements clandestins et pour le planning des naissances dans le combat pour la contraception et l’avortement libres et gratuits que j’attribuais uniquement à partir de 1971 aux féministes.

2.Chronologies revisitées et pluralité des mobilisations

  • 24 Thèse publiée : Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la sociét (...)
  • 25 Patricia Godard & Lydie Porée, Les femmes s'en vont en lutte ! Histoire et mémoire du féminisme à R (...)

6Bibia Pavard dans sa thèse soutenue en 2010 a revisité la chronologie en reconsidérant, après « le creux de la vague » de Sylvie Chaperon, l’amont du mouvement des femmes des années 1970 : elle a relié La maternité heureuse (1956) et le mouvement pour le planning familial (1960) au combat féministe pour la contraception et l’avortement que l’on initiait ordinairement de 1971 (Manifeste des 343)24. Récemment, Camille Masclet grâce à la reconstitution des parcours biographiques de féministes lyonnaises et grenobloises et Anna Frisone par son étude comparée de l’action des féministes syndicalistes dans des villes françaises (Lyon, Paris) et italiennes (Milan, Turin, Gênes) ont déplacé la frontière chronologique de la capacité d’agir féministe en aval, et ce jusqu’en 1984-1985. C’est aussi le cas de l’étude de Patricia Godard et Lydie Porée sur les féministes de Rennes25.

  • 26 Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini‐Fournel, Les lois Veil. Contraception 1974, IV (...)

7Tout dépend donc du point de vue : ici c’est celui de « féministes anonymes » (Florence Rochefort) et provinciales, connu par l’enquête orale (entretiens individuels ou par focus groupes) et objectivé par un regard extérieur ainsi que par la reconstitution de parcours individuels et l’étude des effets biographiques de l’engagement féministe dans la vie privée (conjugalité et éducation des enfants). Dans un premier temps, les féministes grenobloises et lyonnaises se calquent sur le MLF parisien jusqu’aux mobilisations pour l’avortement libre et gratuit menées dès 1972-1973 par Choisir, le Planning familial et le MLAC en déplaçant les étiquettes habituelles des groupes. Des groupes femmes, non-mixtes, s’organisent après la promulgation de la seconde loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse en janvier 197526. Les idées et pratiques féministes se diffusent également par capillarité dans les syndicats, les partis de gauche, puis dans d’autres secteurs relevant du social et du culturel en affirmant l’importance des sujets-femmes et en appliquant le mot d’ordre « le privé est politique ». Dans sa thèse Camille Masclet a démontré que cette socialisation politique générationnelle autour du féminisme est pérenne et marque les existences individuelles. La conjugalité est souvent remise en cause ou pour le moins questionnée et modifiée dans un sens plus égalitaire. L’éducation dispensée par les féministes grenobloises et lyonnaises – une sur deux est mère – est marquée par la valorisation de l’autonomie des enfants et la critique des stéréotypes sexués. La transmission d’une socialisation politique féministe familiale passe, entre autres, par les choix et les pratiques de lecture et les injonctions éducatives.

  • 27 Fanny Gallot, En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société, Paris, (...)
  • 28 CLEF, Chronique d’une passion. Le mouvement de libération des femmes à Lyon, Paris, L’Harmattan, 19 (...)
  • 29 Témoignage spontané d’une amie de Georgette Vacher (responsable Femmes de l’UD CGT du Rhône qui s’e (...)

8Dans sa thèse, Anna Frisone analyse elle la rencontre des subjectivités féminines avec le fait syndical dans une séquence historique spécifique où le mot d’ordre féministe « le privé est politique » devient le cadre de réflexion et d’action. Elle renouvelle ainsi la description des rapports entre féminisme et syndicalisme, en examinant l’usage par les femmes des structures syndicales ainsi que l’extension du domaine syndical à la santé passant par la revendication féministe de la libre disposition de son corps (avec la référence à la contraception et à l’avortement), mais aussi par la dénonciation des fausses-couches liées à la pénibilité du travail. Cette étude croise très concrètement les catégories de classe et de genre comme l’ont fait, par ailleurs, Fanny Gallot et Ève Meuret Campfort pour les ouvrières nantaises de la lingerie27. La pratique des jeux d’échelle – ici le point de vue local – permet de réinterroger un récit historique considéré comme national, en réalité parisien. Le point de vue local ne suffit cependant pas toujours. L’histoire du Centre lyonnais d’études féministes, Chronique d’une passion. Le mouvement de libération des femmes à Lyon28, se centre sur les militantes de leur groupe – le CLEF – et fait abstraction des salariées organisées dans les bureaux, hôpitaux et les entreprises lyonnaises, des féministes que les militantes du CLEF avaient pourtant interviewées29.

3.Des gardiennes de la mémoire du MLF

  • 30 Marion Charpenel, op.cit., 2014.

9Dans le contexte des mobilisations des années 2000, certaines des militantes parisiennes du MLF, des « féministes historiques » devenues gardiennes de la mémoire, se refusent à accepter l’idée qu’il puisse exister une « troisième vague », en tout cas un renouvellement générationnel au tournant des xxe et xxie siècles qui donne lieu à des changements importants dans les formes d’organisation (souvent mixtes) et les répertoires d’action. Ce refus de considérer ce qui a changé chez les féministes se traduit entre 2005 et 2010 par une succession de commémorations et se conclut par l’anniversaire, longuement préparé, des 40 ans de la naissance du MLF en 1970 : Marion Charpenel cite les 30 ans de la loi Veil sur l’IVG et le centenaire de la loi sur la laïcité en 2005, en 2006 le cinquantième anniversaire du Planning Familial, en 2007 le quarantième anniversaire de la loi sur la pilule contraceptive, en 2008 le centenaire de la naissance de Simone de Beauvoir et le quarantième anniversaire de Mai-juin 68, en 2010 le centième anniversaire de la Journée internationale des Femmes, le dixième anniversaire de la Marche mondiale des femmes et – apothéose – les quarante ans du MLF30. Cette date est une forte démonstration contre la position d’Antoinette Fouque et des éditions des femmes qui ont célébré en 2008 les 40 ans de naissance du MLF qui aurait été créé le 1er octobre 1968 par Antoinette Fouque (le jour anniversaire de sa naissance).

  • 31 Voir Les lois Veil. Contraception 1974, IVG 1975, op.cit., 2012, note 26.

10Ce cycle commémoratif a aussi pour fonction de prendre le contrôle du passé du mouvement féministe dans le second xxe siècle au mépris parfois de l’histoire elle-même ; on sait en effet que la pilule contraceptive est née bien avant 1967 et que c’est la loi de 1974, et non la loi Neuwirth – qui a certes eu un effet symbolique, mais n’a pas fait accéder en 1967 toutes les femmes à la contraception, puisque les décrets d’application de la loi n’ont été publiés que tardivement (après – ce qui rend cette commémoration paradoxale – les actions des féministes pour l’avortement et la contraception libres et gratuits à partir de 1971)31.

  • 32 Voir les contributions d’Anne Zelensky sur le site Riposte laïque.
  • 33 Marion Charpenel, op. cit., p. 393. Le paragraphe qui précède a puisé les informations dans le chap (...)

11La commémoration des 40 ans de la naissance du Mouvement de Libération a été organisée en réaction au roman des origines avancé dans la presse par Antoinette Fouque. Le 14 janvier 2009 quatorze femmes se réunissent pour la préparation de l’événement. Aux coordinatrices de ProChoix, revue de Fiammetta Venner et de Caroline Fourest, et aux militantes d’associations féministes de la Maison des femmes, s’ajoutent celles qui ont créé le blog Re-belles, des militantes ayant appartenu dans les années 1970 à la tendance lutte de classes (avec la revue des Cahiers du féminisme) et une militante de la Marche mondiale des femmes (initiée par des Québécoises). Une forme d’union sacrée se manifeste en fin de compte entre groupes autrefois de tendances différentes, telles les lesbiennes et la tendance « lutte de classes ». Les organisatrices se réunissent en toute discrétion pendant près d’un an et n’admettent en leur sein selon Marion Charpenel que les militantes (parisiennes) du MLF de la première heure (avant 1975), mais à condition qu’elles possèdent « des références communes », en clair ne soient pas devenues « islamistes », catégorie dans laquelle est rangée Christine Delphy depuis son opposition à la loi de 2004 sur l’interdiction des « signes ostensibles » dans l’espace scolaire et la création du Collectif des Féministes pour l’Egalité. Christine Delphy est pourtant l’une des « féministes historiques » qui ont, en août 1970, déposé une gerbe sur la tombe du soldat inconnu pour sa femme « encore plus inconnue que lui ». On peut se demander quelles références communes actuelles le comité d’organisation partage avec Anne Zelensky devenue par ses positions pour une laïcité intégriste, proche des positions identitaires islamophobes32. Staline a, en son temps, ordonné d’effacer Trotski des photographies, certaines « féministes historiques » membres de l’association « Quarante ans de mouvement » effacent Christine Delphy de la commémoration des 40 ans du MLF. Décision d’autant plus étonnante qu’est exaltée dans le même temps la sororité, le bien-être des femmes entre elles ! Le nom de l’association – « Quarante ans de mouvement » – signe bien cette volonté de contrôle de la parole publique sur le passé (et le présent) des féministes et de fait nie l’existence d’une « troisième vague féministe », rajeunie, mixte et adepte d’autres répertoires d’actions. Cependant des nouveaux groupes de féministes ont été associés à cette forme commémorative comme par exemple la fête de « La Barbe » en septembre 2010. « L’association la Barbe étant animée principalement pas des militantes non engagées dans le mouvement au moment des années 70, on peut lire leur inclusion dans le programme comme un moyen de diffuser auprès d’elles leur interprétation du passé, au détriment de celle promue par les différencialistes. » conclut Marion Charpenel33. On voit à quel point la rupture de 1979 organise encore réflexions et positions y compris dans le présent.

12Pour conclure, ce bilan personnel, provisoire et non exhaustif sur l’histoire des féminismes du second xxe siècle et des premières décennies du xxie siècle montre que l’étude des féministes provinciales s’inscrit en faux contre une interprétation monolithique des chronologies et des formes d’organisation de la « décennie féministe » des années 1970. Nous pouvons affirmer en nous appuyant sur les recherches d’historien.ne.s qui, pour la première fois, n’ont pas été partie prenante de l’histoire du Mouvement de libération des femmes, que des féministes ont continué à se réunir après 1979­1981, que les groupes n’étaient pas tous non­mixtes et que la frontière entre différentialistes et universalistes égalitaires n’était aussi fermée qu’elle est décrite dans les deux camps. Ces considérations permettent de dessiner un paysage plus complexe, moins idéologique et plus ouvert des mouvements féministes aussi bien ceux des « années 68 » que ceux du très contemporain.

Haut de page

Notes

1 Bibia Pavard, Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), École doctorale de Sciences Po, 2010 ; Marion Charpenel, « Le privé est politique » ! Sociologie des mémoires féministes en France, École doctorale de Sciences Po, 2014 ; Anna Frisone, Femminismo sindacale al di là dei confini. L’incontro tra politica sindacale e soggettività femminile, in Italia e in Francia, attraverso la lunga stagione dei movimenti delle donne’ (1968-1983), Florence, Institut européen, 2017.

2 Il faudrait faire un répertoire des mémoires de master soutenus dans les universités françaises. Deux exemples pour l’université de Bourgogne : Pauline Rameau, S’engager pour les droits des femmes. Approches genrées du féminisme de la deuxième vague, Dijon/Saint-Étienne, 2010 ; Colette Pipon, Et on tuera tous les affreux. Le féminisme au risque de la misandrie (1970-1980), Presses universitaires de Rennes, coll. Mnémosyne, 2013.

3 Jury du prix Mnemosyne (masters) ; prix Genre de la Ville de Paris (thèses). Voir le site de l’association Mnémosyne URL : http://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/

4 Prix du GIS Genre CNRS (thèses), Éditions ENS-Lyon et Presses universitaires de Rennes (avis pour publication). Voir le site du groupe de recherches URL : http://institut-du-genre.fr/

5 Alban Jacquemart, Les hommes dans les mouvements féministes français (1870-2010). Sociologie d’un engagement improbable, thèse EHESS, 2011. Voir aussi l’article d’Alban Jacquemart & Camille Masclet, « Mixités et non-mixités dans les mouvements féministes des années 1968 », CLIO Femmes Genre Histoire, n° 46, novembre 2017, p. 217-244. Catherine Achin & Delphine Naudier, « Trajectoires de femmes “ordinaires” dans les années 1970. La fabrique de la puissance d’agir féministe », Sociologie, 2010, n° 1. Mis en ligne, sans date. URL : https://www.cairn.info/revue-sociologie-2010-1-page-77.htm). Laure Bereni, « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », dans Christine Bard (dir.) Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 27-41.

6 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, ENS Éditions, Lyon, 2007 (1ère édition en 1998).

7 Laurence Klejman et Florence Rochefort, L'égalité en marche, le féminisme sous la Troisième République, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques/ Des Femmes, 1989, 356 p. Originale à cette date par son sujet en histoire des femmes, la thèse l’est aussi par sa réalisation puisqu’il s’agit d’une thèse « conjointe » (soutenue à deux) préparée sous la direction de Michelle Perrot à l’université Paris 7-Jussieu (aujourd’hui université Diderot). Elle a ouvert la voie aux autres thèses sur les féminismes.

8 Christine Bard, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Fayard, 1995. Le pluriel énoncé dans le titre est un apport indiscutable. Thèse préparée sous la direction de Michelle Perrot à l’université Paris 7-Jussieu.

9 Publiée sous le titre Les années Beauvoir (1945-1970), Fayard, 2002. Le lien construit entre mouvements féminins et mouvements féministes était novateur.

10 Éliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort, Brigitte Studer, Françoise Thébaud, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Le Siècle des féminismes, Paris, Les Éditions de L’Atelier/ Les Éditions ouvrières, 2004.

11 Marion Charpenel, op.cit., 2014, p. 21.

12 Karen Offen, Les féminismes en Europe, 1750-1950, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Archives du féminisme, 2012, p. 56.

13 Bibia Pavard, « Faire naître et mourir les vagues : comment s’écrit l’histoire des féminismes », article à paraître dans Itinéraires. Littérature, textes, culture. Une première version de cet article a circulé. Je la cite ici avec l’autorisation de Bibia Pavard.

14 Christine Bard (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012. La date ultime de la dite deuxième vague serait le contre-sommet d’Annemasse en 2003.

15 Histoire écrite parfois très précocement avant la fin même du mouvement : Anne Tristan et Annie de Pisan, (pseudonymes), Histoire du MLF, Calmann‐Lévy, 1977.

16 Françoise Picq, Libération des femmes. Les Années mouvement, Seuil, 1993.

17 Michelle Zancarini-Fournel, « Tracts, presse et publications féministes des "années 68", des ressources méconnues de la BnF », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 17, 2004, p. 79-81.

18 Le Monde 6 mars 1982 cité par Marion Charpenel, op.cit., p. 307-308.

19 Voir Florence Rochefort, « "L’insurrection féministe" et "La politisation des corps" », dans Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68 une histoire collective, Paris, La Découverte, 2008, respectivement p. 538-546 et p. 615-622.

20 Michelle Zancarini-Fournel, « Genre et politique dans les années 68 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2002, n° 75, p. 133-143.

21 Michelle Zancarini--Fournel, « Changer la vie ! Histoire sociale des contestations dans les années 68 », HDR, Université de Paris 1‐Panthéon Sorbonne, 1998. Première partie « Le champ des possibles », chapitre 1 « Zoom sur le laboratoire grenoblois »p. 17­21 ; Partie III « Changer le monde et changer sa vie » ; « Un nouveau mouvement féministe : MLF Actes de naissance ; Pratiques de l’avortement : le MLAC un rôle sous-estimé ; La visibilité des homosexuels ».

22 Michelle Zancarini‐Fournel, « Histoire(s) du MLAC (1973‐1975) », Clio, Histoire, femmes et sociétés, 2003, n°18, p. 241­252. Mise en ligne le 17 septembre 2018. URL : https://journals.openedition.org/clio/624.

23 Michelle Zancarini‐Fournel, « Stratégies de distinction par la voix et le geste : provocations et violences symboliques des femmes dans les manifestations des "années 68" », dans Pierre Bourdin, Jean‐Claude Caron et Mathias Bernard (dir.), La voix et le geste. Une approche culturelle de la violence socio‐politique, Clermont, Presses universitaires Blaise Pascal, 2005, p. 245-270.

24 Thèse publiée : Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956‐1979), Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection Archives du féminisme 2012.

25 Patricia Godard & Lydie Porée, Les femmes s'en vont en lutte ! Histoire et mémoire du féminisme à Rennes (1965-1985), Rennes, Édit. Goater, 2014.

26 Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini‐Fournel, Les lois Veil. Contraception 1974, IVG 1975, Paris, Armand Colin, 2012.

27 Fanny Gallot, En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société, Paris, La Découverte. 2015. Fanny Gallot et Éve Meuret‐Campfort, « Des ouvrières en lutte dans l’après 1968. Rapports au féminisme et subversions de genre », Politix , 2015, n°109, p. 21 à 43. Mis en ligne sans date. URL : https://www.cairn.info/revue-politix-2015-1-page-21.htm.

28 CLEF, Chronique d’une passion. Le mouvement de libération des femmes à Lyon, Paris, L’Harmattan, 1989.

29 Témoignage spontané d’une amie de Georgette Vacher (responsable Femmes de l’UD CGT du Rhône qui s’est suicidée en 1981), recueilli en septembre 2017 à La Maison des passages à Lyon où elle se plaignait que son témoignage n’ait pas été pris en compte dans le livre publié par le CLEF au nom de l’ensemble du mouvement des femmes à Lyon.

30 Marion Charpenel, op.cit., 2014.

31 Voir Les lois Veil. Contraception 1974, IVG 1975, op.cit., 2012, note 26.

32 Voir les contributions d’Anne Zelensky sur le site Riposte laïque.

33 Marion Charpenel, op. cit., p. 393. Le paragraphe qui précède a puisé les informations dans le chapitre 5 de cette thèse sur la commémoration des 40 ans du MLF, à l’exception de l’allusion à Anne Zelensky et la comparaison entre l’effacement de Trotski et celui de Christine Delphy qui sont de mon cru, comme certaines des interprétations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel, « Ce qui fait bouger les lignes dans l’histoire des féminismes du second xxe siècle », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 29 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4958 ; DOI : 10.4000/framespa.4958

Haut de page

Auteur

Michelle Zancarini-Fournel

Michelle Zancarini-Fournel est professeure émérite d’histoire des femmes et du genre à l’université de Lyon 1, LARHRA, co-fondatrice et membre du comité de rédaction de CLIO Femmes Genre Histoire. Parmi ses publications : Le Siècle des féminismes, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2004, (co-direction). Histoire des femmes en France, xixe-xxe siècle, Rennes (co-direction), PUR, 2005. Le moment 68, une histoire contestée, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 2008, (co-direction), ; 68, une histoire collective, Paris, La Découverte, (co-dir. avec Philippe Artières), 2008 (nouvelle éd. 2018) ; Les lois Veil. 1974 Contraception, 1975 IVG, Paris, Armand Colin, (avec Bibia Pavard et Florence Rochefort). Luttes de femmes. Un siècle d’affiches féministes, Paris, Éditions Les Échappés (avec Bibia Pavard). Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, La Découverte/Zones, 2016. michelle.zancarini-fournel@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals