Navigation – Plan du site
Dossier : Les années 1968, la décennie féministe et homosexuelle en région

Mobilisations féministes pendant les années 1970 à Rennes, un mouvement particulier ?

70s feminist mobilisations in Rennes – a specific movement?
Movilizaciones feministas durante los años 1970 en Rennes, ¿un movimiento específico ?
Lydie Porée

Résumés

Pendant un temps centrées sur Paris, les connaissances sur l’histoire des mobilisations féministes de la deuxième vague en France ont été développées et elles dépassent désormais les frontières de la capitale. Ainsi, ces mobilisations ont été étudiées pour Rennes, chef-lieu de la région Bretagne. Des organisations mobilisées pour la libéralisation de l’avortement et des groupes femmes ont agi dans la ville pendant les années 1970. En comparaison avec les groupes étudiés dans d’autres villes de France, le mouvement féministe de Rennes présente-t-il des particularités ? La question se pose notamment pour les sources, dont l’ampleur se révèle inégale selon les groupes étudiés. À Rennes, les mobilisations pour la libéralisation de l’avortement ont été particulièrement désunies. Les groupes rennais ne correspondent pas à la vision qu'avaient les féministes parisiennes des groupes hors de Paris.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

feminismo, aborto, grupos de mujeres
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Christine Bard (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses Universitaires de Renne (...)
  • 2 Élodie-Cécile Marrel, Mémoires et histoire des féminismes (Angers, 1965‑1985), Paris, FEN-UNSA, 199 (...)
  • 3 Brigitte Millet, Entre droits et émancipation : carrières de militantes féministes brestoises de 19 (...)
  • 4 Pauline Rameau, S’engager pour les droits des femmes. Approches genrées du féminisme de la deuxième (...)
  • 5 Collectif IVP, Avorter. Histoire des luttes et des conditions d’avortement des années 60 à aujourd’ (...)
  • 6 Centre lyonnais d’études féministes, Chroniques d’une passion. Le Mouvement de libération des femme (...)
  • 7 Lydie Porée, Contraception, avortement : les mobilisations à Rennes pour la liberté de procréer. Hi (...)
  • 8 Justine Zeller, Le féminisme tendance « lutte des classes » à Toulouse dans les années 1970, mémoir (...)
  • 9 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française, 195 (...)
  • 10 Françoise Picq, Libération des femmes. Les années mouvement, Paris, Seuil, 1993, 384 p.
  • 11 Camille Masclet, notice « Paris-Province », Christine Bard, Sylvie Chaperon (dirs.), Dictionnaire d (...)

1Dans une histoire des féminismes en plein développement1, la recherche sur les espaces militants de la deuxième vague survenus dans d’autres villes que Paris prend une part de plus en plus importante, notamment depuis la fin des années 2000. L’histoire des mobilisations à Angers2, Brest3, Dijon et Saint-Étienne4, Grenoble5, Lyon6, Rennes7, Toulouse8, est désormais mieux connue. Concernant en particulier les mobilisations pour la liberté de procréer, ces travaux locaux s’ajoutent à ceux réalisés par Bibia Pavard au niveau national9. Ces apports de connaissances sont également un moyen de dépasser une des limites de l’historiographie relative aux travaux pionniers10, c’est-à-dire la concentration du regard sur la situation parisienne11, cette concentration entraînant parfois une confusion entre un niveau parisien et un niveau national, tropisme fréquent.

  • 12 Laure Bereni., « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des f (...)
  • 13 Blandine Lefierdebras, op. cit.
  • 14 Lydie Porée, op.cit.
  • 15 Ibid., p. 166-169.
  • 16 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 182-186.
  • 17 Ibid., p. 80-115.

2Capitale administrative de la Bretagne, ville universitaire, Rennes a connu des changements significatifs dans les années 1970. Entre 1968 et 1975 sa population a augmenté de 18 000 habitant.e.s, pour atteindre 198 000 habitant.e.s. En 1977, après avoir été dirigée pendant 24 ans par le maire MRP (Mouvement républicain populaire) Henri Fréville, Rennes a vu l’arrivée du socialiste Edmond Hervé à la tête de la municipalité. Au cours de cette décennie, « l’espace de la cause des femmes12 » à Rennes s’est considérablement modifié. L’Union féminine civique et sociale et l’Union des femmes françaises, deux grandes associations féminines, ont perduré et ont collaboré, malgré leurs divergences idéologiques, pour mettre en place un Centre rennais d’information des femmes qui a ouvert en 197913. Un mouvement sur la question de la liberté de procréer, composé de différentes entités, a émergé14. Le Planning familial d’Ille-et-Vilaine, dont la création en 1965 a été motivée par la volonté de faire la promotion d’une sexualité libre15 a fait son virage féministe au milieu de la décennie16. À partir de 1972 des groupes femmes ont été créés dans plusieurs quartiers de la ville, certains se transformant en associations à la fin de la décennie17.

  • 18 Pauline Rameau, op. cit., p. 102.
  • 19 Christine Bard (dir.), Les féministes de la deuxième vague, op.cit., p. 9.

3Bien qu’ils ne constituent pas à eux seuls l’espace de la cause des femmes à Rennes pendant les années 1970, aussi bien les groupes femmes « phénomène social marquant les "années-mouvement18" » que les groupes impliqués dans les mobilisations pour la libéralisation de l’avortement sont emblématiques du féminisme de la deuxième vague qui « à partir des années 1960-1970, conteste plus radicalement la domination masculine, s’engage pour une libération des femmes, y compris dans la sphère privée19 ».

  • 20 Christine Bard (dir.), Le féminisme au-delà des idées reçues, Paris, Le cavalier bleu, 2012, p. 13.
  • 21 Christine Bard, Annie Metz, Valérie Neveu (dir.), Guide des sources de l’histoire du féminisme, Ren (...)

4Contrairement aux groupes femmes qui se revendiquaient du féminisme, les groupes rennais qui ont constitué le mouvement sur la liberté de procréation, et notamment l’accès à l’avortement, ne se définissaient pas comme féministes. Cependant, en plus d’engagements pour la libération sexuelle ou dans la lutte des classes ils pratiquaient aussi « la contestation de l’inégalité entre les sexes20 », ce qui est, d’après Christine Bard, une définition a minima du féminisme, et ils « ont œuvré pour l’égalité des sexes et la défense des droits des femmes21 » comme d’autres groupes retenus par les autrices du Guide des sources de l’histoire du féminisme. En comparaison de leurs équivalents à Angers, Brest, Dijon, Lyon, Paris, Saint-Étienne et Toulouse, quelles sont les particularités de ces groupes investis dans les mobilisations féministes rennaises dans les années 1970 ? Dans un premier temps sera abordée la question des sources qui permettent d’étudier l’histoire du féminisme de la deuxième vague à Rennes. Ensuite nous nous intéresserons plus particulièrement aux spécificités des mobilisations rennaises pour la libéralisation de l’avortement, et enfin nous nous interrogerons sur la création des groupes femmes à Rennes, sur leurs relations entre eux et sur leurs rapports avec les groupes parisiens.

1. Une histoire des féminismes rennais de la deuxième vague inégalement documentée

  • 22 Colette Guillaumin, « Centre lyonnais d'études féministes, Chronique d'une passion. Le mouvement de (...)
  • 23 Chapeau rond rouge, n°1, octobre-novembre 1977 ; n° 4, avril-mai 1978.
  • 24 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, cote 1134W ; la Délégation régionale aux droits de la femme est la décl (...)
  • 25 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit., p. 14.
  • 26 Archives de Ghislaine Mesnage, « Rapport sur le MLF et les groupes femmes de Rennes », mai 1975.

5Dans la recension qu’elle fait de l’ouvrage Chronique d’une passion. Le mouvement de libération des femmes à Lyon, la sociologue Colette Guillaumin énonce deux obstacles principaux qui se dressent lors de la réalisation d’un travail de recherche sur le féminisme de la deuxième vague. Elle nomme en premier lieu les difficultés intrinsèques au MLF (Mouvement de libération des femmes), et notamment « sa répugnance constante à toute forme d’institutionnalisation, son indifférence à l’inscription des événements et à l’organisation de sa mémoire, son hostilité à la personnalisation qui font que les traces de ces événements sont fragmentaires, incomplètes et souvent carrément inexistantes22 ». Ce phénomène a été vérifié pour les groupes femmes de Rennes : à part quelques articles parus dans deux numéros du journal militant Chapeau rond rouge entre 1977 et 197823 aucun document produit par ces groupes ou leurs membres n’a été trouvé. Ces groupes ne travaillant pas avec les institutions, ils sont également absents du fonds d’archives de la Délégation régionale aux droits de la femme24. La situation semble avoir été toute autre à Lyon où les autrices de Chronique d’une passion évoquent bulletins, journaux, tracts, affiches, circulaires, convocations, comptes rendus de débats, agendas, cahiers de notes, correspondance25. Par ailleurs, un rapport de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) de Rennes, écrit en 197526, donne accès au point de vue de cette organisation sur les groupes femmes rennais.

  • 27 Archives du Planning familial d’Ille-et-Vilaine, rapports d’activité 1971-1985.
  • 28 Arch. mun. Rennes, don Patrick Wiener, sur le groupe Choisir-Rennes (1973-1974) et la grève de la f (...)
  • 29 Archives de Nicole Kiil‑Nielsen, photographies de la manifestation du MLAC de Rennes organisée le 2 (...)
  • 30 Centre des archives du féminisme à Angers, fonds du MLAC, cote 10AF.
  • 31 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, fonds du cabinet du préfet, cotes 508W95 et 1164W22.

6L’histoire des groupes mobilisés pour la liberté de procréer est plus documentée. Tout d’abord, en raison des obligations administratives faites aux associations, le Planning familial d’Ille-et-Vilaine a notamment écrit des rapports d’activité27, mais ce sont les seuls documents produits par l’association qui sont accessibles, ce qui semble peu au vu de sa longévité. Par ailleurs, un militant de Choisir-Rennes a conservé une pochette de documents relatifs à l’activité du groupe, pochette qui a survécu à plusieurs déménagements et un incendie28. Grâce à ces documents, des informations écrites sur le MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception) de Rennes ont été repérées, car les activités de ce groupe ont été commentées par Choisir-Rennes. À part quelques photographies d’une ancienne militante29, aucun document produit par le MLAC de Rennes n’a été trouvé. De précieuses informations sur le groupe de Rennes ont été récoltées dans le fonds de l’association nationale MLAC30. Quelques rapports de police sont venus compléter ces sources sur l’histoire des groupes mobilisés pour la liberté de l’avortement à Rennes31. Il est frappant de constater la très faible présence de ces différents groupes, quel que soit leur statut, dans les archives publiques, et ce alors que les groupes pour le droit à l’avortement mettaient régulièrement à mal l’ordre public en pratiquant des activités illégales, de 1973 à 1974, et en le faisant savoir publiquement par la distribution de tracts et la tenue de manifestations.

  • 32 Justine Zeller, op.cit., p. 27.
  • 33 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, Brest, Dialogue, 2011, p. 8, p. 1 (...)
  • 34 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 87.
  • 35 Ouest-France des 4, 6 avril ; 12 septembre ; 12 décembre 1974.
  • 36 « L’avortement : derrière les principes, une douloureuse réalité », Ouest-France du 13 décembre 197 (...)

7Toujours dans sa recension de Chronique d’une passion, Colette Guillaumin évoque la presse comme une autre source possible pour l’histoire des féminismes de la deuxième vague, mais là encore cette source se révèle rare car « les médias ne (…) prennent pas en compte [le Mouvement de libération des femmes], le traitant par l’ironie ou le plus souvent par un silence tenace. » L’antiféminisme des médias peut en effet expliquer la faiblesse de cette source. C’est d’ailleurs pour y remédier que les féministes ont créé leurs propres journaux. Mais à Rennes, contrairement à Toulouse32, et Paris33, il n’y a pas eu d’expérience de presse féministe. Les journaux des autres villes ont été des vecteurs importants dans la diffusion des idées féministes34. Leurs pages contiennent des éléments sur les différents groupes femmes en France qui, parfois, constituent le point de départ d’une nouvelle piste de l’enquête : un nom de groupe, une adresse de local et une heure de permanence. Les articles écrits par ou sur les groupes femmes dans le journal Chapeau rond rouge ont permis d’avoir un aperçu sur des actions menées, mais ils n’ont pas fourni de noms de militantes féministes car les articles quand ils étaient signés, privilégiaient les pseudonymes. Quant au quotidien local Ouest-France, au fur et à mesure que l’opinion publique devenait favorable à une législation autorisant l’avortement, il a davantage ouvert ses colonnes aux activités du MLAC en 1974 en annonçant les permanences35 et en consacrant même au groupe un long article dans son édition du 13 décembre36.

  • 37 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit.
  • 38 Annie de Pisan, Anne Tristan, Histoires du MLF, Paris, Calmann-Lévy ; Françoise Picq, Libération de (...)
  • 39 Un des seuls textes évoquant explicitement une autre ville que Paris est une Lettre des arriérées d (...)
  • 40 Collectif IVP, op.cit., p. 2.
  • 41 Justine Zeller, op.cit., p. 26.

8Par ailleurs, aucune féministe rennaise de l’époque, ou aucun groupe rennais n’a mené de travaux d’histoire et de mémoire comme cela s’est produit à Lyon37, et Paris38. Rennes n’a pas été non plus concernée par l’édition de sources comme cela a été le cas pour Paris avec le recueil MLF. Textes premiers39 paru en 2009. Enfin, contrairement à Grenoble40, ou Toulouse41, aucune militante des groupes femmes de Rennes n’a conservé d’archives ou n’en a donné à une institution chargée de les conserver.

  • 42 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 229-231.
  • 43 Florence Descamps, Les sources orales et l’histoire : récits de vie, entretiens, témoignages oraux, (...)
  • 44 Catherine Achin, Delphine Naudier, « Trajectoires de femmes "ordinaires" dans les années 1971. La f (...)

9Pour pallier les difficultés liées à l’aspect lacunaire de ces sources écrites, 43 entretiens ont été réalisés avec des militant.e.s des mobilisations féministes des années 1970 à Rennes42. Ils constituent la source principale pour travailler sur l’histoire des groupes femmes, or la mémoire est un matériau dont l’utilisation est délicate et nécessite des précautions43 en raison de l’oubli, de la reconstruction des souvenirs, des approximations. Notre démarche d’enquête, située « à rebours des approches dominantes des mouvements de femmes de la deuxième vague en France qui focalisent sur les "MLF" parisiennes44 » a été pour la quasi-totalité des personnes rencontrées l’occasion inédite de faire le récit de leurs années d’engagement pour les droits des femmes, et d’activer leur mémoire, entre 35 et 45 ans après les faits.

  • 45 Blandine Lefierdebras, op.cit., p. 19.

10Les résultats produits sur les groupes femmes sont moins développés et moins précis que ceux sur les mobilisations rennaises pour l’avortement. Les initiatives menées à la fin des années 1970 par des structures plus institutionnalisées, telle le Centre rennais d’information des femmes, ont pu être étudiées à partir de sources, écrites et orales, relativement fournies en comparaison avec celles concernant les groupes femmes de la ville45.

2. Des mobilisations rennaises pour la libéralisation de l’avortement désunies

  • 46 Ibid., p. 170.
  • 47 Pauline Rameau, op.cit., p. 9.
  • 48 Justine Zeller, op.cit., p. 45.

11Revendication centrale et prioritaire du Mouvement de libération des femmes qui émerge en France au début des années 1970, l’avortement libre est également porté par d’autres structures. À Rennes on retrouve, comme dans d’autres villes, trois des principales composantes des mobilisations pour la liberté de procréer : le Planning familial, Choisir et le MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception). Il ne semble pas y avoir eu de GIS (Groupe information santé) contrairement à Paris46, Dijon47 ou Toulouse48. Nous allons étudier comment ces trois entités se sont positionnées sur la question de l’avortement.

  • 49 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 22-24.
  • 50 Bibia Pavard, op.cit., p. 196-205.
  • 51 Pauline Rameau, op.cit., p. 95‑96.
  • 52 Lydie Porée, op.cit., p. 108.
  • 53 Ibid., p. 99-100.
  • 54 Ibid., p. 103.
  • 55 Entretien avec Monique Poupaud-Jourden, Rennes, 27/05/2010 ; entretien avec Annie Debroise, Rennes, (...)
  • 56 Lydie Porée, op.cit., p. 55-56.

12Le Planning familial d’Ille-et-Vilaine est créé en 1965, sous l’impulsion d’André Cahn qui se trouvait au carrefour de plusieurs réseaux militants, notamment laïcs et proches de la mouvance socialiste49. L’association départementale, dont le siège se situe à Rennes, n’est pas officiellement engagée pour l’avortement, même après le ralliement du niveau national à la cause de l’avortement lors du congrès de juin 197350. Contrairement au Planning familial de Côte d’Or qui signe des tracts et se montre auprès d’organisations engagées sans se départir d’une ligne légaliste51, le Planning familial d’Ille-et-Vilaine reste très en retrait, sauf, exceptionnellement, lors de la manifestation du 18 mai 1973 qui se tient à Rennes en soutien à Annie Ferrey-Martin, médecin de Grenoble arrêtée pour avoir pratiqué des avortements52. Association qui dès ses débuts a œuvré pour être reconnue par les pouvoirs publics et les institutions, notamment pour recevoir des subventions et mettre en place des collaborations pour développer l’information sur la sexualité et la contraception53, le Planning d’Ille-et-Vilaine refuse de franchir les limites de la légalité, du moins publiquement. À la fois contre la répression de l’avortement et contre l’utilisation de la méthode d’aspiration dite « méthode Karman54 », l’association est dans une position « au milieu du gué ». Interrogées près de 40 ans après les faits, d’anciennes militantes ont déclaré s’être investies dans l’orientation de femmes souhaitant avorter en Angleterre55, et l’une d’entre elles, sage-femme, a évoqué les avortements qu’elle a réalisés en posant des sondes à la fin des années 196056. Mais ces activités se déroulaient clandestinement, en dehors des activités officielles du Planning familial.

  • 57 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 34.
  • 58 Collectif IVP, op.cit., p. 36.
  • 59 Justine Zeller, op.cit., p. 45-46.
  • 60 Élodie-Cécile Marrel, op.cit., p. 99.

13Choisir-Rennes se crée fin 197257, soit six mois après l’émergence du CLAC grenoblois (Comité pour la liberté de l’avortement et de la contraception), groupe qui se transforme en section locale de Choisir58. À Toulouse le GIS existe depuis le début des années 1970, et il intègre un MLAC créé dès le printemps 1973, au même moment que l’association nationale éponyme59. À Angers un groupe Choisir se met également en place au début de l’année 1973, dans le contexte de procès de femmes accusées d’avortement et défendues par Gisèle Halimi60. Cette section angevine semble être restée dans la ligne légaliste de l’association nationale, ce qui n’est pas le cas de Choisir-Grenoble et Choisir-Rennes, qui, en aidant les femmes à voyager à l’étranger et en réalisant concrètement des avortements avec la méthode par aspiration, se placent en dissidence.

  • 61 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 34-36.
  • 62 Ibid., p. 40.
  • 63 Lydie Porée, op.cit., p. 66.
  • 64 Bibia Pavard, op.cit., p. 168.
  • 65 Lydie Porée, op.cit., p. 75-76.

14Choisir-Rennes se constitue en deux temps. Un premier noyau rassemblant des militant.e.s maoïstes et des féministes crée Choisir à l’automne 197261. Lors d’une grève à la faculté de médecine de Rennes qui commence en janvier 1973, ce premier noyau rencontre des étudiant.e.s en médecine qui vont entrer dans le groupe initial et pratiquer la partie technique des avortements avec la méthode par aspiration. Ils faisaient partie d’un Comité action médecine aux revendications similaires à celles du GIS : lutte pour l’avortement libre, contre l’ordre des médecins62. En mai 1973, un groupe femmes dit « Groupe action femmes » est aux côtés de Choisir pour au moins deux actions : à l’occasion de la manifestation de soutien au Dr Annie Ferrey-Martin qui se déroule à Rennes le 18 mai 1973 et lors d’une distribution de tracts promouvant le droit à l’avortement le 22 mai63. La convergence des médecins militants et des féministes autour de l’avortement et de la méthode par aspiration, analysée par Bibia Pavard à Paris et Grenoble64, se vérifie également à Rennes65, aussi bien d’ailleurs au sein de Choisir-Rennes que du MLAC qui se constitue en janvier 1974 dans la capitale bretonne.

  • 66 Pauline Rameau, op.cit., p. 99-101.
  • 67 Collectif IVP, op.cit., p. 39.
  • 68 Lydie Porée, op.cit., p. 109.
  • 69 Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le MLAC. Pratique des avortements (1973-1979) », Clio, H (...)
  • 70 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 40 et p. 50-51.
  • 71 Francis Sanseigne, « Le Planning familial face à la loi (1956-1967) : entre arrangements et transfo (...)

15Tout comme à Rennes, à Saint-Étienne le Planning familial ne pratique pas non plus d’avortements, mais il collabore avec le GLACS (Groupe pour la liberté de l’avortement et de la contraception stéphanois) créé en avril 1973, au même moment que le MLAC national et soutient ce groupe66. À Grenoble67, le Planning familial accueille Choisir dans ses locaux. Cette proximité ne s’observe pas à Rennes où, d’après les militant.e.s de Choisir, le Planning familial ne les a pas soutenu.e.s68. Les divergences entre les deux organisations portent notamment sur la démédicalisation de l’avortement, que permet la méthode par aspiration et qui est revendiquée par les groupes la pratiquant69, tel que Choisir-Rennes. Au contraire, le Planning familial d’Ille-et-Vilaine, dont le vice-président est médecin-gynécologue, y oppose les risques pour la santé des femmes70. Cet argument se double du refus de sortir de la légalité et s’ajoute aux divergences politiques entre des militant.e.s proches du socialisme d’une part et des militant.e.s d’extrême gauche d’autre part. Le Planning familial d’Ille-et-Vilaine développe « une éthique de la prudence71 » vis-à-vis de la pratique illégale d’avortements, tandis que d’autres groupes l’utilisent comme un moyen politique, ce que traduit le témoignage a posteriori d’une militante du Planning :

  • 72 Entretien avec Monique Poupaud-Jourden, Rennes, 27/05/2010. C’est sans doute plus de Choisir-Rennes (...)

Il y avait aussi des gens qui étaient très extrême gauche et qui demandaient tout et n’importe quoi pour l’avortement, la manière d’avorter, l’accouchement. (…) Nous, par rapport à l’avortement, on voulait que cela se fasse dans les meilleures conditions possibles pour la femme. Et au MLAC ils étaient un peu plus en avant, ils étaient un peu moins prudents que nous. Nous, on était beaucoup plus prudents. Je pense qu’on faisait plus attention, mais ceci dit, le MLAC a eu une action importante, parce que c’est eux, avec les premières canules qui ont pu faire des avortements, mais faits dans la cuisine, n’importe où…On a eu envie que la loi change, et que ça se passe le mieux possible pour les femmes. (…) Donc on a eu un petit peu de dissensions72.

  • 73 Patricia Godard, Lydie Porée, « L’avortement illégal et revendiqué à Rennes : entre lutte des class (...)
  • 74 Lydie Porée, op.cit., p. 67-68.
  • 75 Film réalisé par Charles Belmont et Marielle Issartel, censuré à sa sortie à l’automne 1973 car il (...)
  • 76 Patricia Godard, Lydie Porée, Les femmes s’en vont en lutte, histoire et mémoire du féminisme à Ren (...)
  • 77 Ibid., p. 55.
  • 78 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 56.
  • 79 Marielle Issartel, Charles Belmont, Histoires d’A, Paris, Stock, 1974, p. 136.
  • 80 Brigitte Millet, op.cit., p. 40.
  • 81 Justine Zeller, op.cit., p. 47.

16Dans les documents que les militant.e.s de Choisir produisent, ils abordent la question de l’oppression des femmes en la reliant systématiquement à celle de la lutte des classes73. D’après eux, la pénalisation de l’avortement est surtout un problème pour les femmes de milieux populaires74, les femmes plus aisées pouvant y avoir recours à l’étranger. Isolé en raison de sa rupture avec l’association nationale de Gisèle Halimi et parce que localement il n’a pas réussi à s’étoffer en nombre de militant.e.s, le groupe Choisir-Rennes n’est pas en capacité de porter seul l’organisation de la projection du documentaire « Histoires d’A75 » et appelle à une réunion avec d’autres groupes. Des militant.e.s trotskistes de la Ligue communiste dissoute investissent cet espace et imposent la création d’un MLAC à Rennes76. Les militant.e.s de Choisir refusent que leur groupe y soit absorbé car ils voient dans la création du MLAC une manœuvre opportuniste des trotskistes et c’est ainsi qu’à Rennes les deux groupes coexistent. Une collaboration se met en place, mais les tensions idéologiques en ont raison en mars 1974, et c’est finalement le MLAC seul qui organise la projection d’« Histoires d’A » à Rennes le 17 avril 1974. Seul car au même moment Choisir-Rennes disparaît77, car contrairement à ce qui s’est passé à Quimper autour de cet événement, le Planning familial local ne s’est pas associé78. Ce positionnement de l’association semble aller à l’encontre du ressenti des réalisateur.trice.s du film pour lesquel.le.s ce sont les Plannings familiaux locaux principalement qui ont organisé les projections79. Ainsi, à Grenoble le MLAC-Choisir ne fait qu’un et collabore avec le Planning ; plusieurs militantes du Planning familial à Brest font également partie du MLAC de la ville80 ; le principal groupe MLAC de Toulouse se trouve au deuxième étage du local du Planning familial81. Si, tout comme Choisir-Lyon, Choisir-Rennes est en rupture avec l’association nationale de Gisèle Halimi, à Lyon le groupe s’associe au MLAC pour former un Choisir-Lyon-MLAC à partir de juillet 1973.

  • 82 Lydie Porée, op.cit., p. 108.
  • 83 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 38.
  • 84 « Le dispositif domestique, proche et inscrit dans le quotidien familier qui caractérise ces réunio (...)
  • 85 Ibid., p. 40, p. 51.
  • 86 Ibid., p. 40, p. 54.
  • 87 Lydie Porée, op.cit., p. 153.
  • 88 Pauline Rameau, op.cit., p. 114.
  • 89 Élodie-Cécile Marrel, op.cit., p. 100-101.

17Toutefois, les frontières entre les groupes rennais n’étaient pas complètement étanches. Une militante de Choisir s’est souvenue avoir suivi un stage au Planning familial pour se former à l’éducation à la contraception82, une autre du Planning familial a en mémoire des réunions qui, certes, se déroulent dans un climat « houleux83 ». Pendant quelques mois les membres de Choisir-Rennes et du Planning familial d’Ille-et-Vilaine ont animé ensemble des réunions de type « Tupperware84 » à Villejean, quartier populaire de Rennes, sur le thème de la contraception85. Durant la courte coordination entre Choisir-Rennes et le MLAC de Rennes de janvier à début avril 1974, les militant.e.s ont tenu conjointement des permanences86. Le Planning familial et le MLAC de Rennes auraient organisé ensemble des voyages à l’étranger de femmes souhaitant avorter87. Mais ces quelques collaborations ne suffisent pas à dépasser les clivages. Ainsi, alors que dans d’autres villes de France les groupes actifs s’entendent et collaborent (Toulouse), voire se rassemblent dans une même entité (Brest, Grenoble, Lyon), à Rennes la mobilisation pour la liberté d’avorter a été relativement désunie, chacun des trois acteurs tenant à distance les deux autres, principalement pour des désaccords idéologiques et de stratégie. Cet éclatement des forces, et le refus du Planning familial de s’engager publiquement, ont eu pour conséquence une faible ampleur des luttes pour la libéralisation de l’avortement à Rennes. C’est d’ailleurs pour éviter les tensions entre Choisir et MLAC et entre groupes d’extrême gauche, qui font de la lutte pour la liberté d’avorter un enjeu fort pour mobiliser au nom de la lutte des classes, qu’à Saint-Étienne le choix a été fait de ne pas créer un MLAC, mais le GLACS, dont le Planning familial de la Loire a été un des initiateurs88. Il n’y a pas non plus eu de MLAC à Angers, mais un GALAC, Groupe angevin pour la libéralisation de l’avortement et de la contraception, créé en 1973 et clos en 197489. Pourtant, aussi bien à Angers qu’à Rennes, c’est la terminologie « MLAC » qui est restée dans les mémoires des enquêtées pour désigner les différents groupes qui se sont engagés dans la réalisation d’avortements avec la méthode par aspiration.

  • 90 Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire(s) du MLAC, 1973-1975 », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés (...)

18Les réalités locales, caractérisées par le positionnement du Planning familial et par la pratique d’avortements avec la méthode par aspiration avant ou après la création du MLAC national en avril 1973, laissent voir la diversité des appellations et des actions menées sous ces appellations en France métropolitaine et confirment la relativité des appartenances et des sigles repérée par Michelle Zancarini-Fournel dans son étude sur le MLAC90.

3. Un mouvement des femmes à Rennes peu conflictuel ?

  • 91 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit., 272 p.
  • 92 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, op. cit., p. 8, p. 496.

19Si à Lyon celles qui en ont fait partie parlent du MLF91, Mouvement de libération des femmes, comme à Paris92, cette terminologie n’apparaît à Rennes ni dans les rares sources écrites ni dans les entretiens, où il est question de « groupes femmes ». À l’instar des mobilisations rennaises pour la liberté d’avorter, ces groupes femmes ont été un enjeu pour les organisations politiques locales, ce qui explique en partie les tensions qui les ont traversés.

  • 93 Centre des archives du féminisme à Angers, fonds Eliane Viennot, brochure interne de la Ligue commu (...)

20Une brochure interne de la Ligue communiste, non datée mais qui semble avoir été publiée en 1972 ou 1973, dresse le tableau suivant des groupes femmes en France, hors de Paris93 :

En province il y a 25 à 30 groupes femmes, principalement impulsés par un noyau de militantes de Rouge et parfois de Révo ! (...) Ce sont des groupes larges ; ils n’ont pas connu l’histoire [agitée] du MLF parisien et ne sont pas traversés par les débats inter-groupusculaires : ils sont le lieu d’une prise de conscience et d’une radicalisation collective contre l’oppression des femmes, permettant d’engager des luttes contre cette oppression.

  • 94 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, op. cit., p. 8, p. 152.

21Ils sont souvent partie prenante du MLAC. Les femmes qui y viennent acceptent la présence et les débats avec les militantes marxistes révolutionnaires. Le nombre de groupe femmes avancé est difficile à commenter car d’une part le document n’est pas daté et d’autre part il n’y a pas encore eu à ce jour de travail de recherche permettant d’identifier les groupes femmes sur l’ensemble du territoire français à différents moments des années 1970. Françoise Picq évoque quant à elle 44 groupes recensés hors de Paris en novembre 197294.

  • 95 Élodie-Cécile Marrel, op.cit., p. 102-103.
  • 96 Collectif IVP, op.cit., p. 45.
  • 97 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit., p. 24‑28.
  • 98 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, op. cit., p. 8, p. 13-29.
  • 99 Justine Zeller, op.cit., p. 54-56.
  • 100 Entretien avec Christine Morette, Rennes, 17/03/2010 ; entretien avec Evelyne Denis, Rennes, 07/06/ (...)
  • 101 Entretien avec Rose-Marie Sanchez, Rennes, 15/02/2010 ; entretien avec Andrée Chapalain et Catherin (...)
  • 102 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 84.

22Si elle se vérifie à Angers95, l’affirmation selon laquelle la mise en place de ces groupes femmes revient à des organisations trotskistes ne correspond pas aux situations grenobloise96, lyonnaise97 ou parisienne98, car dans ces villes des féministes qui n’étaient pas membres de partis politiques se réunissent au moins depuis 1970-1971. À Toulouse et à Rennes99, il semble par contre que ce soit l’investissement de militantes d’extrême gauche qui a appuyé la création des premiers groupes femmes, mais à Rennes cette impulsion n’a pas été uniquement trotskiste. Le Groupe action femmes de Cleunay, un quartier populaire de Rennes, est le premier groupe femmes repéré dans la capitale bretonne à partir de 1972. Les membres de ce groupe femmes faisaient partie, ou étaient proches de partis maoïstes, plus précisément du groupe Rennes-Révolutionnaire100. Cette proximité est d’ailleurs confirmée par la mise en œuvre d’actions communes avec Choisir-Rennes, groupe qui comprend des militant.e.s maoïstes ou proches. Quant au deuxième groupe femmes repéré à Rennes à partir de 1973, celui de Villejean, s’il n’est pas à l’initiative de militantes de la Ligue communiste, ses membres initiales et quelques-unes des femmes qui le rejoignent ensuite sont dans le sillage de cette organisation ou bien de celui de Révolution101 ! L’éphémère groupe femmes du lycée Joliot-Curie (1973-1974), lui, a été mis en place suite aux encouragements de deux militantes trotskistes102.

  • 103 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, op.cit., p. 8, p. 496.
  • 104 Archives de Ghislaine Mesnage, « Rapport sur le MLF et les groupes femmes de Rennes », mai 1975.

23La rédactrice ou le rédacteur de la brochure de la Ligue communiste insiste sur le contraste entre un MLF parisien où règnent les tensions, et la paisibilité des groupes femmes hors de Paris. Françoise Picq parle également de l’histoire souvent moins conflictuelle des groupes femmes en « province103 ». Un rapport de la Ligue communiste révolutionnaire de Rennes rédigé au printemps 1975 et portant sur la coordination des groupes femmes de la ville104 contient pourtant des éléments relatifs à des rivalités entre formations d’extrême gauche :

On constate une tentative assez forcenée de Révolution ! (7 militantes dont une seule a une véritable expérience de groupe) pour faire passer son orientation. (…) Tactiquement leur attitude est sectaire : construction à Villejean d’un groupe quartier exclusivement composé de filles de Révolution !, sans tenir aucun compte des activités et du bilan du groupe qui pré-existe.

  • 105 Centre des archives du féminisme à Angers, fonds du MLAC, cote 10AF/8.
  • 106 Justine Zeller, op.cit., p. 68-71.
  • 107 Élodie-Cécile Marrel, op.cit., p. 104.

24Face à cette offensive de Révolution !, la LCR hésite sur la tactique à adopter et la rédactrice du rapport énonce qu’il lui paraît inutile de répondre en imposant à Rennes le courant Pétroleuses animé par des militantes du parti. Bien qu’il existe une correspondante de ce courant à Rennes105, il semble être peu implanté, comme à Toulouse d’ailleurs106. À Angers les membres de l’unique groupe femmes de la ville refusent de se rallier à cette tendance trop marquée politiquement selon elles107.

  • 108 Entretien avec Brigitte Rocher, Rennes, 22/02/2010.
  • 109 Entretien avec Marie Guisnel, Caen, 09/11/2016
  • 110 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit., p. 14‑15.

25Par ailleurs, les témoignages d’anciennes militantes laissent aussi transparaître des tensions entre le groupe femmes de Villejean et le groupe femmes centre, dit groupe femmes la Paillette, du nom de la MJC dans laquelle ses réunions se tiennent. Celui-ci semble s’être mis en place vers 1975. Ainsi, une ancienne du groupe femmes la Paillette s’est souvenue en ces termes des membres du groupe femmes de Villejean : « on se prenait la tête, parce qu’on disait : "elles sont trop intellos", ça nous énervait108 ». À l’inverse, une ancienne du groupe femmes de Villejean, qui a été un groupe de paroles et un groupe d’actions, était critique du positionnement en tant que « groupe de conscience109 », du groupe femmes de La Paillette. Des tensions entre groupes ont aussi été relevées à Lyon : en raison de dissensions passées il n’a pas été possible d’intégrer l’histoire du groupe femmes de Villeurbanne dans le travail sur l’histoire du MLF lyonnais. Les autrices de Chronique d’une passion ont également, par parti pris, décidé de ne pas parler du groupe Psychanalyse et Politique110.

  • 111 Entretien avec Brigitte Rocher, Rennes, 22/02/2010.
  • 112 Justine Zeller, op.cit., p. 39.

26Cleunay, Villejean, lycée Joliot-Curie, fac de droit, Beaulieu : à Rennes cette organisation par sites ou par quartiers semble être entre autres le résultat de clivages entre les militantes d’extrême gauche, ou entre celles-ci et les femmes qui ne faisaient pas partie d’organisations politiques et qui souhaitaient s’en tenir éloignées111. À Toulouse Justine Zeller a observé la méfiance des féministes non encartées pour les militantes de partis politiques112. On ne retrouve donc pas systématiquement l’acceptation automatique des militantes politiques décrite dans le document de la Ligue communiste.

  • 113 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, Tract issu d’un dossier documentaire sur les questions de société à Ren (...)
  • 114 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 102-104.

27Malgré ces tensions, « des groupes femmes de Rennes » ont co-organisé une contre-fête des mères en mai 1976113. Une coordination des groupes femmes de Rennes mise en place au moins à partir de 1975 a existé au moins jusqu’en 1981114.

  • 115 Camille Masclet, op.cit..
  • 116 Entretien avec Brigitte Rocher, Rennes, 22/02/2010.

28L’idée, sur le moment et a posteriori, d’un mouvement des femmes en « province » moins conflictuel que le MLF parisien interroge sur les représentations des Parisiennes sur ce mouvement hors de Paris. Des tensions existent également entre le MLF parisien et les groupes femmes d’autres villes. Le phénomène de la « descente » sur des villes de « province » de militantes parisiennes et la façon dont cette descente est vécue montrent que « le parisianisme a pu faire l’objet de vives critiques115 ». Ainsi, en écho à la « Lettre des arriérées de province » écrite par « Des filles de Nice », une membre du groupe femmes La Paillette évoque la venue de féministes parisiennes à Rennes en ces termes : « On se disait, elles vont débarquer. (…) Elles venaient parce qu’il fallait un peu renforcer le réseau, ça ne se passait pas toujours très très bien116 ».

Conclusion

  • 117 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p.138-151.

29À Rennes, les conflits, les désaccords stratégiques et politiques ont structuré et façonné aussi bien les mobilisations pour la libéralisation de l’avortement que les mobilisations des groupes femmes. En comparaison avec d’autres villes, la situation rennaise, en particulier sur les luttes pour l’avortement, semble atypique. Cependant, en 1979, le même thème se trouve être rassembleur : la mobilisation rennaise pour le vote définitif de la loi Veil est unitaire. Le Planning familial en est un des acteurs principaux, aux côtés des groupes femmes et de nombreuses autres organisations politiques et syndicales117. La mobilisation se conclut par une manifestation le 6 octobre 1979, le même jour que la grande marche non mixte à Paris. Pour l’occasion les groupes femmes de Villejean et de La Pailette réussissent à mettre de côté leurs divergences :

  • 118 Entretien avec Brigitte Rocher, Rennes, 22/02/2010.

Il y avait eu le vote de la loi Veil mais après il fallait qu’il soit consolidé et je pense qu’on a eu pas mal de manifs autour de ça. On préparait avec les filles de La Paillette (...) il y avait le groupe de femmes Villejean et on se retrouvait avec ces femmes-là. On n’était pas toujours d’accord mais par contre quand il fallait aller dans la rue on était toutes d’accord118 !

30Ainsi, comme le 18 mai 1973 lors de la manifestation en soutien au Dr Annie Ferrey-Martin, l’unité entre les différentes structures rennaises engagées dans l’espace de la cause des femmes se fait sur la question de l’avortement, et dans la rue.

Haut de page

Notes

1 Christine Bard (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 260 p. ; Christine Bard (dir.), Les féministes de la première vague, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, 230 p.

2 Élodie-Cécile Marrel, Mémoires et histoire des féminismes (Angers, 1965‑1985), Paris, FEN-UNSA, 1999, 166 p.

3 Brigitte Millet, Entre droits et émancipation : carrières de militantes féministes brestoises de 1961 à 2012, mémoire de master 2 de sociologie, Université de Bretagne Occidentale (Brest), 2012, 130 p.

4 Pauline Rameau, S’engager pour les droits des femmes. Approches genrées du féminisme de la deuxième vague. Dijon – Saint-Étienne, mémoire de master 2 recherche parcours histoire contemporaine, Université de Bourgogne, 2010, 240 p.

5 Collectif IVP, Avorter. Histoire des luttes et des conditions d’avortement des années 60 à aujourd’hui, Grenoble, Editions Tahin Party, 2008, 132 p.

6 Centre lyonnais d’études féministes, Chroniques d’une passion. Le Mouvement de libération des femmes à Lyon, Paris, L’Harmattan, 1989, 272 p.

7 Lydie Porée, Contraception, avortement : les mobilisations à Rennes pour la liberté de procréer. Histoire et mémoire des groupes locaux du Planning familial, de Choisir et du MLAC (1965-1975), mémoire de master 2 d’histoire, Université d’Angers, 2013, 221 p. ; Patricia Godard, Lydie Porée, Les femmes s’en vont en lutte, histoire et mémoire du féminisme à Rennes (1965-1985), Rennes, éditions Goater, 2014, 240 p. ; Blandine Lefierdebras, Un projet collectif au sein de l’espace rennais de la cause des femmes : le Centre rennais d’information des femmes, CRIF (1976-1982), mémoire de master 2 d’histoire, Université de Rennes 2, 2016, 256 p.

8 Justine Zeller, Le féminisme tendance « lutte des classes » à Toulouse dans les années 1970, mémoire de master 1 en histoire, Université de Toulouse, 2012, 201 p.

9 Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française, 1956-1979, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 358 p.

10 Françoise Picq, Libération des femmes. Les années mouvement, Paris, Seuil, 1993, 384 p.

11 Camille Masclet, notice « Paris-Province », Christine Bard, Sylvie Chaperon (dirs.), Dictionnaire des féministes, France xviii-xxie siècle, 2017, p. 1090-1092.

12 Laure Bereni., « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », Christine Bard (dir.), Les féministes de la deuxième vague, op. cit., p. 35.

13 Blandine Lefierdebras, op. cit.

14 Lydie Porée, op.cit.

15 Ibid., p. 166-169.

16 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 182-186.

17 Ibid., p. 80-115.

18 Pauline Rameau, op. cit., p. 102.

19 Christine Bard (dir.), Les féministes de la deuxième vague, op.cit., p. 9.

20 Christine Bard (dir.), Le féminisme au-delà des idées reçues, Paris, Le cavalier bleu, 2012, p. 13.

21 Christine Bard, Annie Metz, Valérie Neveu (dir.), Guide des sources de l’histoire du féminisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 23.

22 Colette Guillaumin, « Centre lyonnais d'études féministes, Chronique d'une passion. Le mouvement de Libération des femmes à Lyon », Paris, L'Harmattan, 1989 », L'Homme et la société, n° 99-100, 1991, p. 219-220 (compte-rendu).

23 Chapeau rond rouge, n°1, octobre-novembre 1977 ; n° 4, avril-mai 1978.

24 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, cote 1134W ; la Délégation régionale aux droits de la femme est la déclinaison locale du Ministère des droits de la femme et est rattachée à la préfecture de région, voir Sandrine Dauphin, L’État et les droits des femmes. Des institutions au service de l’égalité ?, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 134 p.

25 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit., p. 14.

26 Archives de Ghislaine Mesnage, « Rapport sur le MLF et les groupes femmes de Rennes », mai 1975.

27 Archives du Planning familial d’Ille-et-Vilaine, rapports d’activité 1971-1985.

28 Arch. mun. Rennes, don Patrick Wiener, sur le groupe Choisir-Rennes (1973-1974) et la grève de la faculté de médecine de Rennes en 1973, cote 10Z218.

29 Archives de Nicole Kiil‑Nielsen, photographies de la manifestation du MLAC de Rennes organisée le 20 avril 1974.

30 Centre des archives du féminisme à Angers, fonds du MLAC, cote 10AF.

31 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, fonds du cabinet du préfet, cotes 508W95 et 1164W22.

32 Justine Zeller, op.cit., p. 27.

33 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, Brest, Dialogue, 2011, p. 8, p. 143-153.

34 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 87.

35 Ouest-France des 4, 6 avril ; 12 septembre ; 12 décembre 1974.

36 « L’avortement : derrière les principes, une douloureuse réalité », Ouest-France du 13 décembre 1974.

37 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit.

38 Annie de Pisan, Anne Tristan, Histoires du MLF, Paris, Calmann-Lévy ; Françoise Picq, Libération des femmes. Les années mouvement, op.cit.

39 Un des seuls textes évoquant explicitement une autre ville que Paris est une Lettre des arriérées de province, écrite par « Des filles de Nice » (Le Torchon brûle n° 5). La centralité et la suprématie parisiennes y sont dénoncées.

40 Collectif IVP, op.cit., p. 2.

41 Justine Zeller, op.cit., p. 26.

42 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 229-231.

43 Florence Descamps, Les sources orales et l’histoire : récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Paris, Bréal, 2006, 288 p. ; Geneviève Dermenjian, Françoise Thébaud, (dir.), Quand les femmes témoignent : histoire orale, histoire des femmes, mémoire des femmes, Paris, Publisud, 2009, 242 p. ; Marion Charpenel, « Le privé est politique ! » Sociologie des mémoires féministes en France, thèse de doctorat en science politique, Institut d’études politiques de Paris, 2014, 830 p.

44 Catherine Achin, Delphine Naudier, « Trajectoires de femmes "ordinaires" dans les années 1971. La fabrique de la puissance d’agir féministe », Sociologie, n° 1, 2010, p. 78.

45 Blandine Lefierdebras, op.cit., p. 19.

46 Ibid., p. 170.

47 Pauline Rameau, op.cit., p. 9.

48 Justine Zeller, op.cit., p. 45.

49 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 22-24.

50 Bibia Pavard, op.cit., p. 196-205.

51 Pauline Rameau, op.cit., p. 95‑96.

52 Lydie Porée, op.cit., p. 108.

53 Ibid., p. 99-100.

54 Ibid., p. 103.

55 Entretien avec Monique Poupaud-Jourden, Rennes, 27/05/2010 ; entretien avec Annie Debroise, Rennes, 10/03/2011 ; entretien avec Dominique Garnier, Rennes, 05/12/2011.

56 Lydie Porée, op.cit., p. 55-56.

57 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 34.

58 Collectif IVP, op.cit., p. 36.

59 Justine Zeller, op.cit., p. 45-46.

60 Élodie-Cécile Marrel, op.cit., p. 99.

61 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 34-36.

62 Ibid., p. 40.

63 Lydie Porée, op.cit., p. 66.

64 Bibia Pavard, op.cit., p. 168.

65 Lydie Porée, op.cit., p. 75-76.

66 Pauline Rameau, op.cit., p. 99-101.

67 Collectif IVP, op.cit., p. 39.

68 Lydie Porée, op.cit., p. 109.

69 Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le MLAC. Pratique des avortements (1973-1979) », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés n° 29, 2009, p. 87.

70 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 40 et p. 50-51.

71 Francis Sanseigne, « Le Planning familial face à la loi (1956-1967) : entre arrangements et transformations », Nouvelles questions féministes, 2010, vol. 29, n°1, p. 19-20.

72 Entretien avec Monique Poupaud-Jourden, Rennes, 27/05/2010. C’est sans doute plus de Choisir-Rennes que du MLAC de Rennes dont elle parle, mais dans les mémoires de nombreux.es acteurs et actrices des mobilisations rennaises pour la contraception et l’avortement, c’est l’appellation MLAC qui a été associée à la réalisation d’avortements réalisés avec la méthode Karman, quand bien même c’est Choisir-Rennes qui en a fait la plupart, voir Lydie Porée, op.cit., p. 142.

73 Patricia Godard, Lydie Porée, « L’avortement illégal et revendiqué à Rennes : entre lutte des classes et féminisme (1972-1974) », dans Arlette Gautier, Yvonne Guichard-Claudic (dirs.), Bretonnes ? Des identités au carrefour du genre, de la culture et du territoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 213-214.

74 Lydie Porée, op.cit., p. 67-68.

75 Film réalisé par Charles Belmont et Marielle Issartel, censuré à sa sortie à l’automne 1973 car il comporte une scène d’avortement par aspiration, réalisé par un médecin. Il est projeté clandestinement à travers toute la France. Cf. Hélène Fleckinger, « Histoires d’A : un moment de la lutte pour la liberté de l’avortement », La Revue documentaire, n°22-23, 2010, p. 181-195.

76 Patricia Godard, Lydie Porée, Les femmes s’en vont en lutte, histoire et mémoire du féminisme à Rennes (1965‑1985), op.cit., p. 52.

77 Ibid., p. 55.

78 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 56.

79 Marielle Issartel, Charles Belmont, Histoires d’A, Paris, Stock, 1974, p. 136.

80 Brigitte Millet, op.cit., p. 40.

81 Justine Zeller, op.cit., p. 47.

82 Lydie Porée, op.cit., p. 108.

83 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 38.

84 « Le dispositif domestique, proche et inscrit dans le quotidien familier qui caractérise ces réunions, autorise les plus émancipées à énoncer leurs propres expérimentations [celle des participantes] aux autres, à les aider à franchir le cap d’un accès à une sociabilité élargie, à les inciter à la capacité d’agir », Catherine Achin et Delphine Naudier, « La libération par Tupperware ? Diffusion des idées et pratiques féministes dans de nouveaux espaces de sociabilité féminine », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n°29, p. 131-140, en ligne depuis le 11 juin 2009. URL : https://journals.openedition.org/clio/9238

85 Ibid., p. 40, p. 51.

86 Ibid., p. 40, p. 54.

87 Lydie Porée, op.cit., p. 153.

88 Pauline Rameau, op.cit., p. 114.

89 Élodie-Cécile Marrel, op.cit., p. 100-101.

90 Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire(s) du MLAC, 1973-1975 », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés n°18, 2003, p. 248. Mis en ligne le 4 décembre 2006. URL : https://journals.openedition.org/clio/624

91 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit., 272 p.

92 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, op. cit., p. 8, p. 496.

93 Centre des archives du féminisme à Angers, fonds Eliane Viennot, brochure interne de la Ligue communiste, cote 15AF15.

94 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, op. cit., p. 8, p. 152.

95 Élodie-Cécile Marrel, op.cit., p. 102-103.

96 Collectif IVP, op.cit., p. 45.

97 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit., p. 24‑28.

98 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, op. cit., p. 8, p. 13-29.

99 Justine Zeller, op.cit., p. 54-56.

100 Entretien avec Christine Morette, Rennes, 17/03/2010 ; entretien avec Evelyne Denis, Rennes, 07/06/2010.

101 Entretien avec Rose-Marie Sanchez, Rennes, 15/02/2010 ; entretien avec Andrée Chapalain et Catherine Guy, Rennes, 22/03/2010 ; entretien avec Marie Guisnel, Caen, 09/11/2016.

102 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 84.

103 Françoise Picq, Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, op.cit., p. 8, p. 496.

104 Archives de Ghislaine Mesnage, « Rapport sur le MLF et les groupes femmes de Rennes », mai 1975.

105 Centre des archives du féminisme à Angers, fonds du MLAC, cote 10AF/8.

106 Justine Zeller, op.cit., p. 68-71.

107 Élodie-Cécile Marrel, op.cit., p. 104.

108 Entretien avec Brigitte Rocher, Rennes, 22/02/2010.

109 Entretien avec Marie Guisnel, Caen, 09/11/2016

110 Centre lyonnais d’études féministes, op. cit., p. 14‑15.

111 Entretien avec Brigitte Rocher, Rennes, 22/02/2010.

112 Justine Zeller, op.cit., p. 39.

113 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, Tract issu d’un dossier documentaire sur les questions de société à Rennes, cote 35238 DOC SOC 1.

114 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p. 102-104.

115 Camille Masclet, op.cit..

116 Entretien avec Brigitte Rocher, Rennes, 22/02/2010.

117 Patricia Godard, Lydie Porée, op.cit., p.138-151.

118 Entretien avec Brigitte Rocher, Rennes, 22/02/2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydie Porée, « Mobilisations féministes pendant les années 1970 à Rennes, un mouvement particulier ? », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 29 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/4982 ; DOI : 10.4000/framespa.4982

Haut de page

Auteur

Lydie Porée

Lydie Porée est archiviste aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine. lydie.poree@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals