Navigation – Plan du site
Recensions

Claude Gauvard (dir.), Présumées coupables : Les grands procès faits aux femmes, Paris, L’iconoclaste, Archives nationales, 2016, 308 p.

Sandrine Pons

Texte intégral

  • 1 Chauvaud Frédéric, Malandain Gilles (coords), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femm (...)

1Dirigé par Claude Gauvard, professeure émérite à l’université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne, et préfacé par Élisabeth Badinter, Présumées coupables : Les grands procès faits aux femmes est issu de l’exposition proposée aux Archives Nationales à Paris du 30 novembre 2016 au 27 mars 2017. Interrogatoires d’accusées, pièces extraites de dossiers d’instruction, photographies de police mais aussi de nombreuses œuvres d’art composent la sélection présentée dans ce bel ouvrage qui s’adresse au grand public comme aux plus avertis. La présentation des sources est pédagogique – des documents sont par exemple traduits en français contemporain. Le conseil scientifique de l’exposition a choisi de retenir cinq archétypes de criminelles, logiquement énumérés au singulier, entre le xive et le xxe siècles qui sont l’objet de textes, confiés à des spécialistes : Michel Porret, historien de la justice et du crime à l’époque moderne, rédige deux parties, l’une contextualisant la justice d’Ancien Régime et plus principalement la procédure inquisitoire, l’autre consacrée à la sorcière. Julie Doyon, dont les travaux portent sur l’histoire de la justice et de la culture pénale au xviiie siècle, dévoile l’empoisonneuse. Annick Tillier, dont la thèse sur les mères infanticides en Bretagne dans la première moitié du xixe siècle fait autorité, traite de la femme infanticide. Fanny Bugnon qui avait fait son doctorat sur la violence politique à la fin du xxe siècle, présente la pétroleuse. Enfin, Fabrice Virgili, spécialiste des guerres, violences et sexualités, analyse la tondue de la Libération. L’ambition affichée de l’exposition, immortalisée dans ce livre, est « de montrer qu’au-delà des stéréotypes, il existe une certaine « normalité » de ces femmes qui, du xive siècle à nos jours, se sont trouvées confrontées à la justice pour des crimes considérés comme « féminins » (p. 7). Être une femme serait-ce déjà une présomption de culpabilité face à certains crimes comme le suggère le titre ? Titre qui rappelle deux autres ouvrages collectifs parus respectivement en 2009 et 2010, Impossibles victimes, impossibles coupables et Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours1, devenus des références alors que l’histoire des femmes criminelles tient une place de plus en plus importante depuis les années 2000 dans l’historiographie de la justice.

2La culpabilité des femmes, associée à la Génèse, s’incarne en cinq archétypes. La « chasse aux sorcières » prospère sur le terreau des fléaux alimentaires et sanitaires pensés comme des châtiments divins, et sur l’hypothèse démonologique. Mais les dénonciations reçues par la justice viennent le plus souvent de femmes qui stigmatisent des congénères gênantes, rivales, rebelles, vulnérables. C’est au xviiie siècle que les procès en sorcellerie cessent finalement en Europe quand s’impose notamment le cartésianisme. Les archives du crime contestent la suprématie féminine en matière d’empoisonnement, et pourtant c’est toujours l’image de la froide empoisonneuse trahissant son foyer et recourant à l’arme des faibles, qui domine dans l’imaginaire collectif. Peu importe la pluralité des mobiles, des affaires, des poisons. Si le nom de grandes figures criminelles résiste au temps, les mères infanticides restent anonymes. Jusqu’au xviiie siècle, la peine de mort est souvent prononcée, mais pour éviter le crime, les femmes célibataires et abandonnées peuvent engager des poursuites contre le père du nouveau-né et obtenir des compensations financières. Le code civil de 1804 interdit la recherche en paternité, aussi les pères sont rarement entendus par la justice au xixe siècle et les condamnations sont moins sévères, les jurys citoyens devenant de plus en plus hostiles à la peine capitale. « Tricoteuses », « furies de la guillotine », « pétroleuses », autant d’appellations péjoratives qui décrédibilisent ou exagèrent la violence politique exercée par les femmes. La Révolution française a engendré des « citoyennes sans citoyenneté » (D. Godineau), la violence politique féminine est alors souvent invisibilisée et perçue comme illégitime. Il est difficile pour la justice de croire qu’elles poursuivent un idéal politique, aussi sont-elles questionnées sur leur attachement à un homme ou sont-elles présentées comme extraordinaires. Dernier archétype proposé, la tondue de la Libération est exhibée comme une traitresse de la nation. Les corps de ces collaboratrices ne leur appartiennent pas, ils sont la propriété de la patrie. D’ailleurs la tonte, qui n’est pas une peine judiciaire, est réservée aux seules femmes. La sexualité des collaborateurs reste en revanche privée, sans répercussion publique et sans instrumentalisation politique.

3L’originalité de cet ouvrage réside dans la présentation des sources à la fois esthétique et accessible et par la mise en valeur de passages sélectionnés et reformulés dans une langue actuelle. De nombreuses œuvres d’art illustrent l’ancrage de ces archétypes de criminelles dans le temps et leurs évolutions. Les parties portant sur les « pétroleuses » et les « tondues », époque contemporaine oblige, sont enrichies de photographies, parfois signées (Robert Capa), qui donnent du corps aux textes. Certaines figures criminelles célèbres font l’objet d’un focus : de Jeanne d’Arc à Arletty en passant par Louise Michel ou Violette Nozière. Des « grands angles » éclairent des pratiques judiciaires (la recherche de la marque du diable, la torture), des textes juridiques (Édit du roi Henri ii en 1556 qui oblige les femmes à déclarer leur grossesse) ou bien des affaires fameuses (affaire des poisons au xviie siècle dans laquelle des personnalités de haut rang sont compromises). Mais ce foisonnement de sources et d’illustrations est intégré de façon inégale aux analyses des auteurs. Elles prennent tout leur sens quand elles sont commentées dans la synthèse historique (l’empoisonneuse, la tondue de la Libération, par exemple). Les contributions, dans l’ensemble, mettent en évidence une justice genrée qui invisibilise ou exacerbe la criminalité féminine, au travers d’archétypes souvent persistants dans le temps. À la fin du xve siècle, autant de sorciers que de sorcières sont présentés devant les tribunaux (Claude Gauvard, p. 26), mais à partir du xviᵉ siècle, les femmes subissent la plus forte répression (76% de femmes jugées dans la République de Genève, selon Michel Porret, p. 64). Remarque intéressante, qui affine l’allégation tenue par Françoise Banat en incipit (p. 6), sur la proportion des femmes accusées ayant assez peu varié dans le temps. La criminalité féminine doit être étudiée dans une perspective historique afin de l’inscrire dans des temporalités et espaces géographiques contrastés qui mettent en relief des évolutions, des ruptures, des stratégies d’invisibilisation. Ces dernières seules garantissent la déconstruction des archétypes. Et les contributions de cet ouvrage participent grandement à ce chantier. Bien sûr, en se cantonnant aux archétypes, toute une part de la criminalité féminine échappe au sujet.

4L’écart entre la réalité partielle du crime féminin, tel que les archives conservées le livrent, et l’imaginaire, est grand. Et l’influence des stéréotypes de genre sur les pratiques judiciaires et l’art est considérable. C’est ce que montre ce livre. Au fond, de la sorcière à la tondue, c’est souvent la sexualité des femmes qui est jugée et qui est reliée au crime. Élisabeth Badinter la présente comme un enjeu de pouvoir : « Le premier enjeu est donc la possession et la maitrise du corps de la femme, dont on craint tant le pouvoir érotique et la puissance sexuelle » (p. 4).

Haut de page

Notes

1 Chauvaud Frédéric, Malandain Gilles (coords), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (xix-xxe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 ; Cadiet Loïc, Chauvaud Frédéric, Gauvard Claude, Schmitt Pantel Pauline, Tsikounas Myriam (coords), Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Pons, « Claude Gauvard (dir.), Présumées coupables : Les grands procès faits aux femmes, Paris, L’iconoclaste, Archives nationales, 2016, 308 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 29 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5091

Haut de page

Auteur

Sandrine Pons

Sandrine Pons, doctorante en histoire contemporaine, FRAMESPA, UT2J, sujet de thèse : « Des codes de loi et des codes du genre : hommes femmes devant la cour d'assises de la Haute-Garonne au xixe siècle », sous la direction de Sylvie Chaperon. sandrine.pons5@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals