Navigation – Plan du site
Recensions

Juliette Rennes (éd.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, Éditions La Découverte, 2016, 752 p.

Agathe Roby

Texte intégral

  • 1 Voir notamment « Handicap » Pierre Brasseur, p. 293, « Séduction » de Mélanie Gourrarier, p. 596, o (...)

1Autrefois boudé par les institutions universitaires, le genre bénéficie désormais de toute sa place dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Son institutionnalisation, opérée depuis les années 2000, témoigne de cette assise, même si les études genre restent encore parfois décriées dans la sphère politique et publique. Ainsi, depuis plusieurs années fleurissent de nombreux ouvrages généraux et manuels d’introduction destinés à expliquer et définir ces études. On pourrait penser que l’Encyclopédie critique du genre, dirigée par Juliette Rennes, maîtresse de conférences à l’EHESS, est de ceux-là. Pourtant, le but de cet ouvrage de plus de 700 pages, paru à l’hiver 2016, est tout autre : il constitue un appareil conceptuel critique faisant état du profond renouvellement qu’ont connu les études genre depuis les années 2000 et vient à ce titre combler un vide dans la bibliographie francophone. Les auteur.es de l’introduction (Juliette Rennes, Catherine Achin, Armelle Andro, Laure Bereni, Alexandre Jaunait, Luca Greco, Rose-Marie Lagrave et Gianfranco Rebucini) le démontrent d’ailleurs très bien : parmi les notices présentes dans l’encyclopédie, une grande partie d’entre-elles n’existaient pas dans des ouvrages similaires parus dans les années 1990-2000 (citons en guise d’exemples « Cyborg » de Delphine Gardey ou « Animal » de Flo Morin). Ce renouveau est d’autant plus visible grâce au choix des éditeur.es scientifiques de laisser une place importante aux jeunes chercheur.es qui ont particulièrement renouvelé l’approche de certaines thématiques par leur recherche1.

  • 2 « Inné-Acquis », Pierre-Henri Gouyon, p. 331.
  • 3 « Langage », Alice Coutant, p. 359.
  • 4 « Danse », Violetta Salvatierra Garcia de Quiró, p. 204.
  • 5 Par exemple, « Virginité », de Simona Tersigni, p. 701, renvoie entre autres aux entrées « Âge », « (...)

2L’ouvrage se décline en 66 entrées rédigées par 81 chercheur.es issu.es de 15 disciplines différentes. Si la plupart sont spécialisé.es dans les disciplines historiques du genre (l’anthropologie, l’histoire et la sociologie), chaque notice est rédigée dans un souci de pluridisciplinarité. On retrouve également des articles écrits par des chercheur.es en biologie2, en sciences du langage3 ou encore en danse4. Les notices sont organisées de manière claire et problématisée, précisant systématiquement la définition de la notion, son historicité, l’état de la recherche sur le sujet et les enjeux qu’elle soulève, tant dans la recherche que dans la sphère politique. En fin de notice, une bibliographie pluridisciplinaire permet au lecteur qui le désire d’approfondir la question. Enfin, les auteur.es ont été invité.es à s’ouvrir à toutes les aires géographiques et à ne pas se cantonner aux uniques travaux anglo-étatsuniens, qui restent néanmoins très présents dans l’encyclopédie, les études genre étant historiquement plus développées dans cet espace. Chaque notice renvoie à d’autres entrées : un index situé à la fin de l’ouvrage permet de naviguer assez aisément entre les différentes notions développées et de consulter des articles que l’on aurait peut-être négligées de prime abord5.

  • 6 Voir notamment les notices de Priscille Touraille « Mâle/Femelle », p. 369, et « Taille », p. 615, (...)

3L’encyclopédie s’articule autour de trois axes particulièrement sollicités dans les études genre et qui constituent « la chair des rapports sociaux » (p. 24). Le corps est le domaine qui a connu le plus profond bouleversement ces dernières décennies. Dans les années 1970-80, le dysmorphisme sexuel était considéré comme un invariant. Les travaux de la fin du xxe siècle ont ainsi davantage porté sur la manière dont les normes de genre ont un impact sur la construction de la féminité et de la masculinité et leur traduction corporelle. Depuis les années 2000, les travaux ont été profondément renouvelés, se penchant sur les conséquences de ces mêmes normes sur les corps. Ainsi, les chercheur.es se penchent sur la manière dont le genre modifie aussi la physiologie des corps. La taille, la voix, le poids, les organes sexuels, ne sont plus considérés comme des données naturelles, invariantes, mais comme des révélateurs, au même titre que le corps social, de la hiérarchisation des sexes6 : « l’incorporation des rapports de genre fonctionne comme un régime de véridiction de l’idée d’une distinction naturelle entre les sexes » (p. 15).

4La sexualité est le deuxième domaine mis en avant par l’ouvrage. Si la thématique est présente depuis les débuts des études genre, cette dernière a considérablement évolué dans les années 2000, date à laquelle les différents courants travaillant sur la sexualité (études féministes, démographiques, gaies et queer) se sont enrichis des recherches de chacun pour renouveler leur approche. La sexualité, plus qu’un objet d’étude, constitue un prisme d’analyse révélant la multiplicité des rapports de domination ainsi que la manière dont un système politique hiérarchise les pratiques sexuelles jugées normales ou déviantes.

5Enfin, la troisième approche promue par l’encyclopédie critique est plus transversale. « L’approche multidimensionnelle des rapports sociaux » (p. 20) est en effet présente dans la totalité des articles du livre. L’articulation du genre avec d’autres rapports sociaux existe depuis les années 1980. Néanmoins, depuis les années 2000, de nombreuses différences sociales sont venues s’ajouter au triptyque genre/classe/race. Ainsi, l’âge, l’orientation sexuelle, la religion font partie des critères pris en compte pour analyser les rapports de genre et les mécanismes de domination. À ce titre, l’encyclopédie adopte un point de vue situé au sein des études genre, promouvant une approche résolument intersectionnelle et multidimensionnelle. Par ailleurs, cette démarche critique se poursuit au sein même des notices, où les auteur.es ont été autorisé.es à adopter un positionnement politique, explicité et argumenté, partant du principe que « la plupart des objets d’enquêtes abordés par cet ouvrage sont inséparables des causes politiques et de questions clivantes au sein des mouvements féministes et LGBT+ » (p. 23).

6Véritable outil conceptuel, l’Encyclopédie critique du genre, grâce à sa clarté et son souci de pédagogie, s’adresse autant aux chercheur.es confirmé.es qu’aux néophytes. Loin d’être une somme figée de savoirs sur les études genre, elle révèle un champ de recherche foisonnant en perpétuel renouvellement et nous incite, par sa dimension critique, à nous interroger sur l’articulation du genre avec le reste des rapports sociaux.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment « Handicap » Pierre Brasseur, p. 293, « Séduction » de Mélanie Gourrarier, p. 596, ou « Prostitution » de Clyde Plumauzille, p. 499.

2 « Inné-Acquis », Pierre-Henri Gouyon, p. 331.

3 « Langage », Alice Coutant, p. 359.

4 « Danse », Violetta Salvatierra Garcia de Quiró, p. 204.

5 Par exemple, « Virginité », de Simona Tersigni, p. 701, renvoie entre autres aux entrées « Âge », « Objets », « Postcolonialités », « Race » ou encore « Religion ».

6 Voir notamment les notices de Priscille Touraille « Mâle/Femelle », p. 369, et « Taille », p. 615, ou encore « Poids », p. 470, de Solenn Carof.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Roby, « Juliette Rennes (éd.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, Éditions La Découverte, 2016, 752 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 29 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5098

Haut de page

Auteur

Agathe Roby

Agathe Roby, Docteure en histoire médiévale, FRAMESPA – UT2J, Thèse : « La prostitution en Midi toulousain à la fin du Moyen âge (xiiie-xvie siècles) », agathe.roby@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals