Navigation – Plan du site
Dossier : Les années 1968, la décennie féministe et homosexuelle en région

Les études féministes au Mirail : quoi de neuf entre 1978 et 2008 ?

Feminist studies at Mirail University: what’s new between 1978 and 2008?
Estudios feministas en la Universidad Mirail : ¿qué hay de nuevo entre 1978 y 2008?
Jacqueline Martin 

Résumés

Les études féministes à l’Université de Toulouse 2, se sont déployées, comme dans d’autres universités, dès le milieu des années 1970, dans l’objectif d’une visibilité, d’une intégration et d’une reconnaissance institutionnelle. En tant qu’actrice et témoin de ce déploiement dès sa création, je présente dans cet article cinq particularités ou innovations spécifiques dans l’organisation et les choix opérés par les enseignantes-chercheuses de notre université entre 1978 et 2008.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Aujourd’hui Toulouse – Jean Jaurès.

1De 1978 à 2008, les études féministes à l’Université de Toulouse Le Mirail sont marquées par le dynamisme et l’innovation permanente1. Les finalités sont l’inscription dans l’institution universitaire, dans ses instances et dans ses divers parcours de formation, d’obtenir la visibilité, la reconnaissance et les moyens de leur déploiement. Tout ceci dans un contexte de nombreuses réformes de restructuration des enseignements supérieurs et de la recherche, qui au cours de cette période ont mobilisé beaucoup d’énergie pour tenter d’échapper aux restrictions. Cette intégration dans l’académie qualifiée par la suite « d’institutionnalisation » des études féministes se poursuit bien sûr après 2008 autour de la caractéristique fondatrice des études féministes en général, celle de la pluridisciplinarité afin de construire la transversalité propre aux études sur la place des femmes et des hommes dans l’ensemble des rapports sociaux.

1. Le dynamisme des études féministes à Toulouse

2Avant d’aborder les spécificités de l’Université de Toulouse, et pour contextualiser brièvement mon propos, je rappelle les grandes étapes de notre développement collectif dont j’ai été l’une des actrices clés, en tant qu’assistante en économie nommée en octobre 1974, puis maîtresse de conférence en 1997 et jusqu’à mon départ à le retraite en octobre 2011.

  • 2 Jacqueline Martin, « Histoire des enseignements féministes au Mirail », dans Nicky le Feuvre, Moniq (...)
  • 3 Claudine Leduc, Agnès Fine, « Le GRIEF une expérience de recherche interdisciplinaire », Clio. Femm (...)

3C’est en 1978 qu’est créé à l’UTM, le Groupe de recherches interdisciplinaire d’étude des femmes (GRIEF) par une dizaine d’enseignantes-chercheuses appartenant à six disciplines différentes2. Le GRIEF est donc bien caractérisé, dès sa création, par la pluridisciplinarité, dimension essentielle de la recherche féministe dans ces années-là. Le GRIEF est d’abord un groupe de recherche qui publiera cinq numéros de revue entre 1978 et 1990 aux Presses Universitaires du Mirail (PUM). Cependant les prémisses du GRIEF peuvent se retrouver dans l’existence dès 1976, de trois Unités d’enseignement (UE) féministes et que j’ai pu relever et vérifier dans les catalogues des enseignements : histoire de la condition féminine, sociologie du travail des femmes, féminisme et théâtre, trois UE organisées par des enseignantes qui feront partie du GRIEF en 19793.

  • 4 Jacqueline Martin, « Recherches et Études Féministes en France : Une synthèse des processus institu (...)

4Toutefois, la création du GRIEF à Toulouse n’est pas une spécificité régionale puisque dans les années 1970 au niveau national sont aussi créés des groupes de recherches féministes dans d’autres universités : le CEFUP à Aix en Provence en 1972, le GEF en 1975 à Paris VII (devenu le CEDREF) , le CLEF à Lyon 2 en 1975, l’IREF à Paris VIII en 1976, pour ne citer que les plus importants4.

  • 5 Obtenu par Marie-France Brive en 1985.
  • 6 Obtenu par Nicky Le Feuvre.

5C’est par la coordination et la mobilisation collective de ces divers groupes féministes universitaires qu’est organisé, à Toulouse, en décembre 1982, le premier grand colloque national « Femmes, féminisme et recherche » User2017-07-27T21:20:00Udont le GRIEF sera le secrétariat général en collaboration avec les représentantes au CA d’une nouvelle association ad hoc l’AFFER (Association Femmes, Féminisme et Recherche). Ce colloque fondateur des études féministes à venir dans les universités françaises, financé par le tout nouveau Ministère des droits de la femme (Yvette Roudy) et le Ministère de la Recherche (Maurice Godelier) avec plus de huit cents participant.e.s et vingt et une commissions, va permettre la création de quatre postes universitaires en études féministes dès 1984, dont un à Toulouse en histoire5. Ce poste est à l’origine de la création de l’équipe SIMONE en 1986, qui deviendra Savoirs, Genre et Rapports Sociaux de Sexe (SAGESSE) en 1998 après la création en 1991 d’un second poste fléché « études féminines » en sociologie6, et la création en 1993 d’un diplôme professionnel spécialisé (DESS) sur l’analyse et la mise en œuvre des politiques sociales et des politiques d’égalité.

6En 1999, l’équipe de recherche SAGESSE qui comprend une quinzaine d’enseignant.e.s de diverses disciplines et une dizaine de doctorant.e.s, devient Équipe d’Accueil Doctoral. Elle est dirigée par Nicky Le Feuvre, sociologue, suite à la disparition de Marie-France Brive en histoire, remplacée par Djamila Amrane en 1994, puis par l’arrivée de Sylvie Chaperon en 1996. Après le départ de Nicky Le Feuvre en 2007, Sagesse doit se rattacher au laboratoire de recherche de sociologie, le Centre d’étude et de recherche travail, organisation, pouvoir (CERTOP). En effet, à cette date, la réforme de la Ministre de la recherche Valérie Pécresse contraint à un regroupement des petites équipes dans des grands laboratoires disciplinaires et oblige les enseignant.e.s–chercheur.e.s à se rattacher à leur discipline principale, ce qui va constituer peu à peu une entrave à la pluridisciplinarité.

  • 7 Voir http://arpege.univ-tlse2.fr/.

7En 2008, la création du réseau ARPEGE (Approches Pluridisciplinaires du Genre)7 est une réponse stratégique initiée par Nicky Le Feuvre au moment de son départ, pour conserver notre collectif et notre spécificité, en regroupant les recherches « Genre » des différents laboratoires disciplinaires dans un axe thématique de la Maison des sciences de l’homme et de la société (MSHS) de Toulouse. Toutefois, la pratique de la pluridisciplinarité reste confrontée au renforcement des normes professionnelles et à la réorganisation de la recherche autour de laboratoires strictement disciplinaires (réforme Pécresse 2007).

8L’année 2008 est le début d’une nouvelle aventure à laquelle j’ai participé notamment au sein de l‘équipe des sociologues, les historiennes, linguistes et psychologues se retrouvant dans leurs laboratoires respectifs. Dans ARPEGE, elles continuent de se développer et d’innover par les créations de nouveaux diplômes et de nouveaux postes spécialisés en études et recherches féministes, mais la suite de cette épopée reste à écrire et pourrait faire l’objet d’un nouvel article par la jeune génération des enseignantes-chercheuses arrivées à l’UTM à la fin des années 2000.

9Pour la période qui nous intéresse ici, 1978-2008, j’aborderai d’abord les enjeux de la création des études féministes à Toulouse, puis ce qui me semble avoir été les spécificités toulousaines. Pour une approche comparative avec les autres universités au niveau national, on pourra se référer à la formidable Collection des Bulletins de l’ANEF depuis 1989 ou à son Livre blanc sur le Genre dans l’enseignement supérieur et la recherche publié en 2014, ou encore à l’ouvrage consacré à l’expérience de paris 7, paru en 2001, Vingt-cinq ans d’études féministes. L’expérience de Jussieu8.

2. Les enjeux des études féministes à Toulouse

10Je livre ici un regard subjectif et factuel, celui d’une actrice de cette formidable aventure sociale et scientifique. On pourra retrouver d’autres témoignages des membres ou des doctorantes de l’équipe en écoutant le CD produit en 2006 pour le colloque des 20 ans de l’équipe : « Marie-France, simone et les autres », consultable au service des archives de l’Université Toulouse – Jean Jaurès.

2a. L’articulation entre militantisme, enseignements et recherche

  • 9 Sylvie Chaperon, « Le début des études féministes à l’Université de Toulouse le Mirail », Mondes So (...)

11L’articulation entre militantisme, enseignement et recherche est la première caractéristique de l’institutionnalisation des études féministes, ou du féminisme universitaire à Toulouse, comme ailleurs. À l’équipe Simone, des relations étroites existent avec le Mouvement de libération des femmes (MLF) local, dont plusieurs universitaires sont des militantes : Marie-France Brive, Monique Haicault, Agnès Fine, et moi-même. Si nous n’étions pas toutes militantes au sens militant de l’époque, nous sommes toutes féministes, au sens d’une action sociale en faveur de l’égalité Femmes-hommes, via l’exercice de notre métier. En revanche, en interne à l’Université, nous sommes devenues de vraies militantes, tant il fallait vaincre les résistances et les rejets à l’égard du féminisme. Je parlerais volontiers d’une « révolution dans le monde académique » dans le contexte bouillonnant des années 19709. Le GRIEF dérangeait c’est certain surtout quand nous avons « osé » demander quelques crédits de fonctionnement, pour publier nos revues et organiser des conférences et colloques, au même titre que toutes les autres équipes de recherche. Dans ces premières années d’existence, nous avons été confrontées aux sarcasmes de nos collègues qui justement nous traitaient de « militantes » et non de chercheuses. Nous sommes passées outre bien sûr !

12Toutefois, après le colloque de 1982, et surtout après 1986 avec la création de l’équipe Simone autour de la création ministérielle d’un poste spécialisé en féminisme et histoire des femmes, notre place dans l’Université va peu à peu être officialisée et légitimée.

2b. La transmission des savoirs féministes aux jeunes générations

13Une seconde caractéristique se constitue alors autour d’un objectif consensuel de l’équipe sur la nécessité d’une transmission des savoirs féministes, aux jeunes générations d’étudiant.e.s. Nous créons donc de nouveaux enseignements surtout en histoire et un séminaire de maîtrise pluridisciplinaire, en nous référant aux nombreuses revues, magazines, ouvrages, universitaires ou pas car les femmes du MLF écrivent beaucoup, des maisons d’éditions publient en nombre et les thèses universitaires sur les femmes font leur apparition. Le titre « académique » de l’équipe Simone est d’ailleurs « Conceptualisation et communication de la recherche Femme ».

14Avant 1986, il y avait une seule UE en « histoire de la condition féminine », Marie‑France Brive crée deux nouvelles UE (en deug et en licence) et le séminaire de maîtrise pluridisciplinaire sera ouvert à tout.e.s les étudiant.e.s quelle que soit leur discipline, mais aussi aux militantes du MLF de Toulouse non inscrites à l’Université. Nous obtiendrons même de l’administration le code spécifique FE pour cette UE, à la place du code général HI pour tous les enseignements d’histoire. La pédagogie se veut innovante, sous forme de tables rondes et débats entre enseignant.e.s et étudiant.e.s. Les premières thèses sont encadrées en collaboration avec deux professeures du GRIEF, Rolande Trempé et Jeanine Estèbe.

  • 10 Il réunit plus de 700 participant.e.s.

15La transmission des savoirs féministes, c’est aussi des conférences publiques quasi mensuelles avec des invitées renommées et internationales. Elles sont organisées au centre ville afin d’en faciliter l’accès au grand public. En 1989, un colloque international de trois jours est organisé, les actes sont publiés en trois tomes aux PUM sur les « Femmes et la Révolution française10 ».

16Ainsi, ce second objectif de transmission aux étudiant.e.s renforce la première caractéristique, celle de l’articulation recherches et enseignements universitaires avec le mouvement social des femmes.

17La transmission des savoirs c’est aussi la constitution d’un centre de documentation avec peu de moyens au début et des ouvrages souvent personnels de l’équipe, d’abord dans le tout petit bureau de Marie-France Brive. Nous avons même obtenu la création d’un poste aidé (TUC) à mi-temps pour gérer ce centre de documentation. Ce poste nous a permis également d’entretenir des échanges et la gestion de nombreuses sollicitations locales et internationales dont nous commencions à tisser les réseaux. Je me souviens notamment en 1990 de l’organisation, sur une année d’une formation continue avec des séances mensuelles à la CAF de Foix, sur les nouvelles relations familiales et la sensibilisation du personnel de la CAF, aux rapports sociaux de sexe.

18Inutile de dire que ce centre de documentation a très vite débordé dans les couloirs et les armoires sur les paliers d’étage jusqu’à l’installation dans la nouvelle Maison de la recherche en 1994, dont Marie-France Brive, décédée en 1993, ne verra pas la superficie extraordinaire que nous avions obtenu de longue lutte avec Nicky Le Feuvre qui occupe alors le second poste spécialisé créé en sociologie en 1991.

3. Les spécificités des études féministes à Toulouse

19Je précise au préalable que les spécificités sont délicates à identifier en l’absence de comparaisons réelles avec les autres universités car si je les connaissais bien à l’époque, je n’ai guère d’éléments précis sur leur fonctionnement interne. Toutefois, j’ai retenu trois particularités qui me semblent distinguer nos méthodes d’organisation et de fonctionnement.

3a. La création de postes spécifiques « études féministes » et la mobilisation en interne pour l’obtention de diplômes spécifiques et des moyens plus importants

  • 11 Intitulé de ce second poste « Etudes féminines » et non féministes... autre époque, autre intitulé (...)

20Dès le début des années 90, on pouvait dire que Toulouse était la seule Université à compter deux postes spécialisés en études féministes. En effet, les possibilités offertes pas Lionel Jospin, Ministre de l’Éducation de François Mitterrand, d’encourager les créations de nouveaux diplômes dits « professionnels », sera une opportunité saisie par l’équipe qui constitue alors un dossier pour la création d’un DESS et demande en appui la création d’un poste d’enseignant-chercheur spécialisé en recherche féministe en sociologie11.

21À ce moment-là, nous étions conscientes de l’audace, du courage et de la conviction nécessaire pour élaborer un projet de « formation professionnelle sur l’égalité Femmes-Hommes », et pour réclamer un second poste spécialisé pour sa réalisation. Cette construction d’une nouvelle formation universitaire de dimension nationale s’est faite en partenariat avec les associations féministes locales qui d’ailleurs nous avaient sollicité en amont, leur objectif étant d’embaucher de futur.e.s salarié.e.s formé.e.s aux nouvelles théories féministes. Le ministère a habilité notre dossier mais cette obtention a été le résultat d’un suivi préalable et permanent par l’équipe, aux différentes étapes des instances de l’université, qui devait donner leur accord, au niveau des conseils de départements et autres commissions de formation, L’étape ultime étant le Conseil d’Administration de l’Université où j’étais élue sur cette période (1990-1996), ayant donc la possibilité d’intervenir et de préciser le contenu et les objectifs de cette formation, face aux incompréhensions et au scepticisme des collègues peu accoutumées à nos approches sur les Rapports sociaux de sexe. Enfin grâce à ce second poste, nous avons pu créer en plus du DESS, deux nouvelles UE sur les femmes dans le cursus de licence en sociologie, notamment une UE sur les Femmes en Europe.

  • 12 10 % de garçons.
  • 13 Nathalie Lapeyre reprend l’historique et un travail approfondi basé sur des entretiens de l’équipe (...)

22Je suis personnellement fière de la création de ce DESS, diplôme unique en France sur cette période, en termes de formation professionnelle et ouvert à la formation continue, formation sur une année avec un stage de trois mois dans des associations féministes ou diverses institutions publiques. Depuis 1993, nous formons des promotions mixtes12, d’une vingtaine de diplômé-es sociologues et féministes, souvent converti.e.s au féminisme à la sortie de la formation. Aujourd’hui, ce DESS est devenu le master GEPS (Genre, égalité et politiques sociales) relié User2017-07-27T21:48:00Uau master Européen EGALES de l’Université Lumière de Lyon, en collaboration avec six pays de l’Europe13. Ces diplômé.e.s connaissent une insertion tout à fait satisfaisante dès les années 2000, dans le secteur des métiers du social et la mise en œuvre des politiques d’égalité, comme par exemple à l’APIAF (Centre d’hébergement et de réinsertion sociale pour les femmes victimes de violences) où les trois quarts des treize salariées sont titulaires de ce master, ou encore dans des postes de chargées de mission « Égalité » dans les services publics aux droits des femmes, dans les Centres d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) ou dans les collectivités locales.

  • 14 Paroles, n° 5.

23Nous avons nous-mêmes embauché une de ces diplômées lors de la création de la « mission égalité de l’UTM » suite à la réponse à un appel à projet européen en 2001. De 2003 à 2006, nous avons développé des actions de sensibilisation contre le harcèlement dans les universités, et publié un magazine en 2005 sur la place des femmes à l’Université Toulouse Le Mirail14, avec de nombreuses statistiques rendant visibles les inégalités entre personnels administratifs et entre enseignant.e.s ou étudiant.e.s. Nous avons également constitué un dossier de projet de crèche pour l’Université, qui vient enfin d’aboutir, par son ouverture en février 2017. Grâce également au travail des diplômées du DESS nous avons créé en 1998 l’association ARTÉMISIA, rattachée à notre laboratoire de recherche SAGESSE, et embauché des diplômé.es.

3b. La construction de relations étroites entre Université et élu.e.s délégué.e.s à l’égalité dans les collectivités locales et les associations féministes locales

24Cette construction s’est faite en particulier, après la loi sur la parité dans les années 2000, et grâce au DESS dont le programme de formation nous obligeait à organiser des interventions de professionnel.le.s de l’égalité avec la recherche de stages auprès des collectivités territoriales ou des associations féministes locales..

25L’équipe Simone-Sagesse a initié concrètement au niveau local, ce que les spécialistes des politiques d’égalité nomment par un joli nom « le triangle de velours », c’est-à-dire un partenariat entre universitaires, élu.e.s et féministes dans l’objectif d’une plus grande efficacité dans la mise en œuvre et le suivi des nombreuses politiques d’égalité publiées dans les décennies post 1970. Cela a été le cas dès l’année 2000 avec la Région Midi-Pyrénées et la nouvelle élue à l’égalité Brigitte Camboulives. La mise en place d’un comité consultatif régional a par exemple abouti à la création d’un « prix de l’égalité professionnelle » récompensant les entreprises de la région pour leurs actions en application des lois de 1983 (lois Roudy) et 2001 (lois Génisson); puis avec le Rectorat de Toulouse par la nomination d’une chargée de mission, Marie-Thérèse Martinelli, pour la coordination des conventions pour l’égalité filles-garçons dans le système éducatif ; et enfin avec la mairie de Toulouse, dans le cadre là aussi d’un comité consultatif à l’égalité et l’organisation de diverses manifestations publiques contre les violences faites aux femmes (élue Geneviève Vassal, puis Madeleine Dupuy).

26Pour l’équipe ce fut un investissement important en temps et en énergie, un pari sur le développement de « nouveaux métiers de l’égalité » et un défi pour les universitaires que nous étions, nous obligeant à sortir de nos missions essentielles, mais toujours militantes féministes promptes à appliquer et à utiliser nos recherches pour promouvoir un changement social vers une culture de l’égalité tout en approfondissant nos recherches et en améliorant nos enseignements.

3c. L’articulation entre recherches universitaires et terrain social ou institutionnel, entre théories et pratiques politiques

  • 15 Voir http://www.artemisia-egalite.com/.

27Dans ce cadre et pour répondre à une demande sociale locale assez intense : demande d’études, de diagnostics, de formations diverses, de conférences, de séminaires, de colloques, etc. ; et parce que les universitaires ne pouvaient répondre à tout, nous avons hébergé dans les locaux de l’équipe l’association ARTEMISIA15, embauchant grâce à des contrats aidés des diplômées du Master. User2017-07-27T21:55:00UNous avons poursuivi leur formation de master en les accompagnant sur des actions de formation ou sur de nombreux projets de recherche-action, notamment sur l’égalité professionnelle, et la publication d’un guide en 2011 avec le soutien de la Région Midi-pyrénées. Les membres du CA de cette association 1901, ont été et sont toujours majoritairement les enseignant-es du Master professionnel (dont actuellement 3 retraitées) qui participent activement aux réponses à Appel d’offre, à l’élaboration des formations et conférences, à la détermination des activités et des projets innovants en direction des institutions locales. Par exemple, depuis 2013 nous organisons des actions de formation pour lutter contre les stéréotypes sexués auprès des professionnel.le.s de la petite enfance dans des crèches locales, avec le soutien financier de la Mairie de Toulouse et de la région Midi-Pyrénées. Ces expériences ont ensuite donné lieu à une journée d’étude à l’Université en 2015 avec l’ensemble du secteur local de la petite enfance et ces actions de formations se poursuivent aujourd’hui en dehors de Toulouse. Après un seul emploi aidé dans les années 2000, cette association fonctionne aujourd’hui avec deux salariées et le Conseil d’administration de l’association a été élargi à des non-universitaires.

  • 16 Simone étant passé de statut de jeune équipe à celui d’équipe d’accueil doctoral en 1998-1999, pren (...)

28Ainsi tout en poursuivant les conférences publiques, les journées d’études, les séminaires de doctorats, les réunions de travail, les corrections de copies et de rapports de stage, nous avons accompli le travail normal de recherche et de publications auquel toute équipe doit faire face. Les réponses aux nombreux appels d’offre et contrats de recherche nationaux et internationaux surtout à partir de 1995, nous ont aussi permis d’obtenir d’autres financements internationaux et ainsi d’associer les doctorant.e.s de l’équipe en les impliquant dans le travail de chercheuses16. Enfin avec le soutien des services de publication de l’UTM, nous avons pu réaliser la création d’une collection aux PUM « féminin&masculin » avec quatre publications souvent autour de nos colloques entre 1998 et 2004.

29L’organisation de colloques est un des moments de travail intense de l’universitaire mais un réel travail collectif et aussi un temps de rencontres, d’échanges, de débats, de convivialités et de resserrements des liens dans l’équipe. Pas moins d’un colloque tous les trois ans en moyenne, de dimension nationale ou internationale, souvent rattaché à l’actualité, et pour contribuer aux changements sociaux : comme celui sur les « Femmes et l’Université dans les pays de la méditerranée » en 1995, qui clôture un programme Méditerranée-campus géré par nos collègues andalouses (voir la publication aux PUM), ou encore celui sur la « PARITÉ : enjeux et mise en œuvre », deux ans avant la loi (publié aux PUM en 1998). En 2002, le grand colloque international des recherches féministes francophones, « Ruptures, résistances, utopies » a réuni plus de neuf cents participant.e.s de tous les continents, des dizaines d’ateliers, des expositions, des concerts, des films, des photos (voir aux archives UTM) ou encore en 2006, le colloque sur les  20 ans de l’équipe Simone « Les Etudes Genre : enjeux scientifiques et effets sociaux », puis en 2012, l’anniversaire des 30 ans du colloque de 1982, « femmes, féminisme et recherche », même Yvette Roudy était là.

  • 17 Voir aussi le CD du colloque de 2012, qui leur donne la parole, archives UTM.

30Oui, nous avons étaient actives, entreprenantes, innovantes, infatigables, mais nous avons donné du sens à nos carrières, persuadées d’œuvrer pour un meilleur avenir pour les femmes, pour les étudiant.e.s dont nous étions proches, à tous les niveaux d’étude17. La visibilité et la reconnaissance scientifique des études féministes à Toulouse 2, ont été acquises de longue lutte. Oui, on s’est battues, on a été courageuses mais dans l’ensemble, malgré quelques anti-féministes irréductibles parmi nos collègues, nos instances universitaires nous ont soutenues et accompagnées, enfin convaincues par notre détermination et notre renommée internationale.

31Nous avons aussi traversé une crise, qui nous a épuisé pendant plus d’un an en 2003, celle de l’exclusion du seul homme enseignant-chercheur de l’équipe qui se disant « féministe » a cherché à en profiter pour « séduire et harceler » quelques étudiant.e.s, qui sont venu.e.s se plaindre d’agressions sexuelles. C’est pourquoi je n’ai pas retenu « la mixité » comme spécificité de notre équipe, expérience peu réussie, en tout cas à SAGESSE.

Conclusion

32Pour conclure, j’ajouterai que tout ceci aurait été impossible sans une amitié, une affection, une confiance, une éthique, une entente politique, une vision commune et partagée des membres de cette équipe qui a pu compter plus de dix à quinze chercheuses selon les périodes et le même nombre de doctorant.e.s. Sans craindre la résistance des instances universitaires nous avons osé, foncé, réclamé et obtenu les moyens au même titre que les autres équipes. Toutefois en 2007, nous n’avons pas pu satisfaire aux critères imposés par le Ministère pour rester équipe de recherche autonome, mais nous avons construit dès 2008, ARPEGE (Approches pluri-disciplinaire du Genre) dans le cadre de la MSH de Toulouse.

  • 18 Voir le CD « Marie-France, simone et les autres », 2006, archives UTM.
  • 19 Je remercie Justine Zeller pour sa participation à la finalisation de cet article.

33Certaines, jeunes ou anciennes, peuvent dire en 200618 l’équipe Simone-SAGESSE c’est ma famille, c’est ma maison, mon cocon, ma bouée de sauvetage, c’est mon lieu d’empowerment, un refuge, un lieu de ressourcement, d’humanité, de stimulation féministe, d’ouverture, d’absence de concurrence, de rencontres avec des personnalités fortes, toute une vie, une belle histoire personnelle et collective19.

Haut de page

Annexe

Photo de l'équipe SIMONE (1989-1990)

Fonds privé Jacqueline Martin

Haut de page

Notes

1 Aujourd’hui Toulouse – Jean Jaurès.

2 Jacqueline Martin, « Histoire des enseignements féministes au Mirail », dans Nicky le Feuvre, Monique Membrado et Annie Rieu (dir.), Les Femmes et l’Université en Méditerranée, Toulouse, PUM, 1999, p. 249-269.

3 Claudine Leduc, Agnès Fine, « Le GRIEF une expérience de recherche interdisciplinaire », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 32, Février 2011, p.131-140.

4 Jacqueline Martin, « Recherches et Études Féministes en France : Une synthèse des processus institutionnalisant des enseignements et de la recherche entre 1970 et 1990 », RFR/DRF, 1994, Volume 23, p. 24-28.

5 Obtenu par Marie-France Brive en 1985.

6 Obtenu par Nicky Le Feuvre.

7 Voir http://arpege.univ-tlse2.fr/.

8 Centre d'enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes, Vingt-cinq ans d’études féministes. L’expérience de Jussieu, Paris, Publications universitaire Denis-Diderot 7, 2001.

9 Sylvie Chaperon, « Le début des études féministes à l’Université de Toulouse le Mirail », Mondes Sociaux, mis en ligne le 3 décembre 2013. URL : http://sms.hypotheses.org/1708

10 Il réunit plus de 700 participant.e.s.

11 Intitulé de ce second poste « Etudes féminines » et non féministes... autre époque, autre intitulé des postes, nous l’avons quand même accepté !

12 10 % de garçons.

13 Nathalie Lapeyre reprend l’historique et un travail approfondi basé sur des entretiens de l’équipe encadrante et des étudiant.e.s : « Un enseignement unique en son genre », revue « travail, genre et sociétés », avril 2014, p. 53-68.

14 Paroles, n° 5.

15 Voir http://www.artemisia-egalite.com/.

16 Simone étant passé de statut de jeune équipe à celui d’équipe d’accueil doctoral en 1998-1999, prenant le nom de SAGESSE (Savoirs , Genre et rapports sociaux de sexe).

17 Voir aussi le CD du colloque de 2012, qui leur donne la parole, archives UTM.

18 Voir le CD « Marie-France, simone et les autres », 2006, archives UTM.

19 Je remercie Justine Zeller pour sa participation à la finalisation de cet article.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo de l'équipe SIMONE (1989-1990)
Crédits Fonds privé Jacqueline Martin
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/5205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Martin , « Les études féministes au Mirail : quoi de neuf entre 1978 et 2008 ? », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 29 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5205 ; DOI : 10.4000/framespa.5205

Haut de page

Auteur

Jacqueline Martin 

Jacqueline Martin a été militante du MLF à Toulouse et chargée d’enseignement à l’Université de Toulouse – Le Mirail dès 1972. Elle a participé au GRIEF et à l’équipe Simone, a fondé des UE sur la famille et l’économie et a participé à toutes les grandes initiatives locales telles que le grand colloque « Femmes, féminisme et recherche » (1982), le DESS « Politiques sociales et rapports sociaux de sexe » (1990), et de nombreux colloques. jacqueline.martin@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals