Navigation – Plan du site
Recensions

Baptiste Monsaingeon, Homo Detritus, Paris, Éditions du Seuil, Coll. Anthropocène, 2017, 279 p.

Jérémie Cavé

Texte intégral

1Baptiste Monsaingeon livre, avec Homo Detritus, un essai convaincant, à l’écriture élégante, sur le rapport des sociétés contemporaines à leurs déchets. Partant de son expérience – vaine – de navigation à la recherche du fameux continent de déchets, il développe une réflexion philosophique et critique, à portée psychanalytique, sur notre icarisme et notre rapport contrarié à la finitude.

2Puisant dans l’écœurement ressenti à la découverte de cette vaste « soupe détritique » qu’est devenu l’océan, il fait voler en éclat les soi-disant « solutions » de la modernité technicienne auxquelles on se raccroche sans chercher à les sonder : « en cherchant à faire disparaître les déchets, c’est comme si nous nous étions efforcés d’effacer les preuves tangibles de l’insoutenabilité de nos modes de vie » (p. 30).

3Méthodiquement, il déconstruit l’approche techniciste et gestionnaire dominante, ses promesses de maîtrise régulièrement contredites – par un retour du refoulé aussi implacable qu’inattendu – ainsi que la culpabilisation lancinante des individus-consommateurs. À l’heure où les déchets ménagers ne représentent que 4% des détritus produits, il s’insurge que la « faute » soit rejetée sur les individus plutôt que sur l’ensemble du système d’extraction – production – distribution situé en amont.

4Nous présentant Homo Detritus comme le descendant direct d’Homo Plasticus, il s’attache d’abord à démonter la fascination industrielle pour les matières plastiques et leur « jetabilité » (p. 73) qui a nourri la croissance économique au long du xxe siècle. Prenant appui sur l’invraisemblable « télescopage temporel » (p. 147) entre cet usage unique et les cinq siècles que prend la disparition visible des films plastiques, il saccage ensuite l’impératif moralisant qui voudrait faire d’Homo Detritus un « jeteur idéal » (p. 18), un éco-citoyen qui se débarrasse de sa culpabilité en se reposant sur l’efficience maintes fois proclamée du système technique.

5Mobilisant des connaissances du domaine de la biochimie, il réfute la biodégradation des plastiques : « si la dégradation "naturelle" a bien lieu à l’échelle du visible, à l’échelle moléculaire, le plastique ne parvient en rien à être dégradé » (p. 150). Et rejoint en cela un appel récent de chercheurs à classer les déchets plastiques comme des déchets dangereux. Il dénonce le rôle des lobbys industriels, qui contribuent à une agnotologie, fabrication de l’ignorance, de l’oubli et du doute, en finançant des controverses scientifiques qui paralysent l’action publique pendant des années. Cela le conduit à critiquer la gestion domestique « zéro déchet » telle que propagée à travers le monde par Béa Johnson, soulignant à quel point les « petits gestes » nous éloignent des « grands choix ».

6Il met ensuite en lumière, citations d’entretiens à l’appui, les ressorts du marché des déchets qui amène les collectivités à produire une certaine quantité de résidus afin d’alimenter les équipements techniques de traitement de leurs prestataires privés. L’économie circulaire s’inscrit dans cet inversement de logique : « si les déchets deviennent demain nos principales ressources, ne sommes-nous pas simplement contraints à jeter pour continuer à produire ? » (p. 107).

7En somme, il dénonce les appels dépolitisés au « zéro déchets » et à « l’économie circulaire » comme des mécanismes entretenant le déni et des horizons incommensurablement lointains dans la mesure où la production de déchets à l’échelle mondiale n’a jamais été aussi importante et n’est pas près de se réduire. Ces quantités de détritus dépassent déjà largement les capacités d’absorption par notre milieu (naturel comme technique). Or les prévisions sont à un triplement des quantités produites d’ici à 2100 !

8En contrepoint, Baptiste Monsaingeon décrit des alternatives à ce système technicien-gestionnaire : lombricompostage collectif, freeganisme, freecycle, gratiferias, Feeding 5k… Autant d’expérimentations communautaires de l’autonomie, pratiquées par de « nouveaux chiffonniers », hors du système marchand. Ces pratiques de résistance ont beau apparaître comme marginales, elles sont « d’autant plus précieu[ses] qu’[elles] semblent fragiles : [elles] tracent les contours d’une éthique du soin, du précaire, du reste comme commun, en rupture avec les promesses de grandeur et de maîtrise d’une civilisation en quête d’immortalité » (p. 253). In fine, l’auteur nous invite à nous interroger si la finalité de nos sociétés thermo-industrielles n’est pas plutôt de produire des déchets que des objets. Il nous exhorte aussi à sortir de notre schizophrénie écolo-consumériste et, dans le sillage de G. Bataille, à réinventer l’abondance en dilapidant somptuairement l’excédent : « la présence à la perte permettrait-elle d’échapper au déni ? » (p. 203).

9Ainsi, cet essai relativement succinct, au vocabulaire soigné, est-il d’une lecture aussi dérangeante qu’agréable. À défaut d’un terrain d’enquête et de données empiriques tangibles, l’auteur mobilise énormément de travaux, variés et originaux, mais parfois à l’excès (350 notes pour 250 pages de texte…). Cet assemblage de citations et d’expressions entre guillemets est parfois rapide ou trop elliptique pour ne pas semer de la confusion. Enfin, on pourra déplorer un décalage entre la percussion de l’analyse et les exemples concrets d’alternatives aux vices signalés. Un tel travail requérait assurément une insertion dans un défrichage de changements sociaux-culturels-économiques plus larges. En ce sens, il trouve parfaitement sa place dans la collection Anthropocène des éditions du Seuil, imprimée sur papier recyclé.

10La patte de Christophe Bonneuil est d’ailleurs perceptible, notamment dans la conclusion qui relie le propos de l’ouvrage (« l’Anthropocène est un poubellocène ») au courant anthropologique contemporain de critique et de dépassement de l’ontologie naturaliste moderne (Ph. Descola, B. Latour, I. Stengers, A. Tsing, etc.) : « l’aspiration à la clôture par elle-même de la sphère technique ne serait-elle pas en un sens l’image en miroir de la promesse moderniste bien connue de maîtrise et de possession de la nature ? » (p. 206).

11« Parce que le cercle réputé vertueux du recyclage semble toujours percé quelque part » (236), Baptiste Monsaingeon nous invite à décaler notre regard : du geste de jeter à la confrontation avec le résiduel, ce qui est déjà-là. Et nous propose, plutôt que de les nier et de les ostraciser pour continuer indéfiniment à en générer davantage, à apprendre à « "faire-monde" avec les restes » (p. 234).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Cavé, « Baptiste Monsaingeon, Homo Detritus, Paris, Éditions du Seuil, Coll. Anthropocène, 2017, 279 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 29 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5395

Haut de page

Auteur

Jérémie Cavé

Jérémie Cavé est docteur en aménagement du territoire et urbanisme et l'auteur de l'ouvrage La Ruée Vers l'Ordure (PUR, 2015). En tant que chercheur indépendant, il travaille sur les questions liées à l'écologie politique urbaine dans les pays du Sud. urbanalyse@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals