Navigation – Plan du site
Recensions

Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques. Esquisse d'ego-histoire, Madrid, Casa de Velázquez, coll. « Essais », 2018, 136 p.

Richard Marin

Texte intégral

1Le grand historien moderniste Bartolomé Bennassar, décédé à Toulouse le 8 novembre dernier à l’âge de 89 ans, nous a laissé, en guise d’adieu, un émouvant essai d’ego-histoire dans lequel il nous livre le récit entremêlé de sa carrière et de sa vie.

2Chemin faisant, on y apprend comment cet enfant de Nîmes, né en 1929 dans une famille de la petite bourgeoisie, d’une mère française et d’un père espagnol originaire de Majorque, a construit son itinéraire intellectuel. Lui qui n’est pas, à proprement parler, un héritier culturel est très tôt porté par une inextinguible curiosité et un goût précoce pour l’histoire et la géographie contracté à la lecture de Jules Verne.

3Ce qui donne toute sa qualité et sa fraîcheur au récit, empreint de modestie et de lucidité, c’est qu’il est à mille lieues de l’autocélébration et de la construction téléologique du grand intellectuel, en gestation depuis l’enfance, comme c’est parfois le cas dans ce type d’exercice. En restituant son parcours, il met constamment en avant, trop sans doute, la part de la chance et du hasard qui l’ont beaucoup servi.

4Surveillant d’internat pour financer ses études, sans le passage par les classes préparatoires, il obtient une double licence d’histoire et géographie, préparée entre Montpellier et Toulouse, puis le Capes d’histoire et géographie avec, nous dit-il, « un 13 sur 40 en histoire pour une leçon sur Florence au xve siècle : la honte demeure ! ».

5C’est après avoir assisté à un oral de l’agrégation de géographie, à laquelle il se destinait et qui l’a glacé, qu’il décide de se tourner vers celle d’histoire dont le jury est présidé par Fernand Braudel. Enseignant au lycée de Rodez et disposant de peu de temps pour la préparation du concours, Bennassar décide de faire l’impasse sur deux des questions au programme. Pari risqué, mais réussi : en 1952, il est reçu 3e à l’agrégation d’histoire... grâce à des notes exceptionnelles en géographie, tant à l’écrit qu’à l’oral.

6En 1955, il se résout finalement à préparer une thèse d’histoire, ce que Braudel lui avait déjà suggéré lors de la « confession » de l’agrégation. Comme il le raconte avec humour, ce dernier tente de l’orienter vers les rivages lointains de la Turquie, de la Chine ou du Japon. Fort heureusement, Paule Braudel le tire de ce mauvais pas et la sentence tombe : ce sera « Valladolid au siècle d’or ». En 1956, après deux années passées au lycée Périer de Marseille, il est recruté comme assistant par le doyen Godechot à la faculté de lettres de Toulouse. Il y fera toute sa carrière jusqu’à la retraite, en 1990, occupant même la présidence de l’université Toulouse-le-Mirail entre 1978 et 1980.

7En 1967, après plus d’une décennie de recherche, il soutient son doctorat d’État devant un jury d’exception composé d’Ernest Labrousse, de Fernand Braudel, de Pierre Vilar, de Noël Salomon, de Roland Mousnier et d’Alphonse Dupront. « Valladolid au siècle d’or » est immédiatement reconnu comme une des grandes thèses de la période inspirées du courant des Annales. À l’égal de celle de Jean Delumeau : Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle (1957-1959 ), de Pierre Goubert : Beauvais et le Beauvaisis (1960), de Pierre Vilar : La Catalogue dans l'Espagne moderne (1962) ou d’Emmanuel Leroy Ladurie : Les Paysans de Languedoc (1966).

8Comme le montre excellemment Bartolomé Bennasar, Valladolid, dont les élites, plus soucieuse de consommation que de production avaient développé un genre de vie seigneurial et un idéal de la rente, était menacée à plus ou moins longue échéance. Finalement, à travers l’étude de la ville, un temps capitale, et de sa campagne, il illustre le destin collectif de l’Espagne du siècle d’or et annonce la décadence castillane du xviie siècle.

9Avec Valladolid, son auteur prend rang parmi les grands historiens modernistes et devient, au fil des ans, une sinon la figure de proue de l’hispanisme français. Comme il l’analyse dans ses Pérégrinations, la conjoncture – toujours la modestie – le met en situation d’exercer un certain magistère sur les jeunes historiens espagnols assoiffés de renouveau dans les années du franquisme finissant. Tout est à faire : l’histoire urbaine, l’histoire rurale ou la démographie historique balbutient encore dans la Péninsule et Bennassar arrive à point nommé comme passeur des Annales et acteur de ce renouveau.

10Tout au long de son ouvrage, il reconnaît sa dette à l’égard de Braudel et dit la révélation que fut pour lui la lecture de la Méditerranée. La complémentarité heureuse entre l’histoire et la géographie à laquelle, lui aussi, restera toujours attaché, le ravit. Ce maître-livre le conforte également dans son goût du bien écrire en lui apportant « la preuve que l'écriture de l'histoire pouvait atteindre la beauté ». Or, relève-t-il, non sans quelque sévérité, « si mes lectures d'ouvrages historiques avaient souvent comblé ma soif de connaissances, j'avais presque toujours été découragé par la pauvreté de l'écriture et la rusticité du style ». Derrière l’historien pointe déjà le futur romancier.

11Fidèle de Braudel, il n’en est pas pour autant pleinement braudélien. Ainsi se refuse-t-il à choisir entre les tenants de « l’étude de cas » – la future micro-histoire à la Guinzburg – et ceux de l'histoire structurale, considérant que les deux démarches, loin d’être antagonistes, peuvent se compléter, comme il en administrera la preuve dans plusieurs de ses ouvrages. Il n’est pas davantage « labroussien » : allergique au tout sériel, il l’est aussi à l’usage exclusif du marxisme dans la recherche historique qui lui semble dangereux.

12Les Pérégrinations mettent bien en lumière la puissance de travail de cet historien prolifique doté d’un réel talent de plume. Il compte plus d’une vingtaine d’ouvrages historiques à son actif avec des échappées hors de son domaine de prédilection, vers l’Amérique latine ou le Brésil. Parmi les plus connus : L'Inquisition espagnole, L'Histoire des Espagnols, La Guerre d'Espagne et ses lendemains ainsi que des biographies dont celles de Francisco Franco, d’Hernan Cortes ou de Velázquez. De tous ses livres, Les Chrétiens d’Allah. L'histoire extraordinaire des renégatsxvie – xviie siècle (1989), coécrit avec son épouse Lucile, est sans doute un des plus originaux, qu’il affectionnait particulièrement et qui a touché un large public. À partir des archives des tribunaux de l’Inquisition, l’enquête relate les itinéraires extraordinaires de ces milliers de « renégats », convertis de force à l’Islam aux xvie et xviie siècles. Le plus souvent victimes de la course barbaresque en Méditerranée ou sur l’Atlantique, ils étaient ensuite retombés dans les griffes de l’Inquisition.

13Mais, ce curieux insatiable et grand voyageur ne s’en est jamais tenu aux strictes frontières de son office d’historien. Ce passionné des Cévennes a écrit sur la pêche à la truite qu’il y pratiquait, mais aussi sur la tauromachie dont il était un critique reconnu. Il s’est aussi adonné à la fiction, publiant trois romans dans les années 1960, dont Le baptême du mort, devenu Le dernier saut, au cinéma (1970) avec Michel Bouquet et Maurice Ronet. Son dernier roman, Toutes les Colombies – resté pendant vingt ans dans les tiroirs après avoir été refusé par sept éditeurs, écrit-il avec distance !  paraîtra finalement en 2002.

14Au nombre des mérites de cette égo-histoire, on retiendra aussi la force d’évocation qui la caractérise. C’est vrai pour le récit des premiers séjours de l’auteur à Valladolid  à la fin des années 1950, dans une Espagne franquiste de pénurie et de répression  qui n’est pas sans rappeler certains pages des romans de Michel del Castillo. Par quelques annotations éparses, il rend également bien compte de ce qu’était l’université d’avant 68 : ce temps ou les professeurs titulaires choisissaient sans contrôle leurs assistants, lesquels pouvaient, comme ce fut son cas, corriger jusqu’à 1500 copies en fin d’année ! De même, il montre bien le dynamisme de cette internationale des historiens dont il est partie prenante dès la fin des années 1960. Il y aussi, dans les Pérégrinations le sens aigu de l’amitié et la générosité de ce catholique bienveillant et si peu mandarin, son goût du travail collectif et de l’innovation pédagogique. Mais aussi l’évocation de la souffrance jamais apaisée depuis la mort tragique de son fils Jean, en 1979.

15De manière extrêmement vivante, c’est finalement une vie d’honnête homme, d’amoureux de la vie et de grand historien au temps des Annales triomphantes, que les Pérégrinations nous donnent à voir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Marin, « Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques. Esquisse d'ego-histoire, Madrid, Casa de Velázquez, coll. « Essais », 2018, 136 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 29 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5405

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Richard Marin, historien du Brésil, professeur émérite des Universités (UT2JJ), UMR FRAMESPA. marin.utm@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals