Navigation – Plan du site
Dossier : El factor distancia en la flexibilidad y el cumplimiento de la normativa en la América Ibérica

Pedro Boza (1660-1715) : au service de la justice dans la sierra zapotèque du Mexique

Pedro Boza (1660-1715): in the service of justice in the Zapotec sierra of Mexico
Pedro Boza (1660-1715): al servicio de la justicia en la sierra zapoteca de México
Thomas Calvo

Résumés

« Le Commonwealth ne tient pas avec des ficelles » aurait dit Churchill. À sa façon, l’existence de Pedro Boza, qui vécut aux marges de la Monarchie espagnole, dans la problématique province de Villa Alta le démontre aussi. Il fut un minuscule rouage dans la grande machine coloniale, dans le meilleur des cas teniente general du gouverneur (alcalde mayor). Dans ce microcosme il joua sur tous les tableaux, tantôt du côté de l’Autorité établie, parfois au service de quelques caciques qui cherchaient leur propre voie. Toujours Boza défendit ses intérêts. Et ceux de la Monarchie ? Vers la fin de sa vie, simple témoin d’assistance, apparemment sans aucun pouvoir, il sut profiter des circonstances, devenir indispensable dans les mécanismes judiciaires, entre greffier et quasi-juge. Par là il contribua à normaliser la vie de la province. Ce fut une autorité immatérielle, mais bien réelle, au ras du sol.

Haut de page

Texte intégral

[Giovanni Levi] s’efforce de saisir ce qui était demeuré étranger d’une histoire sociale trop statique et impersonnelle : d’une part les mécanismes et les modalités de la mobilité dans des sociétés gouvernées par une dévolution rigide des statuts et des rangs ; d’autre part, les marges de libre jeu laissées aux individus et aux groupes par des normes pourtant fort contraignantes.

  • 1 « L’« héritage immatériel » ou le jeu de la règle », Le Monde, 16 février 1990.

Roger Chartier1

Introduction

  • 2 Je remercie Nahui Ollin Vázquez Mendoza et Miguel Galicia pour l’aide apportée dans la collecte d’u (...)

1Depuis une dizaine d’années je suis en dette envers le capitaine Pedro Boza – il rallongera son nom avec Espinoza de los Monteros plus sonore et illustre. Je butai alors sur quelques-unes de ses activités dans la province (alcaldía mayor) de Villa Alta, dans le sud profond de la Nouvelle Espagne. Il était tantôt suppôt du Pouvoir, tantôt aux côtés des Indiens turbulents de la région. A quels ressorts profonds pouvait répondre un tel homme ? Taraudé par la curiosité, j’ai repris le dossier2.

  • 3 Au sens de la « noblesse seconde » de Jean-Marie Constant.

2Tout au long du chemin j’ai aligné quelques évidences, qui ont soulevé d’autres interrogations. Arrivé au terme de l’enquête, je me pose les questions qui reviennent à l’historien : quel était le projet initial ? Sans doute une tentative biographique, s’orientant vers le social, un défi dans ce contexte : redonner vie et sens à l’une des innombrables et minuscules fibres qui, ensemble, constituaient les lourds cordages qui reliaient les diverses pièces de la mosaïque impériale, loin des centres ordonnateurs (Mexico, Madrid). En fait, ce n’est pas tellement la machinerie politique en elle-même qui m’a intéressé au premier abord, mais comprendre comment, dans un microcosme comme Villa Alta, un dominant « second3 », perdu au milieu de plusieurs dizaines de milliers de dominés pouvait, souvent hors de toute attribution officielle, ou pour le moins visible, tirer profit précisément de sa position, et ainsi renforcer l’empreinte hispanique.

3Et quel est le résultat final ? La biographie s’est diluée, à moins de prendre les zones d’ombre comme des avancées, même si quelques lueurs précises situent le personnage dans ses œuvres, permettent de le cerner, sans que, hélas, on puisse percer ses pensées. Placé du côté de la Justice, le plus souvent, il a la froideur marmoréenne du juge. Mais le contexte s’est alourdi, et surtout les mécanismes d’exploitation sont apparus au clair ; pour cela je me suis souvent appuyé sur une méthodologie pragmatique, expérimentale, taillée au canif : quand la couleur de l’encre, la place de la signature au bas du registre, deviennent un aveu, ou du moins un signe autre que graphique, comme on le verra.

  • 4 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876),(...)
  • 5 Voir les notes 19, 20 et 22 à la suite.
  • 6 John K. Chance, La conquista de la Sierra. Españoles e indígenas de Oaxaca en la época de la Coloni (...)
  • 7 José Alcina Franch, Calendario y religión entre los zapotecos, Mexico, Universidad Nacional Autónom (...)
  • 8 Julio de la Fuente, Yalalag: una villa zapoteca serrana, Mexico, Museo Nacional de Antropología, 19 (...)

4Si Alain Corbin put extraire – relativement – Louis-François Pinagot de sa gangue historique, c’est qu’il disposait d’un corpus documentaire historique et ethnographique d’une grande richesse, sur la vie paysanne dans l’Orne du xixe siècle4. Si j’ai pu tenter une expérience proche sur Pedro Boza c’est pour des raisons en partie comparables. D’une part, les archives locales de ce qui fut le tribunal du gouverneur et juge (alcalde mayor) de la province ont été, du moins à partir du milieu du xviie siècle, largement conservées, même si partiellement dévorées par les mites : dans la dentelle qui nous reste, on peut toujours reconstituer l’essentiel des dossiers. Ensuite, leur transfert dans la ville de Oaxaca a facilité leur consultation : l’historien n’a pas toujours l’abnégation d’un anthropologue. Enfin, la configuration même de cette alcaldía mayor à l’époque coloniale, une des plus riches de Nouvelle Espagne grâce à la cochenille (grana) et au tissage de couvertures (mantas), isolée par sa géographie montagneuse, densément peuplée, mais où la présence espagnole est très réduite, ne pouvait qu’attirer l’attention des chercheurs, après la convoitise des officiers de la Monarchie hispanique. Et de fait, le corpus historiographique sur Villa Alta est exceptionnel, voire unique : dans les dix années qui viennent de s’écouler cinq livres publiés aux Etats-Unis, en France, au Mexique ont été consacrés à l’histoire coloniale de ce fragment accidenté de sierra, aujourd’hui en marge5. Bien sûr il y eut des antécédents. Si l’on considère que l’œuvre de John Chance, Conquest of the Sierra (1989) est le primum mobile, il faudra encore attendre près de 15 ans pour que son étude soit prolongée6. Si le livre lourd de contenu de José Alcina Franch, Calendario y religión entre los zapotecos est de 19937, ses travaux en fait remontent aux années 1960. Et pour l’ethnologie et la linguistique il faut encore naviguer plus haut : Yalalag : una villa zapoteca serrana, œuvre fondatrice, fut publiée en 19498.

Villa Alta : une province conflictuelle mais attirante

  • 9 Cajonos à l’ouest, Nexitzo vers le centre-nord, Bixanos a l’est. Au-delà des variations linguistiqu (...)

5C’est un quadrilatère de 160 kilomètres d’est en ouest, par 80 de nord à sud, situé dans la partie méridionale du Mexique (appartenant à l’actuel état de Oaxaca). Il forme un amphithéâtre qui descend en gradins depuis les terres froides du sud – le Zempoaltepetl culmine à 3 420 mètres – jusqu’aux terres chaudes voisines du Golfe du Mexique, vers le nord et l’est (voir fig. 1). Le fort gradient orographique s’accompagne d’une grande variété végétale, dans une tonalité tropicale humide, mais aussi d’une diversité humaine avec trois groupes linguistiques zapotèques qui occupent la partie centrale9 ; l’ethnie mixe – traditionnellement hostile aux premiers – est située au sud et à l’est ; quant aux Chinantecos ils occupent le nord. La population se rassemble surtout dans le centre-ouest des terres tempérées (1 000-2 000 mètres), à dominante zapotèque. On est là dans une géographie de montagne profondément humanisée, avec un semis de villages (une centaine) ayant au mieux quelques centaines, voire un millier d’habitants, relativement regroupés au milieu de terroirs étagés : auprès du foyer les femmes tissent le coton fourni par le gouverneur ou quelque marchand-négociant, autour des maisons les haies de quelques dizaines de nopaleras (cactus) permettent la culture de la cochenille, au-delà on accède aux champs de maïs (milpas) en pente, privés ou collectifs, parsemés d’arbres fruitiers. En tout on dénombre quelques 35 000 Indiens vers 1700.

  • 10 Quelques édifices publics étaient cependant en brique, comme la prison et l’ermitage de Santo Domin (...)
  • 11 John K. Chance, op. cit., p. 65-68. La médiocrité documentaire est un reflet de celle de la petite (...)

6Car l’alcaldía mayor de Villa Alta est presqu’exclusivement indigène. Surnage un minuscule noyau espagnol, la petite ville (villa) de San Ildefonso de Villa Alta fondée en 1526, siège du pouvoir de l’alcalde mayor, où végètent dans un cadre pour le moins rustique – murs de pisé (adobe), toit de palmes et autres matériaux similaires10 –, une quarantaine de familles espagnoles, près de 150 sujets, tout au long du xviie siècle11. Ils disposent pour les divers services, et surtout comme collaborateurs de leurs hautes et basses œuvres, des Indiens du faubourg (barrio ou arrabal) d’Analco, d’origine nahuatl, arrivés avec les conquistadores et plus nombreux que les Espagnols de San Ildefonso. Finalement, une communauté espagnole au souffle court, qui en vient même à perdre sa principale institution, sa municipalité (cabildo) à partir de 1640. L’alcalde mayor saura toujours tirer profit d’une telle circonstance, probablement assez répandue dans les Indes de Castille.

Carte de l’alcaldía de Villa Alta. © Marco Antonio Hernández (SIG-El Colegio de Michoacán)

Carte de l’alcaldía de Villa Alta. © Marco Antonio Hernández (SIG-El Colegio de Michoacán)
  • 12 Thomas Calvo, Vivre dans la Sierra zapotèque du Mexique: 1674-1707. Vaincre la défaite, Paris, L’Ha (...)
  • 13 Ici elle est de zacate (gazon, herbe).
  • 14 Au total 6 000 pesos, Archivo Histórico Judicial de Oaxaca, Villa Alta (dorénavant: AHJO, VA) crimi (...)

7Mais ce dépouillement et cette médiocrité ont leurs limites, et cela particulièrement en cette fin de siècle. Une révolution des tuiles s’amorce à travers toute la province, de village en village, et certainement elle a dû partir du centre « civilisateur », San Ildefonso et des deux institutions qui régentent l’ensemble, depuis la place publique de la petite ville : « les maisons royales » (casas reales), demeure du gouverneur, et l’église alors entre les mains des dominicains. L’impact d’un tel changement va bien au-delà de la culture matérielle12. La première référence documentaire est de 1687, et d’ailleurs ne se rapporte pas à San Ildefonso, mais au couvent et à l’église de Totontepeque, qui ont brûlé un an plus tôt – la toiture végétale13, outre sa fragilité, est cause de nombreux incendies. Il s’agit de faire venir, précisément depuis la villa, des tuiles et des briques – autre innovation – pour la reconstruction de l’ensemble, à un prix d’ailleurs très élevé14. Parmi les témoins respectables que la communauté présente se trouve un certain Pedro Boza.

  • 15 Cité dans Gustavo Curiel, Carla Aymes, Hilda Urréchaga, Alejandra Quintanar Isaías, Taracea Oaxaque (...)

8La présence d’une main-d’œuvre docile et qualifiée, d’essences arbustives précieuses dans les environs, d’une certaine circulation monétaire et commerciale grâce à la cochenille et aux couvertures de coton, facilita, aux xviie-xixe siècles, l’apparition d’une industrie de luxe. Des ateliers d’Analco sortirent des meubles (coffres, écritoires) où une structure de pin était recouverte de placages de cèdre rouge ou d’ébène, finement incisés, formant des dessins que des colmatages de résine végétale mettaient en valeur selon la technique appelée zulaque ou taracea. L’inspiration provenait certainement de gravures que les dominicains fournissaient aux artisans, mais aussi elle pouvait être plus libre, voire locale. Le Museum of Fines Arts de Boston conserve une écritoire (escritorio) des années 1670, qui porte en façade un magnifique plan de la villa de San Ildefonso, et sur les côtés ceux de Analco et du Salto del Agua (fig. 2). À ce même moment le chroniqueur dominicain Francisco de Burgoa écrivait : « en ce lieu, ou quartier des Mexicains [Analco] on produit des œuvres d’une telle qualité et raffinement (pulido), appelées de la Villa, qu’elles se sont répandues jusqu’en Italie15 ». Il ne faudra donc jamais surestimer le côté agreste, voire rustre de cette province, et surtout de ses habitants.

Fig. 2 : Une écritoire de Villa Alta avec le plan de San Ildefonso (vers 1670)

Collection permanente du Boston Fine Art Museum. Photographie de Gabriel Torres Puga

  • 16 En 1685 un Espagnol réside dans le village de Ayutla, à 14 lieues de San Ildefonso, il est doreur, (...)
  • 17 Sorte de gabelle ou vente forcée, en principe illégale, par laquelle le gouverneur vend aux Indiens (...)
  • 18 AHJO, VA, Criminal 167, fol. 7r; VA, Criminal 154, fol. 4r; VA, Criminal 184, fol. 6r et 14v.

9Dans les villages eux-mêmes les non-Indiens sont très peu nombreux : quelques artisans de la villa, en particulier ceux qui travaillent en cette fin de siècle pour les retables des églises (charpentiers, doreurs)16. Le plus souvent ce sont gens de passage : marchands de Oaxaca qui viennent faire affaire sur la place du marché, ou prendre à la gorge leur débiteurs, leur confisquant leurs médiocres avoirs ; officiers de l’alcalde mayor ou du fisc, qui cherchent au fond des bourses les quelques réaux correspondant au tribut, ou à la sainte bulle du Purgatoire, ou simplement le paiement des dettes se rapportant au repartimiento de marchandises dont bénéficie le gouverneur17. Après 1700-1704 et la brutale campagne d’extirpation de l’idolâtrie qui a lieu dans toute la province, un nouveau personnage apparaît dans les pueblos, le maître d’école espagnol ou sang-mêlé. En 1708 à Yalalag, c’est un jeune Espagnol âgé de 20 ans, natif de Oaxaca ; en 1711 à Tavegua, c’est un mulâtre, lui aussi de Oaxaca, qui se partage entre l’enseignement « de la langue castillane » et le métier de tailleur. Exceptionnellement ce peut être un Indien ayant un espagnol fluide (ladino) du quartier d’Analco18.

  • 19 Peter Guardino, El tiempo de la libertad. La cultura política popular en Oaxaca, 1750-1850, Oaxaca, (...)
  • 20 Luis Alberto Arrioja Díaz Viruell, Pueblos de indios y tierras comunales. Villa Alta, Oaxaca: 1742- (...)
  • 21 Martyres ou traitres, ils ont été béatifiés en 2003. La polémique suit son cours : certains demande (...)
  • 22 Le livre de David Tavárez Bermudez s’inscrit dans une perspective religieuse large, Las guerras inv (...)

10Dit autrement, nous sommes en présence d’un sanctuaire zapotèque, qui a séduit les anthropologues, puis les historiens. Pour l’essentiel l’attention s’est portée sur les faits et gestes des quelques 30 à 40 000 Indiens, et plus encore sur ses élites – particulièrement les nombreux caciques –, celles qui a la fois servaient de relais au pouvoir dominant et tentaient de préserver l’héritage religieux : des intermédiaires dans toute leur ambiguïté. Sur les six livres publiés récemment, deux sont consacrés au xviie-xixe siècles, et s’intéressent soit aux réalités politiques villageoises, confrontées aux bouleversements qui s’opèrent alors – « la démocratie au village », en quelque sorte19 –, soit au régime des terres, entre propriété privée et collective20. Mais surtout trois d’entre eux ont comme pivot central la crise du village de San Francisco Cajonos, puis de toute la province, en septembre 1700 : la communauté dans son ensemble sacrifia rituellement les deux Indiens qui avaient dénoncé ses pratiques aux dominicains du lieu21. S’ensuivit une campagne d’extirpation, qui n’a pas d’équivalent en Nouvelle Espagne22. Ce n’est pas un hasard si Pedro Boza apparaît, ponctuellement, dans ces trois ouvrages.

  • 23 Voir Thomas Calvo, op. cit., p. 94-95.
  • 24 Voir Ángel Sanz Tapia, ¿Corrupción o necesidad?, la venta de cargos de gobierno americanos bajo Car (...)
  • 25 Archivo General de Indias (AGI), Indiferente general 132, N. 147. Nous verrons qu’un de ses prédéce (...)

11On comprend que l’intérêt porté aux quelques Espagnols soit limité, en dehors du regard posé sur les conquérants qui mirent à feu et à sang la province (avec leurs molosses), et surtout les alcaldes mayores qui ne faisaient que passer par ces hautes terres, mais en détournant à leur seul profit toute sa richesse : de l’un d’eux, le trésorier Andrés de Aramburu, un dominicain – un rival donc – écrit : « il a empêché de faire du commerce à toute sorte de gens, et établi un monopole dans sa seule maison, pour de grands échanges et trafics ». Et le religieux n’a pas tort : au total Aramburu aura à peine labouré deux ans (1652-1653) l’alcaldía mayor, mais il en aura extrait 40 800 couvertures, 5 caisses d’indigo, 5 caisses de vanille, le tout pour 71 753 pesos23. Bien entendu le gouverneur ne gardait pas tout pour lui, il devait redistribuer plus haut : le vice-roi, et à partir de 1674 le Roi lui-même qui nomme directement au poste par le système du « bénéfice des charges »24. À Villa Alta un des premiers bénéficiaires de cette procédure fut don Juan Manuel Bernardo de Quiroz, qui en 1686 dut débourser la somme de 24 000 pesos (un donativo) pour pouvoir tondre la laine de ses administrés pendant 5 ans25.

  • 26 On dispose malgré tout de nombreux documents rédigés en zapotèque, présentés devant le tribunal, en (...)
  • 27 Thomas Calvo, op. cit., p. 97.
  • 28 John Chance, op. cit., p. 71.

12Tout ceci est en bonne logique, y compris arithmétique, et on a tendance à oublier les quelques dizaines d’Espagnols de San Ildefonso, même si, comme on le verra, la voix des milliers d’Indiens nous arrive médiatisée le plus souvent à travers le filtre de ces dominants26. Surtout le seigneur alcalde mayor a une méconnaissance totale du milieu où il arrive : Bernardo de Quiroz est le cas extrême. Il était auparavant courtisan auprès de Charles II, « gentilhomme de la bouche du roi27. » Ce requin de haut vol – pardon pour la métaphore – avait pour le moins besoin de poissons pilotes : où pouvait-il les trouver, sinon à San Ildefonso parmi les Espagnols ; ceux-ci pourraient ensuite le réorienter vers les quelques membres de l’élite indienne prêts à collaborer. John Chance laisse entendre que cette petite communauté hispanique avait une existence entre végétative et parasite, en tout cas subalterne28. Il a en partie raison : le système des encomiendas (appropriation du tribut au profit d’individus) est en déclin marqué, les quelques dizaines de corregimientos (admi­nistration des villages) ont été supprimés au début du xviie siècle. Mais si l’on prend en compte qu’un tiers ou un quart des Espagnols de San Ildefonso – une douzaine peut-être – constituent les yeux, les mains, la bouche et quelque fois l’ombre du gouverneur, alors ils deviennent une courroie de transmission, un engrenage minuscule mais vital pour la bonne marche de l’Empire dans cette province éloignée. Et plus on sera près de la prise de décision, mieux on comprendra tous ces mécanismes : car si les hommes nous intéressent en premier lieu, c’est ici leur cheminement, les leviers qu’ils utilisent qui retiennent l’attention et permettent de mieux les cerner. Comment réussir à accaparer une parcelle de pouvoir, pour soi et pour la Monarchie hispanique, même dans un milieu pauvre en oxygène ? Ce pourrait être une question universelle, mais posée depuis ce recoin qu’est Villa Alta.

  • 29 Bien entendu, si l’homme est impénétrable, la Loi est éloquente. Sur son « éloquence » voir António (...)

13Ici, perdu dans cet océan indigène, ayant toujours eu des seconds rôles, mais ayant vécu au moins 30 ans dans les couloirs et les bureaux des casas reales de San Ildefonso, le capitaine Pedro Boza s’impose à nous, comme objet d’observation. En écrivant ceci nous ne prétendons pas dévaluer – ou déshumaniser – notre personnage, ni laisser entendre que nous sommes en mesure d’effectuer une expérience in vitro – même si c’est le souhait impossible de tout historien. Simplement c’est une tentative avec des limites assumées. On ne pourra pas pénétrer sous l’écorce de cet être que d’autres qualifieraient d’insignifiant, et dont le temps a largement effacé les traces personnelles ; seulement celles liées à des fragments de pouvoir ont survécu, comme il se doit. Plus encore, comme nous verrons, il occupa souvent des fonctions proches de celles de juge ; or abrité sous sa robe noire et son hermine, le juge se veut transparent, simple instrument de la Loi29 : nous verrons souvent Boza de dos, ou plutôt simplement sa main écrivant ou paraphant. Donc pas de biographie possible, du moins au sens traditionnel, linéaire du terme, mais… Tentons l’expérience.

Les années 1680 : Pedro Boza à la droite du seigneur gouverneur

  • 30 Témoignage devant l’alcalde mayor du 26 juin 1696, de 36 ans « poco más o menos », AHJO, VA, crimin (...)
  • 31 En 1688 étant teniente de alcalde mayor et ayant reçu un papier écrit “en langue zapotèque […] pour (...)
  • 32 En 1698, envoyé enquêter à San Francisco Cajonos, don Joseph déclare : « et ainsi, bien que je comp (...)
  • 33 AHJO, VA, criminal, leg. 6, exp. 7, fol. 45r. Nous sommes en 1699, un moment d’éclipse pour Boza.
  • 34 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-8, fol. 14r.

14C’est ainsi que nous ne savons rien sur ses origines et les premières années de sa vie. Il a dû naître vers 1659-1660, puisqu’en 1696 il affirme avoir 36 ans30. Il n’y a aucune certitude quant au lieu de naissance : à Villa Alta nous n’avons détecté aucun autre porteur du même nom antérieurement ; et il ne paraît pas que ses descendants, nous y reviendrons, s’y soient enracinés. Avec le temps il fut probablement en mesure de comprendre, au moins partiellement, le zapotèque31, mais il n’osera jamais, comme l’alguacil mayor don Joseph Martin de la Sierra – le prévôt local –, d’une lignée de notables de San Ildefonso, se dire bon connaisseur de cette langue32. Natif ou non de Villa Alta, Boza y réalisa très tôt ses activités, il fut presque toujours qualifié de vecino de la villa, sauf à certain moment où on le donne pour simple « résident » : s’agit-t-il d’un glissement de plume, fortuit, ou le signe d’un certain éloignement, à un moment délicat de son existence, face à l’autorité suprême du lieu33 ? Et il ne faut pas oublier l’attractif que pouvait représenter la grande ville proche, Oaxaca, ou il lui arriva de vivre un bref moment, vers 1707, et peut-être d’y terminer sa vie34.

  • 35 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-85, fol. 136.
  • 36 Ayant recours à PARES (banque de données du Ministère de la Culture espagnol), on rencontre peu de (...)
  • 37 Sur cette charge, apparemment secondaire, mais en fait articulation essentielle, il y a peu de litt (...)
  • 38 AHJO, VA, criminel, leg. 3, exp. 11, fol. 1r; civil, leg. 28, exp. 16-60, fol. 122.

15S’agissant de ses origines sociales et de sa formation, on ne peut formuler que des conjectures. Même si très occasionnellement il reçoit le traitement honorifique de « don », comme le fait en 1685 un notaire de Oaxaca35, il ne le revendiqua jamais, et presque personne n’eut la générosité de le lui accorder à Villa Alta, même au sommet de son pouvoir (ou ce qu’on peut considérer comme tel), ou à un âge déjà avancé. Pour le reste il ne semble pas avoir pu s’appuyer sur un lignage fermement fixé au Nouveau Monde36, encore qu’anciennement établi aux Canaries. C’est peut-être pour cela que dans la seconde moitié de sa vie il lui arriva d’ajouter à la suite Espinoza de los Monteros, plus répandu. Mais sa précoce intégration dans la sphère des élites provinciales donne à entendre qu’il était de bonne naissance : il n’a pas encore 25 ans qu’il a déjà été nommé lieutenant général (teniente general) de Villa Alta – c’est-à-dire adjoint principal de l’alcalde mayor37. Il est en voie d’ascension rapide, lieutenant (alférez) en juin 1684, il est en passe de devenir capitaine : c’est ainsi que nous le croisons en 168638. Bien entendu, il n’est pas capitaine d’infanterie espagnole et authentique militaire, mais de milice urbaine, comme la plupart des commerçants et autres patriciens du xviie siècle hispanique.

  • 39 Thomas Calvo, op. cit., p. 127-128.

16Dans un univers où beaucoup de caciques sont en mesure de signer, voire avec une certaine facilité (voir fig. 3), en particulier un certain don Felipe de Santiago du pueblo de Yatzona39, un Pedro Boza ne pouvait faillir. Du début à la fin de la période durant laquelle nous pouvons le suivre (1685-1715), sa signature est stable, dessinée avec des traits fins, une certaine tendance à une individualisation esthétisante, avec des courbes baroques mais encore raisonnables (fig. 4). Surtout, systématiquement elle est accompagnée d’un paraphe élaboré (rúbrica), à peine esquissé à la suite de celle de l’Indien don Juan Felipe. Il est sophistiqué ici, semblable en tous points à celui de tout officier de justice ou encore d’un notaire. Dès ses années de formation, le futur auxiliaire d’administration et de justice sut qu’il devait s’incliner vers le maniement des papiers (manejo de papeles), selon la terminologie des bureaucrates hispaniques.

17Avec ces dispositions il trouva rapidement sa voie. C’est ce que laisse entendre le témoignage de celui qui fut notaire (escribano público) de San Ildefonso en 1688, Diego Diaz Romero – cette présence est une rareté dans ce milieu :

  • 40 AHJO, VA, criminel, leg. 4, exp. 11, fol. 26v.

Étant teniente général de cette villa et ses provinces, le capitaine Pedro Boza de Espinosa, nommé par le capitaine don Cristobal del Castillo Mondragón, alors alcalde mayor, fit fouetter par les rues don Phelipe de Santiago, cacique et notable (principal) du pueblo de San Juan Yazona de cette juridiction, monté sur un animal de bât, accompagné par le crieur public qui proclamait le délit, disant qu’on lui faisait donner deux cents coups de fouet par lesdites rues en tant que voleur de bétail (cuatrero). Ce qui fut fait avec mon assistance, sur ordre dudit teniente, accompagné du ministre exécuteur, et je dictais les termes du délit audit crieur.40

Fig. 3 : Signature d’un cacique.

Source : AHJO, VA, leg. 8, exp. 12, fol. 14v.

  • 41 John Chance, op. cit., p. 293.
  • 42 Angel Sanz Tapia, « Cargos políticos beneficiados en Hispanoamérica bajo Carlos II », dans Antonio (...)
  • 43 Selon la licence comme passager que la Casa de la Contratación de Séville accorda à l’alcalde mayor (...)
  • 44 AHJO, VA, criminel, leg. 7, exp. 10, fol. 9r.

18Ce sont les premiers faits d’arme connus de Boza à Villa Alta, sachant que Mondragón fut gouverneur de 1677 à 168341. Notre personnage aurait au plus 23-24 ans. Si l’on veut encore serrer de plus près le contexte, il faut souligner que le capitaine don Cristobal est connu pour avoir remis à la Couronne la somme la plus élevée de toutes les Indes pour pouvoir « bénéficier » de sa province (au sens que lui donne alors le Pouvoir) : 32 000 pesos au total42. Il avait 5 ans pour récupérer le capital investi, et plus encore. Vues les circonstances, un tel homme devait être précautionneux dans le choix de ses collaborateurs. En 1677 Boza, alors adolescent, ne l’accompagna pas dans son voyage depuis l’Espagne43 : il dut le recruter sur place, au moins en Nouvelle Espagne. Prenant en compte l’âge de Pedro Boza, il ne put être teniente que vers la fin de la période de Mondragón, sur lequel la documentation est réduite. Nous ne disposons que d’un seul procès, de 1682, où le gouverneur intervient lui-même, donc sans citer aucun adjoint, mais l’une des parties, l’alguacil mayor de Villa Alta, Joseph Martin de la Sierra – autre fibre sur laquelle il nous faudrait tirer –, cite un lieutenant de la villa, un certain alférez Antonio – le nom a été mangé par les mites44... C’est-à-dire que le jeune Boza fut alors teniente peu de temps, quelques mois vers 1683. Mais ce fut suffisant pour laisser son empreinte, s’impliquer, comme nous le constatons, avec la société indigène, commencer à s’y faire un groupe (bando) d’ennemis – don Felipe de Santiago et d’autres –, prendre goût au pouvoir.

Fig. 4 : Signature de Pedro Boza Espinoza de los Monteros

  • 45 AHJO, VA, criminel, leg. 3, exp. 11.

19Arriva ensuite (1684-1686) un autre alcalde mayor, don Alonso Muñoz de Castilblanque, ayant une certaine connaissance de la Nouvelle Espagne et de ses ressources humaines : il fut capitaine de la garde du vice-roi comte de Paredes (1680-1686). Compte-tenu de la jeunesse de Boza, il ne le laissa pas à la place élevée qu’il avait occupée, mais il l’utilisa au mieux de sa connaissance du monde zapotèque, ainsi que beaucoup d’autres Espagnols de la villa, comme commissaire chargé d’enquêter dans l’un ou l’autre de la centaine de villages. Il fut envoyé en mai 1684 « faire quelques démarches de justice » chez un certain Luis Martin, Indien de San Francisco Cajonos45. Il était accompagné d’un jeune serviteur espagnol de 15 ans, et d’un Indien de Analco – sans doute interprète. Ainsi Boza entrait dans la galaxie nourrie des commissaires temporaires des alcaldes mayores successifs. C’était la possibilité d’infléchir le cours de évènements, de récolter quelques pesos, quelques obligés, un peu de prestige.

  • 46 AHJO, VA, criminel, leg. 3, exp. 15, au village de Metepec.
  • 47 Le papier, à partir de l’écorce du yaguichi, sert de support à la représentation des idoles.

20S’agissant du devenir de Pedro Boza, cette expérience à San Francisco Cajonos fut importante : elle le mit au contact direct d’une des principales réalités de la province, la survivance de l’idolâtrie, et sa conduite attira probablement l’attention du gouverneur, qui le nomma à nouveau commissaire en février 168546. Entrant chez Luis Martin, « il découvrit que Xetrudes […], actuelle belle-fille dudit Luis Martin se trouvait dans ladite maison, enveloppant rapidement et cachant des papiers de yaguichi47, instrument de l’idolâtrie du temps de leur paganisme (gentilidad), ainsi qu’un fatras (atajo) de plumes ». Il vit sortir d’une autre maison « un Indien qu’ensuite on lui dit s’appeler Nicolas Contreras avec des ballots (envoltorios) sous le bras ». Il est instructif, comme témoignage des pratiques religieuses zapotèques, de reprendre l’inventaire de ce que Boza trouva dans lesdits emballages :

  • 48 Une vara équivaut à 0,83 mètre.
  • 49 Espèce de pin.
  • 50 AHJO, VA, criminel, leg. 3, exp. 11, fol. 1,

Une petite malle (petaquilla) de palme, une écorce de papier de yaguichi fouetté (batido), de deux varas48 de long plus ou moins en une pièce et huit petits ballots attachés avec des cordelettes du même yaguichi, et dedans des plumes vertes et rouges et de petits bouquets de feuilles de l’arbre ocote49 et tous ces ballots, semble-t-il, très ensanglantés et récents. Et dans une autre petite malle de ladite palme il y avait deux autres ballots semblables au précédent, mais, semble-t-il, plus anciens. Et dans une feuille de maïs, une touffe de cheveux, et dans l’autre, une autre touffe de cheveux dans un peu de coton filé. Et dans cette petite malle une petite tête d’oiseau et plusieurs plumes50.

  • 51 Il y a là une obscurité que nous n’avons pas pu percer.
  • 52 D, Tavárez, op. cit., p. 43. Sur les ambigüités, mais aussi les revirements après 1700, voir Th. Ca (...)

21L’inventaire ne s’arrête pas là : au milieu des « têtes d’ancêtres » (les cheveux), des reliques de guacamaya (plumes vertes et rouges), oiseau solaire, du sang omniprésent dans cette religion, on trouva encore « une bulle de la quatrième prédication de la neuvaine conception de Paul V »51. Si le syncrétisme semblait au goût du jour, il était encore, dans ces sierras, fortement à l’avantage de la religion païenne. Fait aussi remarquable, c’est l’autorité civile qui conduisait le combat contre elle, ce qui n’était pas sans créer des ambiguïtés52. À son niveau, Boza y participa. Tout ceci apparût suffisamment grave au gouverneur qui se déplaça à Cajonos, ce qui fit fuir une partie de la population. De guerre lasse il finit par remettre le procès entre les mains de la justice ecclésiastique.

  • 53 Comme c’est alors la pratique, l’intérêt est occulte, mais très probablement le clerc prêta 2 000 p (...)
  • 54 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-65, fol. 136. A la fin de l’acte les trois signatures ont été bar (...)
  • 55 Cette procuration fut annulée le 12-4-1686, AHJO; VA, civil, leg. 28, exp. 16-60, fol. 122.
  • 56 Entre 1640 et 1820, la villa ne dispose pas d’une municipalité propre, J. Chance, op. cit., p. 67.

22Finalement ce n’était pas suffisant pour que Boza puisse pénétrer plus avant dans l’administration de la province. Il dut, pendant la gestion de Castilblanque, se consacrer à d’autres activités, peut-être plus lucratives, et en rapport avec Oaxaca. En juin 1685, devant notaire, il signa dans cette ville une reconnaissance de dettes en faveur du chantre de la cathédrale, pour la somme respectable de 2 140 pesos, à rembourser au terme d’un an53. Le capitaine Boza présenta deux garants, marchands de Oaxaca. La somme, la personnalité des intervenants impressionnèrent suffisamment le notaire pour qu’il qualifie notre homme de « don Pedro Boza54 ». Ceci laissait encore du temps à Boza : vers 1685-1686, un autre marchand de Oaxaca lui donna pouvoir « afin de procéder à certain ajustement de comptes, liquidations de ceux-ci, et recouvrement de pesos auprès de diverses personnes de ladite Villa Alta et sa province, et principalement auprès de don Joseph Martin de la Sierra, alguacil mayor de celle-ci55 ». Que Boza ait accepté une telle responsabilité, qui nécessairement devait l’opposer à l’homme prééminent de l’élite de San Ildefonso, seul membre d’une municipalité en principe inexistante,56 démontre qu’il se sentait déjà suffisamment sûr de lui et de son assise dans la villa.

  • 57 Cet épisode a attiré l’attention des historiens, voir Yanna Yannakakis, op. cit., p. 80-90, et Th. (...)
  • 58 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 2, fol. 2-3.

23En 1687 arrive à Villa Alta un autre alcalde mayor, cette fois pleinement péninsulaire, puisqu’il s’agit du courtisan de Charles II, don Juan Manuel Bernardo de Quiroz. Un politique, dont l’action bouleversa la province, suscita une vague d’opposition orchestrée par quelques caciques qui rassemblèrent la presque totalité de la centaine de villages, qu’ils organisèrent politiquement. L’audience de Mexico, tribunal supérieur, servit d’arbitre, bien aise de voir de près ce qui se passait dans cette riche contrée : par plusieurs décrets (reales provisiones) de 1688-1690 elle protégea les pueblos contre les abus de Bernardo de Quiroz, obligea même le gouverneur à comparaitre devant elle57. Mais les pueblos comptaient aussi sur leur propre action : entre 1689 et 1691, ils établirent un véritable blocus autour de l’alcalde mayor, refusant de lui fournir ce qui lui revenait de droit (selon lui), mais qu’il ne payait pas à son juste prix (selon les Indiens). À ce moment du conflit l’audience ne trouve d’autres interlocuteurs, pour le résoudre, que les lieutenants de l’officier, auxquels est adressée la real provisión du 19 décembre 168958. Or le principal de ceux-ci, le teniente général, était précisément le capitaine Pedro Boza.

  • 59 Voir AHJO, VA, criminel, leg. 4, exp. 14, et leg. 4, exp. 17.
  • 60 En 1687 Martin de la Sierra affirme avoir 36 ans, et Boza 28, AHJO, VA, criminel, leg. 4, exp. 4.
  • 61 Vers la fin, 1691, Boza cède la place à l’alguacil mayor don Joseph Martin de la Sierra : comme nou (...)

24Le Madrilène Quiroz était en territoire totalement inconnu pour lui, sans aucune empathie avec la bourgade mal plantée de San Ildefonso, toujours prenant prétexte de ses maladies pour s’absenter ou déléguer certaines tâches59. Il avait donc besoin de disposer dans l’alcaldía mayor d’un homme de confiance, bon connaisseur du milieu, quelque peu homme de négoce – il y avait une fortune à récupérer, comme nous savons –, et avec un prestige suffisant. Notre connaissance de San Ildefonso, même fragmentaire, nous indique deux hommes, l’alguacil mayor de la villa et du Saint Office don Joseph Martin de la Sierra, commerçant actif par ailleurs, et le capitaine Boza, plus jeune60 et avec moins de poids social dans la villa. Martin de la Sierra pouvait être à la fois un rival économique et un contre-pouvoir pour don Juan Manuel, Boza était plus malléable, et c’est lui qui fut choisi dans un premier temps. Notre capitaine sera le bras droit de Quiroz durant l’essentiel de ses cinq longues années à Villa Alta (1687-1691)61.

  • 62 Th. Calvo, Vivre dans la Sierra, p. 96-97.
  • 63 Pour faire court, nous entendons par « politique », une coercition atténuée, manipulatrice.

25Cet épisode important dans la vie de la province restera dans la mémoire des pueblos62. On se rappellera, avec un fort ressentiment, les années de don Juan Manuel, et donc de son principal appui, Pedro Boza, qui, comme nous le verrons, sera ensuite ostracisé un temps. Quiroz, main de fer dans un gant de velours – comme on pourrait définir, d’un grand coup de pinceau, la politique d’Ancien Régime –, comprit vite que sa centaine de villages vivait toujours en effervescence, les uns contre les autres pour des litiges de terres, souvent déchirés par des luttes intestines, quartier contre quartier, clan contre clan. Mais ils étaient prêts à s’unir contre l’autorité : le tout constituait un guêpier. Contre celui-ci Quiroz disposait de peu d’instruments de contention – quelques dizaines d’Espagnols à San Ildefonso, guère plus de sang-mêlé, une centaine de supplétifs à Analco. Avec l’aide de Pedro Boza – comme teniente général celui-ci disposait d’une grande autonomie, surtout pendant les nombreuses absences du gouverneur –, Quiroz mit au point une stratégie avec un double objectif : affaiblir les opposants en minant leur réputation à l’intérieur des villages, et placer des hommes sûrs – soit des Indiens de Analco, soit des partisans de la domination hispanique –, aux postes clés (gouverneurs des villages). La connaissance du terrain que possédait Boza était ici essentielle. Leur action fut donc surtout politique63, comme le signalait en 1689 le procureur des villages indiens de Villa Alta : au-delà

  • 64 Archivo General de la Nación (AGN), Indios, vol. 30, fol. 294.

des excès et des repartimientos et autres offenses que [Quiroz] a fait à ceux que je défends, le principal moyen dont il a usé pour les molester est à travers les gouverneurs, car il a obtenu que l’on élise ceux qu’il a voulu y qui sont de son goût et convenance, sans que les notables (principales) et les électeurs disposent d’une quelconque liberté. Ceci a été la cause des plus grands préjudices et offenses à mes mandants, car ce sont les gouverneurs et officiers de république [la municipalité] qui doivent s’opposer à tant d’inconvénients64.

  • 65 Le même procureur demande au vice-roi que les autorités des villages retiennent toutes les sommes v (...)

26Il demandait au vice-roi que ni l’alcalde mayor ni son lieutenant général n’interviennent dans les élections. Voici démonté le système Quiroz-Boza. S’attaquant à l’autonomie villageoise, il devenait plus facile de charger leur fardeau. Sur ce dernier point les deux hommes n’innovaient pas : le repartimiento forcé de marchandises et l’achat anticipé de cochenille et de couvertures à bas prix étaient la règle65.

  • 66 Voir plus haut et Th. Calvo, op. cit., p. 140-144. Les gouverneurs des villages étaient élus pour u (...)

27Un des villages les plus turbulents alors est San Juan Yatzona, déchiré par les conflits entre ses trois principaux caciques. Boza les connaît bien : l’un se conduit en chrétien convaincu, les deux autres ont déjà été châtiés par lui quelques années plus tôt, au cours de son premier tenientazgo : l’un comme voleur sacrilège (don Joseph de Selis), l’autre comme voleur de bétail (don Felipe de Santiago). Lorsqu’en 1688 les deux hommes tentent de fédérer les villages de la province contre Quiroz, Boza sait trouver le point faible, et il lui est facile de les emprisonner et ensuite les exiler un temps hors de sa juridiction. En même temps il favorise le troisième homme, don Pablo de Vargas, plus proche du Pouvoir et de l’Eglise : il l’utilise comme gouverneur de Yatzona et d’autres pueblos.66

  • 67 AHJO, VA, civil, leg. 5, exp. 3, fol. 16.

28Les villages comprirent parfaitement d’où venaient les coups. En 1690, unis, ils obtinrent trois décrets de l’audience de Mexico, l’un d’eux exigeait que Quiroz « ôte le teniente qui y est signalé [dans la real provisión] à cause des vexations qu’il leur afflige67 ». Il s’agit du capitaine Pedro Boza, et Quiroz dut le remplacer par son rival don Joseph Martin de la Sierra. Tout ceci était le résultat d’un effort collectif, dirigé contre une politique, mais aussi contre ses deux auteurs. Que put alors penser notre homme ? Après tout il avait bénéficié de quatre ans de pouvoir, il ne restait plus qu’un an de gestion à son protecteur.

  • 68 Un cas de corruption : en 1705 l’alcalde mayor fait libérer quelques accusés d’idolâtrie contre le (...)

29Qu’avaient représenté, concrètement, ces années pour Boza ? Économiquement nous n’avons aucune indication : mais certainement il reçut au moins des miettes du pactole dévolu à l’alcalde mayor (repartimientos de marchandises, trafic sur les tributs, sur les frais de justice, abus et extorsions divers68). Il tira bénéfice de l’aura de tout pouvoir dans ce milieu, et singulièrement autour du gouverneur, dont il était proche. On peut ici déborder le cadre chronologique correspondant à don Juan Manuel Bernardo de Quiroz, car les racines et la réalité du respect révérenciel qui entoure la figure de l’alcalde mayor à Villa Alta vont bien au-delà.

30Le document le plus éloquent est une lettre en zapotèque que le village de Santo Domingo Roayaga adresse au gouverneur, dans un moment dramatique – l’extirpation de l’idolâtrie bat son plein dans la sierra :

Année 1706

  • 69 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 19.

Dieu du Ciel, et Roi de la Terre. Justice. Alcalde mayor. Notre Père et notre mère, qui nous inspire crainte et peur. Nos pères et nos grands-pères l’ont toujours dit : vous devez aimer et respecter le Père ministre de Dieu, qui occupe sa place, et le seigneur alcalde mayor qui est ici à la place du Roi et de la Justice, qui est notre maître et seigneur, et que nous craignons toujours. Notre seigneur bien aimé, nous baisons vingt fois tes pieds et tes mains, nous tous, caciques, principaux et commun (naturales)69.

31C’est une révérence terrifiée, qui remonte au-delà de la Conquête, qui est renforcée par celle-ci, dévastatrice dans la sierra, qui passe par la longue chaîne des ancêtres et des parents, laquelle est en même temps l’axe articulant l’ensemble des croyances et le respect dû aux « têtes d’ancêtres ». Entremêlée avec Dieu, le Roi, la Justice et le curé, la figure de l’alcalde mayor flotte dans un halo, entre terreur et vénération. À ce moment Boza est aux premières loges : dans cette affaire il sera témoin d’assistance, caution en quelque sorte.

32Mais comme teniente général il a dû recevoir des marques de respect proches. En 1696 on remet au lieutenant général du moment une missive en zapotèque : la formule liminaire a un ton moins soutenu, mais l’inspiration est proche :

  • 70 Il s’agit de alférez Domingo de la Ribas.
  • 71 AHJO, VA, criminel, leg. 5, exp. 8.

Seigneur de notre estimation et teniente général, tu es notre père et notre mère, toi qui te trouves dans cette villa de San Ildefonso, toi qui es alférez70, et toi qui te trouves en bonne santé grâce à Dieu, notre seigneur bien aimé71.

33Il peut bien sûr y avoir des variantes. Ainsi en 1706, l’en-tête d’une lettre en zapotèque provenant de Santa Cruz de Yagavila mentionne :

  • 72 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 17.

Seigneur don Bernardo, teniente général, Dieu te garde de nombreuses années. Tu es notre Roi, et nous saluons de même l’alcalde mayor, notre Roi. Dieu garde la Couronne royale de sa Majesté72.

  • 73 Le Vocabulario en lengua Capoteca de fray Juan de Cordoba (1578) ne donne pas d’équivalent à « roi  (...)

34Au lendemain de la lutte contre l’idolâtrie, la représentation de l’autorité est donc en voie de se séculariser, au moins à Yagavila, mais l’emboitement des pièces – le teniente, l’alcalde, le roi – est encore malhabile, avec une gradation incertaine. Est-ce une confusion qui remonterait aux temps des seigneuries préhispaniques et à une multiplication de petits souverains73 ?

  • 74 On peut élargir à partir de Juan Ricardo Jiménez Gómez, Crimen y justicia en el pueblo de indios de (...)

35C’est sur ces registres que pouvaient jouer habilement Quiroz et Boza. Mais le moteur de cette irradiation se trouvait dans la justice, comme certaines formules l’indiquent fortement. Tout transite donc par le tribunal du gouverneur : Boza, comme teniente, puis comme témoin d’assistance, nous y reviendrons, y passa le plus clair de son temps, pendant l’essentiel de sa vie active à Villa Alta. Ce n’était pas une activité de tout repos pour le gouverneur et ses principaux collaborateurs, tenientes, interprètes, témoins d’assistance, procureurs et autres. Non seulement parce que la turbulence et la violence faisaient à tout moment craquer les coutures de la justice dans cette province riche, diverse et accidentée : coups et blessures, rixes liées à l’alcool et qui souvent se résolvaient en meurtres et incendies volontaires, vols de mules et survivances de rites idolâtriques étaient monnaie courante. Mais il faut aussi prendre en compte l’instrumentalisation de la justice par les uns et les autres : se présenter devant le juge pouvait être un défouloir, une façon de régler ses comptes avec les adversaires. En échange, la justice permettait au pouvoir dominant de maintenir, de diverses formes, un contrôle sur les actes, voire les pensées, la pratique religieuse, jusqu’à la morale74.

  • 75 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 18.
  • 76 Ainsi les cas où des femmes, fouettées par la justice villageoise, avortent, ne sont pas rares, voi (...)

36Dans ces conditions on pouvait descendre assez bas dans le registre judiciaire, et même totalement le détourner, entrer de plain-pied dans ce qui aujourd’hui serait du domaine de la vie privée. Le cas qu’eut à instruire en 1706 le teniente Bernardo Salgado est illustratif de ces motivations et circonstances entrelacées. Juan Fabian, sergent indien (alguacil) du village de Santa Maria Lachichina lui présenta une dénonciation, dans un espagnol à peu près acceptable. Faisant « une ronde de justice » la nuit, il est entré avec d’autres chez une veuve, auprès de laquelle on trouve don Miguel Lopez, dormant avec elle : le groupe, éclairé aux flambeaux, a la délicatesse « de lui dire qu’il n’eut pas peur, que c’était de la part du Roi » ! Le contrevenant promet de remettre le lendemain 12 réaux, ce qu’il ne fait pas. L’alguacil se sent manifestement floué, et il en appelle à la justice du Roi75. La partialité, la corruption et la brutalité de la justice et des autorités indigènes ajoutaient à l’agitation au lieu de la réfréner, pesaient aussi sur l’activité du tribunal du gouverneur76.

37Mais en 1690 tout ceci, pour Pedro Boza, était encore largement à venir. Pour l’instant il avait 30 ans, la fin du règne de Quiroz approchait, il avait atteint une situation bien établie dans la province, et tout le reste semblait insignifiant, produit de l’agitation de quelques caciques perturbateurs. Un autre gouverneur allait arriver, qui aurait également besoin de ses services.

Les années 1690 et la traversée du désert

  • 77 AGN, Reales cedulas, vol. D30, exp. 745.
  • 78 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 17, fol. 1-3.

38Arriva le capitaine Miguel Ramón de Nogales, alcalde mayor de 1692 à 1696. Comme ses prédécesseurs il dut sans doute vider sa bourse auprès de Madrid, mais à la différence de Quiroz, il habitait Mexico, où en 1678 on lui avait concédé le grade de capitaine77 : il était donc mieux instruit du contexte, moins demandeur d’un soutien rapproché. Il n’eut aucun mal à reprendre les mêmes pratiques que les autres gouverneurs : en 1693 l’audience de Mexico, à la demande des Espagnols de San Ildefonso, expédiait une real provisión semblable à une autre de 1664 – les abus se perpétuaient dans le temps ; l’alcalde mayor ne devait pas exiger des vecinos de la villa des licences pour pouvoir commercer dans la province, ils devaient pouvoir « traiter et établir des contrats » librement avec les Indiens, que ceux-ci « puissent entrer et sortir en toute liberté des maisons des vecinos, et que sous aucun prétexte on interdise [aux Espagnols] d’aller dans les villages de la juridiction, les jours nécessaires pour y traiter de leurs garanties (fianzas) et percevoir les paiements de ce qu’ils avaient vendu aux naturels [Indiens], le plus souvent à crédit78 ».

39Mais Nogales fut informé aussi de l’épisode agité que fut l’ère Quiroz-Boza, et il décida d’adopter une autre politique : il prit conseil auprès de don Felipe de Santiago et don Joseph de Selis, les deux caciques persécutés par son prédécesseur et surtout par son lieutenant, les fauteurs de troubles des années 1688-1690, rentrés depuis peu de leur exil ! Ceci, inespéré, obligea le loup à sortir de sa tanière.

40Comment, dans un milieu si étriqué, trouver sa voie, s’insérer entre les dépositaires du pouvoir et détenteurs de la justice, auréolés de prestige, alors qu’on veut l’exclure ? La démarche – et l’échec – du capitaine méritent examen. Dès janvier 1690, Boza tend ses rets, à partir du constat suivant :

  • 79 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 16, fol. 17v. Cette institution de gens armés fut créée par les Rois (...)

dans ladite villa et sa juridiction il n’est d’autre justice ordinaire que celle de l’alcalde mayor et ses lieutenants, il n’y a même pas une municipalité, même si le bâton de commandement (vara) de l’alguacil ou merino mayor est en activité (beneficiado). Ceci étant considéré il fait une offre pour la vara d’alcalde mayor de la Santa Hermandad de ladite villa et sa juridiction79.

  • 80 Il y a un incontestable parallélisme entre les deux hommes, sans doute une rivalité, encore qu’on n (...)
  • 81 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 16, fol. 16v.

41Il se proposait par-là de devenir un alcalde mayor bis, consacré à la police rurale de la province. Et pour que son intention soit bien comprise, il précisait que, si sa demande était acceptée, ce devait être « à la condition expresse que, dans tout acte public, sa place et son siège devaient être juste après ceux de l’alcalde mayor, ou son lieutenant général en son absence » : façon de prendre le pas sur l’alguacil mayor Martin de Sierra80. Se dessine en pointillés la traditionnelle guerre des tabourets et autres coussins, propre à l’Ancien Régime, de la cour de Louis XIV à la sierra zapotèque. Pour cela Boza offrait une somme modique de 300 pesos, qu’il dut porter à 525, lorsque finalement le 1er septembre 1693, à Mexico, eurent lieu les enchères. À ce moment, il tenta encore de renforcer sa position nouvelle, demandant que son titre lui soit remis avec les privilèges des alcaldes provinciaux de la Santa Hermandad de Puebla et Oaxaca, afin « d’éviter les conflits avec les alcaldes mayores ». Ceci fit bondir le procureur du Roi (fiscal) de l’audience de Mexico. Surtout on lui dénia un point essentiel, « l’inhibition faite à l’alcalde mayor de s’enquérir des causes qu’il aurait à connaître » : point d’indépendance judiciaire donc81.

42Cette tentative pour s’imbriquer dans la pyramide du pouvoir, toujours mouvante, surtout dans ses échelons les plus bas, échoua : il n’était pas forcément facile à un Boza, pas même hidalgo probablement, de grimper dans la hiérarchie officielle, au-delà de quelques os à ronger, comme capitaine de milice, au mieux teniente général. C’est qu’il allait sur les brisées de plus puissants : Nogales l’alcalde mayor de Villa Alta, bien sûr, qui était au minimum agacé par ces démarches, mais surtout don Francisco Ruiz de Torres, provincial de la Santa Hermandad pour tout le diocèse de Oaxaca depuis 1686, et qui avait déboursé 5 000 pesos pour cela. Pour le moins il considérait que le fringant et nouveau alcalde provincial de Villa Alta venait manger à son râtelier : il déposa rapidement une plainte à Oaxaca, demanda à Nogales de ne pas remettre la vara à Pedro Boza. Lequel se débattait comme un beau diable, lançant des invectives de toute part. Parmi ceux qui s’opposaient le plus fermement à la remise du bâton, il y avait, disait-il,

  • 82 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 16, fol. 24r.

deux Indiens (qu’entre autres) j’ai châtié du temps que j’administrais la justice dans ladite villa. L’un pour avoir volé le piédestal de l’ostensoir du Divin Saint Sacrement [c’est don Joseph de Selis], l’autre comme voleur de bétail [don Felipe de Santiago]. Ils ont convoqué d’autres dirigeants (mandones) des villages de cette villa pour demander à son alcalde mayor qu’il ne me permette pas d’exercer ledit office. Et parce que ces deux Indiens conseillent ledit alcalde mayor, et que l’un habite chez lui, je soupçonne avec raison, par ce qui est ici déclaré, comme pour des motifs particuliers, que l’alcalde mayor me retiendra ou me refusera la possession de la charge82.

  • 83 Ibid.

43De fait, Miguel Ramón de Nogales lui est de plus en plus hostile, il l’accuse de manquer envers lui de politesse (urbanidad y politica), d’avoir obtenu un ordre du vice-roi (mandamiento) avec de faux (siniestros) arguments. Finalement tout s’étire sur près de deux ans : en juillet 1695 l’audience annule la vente83. Pour Boza c’était plus que la perte d’une place nouvelle sur l’échiquier politique et social de Villa Alta, c’était aussi perdre tout l’acquis d’une décennie : pour un temps long la demeure du gouverneur (casas reales), source de pouvoir, lui serait fermée.

  • 84 Voir Thomas Calvo, op. cit., p. 148 et suivantes.

44Le vent avait tourné de 90° ; l’amertume, peut-être le désespoir, en tout cas le dépit, le firent tourner de 180°, et le capitaine Boza prit un nouveau cap, de façon inattendue. Il devint le complice, l’associé, de ceux qu’il avait autrefois condamnés, et hier dénoncés ! Nous ne savons pas comment, mais au printemps 1695 l’alcalde mayor Nogales apprit que notre personnage s’était converti en défenseur (procurador) et conseiller d’un des deux clans rivaux de San Juan Yatzona, précisément celui du cacique don Joseph de Selis, le voleur sacrilège ! Ceci avait été précédé d’un mouvement de translation dont nous ne voyons que les résultats : don Felipe de Santiago restait dans la mouvance des casas reales, peut-être continuait-il à y habiter ! Alors que Selis revenait à son hostilité traditionnelle au monde dominant, rompait avec l’autorité espagnole. La suite est plus logique et claire : en septembre 1695 don Joseph se retrouvait une fois de plus dans la prison de San Ildefonso84.

45En termes généraux ceci pose la question de la stabilité des factions (bandos) et des alliances dans ces circonstances. Deux attitudes dominent, contradictoires. D’une part, la défense des intérêts personnels, de l’autre, l’affirmation de la frontière entre vainqueurs et vaincus. Boza et Santiago, sans scrupules, campent sur la première position, le capitaine par rage et rancœur, l’autre par cynisme et insouciance. Nogales et Selis sont sur la seconde : ils ont pu croiser la frontière à certain moment, voire se rapprocher, mais finalement le poids des circonstances (et des institutions) les remis dans leurs tranchées, face à face.

  • 85 AHJO, VA, criminel, leg. 5, exp. 4, fol. 16r.

46Dans le cas de Boza, être l’avocat – ou procureur – d’Indiens n’était pas un problème en apparence : beaucoup des Espagnols de San Ildefonso en vivaient, au moins partiellement. Mais divers éléments faisaient que dans son cas c’était une voie sans issue : passer de teniente général à défenseur d’indigènes était comme un chavirement, dans l’ordre des dominants. Par ailleurs c’était, pour cela même, une personnalité marquée au sein des pueblos de la province, et considérer son activité comme neutre, sans arrière-pensées était peu concevable. C’est ce qu’écrivaient, en mai 1695, les adversaires de Selis et consorts à Yatzona : « nous demandons qu’ils nous garantissent [le remboursement] des dommages et des coûts, ainsi que leur procureur [Boza] puisque c’est lui qui dicte leur conduite85 ». De plus, en ce moment précis le capitaine se trouvait dans une position juridiquement délicate : il attaquait un adversaire de Selis qu’il avait déjà condamné en 1689 pour les mêmes faits, en tant que teniente général. Profiter de son passé de juge, condamner deux fois pour le même délit, c’était se donner beaucoup d’avantages et altérer son argumentation.

47Avec habileté, la faction adverse de Yatzona accumula les pierres sur le chemin. Elle présenta le contrat passé entre Boza et Selis comme une véritable conspiration, dirigée contre le capitaine Miguel Ramón de Nogales lui-même :

  • 86 Nous ne modifions pas l’orthographe des noms propres dans les citations.

Les naturels dudit village recevons de grandes offenses parce qu’on a nommé un fondé de pouvoir (apoderado) [Boza] afin qu’il assiste [le clan de Selis] dans ledit procès, ainsi que dans un autre qu’ils ont fomenté. Sans l’accord de nous tous, ledit don Francisco de Paz [alors le gouverneur « seliste » de Yatzona], et lesdits Pedro Ximenes et don Joseph de Selis sont allés à la ville de Oaxaca afin de donner une procuration à Pedro Voza86, vecino de cette villa. Ce fut avec une telle malice qu’ils ne voulurent pas que notre Juge supérieur l’apprenne.

48Pire encore. Profitant de la situation Pedro Boza tend à usurper certains des droits (ou avantages) de l’alcalde mayor :

  • 87 Poisson d’eau douce de la région des Caraïbes, joturus pichardi.

Avec ce fondé de pouvoir il nous est advenu un grand dérangement et préjudice, car le gouverneur [indien de Yatzona] et les alcaldes nous ont emmenés pêcher afin de disposer de bobos87 et pouvoir régaler ledit procureur. Et ils ont extrait nos poules de nos maisons sans nous les payer, disant que c’était pour Votre Grâce [le gouverneur Nogales]. Ceci démontre qu’ils ont manqué à la vérité, car chaque fois que Votre Grâce a demandé des bobos ou des volatiles, il nous les a payés au juste prix, et pas eux, si ce n’est qu’ils veulent régaler ledit procureur à nos dépens et au discrédit de Votre Grâce.

49Il y a là un art savant de la distillation du venin : la picaresque indienne, Boza le profiteur, voire l’escroc, face à l’image droite de l’alcalde mayor. Surtout, les mêmes informaient que les partisans de Selis

  • 88 Sur tout cela voir la lettre de la nouvelle municipalité de Yatzona à l’alcalde mayor du 7 novembre (...)

s’étaient établis à demeure dans cette ville, chez leur chargé de pouvoir, depuis le jour où ledit don Joseph de Selis fut envoyé en prison à la demande générale […]. De là ils ont expédié des lettres aux pueblos de Chuapa et Yazache, et autres de cette juridiction afin qu’ils viennent, afin d’extraire de la prison ledit don Joseph, car ce sont leurs amis et leurs alliés. De tout cela il aurait pu en advenir une révolte des divers villages entre eux88.

50Vraie ou fausse, l’accusation était grave, et la maison de Pedro Boza à San Ildefonso prenait les couleurs d’un repaire de factieux : rien ne pouvait davantage irriter un alcalde mayor, toujours avec des tendances paranoïaques, perdu au milieu de sa centaine de pueblos indiens.

  • 89 Déloyauté, inconstance, trahison, ou simple éloignement : la gradation est difficile à mesurer, et (...)

51Concluant les épisodes de la Santa Hermandad et de Yatzona, le capitaine dut se faire une raison, et comprendre que sa carrière à l’ombre de l’alcalde mayor de Villa Alta était pour le moins compromise un temps : même après le départ proche de Nogales, en 1696, il resterait des séquelles, et son successeur se méfierait, au moins pour une période, de cet homme trop habile et variable, qui avait frisé une certaine déloyauté à l’ordre hispanique89.

52On peut penser que pendant ces années le capitaine consacra une bonne partie de son énergie à faire avancer ses affaires personnelles, comme il l’avait déjà fait dans la décennie antérieure : mais nous n’en avons aucune trace documentaire, sinon que lorsqu’on nous le rencontrons à nouveau dans les années 1700, il manifeste une assise économique confortable.

  • 90 Auteur d’un Tratado del estado de las islas Philipinas y de sus conveniencias, publié à Mexico en 1 (...)
  • 91 « Libro de fábrica material y espiritual de la ermita de Santo Domingo Soriano, (siglos xvii-xviii) (...)

53Selon toute vraisemblance, il profita de ce creux politique dans sa carrière pour s’impliquer encore davantage dans ce qui fut une de ses grandes préoccupations tout au long de sa vie à Villa Alta : la gestion, en tant que député, de l’ermitage (chapelle) de Santo Domingo Soriano, sis sur la place publique de San Ildefonso. Il avait été fondé en 1640 par un personnage controversé, rentré des Philippines deux ans plus tôt, devenu alcalde mayor de Villa Alta, l’amiral don Geronimo de Bañuelos y Carrillo90 : dans la Monarchie hispanique les pièces de l’engrenage étaient facilement interchangeables. Nous devons aux soins de Boza la survie de la mémoire de cette chapelle : en 1684 – il était déjà son député – il fit relier la liasse de documents contenant les actes de la fondation et les listes des biens de l’ermitage, celui-ci est parvenu jusqu’à nous91. Une carrière bien conduite nécessitait que l’on puisse marcher sur ses deux jambes, la monarchique et la religieuse : jeune, Pedro avait déjà appris la leçon.

  • 92 « Libro de fábrica material y espiritual de la ermita de Santo Domingo Soriano », fol. 15r.
  • 93 AHJO, VA, criminel, leg. 5, exp. 9 et 11.

54L’élection de 1684, pour un an92, se répéta au fil des années. Consciencieusement il assuma la comptabilité de la chapelle, s’agissant de la location des terres et des autres propriétés, des dépenses festives, même si les sommes furent toujours modestes : les divers loyers rapportaient quelques 30 pesos annuellement, les coûts des fêtes ne dépassaient pas 16 pesos. Manifestement ce n’était pas une voie d’enrichissement, mais de prestige – et de salut ? Avec ténacité il défendait les biens de la chapelle contre toute forme de vol ou d’usurpation. En 1696, il s’éleva un conflit avec la confrérie de Notre Dame du Rosaire du quartier (arrabal) de Analco – et derrière elle avec les autorités indigènes de cette communauté. Pedro Boza accusa ses responsables d’avoir retiré un pupitre de son ermitage, illégalement ; les Indiens rétorquèrent que l’Espagnol refusait de leur rendre les bijoux de leur image de la Vierge qu’ils lui avaient prêtés, ainsi que la lampe et l’encensoir93. Scènes de la vie de province, avec leurs imbroglios et leur saveur, et où les Indiens savaient tenir à merveille leur rôle, aussi bien que les bourgeois balzaciens.

  • 94 « Libro de fábrica material y espiritual de la ermita de Santo Domingo Soriano », fol. 44r.
  • 95 Ce qui est certain c’est qu’en août il est absent de San Ildefonso, « Libro de fábrica material y e (...)
  • 96 Malgré tout, il restait en rapport avec la chapelle : en 1711 il lui vendait 432 briques pour 3 pes (...)

55Tout ceci finit-il par fatiguer Boza ? Ce qui est certain, c’est qu’au bout de 25 ans de loyaux services comme député, peu après sa réélection le jour de la saint Jean 1709, il déclara « se trouver empêché pour diverses raisons d’assister, aussi bien au culte de l’ermitage du glorieux saint Domingo Soriano […], qu’au recouvrement de ses revenus94 ». Et il demanda à l’alcalde mayor qu’il ordonne une nouvelle élection de députés. Il semble y avoir une certaine précipitation et urgence de la part de Boza. Pensait-il retourner à Oaxaca95 ? Reprendre une activité politique plus soutenue ? Ou tout simplement parce qu’il allait avoir 50 ans, et que cela pesait96.

Les années 1700, Pedro Boza à la table du seigneur gouverneur

  • 97 C’est ce qui explique qu’au moment crucial du tumulte de San Francisco Cajonos en septembre 1700, l (...)

56Cette longue activité d’un quart de siècle comme député de la chapelle, point central de la dévotion espagnole dans la villa, est révélatrice du prestige et de la confiance que la communauté déposa dans le capitaine. Plus encore si l’on note qu’il fut le seul responsable, alors que les constitutions de l’ermitage et la pratique, avant et après lui, en exigeaient deux. Ce poids social était une arme, mais aussi un capital que les alcaldes mayores ne pouvaient sous-estimer. Et si, dans les premiers temps de son gouvernement, l’alcalde capitaine Juan Antonio Mier del Tojo (1697-1702) le maintint éloigné de son cercle proche97, progressivement on vit la silhouette de Boza fréquenter à nouveau les corridors de las casas reales de San Ildefonso, faisant alterner les anciennes fonctions, teniente, commissaire, avec une nouvelle pour lui, celle de témoin d’assistance, qu’il saura exploiter de façon magistrale, dépassant largement ce qu’on aurait pu en attendre. C’est peut-être enfoncer une porte ouverte, mais Boza nous révèle alors, au sommet de son art, que l’organe –la fonction- compte moins que l’esprit, l’astuce, la volonté qui l’animent, au temps d’un Etat moderne en construction.

  • 98 AHJO, VA, criminal, leg. 6, exp. 7.
  • 99 En fait nous ne disposons d’aucune disposition juridique « indiana » (relative aux Indes Occidental (...)
  • 100 Entre juillet 1699 et juin 1700 Boza fut témoin d’assistance dans au moins quatre procès. Cela repr (...)
  • 101 On a au moins deux exemples, de 1704, et en rapport avec l’alguacil mayor Martin de la Sierra, envo (...)

57Le fait est que San Juan Yatzona continue d’être toujours aussi perturbé, en particulier les factions se déchainent en juillet 1699, prolongent leurs inquiétudes jusqu’à San Ildefonso, obligent l’alcalde mayor à ouvrir une enquête. Boza a rompu ses liens avec le pueblo, mais il reste sans doute le meilleur connaisseur de cette communauté avec des dynamiques particulières : pour Mier del Tojo ce peut être un appui utile, et il lui demande d’être présent au cours de l’enquête et du procès, précisément comme simple témoin d’assistance98. Ce n’est plus le rôle de premier plan d’un lieutenant de gouverneur, mais c’est l’occasion de revenir dans l’entourage du pouvoir, et ainsi le conseiller, s’informer des affaires de justice auxquelles on assiste, compter à nouveau dans la communauté, et qui sait, être craint comme autrefois. En fait de quoi s’agit-il ? Tout acte de justice (enquête, interrogatoire, réception des témoignages et finalement sentence) doit être cautionné par une présence extérieure au juge, habituellement un agent assermenté, un notaire. Mais aux Indes, et plus encore dans les zones marginales, ceux-ci sont rares, voire absents, et c’est la plupart du temps le cas à Villa Alta. Dans ces circonstances la loi99 prévoit que deux témoins, dits d’assistance, seront présents dans toutes les phases, signeront avec le juge, l’accusé, les témoins, voire avec l’interprète, tous les actes, garantissant leur authenticité et légalité par là même. Les témoins d’assistance, et ce sera vite le cas de Boza, pouvaient passer d’une affaire à l’autre, resserrer leur intimité avec les autres auxiliaires de justice, voire avec l’alcalde lui-même, devenir pratiquement des professionnels100 connaissant toutes les ficelles que cet emploi, apparemment très subalterne – en principe ils n’avaient qu’à écouter et signer –, pouvait leur offrir. À San Ildefonso, évidemment, une telle charge, rémunérée et de confiance, revenait aux seuls Espagnols. Mais lorsqu’un commissaire devait enquêter dans un lointain village, les circonstances se compliquaient, et il arriva, exceptionnellement il est vrai, que l’on nomme un Indien du lieu sachant écrire101.

  • 102 Pour 1650, AHJO, VA, criminel, leg. 1, exp. 3 ; pour 1701, leg. 6, exp. 14. Les prisons sont un des (...)
  • 103 Un autre cas, semblable, AHJO, VA, criminel, leg. 7, exp. 4.

58Si l’on était habile, la fonction pouvait même donner lieu à une forme de lieutenance (tenientazgo) : tentons de le démontrer avec cet être multiple que fut Pedro Boza. Dans la nuit du 13 au 14 juillet 1701 les Indiens enfermés dans la prison de San Ildefonso s’enfuient, se réfugient dans le couvent dominicain. Ce n’est pas une nouveauté : quelque chose de semblable était déjà arrivé en 1650102. Mais cela intervient à un moment délicat, moins d’un an après le tumulte de Cajonos : Mier de Tojo a d’autres soucis, mais il ne peut négliger un tel évènement. Il tend à se décharger, au moins partiellement, sur un homme de confiance. Par ailleurs sur les deux témoins d’assistance, un seul est ici inamovible, toujours présent, Boza ; et les 53 folios du procès sont exclusivement de sa main – ce qui n’est en aucune façon une des fonctions du témoin d’assistance. Si l’on regarde encore de plus près les divers actes qui composent le dossier et les signatures au bas de chacun d’entre eux, on constate que l’encre de la signature de Pedro est la seule à avoir les mêmes caractéristiques que celle du texte qui précède, que les autres (de l’alcalde, de l’interprète, de l’autre témoin) ont en général une texture différente, plus claire. Il est possible qu’il se soit trouvé seul face aux témoins et accusés, et que les autres – juge et auxiliaires – soient venus à la fin du procès, ou à une étape intermédiaire, pour une simple séance de signatures (voir figure 5)103.

  • 104 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 7, fol. 30-33.

59On peut tenter la démonstration par un autre biais : un témoin d’assistance n’a pas à s’immiscer dans la conduite d’une affaire. Mais alors comment expliquer que, dans une procédure pour meurtre, deux lettres et un certificat aient été directement envoyés au témoin « capitaine don Pedro Boza » par celui qui est probablement le chirurgien qui a eu à expertiser la blessure ? Ici très précisément, Boza a joué le rôle d’un greffier, voire d’un juge s’il a agi de sa propre initiative104.

Fig. 5 : Pedro Boza, témoin d’assistance et scribe

  • 105 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 12, fol 14v. Cela se rapporte à 1706.
  • 106 Voir AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 9, fol. 20v pour 1705, et leg. 8, exp. 15, fol. 20-21 pour fé (...)
  • 107 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 15, fol. 22r.
  • 108 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-12, fol. 21.

60Dans les années qui suivent, l’écriture et la signature de Boza seront les plus présentes dans les dossiers, il paraphe presque toujours à la droite du gouverneur, sauf lorsqu’il laisse la place à quelque accusé alphabétisé105, ou que, par inadvertance peut-être, son collègue témoin prend sa place. C’est le cas en 1705 avec un certain don Joseph Jaque, et c’est presque une prémonition, car en 1706-1707 celui-ci sera teniente général, sa signature précédant alors naturellement celle de notre capitaine106. Durant cette décennie Pedro Boza disposera de la confiance de trois alcaldes et au moins un nombre comparable de lieutenants généraux. On en arrive à rompre les exigences de la loi, lorsqu’il apparaît comme le seul témoin d’assistance, comme en 1706107. La confiance est telle que s’il y a des intérêts à sauvegarder, c’est vers lui que les officiers se tournent : en janvier 1708, sur le point de partir pour Mexico ou même l’Espagne – manifestement il prétend à quelque emploi- le lieutenant général don Joseph Jaque lui donne plein pouvoir pour récupérer les 43 couvertures (mantas) que lui doivent des Indiens, 60 pesos d’une dette d’un dominicain, et une mule qu’il a perdue108.

  • 109 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 15.
  • 110 AHJO, VA, criminel, leg. 9, exp. 19.

61Reste, et on ne saurait le négliger, ce qui se rapporte à la pitance, à travers la perception des frais de justice. Et le capitaine percevait double : comme témoin d’assistance, à hauteur d’un réal par signature, et comme scribe. Ici nous disposons de deux notes, de la main de Boza, qui nous éclairent. Dans un long procès de près de 70 folios, qui s’étire entre 1712 et 1715, s’intercale un feuillet, de la main de notre homme, où il fait le décompte du coût total. Il indique en particulier, « à moi, pour tout ce qui a été écrit, et signé comme témoin d’assistance et comme juge [à un certain moment de la procédure il fut teniente général], 37 pesos 5 réaux » sur un total de 72 pesos 4 réaux : plus de la moitié109. Déjà, en 1709 il écrivait : « de ce qui a été écrit, se rapportant à trente-trois actes, dix-huit notifications, quatre nominations de procureurs, trois confessions, dix ratifications, une attestation, plus la taxation, cinquante pesos et quatre réaux », qu’il empochait, et qui s’ajoutaient aux signatures lui revenant – 8 pesos et 6 réaux. Soit 59 pesos 2 réaux sur un total de 131 pesos 4 réaux110. C’est ici un cas extrême et inquiétant, car il s’agit d’un simple vol de mule : les coûts de justice sont astronomiques au regard de la valeur de l’animal, près de six fois ! De l’art d’engraisser le menu peuple espagnol de San Ildefonso, et d’abord Pedro Boza, sur le dos des justiciables indiens…

  • 111 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-56, fol. 111-112,

62Conforté dans sa position, le capitaine prend une décision importante, qui l’établit définitivement dans l’élite de Villa Alta. En novembre 1701 il fonde une chapellenie avec un capital de 2 000 pesos, mis à cens sur sa maison de San Ildefonso qui est évaluée à 2 300 pesos – somme conséquente dans ce contexte. Il s’institue patron de ladite fondation, nomme son fils Francisco comme premier chapelain. Comme celui-ci n’avait probablement ni l’âge ni les grades sacerdotaux requis, le prieur de San Agustín de Oaxaca fut désigné comme intérimaire111. Une fois de plus l’Église s’imposait dans les préoccupations de Boza, sans que l’on puisse faire le décompte entre ce qui était une dévotion sincère – en particulier aux âmes du Purgatoire, citées dans le préambule de l’acte –, et le désir de consolider une position sociale et donner du lustre à un lignage dont il était à l’origine.

  • 112 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 5; AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 7.
  • 113 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-8.
  • 114 AHJO, VA, civil, leg. 7, exp. 8, fol. 1-4.
  • 115 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 12.

63Même si l’activité sur les estrades de justice fut dominante pour Boza durant cette période, elle ne fut jamais exclusive : en 1711, par exemple, il fut deux fois commissaire, envoyé enquêter dans deux villages112. Il continua à avoir des relations avec Oaxaca, au point qu’en 1707, certains à Villa Alta, le qualifient d´habitant (vecino) de cette ville, lui donnent procuration pour recouvrer 500 pesos d’un marchand qui y habite113. Mais cette même année il achetait deux terrains à bâtir à San Ildefonso : la villa restait donc centrale114. Mais surtout, par intermittences brèves, il redevient teniente général : notamment en octobre 1712, dans des circonstances exceptionnelles et assez ténébreuses, car la victime du crime est l’alcalde mayor lui-même115.

64Peut-être n’est-il pas inutile de nous intéresser aux fait-divers de Villa Alta et glaner quelques éléments supplémentaires sur les remous qui peuvent l’agiter, et donner ainsi plus de corps au spectre Boza ? Il écrit, le 7 octobre :

  • 116 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 12, fol. 2r.

Ce devait être entre huit et neuf heures du matin. Ayant entendu des cris depuis chez moi […], je me penchai à mon balcon, et je vis que celui qui criait était le capitaine don Antonio de Miranda, alcalde mayor […]. Et étant descendu jusqu’aux casas reales, je vis ledit don Antonio Miranda se rendre de son balcon à sa chambre, baigné de sang116.

  • 117 Voir quelques précisions plus loin.

65C’est l’occasion de revenir sur la maison notable de Boza, remarquable dans son contexte, avec un étage orné d’un balcon, proche de celle du gouverneur – certainement sur la place –, de même acabit117.

  • 118 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 12, fol. 8r. En fait l’intermédiaire entre l’homme d’affaire et s (...)
  • 119 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 22; et leg. 10, exp. 15, fol. 17.

66L’agresseur est don Juan de Archero y Ransen, Péninsulaire, qui blessa gravement le gouverneur avec un couteau, à quatre ou cinq reprises. Cet homme, selon un témoignage, était associé au marquis de Villapuente de la Peña, demeurant à Mexico : Archero devait être son homme de négoce à Villa Alta118. La cochenille et les couvertures attiraient beaucoup d’intérêts, toujours médiatisés par l’alcalde. En fait l’origine directe de l’attentat serait domestique. L’agresseur s’enfuit, il ne fut jamais retrouvé ; en novembre l’alcalde reprend les rênes du pouvoir, et Boza redevient simple témoin d’assistance. Et ainsi jusqu’à ce qu’en février-mars 1715, de façon momentanée, il redevienne lieutenant d’un autre alcalde mayor, absent119. Puis son écriture et sa signature disparaissent des registres. Le capitaine Pedro Boza devait avoir alors 55 ans. Etait-ce l’heure de mourir pour lui ? Etait-il définitivement fatigué des horizons fermés de Villa Alta, de la médiocrité de son environnement, de la tyrannie de ses alcaldes mayores, de ses caciques séditieux et manipulateurs ?

  • 120 AHJO, VA, civil, leg. 12, exp. 5.

67S’il en était ainsi, l’unique endroit qui pouvait l’attirer était la ville de Oaxaca. Sa famille dut l’accompagner, et progressivement les vestiges matériels du long passage du capitaine par San Ildefonso disparurent. En 1745, à Oaxaca, Manuel Cayetano de Leyba se présenta devant un notaire, au nom du prêtre (presbitero) don Isidro Ubaldo de Leyba, petit-fils de Pedro Boza. Bien sûr notre héros est mort, ainsi que ses deux fils chapelains, et la maison de Villa  Alta sur laquelle repose le cens de chapellenie est dans un état lamentable. Il s’agit « d’un terrain avec deux pièces d’habitation, détériorées, dans lesquelles plusieurs personnes ont vécu de nombreuses années, sans payer de loyer, ni reconnaître un propri­étaire, et elles se sont appropriées certains de ses matériaux pour les vendre ». Le prêtre a essayé en vain de percevoir les loyers. Il n’y a plus qu’à vendre ce qui lui reste120. C’est la preuve manifeste que les liens entre Boza et Villa Alta sont rompus depuis longtemps.

Une vie bien remplie, des traces diffuses

68Acceptons les évidences, même si cela nous coûte. Au début de cette enquête sur les traces « d’un parfait inconnu », pour reprendre l’expression d’Alain Corbin, nous n’avions pas beaucoup d’espoir. Les faits ne nous ont pas démenti. Si nous rassemblons tout le matériel à travers lequel Boza s’exprime en son nom propre, se situe dans les jeux de pouvoirs à Villa Alta, nous ne remplissons même pas un folio, le tout centré autour de sa tentative d’accéder à un niveau politique et social supérieur, comme alcalde provincial de la Santa Hermandad, vers 1693-1695. On en arrive à un paradoxe : cet homme qui a noirci des milliers de folios, qui sont restés dans les fonds d’archives, nous est aussi inaccessible que Louis-François Pinagot l’a été à Corbin, parce qu’analphabète. Comme témoin d’assistance, ou comme juge, Pedro Boza nous livre une figure transparente, neutre, et énigmatique pour cela même.

69Malgré tout, nous espérons avoir évité l’échec total. Ce personnage, à travers sa trajectoire et les cendres qu’il laisse, ne prétendait pas nous offrir le Graal historique. Il ne répond même pas entièrement aux quelques questions que nous lui posons : peut-on progresser à l’ombre du gouverneur dans l’une des plus riches provinces de Nouvelle Espagne ? C’est selon. Avec plus de précision : la charge de teniente est-elle un puissant sésame ? C’est possible si l’on devient complice de l’alcalde comme dans les années 1680 ; c’est plus douteux après, lorsque l’instabilité de l’emploi s’accroît. Et comment expliquer ce possible revirement ? Quelque chose dans le système nouveau du bénéfice des charges a-t-il progressivement modifié les équilibres entre gouverneur et teniente : un enjeu économique accru, qui mobilise davantage l’attention du juge, donc sa présence, et l’office de teniente général perd de son intérêt ? Nous sommes alors bien au-delà de la trajectoire individuelle de Pedro Boza.

  • 121 Sur la différence entre procureur et avocat dans cet univers, Victor Gayol, Laberintos de justicia. (...)
  • 122 José Luis Caño Ortigosa a étudié un cas où l’entrée dans la municipalité fut décisive. « El ascenso (...)

70Trajectoire qu’il faut d’ailleurs peser, et c’est là une des leçons que nous présente cette vie minuscule, sinon simple. Elle connaît bien entendu des ruptures, mais rien n’est définitif. Même dans un univers étroitement étriqué, il y a toujours plusieurs issues possibles, teniente, commissaire, procureur121, témoin d’assistance, elles permettent des translations sociales horizontales, mais ne favorisent pas celles verticales : notre capitaine ne pourra jamais atteindre le statut de provincial de la Hermandad, et encore moins – il ne dut même pas l’envisager – de gouverneur de province. Il finit dans une mediocritas qui sent sa désillusion : après les conflits des années 1690 une partie des ressorts se sont usés. Il est probable que l’absence d’une municipalité à l’intérieur de laquelle conforter son ascension fut un élément déterminant : mais autrement San Ildefonso n’aurait pas été ce qu’elle fut, une bourgade insignifiante, un gros hameau122.

  • 123 Titre II, chapitre IV, article 6 de la Constitution de 1812: « A partir de 1830, devront savoir lir (...)

71Un des mérites de cette destinée est de mettre en lumière ces personnages, pratiquement inconnus de l’historiographie, que sont les témoins d’assistance, et de tirer quelques leçons générales. De façon imperceptible, mais certaine, ils peuvent déborder du cadre statique qui les enferme, devenir de véritables rouages – très secondaires – de la mécanique impériale : servir la Monarchie et se servir eux-mêmes en même temps. Chaque fois qu’ils ont su briser le carcan et sont devenus des acteurs, et ici Boza est un exemple clair, ils ont renforcé les liens qui allaient du juge aux justiciables, de l’alcalde mayor aux Indiens. Sur quoi repose leur capacité ? Sur peu de chose, apparemment, mais fondamentale en réalité : l’art de l’écriture ou simplement de la signature, et ici il faudrait peser ce que lire et écrire représentent, dans la pratique du pouvoir et de la défense de privilèges dans l’Ancien Régime espagnol, et jusque dans la Constitution de Cadiz de 1812 ; beaucoup sans aucun doute, voire plus qu’ailleurs123.

  • 124 Max Weber, Sociología del poder, Madrid, Alianza editorial, 2012, p. 88. Nous laissons à Max Weber (...)
  • 125 En juin 1712, par suite de “l’absence et maladie” de l’alcalde mayor don Antonio de Miranda, le ten (...)
  • 126 Réflexions qui procèdent de M. Weber, op. cit.

72Si, comme l’écrit Max Weber, « la naissance de l’administration bureaucratique est le germe de l’Etat moderne124 », que nous enseigne ce que nous observons à Villa Alta, autour de Pedro Boza ? Laissons à Max Weber la responsabilité du terme “État moderne”. C’est qu’il observe depuis l’Europe, nous butons sur des marges périphériques, où sans doute la tradition, dans ce qu’elle a de personnel, d’individu à individu, est plus forte. Un Nouveau Monde n’aspire pas forcément à la « modernité », à tout moment et partout… À San Ildefonso de Villa Alta nous sommes loin du fonctionnaire, ou de l’employé : l’homme façonne sa pratique au sein de l’équipe gouvernante, hors de toute standardisation. Il y a encore des relents de patrimonialisation lorsque le teniente est un membre de la famille de l’alcalde mayor125. Autre trait traditionnel : la présence de l’alcalde mayor – tel un souverain – inhibe tout pouvoir de son lieutenant général, qui disparaît comme tel, ou est relégué momentanément126.

  • 127 Voir, pour le Guatemala, Sylvia Sellers-Garcia, Distance and Documents at the Spanish Empire’s Peri (...)

73Si l’on prend la formule « exceptionnel normal » d’Edoardi Grendi non comme un concept unique, qui nous renvoie aux marges, mais comme l’énoncé de deux positions extrêmes, entre lesquelles se débat tout phénomène historique (social, culturel avant tout), nous aurons simplement – ce qui est vite dit – à déplacer un curseur. On peut tenter l’expérience ici. On constatera rapidement, avec surprise, que les termes sont inversés par rapport à notre attente – normale ? – : dans un contexte qui côtoie l’exceptionnel, la figure de Boza – pour ce qu’on peut en savoir – s’habille de normalité. Contexte exceptionnel ? Certainement, avec un milieu montagnard, marginal, mais riche et peuplé, avec des Indiens qui ont subi une dure conquête et qui s’essayent avec succès à l’opposition politique, où le christianisme des dominants plie sous les sacrifices et les cultes païens des dominés. Tout, dans cet univers fleure l’oxymore. Normale, cette vie simple de Pedro Boza ? Suffisamment pour que l’essentiel de sa personnalité nous soit inaccessible, noyée dans l’anonymat et la platitude du quotidien : il n’est pas déviant, il n’a tué personne – semble-t-il –, il a progressé d’échec en réussite, il n’est pas devenu fabuleusement riche, sinon médiocrement à l’aise. Il n’a pas eu de génie, seulement une intelligence éveillée qui lui a permis de tirer profit des circonstances, il est ambitieux, mais raisonnablement. Sa seul « anormalité » est peut-être la solitude, faute de parents, dans laquelle il se trouve : sans doute espéra-t-il trouver une compensation au sein de la fraternité de Santo Domingo Soriano. Pedro Boza fut un grain de sable, sans beaucoup d’aspérités, et la masse des grains de sable sur lesquels s’est cimenté l’Empire est à son image : c’est l’art de gouverner au ras du sol127.

Article reçu le 18/06/2018

Article accepté le 25/09/2018

Haut de page

Notes

1 « L’« héritage immatériel » ou le jeu de la règle », Le Monde, 16 février 1990.

2 Je remercie Nahui Ollin Vázquez Mendoza et Miguel Galicia pour l’aide apportée dans la collecte d’une partie de la documentation. Quant aux experts anonymes qui ont bien voulu lire le texte, leurs conseils ont été précieux.

3 Au sens de la « noblesse seconde » de Jean-Marie Constant.

4 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion, 1998.

5 Voir les notes 19, 20 et 22 à la suite.

6 John K. Chance, La conquista de la Sierra. Españoles e indígenas de Oaxaca en la época de la Colonia, Mexico, Instituto Oaxaqueño de las Culturas, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antro­pología Social (CIESAS), [1989] 1998. La plupart des ouvrages cités sont traduits en espagnol, nous utiliserons ces éditions.

7 José Alcina Franch, Calendario y religión entre los zapotecos, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), 1993.

8 Julio de la Fuente, Yalalag: una villa zapoteca serrana, Mexico, Museo Nacional de Antropología, 1949. Aux origines de la recherche linguistique sur la langue zapotèque, voir l’introduction que rédigea en 1942 Wigberto Jiménez Moreno à fray Juan de Córdova, Vocabulario castellano-zapoteco, Mexico, INAH, réédité en 2012. L’étude des nombreux textes coloniaux zapotèques est en cours, en particulier par Michel Oudijk, Historiography of the Bènizàa: The Late Postclassic and Early Colonial Periods (A.D. 1000-1600), Leiden, CNWS Publications, 2000.

9 Cajonos à l’ouest, Nexitzo vers le centre-nord, Bixanos a l’est. Au-delà des variations linguistiques, circonscrire les différences culturelles est plus ambigu, voir John K. Chance, op. cit., p. 27-28.

10 Quelques édifices publics étaient cependant en brique, comme la prison et l’ermitage de Santo Domingo Soriano.

11 John K. Chance, op. cit., p. 65-68. La médiocrité documentaire est un reflet de celle de la petite ville.

12 Thomas Calvo, Vivre dans la Sierra zapotèque du Mexique: 1674-1707. Vaincre la défaite, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 74-75. Chance a ignoré cet aspect, il insiste sur la permanence des toitures végétales, reflet d’une passivité avérée, selon lui, même dans la villa, La conquista de la Sierra, p. 75 et 79.

13 Ici elle est de zacate (gazon, herbe).

14 Au total 6 000 pesos, Archivo Histórico Judicial de Oaxaca, Villa Alta (dorénavant: AHJO, VA) criminel, leg. 4, exp. 4.

15 Cité dans Gustavo Curiel, Carla Aymes, Hilda Urréchaga, Alejandra Quintanar Isaías, Taracea Oaxaqueña, Mexico, Artes de México, Museo Franz Mayer, 2011, p. 20. Ouvrage avec de nombreuses reproductions, notamment de l’écritoire de Boston, p. 9. Voir aussi Juan Manuel Corrales, « Muebles virreinales oaxaqueños realizados en zumaque. La marquetería de Villa Alta », Revista de Dialectología y Tradiciones Populares, vol. LXVI, n° 1, 2011, p. 57-87.

16 En 1685 un Espagnol réside dans le village de Ayutla, à 14 lieues de San Ildefonso, il est doreur, AHJO, VA, criminal 59, fol. 2v. Un autre doreur en 1709 s’est trouvé avec deux charpentiers d’Analco construisant un retable à Yechelala, AHJO, VA, criminal 173, fol. 51v-52r.

17 Sorte de gabelle ou vente forcée, en principe illégale, par laquelle le gouverneur vend aux Indiens un certain nombre d’articles, au prix qu’il fixe (mules, haches, habits…), ou les échange contre des produits locaux, comme la cochenille, payés à bas prix. Ceci bien qu’illégal est la principale ressource de cet officier. L’abus est dénoncé tout au long de l’époque coloniale, en vain. Voir Rodolfo Pastor, « El repartimiento de mercancias y los alcaldes mayores novohispanos : un sistema de explotación de sus orígenes a la crisis de 1810 », dans Woodrow Borah, El gobierno provincial en la Nueva España, 1570-1787, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), [1985] 2002, p. 219-258: il se réfère en particulier au cas de Oaxaca.

18 AHJO, VA, Criminal 167, fol. 7r; VA, Criminal 154, fol. 4r; VA, Criminal 184, fol. 6r et 14v.

19 Peter Guardino, El tiempo de la libertad. La cultura política popular en Oaxaca, 1750-1850, Oaxaca, Université Autonome Métropolitaine, Université Autonome Benito Juárez de Oaxaca, El Colegio de Michoacán, El Colegio de San Luis, 2009.

20 Luis Alberto Arrioja Díaz Viruell, Pueblos de indios y tierras comunales. Villa Alta, Oaxaca: 1742-1856, México, El Colegio de Michoacán, 2011.

21 Martyres ou traitres, ils ont été béatifiés en 2003. La polémique suit son cours : certains demandent aujourd’hui leur canonisation…

22 Le livre de David Tavárez Bermudez s’inscrit dans une perspective religieuse large, Las guerras invisibles. Devociones indigenas, disciplina y disidencia en el México colonial, Oaxaca, Université Autonome Benito Juárez de Oaxaca, CIESAS, Université Autonome Métropolitaine, 2012. La version anglaise est de 2010. Il dresse une comptabilité précise : sur les 673 dénonciations pour idolâtrie qui se rapportent au diocèse de Oaxaca durant les trois siècles coloniaux, 438 se réfèrent à la période 1700-1709 et intéressent presqu’ex­clusivement Villa Alta, p. 48-51. Le livre de Yanna Yannakakis, El arte de estar en medio. Intermediarios indígenas, identidad india y régimen local en la Oaxaca colonial, Oaxaca, Université Autonome Benito Juárez de Oaxaca, El Colegio de Michoacán, 2012, est plus proche de la sociologie religieuse et culturelle. L’édition en anglais est de 2008. Le livre de Thomas Calvo, op. cit. suit l’étendard de la microstoria, revit les luttes internes entre les caciques du village de Yatzona. Le dernier livre paru s’intéresse surtout aux idolâtries, Rosalba Piazza, La conciencia oscura de los naturales. Procesos de idolatría en la diócesis de Oaxaca (Nueva España), siglos xvi-xviii, Mexico, El Colegio de México, 2016.

23 Voir Thomas Calvo, op. cit., p. 94-95.

24 Voir Ángel Sanz Tapia, ¿Corrupción o necesidad?, la venta de cargos de gobierno americanos bajo Carlos II (1674-1700), Madrid, Consejo superior de Investigaciones Científicas, 2009.

25 Archivo General de Indias (AGI), Indiferente general 132, N. 147. Nous verrons qu’un de ses prédécesseurs paya encore plus.

26 On dispose malgré tout de nombreux documents rédigés en zapotèque, présentés devant le tribunal, ensuite traduits en espagnol.

27 Thomas Calvo, op. cit., p. 97.

28 John Chance, op. cit., p. 71.

29 Bien entendu, si l’homme est impénétrable, la Loi est éloquente. Sur son « éloquence » voir António M. Hespanha, « De justitia a disciplina », dans La gracia del derecho. Economía de la cultura en la Edad Moderna, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1993, p. 203-273.

30 Témoignage devant l’alcalde mayor du 26 juin 1696, de 36 ans « poco más o menos », AHJO, VA, criminel, leg. 5, exp. 11, fol. 4v.

31 En 1688 étant teniente de alcalde mayor et ayant reçu un papier écrit “en langue zapotèque […] pour connaître son contenu, [il] ordonna à Diego de Vargas, habitant (vecino) de cette villa, comme personne qui parle et comprend la langue zapotèque, de traduire ledit papier pour qu’il puisse rendre justice », AHJO, VA, criminel, leg. 4, exp. 11.

32 En 1698, envoyé enquêter à San Francisco Cajonos, don Joseph déclare : « et ainsi, bien que je comprenne les langues zapotèque et mexicaine, je nomme pour interprète Juan de los Santos », AHJO, VA, criminel, leg. 6, exp. 3.

33 AHJO, VA, criminal, leg. 6, exp. 7, fol. 45r. Nous sommes en 1699, un moment d’éclipse pour Boza.

34 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-8, fol. 14r.

35 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-85, fol. 136.

36 Ayant recours à PARES (banque de données du Ministère de la Culture espagnol), on rencontre peu de Boza en Amérique à l’époque de notre personnage : un curé, don Sébastian Boza de Villalobos, à Masaya (Nicaragua) en 1685, AGI, Indiferente, 206, N. 57 ; un Jeronimo de Boza, corregidor de Guayaquil vers 1710, que ses excès conduisirent en prison, AGI, Quito, 210, L. 6, fol. 93-95v.

37 Sur cette charge, apparemment secondaire, mais en fait articulation essentielle, il y a peu de littérature. Quelques références dans W. Borah, « los auxiliares del gobernador provincial » et María del Refugio González et Teresa Lozano, « La administración de justicia », dans W. Borah, op. cit., p. 58-59 et p. 83-116. Un cas concret, José Miguel Romero de Solís, Tenientes de alcalde mayor en la villa y provincia de Colima de la Nueva España (siglo xvi), Colima, Université de Colima, Archives historiques de la municipalité de Colima, 2004.

38 AHJO, VA, criminel, leg. 3, exp. 11, fol. 1r; civil, leg. 28, exp. 16-60, fol. 122.

39 Thomas Calvo, op. cit., p. 127-128.

40 AHJO, VA, criminel, leg. 4, exp. 11, fol. 26v.

41 John Chance, op. cit., p. 293.

42 Angel Sanz Tapia, « Cargos políticos beneficiados en Hispanoamérica bajo Carlos II », dans Antonio Gutiérrez Escudero et Isabel Martinez Ortega, Ciencia, economía y política en Hispanoamérica colonial, Séville, CSIC, 2001, p. 171.

43 Selon la licence comme passager que la Casa de la Contratación de Séville accorda à l’alcalde mayor, celui-ci voyagea accompagné de son épouse, trois serviteurs et une esclave, AGI, Contratación, 5441, N. 2, R. 1.

44 AHJO, VA, criminel, leg. 7, exp. 10, fol. 9r.

45 AHJO, VA, criminel, leg. 3, exp. 11.

46 AHJO, VA, criminel, leg. 3, exp. 15, au village de Metepec.

47 Le papier, à partir de l’écorce du yaguichi, sert de support à la représentation des idoles.

48 Une vara équivaut à 0,83 mètre.

49 Espèce de pin.

50 AHJO, VA, criminel, leg. 3, exp. 11, fol. 1,

51 Il y a là une obscurité que nous n’avons pas pu percer.

52 D, Tavárez, op. cit., p. 43. Sur les ambigüités, mais aussi les revirements après 1700, voir Th. Calvo, op. cit., p. 207-214.

53 Comme c’est alors la pratique, l’intérêt est occulte, mais très probablement le clerc prêta 2 000 pesos, et Boza lui en rendit 2 140, donc avec un « daño » de 7%, modéré pour l’époque.

54 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-65, fol. 136. A la fin de l’acte les trois signatures ont été barrées : l’acte a été annulé, ou cela signifie au contraire qu’au terme échu, le paiement ayant eu lieu, on l’a indiqué de cette façon ?

55 Cette procuration fut annulée le 12-4-1686, AHJO; VA, civil, leg. 28, exp. 16-60, fol. 122.

56 Entre 1640 et 1820, la villa ne dispose pas d’une municipalité propre, J. Chance, op. cit., p. 67.

57 Cet épisode a attiré l’attention des historiens, voir Yanna Yannakakis, op. cit., p. 80-90, et Th. Calvo, op. cit., p. 96-100 et 140-144.

58 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 2, fol. 2-3.

59 Voir AHJO, VA, criminel, leg. 4, exp. 14, et leg. 4, exp. 17.

60 En 1687 Martin de la Sierra affirme avoir 36 ans, et Boza 28, AHJO, VA, criminel, leg. 4, exp. 4.

61 Vers la fin, 1691, Boza cède la place à l’alguacil mayor don Joseph Martin de la Sierra : comme nous verrons plus tard ce fut une victoire des villages, appuyés par l’audience de Mexico, AHJO, VA, criminel, leg. 4, exp. 17.

62 Th. Calvo, Vivre dans la Sierra, p. 96-97.

63 Pour faire court, nous entendons par « politique », une coercition atténuée, manipulatrice.

64 Archivo General de la Nación (AGN), Indios, vol. 30, fol. 294.

65 Le même procureur demande au vice-roi que les autorités des villages retiennent toutes les sommes versées jusque-là par le gouverneur, et que ses lieutenants « ne leur imposent en aucune façon le repartimiento et autres charges (tandas), qu’il s’agisse de cochenille et de couvertures, ou d’autre chose, comme des mules [ici vendues par l’alcalde] », 20-5-1689, AGN, Indios, vol. 30, fol. 222-245.

66 Voir plus haut et Th. Calvo, op. cit., p. 140-144. Les gouverneurs des villages étaient élus pour un an.

67 AHJO, VA, civil, leg. 5, exp. 3, fol. 16.

68 Un cas de corruption : en 1705 l’alcalde mayor fait libérer quelques accusés d’idolâtrie contre le versement de 122 pesos, D. Tavárez, op. cit., p. 414.

69 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 19.

70 Il s’agit de alférez Domingo de la Ribas.

71 AHJO, VA, criminel, leg. 5, exp. 8.

72 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 17.

73 Le Vocabulario en lengua Capoteca de fray Juan de Cordoba (1578) ne donne pas d’équivalent à « roi », « monarque », « souverain », au plus à « soberana cosa ».

74 On peut élargir à partir de Juan Ricardo Jiménez Gómez, Crimen y justicia en el pueblo de indios de Queré­taro a finales del siglo xvi, Mexico, Universidad Autónoma de Querétaro, Miguel Angel Porrúa, 2012. Sont transcrits de nombreux documents.

75 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 18.

76 Ainsi les cas où des femmes, fouettées par la justice villageoise, avortent, ne sont pas rares, voir, en 1707, au pueblo de Yagayo, AHJO, VA, criminel, leg. 9, exp. 11.

77 AGN, Reales cedulas, vol. D30, exp. 745.

78 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 17, fol. 1-3.

79 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 16, fol. 17v. Cette institution de gens armés fut créée par les Rois Catholiques en1476. Pour l’époque, et les Indes, la meilleure source (synthétique), est Juan de Hevia Bolaños, Curia Philipica, Madrid, 1790, p. 193-194 (première édition : Lima, 1603). Elle fut instaurée en Nouvelle Espagne en 1553, Maria Justina Sarabia Viejo, Don Luis de Velasco, virrey de Nueva España, 1550-1564, Séville, École d’Études Hispano-américaines, 1978, p. 294.

80 Il y a un incontestable parallélisme entre les deux hommes, sans doute une rivalité, encore qu’on ne puisse relever aucun affrontement entre eux. Probablement la richesse de Villa Alta offrait des possibilités à plusieurs coqs de village, l’alcalde mayor étant hors concours. Martin de Sierra meurt en 1706, laissant une marge supplémentaire à Boza, qui, épisodiquement, redeviendra teniente général dans les années qui suivent, AGN, oficios vendibles y renunciables, vol. 13, exp. 23, fol. 500. Bien entendu, dans ce dossier qui intéresse la transmission de l’office d’alguacil mayor, la signature de Boza, comme témoin, ne saurait être absente.

81 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 16, fol. 16v.

82 AHJO, VA, civil, leg. 3, exp. 16, fol. 24r.

83 Ibid.

84 Voir Thomas Calvo, op. cit., p. 148 et suivantes.

85 AHJO, VA, criminel, leg. 5, exp. 4, fol. 16r.

86 Nous ne modifions pas l’orthographe des noms propres dans les citations.

87 Poisson d’eau douce de la région des Caraïbes, joturus pichardi.

88 Sur tout cela voir la lettre de la nouvelle municipalité de Yatzona à l’alcalde mayor du 7 novembre 1695, AHJO, VA, criminel, leg. 5, exp. 3, fol. 7.

89 Déloyauté, inconstance, trahison, ou simple éloignement : la gradation est difficile à mesurer, et de toute façon ni Boza, ni certainement l’essentiel de ses contemporains ne pensaient exactement en ces termes. Il n’en reste pas moins…

90 Auteur d’un Tratado del estado de las islas Philipinas y de sus conveniencias, publié à Mexico en 1638, et où il mettait à mal la gestion du gouverneur de l’archipel don Sebastian Hurtado de Corcuera.

91 « Libro de fábrica material y espiritual de la ermita de Santo Domingo Soriano, (siglos xvii-xviii) », Archivo Histórico de Notarías del Estado de Oaxaca, Collection Luis Castañeda Guzmán. Ce document nous a été communiqué par Luis Alberto Arrioja.

92 « Libro de fábrica material y espiritual de la ermita de Santo Domingo Soriano », fol. 15r.

93 AHJO, VA, criminel, leg. 5, exp. 9 et 11.

94 « Libro de fábrica material y espiritual de la ermita de Santo Domingo Soriano », fol. 44r.

95 Ce qui est certain c’est qu’en août il est absent de San Ildefonso, « Libro de fábrica material y espiritual de la ermita de Santo Domingo Soriano » fol. 45r.

96 Malgré tout, il restait en rapport avec la chapelle : en 1711 il lui vendait 432 briques pour 3 pesos 1 réal, « Libro de fábrica material y espiritual de la ermita de Santo Domingo Soriano », fol. 72v.

97 C’est ce qui explique qu’au moment crucial du tumulte de San Francisco Cajonos en septembre 1700, le rôle essentiel, celui de ramener l’ordre dans la zone cajonos, revient au vieux rival, don Joseph Martin de la Sierra, Yanna Yannakakis, op. cit., p. 115.

98 AHJO, VA, criminal, leg. 6, exp. 7.

99 En fait nous ne disposons d’aucune disposition juridique « indiana » (relative aux Indes Occidentales) sur cette pratique, sinon d’un texte législatif espagnol, voir José Luis Alcauter Guzmán, « Régimen de subdelegaciones en la América borbónica. Autoridades intermedias en transición, Valladolid de Michoacán », thèse de doctorat, El Colegio de Michoacán, 2012, p. 155, et Woodrow Borah, art. cit., p. 66. Cette figure si particulière subsiste dans les provinces mexicaines au moins jusqu’au milieu du xixe siècle, voir Luz Carregha Lamadrid et Miriam Aurora Gómez Escalante, « Dar fe… El legado de un testigo de asistencia, Rioverde, S.L.P., 1859 », dans Thomas Calvo et Armando Hernandez Soubervielle (éds.), Medrar para sobrevivir. Individualidades presas en la fragua de la historia (siglos XVI-XIX), San Luís Potosí, El Cilegio de San Luis, p. 389-417.

100 Entre juillet 1699 et juin 1700 Boza fut témoin d’assistance dans au moins quatre procès. Cela représente près de 170 folios et des dizaines d’heures d’écoute.

101 On a au moins deux exemples, de 1704, et en rapport avec l’alguacil mayor Martin de la Sierra, envoyé enquêter dans deux pueblos ; dans les deux cas il prend un témoin d’assistance indien, dont un cacique, AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 7, et leg. 8, exp. 6, fol. 3v-4.

102 Pour 1650, AHJO, VA, criminel, leg. 1, exp. 3 ; pour 1701, leg. 6, exp. 14. Les prisons sont un des maillons faibles de la justice à cette époque.

103 Un autre cas, semblable, AHJO, VA, criminel, leg. 7, exp. 4.

104 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 7, fol. 30-33.

105 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 12, fol 14v. Cela se rapporte à 1706.

106 Voir AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 9, fol. 20v pour 1705, et leg. 8, exp. 15, fol. 20-21 pour février 1707.

107 AHJO, VA, criminel, leg. 8, exp. 15, fol. 22r.

108 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-12, fol. 21.

109 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 15.

110 AHJO, VA, criminel, leg. 9, exp. 19.

111 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-56, fol. 111-112,

112 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 5; AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 7.

113 AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16-8.

114 AHJO, VA, civil, leg. 7, exp. 8, fol. 1-4.

115 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 12.

116 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 12, fol. 2r.

117 Voir quelques précisions plus loin.

118 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 12, fol. 8r. En fait l’intermédiaire entre l’homme d’affaire et son autre client, l’alcalde lui-même. À l’occasion de sa blessure Miranda a rédigé un codicille, où il libère sa conscience, en particulier des quelques « cadeaux », pour 700 pesos par an, en mantas et reales que lui ont fait les Indiens. Il ajoute : « je n’ai aucun capital propre, au-delà de ce que ledit marquis de Villapuente de la Peña voudra bien me donner, ce que je laisse à la conscience et bonne disposition de Sa Seigneurie », AHJO, VA, civil, leg. 28, exp. 16, fol. 37-39. C’est une échappée précise sur la réalité du bénéfice des offices d’alcalde mayor, qui profitent à celui qui, dans l’ombre, tient les cordons de la bourse. Don José de la Puente y Peña était natif de la région de Santander, grand commerçant de Mexico et militaire, il reçut le titre de marquis en 1704, Javier Sanchiz Ruiz, « Titulo de marqués de Villapuente de la Peña a don José de la Puente y Peña Castexón y Salzines », Estudios de Historia Novohispana, 2009, n° 41, p. 135-150.

119 AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 22; et leg. 10, exp. 15, fol. 17.

120 AHJO, VA, civil, leg. 12, exp. 5.

121 Sur la différence entre procureur et avocat dans cet univers, Victor Gayol, Laberintos de justicia. Procuradores, escribanos y oficiales de la Real Audiencia de México (1750-1812), Mexico, El Colegio de Michoacán, 2007.

122 José Luis Caño Ortigosa a étudié un cas où l’entrée dans la municipalité fut décisive. « El ascenso social en la elite colonial novohispana: un leones en Guanajuato », Temas americanistas, 2008, n° 21, p. 1-16.

123 Titre II, chapitre IV, article 6 de la Constitution de 1812: « A partir de 1830, devront savoir lire et écrire tous ceux qui commenceront à exercer les droits de citoyens ». Voir Margarita Gómez Gómez, « Del ‘minis­terio de papeles’ al ‘procedimiento’ », dans Carlos Garriga (coord.), Historia y Constitución. Trayectos del constitutionalismo hispano, Mexico, El Colegio de Michoacán, CIDE, Instituto Mora, EL Colegio de México, 2010, p. 347-378.

124 Max Weber, Sociología del poder, Madrid, Alianza editorial, 2012, p. 88. Nous laissons à Max Weber la responsabilité du terme “Etat moderne”. C’est qu’il observe depuis l’Europe, nous butons sur des marges périphériques, où sans doute la tradition, dans ce qu’elle a de personnel, d’individu à individu, est plus forte. Un Nouveau Monde n’aspire pas forcément à la « modernité »…

125 En juin 1712, par suite de “l’absence et maladie” de l’alcalde mayor don Antonio de Miranda, le teniente général nommé est don Andrés de Miranda, certainement un de ses parents, AHJO, VA, criminel, leg. 10, exp. 15.

126 Réflexions qui procèdent de M. Weber, op. cit.

127 Voir, pour le Guatemala, Sylvia Sellers-Garcia, Distance and Documents at the Spanish Empire’s Periphery, Stanford, Stanford University Press, 2013. Pour une vision macrohistorique, mais complémentaire, Jean-Pierre Berthe et Thomas Calvo, Administración e Imperio. El peso de la Monarquía hispana en sus Indias (1631-1648), México, El Colegio de Michoacán, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de l’alcaldía de Villa Alta. © Marco Antonio Hernández (SIG-El Colegio de Michoacán)
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/5702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Légende Fig. 2 : Une écritoire de Villa Alta avec le plan de San Ildefonso (vers 1670)
Crédits Collection permanente du Boston Fine Art Museum. Photographie de Gabriel Torres Puga
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/5702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Légende Fig. 3 : Signature d’un cacique.
Crédits Source : AHJO, VA, leg. 8, exp. 12, fol. 14v.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/5702/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende Fig. 4 : Signature de Pedro Boza Espinoza de los Monteros
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/5702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Légende Fig. 5 : Pedro Boza, témoin d’assistance et scribe
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/5702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Calvo, « Pedro Boza (1660-1715) : au service de la justice dans la sierra zapotèque du Mexique  », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5702 ; DOI : 10.4000/framespa.5702

Haut de page

Auteur

Thomas Calvo

Thomas Calvo est un historien américaniste, enseignant-chercheur au Centro de Estudios Históricos du El Colegio de Michoacán, A.C. (Zamora, Mexique) et professeur émérite de l’Université Paris Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals