Navigation – Plan du site
Dossier : El factor distancia en la flexibilidad y el cumplimiento de la normativa en la América Ibérica

Négociation de la distance : les circuits de communication et de représentation des intérêts locaux (monarchie et empire portugais, xviie et xviiie siècles)

Negociación de la distancia : circuitos de comunicación y representación de intereses locales (monarquía e imperio portugués, siglos XVII y XVIII)
Negotiation of Distance : Communication Circuits and Representation of Local Interests (Portuguese Monarchy and Empire, xvii and xviii Centuries)
Maria Fernanda Bicalho

Résumés

Cet article porte sur trois questions liées à la négociation de la distance, aux circuits de communication et de représentation des intérêts locaux au sein de la monarchie pluricontinentale portugaise. La première a à voir avec le principal mécanisme de communication politique entre le centre de la monarchie et les différentes localités d’outre-mer : les lettres et les réclamations envoyées par les conseils municipaux à la Couronne. La deuxième concerne la représentation des élites coloniales des principaux villages et villes d’outre-mer lors des réunions des Cortes portugaises, surtout à partir de la deuxième moitié du xviie siècle, après la Restauration ou l’indépendance du Portugal en 1640. Et enfin la troisième se penche sur l’envoi de procureurs des municipalités d’outre-mer à Lisbonne, pour défendre les intérêts et les intentions de leurs élites.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Arno Wehling et Maria José Wehling, Formação do Brasil Colonial, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 19 (...)

1Des interprétations jugées classiques dans l’historiographie brésilienne qui, tout au long du xxe siècle, ont porté sur le gouvernement et l’administration de l’Amérique portugaise, insistent sur les déformations et sur les irrégularités dues à la distance et au « délai administratif » qui séparaient le Vieux Monde du Nouveau. Elles dénoncent les dommages résultant de l’implantation du formalisme des lois métropolitaines dans la réalité coloniale, plus fluide et plus mouvante. Elles soulignent l’abîme entre la « situation officielle, existant dans les normes juridiques publiques et privées, et la situation réelle de la colonie, où les lois étaient fréquemment non ou mal appliquées1 ».

  • 2 Caio Prado Júnior, Formação do Brasil Contemporâneo. Colônia, 15ème éd., São Paulo, Brasiliense, 19 (...)

2C’est l’historien Caio Prado Jr qui a principalement formulé ce type d’argumentation. Dans son Formação do Brasil Contemporâneo, publié en 1942, il associe la « centralisation administrative qui fait de Lisbonne la tête pensante unique dans des affaires conclues à des centaines de lieues parcourues par de lents bateaux à voile », et le « manque d’organisation, d’efficacité, et de rapidité de son fonctionnement ». La « complexité des organes, la confusion des fonctions et des compétences » s’ajoutait à un « excès de bureaucratie des organes centraux qui comptaient une foule de fonctionnaires inutiles et trop nombreux ». On ne pouvait donc pas s’attendre à autre chose qu’à cette « machine bureaucratique monstrueuse, grippée, et inefficace qu’est l’administration coloniale2 ».

  • 3 Raymundo Faoro, Os Donos do Poder. Formação do Patronato Político Brasileiro, vol. 1, 6ème éd., Por (...)

3Quoique partant d’autres hypothèses et fondant son analyse sur la catégorie wébérienne de l’État patrimonial, Raymundo Faoro met l’accent, dans un travail publié en 1958, sur la centralisation précoce de la monarchie portugaise, l’extrême rationalité de l’appareil de l’État, et la transplantation dans les possessions d’outre-mer d’un corpus rigide de lois. En défendant la présence marquante de l’État, qui modelait la réalité à son goût et lui superposait la loi, il affirme cependant que « le cadre métropolitain de l’administration se détourne et se perd, délire et erre dans le monde chaotique, géographiquement chaotique, de l’immensité mystérieuse de l’Amérique3 ».

  • 4 Ibid, p. 172.

4Pour paraphraser la belle idée du père Antônio Vieira qui considère les fonctionnaires royaux comme des images ou des ombres du roi, il affirme qu’étant donnée la distance qui les séparait de leur monarque, il n’était pas rare qu’ils se transforment en « autre moi du roi, un autre moi bien souvent détourné de la source de son pouvoir ». Ainsi, « malgré les règlements royaux minutieux, la compétence des ombres ou des images du souverain s’étend dans l’omission de ces règlements et, surtout, dans l’intensité du gouvernement », le rendant despotique et vénal aux yeux des colons. Il attribue à la dégradation des soldes des autorités coloniales « les innombrables dénonciations de corruption, alliées à la violence, dont on use pour étouffer les sujets, surtout si, soumis à la distance et aux délais, ils ne peuvent plus compter sur une surveillance d’en haut4 ».

5En résumé, en approfondissant la tyrannie et l’injustice qui caractérisaient le gouvernement des fonctionnaires royaux sur les territoires lointains, provoquant des vexations chez les sujets d’outre-mer, l’insuffisance de leur salaire et la lenteur de la machine bureaucratique, ainsi que l’irrémédiable distance qui les séparait du royaume, entraînaient bien souvent l’impunité de leurs violences, augmentant de fait la sensation d’abandon des colons vis-à-vis de la justice du souverain.

6La sensation de distance ou de lenteur des « délais administratifs » qui séparaient les domaines d’outre-mer des centres de décision européens a eu des répercussions négatives jusqu’au milieu des années 1980 dans les interprétations de l’historiographie brésilienne.

  • 5 Heloísa L. Bellotto, « O Estado Português no Brasil : Sistema Administrativo e Fiscal », dans Maria (...)

7Pour Heloísa Bellotto, « la distance paralyse, retarde, et complique l’action administrative ». Selon elle, « à une époque où la traversée de l’Atlantique durait presque trois mois, des erreurs et des déformations, aussi bien administratives que stratégico-militaires, étaient commises en raison des fameux délais administratifs ». Elle fait référence aux contradictions de la politique d’outre-mer résultant du temps écoulé entre l’émission d’un ordre royal et la prise de connaissance par les sujets et les gouvernants de l’autre côté de l’océan. Elle affirme que dans le but d’assainir ses effets, la Couronne a très largement délégué une autorité excessive et mal délimitée aux fonctionnaires de justice, de la milice, et du Trésor nommés en outre-mer. Le résultat était un éparpillement de leurs fonctions et compétences respectives, entraînant une mauvaise application des lois et la corruption des gouvernants5.

8Il serait trop long de faire ici la liste des innombrables exemples tirés de l’historiographie brésilienne quant à un consensus qui semblait être incontestable jusqu’à il y a peu : celui de l’exercice bien souvent violent, autoritaire, corrompu, et vénal du pouvoir dans la colonie, à cause des maigres salaires des fonctionnaires royaux ou de l’ambition de ces derniers face aux prometteuses richesses qu’offraient les territoires et les sociétés d’outre-mer, ou encore parce qu’ils profitaient de la distance, des « délais administratifs », qui les séparait du Portugal.

9Ces dernières années, pourtant, un dialogue croissant avec les historiographies portugaise et espagnole a permis l’adoption d’un nouveau cadre théorique et conceptuel, qui a remplacé et dépassé cette vision incompétente et négative, qui insistait sur l’inefficacité, l’inadéquation, le mauvais gouvernement, et le chaos législatif et administratif des sociétés coloniales.

  • 6 En portugais et en espagnol, procurador : à prendre ici dans le sens ancien de « mandataire » ou «  (...)

10Cet article se concentre sur trois questions liées à la négociation de la distance, aux circuits de communication et de représentation des intérêts locaux au sein de la monarchie et de l’empire maritime portugais. La première a à voir avec le principal mécanisme de communication politique entre le centre de la monarchie et les différentes localités d’outremer : les lettres et les réclamations envoyées par les conseils municipaux à la Couronne, qui passaient toutes par le Conseil d’outre-mer, depuis sa création en 1643. C’était le principal organe de conseil au roi quant à sa politique coloniale. La deuxième concerne les demandes, pétitions, plaintes, et réclamations des élites coloniales des principaux villages et villes d’outre-mer, soumises au roi lors des Cortes, notamment à partir de la deuxième moitié du xviie siècle, après la restauration de l’indépendance du Portugal, en 1640. Et la troisième se penche sur l’envoi de procureurs6 de municipalités d’outremer à Lisbonne, pour défendre les intérêts et les projets des élites locales.

1. Les circuits de communication politique à distance

  • 7 António Manuel Hespanha, Às Vésperas do Leviathan. Instituições e Poder Político. Portugal, século (...)
  • 8 Pedro Cardim, « A Casa Real e os órgãos centrais do governo de Portugal da segunda metade de Seisce (...)

11L’un des aspects centraux de la construction des empires d’outre-mer à l’époque moderne est ce qu’António Manuel Hespanha a appelé « un océan de papiers7 ». La Couronne portugaise a construit un réseau de communication relativement sophistiqué pour résoudre les problèmes, négocier les droits, et établir les formes de gouvernement et d’exploitation économique sur des espaces lointains. Malgré les nombreuses études de ces dernières décennies sur les pratiques politiques dans le royaume et dans l’empire d’outre-mer, nous en savons encore peu sur le fonctionnement de ce réseau de communication. Nous savons que, sous l’Ancien Régime, ce que nous appelons « Couronne » n’avait rien d’unitaire, mais constituait plutôt un ensemble d’organes et d’intérêts qui ne fonctionnait pas comme un pôle homogène d’intervention dans la société8. Ainsi, la décision politique de la Couronne était le résultat d’une trame complexe d’organes de conseil au roi, de production, et de stockage de l’information.

12L’expansion outre-mer a élargi le champ d’action de la Couronne portugaise. Alors que l’administration interne du royaume n’offrait pas de nombreuses possibilités de création de nouveaux espaces d’amplification du pouvoir royal, la conquête et la colonisation de nouveaux territoires et de nouvelles âmes ont contribué à la configuration moderne de la monarchie portugaise, créant de nouveaux dispositifs de pouvoirs, renforçant la fonction arbitrale de la Couronne, et offrant des bénéfices matériels et symboliques en échange de la sujétion.

  • 9 António Manuel Hespanha, op. cit., p. 352.
  • 10 Charles Ralph Boxer, Portuguese Society in the Tropics. The Municipal Councils of Goa, Macao, Bahia (...)
  • 11 Nuno Gonçalo Monteiro, « Poderes Municipais e Elites Locais (Séculos xvii-xix) : Estado de uma Ques (...)

13Cependant, le pouvoir, ou les pouvoirs locaux ont certainement été le contrepoint de ce processus de centralisation monarchique. Selon António Manuel Hespanha, la manifestation peut-être la plus claire, au niveau institutionnel, de l’existence de communautés dotées d’une large marge d’autogouvernement est le phénomène municipal9. Se penchant à la fois sur les productions concentrées sur l’histoire des municipalités portugaises, du pouvoir, et des élites locales, Nuno Gonçalo Monteiro défend le changement considérable des points de vue développés dans des recherches pionnières, parmi lesquelles on trouve d’innombrables mémoires de Master et thèses de Doctorat. Selon lui, ces nouvelles études contrarient « l’idée de l’atrophie précoce des pouvoirs municipaux sous le poids de la centralisation absolutiste », ce qui le pousse à conclure, en paraphrasant C. R. Boxer dans une célèbre étude de 196510, que les municipalités et leurs conseils se posaient en « modèle presque universel et relativement uniforme d’organisation politique locale sur tout le territoire atlantique de la monarchie portugaise et de ses conquêtes ». Et, comme l’auteur lui-même conclut, « les municipalités ont acquis dans l’historiographie (luso-brésilienne) récente le statut d’univers d’analyse préférentielle11 ».

14Les municipalités d’outre-mer ont très souvent utilisé des canaux de communication directe avec le monarque. Elles recouraient fréquemment au dispositif des « pétitions » ou de « réclamations » au roi pour résoudre les problèmes et les conflits sur les lointains territoires d’outre-mer. Dans le cas des municipalités portugaises, la fréquence de leur recours à l’arbitrage royal prouve que leur isolement (étant donnée la grande distance qui les séparait du centre de la monarchie, et en dernière instance, du roi) était bien moindre qu’on aurait tendance à le penser.

15La lecture de ces lettres et pétitions des élites des différents villes et villages du Brésil aux xviie et xviie siècles (dont la source principale des archives se trouve à l’Arquivo Histórico Ultramarino, de Lisbonne) ne fait que confirmer que ces « réclamations » adressées au roi étaient particulièrement nombreuses. Le volume et la richesse de ces documents, qui couvrent les questions les plus diverses de la juridiction locale ou explicitent des conflits avec les ministres royaux en outre-mer, contrarient l’idée selon laquelle les plaintes et les demandes des sujets ultramarins n’arrivaient que rarement aux oreilles du monarque. Après que le contenu de cette correspondance a été soumis à l’avis des différents représentants de la Couronne, elle était examinée par le Conseil d’outre-mer. Et enfin, la décision du monarque était transmise aux autorités coloniales compétentes. Bien que les « délais administratifs » de ce va-et-vient sur l’Atlantique puissent prendre des mois ou des années, un nombre considérable de ces lettres obtenait une réponse.

16En se fondant sur ces documents, il est possible d’affirmer que la communication politique entre les périphéries impériales et le centre de la monarchie a été largement encouragée par la Couronne portugaise. Elle nous révèle que le roi et ses conseillers prenaient le temps de se pencher sur les réclamations de ces lointains vassaux, et d’en vérifier la véracité ou la possible exagération en sollicitant l’avis des fonctionnaires royaux en conflit avec les élites locales d’outre-mer sur le contenu de ces courriers. Ainsi, par le biais de ces allers-retours de plaintes et d’informations, la Couronne obtenait une vision plus large des différents arguments et points de vue à trancher, et pouvait sagement régler les conflits et mieux gouverner ses territoires d’outre-mer.

2. La représentation des municipalités d’outre-mer lors des Cortes au Portugal12

  • 12 Certains des arguments développés dans cette partie du texte ont été initialement présentés in Mari (...)
  • 13 Pedro Cardim, Cortes e cultura política em Portugal do Antigo Regime, Lisbonne, Edições Cosmos, 199 (...)

17Une réunion des Cortes était l’événement par excellence où s’exprimait le lien entre le roi et son royaume. Organe de consultation où les différents corps du royaume se présentaient et se réunissaient, le monarque convoquait cette assemblée afin « d’entendre le royaume » avant de prendre les mesures nécessaires à un bon gouvernement. Obligatoirement convoquées par le roi et toujours présidées par lui, les Cortes, créées à la période médiévale, ont conservé une présence plus ou moins constante dans la politique portugaise de l’époque moderne13.

18En général, ce qui motivait la participation aux Cortes, c’était la forte tradition de gouvernement participatif dans toute la Péninsule ibérique. On y développait des formes de décision collégiale depuis des temps immémoriaux, et c’est dans le cadre de cet imaginaire politique que la Couronne a concédé à certaines entités l’honneur de prendre part à ces assemblées. Les Cortes jouaient également un rôle important en termes « constitutionnels ».

19Les « trois états du royaume », c’est-à-dire le clergé, la noblesse, et le peuple, accourraient aux Cortes. Le « troisième état », le « peuple », rassemblait représentants ou procureurs de plus d’une centaine de villes et de villages ayant le droit, et le privilège, de participer aux Cortes. À réception de la lettre royale qui les enjoignait à se faire représenter lors de ces assemblées, chaque chambre désignait deux procureurs et leur remettait une procuration qui devait obligatoirement expliciter que ces dignitaires étaient détenteurs des « pouvoirs suffisants » pour prendre une décision au nom de leur municipalité. Ainsi, chaque procureur agissait au nom de la localité qui l’envoyait devant le roi.

  • 14 José Damião Rodrigues, Poder Municipal e Oligarquias Urbanas. Ponta Delgada no Século xvii, Ponta D (...)

20Au départ, les Cortes du Portugal n’invitaient pas le moindre représentant des municipalités d’outre-mer. Cependant, à partir de décembre 1640, avec la rupture entre le Portugal et la monarchie catholique des Habsbourg, la nouvelle dynastie portugaise a décidé de convoquer les Cortes plus souvent afin de renforcer sa position politique au sein de son royaume. Lors de la réunion des Cortes de 1642, des représentants des Açores se sont présentés pour la première fois : ils venaient de la ville d’Angra do Heroísmo14.

  • 15 « Cortes de 1645 - Braço do Povo. Livro dos termos e assentos ». Biblioteca Nacional de Portugal, L (...)

21Et lors de l’assemblée de 1645, des représentants de municipalités extraeuropéennes ont été accueillis : deux procureurs de Goa, capitale de l’Inde portugaise. Ces deux dignitaires ont pu s’asseoir au premier rang, dans la salle de réunion, à côté des villes de Lisbonne, Porto, Évora, Coimbra, et Santarém. Outre le fait d’avoir pris part à la cérémonie d’ouverture à une place de choix, les représentants de Goa comptaient également parmi les definidores, c’est-à-dire le petit nombre de procureurs choisis pour participer à toutes les séances des Cortes et jouer un rôle important dans les décisions principales15.

  • 16 « Procuradores que estão por definidores com voto e declaração dos que estão com alternativa em as (...)
  • 17 « Alvará para que o Procurador do Maranhão possa ir a Cortes », Arquivo Nacional da Torre do Tombo, (...)

22Et enfin, en 1653, un représentant de l’Amérique portugaise s’est présenté aux Cortes du Portugal : il s’agissait du procureur de la ville de São Salvador da Bahia, dignitaire qui avait le statut de « procureur du Brésil16 ». À la même époque, la ville de Funchal, à Madère, a reçu le droit d’envoyer deux procureurs aux Cortes. En janvier 1674, le régent Pierre de Bragance a concédé à la municipalité de São Luís do Maranhão le droit d’envoyer elle aussi deux procureurs aux Cortes convoquées pour la fin de l’année 167317.

23Le choix de ces trois municipalités (Goa, São Salvador da Bahia, et São Luís do Maranhão) n’est certainement pas étranger au fait qu’elles soient toutes à la « tête » de leur circonscription administrative. Elles étaient les capitales des trois principales unités territoriales de la Couronne du Portugal hors de la Péninsule ibérique : « l’Inde portugaise », « l’État du Brésil », et « l’État du Maranhão ». Et il est évident que le roi se préoccupait également de préserver les liens entre ces territoires et le royaume, centre de la monarchie portugaise ; cet aspect est particulièrement important, surtout à une époque où les autres nations européennes menaçaient les Portugais outre-mer. Dans cette conjecture, on comprend que c’était là une manœuvre stratégique pour la jeune dynastie des Bragance que de pouvoir compter sur la présence et le soutien de représentants de ses territoires d’outre-mer.

24De plus, les élites locales aimaient se prévaloir de leur présence aux Cortes. Dans le cas de Salvador, les actes des réunions de la municipalité de Bahia montrent que les élites se sont battues pour une représentation plus importante aux Cortes. Dans une lettre du 9 mars 1673, les élus revendiquaient une place au premier rang. Pour justifier leur prétention, ils affirmaient que

  • 18 “…concorrem nela todas as razões de merecimento para esta honra que podem pedir-se e não serem maio (...)

(…) avec le concours de toutes les raisons de mérite que l’on puisse imaginer pour cet honneur, et celles de la ville de Goa ne sont en rien meilleures et on le lui a pourtant concédé, car cet État du Brésil est d’une grande importance pour le service de Votre Altesse, et cette ville est à sa tête, et sa loyauté est née de son amour, comme on l’a vu dans sa rapidité et sa joie à accepter et célébrer l’heureuse acclamation du roi Jean IV (…)18.

  • 19 Ibid, p. 118.

25Outre ces raisons, la municipalité de Salvador rappelait également les dépenses des Luso-Brésiliens au cours des quarante années de lutte contre les Hollandais, ainsi que les dépenses « actuelles » dans la guerre contre les Indiens de cette capitainerie, quasiment « supportées en intégralité par le peuple ». Et elle rappelait, encore une fois, qu’ils supportaient depuis des années le corps d’infanterie et qu’ils versaient même une contribution pour la dot du mariage de la reine Catherine de Bragance avec Charles II d’Angleterre et la paix avec la Hollande. Après avoir répété leur bonne disposition à servir loyalement la Couronne, les élites de Bahia fermaient cette réclamation en affirmant que leur territoire était effectivement très important, car « (…) Votre Altesse s’étant déclarée Prince du Brésil (depuis 1645), il semble que ce titre oblige Votre Altesse à lui accorder une place plus grande que celle que nous réclamons19 ».

26En ce qui concerne les possessions extraeuropéennes de la Couronne de Castille, l’ordre juridique n’a tout d’abord pas admis la participation des cabildos américains aux Cortes castillanes. Toutefois, comme l’a signalé Demétrio Ramos, une assemblée de municipalités de Saint-Domingue a manifesté dès 1518 son intention d’envoyer un « procureur général de l’île » aux Cortes de Castille qui se réunissaient à Valladolid. Ils savaient qu’on refusait la présence lors de ces assemblées à tous ceux qui n’avaient pas été convoqués par le roi, et effectivement ce représentant n’a pas été autorisé à se rendre en Europe.

  • 20 Demetrio Ramos, « Las ciudades de Indias y su asiento en Cortes de Castilla », Revista del Institut (...)

27Peu après la création du Conseil des Indes, le conseil municipal (cabildo) de Mexico a chargé l’échevin (regidor), qui s’apprêtait à se rendre en Castille d’obtenir « voix et vote aux Cortes que l’empereur et ses successeurs convoqueront ». On voit bien ici qu’au fur et à mesure que les institutions municipales du continent américain se consolidaient, leurs prétentions politiques augmentaient considérablement ; certaines ont même revendiqué leur droit à prendre part à l’assemblée représentative de Castille, rappelant que le roi avait concédé ce privilège à de nombreuses villes des territoires conquis dans le sud de la Péninsule ibérique, comme Jaén, Séville, Grenade, et Murcie, des villes qui, bien que conquises, avaient été invitées aux Cortes de Castille avec le statut de cabeza de reyno. Ainsi, la ville de Mexico se présentait comme la « tête de la Nouvelle-Espagne20 ».

28Bien que cette réclamation n’ait pas été prise en compte, ni par l’empereur Charles Quint ni par ses successeurs, sous l’influence du comte-duc d’Olivares, Philippe IV a pris l’initiative d’appeler des représentants des villes américaines aux Cortes de Castille dans le but de renforcer les liens avec ses sujets d’outre-mer. Une licence royale de mai 1635 adressée au vice-roi de Nouvelle-Espagne laissait entrevoir la possibilité de présenter quatre procureurs, tirés au sort dans les provinces de ce vice-royaume, aux réunions des Cortes de Castille-et-León, mais seulement pour les assemblées de serment des princes héritiers de la Couronne. On y prévoyait également que ces représentants profiteraient de leur voyage en Europe pour traiter d’autres questions. Pourtant, les villes hispano-américaines n’enverraient jamais de procureurs aux Cortes de Castille.

29La Couronne a fini par trancher de manière très différente la réclamation de ses vassaux américains. Par disposition de la licence royale du 25 juin 1530 :

  • 21 Ibid., p. 176-177.

Étant donné la grandeur et la noblesse de la ville de Mexico, où résident le vice-roi, le Gouvernement et l’Audience de la Nouvelle-Espagne, et qui a été la première ville choisie par les chrétiens : c’est notre grâce et notre volonté, et nous ordonnons qu’elle obtienne la première voix des villes et villages de la Nouvelle-Espagne, comme c’est le cas dans nos royaumes de la ville de Burgos, et la première place, après la Justice, dans les Congrès qui se réuniront sur notre ordre, car sans lui ce n’est ni notre intention ni notre volonté que puissent se rassembler les villes et les villages des Indes21.

30On remarque dans cette licence royale le soin de qualifier la réunion des villes et villages en Amérique non pas de Cortes mais bien de Congrès, si bien que leur fonction ne pouvait pas être comparable, puisqu’il est évident que ces réunions n’étudieraient pas le genre de questions que se proposaient de résoudre les Cortes de Castille. En outre, on comprend la différence entre Cortes et Congrès, puisque la présence du roi n’était pas annoncée pour ces derniers. En somme, cette licence royale règlemente la réunion d’assemblées municipales.

31Une nouvelle licence royale, du 14 avril 1540, renouvelée par une troisième de Philippe II le 5 mai 1593, déterminait

  • 22 Ibid., p. 178.

que c’est notre volonté et nous ordonnons que la ville de Cuzco soit considérée comme principale, et de vote premier ; qu’elle parle pour elle-même, ou par son procureur, sur les questions et les cas qui se présentent, agissant de concert avec les autres villes et villages de ladite province, plutôt et avant tous les autres, et qu’on lui réserve tous les honneurs, supériorités, prérogatives, et immunités que pour toutes ces raisons il faudra lui réserver22.

32Remarquons que dans ce dernier document, le roi n’emploie même pas le terme de « Congrès ». Le texte omet également la convocation préalable du monarque, ce qui, selon Demétrio Ramos, s’explique par un calcul ou par intérêt à éviter toute comparaison avec une réunion des Cortes.

  • 23 Pedro Cardim et Susana Münch Miranda, « La expansión de la Corona portuguesa y el estatuto político (...)

33En résumé, pour conclure cette partie du texte, les Cortes se réunissaient toujours sur le territoire métropolitain. Le Portugal et Castille pouvaient précisément accueillir ces Cortes, car ils jouissaient du statut de royaumes23. Les territoires d’outre-mer, qui ne jouissaient pas du même statut et qui n’ont jamais pu compter sur la présence du roi ne pouvaient pas prétendre accueillir « une assemblée des trois états ».

34Mais cela n’a pourtant pas empêché la réunion d’un autre type d’assemblées, généralement appelées « juntes » : ces assemblées, qui avaient un certain caractère représentatif, se sont réunies aux xviie et xviiie siècles dans les territoires d’outre-mer, mais aussi dans l’espace politique portugais en général.

35En effet, le mot « junte » a été utilisé pour désigner à la fois les assemblées que les municipalités avaient coutume d’encourager, réunissant toute la population vivant dans leur juridiction, et les assemblées qui tendaient à la représentation des corps et des institutions locales devant les agents du pouvoir royal. Cette pratique, commune aux territoires extraeuropéens des monarchies européennes de l’époque a attiré l’attention de l’historiographie, sur la question de la dimension de la représentation, et sur celle de la politisation des sociétés qui se sont développées dans les espaces impériaux.

3. Effacer la distance : procureurs des municipalités à la Cour

36Il est fondamental de prendre en compte que, en parallèle de la participation aux Cortes, les municipalités d’outre-mer étaient généralement représentées à la cour royale par deux autres types de procureurs : un procureur « résident », d’abord, et ensuite les dignitaires envoyés à l’occasion d’événements ponctuels à caractère « extraordinaire ». Les municipalités avaient coutume d’envoyer à Lisbonne des procureurs qui restaient à la cour, aussi longtemps que nécessaire pour la résolution des questions concernant la municipalité qu’ils représentaient. Dans ce laps de temps passé à la cour et dans la capitale du royaume, auprès du roi, ils multipliaient les démarches pour favoriser les intérêts de leur municipalité d’origine, et essayaient d’accélérer le processus. Ces procureurs étaient généralement originaires de la municipalité qu’ils représentaient, mais nous savons qu’à Lisbonne il y avait également un nombre considérable de dignitaires (souvent diplômés en Droit) qui acceptaient de servir les municipalités qui les sollicitaient, dans le royaume, mais également dans les archipels atlantiques, en Amérique, et en Inde.

  • 24 Catálogo dos Livros de Termos de Vereação, Instituto Histórico e Geográfico do Rio Grande do Norte, (...)

37Prenons un exemple : dans les actes de la municipalité de Natal (Rio Grande do Norte, au Brésil), le 30 décembre 1709, on lit que les élus ont décidé « d’envoyer à Lisbonne vingt-cinq mille réis aux procureurs qui se trouvaient à la cour : João Leiros, garde-tapisseries et comptable, et Manoel Barbosa Brandão24 ». Il peut être surprenant qu’une ville aussi petite et périphérique que pouvait l’être Natal réussisse à entretenir deux procureurs à la cour, dont un qui était garde-tapisseries du roi. Cependant, cet exemple nous prouve toute l’envergure de cette pratique.

38Étant donnée l’immense distance qui séparait les municipalités d’outre-mer de Lisbonne, il était d’autant plus important pour elles d’avoir un procureur permanent à la cour. Dès de début du xvie siècle, Goa semble avoir été la première municipalité à pouvoir compter sur un représentant de ce type à Lisbonne. Dans la deuxième moitié du xvie siècle, au fur et à mesure que les municipalités de l’espace atlantique ont commencé à se consolider, elles ont également eu leur propre représentant permanent à la cour.

  • 25 L’Estado do Brasil est une unité administrative de l’Amérique portugaise créée sous le règne de Jea (...)
  • 26 Pedro Cardim, Thiago Krause, “A comunicações entre a câmara de Salvador e os seus procuradores em L (...)

39Pedro Cardim et Thiago Krause ont analysé très en détail les échanges entre le conseil municipal de Salvador da Bahia, « la tête » de l’Estado do Brasil25 et ses procureurs à Lisbonne au cours de la seconde moitié du xviie siècle. Entre 1650 et 1690, les différents procureurs de la municipalité bahianaise résidant à la cour ont reçu une quarantaine de lettres environ. Le conseil municipal de Salvador pouvait compter sur trois types de représentants à Lisbonne : le procureur résident ou permanent ; le procureur aux Cortes ; et enfin, les envoyés extraordinaires, qui ne se rendaient dans le royaume qu’en des occasions qui exigeaient une représentation plus solennelle du conseil auprès des autorités courtisanes : pour la naissance ou le décès, par exemple, d’un membre de la famille royale. Si l’on en croit les auteurs, le procureur résident à Lisbonne (principal objet de leur analyse) était chargé de mettre en valeur les affaires du conseil de Salvador auprès de l’administration centrale de la Couronne. La présence de ce dignitaire annulait la distance qui séparait Bahia et Lisbonne, et personnalisait la relation entre les vassaux d’outre-mer et la Couronne (c’est-à-dire le roi et ses conseillers) d’une manière dont la simple correspondance atlantique était bien incapable, ou en tout cas moins efficace. Quoique tous les procureurs à Lisbonne ne soient pas brésiliens, puisque certains étaient portugais, pour ce qui était des représentants du conseil municipal de Salvador, ils étaient en majorité issus de l’élite locale, et avaient des liens profonds avec la société bahianaise ; en outre, comme ils avaient officié à des charges municipales ou au sein de milices locales, ils étaient compétents en matière d’administration26.

  • 27 Arquivo Histórico Ultramarino : AHU_ACL_CU_011, Cx. 44, D. 3657.

40Parce qu’envoyer un procureur à la cour coûtait très cher, seules les plus importantes municipalités pouvaient s’offrir ce privilège. Pour le royaume du Portugal, les municipalités de Porto, Évora, Coimbra, Santarém, Viana da Foz do Lima, Faro, ainsi que celles de Ponta Delgada et d’Angra do Heroísmo aux Açores avaient des représentants plus ou moins permanents à Lisbonne. Les municipalités du Brésil leur ont emboité le pas à partir de la deuxième moitié du xviie siècle. Il pouvait arriver également que plusieurs municipalités d’une même région, dans le royaume ou dans les « conquêtes », s’unissent pour nommer un procureur qui traiterait de questions communes. On en trouve un très bon exemple dans une « réclamation » des élus de Vila Real do Sabará, dans le Minas Gerais au Brésil, datée du 22 août 1744, dans laquelle ils suggèrent la présence à la cour d’un procureur des différentes municipalités de cette capitainerie, afin d’exposer leurs requêtes au roi Jean V27.

4. Pas seulement la monarchie portugaise et son empire (en guise de conclusion)

41La monarchie portugaise n’était pas la seule à pouvoir compter sur ces médiateurs pour « effacer la distance » entre le royaume et les conquêtes d’outre-mer. Guillaume Gaudin a signé une étude importante sur deux types de figures de la médiation politique et sociale entre les conquêtes castillanes et Madrid : les procuradores generales et les agentes de negocios à la cour de Madrid, avec une attention particulière accordée aux agissements des procureurs et des représentants des Indes de Castille et de la ville de Manille, dans l’océan Indien. D’après l’auteur, la Couronne a confirmé très tôt le droit des villes américaines à avoir des procureurs. Et effectivement, nombre de ces procureurs étaient des regidores des villes indiennes à Madrid. Au début du xviie siècle, cependant, la Couronne a interdit aux cabildos d’envoyer leurs regidores à la cour :

  • 28 Guillaume Gaudin, « Um acercamiento a las figuras de agentes de negócios y procuradores de Indias e (...)

Peu de temps après, en 1621, Philippe IV a catégoriquement interdit « aux villes, villages, et universités [...] d’envoyer des procureurs dans ces royaumes » regidores ou pas, et les villes devaient communiquer par lettres avec le roi et son Conseil ; la possibilité d’avoir un procureur passait désormais par des agents ou des procureurs résidant à Madrid28

  • 29 Marie-Laure Legay, « Les syndics généraux des États provinciaux, officiers mixtes de l’État moderne (...)

42L’une des conclusions les plus originales du travail de Gaudin est son hypothèse selon laquelle la « communication orale » (quoique difficilement saisissable par l’historien) et l’importance de la « présence physique » dans le cadre de la défense des intérêts des communautés d’outre-mer au centre de la monarchie (donc à la cour de Madrid) représentaient les formes les plus désirables, et les plus efficaces, de médiation et de négociation dans l’empire espagnol. En France également, ces médiateurs joueraient un rôle important dans les échanges politiques des xvie et xviie siècles29.

43Il est important de souligner que les procureurs d’outre-mer n’étaient pas tous originaires de la municipalité qu’ils représentaient. Ils se distinguaient fondamentalement par leurs liens avec l’univers politique local, mais également par leur capacité à « passer outre la distance » et à établir un dialogue pour négocier les intérêts des élites d’outre-mer auprès des organes de l’administration centrale de la Couronne.

Article reçu le 01/05/2018

Article accepté le 10/07/2018

Haut de page

Notes

1 Arno Wehling et Maria José Wehling, Formação do Brasil Colonial, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 1994, p. 302.

2 Caio Prado Júnior, Formação do Brasil Contemporâneo. Colônia, 15ème éd., São Paulo, Brasiliense, 1977, p. 333.

3 Raymundo Faoro, Os Donos do Poder. Formação do Patronato Político Brasileiro, vol. 1, 6ème éd., Porto Alegre, Ed. Globo, 1984, p. 176-177.

4 Ibid, p. 172.

5 Heloísa L. Bellotto, « O Estado Português no Brasil : Sistema Administrativo e Fiscal », dans Maria Beatriz N. da Silva, (dirs.), O Império Luso-Brasileiro (1750-1822), Lisbonne, Editorial Estampa, 1986, p. 265.

6 En portugais et en espagnol, procurador : à prendre ici dans le sens ancien de « mandataire » ou « fondé de pouvoir ».

7 António Manuel Hespanha, Às Vésperas do Leviathan. Instituições e Poder Político. Portugal, século XVII, Coimbra, Almedina, 1994.

8 Pedro Cardim, « A Casa Real e os órgãos centrais do governo de Portugal da segunda metade de Seiscentos », Tempo, juillet 2002, v. 7, nº 13, p. 13-57.

9 António Manuel Hespanha, op. cit., p. 352.

10 Charles Ralph Boxer, Portuguese Society in the Tropics. The Municipal Councils of Goa, Macao, Bahia and Luanda, 1510-1800, Madison, University of Wisconsin Press, 1965.

11 Nuno Gonçalo Monteiro, « Poderes Municipais e Elites Locais (Séculos xvii-xix) : Estado de uma Questão » dans Alberto Vieira (coord.), O Município no Mundo Português, Funchal, Centro de Estudos de História do Atlântico, Secretaria Regional do Turismo e Cultura, 1998, p. 79.

12 Certains des arguments développés dans cette partie du texte ont été initialement présentés in Maria Fernanda Bicalho, José Damião Rodrigues, et Pedro Cardim, « Cortes, juntas e procuradores », dans João Fragoso et Nuno Gonçalo Monteiro (dirs.), Um reino e suas repúblicas. Comunicações políticas entre Portugal, Brasil e Angola nos séculos xvii e xviii, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2017, pp. 101- 135, et aussi in Pedro Cardim, Maria Fernanda Bicalho, José Damião Rodrigues, « Representação política na monarquia pluricontinental portuguesa : Cortes, Juntas e procuradores », Locus : revista de história, [En ligne], v. 20, n. 1, 2014, p. 83-10, URL : https://locus.ufjf.emnuvens.com.br/locus/article/view/2836

13 Pedro Cardim, Cortes e cultura política em Portugal do Antigo Regime, Lisbonne, Edições Cosmos, 1998.

14 José Damião Rodrigues, Poder Municipal e Oligarquias Urbanas. Ponta Delgada no Século xvii, Ponta Delgada, Instituto Cultural de Ponta Delgada, 1994, p. 235.

15 « Cortes de 1645 - Braço do Povo. Livro dos termos e assentos ». Biblioteca Nacional de Portugal, Lisbonne, cod. 3722, fl. 25 ss.

16 « Procuradores que estão por definidores com voto e declaração dos que estão com alternativa em as cortes que se começaram em 22 de Outubro de 1653 ». Biblioteca do Palácio da Ajuda, Lisbonne, 51-VI-19, fls. 345-347.

17 « Alvará para que o Procurador do Maranhão possa ir a Cortes », Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Lisbonne, Chancelaria de D. Afonso VI, Liv. 46 f. 95v, 28 novembre 1673.

18 “…concorrem nela todas as razões de merecimento para esta honra que podem pedir-se e não serem maiores as da Cidade de Goa, a quem se concedeu, porque este Estado do Brasil é da grandeza e importância ao Serviço de Vossa Alteza, e esta cidade é cabeça dele e de lealdade tão nascida de seu amor como se viu na prontidão e alegria com que aceitou e celebrava a feliz aclamação de El Rei Dom João quarto…”. Documentos Históricos do Arquivo Municipal (DHAM), Cartas do Senado (1638-1673), 1º volume, Salvador, Prefeitura do Município de Salvador – Bahia, 1951, p. 118.

19 Ibid, p. 118.

20 Demetrio Ramos, « Las ciudades de Indias y su asiento en Cortes de Castilla », Revista del Instituto de Historia del Derecho Ricardo Levene, n° 18, 1967, p. 170.

21 Ibid., p. 176-177.

22 Ibid., p. 178.

23 Pedro Cardim et Susana Münch Miranda, « La expansión de la Corona portuguesa y el estatuto político de los territórios », dans Óscar Mazín, José Javier Ruiz Ibáñez (dirs.), Las Indias Occidentales. Procesos de incorporación territorial a las Monarquías Ibéricas, Mexico, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 2012, p. 183-240.

24 Catálogo dos Livros de Termos de Vereação, Instituto Histórico e Geográfico do Rio Grande do Norte, Natal, UFRN-CCHLA-Departamento de História, Grupo de Pesquisa Formação dos Espaços Coloniais, Caixa 1, Livro 1709-1721, fl. 11, ficha 0475. Je remercie Carmen Alveal de m’avoir indiqué ce document.

25 L’Estado do Brasil est une unité administrative de l’Amérique portugaise créée sous le règne de Jean III de Portugal. Il s’intègre dans la période connue sous le nom de Brésil colonie (1530-1815) où le territoire brésilien était une province d’outre-mer du royaume du Portugal.

26 Pedro Cardim, Thiago Krause, “A comunicações entre a câmara de Salvador e os seus procuradores em Lisboa durante a segunda metade do século xvii”, dans Evergton Sales Souza, Guida Marques, Hugo R. Silva (orgs.), Salvador da Bahia. Retratos de uma cidade atlântica, Salvador, Lisbonne, EDUFBA, CHAM, 2016, pp. 47-97.

27 Arquivo Histórico Ultramarino : AHU_ACL_CU_011, Cx. 44, D. 3657.

28 Guillaume Gaudin, « Um acercamiento a las figuras de agentes de negócios y procuradores de Indias en la Corte », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, [En ligne] 2017, URL : https://journals.openedition.org/nuevomundo/71390.

29 Marie-Laure Legay, « Les syndics généraux des États provinciaux, officiers mixtes de l’État moderne (France, XVIe-XVIIIe siècles) », dans Michel Cassan (dir.), Histoire, économie et société, [En ligne] 2004, 23e année, n. 4, URL : https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_2004_num_23_4_2439

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Fernanda Bicalho, « Négociation de la distance : les circuits de communication et de représentation des intérêts locaux (monarchie et empire portugais, xviie et xviiie siècles) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5795 ; DOI : 10.4000/framespa.5795

Haut de page

Auteur

Maria Fernanda Bicalho

Maria Fernanda Bicalho est professeure du département et du programme de Doctorat en Histoire de l’Université Fedéral Fluminense (Rio de Janeiro, Brésil) ; ele est membre du Laboratoire Companhia das Índias, et auteur de travaux sur l’administration du Brésil colonial et sur Rio de Janeiro au xviie et xviiie siècles. mfbicalho[at]uol.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals