Navigation – Plan du site
Recensions

Pilar Cagiao Vila (ed.), Donde la política no alcanza. El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939, Madrid / Francfort sur le Main,Iberoamericana-Vervuert, 2018, 285 p.

Jean-François Berdah

Texte intégral

1 Durant longtemps, l’histoire de la diplomatie a été considérée avec dédain par la communauté historienne, notamment en France, parce qu’il s’agissait là, pour l’École des Annales notamment, d’une discipline surannée et pour tout dire inutile, et dans les termes de Fernand Braudel d’une « simple agitation de surface », d’une « poussière de faits divers », qui faisait une part trop belle à une poignée d’individus et à une vision strictement événementielle de l’histoire. Fort heureusement est née de cette critique une histoire nouvelle des relations internationales sous l’égide de Pierre Renouvin et de Jean-Baptiste Duroselle, suivie d’un renouveau de l’histoire politique, qui ont permis de repenser l’action diplomatique et le rôle de la politique extérieure dans le cadre d’une vision élargie et pluridisciplinaire.

2 Cette approche nouvelle de l’histoire diplomatique a depuis les années 1980 gagné partout ses lettres de noblesse, notamment en Espagne où la recherche académique a connu de profonds bouleversements depuis la transition démocratique avec des historiens aussi marquants que Manuel Espadas Burgos, Elena Hernández Sandoica, Enrique Moradiellos, Victor Morales Lezcano et Lorenzo Delgado Gómez-Escalonilla, pour n’en citer que quelques-uns, dont les travaux ont permis de renouveler entièrement la connaissance que l’on avait de l’Espagne contemporaine et de ses relations avec le monde extérieur.

3 L’ouvrage dirigé par Pilar Cagiao Vila de l’université de Santiago de Compostelle, qui se donne pour but d’analyser l’action et les initiatives de diplomates et autres agents culturels dans le cadre des relations entre l’Espagne et le monde hispano-américain entre 1880 et 1939, s’inscrit pleinement dans cette dynamique en offrant au lecteur une œuvre collective forte de sept contributions de grande qualité portant sur des personnalités méconnues jusque-là, voire ignorées, de la recherche historique. En s’efforçant précisément de « récupérer et construire la dimension sociale, économique et culturelle d’initiatives et d’activités qui représentent des alternatives à la politique officielle entre les États », les sept auteurs associés à ce travail collectif éclairent d’un jour nouveau, chacun à leur manière et dans des temporalités différentes, plusieurs aspects essentiels de l’action extérieure espagnole et latino-américaine, grâce à une approche commune faisant largement appel à l’histoire croisée, qui confère à ce volume une unité et une cohésion peu communes en regard des ouvrages collectifs habituels.

4 Les quatre premiers articles de Pilar Cagiao Vila, Agustín Sánchez Andrés, Ascensión Martínez Riaza et Palmira Vélez Jiménez sont consacrés à des diplomates professionnels qui se sont tous efforcés d’améliorer les relations bilatérales entre l’Espagne et les républiques latino-américaines, des relations longtemps marquées par l’incompréhension et le ressentiment mutuels depuis les guerres d’indépendance menées contre la métropole au début du XIXe siècle. Qu’il s’agisse du surprenant Matías Alonso Criado, dont l’action diplomatique infatigable au service du Paraguay, du Chili et de l’Équateur durant plusieurs décennies, de Vicente Riva Palacio, au service du Mexique à Madrid de 1886 à 1896, des écrivains Clemente Palma y José Gálvez chargés du consulat péruvien à Barcelone et observateurs attentifs des événements de Catalogne entre 1909 et 1919, ou enfin des diplomates au service de l’Instituto Libre de Enseñanza de las Carreras Diplomática y Consular y Centro de Estudios Marroquíes fondé à Madrid en 1911, tous témoignent de leur implication professionnelle à titre officiel, mais aussi sur un plan plus personnel et informel au service du ou des pays qu’ils se sont engagés à servir. Montrer, comme le font les différents auteurs, le rôle des réseaux et des circuits indirects de décision est là d’ailleurs l’un des apports les plus intéressants de ces recherches individuelles.

5 Les trois derniers articles de Gabriela Dalla-Corte Caballero, Rosario Márquez Macías et Manuel Andrés García, qui clôturent le volume, mettent en lumière une action extérieure plus marginale, mais tout aussi intéressante, sur des protagonistes issus du monde non diplomatique. Federico Rahola, avocat et journaliste catalan, qui fait l’objet du cinquième article, joua ainsi un rôle important, en tant que directeur de la Revista Comercial Iberoamericana Mercurio de 1909 à 1919, au service des intérêts et des projets de la bourgeoisie catalane en Amérique latine. Plus original est l’article portant sur Carolina Marcial Dorado, seule femme de ces études très masculines, qui exerça comme “ambassadrice officieuse” de l’Espagne aux États-Unis à la tête du Bureau de Información pro-España de 1925 jusqu’à son décès prématuré en 1941. Éduquée dès huit ans (1897) à l’Institute for Girls, une institution protestante alors installée à Saint-Sébastien, elle eut très tôt la chance découvrir les États-Unis et d’y poursuivre ses études, dans le prestigieux Bryn Mawr College en Pennsylvanie notamment, avant de devenir enseignante et développer plus tard, en parallèle, une activité éditoriale qui devait lui permettre de prendre la tête du Bureau pro-España en 1925, une agence d’information et de propagande patronnée par la compagnie International Telephone and Telegraph. Durant plus de quinze ans, elle œuvra à défendre l’hispanisme aux États-Unis, à redonner à l’Espagne une visibilité culturelle et au final à renforcer la coopération et des échanges culturels entre les deux anciens ennemis. Le dernier article consacré au journaliste asturien José María González illustre la volonté de réconciliation et de fraternisation panhispanique entre l’Espagne et ses anciennes colonies au travers de la proposition médiatisée par ce dernier de commémorer le Día de Colón, le 12 octobre, proposition qui devait se traduire par des débats animés dans la presse et froisser la Colombie, à l’origine selon son gouvernement de cette belle initiative.

6 Comme l’annonce en quatrième de couverture Pilar Cagiao Vila, l’éditrice et auteure de ce volume, l’objectif a consisté « au travers de lectures différentes selon la singularité de chacun, mais à partir de dénominateurs communs […] d’aborder quelques-uns des chemins croisés des échanges entre l’Espagne et l’Amérique durant une période au cours de laquelle émergent et évoluent les idéologies nationalistes, régénérationnistes et américanistes ». Nous ne pouvons que souligner en conclusion la réussite de l’entreprise et espérer qu’une telle initiative soit le point de départ d’autres études collectives aussi riches et cohérentes dans un domaine d’études désormais largement ouvert au travail pluridisplinaire. Se pencher sur l’action des acteurs subalternes, et non plus sur les seules grandes personnalités de la diplomatie – ministres et ambassadeurs – permet à la fois d’approfondir la connaissance globale de l’action extérieure des États, mais aussi de mettre en évidence liens étroits, intimes, qui unissent les agents diplomatiques et l’existence fondamentale des réseaux d’influence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Berdah, « Pilar Cagiao Vila (ed.), Donde la política no alcanza. El reto de diplomáticos, cónsules y agentes culturales en la renovación de las relaciones entre España y América, 1880-1939, Madrid / Francfort sur le Main,Iberoamericana-Vervuert, 2018, 285 p.  », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5903

Haut de page

Auteur

Jean-François Berdah

Jean-François Berdah est maître de conférences HDR à l'Université Toulouse Jean Jaurès. Il est membre permanent du laboratoire FRAMESPA. berdah[at]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals