Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30RecensionsAntonio Becchi, Robert Carvais et...

Recensions

Antonio Becchi, Robert Carvais et Joël Sakarovicth (éd.), L’Histoire de la construction/ construction History. Relevé d’un chantier européen/ Survey of a European Building Site, Paris, Classiques Garnier, 2 tomes, 2018.

Sandrine Victor

Texte intégral

1Les deux tomes récemment publiés par les Classiques Garnier, l’Histoire de la construction. Relevé d’un chantier européen ont pour objectif de dresser un état de l’art en histoire de la construction. La volonté des éditeurs a été de proposer aux lecteurs deux volumes aux objectifs différents : le premier, en 520 pages, ambitionne de faire un état de la question sur ce champ depuis 2004. Le second, en presque 1500 pages, propose quant à lui une anthologie des textes marquant la progression de la discipline depuis le milieu des années 1980.

2Le premier tome propose une série de rapports ayant comme objectif commun de faire un état de la question du développement de l’histoire de la construction en Europe, au sens large. Ainsi, le lecteur peut voir l’épanouissement du champ en Autriche, en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Russie, en Scandinavie (Danemark, Suède, Norvège, Finlande), en Espagne, en Suisse, et au Royaume-Uni. Les éditeurs du volume ont choisi de laisser une totale liberté de forme aux auteurs de ces rapports. Il en résulte une très grande hétérogénéité, fruit à la fois des différences de culture historiographiques, mais également des différences d’appréhension du domaine envisagé. Ainsi, pour l’Autriche, l’auteur structure son propos à partir des centres universitaires et technologiques ayant hébergé les derniers travaux notables, ne proposant qu’un rapport très court et cinq références bibliographiques. En revanche, le rapport belge propose presque 25 pages de références, quand le rapport français s’étend, pour sa part, sur plus de 120 pages, abordant à la fois l’animation de la recherche, la place de l’archéologie de la construction, et une analyse des thèses et habilitations soutenues dans le domaine. En lisant ces pages, le lecteur ne peut que se demander : qu’est-ce que l’histoire de la construction  ? Il est clair que la réponse est protéiforme, et qu’il ne faut pas envisager un verdict catégorique. Les auteurs structurent leur propos en fonction de la présence ou non sur le territoire envisagé d’une association d’historiens de la construction, de revue ou publications spécialisées, de la tenue de colloque ou de congrès dédiés, d’un enseignement, et de la possibilité d’utiliser par exemple le mot clef «  histoire de la construction  » pour élaborer une bibliographie pertinente. Le fossé se creuse d’emblée entre l’Espagne et le Royaume-Uni, où le champ est plus ancré dans le panorama historiographique, et le reste de l’Europe. Dans l’introduction de ce volume, les auteurs insistent sur la fragmentation du paysage scientifique dans le domaine, malgré de belles raisons d’espérer la constitution rapide d’un champ au niveau international. L’interdisciplinarité qui le caractérise est encore source de faiblesse — chaque chercheur relevant pour l’instant plus de leur champ d’origine que de celui de l’histoire de la construction — mais est également le levier principal de son dynamisme. Enfin, les auteurs insistent sur le dialogue entre chercheurs et praticiens — architectes, conservateurs et restaurateurs du patrimoine, tailleurs de pierres, ingénieurs, etc. — comme moyen d’ouvrir le débat et la réflexion sur les savoirs.

3Pour faire un tour d’horizon des conclusions de ces rapports, le moins que nous puissions constater est la disparité des situations. En Autriche, les projets dans le domaine concernent majoritairement des approches techniques, apparues lors les campagnes de protection des monuments historiques et de leur restauration. En Belgique, la genèse du champ s’inscrit dans les sciences de l’ingénieur, l’architecture et l’histoire de l’art. Désormais, grâce à un développement notable dans l’enseignement académique, la réflexion s’articule autour de deux axes forts : l’histoire de la conception structurelle et celle des pratiques constructives. L’approche française est plus matérielle et humaine. Pour les Allemands, la recherche s’est structurée autour du débat entre théorie et pratique. L’Italie déplore de son côté une absence sur son territoire de structure scientifique et académique pour développer correctement le champ. Aux Pays-Bas, les axes fondamentaux sont ceux de l’histoire de l’ingénierie, de l’économie et du droit. L’Histoire de la construction est jeune au Portugal, et résulte surtout de rencontres internationales. Mais elle est dynamique, et s’organise depuis 2015 grâce à une société savante nationale. L’Union soviétique ne propose plus que quelques travaux isolés, en particulier autour du béton, ou de la figure de l’ingénieur. L’intérêt scandinave pour le domaine est assez faible, sans doute du fait de l’isolement des chercheurs par rapport à leurs collègues européens. Ce n’est pas le cas en Espagne ni au Royaume-Uni, où l’Histoire de la construction est une discipline à part entière. Cependant, les deux pays déplorent l’absence d’enseignement universitaire pour contrer l’amateurisme sur le sujet. Seules les Sciences humaines et sociales, contre toute attente, sont performantes dans le secteur. La Suisse, enfin, dispose d’enseignement universitaire en la matière, mais la recherche reste fragmentée du fait du cloisonnement linguistique du pays.

4Il est difficile pour le non-initié de comprendre que l’histoire de la construction est une Histoire à la croisée de nombreuses disciplines : Histoire, histoire de l’art, Histoire de l’architecture, archéologie du bâti, mais aussi histoire des sciences et techniques, architecture, sciences de l’ingénieur, droit, économie… Sans mauvais jeu de mots, cette «  tour de Babel  » disciplinaire se ressent à la lecture de l’ouvrage, qui demande au lecteur une capacité à se laisser surprendre et à se laisser porter d’une discipline, d’un domaine ou d’une perspective à l’autre, tout en arrivant, in fine, à en faire une synthèse. Ce foisonnement n’est pas sans risque pour les éditeurs du volume : on peut leur reprocher des oublis bibliographiques, y compris dans les thèses récentes, et le manque de critères minimums communs entre tous les rapports pour avoir des points de comparaison pertinents et ainsi mieux apprécier la vitalité du champ. Mais comment gérer une telle disparité, une telle masse d’informations sur une aire si étendue, et dans l’extension chronologique maximale, sans impairs  ?

5Le second tome propose quant à lui une anthologie de 43 textes, ordonnés de façon chronologique, retenus comme étant fondateurs du champ. Les éditeurs ont choisi ici d’ouvrir la réflexion au-delà de l’Europe, en publiant 7 textes américains. L’enjeu ici est, par la lecture de ces lignes, de comprendre la mise en place progressive du champ, en interrogeant l’histoire de la construction par ses liens avec les disciplines classiques, des études de cas ou des regards disciplinaires précis. Elle est ainsi envisagée à partir de la restauration des bâtiments historiques, l’histoire urbaine, l’archéologie, l’histoire du travail, l’histoire des techniques, l’histoire architecturale. Le lecteur est invité à questionner ces textes, proposés comme lectures fondamentales pour des étudiants, pour comprendre le degré de maturité du champ, les échelles de travail, la conception de l’idée constructive. Ils doivent être vus comme des stimulants intellectuels, pour que le dialogue se porte sur la pertinence de la mise en interaction de certaines disciplines pour faire progresser le débat, en particulier entre sciences, techniques et sciences humaines.

6Ces deux volumes proposent donc une vision de l’histoire de la construction pointilliste, où le lecteur trouvera surement des éléments de référence. Il ne faut pas l’aborder comme une synthèse surplombante et définitive, mais comme un chantier en cours, à l’image de ce champ en développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Victor, « Antonio Becchi, Robert Carvais et Joël Sakarovicth (éd.), L’Histoire de la construction/ construction History. Relevé d’un chantier européen/ Survey of a European Building Site, Paris, Classiques Garnier, 2 tomes, 2018. »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 30 janvier 2019, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5958 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.5958

Haut de page

Auteur

Sandrine Victor

Maître de conférences en Histoire Médiévale au CUFR Jean-François Champollion d’Albi. Spécialiste de l’Histoire économique et sociale du secteur de la construction et de l’artisanat au Moyen Âge, elle est rattachée au laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), thématique 4 « Acteurs, sociétés, économies ». sandrine.victor@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search