Navigation – Plan du site
Dossier : Vrai ou faux ? : qualifier les porcelaines de Chine (XVe-XXIe siècle)

« Fausses porcelaines, vraies innovations ? Tôles vernies, économie de la variété et invention technique dans la seconde moitié du xviiie siècle »

« Fake porcelains, true inventions ? Painted sheet plates, novelty and technical innovation (Paris, 18th century) »
« ¿Porcelanas falsas o auténticas innovaciones ? Láminas de metal barnizado, economía de la variedad e invención técnica en la segunda mitad del siglo xviii »
Sébastien Pautet

Résumés

Cet article s’inscrit dans le cadre de recherches sur les substitutions de produits asiatiques dont la porcelaine a constitué l’un des objets privilégiés au xviiie siècle. Tandis que de nombreux travaux mettent en valeur les liens entre production et marchés de luxe ou de demi-luxe, la question des techniques reste souvent marginale. Ce travail s’intéresse ici au cas de la production d’imitations de porcelaines en tôles vernies à partir de documents comptables et notariés de manufacturiers et artisans parisiens dans les années 1760 et 1770, afin de comprendre comment de telles substitutions innovantes ont pu se développer dans la seconde moitié du xviiie siècle. Il se concentre d’abord sur l’importance de la culture imitative et de l’analogie technique dans les milieux productifs du milieu du xviiie siècle, avant de mettre en valeur le rôle joué par le développement des techniques de placage et de surfaçage dans la recherche de nouveaux produits créatifs. Enfin, cet article montre que ces tôles façon de porcelaine symbolisent les recompositions profondes à l’œuvre dans le monde productif de la seconde moitié du xviiie siècle où la variété des finitions tend de plus en plus à fonder la valeur des produits.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoir technique à Londres au X (...)
  • 2 Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle : luxe et demi-luxe, Paris, Editions du CT (...)

1 L’apparence des produits est devenue un enjeu économique et technique fondamental au cours du xviiie siècle. Les modes d’identification des produits, dans les comptabilités marchandes, les stocks d’artisans, ou les listes de produits vendus par les boutiquiers mettent de manière croissante en avant les techniques de surfaçage qu’ils incorporent : les objets sont désignés comme vernis, brillants, polis, peints, dorés, etc. Ils incarnent en cela la montée des techniques de finition (placage, vernissage, polissage) qui permettent d’assurer l’éclat et la brillance d’objets nombreux, tout en assurant leur entretien ou leur protection contre les usures1. Ces techniques autorisent aussi l’invention d’objets jouant sur l’artifice des surfaces, les substitutions de matières, les innovations de formes et de motifs, dans une économie où les marchés de luxe ou de demi-luxe2 valorisent de plus en plus les transversalités et le jeu sur les matières.

  • 3 Robert Finlay, The Pilgrim Art : Cultures of Porcelain in World History, Berkeley, University of Ca (...)
  • 4 Maxine Berg, Felicia Gottman, Hanna Hodacs, Chris Nierstrasz (éd.), Goods from the East 1600-1800. (...)

2 À la même époque, un matériau prisé pour sa brillance, sa finesse, sa translucidité, encore largement fabriqué et importé de Chine et du Japon, rencontre un succès majeur dans les boutiques européennes et suscite de vives recherches de réplication : il s’agit de la porcelaine. Celle-ci, par la variété des objets, des formes, des gammes dans lesquelles elle s’est incarnée, et l’ampleur nouvelle de sa consommation, a transformé les cadres de la culture matérielle des Européens, leurs goûts et leur horizon esthétique3, non sans lien avec la consommation de denrées de plus en plus populaires, à l’instar du café, du thé ou du sucre4.

  • 5 John Styles, ”Product Innovation in Early Modern London”, Past & Present, Volume 168, 1, 2000, p. 1 (...)

3 Comme l’ont montré Maxine Berg ou John Styles, le goût de la porcelaine chinoise a suscité de nombreuses transpositions de l’esthétique des objets de porcelaine dans d’autres produits novateurs, en Angleterre mais aussi en France et dans le reste de l’Europe occidentale5. C’est ainsi qu’à la fin des années 1760, ont été fabriqués à Paris des carafes, des ornements, des vases, des cafetières, des théières en métal laminé recouverts d’un vernis qui permettait de leur donner l’apparence des porcelaines, tout en profitant des avantages nouveaux permis par les matériaux métalliques (propriétés des métaux, succès commerciaux de la petite métallurgie, maniabilité, etc.). Bien que constituant une courte expérience, celle-ci a bénéficié d’un contexte favorable à la commercialisation d’objets de substitution à la porcelaine asiatique ou européenne, et témoigne des transversalités qui s’opèrent alors dans les mondes productifs par la plasticité des matériaux, le croisement des marchés, et l’essor de procédés, outillages, gestes ou compétences qui remettent en question les frontières traditionnelles entre les métiers.

  • 6 Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez et Koen Vermeir (dir.), L’analogie dans les techniques, (...)

4 Cet article s’intéresse donc aux objets de tôles vernies produits à Paris dans les années 1760 et 1770 qui ont cherché à proposer une alternative innovante aux porcelaines importées d’Asie ou produites en Europe. Il s’agira d’abord de comprendre comment ces produits ont émergé dans un contexte où la recherche de substituts à la porcelaine à pâte dure a favorisé l’essor de procédés imitatifs variés. L’analyse des définitions, données aux « fausses porcelaines » dans des dictionnaires techniques et commerciaux, montrera en particulier l’importance de la pensée analogique dans l’économie d’Ancien régime6, favorisant une culture de l’imitation qui ne se confond pas avec une culture de la contrefaçon. Ensuite nous mettrons en valeur la manière dont l’essor conjugué des techniques de placage et de surfaçage (en particulier le vernissage), reflété dans les documents comptables et notariés des boutiquiers et manufacturiers parisiens, a permis d’envisager la production d’objets imitant les porcelaines dans des matériaux innovants fondés sur les progrès de la métallurgie et des recherches sur les revêtements pour surfaces métalliques. Enfin, les archives de manufactures parisiennes qui ont développé dans les années 1760 et 1770 une production d’objets en tôle vernie permettront de montrer que ces producteurs ont cherché à jouer sur la valeur des finitions pour la conquête de nouveaux marchés, et que leurs compétences de vernisseurs sur métaux ont rencontré d’autres secteurs d’activité après l’échec de leur entreprise marchande.

1. Les fausses porcelaines : imitation et pensée analogique au siècle des Lumières.

  • 7 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste... op. cit. ; Maxine Berg, Luxury and Pleasure… op. cit
  • 8 Voir par exemple les objets de porcelaines vendus par le mercier Laurent Danet au début du siècle : (...)
  • 9 Sur la presse d’annonce commerciale, le plaisir inventif et l’exotisme, voir : Natacha Coquery, « T (...)
  • 10 Carolyn Sargentson, Merchants and Luxury Markets, op. cit. ; Guillaume Glorieux, À l’Enseigne de Ge (...)

5 La vogue des porcelaines au xviiie siècle s’inscrit dans un marché des biens de luxe asiatique très ancien, mais aussi dans le contexte inventif et consumériste du siècle des Lumières. De nombreux fabricants à travers l’Europe occidentale promeuvent alors de nouveaux plaisirs visuels, portés par des produits composites et imitatifs, en particulier dans des secteurs particulièrement dynamiques comme la quincaillerie, la petite métallurgie, les objets portatifs ou les instruments d’optique. Les produits asiatiques (éventails, figures, petites sculptures, ornements, porcelaines, tabatières laquées) constituent des produits emblématiques de cette vogue7, aux côtés des grands objets d’art accessibles à une mince clientèle fortunée8. Invention technique, exotisme marchand et plaisir consumériste se conjuguent dans les annonces de la presse commerciale9, à l’instar de celles du marchand Granchez10. Sa boutique en vue Le Petit Dunkerque à Paris, quai de Conti entre la fin des années 1760 et la fin des années 1780, passe plusieurs annonces publicitaires dans la Gazette du commerce dans les années 1770 pour promouvoir les produits nouveaux et disponibles dans sa boutique, à l’exemple de celle publiée le 19 décembre 1772 :

Le sieur Granchez, Marchand Bijoutier au petit Dunkerque, quai de Conti, vis-à-vis le Pont-neuf à Paris, [vend] (…) :

Sacs à ouvrage, porte-feuilles, almanachs, écrans de main, souliers &c., bordés en pierreries.

Château Chinois, ouvrage exécuté en nacre de perle fait en Chine avec méchanique faisant mouvoir des figures, pieces très-jolies pour un cabinet de curiosité.

Tabatieres galonnées en or, avec des médaillons en mosaïques d’or.

Pots & corbeilles de fleurs artificielles d’un genre nouveau.

Secrétaires dans le goût Chinois ornés de peintures en bronze comme il n’en a point encore été fait ; ces morceaux, quoique très-riches, sont d’un prix modéré.

  • 11 Gazette du Commerce, Paris, Knapen, 19 décembre 1772, p. 807.

Chiffonieres ou petites tables à ouvrages pour faire le filet, par filage &c, d’un très petit volume, exécuté dans un goût Chinois.11

  • 12 Selon certaines estimations, la compagnie hollandaise des Indes orientales (VOC) aurait importé en (...)
  • 13 John Styles, ”Product Innovation in Early Modern London”, art. cit. ; Thibaut Wolvesperges, Le meub (...)

6 Le succès commercial des porcelaines asiatiques en Europe12 en ont fait un enjeu de réplication et de substitution auprès de nombreux fabricants. Non seulement la porcelaine constitue une substance recherchée, mais elle convoie une esthétique appréciée, en particulier le bleu et blanc des porcelaines qui est répliqué sur des meubles ou des textiles (la compagnie des Indes anglaise a par exemple commandé à des producteurs indiens des textiles à fond blanc jouant sur le succès des porcelaines orientales13). Avec l’essor de matériaux nouveaux, de nombreuses compositions et inventions techniques cherchent à proposer des imitations de porcelaines dans d’autres matériaux, dont les tôles vernies constituent un exemple édifiant. Le 24 juillet 1770, est ainsi publiée dans la Gazette du Commerce une annonce concernant les produits vendus par une nouvelle manufacture de tôles vernies installée dans le quartier de la Petite-Pologne à Paris :

  • 14 Gazette du Commerce, Paris, Knapen, 24 juillet 1770, p. 549.

On trouve dans cette Manufacture des fontaines pour salles à manger, des sceaux à verres & à bouteilles, des écritoires, des chandeliers, des bassins à barbe, des toilettes, des garnitures de cheminée, des corbeilles à fruits, des plateaux à dessert, des vases à l’antique ; enfin une infinité d’autres pieces d’utilité, de goût & d’ornement, à l’imitation de l’argenterie & de la porcelaine, & d’après les modèles les plus nouveaux & les mieux choisis. Tous ces ouvrages, d’une solidité à l’épreuve, joignent à l’avantage d’un prix bien inférieur à celui de l’argent & de la porcelaine, un coup d’œil bien plus agréable, & par la variété du vernis & par la beauté des desseins.14

  • 15 Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez et Koen Vermeir (dir.), L’analogie dans les techniques, (...)

7 Or, non seulement le contexte technique des années 1770 se prête à l’essor de ce type d’imitations de porcelaines, cherchant à jouer sur les motifs, les matières et les gammes de prix, mais ces imitations s’inscrivent dans le cadre d’une production plus ancienne de fausses porcelaines et dans une pensée analogique15 favorisant les emprunts et substitutions de matières.

  • 16 Noël Chomel, Dictionnaire œconomique, contenant divers moyens d'augmenter son bien, & de conserver (...)
  • 17 Idem. Cette distinction se retrouve également dans la plupart des dictionnaires génériques de l’épo (...)

8 La notion de « faux » dans la production artisanale et manufacturière du xviiie siècle est ambivalente, comme en témoignent les dictionnaires économiques ou techniques de l’époque. Au-delà de l’acception juridique ou morale du terme, le « faux » appliqué au domaine des arts renvoie à deux dimensions très différentes. D’un côté le faux réfère à la tromperie. C’est le cas par exemple des « fausses teintures » (le Dictionnaire œconomique de Chomel de 1741 les désigne comme des teintures qui « se font avec des drogues qui ne font pas un bon effet, & sont deffenduës à cause de cela, parce qu’elles durcissent & dégradent les étoffes »16). D’un autre côté, le faux a trait à l’artifice et l’imitation. Dans le même dictionnaire, le « faux diamant » est un « diamant contrefait avec du verre et autres matieres artificielles & fusibles, qu’ils forment & façonnent à la maniere & à l’imitation imparfaite des diamans, & de toutes autres sortes de pierres précieuses véritables »17.

  • 18 Trois dictionnaires économiques et techniques sont retenus ici : le Dictionnaire universel de comme (...)
  • 19 Sur les porcelaines européennes : Bertrand Rondot (dir.), Discovering the Secrets of Soft-Paste Por (...)

9 Plusieurs dictionnaires associent explicitement le qualificatif « faux » aux porcelaines, nous retiendrons trois exemples18. La « fausse Porcelaine » est présente dans le Dictionnaire universel de commerce de Savary des Bruslons en 1726 pour désigner les faïences et porcelaines à pâte tendre réalisées dans des manufactures françaises (manufacture de Rouen, de Passy, de Saint-Cloud) ou à l’étranger, en particulier la célèbre porcelaine de Delft en Hollande imitant les bleu et blanc de Chine19 :

Il y a quinze ou vingt ans que l’on a commencé en France d’imiter la Porcelaine de la Chine ; les premières épreuves qui furent faites à Roüen réussirent assez bien, & l’on a depuis si heureusement perfectionné ces essais dans les Manufactures de Passi & de S. Cloud près Paris, qu’il ne manque presque plus aux Porcelaines Françoises pour égaler celles de la Chine que d’être apportées de cinq ou six mille lieuës loin, & de passer pour étrangères dans l’esprit d’une nation accoutumée à ne faire de cas que de ce qu’elle ne posséde point, & à mépriser ce qu’elle trouve au milieu d’elle. (…)

On nomme fausse Porcelaine cette poterie blanche peinte de bleu ; qu’on appelle plus communément Fayance. Voyez Fayance.

  • 20 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, contenant tout ce qui concerne le (...)

La Porcelaine contrefaite, même celle de Hollande, paye en France les droits d’entrée sur le pied de 10 liv. du cent pesant, suivant le Tarif de 1664 e& celui de 1699 arrêté entre la France & les Etats Généraux des Provinces-Unies.20 

10 Un demi-siècle plus tard, le Dictionnaire raisonné des arts et métiers de 1773 désigne toujours comme fausses les porcelaines fondées sur des substitutions de matières aux véritables composants de la porcelaine à pâte dure fabriquée en Chine, qui désormais fait l’objet d’une production européenne en Saxe et en France après que le kaolin et le pétunsé ont été découverts en Europe :

  • 21 Dictionnaire raisonné universel des arts et métiers contenant l’histoire, la description, la police (...)

Dans le temps que nos manufactures furent établies, on n’avoit pas encore trouvé en France une terre propre à faire de la porcelaine, qui eût les qualités de celles de la Chine & du Japon, ou qui même leur fût supérieure. On y avoit suppléé dit M. Macquer dans un mémoire sur une nouvelle porcelaine qu’il lut à l’Académie des Sciences de Paris le 17 Juin 1769, par une composition dont la base étoit de sable & de cailloux broyés, qu’on faisoit blanchir par l’action du feu & par le mélange de différents fils, & à laquelle on ajoutoit une certaine quantité de terre liante pour la mouler plus facilement & la travailler sur le tour. (…) Cette fausse porcelaine a été en usage jusqu’à ce que des savants, tels que MM. de Réaumur, Guettard, Hellot, Macquer & Baumé, trouvèrent à force d’expériences les moyens de faire une porcelaine aussi dure & aussi solide que celle du Japon & de Saxe, approchant de leur beauté mais n’ayant pas encore le dernier degré de blancheur qu’on lui desiroit. En 1766, M. le Comte de Lauraguais présenta de la porcelaine de son invention à l’Académie ; cette porcelaine fut reconnue pour être aussi parfaite qu’on pouvoit la desirer (…).21

  • 22 Henri-Gabriel Duchesne, Dictionnaire de l’industrie, ou Collection raisonnée des procédés utiles da (...)

11 Les fausses porcelaines sont celles qui ne sont pas façonnées selon le procédé original de fabrication des porcelaines à pâte dure. Cependant, le Dictionnaire de l’Industrie en 1802 fait un pas de côté, en désignant sous le nom de porcelaine à la fois la « porcelaine qui nous vient d’Asie », que « les connaisseurs divisent en six classes (…) : la truitée, le blanc ancien, la porcelaine du Japon, celle de la Chine, le Japon-chiné et la porcelaine de l’Inde », et la « porcelaine de Sèvre et autres manufactures de France »22, qui comprennent donc des porcelaines à pâte dure mais aussi les porcelaines à pâte tendre désignées comme fausses par les précédents dictionnaires.

  • 23 Ibid. p. 339.
  • 24 Cette célèbre lettre est citée in extenso dans Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel (...)

12 Le même article évoque deux types de fausses porcelaines, selon d’autres modalités. L’une est une contrefaçon, un faux au sens juridique du terme, visant à tromper l’acheteur ou le connaisseur en modifiant l’apparence des surfaces. Il s’agit d’une technique développée en Chine pour duper les agents des compagnies commerciales européennes en appliquant « un enduit fait de pierre jaune, mêlée avec de l’huile ordinaire » sur des objets en porcelaine qui sont ensuite ensevelis « dans un égout bourbeux »23 pour donner aux porcelaines modernes l’apparence des porcelaines antiques et en augmenter la valeur d’achat (cette contrefaçon avait été rapportée par le missionnaire jésuite François-Xavier d’Entrecolles dans sa célèbre lettre rédigée en Chine en 1712 sur « L’Art de faire la Porcelaine »24). Cependant, la seconde définition ne renvoie pas au domaine de la supercherie, mais à celui de l’artifice et de l’imitation par le jeu des substitutions de matières devenues si fréquentes dans les productions artisanales du xviiie siècle :

§ VI. Fausse porcelaine. Cette composition est de l’invention de Daniel Krafft [verrier allemand], et donne un verre qui ressemble à la porcelaine ; par ce moyen, l’on imite toutes les couleurs non transparentes.

Prenez soixante livres de sable blanc ou de cailloux, quarante livres de potasse purifiée, dix livres d’os ou de corne de cerf calcinée ; mêlez bien toutes ces matières, et les mettez à fondre ; ce verre, au sortir du fourneau, sera très-clair et très-pur : mais lorsqu’on le remettra à cuire qu’on le travaillera, il deviendra semblable à l’opale ou blanc de lait, plus ou moins selon qu’on le mettra plus ou moins à recuire, ou qu’on y aura joint plus ou moins d’os ou de corne de cerf calcinée.

  • 25 Ibid. p. 330.

Voici une autre composition plus coûteuse, qui est plus belle ; on s’en sert avec succès pour faire des opales de la plus grande beauté (…).25

  • 26 Holbach (baron d’), P. H., 1752, Art de la verrerie de Neri, Merret, et Kunckel,auquel on a ajouté (...)
  • 27 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Al (...)

13 S’appuyant ici sur les observations du chimiste allemand Kunckel rapportées dans L’Art de la verrerie de Neri, Merret et Kunckel, etc. traduit par le Baron d’Holbach, paru en 175226, l’article met en avant la beauté (« très-belle » « grand plaisir ») de cette invention, déclinée en deux procédés distincts, permettant de produire deux gammes de produits imitant la porcelaine - l’un cher et l’autre abordable - en écho à la diversification des gammes dans l’économie du xviiie siècle27. Elle rappelle surtout qu’aux côtés des porcelaines à pâte tendre parfois considérées comme « fausses », parce qu’elles n’employaient pas les procédés en usage en Chine ou au Japon, d’autres fausses porcelaines ont circulé en Europe, jouant sur les substitutions de matière pour évoquer l’expérience visuelle ou tactile offerte par les produits en porcelaine importés d’Asie depuis l’Antiquité ou produits en Europe depuis le xviiie siècle, sans chercher à approcher de la recette d’origine.

2. Placage et surfaçage : la recherche de techniques et matériaux innovants.

  • 28 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste, op. cit. chapitre « Produits, matériaux, opérations : (...)
  • 29 Chao Huang, « Metallurgical knowledge transfer from Asia to Europe : Retrospect of Chinese paktong (...)
  • 30 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste, op. cit. p. 171-172.

14Le secteur des matériaux connaît de profondes évolutions depuis le début du xviiie siècle. Alors que la matière avait longtemps été envisagée dans un état de naturalité, et vendue comme tel (tel objet était en or, en argent, en cuivre, ou une substance comme la porcelaine), ce sont désormais les matériaux mixtes qui s’imposent dans les produits modernes pour diversifier les gammes, les marchés et proposer des produits nouveaux28. Au xviiie siècle, la valeur d’un matériau tient de plus en plus à la possibilité de transformer une matière, de l’imiter, de la substituer, de la transposer, notamment en utilisant des matières précieuses changées en matériaux par des combinaisons, des alliages ou des techniques de placage. La vogue pour ces matériaux composites a été nourrie par le succès des argentures et plaqués amalgamés d’argent développés en Angleterre sous le nom de Sheffield Plate (dont la technique a été stimulée par l’importation depuis la Chine d’un alliage de cuivre appelé paktong29). La métallurgie de transformation, en particulier le laminage et la fusion du fer, a permis le développement de la fabrication de fer creux ou de tôle qui répondent à une demande renforcée en objets et ustensiles de consommation maniables, durables, répliquant des formes parfois traditionnelles en bénéficiant des propriétés offertes par ces nouveaux matériaux. Les produits en tôle ou en plaqué, ont ainsi permis de reproduire l’ensemble des produits traditionnellement associés à la faïence et à la céramique et de transposer leurs formes dans des objets issus de la métallurgie30.

  • 31 A propos de cette manufacture, voir Michèle Bimbenet-Privat, « La manufacture de cuivre doublé d'ar (...)

15Ainsi le succès des porcelaines dans des strates élargies de la population au xviiie siècle, en particulier les bleu et blanc, a fait de la porcelaine un objet privilégié d’imitation créative, à l’instar de l’annonce de la manufacture de la Petite Pologne jouant sur les substitutions de matière. La production d’imitations de porcelaines est aussi passée par un jeu poussé sur l’apparence des surfaces. En 1772, les objets fabriqués par une autre entreprise, la Manufacture de platterie et batterie de cuisine de cuivre doublé d’argent établie rue Beaubourg31, révèlent l’importance des traitements de surface visant à donner l’apparence de la porcelaine à toute une série de produits de consommation.

  • 32 Archives nationales [ensuite A.N.], Z1J 964 : Visite et estimation des bâtiments, ouvrages et outil (...)

Tableau 1.
Extrait de la Visite et estimation des bâtiments, ouvrages et outils et ustensiles de la manufacture de platterie et batterie de cuisine de cuivre doublé d’argent établie rue Beaubourg, 12 octobre 177232.

Quantité

Marchandises finies de platterie et batterie de cuisine aux titres au quart, au cinquième et au sixième

Prix du produit

dont prix pour façon

1

terrine ovalle au 1/5 vernye en bleu pesant 8 marcs 5 gros, compris 36 livres pour façon particulière et 20 livres pour le plat de ladite terine en cuivre verny en bleu avec moulures argentées

177#

36#

5

souppières au 1/5 vernies en blanc peint en porcelaine avec bouquets en matière sur les couvercles choulx et fleurs, compris 200 livres pour façon particulière

822#

200#

1

paire de grands seaux à fraischir vernis en bleu et imprimés, les anses dorées d’or moulu

 

 

2

petits seaux sembables mais sans anses

 

 

 

le tout au 1/6, compris 90 livres pour façon particulière

318#

90#

2

verrières au 1/5 vernyes en blanc avec les anses argentées et peintes en porcelaine, compris 72 livres pour façon particulière

184#

72#

 

3

paires de seaux en cuivre verny en noir

 

 

dont une paire japonnée avec leurs anses dorées d’or moulu

 

 

les deux autre paires mises en couleur seulement

128#

 

4

porte-vaisselle de taulle vernis en noir japonnés en or

80#

 

  • 33 Voir « La porcelaine et la soie », in Louis Dermigny, La Chine et l’Occident. Le commerce à Canton (...)

16 Terrines, soupières, seaux, verrières et vaisselles en général en métal plaqué se couvrent de vernis et peintures imitant la porcelaine, non sans écho avec la liste des produits ramenés de Chine par les compagnies des Indes orientales européennes33 ou celle dressée en 1712 par le père d’Entrecolles :

  • 34 Cité dans Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, op. cit., tome 2, p. 305

Les différens ouvrages de Porcelaine que les vaisseaux des Nations d’Europe apportent de la Chine, du Japon & de divers endroits des Indes Orientales, sont : Des tasses. Des gobelets. Des sous-coupes. Des sucriers. Des gamelles. Des pots à beure. Des plats. (…) Des petites fioles en forme de tabatières. Des pots à thé. Des flacons. Des écuelles. De grandes urnes. Des assiettes. Des bouteilles. Des pots. Des vases. Des pagodes (…). Des petites figues de toutes sortes. Des bandeches ou cabarets.34

  • 35 Noémie Etienne, La restauration des peintures à Paris, 1750-1815. Pratiques et discours sur la maté (...)

17 La montée de la consommation de décorations, ornements, vaisselles en porcelaine, croise un marché du plaisir et de l’exotisme, décliné dans un ensemble de produits innovants caractérisés par une attention accrue aux surfaces. Le goût des consommateurs au xviiie siècle a été particulièrement attiré par l’esthétique des produits, le brillant, l’éclat du coup d’œil, la séduction des matières, la recherche de protection, de durée et d’entretien, en sus d’une attention aux motifs décoratifs appliqués sur les objets35.

18 Un procédé technique joue alors un rôle fondamental, celui des vernis. Les traitements de surface permettent en effet d’égaliser l’extérieur des produits, de les protéger de l’humidité, de l’usure, du feu, et de leur donner une apparence plaisante. A l’instar des porcelaines, le Dictionnaire de l’industrie rappelle l’origine asiatique des premiers vernis et l’engouement européen pour leur réplication :

  • 36 Henri-Gabriel Duchesne, Dictionnaire de l’industrie, op. cit., t. 6, p. 364.

L’art de composer les vernis a été long-temps ignoré chez les Européens. Ce n’est qu’au 16e. siècle, que les missionnaires jésuites étant entrés dans la Chine, on commença à connaître en Europe le vernis, qui est devenu l’objet de tant de recherches. Depuis ce qu’en ont publié le P. Martini et le P. Kircher dans leurs ouvrages, il est incroyable combien l’on s’est exercé en Europe pour trouver un vernis supérieur à celui-là, soit en le perfectionnant, soit en imaginant différentes combinaisons de gommes, résines, etc.36

  • 37 Sur les vernis, et les vernis Martin en particulier, voir Monika Kopplin, Anne Forray-Carlier, Les (...)

19 Les vernis font effectivement l’objet de recherches nombreuses tout au long du siècle37. Imitant d’abord les laques importés d’Asie, avec de grands succès comme les célèbres vernis Martin, les vernis intègrent bientôt une pluralité de solutions permettant de traiter des surfaces de plus en plus diverses (bois, cuivre, fer blanc, toiles, etc.). Ces produits tiennent ainsi une place notable aux côtés des objets en porcelaine dans le livre de comptes du faïencier et revendeur de porcelaines Hilaire-François-Jacques Dubuisson, actif dans les années 1760-1770 à Paris.

  • 38 Archives de la ville de Paris [ensuite A.P.], D5 B1967 - Dubuisson

Tableau 2.
Extrait des ventes du 31 mars 1768 du marchand Hilaire Jacques François Dubuisson38.

Acte

Qté

Produit

£

Vendu comptant

2

plateaux vernis a festons

12#

1

plateau de porcelaine de Villeroy pour un huillier et le percage de 4 troux

10#

1

carraffe de Cristal a Côtes

12#

1

pot de chambre oval japponé

2#

4

… a oiseaux de cristal de boheme

2#

1

pot de chambre

10s

2

… de verre

Comptes des articles vendues et livrés a Monsieur Belanger inspecteur des menus plaisirs du Roy

6

plateaux de bouteilles vernis de la Chine a 30s

9#

2

lampes de nuit et plateaux même vernis a 3#

6#

1

toilette idem a l’anglaise complette

84#

 

un plateau rond de tole d’angletere vernis monté sur pied de bois d’acajou tournant a cremailliere et moullures

 

 

 

 

96#

3

tasses a anses et soucoupes de porcelaine des indes de couleur forme anglaise

1

pot a lait meme porcelaine

  • 39 A.N. F12 1506/1507, Produits chimiques, XVIIIe siècle : Lettres patentes du 27 novembre 1730 pour u (...)
  • 40 A.N. F12 2232, Etamage, quincaillerie (1743-an III) et F12 2237 Vernis et crayons (1759-1779).
  • 41 A.N. F12 1316, Vernis métallique : Privilège exclusif de 15 ans pour un vernis métallique en 1781.
  • 42 A.N. F12 992, Invention : Demande d’examen d’un vernis doré par Joseph Desmart en 1786.
  • 43 A.N. F12 994, Invention : Demande de privilège pour un nouveau vernis argenté par Dufour de Rinquet (...)
  • 44 Jean-Félix Watin, L’art du peintre, du doreur et du vernisseur : ouvrage utile aux artistes et aux (...)

20 Dès les années 1730, on trouve dans les archives des demandes de protection pour des inventions des compositions d’ouvrages en relief dans le goût du Japon et de la Chine39 ; dans les années 1760, plusieurs vernis façon de la Chine pour bois et métaux se concurrencent à Paris40 ; Jean-André et François Orsel demandent en 1781 un privilège exclusif de 15 ans pour un vernis métallique41 ; en 1786 Joseph Desmart demande l’examen de son vernis doré42, et la même année Dufour de Rinquet pour un vernis argenté43. Les traités sur la question émergent également, dont le célèbre L’art du peintre doreur et vernisseur du marchand épicier Jean-Félix Watin en 177244.

  • 45 Maxine Berg, The Machinery Question and the Making of Political Economy. 1815-1848, Cambridge, CUP, (...)

21 Symbole de l’essor de ces techniques de finitions, la liste des plus de quatre-vingt sous-traitants et fournisseurs d’un marchand de porcelaines et faïences parisien dans les années 1800 : ce sont des peintres en porcelaine, des tourneurs, des colleurs, des vernisseurs sur bois, des vernisseurs sur métaux, des doreurs, à une époque où la sous-traitance est devenue un élément essentiel de réponse à l’essor de la demande dans tous les secteurs dynamiques de l’artisanat45.

  • 46 A.P. D5 B6, 5770 – Répertoire d’un marchand de porcelaines vers 1806.

Tableau 3.
Extrait du répertoire d’un marchand de porcelaines vers 180646.

Qualité

Nom

Métier

Adresse

M.

le Grand

peintre en figure

boulevard des Capucines n° 350

M.

Gérard

peintre en porcelaine

rue St Honoré n° 83 en face l’hotel d’aligre –
doit 2 tasses à déjeuner nouvelle forme

M.

Gautier

doreur

rue St Denis au coin de la rue Garni Boisseur ( ?)

 

Ory

peintre en porcelaine

rue St louis n° 102 au coin de la vieille rue du temple

M.

Mayer

vernisseur sur metteaux

rue fontaine nationalle n° 52

 

Gaucher

peintre et doreur

rue … au coin de… n° 10

 

Landray

peintre et doreur sur porcelaine

rue des Marets au coinde la rue de Langris n° 54

M.

Chatelin

figuriste

rue Galande n° 64 dans le marché St Catherine

 

Robert

peintre en porcelaine

rue Dozay qui donne en bout dans la rue St Louis n° 565

Mme

Deron

doreur sur glaces

cour des miracles

22Pour concurrencer une économie des produits d’ornement et de vaisselle de table fondamentalement marquée par la porcelaine, tout en profitant du goût pour les laques et vernis de la Chine, et de la vogue des objets en plaqué venus d’Angleterre, des artisans-manufacturiers ont ainsi cherché à jouer avec les matériaux et surfaces pour produire des objets nouveaux usant de combinaisons de registres visuels et matériels asiatiques.

3. L’économie des finitions.

23Dans les décennies 1760 et 1770, deux petites manufactures parisiennes se spécialisent dans les vernis sur métaux à l’imitation des productions asiatiques.

  • 47 Sur la manufacture de la Petite Pologne, voir Thibaut Wolvesperges, « Les manufactures de tôle vern (...)

24L’une, la « manufacture de la Petite Pologne » (1768-1772) ou « Manufacture de vernis sur tôle », dont l’annonce dans la Gazette du commerce a été évoquée précédemment dans cet article, est créée après la découverte par un garçon ferblantier du nom de Jacques Moser d’un nouveau vernis façon de la Chine, sans odeur, applicable sur différents métaux. Associé à Jean-Baptiste Clément, maître peintre et doreur, et d’autres investisseurs, la manufacture compte en 1771 une vingtaine d’ouvriers dont trois polisseurs, quatre ponceurs, huit peintres, doreurs ou vernisseurs47.

  • 48 Sur la manufacture Gosse & Samousseau, voir idem et Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au (...)

25L’autre est la « manufacture Gosse et Samousseau », active surtout entre 1767 et 1777. Elle est fondée par un maître-peintre et vernisseur parisien, Michel-Nicolas Gosse, et porte dans un premier temps le nom de « Manufacture royale de vernis façon de la Chine ». Elle est située boulevard du Temple puis rue des Marais, et produit des serrures, des objets de tôles vernis à décors antiques, chinois, et des meubles vernis48

26Ces deux manufactures produisent des objets en tôle sur lesquels sont appliqués des traitements de surface visant à conférer aux objets traditionnellement associés à la porcelaine l’apparence de celles-ci ou bien celle des laques chinois ou japonais.

  • 49 A.N. Minutier central, ET/X/523 - 11/05/71 – Millot.

Tableau 4.
Extrait de l’« Etat des marchandises de tôle vernie de la manufacture de la Petite Pologne cédée et vendue a Mr. Millot par l’acte du 28 mars 1770 »49.

Unités

Produit

Livres

Sols

1

bassin a barbe noir, fleurs ordinaires

10#

1

dit. rouge bas relief

10.

 

1

dit. noir relief

12.

 

1

dit. noir paysage

21.

 

1

boette a poudre blanche fleurs ordinaires

9.

 

1

ditte a savonettes fleurs en ou sans charnieres

6.

 

4

ditte rouges bas relief

36.

 

1

boette a thé verte fleurs ordinaires

10.

 

2

ditte relief

20.

8

1

ditte verte paysage

12.

 

1

ditte rouge idem

15.

 

1

dit. rouge bas relief

10.

 

1

dit. noir relief

12.

 

1

dit. noir paysage

21.

 

2

dits roze et blancs

12.

 

7

dits a main divers

21.

 

1

dit a lit noir doré

7.

4

3

etuye a razoirs noirs fleurs en or et bas relief

45.

 

1

ditte relief

18.

 

1

dit. en paysage

21.

 

1

goblet en façon de porcelaine

4.

 

1

ditte façon d’argent noir uni

4.

4

10

ditte divers

60.

 

2

jasmins blancs a fleurs bleües

18.

 

2

dittes rouges a bas relief

24.

 

4

dittes à mignature et paysage

72.

 

2

dittes noir a relief

27.

 

1

ditte roze belle mignature

36.

 

  • 50 Idem.

27Thibaud Wolvesperges a montré que ces entreprises ont rapidement été des échecs commerciaux. Non seulement elles ont essuyé des revers financiers, mais les produits en tôles vernies de Paris ne sont jamais parvenus à s’imposer face aux porcelaines de Sèvres ou de Saxe, ni face aux porcelaines des Indes qui continuent à affluer dans les calles des navires des compagnies européennes venus d’Asie et qui, pour certaines d’entre elles, demeurent plus compétitives que le coût que demande le travail de polissage, peinture et vernissage des produits métalliques. Les tôles vernies de la Petite Pologne et de Gosse & Samousseau ne sont parvenues à gagner une place conséquente ni sur les marchés du luxe ni sur les marchés de demi-luxe accessibles à des bourses plus modestes. Enfin, les productions anglaises, les Sheffield Plates en particulier, vendues dans les boutiques parisiennes en vue et réputés pour leur qualité, ont fait de l’ombre aux tentatives des deux manufactures de Paris, de sorte que dès la fin des années 1770, les deux entités ont périclité50.

  • 51 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste, op. cit., chapitre « Pièces, attaches, outillages », p (...)
  • 52 Thibaut Wolvesperges, « Les manufactures de tôle vernie à Paris », art. cit.

28 En revanche, l’entreprise technique consistant à promouvoir l’usage de vernis sur métaux par la vitrine des produits concurrençant les porcelaines, a accompagné le développement de cette technique dans d’autres secteurs dynamiques tels que celui de la serrurerie et des attaches51. En 1791, François Samousseau, fils du fondateur d’une des manufactures, portera toujours le titre d’entrepreneur d’une Manufacture royale des vernisseurs sur métaux (la référence asiatique ayant désormais disparu). Les ouvriers de la manufacture de la Petite Pologne ont quant à eux été recrutés par le marchand-bijoutier Granchez pour produire en France d’autres modèles de tôles vernies ; d’autres de ces ouvriers ont aussi rejoint les ateliers du marchand bijoutier Framery, rue Saint Honoré, pour développer une production de métaux vernis, moins brillants que le japanning anglais (résine contenant de l’alcool imitant les gommes et laques chinois ou japonais), et décliner d’autres produits parisiens susceptibles de concurrencer les productions venues d’Angleterre52.

  • 53 Hélène Vérin, « La technologie : science autonome ou science intermédiaire », Documents pour l’hist (...)
  • 54 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste, op. cit., chapitre « Les produits et la nomenclature d (...)
  • 55 A.N. Minutier central, ET/X/618 - 28/03/70 – Millot. Estimation à partir de l’Etat des marchandises (...)
  • 56 Voir tableau 2.

29 Cette dynamique profite de nouvelles innovations dans le domaine des métaux et d’une expansion des techniques de finition permettant des transversalités multiples53. Alors que la porcelaine demeure une matière prisée, recherchée et désirée, dans d’autres domaines de l’industrie, la matière cède le pas à de nouveaux matériaux et aux travaux de finition54. Les objets en tôles vernies demeurent des produits coûteux, cependant ce n’est plus la matière précieuse qui dicte le prix comme à la fin du siècle précédent, mais de plus en plus la finition et le traitement de surface. La différence de prix entre pièces finies et non finies, dans l’inventaire de la manufacture de la Petite Pologne, montre que le coût du polissage, du vernissage, de la peinture augmente régulièrement de plus de 50 % la valeur du produit final55, tandis que l’importance prise par la mention des techniques de finition dans la description des produits témoigne de cette économie des finitions qui s’impose de plus en plus dans la seconde moitié du xviiie siècle56.

  • 57 A.N. Minutier central, ET/X/618 - 28/03/70 – Millot.

Tableau 5.
Etat des marchandises finies et non finies de la manufacture de tôle vernie établie à la Petite Pologne vendues et cédées à M. Millot par M. Falquet du Vivier57.

Montans des pieces non finies

Quantité

Dénomination des pièces

Etat ou elles sont

Prix des pieces finies

Prix des pieces non finies dans leur état actuel

Sommes des pièces finies et non finies dans leur état actuel

Prix que les pièces non finies auront après leur perfection

Sommes que produiront les pieces non finies lorsqu’elles le seront

72#

12

Coquemard noirs et vert et charnieres

a polir et peindre

 

 

6#

 

72.

 

24.

 

288.

 

84.

4

dits noirs rouges sans charnières

a garnir

 

 

21.

 

84.

 

24.

 

96.

 

12.

4

dittes idem

a polir, peindre et garnir

 

 

3.

 

12.

 

24.

 

96.

 

 

5

coquetiers diverses couleurs

finis

2#

8

 

 

12.

 

 

 

 

 

9.

12

dittes en petits goblets

a peindre

 

 

 

15s

9.

 

2.

8s

28.

16

9.

3

corbeilles a l’anglaise octogones longues

en fer

 

 

3#

 

9.

 

15.

 

45.

 

125.

25

dittes idem idem

a peindre et polir

 

 

5

 

125.

 

15.

 

375.

 

15.

6

dittes ovales

en fer

 

 

2.

10

15.

 

13.

4

79.

4

120.

24

dittes idem octogones quarrés

a peindre et polir

 

 

5

 

120.

 

15.

 

360.

 

65

13

dittes idem ( ?) ovales

a peindre

 

 

5

 

65.

 

13.

4

171.

12

24.

8

dittes ovales a fruits

a peindre et polir

 

 

3

 

24.

 

12.

 

96.

 

  • 58 Henry Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration : depuis le XIIe siècle jusqu’à nos (...)

30 Cette dynamique devient essentielle dans l’essor des opérations techniques dans les modes de productions européens. En 1832, le technologue britannique Charles Babbage fera des traitements de surface l’un des outils de la culture de la copie et de l’imitation permettant la production industrielle en série dans son Traité sur l’économie des machines. Les actes techniques, comme le modelage, l’ajustage, l’assemblage ou le surfaçage répondent à l’exigence de qualité et de variété des produits de l’économie du xviiie siècle. La technique des tôles vernies va d’ailleurs connaître une longue postérité a siècle suivant. En 1894, Henri Havard évoquera dans son Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration le « fer-blanc, et qui sert a confectionner une foule d’ustensile de ménages de forme et destination variées » mais aussi la « tôle vernie et laquée » constituant « les menus objets de ménage »58.

4. Conclusion

  • 59 Patrick Verley, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, (...)
  • 60 Maxine Berg, ”Product Innovation in Core Consumers Industries in Eighteenth-Century Britain” art. c (...)

31Au xviiie siècle, les substitutions d’importations d’Asie ont développé de puissants courants de recherche sur la réplication de la porcelaine, et ont donné naissance à de « fausses porcelaines » désignées comme telles par les dictionnaires pour leur composition (porcelaine à pâte tendre) ou pour leur caractère imitatif. Plus que la production de faux (au sens de contrefaçon ou de tromperie), l’imitation devient le principe de déclinaison des gammes pour étendre les consommations, tout en renvoyant aux codes esthétiques de l’époque, où la beauté des objets d’ornement renvoie bien souvent aux rapports entre un modèle et sa réplique. En cela, les tentatives de manufacturiers parisiens pour s’insérer dans le marché des ornements et ustensiles de table par l’usage de produits en tôle vernie sont emblématiques des dynamiques de l’économie de la seconde moitié du xviiie siècle. Avant les succès de l’industrialisation, l’Europe est marquée par une « croissance smithienne »59 fondée sur une variété croissante de produits qui repose sur de multiples formes d’innovation : usage de nouveaux matériaux et de nouvelles compositions, renouvellement accéléré des modèles, amélioration de la qualité. Les transpositions et substitutions dans la production d’objets (copie d’une forme dans des matériaux nouveaux, usages de gestes et matières d’une fabrication à une autre, adaptation d’une matière à un usage ou objet particulier) deviennent les principes de l’innovation moderne60. L’enjeu pour nombre de fabricants devient ainsi de jouer sur la montée de nouveaux procédés techniques qui fondent la valeur des produits, au-delà des seules matières de leur composition, comme l’usage de matériaux composites, d’alliages, de traitements de surface comme le vernissage, etc. Malgré leur échec commercial relatif, les tôles vernies des années 1770 ont tenté de concurrencer les porcelaines en s’insérant dans un modèle d’innovation en vogue visant à répondre à l’expansion des consommations en croisant invention technique et créations inspirées des modèles de porcelaine réalisés en Chine, au Japon, en Saxe ou à Sèvres. Symboles des recompositions en cours dans le monde des métiers à la fin du xviiie siècle, ces tôles vernies s’épanouiront particulièrement dans le secteur des serrures, mobilisant les savoir-faire de techniciens tournés vers les marchés du luxe et du demi-luxe.

Haut de page

Notes

1 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoir technique à Londres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2013, p. 142-148.

2 Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle : luxe et demi-luxe, Paris, Editions du CTHS, 2011 ; Cissie Fairchilds, « Populuxe goods in the eighteenth-century Paris » in John Brewer, Roy Porter (éd.), Consumption and the World of Goods, Londres, Routledge, 1993, p. 228-248 ; Maxine Berg, Luxury and Pleasure in Eighteenth-Century Britain, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; Maxine Berg, « In pursuit of luxury : global history and british consumer goods in the eighteenth century », Past & Present, n° 182, février 2004, p. 85-141.

3 Robert Finlay, The Pilgrim Art : Cultures of Porcelain in World History, Berkeley, University of California Press, 2010 ; Anne Gerritsen, Stephen MacDowall, « Global China : Material Culture and Connections in World history », Journal of World History, vol. 23, n° 1, 2012, p. 2-8 ; Julia B. Curtis, Chinese Porcelains of the Seventeenth Century : Landscapes, Scholars Motifs and Narratives, China Institute in America, New York, 1995 ; John Carswell, Blue and White : Chinese Porcelain and Its Impact on the Western World, Chicago, University of Chicago Press, 1985 ; Oliver Impey, Chinoiserie : The Impact of Oriental Styles on Western Art and Decoration, London, Oxford University Press, 1977.

4 Maxine Berg, Felicia Gottman, Hanna Hodacs, Chris Nierstrasz (éd.), Goods from the East 1600-1800. Trading Eurasia, London, Palgrave Macmillan, 2015 ; Maxine Berg, ”Cargoes : the Trade in Luxuries from Asia to Europe” in David Cannadine (ed.), Empire, the Sea and Global History. Britain’s Maritime World, c. 1760-c. 1840, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, pp. 60-71 ; Carolyn Sargentson, Merchants and Luxury Markets : The Marchands Merciers of Eighteenth-Century Paris, London, V&A Museum, 1996 ; Hélène Belevitch-Stankevitch, Le goût chinois en France au temps de Louis XIV, Geneva, Slatkine Reprints, 1970 ; Pagodes et dragons : exotisme et fantaisie dans l’Europe rococo, 1720–1770 : Musée Cernuschi, Musée des arts de l’Asie de la ville de Paris, 24 février–17 juin 2007, Paris, Paris-Musées, 2007 ; Thé, café ou chocolat ? Les boissons exotiques au XVIIIe siècle : Musée Cognacq-Jay, 26 mai-27 septembre 2015, Paris, Paris-Musées, 2015 ; Henri Cordier, La Chine en France au XVIIIe siècle, Paris, H. Laurens, 1910.

5 John Styles, ”Product Innovation in Early Modern London”, Past & Present, Volume 168, 1, 2000, p. 124-169 ; Maxine Berg, ”Product Innovation in Core Consumers Industries in Eighteenth-Century Britain” in Maxine Berg, Kristin Bruland (éd), Technological Revolutions in Europe, Cheltenham, Edward Elgar, 1998, p. 138-159.

6 Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez et Koen Vermeir (dir.), L’analogie dans les techniques, Paris, CNRS Ed., Coll. Alpha, 2017.

7 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste... op. cit. ; Maxine Berg, Luxury and Pleasure… op. cit.

8 Voir par exemple les objets de porcelaines vendus par le mercier Laurent Danet au début du siècle : Stéphane Castelluccio, « Le marchand mercier Laurent Danet (mort en 1720) » in Stéphane Castelluccio (dir.), Le commerce du Luxe à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles : échanges nationaux et internationaux, Berne, Peter Lang, 2009, p. 49-72.

9 Sur la presse d’annonce commerciale, le plaisir inventif et l’exotisme, voir : Natacha Coquery, « The semi-luxury market, shopkeepers and social diffusion : marketing chinoiseries in eighteenth-century Paris », in Bruno Blondé, Natacha Coquery, Jon Stobart et Ilja Van Damme (dir.), Fashioning old and new : changing consumer patterns in Western Europe (1650-1900), Turnhout, 2009, pp. 121-131 ; Liliane Hilaire-Pérez, Marie Thébaud-Sorger, « Les techniques dans l’espace public. Publicité des inventions et littérature d’usage au XVIIIe siècle (France, Angleterre) », Revue de Synthèse, 127, 2006/2, p. 393-428 ; Jon Stobart, « Sucre et épices. Achat de produits exotiques au XVIIIe siècle en Angleterre », Histoire urbaine 2011/1 (n° 30), p. 127-146.

10 Carolyn Sargentson, Merchants and Luxury Markets, op. cit. ; Guillaume Glorieux, À l’Enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694–1750), Seyssel, Champ Vallon, 2002.

11 Gazette du Commerce, Paris, Knapen, 19 décembre 1772, p. 807.

12 Selon certaines estimations, la compagnie hollandaise des Indes orientales (VOC) aurait importé en Europe près de 43 millions de pièces de porcelaine entre le début du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle ; les compagnies anglaise, française, suédoise et danoise auraient encore importé plus de 30 millions de pièces. Voir Robert Finlay, ”The pilgrim art : the culture of porcelain in world history”, art. cit. ; Michel Beurdeley, Porcelaine de la Compagnie des Indes, Fribourg, 1962 ; Louis Mezin, Cargoes from China : porcelain from the Compagnies des Indes in the Musée de Lorient, Lorient, 2002. Pour une étude récente sur la porcelaine en France : Stéphane Castelluccio, Le goût pour les porcelaines de Chine et du Japon à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Rémy-en-l’Eau, Editions Monelle Hayot, 2013.

13 John Styles, ”Product Innovation in Early Modern London”, art. cit. ; Thibaut Wolvesperges, Le meuble français en laque au XVIIIe siècle, Paris/Bruxelles, 2000.

14 Gazette du Commerce, Paris, Knapen, 24 juillet 1770, p. 549.

15 Sophie A. de Beaune, Liliane Hilaire-Pérez et Koen Vermeir (dir.), L’analogie dans les techniques, op. cit.

16 Noël Chomel, Dictionnaire œconomique, contenant divers moyens d'augmenter son bien, & de conserver sa santé, avec plusieurs remèdes…, Commercy, 1741 (1709), p. 286.

17 Idem. Cette distinction se retrouve également dans la plupart des dictionnaires génériques de l’époque qui ont été consultés, en particulier les éditions successives du Dictionnaire de l’Académie française depuis son édition de 1694.

18 Trois dictionnaires économiques et techniques sont retenus ici : le Dictionnaire universel de commerce de Savary des Bruslons, essentiel pour toute étude de commerce, dans son édition de 1726 ; le Dictionnaire raisonné des arts et métiers dans son édition de 1773 ; le Dictionnaire de l’industrie dans son édition de 1802. Ces trois dictionnaires de référence ne sont pas retenus ici pour leur exhaustivité mais pour leur ambition à synthétiser les savoirs techniques et économiques de leur époque et pour la présence de définitions explicites de « fausses porcelaines » donnant à voir différentes facettes de cet objet. Les définitions intègrent les évolutions techniques de l’époque (notamment la production européenne de porcelaine à pâte dure à partir du milieu du XVIIIe siècle) mais ne sauraient représenter à elles seules les évolutions données aux « fausses porcelaines » au cours du temps. Aussi ne retiendrons-nous que quelques éléments saillants ici, sans finalité d’exhaustivité.

19 Sur les porcelaines européennes : Bertrand Rondot (dir.), Discovering the Secrets of Soft-Paste Porcelain at The St.Cloud Manufactory ca.1690-1766, Yale University Press, 1999 ; Plinval de Guillebon, Faïence et porcelaine de Paris XVIIIe-XIXe siècles, Dijon, Faton, 1995 ; Hilary Young, English porcelain, 1745-1795 : its makers, design, marketing and consumption, Londres, 1999 ; Chantal Soudée Lacombe, « L’apparition de la porcelaine tendre à Rouen chez les Poterat. L’hypothèse protestante ? », Revue de la société des amis du musée national de céramique, n° 15, 2006, p. 29-35.

20 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde..., Jansons, Amsterdam, 1726, tome 2, p. 1174.

21 Dictionnaire raisonné universel des arts et métiers contenant l’histoire, la description, la police, les fabriques et manufactures de France et des Pays étrangers… Nouvelle édition, corrigée et considérablement augmentée d’après les Mémoires et les Procédés des Artistes… par M. l’Abbé Jaubert, de l’Académie Royale des Sciences de Bordeaux, Lyon, chez Didot jeune, tome 3, 1773, p. 518 (la première édition par Philippe Macquer date de 1766).

22 Henri-Gabriel Duchesne, Dictionnaire de l’industrie, ou Collection raisonnée des procédés utiles dans les sciences et dans les arts, Paris, Poignée, 1800, t. 5, p. 331-336.

23 Ibid. p. 339.

24 Cette célèbre lettre est citée in extenso dans Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, op. cit., tome 2, p. 291-305.

25 Ibid. p. 330.

26 Holbach (baron d’), P. H., 1752, Art de la verrerie de Neri, Merret, et Kunckel,auquel on a ajouté (…) un mémoire sur la manière de faire le saffre ; le secret des vraies porcelaines de la Chine & de Saxe. Ouvrages où l'on trouvera la manière de faire le verre & le crystal, d'y porter des couleurs, d'imiter les pierres précieuses, de préparer & colorer les émaux, de faire la potasse, de peindre sur le verre, de préparer des vernis, de composer des couvertes pour les fayances & poteries, d'extraire la couleur pourpre de l'or, de contrefaire les rubis, de faire le saffre, de faire & peindre les porcelaines, etc., traduits de l'allemand par M. D***, Paris Durand, p. 103-104.

27 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996 ; Maxine Berg, « Inventors of the world of goods », in Patrick O’Brien et Kristine Bruland (dir.), From family to corporate capitalism. Essays in business and industrial history in honour of Peter Mathias, Oxford, Clarendon Press, 1998, p. 21-50 ; Natacha Coquery, « The language of success. Marketing and distributing semi-luxury goods in XVIIIth-century Paris », Journal of Design History, vol. XVII, 1, 2004, p. 71-89 ; Philippe Minard, « Réputation, normes et qualité dans l’industrie textile française au XVIIIe siècle », in A. Stanziani La qualité des produits en France (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Belin, 2003, p. 69-92 ; Liliane Pérez, « A. P. Ledger et Roger Smith, Benjamin Vulliamy and the Derby porcelain manufactory, 1784-1795 », Documents pour l'histoire des techniques, 16, 2008, p. 226-229.

28 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste, op. cit. chapitre « Produits, matériaux, opérations : des économies métallurgiques sectorielles », p. 157-226.

29 Chao Huang, « Metallurgical knowledge transfer from Asia to Europe : Retrospect of Chinese paktong and its influence on Sweden and Austria », Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, n° 8, 2019, p. 89-110 ; K. Pinn, « Paktong », The Silver Society Journal, n° 12, 2000, p. 38-40 ; A. Bonnin, Tutenag and Paktong, with Notes on Other Alloys in Domestic Use furing the Eighteenth Century, Oxford, Oxford University Press, 1924.

30 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste, op. cit. p. 171-172.

31 A propos de cette manufacture, voir Michèle Bimbenet-Privat, « La manufacture de cuivre doublé d'argent de Huguet (Paris, 1769-1772) : une orfèvrerie du pauvre ? », in Stéphane Castelluccio (dir.), Le commerce du Luxe à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, op. cit., p. 151-175.

32 Archives nationales [ensuite A.N.], Z1J 964 : Visite et estimation des bâtiments, ouvrages et outils et ustensiles de la manufacture de platterie et batterie de cuisine de cuivre doublé d’argent établie rue Beaubourg, 12 octobre 1772.

33 Voir « La porcelaine et la soie », in Louis Dermigny, La Chine et l’Occident. Le commerce à Canton au XVIIIe siècle. 1719-1833, Paris, Imprimerie nationale, 1964, tome 1, p. 388-405.

34 Cité dans Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, op. cit., tome 2, p. 305.

35 Noémie Etienne, La restauration des peintures à Paris, 1750-1815. Pratiques et discours sur la matérialité des oeuvres d’art, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

36 Henri-Gabriel Duchesne, Dictionnaire de l’industrie, op. cit., t. 6, p. 364.

37 Sur les vernis, et les vernis Martin en particulier, voir Monika Kopplin, Anne Forray-Carlier, Les secrets de la laque française. Le vernis Martin, Paris, Arts décoratifs, 2014.

38 Archives de la ville de Paris [ensuite A.P.], D5 B1967 - Dubuisson

39 A.N. F12 1506/1507, Produits chimiques, XVIIIe siècle : Lettres patentes du 27 novembre 1730 pour une composition d'ouvrages en relief dans le goût du Japon ou de la Chine.

40 A.N. F12 2232, Etamage, quincaillerie (1743-an III) et F12 2237 Vernis et crayons (1759-1779).

41 A.N. F12 1316, Vernis métallique : Privilège exclusif de 15 ans pour un vernis métallique en 1781.

42 A.N. F12 992, Invention : Demande d’examen d’un vernis doré par Joseph Desmart en 1786.

43 A.N. F12 994, Invention : Demande de privilège pour un nouveau vernis argenté par Dufour de Rinquet en 1786.

44 Jean-Félix Watin, L’art du peintre, du doreur et du vernisseur : ouvrage utile aux artistes et aux amateurs qui veulent entreprendre de peindre, dorer et vernir toutes sortes de sujets en bâtimens, meubles, bijoux, equipages, etc. Paris, 1772.

45 Maxine Berg, The Machinery Question and the Making of Political Economy. 1815-1848, Cambridge, CUP, 1980 ; Helen Clifford, ”The myth of the maker : manufacturing networks in the London glodsmiths’ trade 1750-1790” in K. Quickenden et N. A. Quickenden (éd.), Silver and jewellery. Production and consumption since 1750, Birmingham, 1995, p. 5-12 ; Giorgio Riello, ”Strategies and Boundaries : Subcontracting and the London Trades in the Long Eighteenth Century”, Enterprise and Society, vol. 29, n° 2, 2008, pp. 243-280.

46 A.P. D5 B6, 5770 – Répertoire d’un marchand de porcelaines vers 1806.

47 Sur la manufacture de la Petite Pologne, voir Thibaut Wolvesperges, « Les manufactures de tôle vernie à Paris vers 1760-1770 : Veuve Gosse et François Samousseau, La Petite Pologne », Objets d'art. Mélanges en l'honneur de Daniel Alcouffe, Dijon, Editions Faton, 2004, p. 272-279

48 Sur la manufacture Gosse & Samousseau, voir idem et Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p. 232-240.

49 A.N. Minutier central, ET/X/523 - 11/05/71 – Millot.

50 Idem.

51 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste, op. cit., chapitre « Pièces, attaches, outillages », p. 188-195.

52 Thibaut Wolvesperges, « Les manufactures de tôle vernie à Paris », art. cit.

53 Hélène Vérin, « La technologie : science autonome ou science intermédiaire », Documents pour l’histoire des techniques, 2007, n° 14, pp. 134-143 et plus particulièrement pp. 137-139.

54 Liliane Hilaire-Pérez, La pièce et le geste, op. cit., chapitre « Les produits et la nomenclature des traitements », p. 183-187.

55 A.N. Minutier central, ET/X/618 - 28/03/70 – Millot. Estimation à partir de l’Etat des marchandises finies et non finies de la manufacture de tole venie établie à la petite pologne vendues et cédées a Mr Millot par Mr Falquet du Vivier. Michèle Bimbenet-Privat trouve des résultats analogues dans les comptes de la manufacture royale de plateries doublées d’argent de Huguet à Paris à la même époque, voir : Michèle Bimbenet-Privat, « La manufacture de cuivre doublé d'argent de Huguet », op. cit.

56 Voir tableau 2.

57 A.N. Minutier central, ET/X/618 - 28/03/70 – Millot.

58 Henry Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration : depuis le XIIe siècle jusqu’à nos jours, Paris, 1894, tome 4, p. 1450.

59 Patrick Verley, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997, p. 105-109.

60 Maxine Berg, ”Product Innovation in Core Consumers Industries in Eighteenth-Century Britain” art. cit., p. 138-159.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Pautet, « « Fausses porcelaines, vraies innovations ? Tôles vernies, économie de la variété et invention technique dans la seconde moitié du xviiie siècle » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6337 ; DOI : 10.4000/framespa.6337

Haut de page

Auteur

Sébastien Pautet

Sébastien Pautet est doctorant en histoire des techniques à l’université Paris Diderot-7, au sein du laboratoire Identités-Cultures-Territoires (EA 337). Il est actuellement attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Lille. pautetsebastien@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals