Navigation – Plan du site
Recensions

Françoise Cazal, L’Espagne du Siècle d’Or racontée par les proverbes. Les aliments dans le Vocabulario de refranes y frases proverbiales de Gonzalo Correas (1627), Paris, 2019.

Vincent Garmendia

Texte intégral

1 Cela fait déjà bientôt vingt ans qu’ont vu le jour deux ouvrages majeurs pour la connaissance des proverbes et expressions familières du Siècle d’or espagnol réunies dans le Vocabulario de refranes y frases proverbiales de Gonzalo Correas (1627) : ce sont l’édition du Vocabulario par Louis Combet et révisée par Robert Jammes et Maïté Mir-Andreu, publiée à Madrid, chez Castalia, en 2000 et, la même année, chez Reichenberger, l’édition digitale dirigée par Ricardo Zafra (Université de Pampelune). Depuis, ces deux ouvrages alimentent de nombreux travaux sur la collection de Correas, et plus amplement, sur la littérature, dans laquelle il est fréquemment fait allusion aux dictons et proverbes.

2 La dernière en date de ces études repose sur une sélection de proverbes tirés de ce recueil fondamental et portant sur les aliments. Françoise Cazal, l’auteur de L’Espagne du Siècle d’Or racontée par les proverbes. Les aliments dans le Vocabulario de refranes y frases proverbiales de Gonzalo Correas (1627), est professeur émérite à l’université Toulouse-Jean Jaurès, et les proverbes sont l’un de ses terrains de recherches favoris, avec le romancero et le théâtre religieux du xvie siècle.

3 Souhaitant faire sortir les proverbes espagnols du cercle étroit des spécialistes, et les rendre accessibles à un public français plus vaste, Françoise Cazal, dans cet ouvrage de 536 pages, a souhaité conjuguer la précision des références érudites avec une perspective divulgatrice, qui l’a conduite à proposer explications et traductions pour ces proverbes parfois difficiles à comprendre de nos jours, alors que nous avons perdu de vue leur contexte et la civilisation qui les a engendrés. Le thème choisi a paru à l’auteur assez concret et pittoresque pour intéresser de façon consensuelle un vaste public.

4 La table des matières donnera une idée de la richesse du matériel textuel utilisé, et cela dans le cadre d’une seule thématique, l’alimentation. L’immensité du corpus réuni par Correas (25 000 proverbes et expressions) aurait risqué sans aucun doute de saturer l’attention des lecteurs s’il avait été abordé dans sa totalité :

5Introduction 7
Le pain 21
La technique de fabrication 25
Les canons du pain 39
Dangers du pain. Pain et santé 40
Tentation 42
Associations alimentaires 42
Échelle de valeurs 45
Associations verbales 46
Connotations affectives et significations sociales 48
Le manque 51
Le pain : proverbes et traductions 65
L’ail 97
Nourritures associées 102
Effets physiologiques 106
Qualité signifie excellence 108
Connotations 109
L’ail, expression du dédain 112
Aspects formels 116
L’ail : proverbes et traductions 120
Le fromage 131
Le fromage : proverbes et traductions 140
Les œufs 147
Les œufs : proverbes et traductions 174
La viande 187
La viande : proverbes et traductions 261
Le poisson 295
Le poisson : proverbes et traductions 314
Légumes et fruits 329
Légumes et fruits : proverbes et traductions 351
La table. Les repas 367
La matérialité des repas 368
L’attrait de la nourriture 381
La boisson à table 387
Hygiène alimentaire et qualité des repas 413
Santé, sobriété 415
Les menus spécifiques 425
Les enfants et les repas 427
Nourriture et société 430
La convivialité 430
Partager, mais pas trop 438
Le repas et le couple 442
Repas et religion 447
Table et économie domestique 451
Table et place dans la société 454
Nourriture et travail 460
La table. Les repas : proverbes et traductions 464

6 Françoise Cazal nous engage à découvrir dans les proverbes non une supposée sagesse des nations (car les proverbes disent tout et son contraire), ni même seulement un reflet du mode de pensée des Espagnols des xvie et xviie siècles, mais plutôt, tout simplement, l’ingéniosité verbale déployée dans ces brefs énoncés, polis par le temps et constamment cités alors dans les conversations quotidiennes. L’auteur s’exprime en ces termes : « Qui n’aimerait prêter oreille aux conversations des siècles passés ? Non pas accéder à ces époques lointaines par le truchement de l’histoire ou de la littérature, mais directement. Entendre ce que disaient les gens dans leur maison, sur la place publique, à la campagne ou en ville, à la taverne, dans les commerces, au travail, à l’école, dans toutes les classes sociales ; ce que l’on chantait, les histoires que l’on racontait à la veillée, les blagues que l’on débitait, les moqueries, les insultes, les malédictions, les compliments, les formules de politesse, les salutations, les adages, sentences, dictons et proverbes ? Accéder à la langue orale, comme si on y était, et guidé, qui plus est, par les explications d’un contemporain de ces textes, spécialiste de l’étude de la langue, érudit, collectionneur passionné de toutes les manifestations les plus variées de la verve populaire... C’est ce que permet le Vocabulario de refranes y frases proverbiales de Gonzalo Correas, immense recueil de proverbes et autres expressions populaires, 25 000 énoncés patiemment réunis pendant toute une vie, mais recueil qui, grâce aux commentaires insérés par le compilateur, est aussi une formidable fenêtre ouverte sur l’oralité au Siècle d’Or.

7 Françoise Cazal s’inscrit, avec cet ouvrage qui finalement s’adresse autant aux spécialistes qu’au grand public, dans l’ample vague d’intérêt que suscitent, dans le milieu universitaire et dans la société actuelle, les traces des façons de vivre des générations passées. Elle s’appuie, pour mieux élucider les proverbes et leur possible contexte d’emploi, sur les notes explicatives, successivement, de Louis Combet et de Robert Jammes, mais surtout sur les propres commentaires que le compilateur, Gonzalo Correas, a joint aux proverbes qui lui semblaient présenter quelque difficulté. De nombreuses explications lexicales en notes de bas de page, éventuellement avec traduction en français de termes anciens ou de ceux qu’un lecteur non-spécialiste pourrait ignorer, viennent faciliter l’abord de ces proverbes.

8 L’auteur de cet ouvrage nous fait partager son enthousiasme pour le monde de la littérature sapientiale. Elle écrit : « Le Vocabulario de refranes y frases proverbiales se présente comme un dictionnaire, mais se lit « comme un roman » et plonge son lecteur directement dans la vie quotidienne au Siècle d’Or, reflétant, dans mille détails quotidiens, les manières de vivre, de penser, et surtout de parler de cette époque. »

9 Une introduction très complète retrace les antécédents de la collection de proverbes de Correas et les vicissitudes éditoriales de son histoire, qui sont, également, tout un roman. Françoise Cazal expose aussi de façon synthétique le projet original qu’avait Correas, professeur dans un collège universitaire de Salamanque, en réunissant cette somme de proverbes, ses visions novatrices concernant la simplification de l’orthographe, son alphabet propre (a, e, i, o, u, r, l, n, s…), et son astucieux cryptage numérique pour voiler les énoncés jugés par lui trop malsonnants. Mais surtout, Françoise Cazal s’appuie sur des versions exactes des proverbes et signale les nombreuses erreurs textuelles qui, au cours du parcours éditorial accidenté de ce recueil si important, se sont accumulées, en particulier du fait de l’intervention d’un mauvais copiste, erreurs hélas répercutées dans l’édition digitale et sur Internet, avant que les formes correctes ne soient restituées dans l’édition de Louis Combet révisée par Robert Jammes. Par exemple, on peut lire dans la version digitale Al abad que se pone güeco, sopa nueva y almendro seco (« Pour le curé qui fait l’important, soupe nouvelle et amandier sec. »), ce qui n’a aucun sens, alors qu’il s’agit de Al abad que se pone güeco, soga nueva y almendro seco. (A 1106 r) : « Pour le curé qui fait l’important, corde neuve et amandier sec » (on lui souhaite d’être pendu avec une corde neuve, bien solide pour qu’il n’en réchappe pas et de surcroît à un arbre mort, pour que ce soit plus infamant).

10 Le dernier chapitre, lui-même divisé en deux parties, concerne d’abord la matérialité des repas (leur cadre, la gestuelle qui y était associée, leur rythme, leur hygiène, la qualité de leurs ingrédients, leur préparation, les coutumes alimentaires (la boisson est fort bien représentée), les menus selon les âges (ceux des enfants, ceux des vieillards, ceux des amoureux), mais aussi les aspects sociaux de certains comportements à table : les manifestations de satisfaction ou de frustration, ou encore les rapports de domination. Ce dernier chapitre aborde ensuite les prescriptions religieuses associées aux repas et, plus généralement, les liens qui unissent table et économie domestique, table et rang social, nourriture et travail. On découvre, amusés, qu’au-delà de la convivialité bien connue des Espagnols du Siècle d’or, s’exprime dans les proverbes une attitude de jouissance hédoniste, voire égoïste, du plaisir alimentaire, qui suppose un certain repli sur la sphère familiale : on aime partager les repas avec autrui, mais pas trop tout de même !

11 L’Espagne du Siècle d’Or racontée par les proverbes de Françoise Cazal, ouvre en effet toutes grandes les portes de l’oralité au Siècle d’or et permet, comme le souhaite son auteur, d’« écouter, tout simplement, ce que les gens disaient », de « s’immiscer dans la bande sonore, ô combien pittoresque, des Espagnols du xviie siècle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Garmendia, « Françoise Cazal, L’Espagne du Siècle d’Or racontée par les proverbes. Les aliments dans le Vocabulario de refranes y frases proverbiales de Gonzalo Correas (1627), Paris, 2019. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6352

Haut de page

Auteur

Vincent Garmendia

Agrégé d'espagnol et docteur ès Lettres, Vincent Garmendia a été attaché culturel et directeur de l'Institut Français de Barcelone. Il a enseigné à l'Institut d'études ibériques et ibéro-américaines de l'Université Michel Montaigne Bordeaux III jusqu'en 2003 année où il devient professeur émérite des Universités.Spécialiste du carlisme et de l'histoire du Pays basque, il s'est intéressé ces dernières années aux proverbes espagnols avec deux ouvrages : Le carnaval des noms, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009 et De Madrid al cielo, Dictionnaire des expressions espagnols avec toponyme et leur équivalent français, Paris, Connaissances et savoirs, 2016. vgarmendia@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals