Navigation – Plan du site
Elèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire

Les grèves d’étudiants au quartier latin au temps de François Villon

Student Strikes in the Quartier Latin at the Time of François Villon
Las huelgas estudiantiles en el Barrio Latino en tiempos de François Villon
Sophie Brouquet

Résumés

Corps uni par l’âge, le sexe et la conscience d’un statut intellectuel supérieur, l’Université médiévale fait preuve d’un fort attachement à ses privilèges. Cet esprit de corps se double d’une véritable indépendance, chèrement acquise, vis-à-vis des autorités municipales, ecclésiastiques et royales. L’histoire de l’université de Paris est faite de ces conflits plus ou moins longs, plus ou moins violents qui agitent maîtres et étudiants. Leur origine en est souvent la même, la défense des privilèges qui passe par tous les instruments mis au service des clercs : la grève, la cessation des cours, la dispersion, prévus dans leurs statuts de fondation, mais aussi par des actions beaucoup plus violentes dont le poète François Villon fut l’acteur et le spectateur entre 1441 et 1445.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Universidad, huelga, François Villon

Géographique :

Paris
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques le Goff, « Les Universités et les pouvoirs publics au Moyen‑Âge et à la Renaissance », dans (...)
  • 2 Opposant la robe du clerc à la ville. Jacques Verger, « Les conflits “ town and gown” au Moyen‑Âge  (...)

1Corps uni par l’âge, le sexe et la conscience d’un statut intellectuel supérieur, l’Université médiévale fait preuve d’un fort attachement à ses privilèges au même titre d’ailleurs que toutes les autres corporations urbaines. Cet esprit de corps se double d’une véritable indépendance, chèrement acquise, vis‑à‑vis des autorités municipales, ecclésiastiques et royales1. L’histoire des Universités est faite de ces conflits town and gown2 plus ou moins longs, plus ou moins violents qui agitent maîtres et étudiants. Leur origine en est souvent la même, la défense des privilèges. Une âpre défense qui passe par tous les instruments mis au service des clercs – la grève, la cessation des cours, la dispersion – prévus dans leurs statuts de fondation, mais aussi par des actions beaucoup plus violentes.

  • 3 Jean Favier, Paris au xve siècle, 1380‑1500, Paris, Hachette, 1997, p. 204.
  • 4 Serge Lusignan, « Vérité garde le roy ». La construction d’une identité universitaire en France (xi (...)

2À Paris, la guerre de Cent Ans et l’occupation anglaise jusqu’en 1436 de la capitale du royaume ont considérablement amoindri les rangs des étudiants de l’Université. Face aux pressions toujours croissantes de la fiscalité et de la justice royales, le corps universitaire s’arc‑boute sur ses privilèges en multipliant les grèves3. Depuis les premiers statuts du studium parisien en 1215, la communauté des scolares, professeurs et écoliers, bénéficie d’un droit de cessation de cours en cas d’attaque de ses privilèges4. Cette arme a été souvent utilisée au cours des siècles et peut s’apparenter à une grève estudiantine.

3L’Université entame ainsi une longue suspension des cours qui s’étend du 15 août au 8 décembre 1443. L’année suivante, elle recommence pour échapper à une levée d’impôt, prétextant que l’un des quatre élus chargés de lever les aides, des impôts indirects de la ville de Paris, a molesté le recteur. Elle proteste et met en avant ses privilèges. La querelle s’enflamme ; six mois de grève s’en suivent du 4 septembre 1444 au 14 mars 1445. Ces querelles économiques sont néanmoins moins virulentes que toutes celles qui touchent au statut des universitaires. Jalousement attachées à leur autonomie, les universités de la fin du Moyen‑Âge n’en subissent pas moins régulièrement des violations de leurs droits auxquelles elles répliquent avec leurs armes traditionnelles : l’appel à la papauté, la cessation des cours et la violence du corps clérical.

1. Paris : l’Université et le prévôt

  • 5 Jacques le Goff, « Les Universités et les pouvoirs publics… », art. cit., p. 198.

4Après avoir âprement acquis son autonomie vis‑à‑vis de l’évêque, l’université parisienne n’a d’autre ennemi que le prévôt, qualifié par Jacques le Goff de « véritable bête noire des universitaires ». Leurs conflits émaillent les chroniques tout au long des xiiie, xive et xve siècles5. Paris ne dispose pas d’un corps municipal organisé au Moyen‑Âge, seul le prévôt royal qui siège au Châtelet fait figure d’autorité locale, mais il ne faut pas s’y tromper, il représente davantage le pouvoir capétien que la population. Depuis le règne de Philippe Auguste, la monarchie a accordé de nombreux privilèges à l’Université, des avantages que le prévôt s’engage à respecter par serment ; mais, sur le terrain, ses agents se laissent volontiers aller à des empiétements ou à de véritables violations des droits des maîtres et étudiants qui ripostent par la violence.

5Le xve siècle a longtemps été considéré par les historiens comme une période de déclin des universités, tombées dans la routine de la scolastique et peu ouvertes au renouvellement qu’apporte l’humanisme. De nombreuses études ont montré que ce tableau pessimiste était éloigné de la réalité.

  • 6 Jacques Verger, « Les universités françaises au XVe siècle : crise et tentative de réforme », Cahie (...)
  • 7 Jean Favier, Paris au xve siècle, op. cit., p. 233.
  • 8 Simone Guénée, Les Universités françaises des origines à la Révolution. Notices historiques, Paris, (...)

6Avec le retour à la paix et la libération de Paris en 1436, l’université retombe dans ses vieilles querelles avec le prévôt. Les clercs continuent d’user de leurs armes traditionnelles comme la grève. De 1441 à 1445, cinq grèves éclatent d’une durée variable, mais au total un tiers de cette période voit la suspension des cours. Charles VII, très vite hostile à une Université qui ne l’a jamais soutenu, se montre peu enclin à accepter ses privilèges fiscaux et judiciaires et à donner tort à ses agents qui les bafouent sans vergogne. À la suite d’une nouvelle grève pour échapper à l’impôt en 1445, le roi, par l’ordonnance du 26 mars 1446, supprime le for ecclésiastique et confie au Parlement de Paris la juridiction sur toutes les causes civiles et criminelles de l’Université6. L’institution perd ainsi une grande partie de son autonomie quand, deux ans plus tard, le roi lui ordonne de se réformer7. Il désigne des commissaires en 1448 pour mener à bien la réforme, mais les clercs les récusent et c’est finalement l’arrivée du légat du pape Guillaume d’Estouteville qui permet la promulgation de la réforme sous son nom. Les nouveaux statuts sont promulgués le 1er juin 14528.

  • 9 André Coutin, Huit siècles de violence au Quartier Latin, Paris, Stock, 1969, p. 83.
  • 10 Idem, p. 86.

7Cette mainmise royale sur l’Université n’interdit pas quelques derniers soubresauts du corps atteint dans son orgueil. Un an plus tard, le 9 mai 1453, le recteur Jean Hue, un maître en théologie se rend à l’hôtel du prévôt pour y réclamer la libération d’une centaine d’écoliers emprisonnés au Châtelet. Il est accompagné d’une forte troupe d’étudiants, et, sous la pression, le prévôt Robert d’Estouteville relâche les prisonniers9. Mais, les universitaires sont attaqués par les sergents aidés par la population parisienne et quelques écoliers sont tués. Le lendemain, l’Université se réunit au couvent des Bernardins pour y déclarer la suspension des cours et des sermons. Le recteur se rend devant le Parlement le 12 mai et réclame justice contre le prévôt et le lieutenant criminel de Paris. Le Parlement n’a pas l’intention de donner tort à l’officier royal, issu de la haute noblesse et frère du légat du pape, aussi la grève se durcit. Finalement, Charles VII se voit contraint d’intervenir le 20 juin 1453. Huit sergents sont condamnés à faire amende honorable devant le collège des Bernardins et l’un d’eux, Jean Charpentier, qui a osé s’en prendre au recteur, a le poing tranché. Cependant, le roi ne veut pas désavouer son prévôt. L’Université poursuit donc sa grève. Le 16 janvier 1454, Charles VII propose au recteur d’ouvrir un procès à condition que les cours reprennent. En réalité, seul le lieutenant criminel est destitué ; quant au prévôt, il demeure intouchable sous la protection du roi. L’Université poursuit donc sa grève qui ne prend fin que le 4 décembre 145410.

2. François Villon, un étudiant gréviste

  • 11 François Villon, Œuvres, Le Lais, huitains XXXV à XXXVII, André Lanly (éd.), Paris, Honoré Champion (...)

8La poésie de François Villon est fortement imprégnée par son séjour à l’Université de Paris. Il y a connu ses camarades d’études, pour le meilleur et pour le pire, et surtout acquis une forme de pensée, marquée par la scolastique qui y règne alors en maîtresse. Même s’il finit par rejeter le milieu universitaire et l’accabler de sarcasmes dans son Lais, Villon restera tout sa vie un écolier11.

  • 12 Jacques Verger, « À la naissance de l’individualisme et de la pensée universelle : la contribution (...)

9En entrant à la faculté des Arts, François s’intègre dans quatre corps auxquels il prête serment de loyauté : l’école, la faculté, la Nation de France et l’Université. Cette quadruple appartenance lui est sans cesse rappelée par les assemblées qui se réunissent, soit au niveau général, soit à des niveaux inférieurs comme les facultés. Ces réunions offrent l’occasion de délibérer sur la vie estudiantine dans une relative liberté, parfois de manière conflictuelle, mais non sans raviver la conscience de l’appartenance à un groupe très particulier au sein de la société urbaine12. Cette cohésion est renforcée par l’ensemble des cérémonies qui jalonnent l’année universitaire. Maîtres et étudiants se retrouvent chaque semaine pour la messe dominicale, mais aussi pour certaines fêtes particulièrement solennelles, comme la sainte Catherine, la saint Nicolas et la saint Hilaire, saints patrons des lettrés. Il existe aussi des messes quotidiennes pour le repos des âmes des anciens membres. Lors des grands événements, l’Université défile en tête des processions qui parcourent la ville, parmi les institutions les plus honorées de la ville de Paris. Elle s’y affirme comme un corps solide et cohérent, attaché à ses privilèges et empreint de cette distinction que lui confère le monopole du savoir.

  • 13 Bibl de l’Université, Reg de la nation de France, ms n° 1, fol. 155. Un peu plus bas on lit Dominus (...)
  • 14 Colette Beaune (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris, Livre de Poche, Lettres gothiques, Paris, 19 (...)

10Au cours de son séjour sur les bancs de la faculté des Arts, François a subi ou, plutôt si on l’en croit, bénéficié des nombreuses cessations de cours et agitations qui se sont emparées de l’université parisienne. Il s’inscrit sur le registre de la nation de France13. Entre 1441 et 1445, cinq grèves d’une durée variable éclatent à Paris ; au total, un tiers de cette période voit la suspension des cours et les écoliers, livrés à eux‑mêmes, baguenaudant dans les rues de la capitale. L’une des grèves les plus longues s’étend du 15 août au 8 décembre 1443. L’année suivante, protestant contre une levée d’impôt, le recteur prétend qu’il a été insulté par l’un des quatre élus, chargés de lever les aides. Comme bien souvent, l’Université fait preuve de résistance en cette affaire. Les aides sont des impôts indirects destinés à la ville de Paris, or les membres des facultés ne sont exemptés que des impôts directs dus au roi. La querelle s’enflamme ; six mois de grève s’ensuivent du 4 septembre 1444 au 14 mars 144514.

11En 1445, alors que François fait ses premiers pas à la faculté, un maître ès‑arts, Jean Gouda, est emprisonné au Châtelet avec des écoliers sur les ordres du prévôt. L’évêque de Paris les réclame aussitôt comme clercs ainsi que le recteur de l’Université qui menace de faire cesser les leçons. Mais Charles VII n’en a cure ; il ordonne d’instruire leur procès au Parlement qui sera désormais le seul tribunal compétent pour tous les différents qui agitent l’Université. Pire encore, il diligente une enquête contre les instigateurs de la grève et menace de les punir.

  • 15 André Coutin, Huit siècles de violence, op. cit., p76.
  • 16 Le bas‑relief est conservé de nos jours à l’École des Beaux‑Arts de Paris.

12Tandis que François s’apprête à se présenter au baccalauréat, le conflit rebondit. En 1447, un maître en théologie nommé Aimery, poursuivi par les sergents du prévôt de Paris, se réfugie au couvent des Grands Augustins où il est accueilli par les frères comme le veut le droit d’asile. Mais les sergents ne l’entendent pas de cette oreille ; violant cette règle sacrée, ils pénètrent en force dans le cloître pour s’emparer de leur victime, tuant un frère au passage. Les Augustins portent plainte contre trois sergents, Jean Bayard, Gillet Rolland et Guillaume Besançon qui sont condamnés à se rendre sur les lieux du crime en chemise de pénitent, un cierge à la main, pour faire amende honorable devant toute l’Université avant d’être bannis de Paris15. En mémoire de ce châtiment exemplaire, les frères font sculpter une dalle commémorative fixée au mur de leur couvent16.

13Comme tous les écoliers parisiens, dès ses premières années d’études, François a donc vécu au rythme des grèves et des manifestations de colère qui agitent le Quartier latin. Alors qu’il termine brillamment ses études, une nouvelle affaire vient déclencher la fureur des autorités parisiennes, et celle‑ci, s’il n’en pas été l’instigateur, du moins y‑a‑il largement participé.

3. Le Pet au diable, 1452

Je lui donne ma bibliothèque

et le roman du Pet au Diable,

que recopia maître Guy Tabarie,

qui est un homme véridique.

Il se trouve en cahiers, sous une table,

bien que la façon en soit rude,

la matière est tellement considérable

  • 17 François Villon, Œuvres, Testament, A. Lanly (éd.), Paris, Honoré Champion, 1992, huitain LXXXVIII, (...)

qu’elle en rachète toute l’imperfection17.

14Dans son Testament, François se dit l’auteur d’un roman épique, le Pet au Diable, qu’il offre à son tuteur Guillaume de Villon en guise de legs. Il le présente avec fausse modestie comme un roman de chevalerie, un poème épique, célébrant les hauts faits qui se sont produits à Paris pendant sa dernière année à la faculté des Arts. François manie ici la parodie et l’ironie pour évoquer ce qui, au départ, fut l’un des plus beaux canulars jamais organisés par les étudiants parisiens, pourtant coutumiers du fait.

  • 18 Pierre Champion, François Villon, sa vie et son temps, Paris, Honoré Champion, 1913, p. 53.
  • 19 Jean Favier, François Villon, Paris, Fayard, 1982, p. 146.

15Le Pet au Diable était le nom d’une grosse pierre, sans doute une ancienne borne, placée devant l’hôtel d’une noble et antique demoiselle, Catherine de Bruyères, veuve d’un trésorier royal et de sa fille Isabelle, veuve elle‑aussi d’un maître des monnaies, sur la rive droite, non loin des Halles, rue du Martroi‑Saint‑Jean18. Catherine de Bruyères était réputée dans Paris pour sa bigoterie et sa volonté de sauver à tout prix les pécheresses les plus endurcies qui racolaient leurs clients dans les allées du Cimetière des Innocents, tout près de sa demeure19.

16Dans son Testament poétique, François lui lègue sa Ballade des femmes de Paris où il la dépeint dans son activité de prédicatrice.

Item parce qu’elle connaît sa Bible

je donne à mademoiselle de Bruyères

le droit de prêcher dehors l’Evangile

à elle et à ses « bachelières » ‑

pour ramener dans le droit chemin

  • 20 Filles légères.

les « villotières20 » qui ont le bec si bien effilé

à condition que ce soit fait, non dans les cimetières,

  • 21 François Villon, Œuvres, Testament, op. cit., huitain CXLIV p. 199‑201. Le marché au Filé est situé (...)

mais bien au Marché au fil21.

  • 22 Paris, BnF, ms. Dupuy, 250.

17La proximité de cette pierre phallique avec le prosélytisme religieux de sa propriétaire est un éternel sujet d’amusement pour les étudiants. La pierre attire les passants de tout poil, les ivrognes et est un trophée fort désiré des écoliers parisiens. Déjà, en 1451, ils s’emparent du Pet au Diable et l’amènent en triomphe sur la Montagne Sainte‑Geneviève, rue du Mont‑Saint‑Hilaire, en plein cœur du Quartier latin. Mademoiselle de Bruyères proteste contre ce vol et, le 15 novembre, le Parlement ordonne au lieutenant criminel du Châtelet, Jean Bezon, d’investiguer sur l’affaire et de ramener la pierre dans la cour du palais du Parlement au titre de pièce à conviction. Une enquête permet de découvrir les coupables qui sont immédiatement arrêtés et cités à comparaître22.

18Ce coup de force suscite la réaction brutale des étudiants qui descendent en armes sur l’île de la Cité. Munis de leviers, ils soulèvent la herse du portail du Parlement, menaçant de tuer le portier qui tentait de donner l’alarme, libèrent leurs compagnons et reprennent leur précieux trophée. Mais ils ne s’arrêtent pas là et traversent la Seine pour se rendre aux Halles où ils tentent de décrocher l’enseigne de la Truie qui file. Malheureusement, l’écolier qui devait s’en emparer tombe de l’échelle et se tue. Cela ne décourage pas ses compagnons qui vont s’emparer d’une autre pierre que Mademoiselle de Bruyères a fait placer devant son hôtel pour remplacer le Pet au Diable et qu’ils baptisent la Vesse, le pet silencieux. Fille du Pet au Diable, la Vesse est portée en triomphe sur la Montagne Sainte‑Geneviève où elle est fixée par de larges bandes de fer et scellée au sol par du plâtre.

  • 23 Pierre Champion, François Villon, op. cit., p. 55.

19Les étudiants célèbrent alors son baptême au cours de bruyantes festivités. Cette victoire symbolique sur les sergents du Châtelet et les bourgeois de Paris s’accompagne dans les nuits qui suivent de chants et de danses. Les écoliers poussent la provocation jusqu’à arrêter les passants qui s’aventurent aux alentours pour les forcer à prêter serment aux privilèges de la Vesse23.

20Le Pet au Diable est installé rue du Mont Saint Hilaire, tout près de Saint‑Benoît le Bétourné, et protégé par une pierre posée dessus. Célébré comme une idole, il reçoit les dimanches et jours de fête un chapeau de fleurs. Quant à l’enseigne de la Truie qui file, les écoliers célèbrent ses noces avec celle de l’Ours, une autre pancarte volée.

21Exaspérés, les bourgeois font appel au prévôt de Paris, Robert d’Estouteville, qui décide de remettre de l’ordre au Quartier latin. Il organise le 6 décembre 1452 une expédition pour reprendre les deux pierres et les enseignes afin de les rendre à leurs propriétaires. La date n’a pas été choisie au hasard, c’est une véritable provocation de la part des forces de police puisque le 6 décembre est jour de la saint Nicolas, le patron des écoliers. La fête carnavalesque dégénère en une rixe sanglante.

22Sur son chemin, Robert d’Estouteville s’arrête dans l’hôtel de l’avocat Jean de Vaudetar tandis que ses sergents s’emparent de la Vesse et du Pet au Diable et les placent sur une charrette. Le lieutenant criminel vient lui faire son rapport, puis gagne la maison de Saint‑Étienne où des écoliers, pourchassés par ses hommes, se sont réfugiés. Les sergents forcent la porte et trouvent dans la demeure des enseignes, des crochets volés aux bouchers de la Montagne Sainte‑Geneviève, des couteaux et même un petit canon. Le prévôt décide de faire fouiller les maisons voisines. Ses hommes pénètrent aussi dans la maison à l’enseigne de saint Nicolas fréquentée par les étudiants et dans l’hôtel de maître Coquerel, prévôt d’Amiens et grand pédagogue. Bien que celui‑ci ait accepté d’ouvrir sa porte, elle est forcée par les sergents qui arrêtent une quarantaine d’écoliers, coupables ou innocents.

  • 24 Paris, AN X2a 25, éditée par Auguste Longnon, Étude biographique sur François Villon d’après les do (...)

23Les sbires du prévôt se mettent à piller et à vider les caves de leurs réserves de vin. Dans le feu de l’action, ils vont même jusqu’à s’emparer d’une jeune fille dans la maison Saint‑Nicolas sous le prétexte qu’à leur arrivée elle était en train de hacher de la viande et donc armée, ainsi que d’un petit garçon d’une dizaine d’années. Tous sont tous jetés dans un cul de basse fosse au Châtelet, sans boire ni manger pendant plus de 10 heures24. Ultime provocation, un sergent s’empare de la robe d’un écolier pour se déguiser et se moquer des universitaires.

  • 25 Paris, Bibliothèque de l’Université, registre de la nation de France, ms n° 1, fol. 167v.

24Aussitôt, l’Université se met en grève pour protester contre ces violences injustifiées. Le 9 mai 1453, elle se réunit pour délibérer au sujet « des molestations atroces » commises par le lieutenant criminel du Châtelet et décide d’envoyer le recteur chez le prévôt de Paris pour exiger la libération des prisonniers25. Pour faire preuve de bonne volonté, le recteur sera seulement accompagné d’un groupe de huit étudiants non armés. Jean Hue, un maître en théologie, se rend donc rue de Jouy chez le prévôt pour lui signifier que lui et son lieutenant ont abusé de leur pouvoir et fait emprisonner des innocents, détenus dans d’atroces conditions.

  • 26 Voir la lettre de rémission. Paris, AN, JJ 185, p. 309, juin 1453.

25Le prévôt semble écouter ses remontrances et donne l’ordre à un certain Nicolas de faire libérer sur le champ les écoliers innocents et d’imposer des cautions aux coupables. Satisfait, le recteur remercie Robert d’Estouteville et quitte son hôtel, acclamé par une troupe de huit cents étudiants venus aux nouvelles. Ils s’apprêtent à quitter la rue de Jouy, une venelle très étroite, pour gagner la grand’ rue Saint‑Antoine quand ils tombent sur Henry le Fèvre, commissaire au Châtelet, et des sergents que le prévôt a convoqués. Ceux‑ci laissent d’abord passer le recteur, mais une bousculade se produit. Henry le Fèvre s’écrie alors : « À l’aide, au roy, à l’arme, à la mort, tuez ! » Les sergents frappent les écoliers, venus sans armes en gage de bonne volonté, qui cherchent à s’enfuir ou à se réfugier dans les maisons et les jardins voisins. Mais la population alertée tend des chaînes dans les rues et garde leurs issues. Un sergent nommé Jean Aymart s’écrie « Tuez, tuez, il y en a trop ». Quelques écoliers entourent le recteur, menacé par un archer. Un autre homme du prévôt, Jean Charpentier, brandit une dague et jure de le conduire chez Robert d’Estouteville mais le recteur garde son calme et répond qu’il en sort. Dans la bagarre, un écolier est mort, un étudiant en décret, réputé pour sa bonne conduite ; les blessés sont nombreux26.

  • 27 Paris, BnF, ms. Dupuy 250.

26Quatre jours plus tard, le recteur et les maîtres de l’Université se rendent au Parlement pour protester contre ces violences policières27. En riposte, l’Université a immédiatement suspendu les cours et refuse de les reprendre tant qu’elle n’aura pas obtenu réparation. Le 16 mai, Jeannin Valet, un sergent royal, et Jean Colet sont cités à comparaître. Le lieutenant Jean Bezon demande à être entendu par le Parlement pour éviter au prévôt d’être mis en cause. Robert d’Estouteville s’esquive, prétendant être malade.

  • 28 Paris, BnF, ms. Dupuy 250. AN Xaa 26 fol. 236 X aa 27 2 décembre 1454.
  • 29 Paris, BnF, ms. Dupuy 250.

27Le Parlement finit par donner raison à l’Université le 16 juin. Le sergent Jean Charpentier est condamné à faire amende honorable. Il devra faire ses excuses au procureur général du roi, à l’évêque de Paris, à l’Université et au Parlement. En chemise de condamné, la corde au cou, il est placé sur une charrette et promené le long d’un itinéraire qui le mène jusqu’à la Porte‑Baudoyer où le bourreau lui coupe le poing28. Il doit en outre payer 400 livres d’amende. D’autres sergents compromis dans la rixe sont bannis de Paris. Mais ils ne sont pas les seuls à s’être acharnés sur les étudiants, les Parisiens les ont largement encouragés. Un compagnon barbier, Jean Villain, est condamné à mort le 6 septembre29.

  • 30 Ibidem.

28Cependant, l’Université n’est pas satisfaite car tous ces coupables ne sont que des seconds couteaux. Elle réclame la punition du prévôt qui a trahi sa parole. Le Parlement promet de faire un procès au représentant du roi, à condition que les cours reprennent. Finalement, Robert d’Estouteville sauve sa tête et c’est son lieutenant Jean Bezon qui fait les frais de l’affaire et perd sa fonction, le 21 juin 145430. La grève de l’Université a duré plus d’un an quand le 21 août 1454, le Parlement la somme de mettre fin à sa grève. Il s’agit en l’occurrence d’un véritable baroud d’honneur car la concurrence des universités provinciales et la mainmise du pouvoir royal sur l’institution affaiblissent considérablement le poids politique du studium parisien.

  • 31 Sophie Cassagnes‑Brouquet, « De moi, pauvre, je veux parler ». Vie et mort de François Villon, Pari (...)

29C’est dans ses conditions burlesques et tragiques à la fois que François achève ses études à l’Université. Avait‑il l’envie de les poursuivre ou bien la longue grève de l’Université l’en a‑t‑elle dissuadé31 ?

Haut de page

Notes

1 Jacques le Goff, « Les Universités et les pouvoirs publics au Moyen‑Âge et à la Renaissance », dans Jacques le Goff, Un Autre Moyen‑Âge, Paris, Gallimard, 1999, p. 193‑213.

2 Opposant la robe du clerc à la ville. Jacques Verger, « Les conflits “ town and gown” au Moyen‑Âge : essai de typologie » dans p. Gilli, J. Verger et D. Le Blevec (dir.), Les Universités et la ville au Moyen‑Âge. Cohabitation et tension, Leyde‑Boston, Brill, 2007, p. 237‑255.

3 Jean Favier, Paris au xve siècle, 1380‑1500, Paris, Hachette, 1997, p. 204.

4 Serge Lusignan, « Vérité garde le roy ». La construction d’une identité universitaire en France (xiiiexve siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999 ; Antoine Destemberg, « Le modèle parisien des cessationes a sermonibus et lectionibus ou l’invention de la « grève » à l’Université (xiiiexve siècle) », dans C. Giraud et M. Morard (éd.), Universitas scolarum. Mélanges offerts à Jacques Verger, Genève, Droz, p. 72‑103.

5 Jacques le Goff, « Les Universités et les pouvoirs publics… », art. cit., p. 198.

6 Jacques Verger, « Les universités françaises au XVe siècle : crise et tentative de réforme », Cahiers d’histoire, t. XXI, 1976, p. 51 ; Henri Denifle, Émile Châtelain (éd.), Chartularium Universitatis Parisiensis, 1394‑1452, Paris, Delalain, 1897, t. IV, n° 2608.

7 Jean Favier, Paris au xve siècle, op. cit., p. 233.

8 Simone Guénée, Les Universités françaises des origines à la Révolution. Notices historiques, Paris, Alphonse Picard, 1982, p. 32.

9 André Coutin, Huit siècles de violence au Quartier Latin, Paris, Stock, 1969, p. 83.

10 Idem, p. 86.

11 François Villon, Œuvres, Le Lais, huitains XXXV à XXXVII, André Lanly (éd.), Paris, Honoré Champion, 1991, p. 75‑77.

12 Jacques Verger, « À la naissance de l’individualisme et de la pensée universelle : la contribution des universités médiévales », dans J. Coleman (dir.), L’individu dans la théorie politique et dans la pratique, Paris, PUF, 1996, p. 74.

13 Bibl de l’Université, Reg de la nation de France, ms n° 1, fol. 155. Un peu plus bas on lit Dominus Francescus de Montcorbier de Parisius incepturus sub ma de Conflans, tunc procuratore.

14 Colette Beaune (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris, Livre de Poche, Lettres gothiques, Paris, 1990, p. 421, n° 844.

15 André Coutin, Huit siècles de violence, op. cit., p76.

16 Le bas‑relief est conservé de nos jours à l’École des Beaux‑Arts de Paris.

17 François Villon, Œuvres, Testament, A. Lanly (éd.), Paris, Honoré Champion, 1992, huitain LXXXVIII, p. 199‑201.

18 Pierre Champion, François Villon, sa vie et son temps, Paris, Honoré Champion, 1913, p. 53.

19 Jean Favier, François Villon, Paris, Fayard, 1982, p. 146.

20 Filles légères.

21 François Villon, Œuvres, Testament, op. cit., huitain CXLIV p. 199‑201. Le marché au Filé est situé près du Cimetière des Innocents et ses marchandes avaient mauvaise réputation.

22 Paris, BnF, ms. Dupuy, 250.

23 Pierre Champion, François Villon, op. cit., p. 55.

24 Paris, AN X2a 25, éditée par Auguste Longnon, Étude biographique sur François Villon d’après les documents inédits conservés aux archives nationales, Paris, Henri Menu, p. XXXV‑LIII.

25 Paris, Bibliothèque de l’Université, registre de la nation de France, ms n° 1, fol. 167v.

26 Voir la lettre de rémission. Paris, AN, JJ 185, p. 309, juin 1453.

27 Paris, BnF, ms. Dupuy 250.

28 Paris, BnF, ms. Dupuy 250. AN Xaa 26 fol. 236 X aa 27 2 décembre 1454.

29 Paris, BnF, ms. Dupuy 250.

30 Ibidem.

31 Sophie Cassagnes‑Brouquet, « De moi, pauvre, je veux parler ». Vie et mort de François Villon, Paris, Albin Michel, 2016, p. 97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Brouquet, « Les grèves d’étudiants au quartier latin au temps de François Villon », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6561 ; DOI : 10.4000/framespa.6561

Haut de page

Auteur

Sophie Brouquet

Sophie Brouquet est professeure d’histoire médiévale à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès. Après un doctorat d’histoire sous la direction de Jacques Le Goff sur la violence des étudiants à Toulouse aux XVe et XVIe siècles, Sophie Brouquet a mené des recherches sur les comportements déviants et violents des jeunes et des femmes dans le Midi toulousain.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals