Navigation – Plan du site
Elèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire

Introduction au dossier « Elèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire »

Jacques Cantier

Texte intégral

1Le dossier présenté dans ce numéro est issu d’une journée d’études inscrite dans le cadre du séminaire commun de l’axe Corpus de Framespa en 2018. Dans la continuité d’une réflexion sur la norme et la pratique, le thème proposé cette année-là appelait à interroger les notions de contestation et de régulation. L’équipe Studium s’est efforcée d’illustrer cette vaste problématique dans son domaine propre, celui de l’histoire de l’éducation. Des éléments d’actualité prévisibles – le cinquantième anniversaire de Mai 68 – et d’autres plus conjoncturels – le vif débat qui agitait alors la communauté universitaire sur l’opportunité de fusionner les campus toulousains – donnaient une résonnance particulière à cette interrogation. Toutefois, si certaines de nos communications nous rapprochaient du terrain de l’histoire immédiate, la volonté de Studium, groupe pluridisciplinaire ouvert aux spécialistes de toutes les périodes historiques, était d’inscrire sa réflexion dans le temps long qui permet de rendre compte des continuités et des ruptures, des héritages et des renouvellements. Une médiéviste, deux modernistes, deux contemporanéistes ont donc été conviés à présenter une communication lors de cette journée d’étude qui s’est poursuivie par un stimulant échange entre deux acteurs, témoins et analystes des événements de Mai 68, interrogés par un doctorant de Framespa.

  • 1 Émile Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 2004 (1895), p. XXII.

2Les contributions rassemblées ici rendent compte et prolongent les échanges de notre journée d’étude. Sans prétendre bien sûr à l’exhaustivité, elles entendent souligner, dans leur diversité, la pertinence de la dialectique « régulation/contestation » dans le cadre d’une histoire sociale et culturelle du fait éducatif. La volonté de régulation du corps social est en effet au cœur de tout phénomène institutionnel. Durkheim, qui présentait la sociologie comme la science des institutions, s’est ainsi attaché à mettre en évidence cette fonction normative. Une institution sociale, notait-il, se manifeste par sa capacité à susciter des « manières d’agir, de penser et de sentir qui présentent cette remarquable propriété qu’elles existent en dehors des consciences individuelles1 ». L’institution apparaît dès lors comme une règle du jeu sous-tendue par un ensemble de normes ou de valeurs plus ou moins intériorisé par les acteurs sociaux. L’observation concrète révèle toutefois l’étendue des possibilités d’exécution – conforme ou déviante – de la règle. Les acteurs sociaux peuvent s’efforcer de la mettre en œuvre de façon scrupuleuse comme ils peuvent rechercher, à titre individuel ou collectif, les façons de la contourner, de s’en affranchir ou de la mettre à bas. La révolte apparaît alors comme recherche de nouvelles régulations plus justes ou plus efficaces et, si elle trouve des soutiens suffisants, peut donc déboucher sur un nouveau régime de normes et de pratiques.

  • 2 Voir la récente synthèse de Christophe Charle et Jacques Verger, Histoire des universités XIIe-XXIe(...)

3Les institutions éducatives apparaissent comme un terrain d’observation particulièrement pertinent pour la compréhension de ces processus. L’histoire de l’université, qui a retenu plus particulièrement l’attention des contributeurs de ce recueil, en témoigne. L’institution n’a cessé de s’affirmer du Moyen-Âge à la période moderne pour aboutir à la position sociale centrale qu’elle occupe dans les sociétés actuelles. Sa fonction normative se manifeste dans sa volonté de transmission d’un corpus de connaissances rassemblant les composantes de la culture savante d’une époque. Elle relève aussi d’une mission plus implicite de socialisation des futures élites. L’importance de ces missions justifie dès l’origine les libertés et privilèges réclamés par les communautés universitaires. La dialectique de la régulation et de la contestation est consubstantielle à chacun de ces éléments fondateurs. La fonction de transmission suppose ainsi une délimitation de l’ensemble des disciplines et des autorités légitimes. Le noyau initial composé des arts libéraux, de l’étude de l’écriture sainte, de l’enseignement du droit et de la médecine a été amené à s’étendre au gré de l’évolution des curiosités intellectuelles et des développements de la recherche. L’organisation des cursus a elle aussi évolué vers une uniformisation progressive des études pour permettre la mise en place d’un régime cohérent d’examens et de diplômes. Des fondations médiévales au processus de Bologne à la fin du vingtième siècle, ces ajustements de l’institution sont toujours le résultat d’un affrontement de forces complexes et antagonistes2. La fonction socialisatrice a connu elle aussi d’importantes recompositions : les contributions de notre recueil illustrent ainsi l’évolution des formes d’association admises ou tolérées au sein de la jeunesse universitaire et des formes d’expression qui les rendent visibles dans l’espace public.

  • 3 René Rémond, La Règle et le consentement. Gouverner une société, Paris, Fayard, 1979, p. 20.

4Sur toutes ces lignes de tension traversant l’histoire de l’institution, la contestation a trouvé sa place dans la recherche de nouvelles régulations. Les formes de conflictualité sont toutefois variables. La communauté universitaire présente ainsi parfois un front uni, rassemblant les autorités dirigeantes, les enseignants et les étudiants. Il s’agit alors de dénoncer les abus de pouvoir dont certains de ses membres ont été victimes ou d’affirmer la volonté de défendre des libertés menacées. Mais la contestation peut aussi dans d’autres circonstances traverser la communauté. Monde à part, pouvant apparaître comme un ensemble homogène aux yeux extérieurs, la collectivité universitaire constitue en effet une société composite, juxtaposition de groupes différenciés dont la complexité se développe avec la croissance de l’institution. Revenant à la fin des années 1970 sur son expérience de premier président de l’université de Nanterre, René Rémond évoquera « une collection de microsociétés qui ne se trouvent unies que par intermittence3 » et au sein desquelles peut facilement s’insinuer un principe de défiance. Conflits de générations, différences de statuts et de positions par rapport à l’institution sont autant de causes d’éventuelle conflictualité. La coïncidence de la règle et du consentement ne va alors plus de soi.

  • 4 François Grèzes-Rueff, Jean Leduc, Histoire des élèves en France. De l’Ancien Régime à nos jours, P (...)

5L’ordre secondaire, évoqué dans notre recueil par une contribution consacrée aux collèges jésuites, permet lui aussi d’éclairer cette réflexion. Son histoire, depuis l’époque moderne, s’organise en effet autour d’une volonté de construction d’un canon de connaissances, de préceptes moraux et de règles de civilité. La transmission de cet ensemble de savoirs et de savoir être est passée par la mise en place d’une architecture complexe de classes de niveau, de programmes, par la recherche d’une pédagogie efficiente et par l’établissement d’une discipline jugée nécessaire à la formation des élèves. Cette évolution n’a pourtant rien de linéaire et la jeunesse des usagers n’exclut pas les formes de contestation individuelle ou collective, comme l’avaient bien établi dans leur Histoire des élèves en France, Jean Leduc et le regretté François Grèzes-Rueff4. Là encore, la rébellion peut-être régulatrice : les nombreuses révoltes scolaires qui marquent les deux premières décennies de la Troisième République sont à l’origine des réformes de 1890 qui manifestent la volonté de faire évoluer la discipline répressive héritée du passé par une « discipline libérale »…

6L’universalité de la dialectique de la régulation et de la contestation et l’historicité de ces manifestations dans le monde des étudiants et des élèves sont au cœur des différentes contributions de ce numéro. Sophie Brouquet revient ainsi sur un des thèmes de prédilection qui traverse sa recherche, depuis le doctorat qu’elle a consacré, sous la direction de Jacques Le Goff, à la violence des étudiants à Toulouse aux xve et xvie siècle jusqu’à sa récente biographie de François Villon. En évoquant les grèves d’étudiants au Quartier latin au temps de l’auteur du célèbre Testament, elle analyse les différentes formes de conflits town and gown – conflits de la ville et de la robe – qui marquent la période. Elle met en lumière le jeu à variantes multiples qui oppose, autour de la question centrale des libertés universitaires, le monde académique et les autorités et acteurs de la société urbaine. Elle souligne également les formes de mobilisation étudiante, chahuts, fêtes carnavalesques recourant à l’arme de la dérision et les gradations qui font passer de la violence symbolique à la violence physique.

7Patrick Ferté, dont on connaît les importants travaux de prosopographie sur les étudiants du midi de la France, évoque ensuite la turbulente histoire des « nations étudiantes » à Toulouse du xvie au xviie siècle. Il analyse les critères d’affiliation complexes qui rassemblent dans de puissantes alliances les usagers de l’université de Toulouse en quête de réseaux protecteurs. Isolats souvent en butte au reste de la ville, ces groupes développent des sociabilités violentes et des formes de transgression initiatique qui assurent la cohésion de la communauté. Malgré leurs excès, ces sodalités font l’objet d’un plaidoyer chaleureux de l’humaniste Etienne Dolet qui voit dans le droit d’association la possibilité de « vivre ensemble comme de bons compagnons ». La résistance à la régulation est ici durable, le soutien tacite d’un corps enseignant issu de ces organisations et le double jeu du Parlement débouchant sur une tolérance de fait qui perdure jusqu’à la fin de la période.

8La contribution de Véronique Castagnet‑Lars, dont les travaux ont souvent associé questions éducatives et affrontements religieux, permet ensuite d’inverser la perspective en partant du point de vue de l’institution. Elle propose ainsi une relecture originale de la Ratio Studiorum de 1599 destinée aux collèges de la Compagnie de Jésus pour y faire apparaître, en creux, la figure du « dyscole », caractère difficile, indiscipliné, désobéissant, rebelle. La régulation des comportements des élèves concourant au bon gouvernement du collège, le texte fondateur détaille les modalités de mobilisation de la hiérarchie enseignante, les critères d’une grille d’analyse permettant de cerner au plus près la nature de l’élève et les modalités différenciées de prise en charge ou d’exclusion des caractères perturbateurs.

9C’est un autre type de désordre au sein d’une institution prestigieuse qu’évoque Pierre‑Frédéric Charpentier, spécialiste de l’histoire des intellectuels, dans une contribution consacrée à la pétition signée en novembre 1928 par 83 normaliens refusant d’effectuer la Préparation Militaire Spéciale. Le mode d’affiliation est ici politique : les contestataires se retrouvent sur la conviction commune, qu’appelés par leurs études à devenir des éducateurs, « ils se jugent impropres à l’exercice du commandement militaire ». La régulation s’effectue de façon informelle, les autorités affirmant leur réprobation mais se gardant du recours à une procédure disciplinaire. L’épisode révèle en tout cas l’existence, au cœur de l’institution emblématique de la méritocratie républicaine, d’une importante discordance normative entre valeurs patriotiques, célébrées officiellement à l’occasion du dixième anniversaire de l’armistice, et affirmation d’un pacifisme inspiré par la politique de Briand et la philosophie d’Alain.

10Il est également question de rupture de consentement dans le roman de Robert Merle, Derrière la vitre, évoqué par Jacques Cantier. La journée particulière du 22 mars 1968, qui annonce le début des événements de Nanterre, est décrite dans le roman à travers le regard d’une trentaine de personnages, étudiants, enseignants, personnels du campus qui voient leur quotidien basculer. À la croisée de l’histoire et de la fiction, les racines de cette crise majeure se donnent à lire dans la mise à mal du temps ordinaire : dysfonctionnement de la machine universitaire, montée en puissance d’idéologies contestatrices et remise en cause d’un ordre moral répressif au nom d’aspirations hédonistes.

11L’historien Rémy Pech et l’économiste Alain Alcouffe, interrogés par Étienne Bordes, reviennent sur ces événements dont ils ont été témoins et acteurs, l’un à Paris et l’autre à Toulouse. La confrontation de leurs souvenirs et de leurs analyses est particulièrement précieuse pour comprendre le terreau sur lequel est né le mouvement de Mai 68, les colères et les espoirs dont il était porteur et les formes diverses avec lesquelles il a pu se manifester sur l’ensemble du territoire français. L’entretien est également important pour notre problématique, pour son évocation des lendemains du mouvement et les nouvelles régulations au sein d’une université française à reconstruire. Parties prenantes de ce processus, Rémy Pech et Alain Alcouffe montrent les acquis et les résistances qui l’ont parsemé.

Haut de page

Notes

1 Émile Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 2004 (1895), p. XXII.

2 Voir la récente synthèse de Christophe Charle et Jacques Verger, Histoire des universités XIIe-XXIe siècle, Paris, PUF, 2012.

3 René Rémond, La Règle et le consentement. Gouverner une société, Paris, Fayard, 1979, p. 20.

4 François Grèzes-Rueff, Jean Leduc, Histoire des élèves en France. De l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Armand Colin, 2006, p. 167 et suivantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Cantier, « Introduction au dossier « Elèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire » », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6570

Haut de page

Auteur

Jacques Cantier

Jacques Cantier est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès et chargé de cours à l’Institut d’Etudes politiques de Toulouse. Son dernier ouvrage, Lire sous l’Occupation est paru en 2019 chez CRNS Editions.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals