Navigation – Plan du site
Elèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire

L’inapplicable interdiction des nations étudiantes à Toulouse (xvie xviie siècle)

The Inapplicable Banning of the « Student Nations » in Toulouse (16th-17th century)
La imposible prohibición de las naciones estudiantiles en Toulouse (siglos xvi y xvii).
Patrick Ferté

Résumés

Après avoir défini ces fraternités qu’on appelle les « nations étudiantes », l’auteur montre comment à Toulouse ces organisations paralégales assumaient une sociabilité violente, semant les pires désordres dans la ville. Interdites en 1530 par le parlement et les capitouls, au grand dam d’Étienne Dolet qui s’en fit le défenseur au nom de la liberté d’association et de l’amitié, elles résistèrent pourtant encore près d’un siècle, s’affichant au grand jour avec la complicité des professeurs et même le double jeu du parlement qui d’un côté rappelait leur interdiction mais empêchait souvent les capitouls et les soldats du guet de réprimer leurs méfaits et de punir les meneurs.

Haut de page

Texte intégral

1Une « nation étudiante » est un sous‑ensemble du monde étudiant, une « sodalitas » ou organisation estudiantine qui regroupe les compatriotes isolés en fonction de critères géographiques parfois déroutants mais assumés comme cadres d’une identité. Certes, la communauté étudiante globale (cosmopolite) était censée jouer à l’origine ce rôle de statut protecteur ; et de fait, Sophie Cassagnes‑Brouquet a énoncé les critères communs qui marquaient ce groupe spécifique :

  • 1 Sophie Cassagnes‑Brouquet, Culture, artistes et société dans la France médiévale, Synthèse Histoire (...)

« La masculinité, la jeunesse, l’appartenance à un même milieu social et l’adhésion à une même culture, […] l’installation dans un même quartier, celui des études, et le port des mêmes vêtements prescrits par l’université1 »,

  • 2 Approche statistique, certes quelque peu tardive, à partir des deux seuls registres de gradués cons (...)

2de même que les immunités, franchises et exemptions qui fondent son statut ; autant de critères qui font de ce groupe un isolat dans la ville, ou plutôt en butte à la ville et a priori lié par la solidarité. Toutefois cette communauté académique est une masse trop vaste et indifférenciée pour que l’individu ne s’y sente pas perdu en venant souvent de loin, d’autant que son microcosme social et géographique d’origine est fortement caractérisé, qu’il soit de la bourgeoisie rurale ou urbaine. À partir de deux registres courant de 1561 à 1584, on peut évaluer que moins de 30 % des 1325 gradués viennent de grandes métropoles (Toulouse de façon écrasante, mais aussi Lyon et Paris, loin devant Rouen, Bourges, Bordeaux, etc.) Tous les autres sont issus pour moitié de petites cités, pour moitié de bourgs de moins de mille âmes2. Sur les 80 Rouergats gradués durant cette séquence, 54 % sont nés dans les trois capitales rivales Rodez, Villefranche‑de‑Rouergue et Millau, et 46 % viennent de bourgades qui ne dépassent pas le millier d’habitants, encore une bonne partie est‑elle dispersée à l’écart du chef‑lieu de paroisse. Or, comme le dit Robert Muchembled,

  • 3 Robert Muchembled, Société, cultures et mentalité dans la France moderne, xvie ‑ xviiie siècle, Par (...)

« toute la sociabilité villageoise tend à tisser des toiles protectrices, entrecroisées autour de chaque habitant. [Dans cette] bulle protectrice [on] apprend à développer une intense xénophobie envers tout ce qui vient de l’extérieur de sa communauté3 » ;

  • 4 Robert Muchembled, Cultures et société en France du début du xvie siècle au milieu du xviie siècle, (...)
  • 5 Robert Muchembled, La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du xve(...)
  • 6 Robert Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (xvie xviiie siè (...)
  • 7 Robert Muchembled, La violence au village, op. cit. ; voir aussi Nathalie Zemon Davies, « The reaso (...)

3du fait de ce « puissant sens d’appartenance productrice de méfiance, voire de rejet de ce qui vient d’ailleurs4 », l’endogamie est la règle : défoulements nécessaires à la cohésion de la communauté5, les affrontements entre « eux » et « nous » forgent ou renforcent l’identité collective du village car l’apprentissage de la sociabilité se fait surtout par la violence et la xénophobie, une « agressivité non détournée6 » qui est orchestrée au sein de « royaumes de jeunesse » ou de « bachelleries7 ». Qu’il s’en vienne de la ville, d’une « bonne ville » ou d’une petite cité diocésaine et/ou judiciaire à l’abri de sa muraille distinctive, l’étudiant n’en est pas moins inclus dans des réseaux protecteurs familiaux, amicaux, sociaux, et animé d’un patriotisme citadin qui ne le rend pas moins méfiant à l’égard de l’altérité que son condisciple villageois.

  • 8 L’université a en effet alors trois fonctions : reproduction sociale, ascension sociale, enfin une (...)
  • 9 De bec‑jaune, surnom des jeunes merles.

4Bref, lorsque l’adolescent s’en vient, souvent de loin, dans la grande ville universitaire, il a coupé le cordon ombilical, c’est un déraciné sur le campus, un immigré, perdu dans l’anonymat urbain et l’inconnu a priori hostile et pour une période alors relativement longue. Or le temps des études universitaires est considéré par les élites comme un moment précieux d’apprentissage, sinon des hautes sciences, du moins de la sociabilité. Cette période de sevrage ressortit en effet à la troisième fonction, plus méconnue, de l’université, fonction socioculturelle plus que professionnalisante ou « diplômante8 ». Durant ce temps étudiant, le béjaune comme on disait9 va en effet se gorger d’expériences collectives et individuelles dans sa chambrée, à l’auberge, au théâtre, lors des disputes universitaires, des graduations ou lors de frasques et d’échauffourées ; il connaîtra le monde des prostituées, celui des logeurs et des tavernes, mais aussi celui des nobles et des notables, soit comme précepteur, comme clerc ou basochien.

  • 10 Édouard Fremy, Mémoires inédits d’Henri de Mesmes, Paris, 1886, p. 136.

5Le père du studieux Henri de Mesmes a une jolie formule pour lui expliquer pourquoi il expédie son fils à Toulouse, c’est, lui dit‑il, pour qu’il se forme à « la discipline scholastique, pour [v]ous faire oublier les mignardises de la maison et comme [v]ous desgorger en eau courante10. »

6Presque inévitablement, d’où qu’il vienne, l’étudiant forain jeté dans ce contexte d’initiation sociale est capté dès son arrivée dans la ville universitaire par son propre comité d’accueil, sa « nation étudiante » : substitutive des « abbayes de jeunesse », celle‑ci forme, du Moyen‑Âge jusqu’au xviie siècle, le cadre, la matrice de ce temps éducatif. Pris en charge, bon gré mal gré, par ses compatriotes, le néo‑arrivant y trouvera réconfort et solidarité à une époque où les études peuvent durer près d’une dizaine d’années.

  • 11 Marie‑Madeleine Mouflard, Liber nationis Provinciae provinciarum. Journal des étudiants provençaux (...)

7Le prieur de Provence en 1562 définit ainsi la fonction du « corps mixtique de la dite nation » et du chef qui dirigera « nostre Respublicque11 » : il leur faut

  • 12 Ibidem, t. I, p. 47 et t. II, p. 27, f° 17.

« eslire un chef paisible, sage, prudent et califié… pour et aux fins que les membres soient entretenus et conservés à tosjours en bonne paix et concorde, s’entreaydant les ungs les aultres par mutuelz offices et aussi pour l’augmentation et accroyssement de nos estudes12 ».

8Il s’agira ici de montrer tour à tour en quoi la violence spécifique à ces nations contribuait à renforcer leur solidarité interne, comment elles devinrent de véritables organisations criminelles qui rendaient la vie difficile aux habitants et aux capitouls et forcèrent ces derniers à les interdire, enfin pourquoi, bien que proscrites, elles parvinrent à survivre plus d’un siècle avec la bienveillance voire la complicité des autorités parlementaires et universitaires.

1. Des sodalités fortement structurées et vouées à la violence

  • 13 Ibidem, t. I, p. 21‑22.
  • 14 Ibidem.

9Si Paris, Montpellier, Orléans, Angers, Aix, Poitiers, Valence ont toutes des nations attestées par des documents officiels comme constitutives de leur université, Toulouse se signale comme une « exception remarquable13 » avec sa voisine Cahors. Sans doute cette absence de mention de « nations étudiantes » dans ses commencements s’explique‑t‑elle par le contexte de sa fondation lors de la victoire de la croisade anti‑cathare. Sa mission initiale de « désintoxication » de l’élite a peut‑être fait proscrire ces fraternités qui auraient pu servir à perpétuer l’hérésie vaincue. Ainsi « condamnées à une existence paralégale et clandestine », on peut en tout cas induire leur existence de facto dès 131314 et leur géographie garde certaines traces de leur développement à la fin du xive siècle.

10À Toulouse, les nations étudiantes sont réunies en trois grandes alliances : l’alliance d’Espagne ; l’alliance de Languedoc, vaste et fortement structurée, composée de trois nations, celles de Gascogne (citée jusqu’en 1625), de Provence et de Languedoc (attestée jusqu’en 1619) ; enfin l’alliance de France, ou « des Françoys ». Cette dernière est une nébuleuse de nations étudiantes souvent exiguës, parfois occitanes et comprenant entre autres les nations de (l’Île‑de‑) France, de Périgord, de Limousin, d’Anjou, de Poitou, de Normandie, de Bretagne, pourtant réputée étrangère, même après son union à la France (1532), d’Auvergne, de Rouergue (apparue après 1594), ainsi que de Dauphiné (hors 1574‑1594) et de Bourgogne : cette dernière accueillait aussi des Francs‑comtois, des Flamands et des Lorrains et contesta au Languedoc, après 1570, ceux de Bresse et de Bugey…

11Cette tripartition des antagonismes n’empêche pas qu’un conflit puisse éclater entre les composantes d’une même alliance (Gascogne contre Provence en 1572, en 1594…), ou qu’une nation se désolidarise des guerres menées par son alliance (ainsi la nation de Provence resta neutre dans la guerre contre les étudiants espagnols, celle de Dauphiné quitta l’alliance de Languedoc pour celle de France en 1594), ou encore que des nations d’une alliance adverse servent de juges de paix dans des conflits internes à une nation non « alliancée ».

12Ces sodalités estudiantines sont fortement structurées : elles ont une organisation démocratique parfaitement rôdée, avec un bureau, composé d’un prieur élu pour un an, non rééligible, un sous-prieur ; il y a aussi des conseillers, un trésorier, un ou deux secrétaires élus, des bedeaux tirés au sort. C’est toutefois l’assemblée des nationnaires qui est souveraine, qui contrôle l’exécutif, vote les propositions du prieur, voire les refuse et qui élit ou peut déchoir ses chefs ; la nation dispose de statuts, de fêtes et rituels de sociabilité, d’un trésor, d’un livre de comptabilité, d’un service de messagerie avec la mère patrie, d’un registre des délibérations. On n’en conserve qu’un seul pour Toulouse, celui de la nation provençale, scruté et publié en 1965 par Marie‑Madeleine Mouflard, vraie mine de renseignement sur l’existence quasiment au grand jour de ces fraternités étudiantes qui, même après avoir été proscrites, seront loin de se comporter en société secrètes !

  • 15 Ibidem, t. I, p. 33 et II, f° 33.

13Le 1er janvier, par exemple, a lieu l’élection du prieur de la nation provençale et de son bureau, après une lutte parfois âpre, qui peut donner lieu au soudoiement, voire à des guerres intestines (1567, 1572). Peu après le discours du prieur sortant qui doit présenter son bilan, reconnaître ses propres insuffisances, dresser le portrait du prieur idéal, demander l’honneur de faire figurer son blason sur le Liber, on annonce les candidats à sa succession. Le vote de tous les nationnaires est écrit et signé. Deux ou quatre scrutateurs dépouillent les bulletins et proclament le vainqueur qui est acclamé par trois fois (Vivat ! vivat ! vivat !). Celui-ci monte alors sur une table ou estrade, ou, dans une salle de cours, s’assoit dans la chaire professorale : il doit alors prêter serment sur les statuts, « en premier lieu de garder inviolablement les statuts d’icelle. Secondement s’emploier et la maintenir en tout et partout voire jusques à la dernière goutte de son sang15 » ! Cette expression est à prendre au pied de la lettre, comme nous allons le voir.

  • 16 Ibidem t. I, p. 34.

14Ensuite, tous les nationnaires, un par un, viennent le « reconnaître » personnellement en lui donnant un triple baiser de paix (« ambrassementz faitcs d’ung cousté d’aultre16 »). L’élu choisit son sous‑prieur, en général dans un sous‑groupe minoritaire, du point de vue géographique ou religieux : ainsi en 1565, le prieur catholique Sigalas choisit un sous‑prieur protestant, Brunet ; parfois il laisse le candidat battu choisir le sous‑prieur. Mais c’est aux nationnaires d’adouber ce suppléant qui peut aussi être déchu en cours de mandat, comme en 1559, pour cause de fuite.

15L’appartenance n’est ni facultative ni gratuite. Un droit d’entrée, « de bienvenue », est exigé de chaque béjaune (nouveau venu), et la cotisation va s’envoler au xviie siècle, jusqu’à 8 écus en 1624, jusqu’à confiner à du racket aux temps de la décadence.

  • 17 Ibidem, t. II, p. 40 (5 janvier 1565).

16L’absentéisme est également puni, mais uniquement à cette réunion électorale du 1er janvier17. Tout cela alimente le trésor qui sert à festoyer, à acheter des armes, mais aussi à assurer un fonds de secours et de prêt aux étudiants malades ou qui n’ont pas reçu d’argent de leur famille. Cette assistance aux étudiants dans le besoin devient vite un vœu pieux (dès 1562) et on observe que les étudiants pauvres deviennent de plus en plus rares, du fait de la vénalité des offices, cependant que le coût des festins offerts par l’élu implique l’opulence des candidats : ainsi le repas du mardi gras offert par le prieur provençal en 1595 compte 140 couverts !

17Les nations ne manquent pas d’activités conviviales, de rassemblements festifs, car

  • 18 Ibidem, t. II, p. 114, f° 105 (1597).

« messieurs les escoliers estens dans Tolose ne sont point si adonnés à l’estude qu’ilz layssent pour cela de faire tous les jours de belles parties où, pour avoir les armes bien en main, danser des mieus et se treuver aux meilheures compaignies et avoir toutes les aultres belles qualités esquelles une honneste jeunesse à accoustumer d’employer le temps et les moyens18 » !

18Certes. La danse, les jeux, jeu de paume, de campe, de billard ou de cartes, sont des passe‑temps favoris ; les étudiants vont même parfois jusqu’à jouer leurs livres de droit, ce qu’on est obligé d’interdire en 1566 :

  • 19 Ibidem, t. II, p. 47, f° 34.

« voyant tous les jours la nation estre tant desbordée en matière de jeus que mesme il en voiait aucuns s’oblier jusque là qu’ils n’avoinct honte de jouer seulement leur argent, mais encores hasarder leurs livres et habillementz, ce que estoyt une grand honte à toute la nation19 ».

  • 20 Archives municipales de Toulouse (désormais AMT), délibérations, 29 février 1542 et 8 juin 1554 (re (...)

19Les capitouls en 1554 signalent pas moins de 14 jeux de paume dans le quartier des Estudes, principalement dans la rue de l’Olm d’en Barthe. Ils ont pourtant supprimé dès 1542 les jeux de paume et de billards qui sont trop voisins de l’université et « causent le débauchement des écoliers20 ».

20Mais force est de reconnaître qu’en dehors de ces activités ludiques conviviales, la pratique est l’affrontement à l’arme blanche, l’épée à deux mains de préférence : l’agonistique est la valeur suprême, glorifiée par le livre de la nation provençale, où le champ lexical de la violence la plus barbare se donne libre cours : les termes de « massacres », de « boucherie », « occir », s’accumulent à plaisir…

  • 21 Sophie Cassagnes‑Brouquet, « Être étudiant à Toulouse à la fin du Moyen‑Âge », dans Culture, artist (...)
  • 22 Ibidem et du même auteur, La violence estudiantine à Toulouse, thèse citée, résumée dans Annales du (...)

21Sophie Cassagnes‑Brouquet a souligné « l’existence d’une violence spécifique au monde estudiantin marquée par son caractère transitoire, collectif et sa quasi impunité21 ». Chez ces jeunes gens déracinés, bien que lettrés ou futurs lettrés, fussent‑ils clercs ou « théologastres », la violence‑exutoire semble en effet avoir été un modus vivendi22 et l’épée une compagne inséparable, bien plus que la plume d’oie ! On connaît l’allusion de Rabelais évoquant le passe‑temps préféré des étudiants toulousains visités par son héros, Pantagruel :

  • 23 François Rabelais, Pantagruel, livre II ; chap. 5. Orthographe modernisée.

« De là vint à Toulouse, où apprit fort bien à danser, et à jouer de l’épée à deux mains, comme est l’usance des écoliers de ladite université ; mais il n’y demeura guère quand il vit qu’ils faisaient brûler leurs régents tout vifs comme harangs saurets23… »

22Tout est dit en peu de mots sur le contexte toulousain ; et Rabelais parlait de visu !

  • 24 A. Thomas‑Latour, Le parlement, la basoche et le barreau de Toulouse, Carcassonne, Pomiès, 1852 ; M (...)
  • 25 Michel Cassan, « Basoches et basochiens à l’époque moderne », Annales du Midi, 1982, 94‑158, p. 263 (...)
  • 26 Ibidem, p. 270 et G. Boyer, « La basoche toulousaine au XVe siècle d’après les archives du parlemen (...)

23C’est sans doute ce qui différencie radicalement les nations étudiantes d’une autre société parallèle toulousaine, la basoche. Cette autre organisation semi‑clandestine, qui regroupe les employés subalternes des cours de justice (parlement, sénéchal, capitoulat) avec son roi et son organisation non moins élaborée, a en effet une finalité strictement festive et parodique24. Ses excès en tout genre se concentrent dans le temps au Carnaval et au cycle de mai et leur fonction libératrice se limite aux registres de la fête, de la littérature facétieuse et macaronique, des ripailles, de la farce et de la dérision des autorités25. Même leur contrôle de la sexualité conjugale et du marché matrimonial local et leur chasse aux déviants, reconnus par la société et les tribunaux officiels26, ne s’expriment, à coups de charivaris et d’asinades, que sur le plan du rire cruel. La fonction des nations étudiantes, elle, n’a pas la même finalité joyeuse : le ciment de leur solidarité est la violence durant les affrontements.

  • 27 Frederic Milton Thrasher, The Gang : A Study of 1,313 Gangs in Chicago, University of Chicago Press (...)
  • 28  Archives départementales de Haute‑Garonne (désormais ADHG), B 14, f° 189 (12 mai 1509).
  • 29 Délibérations des états de Languedoc, août 1517, ADHG, C 2277, f° 98 et 102 v°.

24Le Liber ou livre de la nation de Provence tient la chronique de toutes les guerres et « hauts faits » des uns et des autres. Foin des querelles théologiques, même en ces temps de controverses, ces nations étudiantes se comportent souvent comme d’incontrôlables organisations criminelles qui battent le pavé en toute impunité, infatués de leurs privilèges dont ils abusent et accoutumés à une culture violente. Il y a bien des similitudes à relever entre ces nations étudiantes médiévales et renaissantes et les gangs de Chicago, étudiés par le sociologue américain de Frederic Milton Thrasher27 : les unes et les autres étaient des instances de « socialisation de rue » valorisant surtout le capital agonistique. Le sentiment d’appartenance de ces isolés à une communauté construit leur identité par la pratique permanente de l’entre-soi, mais c’est surtout l’hostilité envers une bande adverse qui est source de cohésion. Le défi, la provocation à but d’affrontement est une nécessité, il y a une « logique d’émulation négative » comme disent les sociologues, d’où la valorisation de la solidarité guerrière et de la bravoure la plus brutale ; par voie de conséquence, le pavé toulousain est quotidiennement ensanglanté par ces défoulements. Les rixes entre nationnaires peuvent avoir des motifs politico‑religieux des plus graves comme en 1493 quand les étudiants interviennent dans la querelle entre Hector de Bourbon et P. du Rosier, neveu du docteur régent Bernard du Rosier, au sujet du siège archiépiscopal de Toulouse. Ils peuvent tout aussi bien être futiles, car tous les prétextes sont bons pour en découdre, bousculade, défi, insulte : en 1509, il s’agit d’un violent différend entre les étudiants et les bouchers28 ; en 1517, ils ont molesté un procureur qui voulait les faire contribuer aux tailles29 ; d’autres fois, ce sont des affrontements avec les basochiens, avec les maçons... Le plus souvent, ils bataillent entre nations différentes, alliées ou non, pour une insulte à l’honneur nationnaire, fort chatouilleux, pour une rodomontade, pour une place au théâtre, ou pour une prostituée ! En quelques cas, on voit des « batteries » entre candidats au même priorat !

  • 30 4 août 1523, ADHG, B 19, f° 550.

25Le guet et les capitouls étant le plus souvent dépassés, et plus d’un y laissa la vie en voulant maintenir l’ordre. La ville, excédée par leurs méfaits quotidiens, n’a de cesse d’obtenir la suppression de ces confréries tumultueuses. En 1523, le parlement décide d’agir, ou du moins d’essayer : un arrêt ordonne aux professeurs « de remettre à la cour les statuts faits par les écoliers au sujet des nations30 ». On remarque que, dans la foulée, le 8 février 1524, on sévit pareillement contre les basochiens, alors que, comme on l’a dit, leur fraternité n’a aucunement la même finalité ni le même mode d’expression. Il semble donc que cela coïncide avec un moment de raidissement de la tolérance des parlementaires, mais paradoxalement, ceux‑ci se montreront par la suite plus indulgents à l’égard des violents (étudiants) qu’à l’égard des moqueurs (basochiens) : être ridiculisés aux yeux du peuple lors de certaines fêtes parodiques leur semble désormais plus répréhensible que de voir des étudiants s’« entrebattre ». Le rire leur semblait-il plus assassin qu’une épée à deux mains ?

26Toujours est-il qu’à travers ce premier coup de semonce à l’égard des nations, on observe que les professeurs sont parties prenantes dans ces organisations estudiantines qu’ils considèrent sans doute comme des organes de régulation, ou en tout cas des interlocuteurs utiles. Eux‑mêmes ont été étudiants jadis et sans aucun doute en furent-ils des animateurs, d’où une certaine complaisance.

  • 31 14 novembre 1523, ADHG, B 20, f° 1 v° ; Malenfant, ADHG, IV, f° 233.

27Le parlement mobilise alors le juge mage, le lieutenant du sénéchal, le viguier et les capitouls, au sujet de ces « congrégations illicites » que forment « les écoliers et autres gens armés31 ».

  • 32 AMT, Ordonnances, BB 158, f° 215 (17 mars 1530).
  • 33 ADHG, B 23, f° 222 (4 juin 1530).
  • 34 Ibidem, f° 291, 2 août 1530 (l’écolier se nomme Jean Esparbès de Lussan).

28Rien n’y fait apparemment puisque, le 17 mars 1530, les capitouls doivent de nouveau interdire aux écoliers de se réunir en assemblées illicites et de porter des armes32. L’agitation s’attise : des écoliers « outragent un régent pendant sa lecture33 » ; le 2 août, un écolier est condamné à verser 200 livres à l’université de Toulouse pour « avoir parlé irrévéremment » au recteur34 (Fig. 1).

Fig. 1 

Fig. 1 

Les capitouls de 1626-30, AMT, BB 278, p. 295 par Chalette

Archives.toulouse.fr

  • 35 ADHG, B 24, f° 43, 22 décembre 1530 ; Malenfant, ADHG, V, f° 55.
  • 36 AMT, Ord., BB 158, f° 253 (21 juin 1531) ; ADHG, B 24, f° 309 (23 juin 1531) ; Malenfant, ADHG, V, (...)
  • 37 ADHG, AA 5, f os 435‑441 et M. Cassan, art. cit., p. 271‑272.

29Le 22 décembre 1530, c’en est trop : le parlement interdit aux écoliers de porter des armes, d’élire des prieurs (parfois nommés syndics) et sous‑prieurs de « nations35 » ; six mois plus tard, capitouls et parlement, respectivement les 21 et 23 juin 1531, suppriment purement et simplement les assemblées de nations avec interdictions aux écoliers d’en former de nouvelles à peine de bannissement et de confiscation des biens36. Le tour des basochiens viendra huit ans plus tard avec l’interdiction des mascarades et charivaris (28 janvier 153837).

2. L’interdiction des nations étudiantes et leur défense par Étienne Dolet

  • 38 Étienne Dolet, Orationes duae in Tholosam, eiusdem epistolarum libri II, eiusdem carminum libri II, (...)

30Le monde étudiant est consterné par cette mesure autoritaire qui bafouerait leur droit d’association qu’ils considèrent comme un droit naturel et intrinsèque aux institutions universitaires (ce qui est pourtant faux à Toulouse). Il se trouve en l’occurrence un porte‑parole en la personne du célèbre Étienne Dolet, orateur de la nation étudiante de France (i.e. France d’oïl). Celui qui sera considéré au xixe siècle comme le « martyr de la renaissance » et « l’apôtre de la libre pensée » pour avoir été brûlé à Paris comme luthérien fait là ses premières armes : il s’élève publiquement contre cet arrêt d’interdiction, avec une véhémence qui lui vaudra la prison en attendant le bûcher38. Dans deux lettres à son ami l’humaniste Bording, non sans forfanterie, il rappelle la cause première de l’émotion collective, la dissolution des nations :

« L’association des Gascons, ainsi que celle des Français, a été dissoute par décret du parlement. Ce décret a été très violemment réprouvé par nous tous comme injuste et sans précédent. […] Une altercation s’en est ensuivie… »

31Dans ses violentes Orationes duae in Tholosam et ses Carmina, malgré son style excessif, Dolet livre le meilleur plaidoyer sur la psychologie estudiantine et le rôle des nations (« nostram antiquam sodalitatem dissoluturum »).

32Devant ses camarades, mu par son tempérament emporté qui le perdra, il prononce en latin le 9 octobre 1532 sa première harangue contre ceux qui veulent porter atteinte à ce droit d’association pourtant légitime, voire naturel selon lui :

  • 39 Émile Vaïsse, art. cit., p. 465 (trad. Joseph Boulmier).

« À moins de vivre exilé à l’autre bout du monde, personne n’ignore quelle affluence de jeunes gens et d’hommes de tout âge l’étude du droit attire à Toulouse des pays les plus divers et les plus éloignés. Et puisque arrachés des bras qui leur sont chers, ils se trouvent en présence de visages étrangers, puisqu’ils ont quitté le toit natal pour des demeures inconnues et la société des humains pour celle des barbares (au fait, pourquoi hésiterais-je à les stigmatiser du nom de barbares, ceux qui préfèrent la sauvagerie primitive à la libre pensée qui créée l’homme ?), enfin, puisqu’ils ont émigré d’amis en ennemis, le consentement unanime des dieux immortels et des hommes n’approuve-t-il pas que l’amour de la patrie, que cette tendresse réciproque qui date du berceau s’établisse entre eux de Français à Français, d’Italien à Italien, d’Espagnol à Espagnol ? N’ont‑ils pas le droit, au nom de cet amour éternel, de s’unir, de s’embrasser, de ne former respectivement qu’un seul corps ? Non !... Car là‑dessus le parlement s’inquiète, Toulouse tout entière est en ébullition. De là viennent ces tragédies dont nous sommes les héros, de là ces décrets officiels qui nous poursuivent ; de là ces sentences prétoriennes qui nous accablent. Et quel est notre crime, après tout ? Notre crime, c’est de nous unir, de vivre ensemble comme bons compagnons, de nous secourir mutuellement comme frères. Dieux immortels ! Dans quel pays sommes‑nous ? Chez quelles gens vivons‑nous ? La grossièreté des Scythes, la monstrueuse barbarie des Gètes ont-elles fait irruption dans la ville… ? […] Ce foyer de mutuel amour […], ils ont voulu l’éteindre ; cette fraternité […], ils ont voulu l’étouffer, ce droit de libre réunion […] ils ont voulu l’anéantir39 ! »

33Dolet, qui revient des campus italiens (Padoue en 1526‑29 ou 1527‑30) et qui le proclame à tout bout de champ, s’insurge contre cette exception toulousaine et souligne que les nations étudiantes existent partout à l’étranger où les autorités acceptent ce « droit naturel ». Il explique que

« Dalmates et Tartares, ceux mêmes dont la croyance est diamétralement opposée à la nôtre, Turcs, Juifs, Arabes ou Mores, enfin les représentants de toutes les races du monde, conservent intactes leurs lois et leurs franchises nationales, et se réunissent librement et sans blâme. […] Les nations que nous appelons barbares observent envers nous le même droit des gens : les Turcs notamment […] souffrent que les étrangers s’organisent à part et leur permettent de se régir eux‑mêmes d’après une législation spéciale.

  • 40 Étienne Dolet, Oratio prima in Tholosam, p. 9‑10 ; Joseph Boulmier, op. cit., p. 32‑34.

Il n’en est pas ainsi des magistrats toulousains […] toutes ces considérations ne les empêchent pas de nous traiter en étrangers, que dis‑je ? en ennemis ! et de nous interdire, contre toute justice divine et humaine, le privilège de l’association, le bonheur de l’amitié. Qui ne verrait dans de semblables actes l’hallucination de gens ivres plutôt que de solides décisions, des accès de folie plutôt que des oracles de sagesse ? Qu’ils nous produisent donc, ces superbes autocrates qui s’arrogent une autorité absolue dans l’empire du droit, soit une loi des Douze‑Tables, soit un article des coutumes provinciales, soit un sénatus‑consulte, soit un plébiscite, soit enfin un édit royal qui ait jamais prohibé une amicale et honorable corporation40 ».

34Son traducteur, Joseph Boulmier, voit dans ces discours outranciers « le premier fagot à l’horrible bûcher qui devait le dévorer plus tard », car Dolet ose vilipender le parlement et aggrave encore gratuitement son cas en portant atteinte à la réputation de la ville palladienne, que venait de visiter François Ier durant sept jours en août 1533 :

  • 41 Ibidem.

« Quelle est la culture littéraire à Toulouse, sa politesse des mœurs et sa civilisation, l’empressement que le roi a mis dernièrement à quitter cette ville nous le montre fort bien. Il est venu, il a vu, il est parti. La vulgarité, la grossièreté, la barbarie, la sottise de Toulouse ont chassé celui qui fait la gloire de la France. On ne peut, sous aucun prétexte vraisemblable, prétendre que le roi a été rappelé aussi soudainement par quelque affaire pressante41 » !

35L’argument est bas, certes, mais au même niveau que les calomnies infectes de son adversaire, l’orateur de la nation gasconne, Pinache, qui l’accuse, entre autres vilénies, de mœurs « à la grecque » avec son vieil ami disparu, Simon Villeneuve ! Son autre ami, le juriste Arnoul Le Féron, qui a donné des leçons de droit à la faculté de Toulouse, lui reprochera franchement de s’être laissé emporter par la fureur contre l’orateur gascon :

  • 42 Richard Copley Christie, op. cit., p. 122.
  • 43 Joseph Boulmier, op. cit., p. 24.

« Vous auriez pu répondre à l’homme sans attaquer la province42 » ; « Vous avez été blessé que votre Gaule fût l’objet des insultes de Pinache […] et vous avez attaqué l’Aquitaine […] Que signifie le terme de Gascon qui revient toujours dans votre discours ? Vous dites : « Quels sont ceux qui sont des assassins ? Les Gascons. Quels sont ceux qui sont voleurs ? Les Gascons ! […et cela dans] les rires bruyants que firent entendre les Français après toutes ces questions […] et ensuite, ils se sont écriés si je suis bien renseigné : « Comme il montre bien l’Aquitaine sous ses vraies couleurs43 ».

  • 44 Richard Copley Christie, op. cit., p. 132 ; Étienne Dolet, Orationes duae in Tholosam, op. cit., p. (...)

36La joute verbale entre prieurs des étudiants gascons et français tourne aux insultes et au racisme inter‑nationnaire exacerbé. Il en allait de même à l’égard des Espagnols, des Bretons… On imagine sans peine la rencontre physique de deux camps ennemis dans le quartier latin de Toulouse (Fig. 2). Une lettre de l’évêque humaniste Jean de Pins qui intercède auprès du président Minut pour sortir Dolet de prison, nous apprend que les partisans des deux rhéteurs ont couru aux armes : « enflammés par les désirs séditieux de leurs partisans, ils ont passé des lettres aux armes ; toutefois d’après les renseignements que j’ai recueillis, ils ne se sont fait encore aucun mal44 ».

Fig. 2

Fig. 2

Le collège de Foix au cœur du « quartier latin » de Toulouse

© Patrick Ferté

37Face à ce duel étudiant dans le ruisseau, aussi féroce qu’avec des épées à deux mains, reprenons de la hauteur et revenons à l’objet premier de la quinte de Dolet : l’interdiction des nations.

38Les accents furieux de sa catilinaire contre Toulouse et contre son parlement viennent de trois causes cumulées : premièrement et évidemment le côté caractériel du personnage, enflammé par un adversaire méprisable ; ensuite le sentiment chez ce cicéronien hors pair d’une cause juste, l’amitié, fondement des sodalités étudiantes, comme il l’écrira ensuite à son ami Bording :

  • 45 Ibidem, p. 90‑93, 98 ; Richard Copley Christie, op. cit., p. 138 et 147.

« nous n’avons pas pu atteindre notre but, le pouvoir et l’autorité des barbares ont été plus forts que le désir que nous avions de cultiver des liens d’amitié45… »

39Dans son oratio prima, dans ses Carmina, il utilise le topos des grandes amitiés de l’Antiquité, Oreste et Pylade, Thésée et Pyrithoos, Achille et Patrocle, Laelius et Scipion, afin, comme l’a bien vu Catherine Langlois‑Pézeret,

  • 46 Catherine Langlois‑Pézeret, op. cit., p. 86.

« de montrer l’importance de l’amitié entre les étudiants inscrits à l’université de Toulouse et de faire revenir le Parlement sur ses décisions, lui qui veut interdire les activités conviviales des confréries étudiantes46 ».

  • 47 Le 23 juin 1532, place du Salin, selon La Faille et Le Duchat. Voir Richard Copley Christie, op. ci (...)

40Une troisième raison, très forte, l’anime contre le parlement ; il lui en veut à jamais d’avoir récemment laissé brûler Jean de Caturce47, licencié en droit chargé de cours à la faculté et accusé de luthéranisme, et d’avoir soumis son vénéré maître, l’universitaire humaniste Boyssoné, à une abjuration publique des plus humiliantes (juin 1532).

41C’est alors que son discours s’élève à un niveau digne de son intelligence humaniste : ses meilleurs passages méritent d’être relus, il a compris les enjeux et une grande partie de l’avenir de Toulouse, et, hélas, le sien :

  • 48 Traduction de Joseph Boulmier, op. cit., p. 44‑46.

« Aucun de nous n’ignore que les doctrines nouvelles de la religion chrétienne a propagées depuis quelque temps ont été la cause d’inimitiés profondes, et qu’elles ne sont approuvées que par certaines personnes turbulentes, animées d’une curiosité impie ; mais vous savez aussi que, lorsqu’un homme donne des preuves de génie et d’intelligence supérieure, il ne tarde pas à être soupçonné d’hérésie luthérienne par les gens d’un esprit étroit et dépravé, et qu’il doit supporter toute la haine que fait naître une pareille accusation. Toutes les fois que les furies de Toulouse ont eu en main ces armes qui leur permettaient de donner libre carrière à leur haine contre les savants et les hommes d’étude, combien d’hommes illustres, réputés pour leur science ou leur talent, ne se sont‑elles pas efforcées d’anéantir ! Qui les a jamais vues voter l’acquittement d’aucun homme de savoir ? Je crois déjà entendre ces calomniateurs grincer des dents en écoutant ma voix […] Je crois même les entendre m’accuser d’être luthérien. […] Mais d’où vient que la cruauté fait les délices de Toulouse ?... Vous avez vu dernièrement un homme que je ne veux pas nommer, conduit au bûcher dans cette ville. Son corps a été anéanti. Il se peut qu’il ait parlé témérairement et avec violence. Il se peut même qu’en une certaine occasion, il ait agi de manière à mériter le châtiment réservé aux hérétiques. Cependant lorsqu’il a voulu se repentir, devait‑on l’empêcher de sauver son corps et son âme ? Ne savons‑nous pas que tout homme peut se tromper et pour un temps s’éloigner de la vérité […] Ses dernières paroles furent une réclamation contre la condamnation de l’archevêque et contre les décrets du parlement, et qui oserait nier que sa voix aurait dû être écoutée ? […] Toulouse, comme toujours, peu soucieuse de montrer son humanité (elle n’en a jamais fait preuve) a satisfait son insatiable cruauté en le torturant et en le mettant à mort […] En somme, tous ceux qui envisageront ces choses avec droiture en arriveront à déclarer qu’à Toulouse, plus que partout ailleurs, le droit et la justice se taisent, tandis que la violence, la haine et la négation parlent bien haut48… »

42Dolet en bon humaniste s’insurge donc pour défendre en l’occurrence deux des droits de l’homme, le droit d’association et la liberté de penser. Aussi sera-t-il souvent considéré aux xixe et xxe siècles comme un martyr de la liberté, monté sur le bûcher à Paris après en avoir été sauvé à Toulouse par l’humaniste Jean de Pins lors de cette première affaire.

43Libre à chacun d’abonder dans le sens humaniste d’Étienne Dolet qui, en 1531, fait l’apologie de ces solidarités fondées sur le droit d’association et l’amitié. Pourtant, sans vouloir justifier un parlement de plus en plus intolérant, lorsque cette cour décide de dissoudre les nations étudiantes, il faut prendre en compte ses motivations d’ordre et de sécurité publiques. Marie‑Madeleine Mouflard, après avoir étudié le livre de la nation étudiante de Provence, dresse un portrait de ses prieurs qui en dit long sur ces véritables chefs de bande et relativise le panégyrique de Dolet :

  • 49 Marie‑Madeleine Mouflard, op. cit., t. I, p. 37.

« Sans compter celui de 1570, le sinistre La Tour qui prit part à la Saint‑Barthélemy toulousaine, vola ses victimes avant de les tuer et mourut des suites d’un règlement de comptes avec un complice, bien peu de prieurs de Provence ont les mains pures. […] Bien peu viennent à bout de prendre leurs grades universitaires [… Pour eux,] la vie humaine ne compte pas. Au moins sept prieurs de Provence ont été poursuivis pour meurtre : Joseph Hérémitte (1560), Nicolas Thomas (1562), La Tour (1570), La Grange (1572), Montholieu (1594), Mazaugues (1597), Figuet (1619) ; deux autres : Bargesme (1568) et Castellet (1576) ont fait une carrière de bandits. Les guerres, les meurtres, les scènes sanglantes sont rapportées avec fierté… En 1597, dans une bataille qui fait quatre morts, Mazaugues se croit héroïque de ne pas achever le prieur de Bourgogne qui d’ailleurs mourra de ses blessures49 . »

3. Impuissance ou duplicité des autorités ?

44Après le départ précipité d’Étienne Dolet, leur premier défenseur, les nations étudiantes vont faire montre d’une étonnante faculté de résistance à l’autorité et à la coercition, tant et si bien que le parlement et les capitouls devront poursuivre le combat près d’un siècle. Les sodalités vont en effet persister au grand jour ou en semi clandestinité malgré la répétition des arrêts d’interdiction qui en prouve l’inefficacité. Elles exhibent leur existence illicite et leurs rituels sans grande inquiétude.

45Ainsi, lors de l’élection de leur prieur le 1er janvier, les Provençaux traversent la ville en cortège, au son des tambourins, hautbois ou violons pour accompagner le nouveau prieur jusqu’au lieu du banquet traditionnel donné par l’élu, soit chez lui, soit chez un traiteur. En 1571, le prieur de Provence invite même aux cérémonies et défilés les prieurs des nations « alliancées » de Gascogne et de Languedoc : tout le quartier latin a dû bruire de ces cortèges allant et venant à l’église et à la maison du nouveau prieur avant des agapes mémorables : tous les nationnaires massés devant la maison du nouveau prieur

  • 50 Ibidem, t. II, p. 58, f° 57 v° (1571).

« avec leurs espées et en bon équipage » [vont marcher] à la messe et par ville en belle ordonnance avec les auboys [et violons], acompagnés d’une fort belle trouppe de la dite nation, tant en alant que revenant jusques à son logis où le banquet et festin estoit prest […], vous asseurant y avoir estés honorablement traictés en habondance et belle diversité de viandes. Et l’après‑dîner feust le bal dressé avec belle trouppe de damoyselles ; où se sont treuvés les bons baladins qui ont décoré et donné réjouissance à toute la compagnie d’une infinité de cabriolles et piroètes50 ».

46Le 1er mai, c’est encore en cortège solennel par les rues qu’on va planter un mai en l’honneur du nouveau prieur au son des hautbois, tambours et violons, à la suite de quoi le prieur offre à ses confrères un banquet ; ainsi en 1565.

  • 51 Ibidem, t. II, p. 39 et 42.

« Le premier jour de may à la pointe du jour lad. nation s’est départye pour aller quérir le dit may aux faubourgs St‑Michel. Revenantz donq toutz en bon ordre de deux en deux avec des haulboys suivis d’une infinité de gens, enfin parvenus jusques au devant du logis de Mr le prieur, on esleva le may […] Après l’élévation dudit may, Mr le prieur remerciant bien effectueusement toutz ceulx de la compaignie du bien et honneur qu’ils luy faisoyent sy libéralement les supplia bien fort de s’arrester chez luy pour prendre le desjeuner ; […] trouvantz les tables toutes couvertes furent constrainctz s’asseoyr. Je ne vous descriray point icy par le menu l’appareil du festin ny la délicatesse des viandes, vins ou diversité des viandes… Partant de là, Mrs de la nation se sont assemblés au logis de Mr Curet pour recongoistre ceulx qui seroyent esté défaillantz et n’auroyent assisté à ladicte élévation… lesquels pour la faulte commise seroyent esté condempnés à l’esmande d’ung teston51 ».

  • 52 Ibidem, t. II, p. 103, f° 101.

47Tout cet équipage ne pouvait passer inaperçu… Les autorités ferment le plus souvent les yeux sur cette sociabilité estudiantine interlope où l’on s’en va, en cortège tambourinant, « chopiner théologalement », comme disait Rabelais, leur compère d’un jour. En 1594, lors du repas traditionnel pour l’élection du nouveau prieur de la nation de Provence (interdite rappelons‑le) traverse en musique la ville et se rend « au lieu auquel on a accoustumé s’entrebatre à grands coups de verres et tartes52 » ! Cette même année, l’autorité parlementaire est simultanément bafouée par les basochiens et doit interdire

  • 53 ADHG, B 141, f° 368.

« tant au roi que sénéchal de la Basoche, chefs élus de la présente année, de faire aucunes assemblées de jour ou de nuit, en armes ou sans armes, faire aucune sorte de mascarade à pied ni à cheval, bals, danses ni autres actes indécents53… ».

48Basochiens comme étudiants n’en ont cure apparemment et continuent donc de parader en ville.

49Mais il n’est pas vrai que la musique adoucit les mœurs estudiantines ! Car ces défilés bon enfant n’empêchent pas ces organisations solennellement interdites de multiplier par ailleurs les affrontements sanglants dans le quartier latin.

50Il faut dire que « tout atteste la complicité tacite des régents, souvent aussi celle des parlementaires qui voient dans les étudiants de futurs confrères ». D’ailleurs, en 1622, on n’est pas peu surpris de voir émarger sur le livre des bienvenues de la nation de Provence,

  • 54 Ibidem, tII, p. 134, f°142.

« Noble Jacques de Foucaud, docteur et advocat en la cour de parlement de Thoulouse, natif de la mesme ville, ay volontairement recogneu la très noble et très antique nation de Provence soubs le brave et généreux Mathieu de Figuet, prieur très digne de ceste nation ceste année 1622 le 4 décembre54 » !

  • 55 Ibidem, t. I, p. 27.

51L’an précédent, on y remarque « Me Barthélemy Baussy, advocat au parlement d’Aix en Provence », noble Joseph Raphaël de Brovès, son collègue, ou « noble François Bayle, advocat au parlement de Bourdeaux, de la nation de Gascogne ». Certes, ceux‑là adhèrent à une époque de dégénérescence de l’institution mais n’en laissent pas moins le sentiment d’une sorte de « convention tacite. L’autorité ne veut pas savoir que les nations existent : les désordres qu’elles causent sont autant que possible présentés comme des actes individuels et leur activité ne rencontre pas d’obstacle55 ».

52Du reste, les relais institutionnels existent paradoxalement, du côté du corps enseignant mais aussi du parlement qui se contente d’interdictions inopérantes, mixant autorité et permissivité.

  • 56 Ibidem, t. I, p. 31 et t. II, f° 56 v° et 60

53À partir de 1571, c’est le professeur Forcadel qui autorise la nation provençale à tenir dorénavant ses réunions dans une salle de classe en dehors des heures de cours56, ou sert de juge de paix entre deux nations en guerre ; en 1574, c’est dans la salle de cours de Géraud Périer. Le professeur Bérenger Fernand est aussi surnommé « le père des étudiants » pour avoir intercédé en leur faveur malgré leurs excès. Lorsque la nation de Dauphiné quitte l’alliance de Languedoc pour joindre celle de France (1594), c’est après consultation

  • 57 Ibidem, t. II, p. 108, f° 102.

« des docteurs régens auxquels le différent fut remis : lesquels ayant veu dans les livres de la nation du Daulphiné qu’autrefois les Dauphinois estoient alliés aux François jugearent qu’ils se pouvoient remettre de leur alliance57 ».

  • 58 Ibidem, t. II, p. 120, f° 120 v°.

54Lorsque les Bressans sont revendiqués par les Bourguignons (1603), c’est le professeur Cabot, « esleu arbitre par compromis entre les parties » qui légitime leur rattachement à la nation de Provence58 (Fig. 3).Ces paradoxes ne semblent interpeller personne : c’est au sein même de la célèbre faculté des lois de la ville palladienne, et avec la caution des plus éminents juristes universitaires, qu’évoluent ces institutions illégales ou paralégales, multiplement condamnées par le roi et son parlement !

Fig. 3

Fig. 3

Bâtiment de la faculté de droit, rue Valade : construit sur ordre du parlement aux frais des capitouls (1522), il fut incendié lors d’échauffourées étudiantes (1540) et dut être rebâti

© Patrick Ferté

  • 59 Ibidem, t. I, p. 60‑62.
  • 60 Ibidem, t. I, p. 59.

55Par ailleurs, le parlement lui‑même n’a pas une détermination très cohérente, multipliant les renouvellements de l’interdiction des nations étudiantes, mais protégeant souvent les contrevenants avérés par une coupable indulgence, ou entravant le rôle actif des capitouls et du guet qui se démenaient en première ligne ; et plus d’un capitoul est resté sur le carreau victime de son devoir de maintien de l’ordre. Il faut dire que durant une bonne partie du xvie siècle, les parlementaires partagent avec les étudiants un mépris prononcé pour les capitouls, qu’« ils affectent de traiter… en gens ignorants et grossiers », et, plus encore, pour sa police municipale59 », de même que, en retour, la municipalité déteste à la fois les universitaires exempts d’impôts locaux et le parlement qui s’est arrogé la suprématie locale. Dans ce bras de fer entre parlement et capitoulat, « les étudiants servent assez souvent de prétexte ou d’instruments60 ».

  • 61 AMT, délibérations, 1576‑84, f° 242 v°, 245 (28‑28 mars 1582) ; Annales mss., III, 328.
  • 62 ADHG, B 85, f° 445 (26 avril 1582) ; Antonin Deloume, Aperçu historique de la Faculté de Droit de l (...)

56L’impunité pas plus que la répression excessive n’était faite pour policer les mœurs étudiantes. Ainsi, en mars 1582, une sanglante bataille rangée entre étudiants et soldats du guet laisse deux écoliers sur le carreau : leurs corps sont portés par les rues et carrefours, ce qui cause grand trouble en la ville. Un soldat est condamné à être pendu pour avoir déchargé une arquebusade ; cela n’apaise qu’à moitié les écoliers qui veulent « tirer son corps de dessous terre »… Les capitouls font bloc et s’opposent à toute poursuite contre leur collègue de Saint‑Sernin qui n’a fait que son devoir d’assurer la répression des troubles61 ; pourtant le parlement survient pour interdire aux capitouls et sergents d’aller en armes aux environs de la faculté et de s’en approcher à cent pas durant les cours, à peine de la hart pour les sergents et de la privation de leur charge pour les capitouls et magistrats. Certes il renouvelle en même temps l’interdiction d’élire des prieurs des nations, de porter des armes, d’exiger des bienvenues à peine de prison et bannissement et décide qu’une pierre gravée portant prohibition du port d’armes sera mise aux écoles (26 avril 1582)62 : mais à quoi bon donner cet ordre si la force de l’ordre n’a pas le droit d’aller sur place le faire respecter ? (Fig. 4)

Fig. 4

Fig. 4

Arrestation par le guet. G. de Lavedan, Archives municipales de Toulouse, « Pris au corps : l’arrestation », Dans les bas-fonds (n° 34), octobre 2018, publication en ligne

Ville de Toulouse, Archives municipales, FF 769/2, procédure # 039, du 24 mai 1725

  • 63 AMT, délibérations, Reg. 1584‑1587, f° 82 v° (4 mai 1585) ; ADHG, B 91, f° 634 (9 mai 1585) ; Malen (...)
  • 64 M.‑M. Mouflard, t. I, p. 258, n. 16 ; AMT, AA 21/218.

57Le 4 mai 1585, les capitouls décidant de remontrer au premier président les inconvénients de l’arrêt de 1582 qui interdit aux capitouls et gens du guet d’aller en armes aux études, puisque les écoliers en profitent pour commettre les pires insolences et forment des assemblées de nations où ils sont tous armés ; le lendemain, le parlement condescend à lever pour six mois l’interdiction faite aux capitouls et gens du guet d’aller en armes aux études ; ils pourront y aller de jour ou de nuit quand ils seront informés que des écoliers en armes y sont assemblés, afin de saisir au corps les prieurs de nations63. Mais passés les six mois, le campus restera le refuge sanctuarisé des étudiants criminels jusqu’à l’arrêt du 5 février 1610 : on implanta même une croix pour indiquer au guet la limite à ne pas franchir, soit à l’angle de la rue Valade et de la Bastide, au‑devant du collège de Secondat64 !

58En fait, le parlement penche trop souvent du côté des incorrigibles étudiants : par laxisme ? Par solidarité en tant qu’anciens étudiants, ou à l’égard de futurs collègues ? Ou par une sourde animosité envers les capitouls qui avaient pourtant fort à faire ? Ceux‑ci y ont souvent perdu la vie car c’est à eux d’intervenir physiquement sur les lieux de sédition. Et les imprécations ambiguës ou inopérantes des parlementaires les ont souvent envoyés au sacrifice.

  • 65 AMT, Annales mss., V, f° 70 ; M.‑M. Mouflard, op. cit., t. II, p. 122, f° 122 v°.

59Ainsi, le 19 juillet 1604, le sieur Céléry, capitoul en livrée, est tué sur la place Saint‑Étienne pendant qu’il réprimait une rixe entre écoliers de Champagne et de Bourgogne. Les capitouls font en moins de vingt‑quatre heures le procès du meurtrier et de ses complices, et condamnent à mort Claude Rousselet, écolier champenois, à avoir la tête tranchée. Pourtant le parlement s’interpose en appel, récuse les capitouls comme juges et parties, et réduit la sentence : le meurtrier présumé est condamné au bannissement après avoir fait amende honorable en chemise en la grand’salle d’audience65. Ce n’était pas cher payé pour le meurtre d’un magistrat municipal.

60Les parlementaires étaient donc beaucoup plus patients et magnanimes pour tous ces incontrôlables traîne-rapières que pour les « mal sentants de la foi » (Caturce, Boyssoné, Vanini, et beaucoup plus tard le père Calas, etc.).

61Sans doute les parlementaires se souvenaient‑ils qu’ils avaient été étudiants naguère et qu’eux‑mêmes avaient été membres d’une nation étudiante interdite.

  • 66 AMT, Ordonnances (30 septembre 1524, du 27 avril 1526 ; BB 159, f° 58 (12 octobre 1539), f° 63 (21  (...)
  • 67 René Gadave, Les documents sur l’histoire de l'université de Toulouse, Toulouse, 1910, passim.

62La répétition quasi annuelle des interdictions par le Parlement prouve de toute façon leur inefficacité, quelles que soient les sanctions brandies ou la mesure prise : interdiction aux armuriers de leur vendre des armes ou de leur en prêter (30 septembre 1524, 27 avril 1526, 27 février 1534, 12 octobre 1539, 2 septembre 1552) ou ordre à leurs logeurs de les leur saisir (13 septembre 1520, 21 décembre 1539, etc.66), bannissement, prise de corps… Rien n’y fera. De 1493 jusques au Code Michaud (1623), parmi les ordonnances des capitouls et les arrêts du parlement listés par R. Gadave67, on dénombre au moins 67 prohibitions du port d’armes (dont 42 jumelées avec l’interdiction des nations) ; il y en aura encore au moins 22 jusqu’au siècle des Lumières…

  • 68 La réforme des études de droit a abaissé le cursus pour une licence à trois ans (1679), et même à d (...)

63Ce ne sera qu’avec le règne de Louis XIV et la normalisation croissante à la fois mentale et comportementale, que la « civilisation des mœurs » estudiantines atténuera le nombre des excès et les réflexes de meute incendiaire. Ce lent reflux, non sans ressacs, des algarades et rixes estudiantines, est synchrone avec le lent déclin des duels et de la turbulence nobiliaire, cependant que le raccourcissement drastique des études de droit et un renouvellement semestriel permanent des étudiants inscrits par bénéfice d’âge (169068) rendront superflue l’appartenance à une des « nations étudiantes ».

Haut de page

Notes

1 Sophie Cassagnes‑Brouquet, Culture, artistes et société dans la France médiévale, Synthèse Histoire Ophrys, 1998, p. 145‑147 ; voir aussi du même auteur, La violence estudiantine à Toulouse au Moyen‑Âge (1460‑1610), thèse, EHESS, Toulouse, 1982, et Annales du Midi, t. 94 (n° 158), 1982, p. 245‑262.

2 Approche statistique, certes quelque peu tardive, à partir des deux seuls registres de gradués conservés pour le xvie siècle, les mss. 250 et 106 de la Bibliothèque de l’Arsenal (Toulouse, SICD).

3 Robert Muchembled, Société, cultures et mentalité dans la France moderne, xvie ‑ xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1990, p. 68.

4 Robert Muchembled, Cultures et société en France du début du xvie siècle au milieu du xviie siècle, Paris, SEDES, 1995.

5 Robert Muchembled, La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du xve au xviiie siècle, Turnhout, Brepols, 1989.

6 Robert Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (xvie xviiie siècle), Paris, Flammarion, 1978, p. 40‑52.

7 Robert Muchembled, La violence au village, op. cit. ; voir aussi Nathalie Zemon Davies, « The reasons of misrules : Youth groups and charivaris in sixteenth century France », Past/Present, 50, 1971, p. 41‑76 ; Jean‑Pierre Gutton, « Reinages, abbayes de jeunesse et confréries dans les villages de l’ancienne France », Cahiers d’histoire, 20 (4), 1975, p. 443‑453 ; Yves‑Marie Bercé, Fête et révolte, des mentalités populaires du xvie au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1976, J. Rossiaud, « Prostitution, jeunesse et société au xve siècle », Annales ESC, 31 (2), 1976, p. 289‑326 ; Nicole Pellegrin, Les bachelleries. Organisations et fêtes de la jeunesse dans le Centre‑Ouest, xvexviiie siècle, Poitiers, 1982.

8 L’université a en effet alors trois fonctions : reproduction sociale, ascension sociale, enfin une fonction plus méconnue qui nous intéresse ici au premier chef, une fonction socioculturelle. Voir, par exemple, Patrick Ferté, livre II de Histoire de l’université de Toulouse, xiiiexxie, C. Barrera et P. Ferté éd., EMP, 2019.

9 De bec‑jaune, surnom des jeunes merles.

10 Édouard Fremy, Mémoires inédits d’Henri de Mesmes, Paris, 1886, p. 136.

11 Marie‑Madeleine Mouflard, Liber nationis Provinciae provinciarum. Journal des étudiants provençaux à l’université de Toulouse (1538‑1630), La Roche‑sur‑Yon, 1965, t. II, p. 31, f° 19 v° (1563).

12 Ibidem, t. I, p. 47 et t. II, p. 27, f° 17.

13 Ibidem, t. I, p. 21‑22.

14 Ibidem.

15 Ibidem, t. I, p. 33 et II, f° 33.

16 Ibidem t. I, p. 34.

17 Ibidem, t. II, p. 40 (5 janvier 1565).

18 Ibidem, t. II, p. 114, f° 105 (1597).

19 Ibidem, t. II, p. 47, f° 34.

20 Archives municipales de Toulouse (désormais AMT), délibérations, 29 février 1542 et 8 juin 1554 (reg. 440, f° 327).

21 Sophie Cassagnes‑Brouquet, « Être étudiant à Toulouse à la fin du Moyen‑Âge », dans Culture, artistes et société dans la France médiévale, Synthèse Histoire Ophrys, 1998, p. 145‑147.

22 Ibidem et du même auteur, La violence estudiantine à Toulouse, thèse citée, résumée dans Annales du Midi, t. 94 (n° 158), 1982, p. 245‑262.

23 François Rabelais, Pantagruel, livre II ; chap. 5. Orthographe modernisée.

24 A. Thomas‑Latour, Le parlement, la basoche et le barreau de Toulouse, Carcassonne, Pomiès, 1852 ; M. Vaïsse‑Cibiel, « Notes rétrospective sur la basoche toulousaine », MASIBL, 6 (39), 1868, p. 221‑243 ; R. Glangeaud, La Basoche toulousaine, Toulouse, Bonet, 1912 ; Cau‑Durban, « Les statuts de la basoche du sénéchal de Toulouse », MSAMF, 16, 1903, p. 166‑181.

25 Michel Cassan, « Basoches et basochiens à l’époque moderne », Annales du Midi, 1982, 94‑158, p. 263‑276 .

26 Ibidem, p. 270 et G. Boyer, « La basoche toulousaine au XVe siècle d’après les archives du parlement », MSAMF, 1932, p. 64‑71.

27 Frederic Milton Thrasher, The Gang : A Study of 1,313 Gangs in Chicago, University of Chicago Press, 1927. On peut lire aussi avec fruit les analyses plus récentes de Marwan Mohammed, La formation des bandes. Entre la famille, l'école et la rue, Paris, PUF, coll. "Le Lien social", 2011.

28  Archives départementales de Haute‑Garonne (désormais ADHG), B 14, f° 189 (12 mai 1509).

29 Délibérations des états de Languedoc, août 1517, ADHG, C 2277, f° 98 et 102 v°.

30 4 août 1523, ADHG, B 19, f° 550.

31 14 novembre 1523, ADHG, B 20, f° 1 v° ; Malenfant, ADHG, IV, f° 233.

32 AMT, Ordonnances, BB 158, f° 215 (17 mars 1530).

33 ADHG, B 23, f° 222 (4 juin 1530).

34 Ibidem, f° 291, 2 août 1530 (l’écolier se nomme Jean Esparbès de Lussan).

35 ADHG, B 24, f° 43, 22 décembre 1530 ; Malenfant, ADHG, V, f° 55.

36 AMT, Ord., BB 158, f° 253 (21 juin 1531) ; ADHG, B 24, f° 309 (23 juin 1531) ; Malenfant, ADHG, V, f° 74.

37 ADHG, AA 5, f os 435‑441 et M. Cassan, art. cit., p. 271‑272.

38 Étienne Dolet, Orationes duae in Tholosam, eiusdem epistolarum libri II, eiusdem carminum libri II, ad eundem epistolarum amicorum liber, Lyon, Gryphius, 1534 ; trad. moderne par Joseph Boulmier, dans Étienne Dolet, sa vie, ses œuvres, son martyre, Paris, Aubry, 1857 ; pour les Orationes, voir Kenneth Lloyd‑Jones et Marc Van der Poel éd., Genève, Droz, 1992 ; pour les Carmina (1538), Catherine Langlois‑Pézeret éd., Genève, Droz, 2009 ; voir aussi Richard Copley Christie, Étienne Dolet, le martyr de la Renaissance. Sa vie et sa mort, Paris, 1882 (Londres, 1899 ; Genève, Slatkine reprints, 1969) ; Émile Vaïsse, Revue de Toulouse et du Midi de la France, 1862, p. 465 sq. ; Octave Galtier, Étienne Dolet, Vie, œuvres, caractère, croyances, Paris, Flammarion, 1907 ; Marc Chassaigne, Étienne Dolet, portraits et documents inédits, Paris, Albin Michel, 1930 ; Guillaume Colletet, Vie d’Étienne Dolet, éd. établie par M. Magnien d’après le ms. BN NAF 3073, Genève, Droz, 1992 ; et biographie par Terence Cave et Valerie Worth‑Stylianou, Centuriae latinae, Cent une figures humanistes de la Renaissance aux Lumières offertes à J. Chomarat, études réunies par Colette Nativel, Genève, Droz, 1997, p. 317‑322 ; Georges Soubeille, « Un regard neuf sur le séjour d’Étienne Dolet à Toulouse (1532‑1534) », Mémoires de l’Académie des Sciences, inscriptions et belles‑lettres de Toulouse (désormais MASIB‑L T), vol. 161 (17e série), t. X, 1999, p. 221‑227, etc.

39 Émile Vaïsse, art. cit., p. 465 (trad. Joseph Boulmier).

40 Étienne Dolet, Oratio prima in Tholosam, p. 9‑10 ; Joseph Boulmier, op. cit., p. 32‑34.

41 Ibidem.

42 Richard Copley Christie, op. cit., p. 122.

43 Joseph Boulmier, op. cit., p. 24.

44 Richard Copley Christie, op. cit., p. 132 ; Étienne Dolet, Orationes duae in Tholosam, op. cit., p. 149.

45 Ibidem, p. 90‑93, 98 ; Richard Copley Christie, op. cit., p. 138 et 147.

46 Catherine Langlois‑Pézeret, op. cit., p. 86.

47 Le 23 juin 1532, place du Salin, selon La Faille et Le Duchat. Voir Richard Copley Christie, op. cit., p. 75.

48 Traduction de Joseph Boulmier, op. cit., p. 44‑46.

49 Marie‑Madeleine Mouflard, op. cit., t. I, p. 37.

50 Ibidem, t. II, p. 58, f° 57 v° (1571).

51 Ibidem, t. II, p. 39 et 42.

52 Ibidem, t. II, p. 103, f° 101.

53 ADHG, B 141, f° 368.

54 Ibidem, tII, p. 134, f°142.

55 Ibidem, t. I, p. 27.

56 Ibidem, t. I, p. 31 et t. II, f° 56 v° et 60

57 Ibidem, t. II, p. 108, f° 102.

58 Ibidem, t. II, p. 120, f° 120 v°.

59 Ibidem, t. I, p. 60‑62.

60 Ibidem, t. I, p. 59.

61 AMT, délibérations, 1576‑84, f° 242 v°, 245 (28‑28 mars 1582) ; Annales mss., III, 328.

62 ADHG, B 85, f° 445 (26 avril 1582) ; Antonin Deloume, Aperçu historique de la Faculté de Droit de l’Université de Toulouse, Toulouse, Privat, p. 112, d’après Malenfant, IX, f° 37 ; AMT, Annales mss., III, 328 (27 mars 1582) et délibérations, 1576‑84, f° 242 v°, 245.

63 AMT, délibérations, Reg. 1584‑1587, f° 82 v° (4 mai 1585) ; ADHG, B 91, f° 634 (9 mai 1585) ; Malenfant, ADHG, t. IX, f° 266.

64 M.‑M. Mouflard, t. I, p. 258, n. 16 ; AMT, AA 21/218.

65 AMT, Annales mss., V, f° 70 ; M.‑M. Mouflard, op. cit., t. II, p. 122, f° 122 v°.

66 AMT, Ordonnances (30 septembre 1524, du 27 avril 1526 ; BB 159, f° 58 (12 octobre 1539), f° 63 (21 décembre 1539), f° 186 v° (2 septembre 1552) et Placards, gd format, t. 2, p. 77, imprimé ; AA 17, f° 55 (février 1534) ; ADHG, B 18, f° 383 (13 septembre 1520) ; B 27, f° 110 (27 février 1534) ; Malenfant, ADHG, V, f° 116.

67 René Gadave, Les documents sur l’histoire de l'université de Toulouse, Toulouse, 1910, passim.

68 La réforme des études de droit a abaissé le cursus pour une licence à trois ans (1679), et même à deux ans durant 1690‑1700, mais surtout elle a introduit un cursus accéléré « par bénéfice d’âge » pour les étudiants de plus de 24 ans, soit une licence en six mois (déclaration du 17 novembre 1690) : de 40 à 60 % des effectifs vont s’engouffrer dans cette brèche. Pour plus de détails, voir Patrick Ferté dans Histoire de l’université de Toulouse, XIIIe ‑XXI e, op. cit., livre II et Patrick Ferté, « La réorganisation des études de droit par Louis XIV (1679) : une réforme universitaire dénaturée et ses effets pervers », dans Histoire de l’enseignement du droit à Toulouse, Olivier Devaux dir., Toulouse, PUSS Toulouse, n° 11, 2007, p. 55‑93.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 
Légende Les capitouls de 1626-30, AMT, BB 278, p. 295 par Chalette
Crédits Archives.toulouse.fr
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/6601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 2
Légende Le collège de Foix au cœur du « quartier latin » de Toulouse
Crédits © Patrick Ferté
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/6601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3
Légende Bâtiment de la faculté de droit, rue Valade : construit sur ordre du parlement aux frais des capitouls (1522), il fut incendié lors d’échauffourées étudiantes (1540) et dut être rebâti
Crédits © Patrick Ferté
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/6601/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 4
Légende Arrestation par le guet. G. de Lavedan, Archives municipales de Toulouse, « Pris au corps : l’arrestation », Dans les bas-fonds (n° 34), octobre 2018, publication en ligne
Crédits Ville de Toulouse, Archives municipales, FF 769/2, procédure # 039, du 24 mai 1725
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/6601/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Ferté, « L’inapplicable interdiction des nations étudiantes à Toulouse (xvie xviie siècle) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6601 ; DOI : 10.4000/framespa.6601

Haut de page

Auteur

Patrick Ferté

Patrick Ferté, maître de conférences émérite d’histoire moderne, Université de Toulouse (UT Jean Jaurès), Framespa (Studium), SFR AEF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals