Navigation – Plan du site
Elèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire

La Ratio studiorum de 1599 et la normalisation de la figure du contestataire au sein des collèges de la Compagnie de Jésus

The Ratio Studiorum of 1599 and the Normalization of the Figure of the Protester in the Jesuit Colleges
La Ratio Studiorum de 1599 y la normalización de la figura del oponente en los colegios de la Compañía de Jesús
Véronique Castagnet‑Lars

Résumés

Le renouvellement de l’historiographie sur l’histoire des élèves invite à relire la “généalogie du Ratio Studiorum” de 1599 (Dominique Julia) afin de mettre en évidence le travail réflexif des deux premières générations d’enseignants jésuites quant au portrait-type du fauteur de troubles, une figure de l’écolier que l’on a peu tendance à imaginer scolarisé dans un collège jésuite tant les historiens ont insisté, jusque-là, sur la maîtrise de la discipline par ces derniers. Durant la seconde moitié du xvie siècle, les premiers pédagogues formulent les plans de formation de chaque nouvelle fondation et échangent une riche correspondance. Les expériences locales se trouvent ainsi mises en commun et aboutissent à l’adoption, implicite, d’indicateurs permettant d’identifier le “contestataire” voire d’aboutir à l’exclusion de certains élèves, alors que leur instruction, ici catholique, reste un objectif dans le cadre des affrontements confessionnels.

Haut de page

Texte intégral

LUCIAN. Itaque, Maurice, mon fils, te admonuisse volui.

MAURICE. Je vous remercye.

LUCIAN. D’abondant habeo aliquid tibi dicere.

MAURICE.C’est assez, il est tard.

LUCIAN. Arrige aures et m’escoute avec attention.

MAURICE. J ’escoute.

LUCIAN. Je ne sçay d’où vient et procedde la cause qui t’a distraict de tes estudes et rendu discole.

VALERE. Ce discole, est‑ce quelque animal ou quelque homme sauvage ?

  • 1 Pierre de Larivey, dit Pierre Giunti (1541‑1619), Les comedies facecievses de Pierre de l’Arivey Ch (...)

LUCIAN. Discolus, quasi a scola divisus. Boetius, De scolastica disciplina. Et qu’il en soit vray, tu n’avois accoustumé passer un jour sans me monstrer quelque theme ou epigramme ; nunc vero, et credo quae luna quater latuit, tu ne me monstres amplius ny prose ny vers, et ne hantes les escoles comme avois accoustumé, ou, si tu y vas, tu oy seulement une leçon1.

  • 2 La présentation des personnages, suivant le prologue et l’avertissement au lecteur, non paginée, én (...)
  • 3 Les travaux de ce savant du VIe siècle sont diffusés en Occident au XIIIe siècle, par les nombreuse (...)
  • 4 Cf. Audrey Gilles‑Chikhaoui, « Figures masculines et langue virile dans Le Laquais de Pierre de Lar (...)
  • 5 Il est toutefois question d’un apprentissage auprès du maître, qualifié de précepteur quelques page (...)
  • 6 Edmond Huguet (1863‑1948), Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, Paris, E. Champion p (...)

1Dans l’une de ses comédies italianisantes, Le Laquais, Pierre de Larivey, homme de plume de la Renaissance, fait dialoguer deux personnages, Valère et Lucian, sous la forme de vers libres entremêlant français et latin. Parmi les onze personnages de la pièce de théâtre2, Valère incarne le serviteur et Lucian le « maistre ès arts ». Ce dernier dénonce le comportement du premier et met en évidence un dévoiement, en se référant à Boethius3, pour mieux asseoir la force de ses propos4, et son autorité face à un individu qu’il domine : le discole apparaît comme celui qui a renoncé à étudier, sans que le contexte scolaire (préceptorat ou institution éducative5) ne soit souligné de façon explicite ici. D’ordinaire, le terme de discole – orthographié dyscole dans les anciens dictionnaires – désigne « un caractère difficile, méchant », un être « indiscipliné, désobéissant, rebelle », et enfin un « homme non doctrinable, divers, estrange et non bien enseigné6 ».

  • 7 Ratio atque Institutio Societatis Iesu, Naples, Tarquinii Longi, 1599. Tout au long de notre réflex (...)
  • 8 Le répertoire et le lexique produits par Marie‑Madeleine Compère à la fin de ce volume ne comporten (...)
  • 9 Dauril Alden, The Making of an Enterprise. The Society of Jesus in Portugal, its Empire and Beyong (...)
  • 10 Johan W. O’Malley (S.J.), « How the First Jesuits Became Involved in Education », dans Vincent J. D (...)
  • 11 Voir les deux chapitres de l’ouvrage collectif dirigé par Stéphane Lembré et Jérôme Krop, Être élèv (...)
  • 12 Voir en pièce justificative les premiers plans rédigés par les jésuites, à l’échelle locale, et qui (...)
  • 13 Antonella Romano, « Modernité de la Ratio Studiorum (plan raisonné des études) : genèse d’un texte (...)
  • 14 Dominique Julia, « Généalogie de la Ratio Studiorum », Les Jésuites à l’âge baroque. Histoire des J (...)

2Or ce vocabulaire n’est pas employé dans l’édition de 1599 du plan jésuite pour les études dispensées dans leurs collèges, la Ratio atque Institutio Societatis Iesu7. Et les récentes études consacrées à ce texte fondamental n’ont pas mis en évidence cette figure scolaire8. Cette Ratio exprime la maturité de la réflexion menée par les jésuites sur trois plans combinés : « la construction, au plan intellectuel, d’un appareil de références communes », « l’élaboration, au plan institutionnel, d’un système de garantie de l’uniformité doctrinale », et « la mobilisation, au plan spirituel, du devoir d’obéissance par le biais du renvoi aux décisions des supérieurs9 ». Néanmoins, ces nouveaux pédagogues ont su, durant les quarante premières années de leur activité scolaire10, désigner une grande variété de fauteurs de troubles, dans un contexte d’affrontements confessionnels11. Pourtant, les précédents plans des études, écrits pour chaque fondation durant la seconde moitié du xvie siècle, évoquent le « discole12 ». Or le processus de rédaction de la Ratio de 1599 témoigne d’une « sédimentation qui assure le passage du local à l’universel [universa studiorum nostrorum Ratio]13 » dans laquelle se lit une « généalogie de la Ratio Studiorum14 ». Pour quelles raisons cet « élève » disparaît‑il de la présentation normée de 1599 ? Est‑ce parce qu’il incarne le « contestataire », le perturbateur, le révolté, le réfractaire, le rebelle, et que les jésuites n’ont pas de solution pour sa scolarisation ? Dans quelle mesure l’expérience pédagogique acquise par les jésuites durant une quarantaine d’années leur a permis d’aboutir à une typologie fine de la figure de l’élève ?

  • 15 Ces données sont extraites de deux publications : Ladislaus Lukás (S.J.), « De origine collegiorum (...)

3Lorsque la comédie de Pierre de Larivey paraît, la Compagnie de Jésus est devenue une référence en matière d’enseignement. Elle dirige 199 collèges (180 en Europe et 19 dans le monde, répartis en 20 provinces (dont 16 en Europe et 4 dans le reste du monde), dans lesquels vivent 1679 hommes : ceci représente, en moyenne, près de 10 collèges par province et de 84 jésuites chacun. Les enseignants, qu’ils soient prêtres ou scolastiques – se destinant à devenir jésuites – représentent un peu plus d’un quart du personnel15. Ces derniers ont appris à diagnostiquer le « contestataire » à son entrée, à remarquer l’élève qui le devient durant sa scolarité, de façon à pouvoir décider de son exclusion en dernier recours.

1. Structurer le collège pour surveiller les élèves

4Le plan des études de 1599 invite tous les membres de la Compagnie de Jésus à porter une attention particulière aux élèves, afin de débusquer le fauteur de troubles voire le contestataire.

1.a. La mobilisation de toute la hiérarchie

  • 16 Plusieurs écrits témoignent de l’emploi de ses observations durant les visites dans le cadre de ses (...)

5Les généraux de l’ordre, les provinciaux, les supérieurs et recteurs, sont aidés dans cette tâche par les visiteurs – parmi lesquels Jérôme Nadal (1507‑1580)16 compagnon de la première heure d’Ignace de Loyola qui parcourt les péninsules ibérique et italienne – dont la fonction est de circuler de fondation en fondation afin d’en observer le fonctionnement et la conformité.

  • 17 Toutes les références faites au texte de la Ratio de 1599 renverront à l’édition récente d’Adrien D (...)
  • 18 Règles du provincial : « Si à cause de l’importance et de la complexité de l’établissement, un seul (...)

6À l’échelle locale, le relais est pris par le préfet des études, dont la charge « est d’être l’instrument général du recteur17 », le préfet des études inférieures, voire le préfet de la cour de récréation18, qui procèdent à une circulation régulière dans tous les espaces du collège et à différents moments de la journée :

  • 19 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 145, article 294. 

Non seulement, pendant tout le temps des classes, le préfet se tiendra continuellement dans la cour ou dans une pièce ayant vue sur la cour, mais encore il visitera de temps à autres les classes, avant qu’on ne donne le signal de l’entrée ; et il sera toujours présent à la porte de la cour au moment des sorties générales19.

  • 20 Regulae rectoris Collegii Germanici, [MP], t. 2, p. 324, article 20.

7Quant aux maîtres, aux régents, ils doivent admettre la visite – obligatoire – des préfets dans leur classe, pratique instaurée en 1564 au sein du collège germanique20, ainsi que des réunions régulières avec eux pour le suivi des élèves :

  • 21 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 134, article 247.

Tous les quinze jours au moins, il écoutera chaque enseignant ; il observera s’ils accordent le temps et l’attention voulue à la doctrine chrétienne, s’ils avancent suffisamment tant dans l’achèvement du programme que dans sa révision ; enfin, s’ils se comportent en toutes choses avec leurs élèves de manière honorable et digne d’éloge21.

1.b. Des personnels spécialisés ?

  • 22 Dominique Julia, « Généalogie de la Ratio Studiorum », in L. Giard et L. de Vaucelles (dir.), Les j (...)
  • 23 Constitutiones que en los collegios de la Compañia de Jesú se deben observar para el bien proceder (...)
  • 24 Reglas para los studios de los collegios, regulae de scholis collegiorum, [MP], t. 1, p. 199, artic (...)

8L’organisation pyramidale des pouvoirs et des fonctions prescrit en 1599 porte à son apogée l’ensemble des dispositions prises dans les textes antérieurs. Cependant certaines charges ne sont pas reprises dans les dispositions générales, ce qui ne signifie pas pour autant qu’elles ne soient pas maintenues dans certains établissements, au titre du « ad experimentum » qui guide l’expérience pédagogique des jésuites durant la seconde moitié du xvie siècle22 : le « visiteur » (« visitador ») décrit par Antoine de Polanco dans les années 1548-155023 et le « surintendant » (« superintendentia ») voulu par Jérôme de Nadal en 155324, qui tous deux, devaient en référer au recteur du collège.

  • 25 Ibidem, t. 1, p. 198, article 26.
  • 26 Ibidem, t. 1, p. 198 article 22.

9Enfin, le dernier personnage à intervenir est le « correcteur » (« corrector ») dont la fonction essentielle était soulignée par Jérôme Nadal dès 1553 : présent dans tous les moments importants (durant les messes, les prédications, durant les temps d’école et dans les congrégations25), il est donc amené à intervenir dans l’ensemble de l’établissement. Néanmoins il n’est pas possible de confier l’administration des punitions corporelles à un homme, qui ne peut être religieux26, ce que reprend la Ratio de 1599 :

  • 27 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 144, article 288.

Pour ceux qui commettraient des fautes relatives tant à l’application au travail qu’aux bonnes mœurs, et avec qui on ne peut se contenter de bonnes paroles et d’admonestations, on établira un correcteur, qui ne soit pas de la Compagnie. Là où on ne pourrait pas en avoir, on cherchera un moyen de les faire châtier, ou par l’entremise de l’un des scolastiques, ou par quelque autre moyen convenable27.

  • 28 « Règles de l’adjoint au maître ou bedeau », articles 459 à 465. Adrien Demoustier, Dominique Julia (...)
  • 29 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 199, article 459.

10La Ratio de 1599 présente un quatrième personnage important dans la classe, le bedeau, sans que l’on sache quel est son recrutement dans les six articles qui lui sont consacrés28. Il a une place délicate à tenir au sein de la classe et du collège : « Il obéira au maître » et « aura pour change d’exécuter diligemment tous les ordres du maître, surtout ceux qui concernent les exercices des classes29. » Il dépend directement du supérieur :

  • 30 Ibidem, p. 200, article 465.

S’il a noté que l’un des Nôtres est absent aux prédilections, aux répétitions, aux disputes ou néglige une des dispositions du Plan des Études ou de la discipline de conduite, il en réfèrera au supérieur30.

  • 31 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975. Les trois aut (...)

11Les jésuites ont ainsi tenu compte de l’expérience d’encadrement des deux premières générations de religieux enseignant pour mettre en place une surveillance étroite des écoliers de leurs collèges, ce que Foucault avait déjà présenté en dénonçant la discipline scolaire comme une forme de domination31.

1.c. Distinguer plusieurs catégories d’élèves

12La différence essentielle reprise dans la Ratio de 1599 à l’identique des textes antérieurs aboutit à séparer les écoliers externes, suivant le cursus des humanités gratuitement, des scolastiques, pensionnaires se destinant à entrer dans la Compagnie à l’issue de leurs études :

  • 32 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 194, article 441. 

Les entretiens de ceux [parmi les scolastiques] qui auront la permission de parler avec les étudiants externes ne porteront que sur des sujets littéraires ou relatifs au progrès spirituel, selon ce qu’on jugera devoir être plus utile à tous, pour une plus grande gloire de Dieu32.

  • 33 Une rubrique Constitutiones et regulae Collegii Germanici des années 1552‑1555 est des plus claires (...)
  • 34 Ceci est clairement exprimé dès les Constitutions de Padoue, dans la rubrique « Circa alcune cose e (...)

13Depuis les années 1560, il est souhaité que les élèves externes puissent se préparer à entrer, au collège, en adoptant un comportement adéquat33. Car ils inquiètent les pédagogues34, qui craignent que de mauvaises mœurs ou idées ne soient transmises aux pensionnaires par l’intermédiaire des écoliers externes, et parmi ceux‑ci des écoliers des petites classes, les plus jeunes.

14À ces écoliers externes s’ajoutent les « étrangers » (« forestieri ») au collège, ceux qui à aucun moment ne suivent les enseignements de la Compagnie et qui peuvent apporter des perturbations, lors des parloirs. L’expérience d’Usmarus Goisson à la tête du Collège germanique a amené la condamnation de ces fréquentations dès 1564 :

  • 35 Traduit de l’italien. Instructiones de regulis in collegio germanico observandis, [MP], t. 2, p. 81 (...)

Ils ne doivent pas parler à la porte avec des étrangers sans la licence du supérieur et avec un frère présent dans la Compagnie, qui est leur serviteur ou leur connaissance35.

  • 36 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 144, article 287. 
  • 37 Ibidem, p. 160‑161, article 359. 

15Pour faire face aux effectifs de plus en plus nombreux au xviie siècle, les jésuites ont instauré un système de responsabilisation de certains élèves, choisis selon leurs compétences : d’une part, le « censeur » ou « préteur » ou « décurion principal », d’autre part, le « magistrat ». Le premier est désigné par le préfet des études inférieures, alors que le second doit gagner sa place en réalisant un travail de haute tenue. Le premier reçoit certes des privilèges (qui ne sont pas précisés), mais doit, « avec l’approbation du maître de lever de légères punitions infligées à ces condisciples36 », surveiller les élèves, et les intrusions extérieures ; les seconds participent à l’émulation considérée comme le ressort de la motivation des élèves jésuites37.

  • 38 Gian‑Mario Anselmi, « Per una archeologia della Ratio : Dalla « pedagogia’al ‘governo » », La Ratio (...)

16Le fait de porter attention aux élèves relève d’une volonté pédagogique – et témoigne de l’adaptation de cet ordre religieux à une fonction qui au départ n’était pas la sienne – et s’inscrit dans une pensée politique : réguler le comportement des élèves concourt au « bon gouvernement38 » du collège. Et il importe donc au plus haut point de connaître les candidats pour ne pas introduire de possibles désordres dans l’établissement.

2. Tenir compte de la « nature » de l’élève

  • 39 Véronique Castagnet‑Lars, « Les questions éducatives au cœur des affrontements religieux fin xvie-m (...)

17Observer les élèves requiert de mener une réflexion sur une possible grille d’analyse qui s’appliquerait dès la demande d’admission, et durant toute la scolarité ensuite. Avec deux questions essentielles : Qui peut‑on inscrire dans un collège à l’heure de la gratuité de l’enseignement et de son caractère facultatif ? Doit‑on accorder la primauté à l’éducation chrétienne ou aux capacités scolaires ? Le contexte historique fait que l’éducation est un enjeu durant les affrontements confessionnels entre protestants et catholiques39.

2.a. Passer un examen d’entrée ou faire l’objet d’une enquête préalable

18La Ratio de 1599 tranche avec les autres plans d’étude rédigés au cours de la seconde moitié du xvie siècle : ses auteurs proposent un examen d’entrée réalisé par le préfet des études inférieures, quand leurs prédécesseurs insistaient sur la nécessité de mener une enquête sur chaque candidat.

  • 40 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 138, article 259.
  • 41 Ibidem, p. 138, article 261.
  • 42 Ibidem, p. 138, article 262.
  • 43 Ibidem, p. 138, article 262.

19À compter de 1599, la présentation « par ses parents ou par les personnes qui en sont responsables » est obligatoire, à moins que le préfet ne le « connaisse personnellement, ou sur qui il ne puisse facilement obtenir des informations de personnes déjà connues de lui40 ». Trois critères d’admission sont laissés à l’appréciation du préfet des études inférieures, « une instruction correcte, de bonnes mœurs et un bon caractère41 », tout en refusant de scolariser « dans la dernière classe [6° ou 7° selon les établissements] des jeunes gens trop âgés, ni de jeunes enfants d’âge trop tendre, (à moins qu’ils ne soient tout à fait capables), même si on les envoyait seulement en vue d’une bonne éducation42. » « Ceux qu’il ne faut pas admettre43 » ne sont donc pas diagnostiqués sur des critères d’insuffisance scolaire ou de comportement et mœurs inappropriées.

  • 44 Constitutiones seu monita ad eorum usum qui in Collegio Germanico praesunt, [MP], t. 2, p. 873, cha (...)

20Les conditions posées à l’entrée du collège germanique, à la recommandation de Cortesono, recteur de cet établissement entre 1564 et 1569, paraissent plus rigoureuses que celles de 1599 : il faut éviter de recruter des « inutiles », « ceux qui sont peu aptes aux lettres et à l’esprit », et « les discoles, qui perturbent et empêchent le bien des autres44. » Il affirme donc vouloir créer une fiche signalétique dont les recteurs auraient la charge, afin de classer les élèves en quatre catégories principales : bons, méchants, demi‑bons, demi‑méchants.

  • 45 Ibidem, t. 2, p. 864‑934.

21Cette catégorisation repose avant tout sur des indices individuels comme la complexion (sanguine, flegmatique, mélancolique), l’âge, l’état et la condition (noble/non noble ; fils légitime ou naturel), les bonnes ou mauvaises mœurs, les dispositions, l’éducation et, enfin, les propriétés et caractéristiques particulières. Viennent en complément des indices révélant un comportement social : la manière de parler, les actions extérieures, les relations avec les autres, les passions, les conversations, la facilité avec laquelle l’élève se laisse conduire, et le respect pour la dévotion45.

22Cette grille d’analyse n’est pas reprise dans la Ratio de 1599, ce qui ne signifie pas qu’elle reste méconnue des jésuites à partir du xvie siècle. Mais le texte ne retient que des indices comportementaux généraux, pour mettre davantage l’accent sur des capacités intellectuelles.

2.b. Avoir, avant d’entrer, un comportement digne d’un chrétien

  • 46 Capita selecta de studiis in Constitutionibus Societatis Iesu, [MP], t. 1 : dans le texte espagnol (...)

23Conformément aux obligations prescrites par les Constitutions jésuites dès 1546‑1556, les enfants doivent montrer leur éducation chrétienne, acquise au sein de leur famille, et reposant avant tout sur de bonnes mœurs46. Une fois scolarisés, ils devront connaître « les Habitudes à fuir », selon la Ratio de 1599 :

  • 47 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 202, article 476. 

Ils fuiront les habitudes dépravées ou même suspectes des autres ; ils ne fréquenteront que ceux dont l’exemple et la conduite leur seront profitables pour l’amour des lettres et des vertus47.

  • 48 Instructiones de regulis in collegio germanico observandis, [MP], t. 2, p. 810‑811.
  • 49 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit, Paris, Belin, 1997, p 145, article 293. 

24La définition de ces attitudes contrevenantes reprend pour partie celles observées et dénoncées par Goisson, en tant que recteur du Collège germanique48, en ajoutant toutefois le port d’armes, l’oisiveté, la course, les cris, « ni jurons, ni injures en paroles ou en actes, ni rien qui soit déshonnête ou dissolu49. »

25Un dernier défaut est souligné, non dans les règles du préfet des études inférieures mais dans les « normes des examens écrits », à savoir, le vol de copie ou d’idée :

  • 50 Ibidem, p. 147, article 305.

Il faut surveiller ceux qui sont assis l’un à côté de l’autre, car si l’on venait à trouver deux copies semblables ou jumelles, il faudrait tenir l’une et l’autre pour suspectes, puisqu’on ne pourrait pas vérifier lequel a volé l’autre50.

  • 51 Ibidem, p. 151, article 324.
  • 52 Ibidem, p. 152, article 325.
  • 53 Ibidem, p. 193, article 434.
  • 54 Par exemple, pour les classes inférieures, Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Bel (...)

26Aucun de ces écarts ne donne lieu à l’exclusion de l’établissement scolaire. Certes un système de punitions est mis en place pour contraindre l’élève à changer d’attitude. Par exemple, dans le dernier cas évoqué, la copie contrefaite ne sera pas prise en compte51. Mais ce qui compte pour les jésuites c’est de poursuivre la formation du chrétien, des classes inférieures52 aux scolastiques53, grâce aux fréquentes exhortations, prières avant la leçon, les messes et sermons, les entretiens spirituels, les « litanies et dévotions à la Sainte Vierge », les lectures spirituelles et la confession54. Pour tous :

  • 55 Ibidem, p. 152, article 328.

On enseignera la doctrine chrétienne dans les classes, surtout dans les classes de grammaire, mais aussi dans les autres, si besoin est, le vendredi et le samedi, et on la fera réciter de mémoire, à moins peut‑être, qu’en certains lieux et pour les nouveaux élèves, on ne juge bon de la faire réciter plus souvent55.

2.c. Les indices sur les aptitudes, capacités et possibles réalisations

27En plus des renseignements obtenus sur l’éducation du candidat, il faut examiner leur niveau. La Ratio de 1599 préconise la nécessité de procéder en deux temps.

  • 56 Ibidem, p. 138, article 260.
  • 57 Ibidem, p. 138, article 261.
  • 58 Ibidem, p. 138, p. 80, article 32.
  • 59 Constitutiones seu monita ad eorym usum qui Collegio Germanico praesunt[MP], t. 2, p. 876.

28D’abord une question est posée : « il leur demandera quelles études ils ont faites, et jusqu’où56 », pour discerner « une instruction correcte57 ». Cette phase est d’autant plus importante pour les écoliers qui souhaitent devenir théologiens dans un collège de la Compagnie58. Néanmoins, la démarche de 1599 est beaucoup plus générale que le questionnaire suivi par Cortesono : il s’agit en 7 points d’interroger le candidat sur les raisons des études suivies, de la durée de ces études, des auteurs lus, et du nombre de livres, « la qualité des maîtres qu’il a reçus ; et s’ils étaient tenus par de bons écoliers », son inclination pour les études, et au final seulement « le faire composer59 ». Sa réflexion portait sur « la nature de l’élève » que l’on ne peut nécessairement corriger par l’éducation ou par la punition :

  • 60 Ibidem, [MP], t. 2, p. 883, chapitre 1 « Del modo de conoscere et trattare la diversità delle natur (...)

[D’une part] Les bonnes qualités que doivent avoir les bons sont les suivantes : être bien enclin, modeste, costumé, humble, traitable, simple, discret, perspicace, obéissant, peu de mots, de bonne conscience, craintif de Dieu, désireux de faire bien, amoureux des vertus, de la conversation des virtuoses et des bons raisonnements, ennemis du vice et de la mauvaise conversation60

  • 61 Ibidem, [MP], t. 2, p. 883‑884.

[D’autre part] Les mauvaises qualités que les mauvais ont les mauvaises, ils veulent être : être mal enclins, mal habitués, mal vêtus, impudiques, orgueilleux, rusés, méfiants, de son propre jugement, indiscrets, négligés, humoristes, enjoués, de petit cerveau, fantastiques, de nombreux mots, heureux, simulateur, amoureux de lui‑même, de volupté, ennemi de la vertu, du cirtuosi, du bon raisonnement et de la fatigue ; ils se délectent de la haine et de la conversation de maux et de mauvais raisonnements, ils sont faciles à supporter, ils veulent tout à leur manière, ils sont ingrats, impatients, désobéissants, coliriques, envieux, lascifs ; avec les corrections qui se sont aggravées et qui deviennent plus obstinés dans le mal, ils prennent plus d’aversions envers la vertu et les moyens qui y conduisent61.

29Ce recteur aboutissait à une typologie plus fine dans laquelle le discole correspondait à l’enfant qu’il ne faut absolument pas admettre, simplement à en juger par son passé scolaire.

30Ensuite, la Ratio de 1599 stipule l’organisation d’un examen écrit par le préfet des études inférieures :

  • 62 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit, Paris, Belin, 1997, p. 138, article 260.

Il leur fera écrire un texte tout seuls, en leur proposant un argument précis ; il leur fera réciter quelques règles des matières qu’ils auront étudiées ; il leur proposera quelques courtes phrases à traduire en latin, ou, s’il en est besoin, quelque passage à commenter, tiré d’un auteur62.

31Le but est de déterminer le niveau scolaire de l’élève afin de l’affecter dans la classe appropriée. Il n’est pas question de rechercher l’élève excellent ; au contraire, le préfet réfléchit à partir de ce que les jésuites ont appelé en 1599 « l’intelligence moyenne » :

  • 63 Ibidem, p. 81, article 35.

Il [l’élève] est capable de comprendre et de saisir ce qu’il entend et ce qu’il a étudié, et peut même en rendre compte moyennement à qui le lui demande, même s’il ne parvient pas au niveau de connaissances philosophiques et théologiques que les Constitutions désignent par ces mots63.

  • 64 Cette pratique est attestée dès le texte de 1555‑1556, Regulae et monita scholarum S.I. in Italia, (...)

32De la sorte, une fine connaissance – initiale puis continue – de leurs élèves amène les jésuites à établir et mettre régulièrement à jour un registre d’inscription64, et de suivi de leurs écoliers. La transmission des renseignements se fait de la base au sommet, du régent au recteur, en passant par le préfet des études inférieures :

  • 65 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 138, article 261.

Il [le préfet des études inférieures] inscrira dans le registre leur nom, leur domicile, leur âge, leurs parents ou ceux qui en sont responsables et s’il est quelqu’un parmi les élèves qui connaisse leur famille ; il notera le jour et l’année où chacun est admis. Enfin, il placera chacun dans la classe et avec le professeur qui lui convient, de façon qu’il puisse se croire digne de passer dans une classe supérieure plutôt qu’indigne de rester dans la classe où il se trouve65. [...]

  • 66 Ibidem, p. 161‑162, article 362.

33Le professeur transmettra au préfet le registre des élèves, inscrits par ordre alphabétique. Le préfet [des études inférieures] examinera ce registre plusieurs fois par an, pour qu’il puisse, si besoin est, procéder à des changements, mais il l’examinera avec le plus grand soin à l’approche de l’examen général des élèves. Dans ce registre, il distinguera le plus grand nombre possible de niveaux des élèves, à savoir : les meilleurs, les bons, les moyens, les douteux, ceux qu’il faut faire redoubler, ceux qu’il faut renvoyer [« videlicet, optimos, bonos, mediocres, dubios, retinendos, reiicendos »] ; ce qui peut être signifié par les chiffres : 1, 2, 3, 4, 5, 666.

34Il est à souligner que le discole, sans être nommé ainsi, est cité dans cette énumération.

35Quarante années d’expérience ont obligé les jésuites à considérer la pluralité des élèves, et à observer l’impossible scolarisation de certains, dans le cadre de leur projet éducatif.

3. Contraindre le « contestataire » ou l’exclure ?

36Les réflexions foucaldiennes d’hier et d’aujourd’hui mettent l’accent sur la domination mise en place au sein des collèges jésuites. Cette interprétation ne doit cependant pas occulter la résistance opposée par les écoliers au « moule scolaire » que codifie la Ratio de 1599.

3.a. Obliger les enfants à devenir – ou à rester – des élèves de la Compagnie

37Une forte préoccupation du personnel d’encadrement et du personnel d’enseignement de ces collèges jésuites est de lutter contre l’absentéisme des élèves et de s’assurer de leur assiduité :

  • 67 Ibidem, p. 162, article 365.

Il [le maître des classes inférieures] exigera surtout l’assiduité de la part des élèves ; aussi ne les laissera-t-il pas aller aux spectacles ni aux jeux publics ; si l’un d’entre eux manque, il enverra chez lui l’un de ses condisciples ou une autre personne, et s’il n’apporte pas une excuse valable de son absence, il sera puni. On doit envoyer au préfet ceux qui auront manqué plusieurs jours sans motif et ne pas les admettre à nouveau sans son consentement67.

  • 68 1555‑1556 : Regulae et monita scholarum S.I. in Italia, [MP], t. 1, p. 339, article 4 ; 1553 : Regu (...)

38Au xvie siècle, l’école n’est pas rendue obligatoire même si les autorités politiques et religieuses entendent développer la scolarisation des enfants. En réalité les jésuites luttent contre cet absentéisme dès l’ouverture de leurs premiers collèges : les élèves sont inscrits mais ne suivent pas régulièrement les enseignements, les parents ne justifient pas les absences68.

39Un autre comportement est dénoncé : celui qui consiste à abîmer le matériel et le mobilier du collège. Comme précédemment, les écoliers externes font l’objet d’une étroite surveillance à ce sujet :

  • 69 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 202, article 475.

En classe, ils [les écoliers externes] ne saliront ou ne marqueront leurs bancs, ni la chaire, ni les sièges, les murs, les portes ou les fenêtres, ni rien d’autre, en peignant, en écrivant, en gravant, ni d’aucune autre manière69.

  • 70 Ibidem, p. 90, article 78.
  • 71 Ibidem, p. 163, article 367.

40L’élève distrait existe aussi dans les établissements jésuites. C’est celui qui reste sensible à « toutes les occupations qui pourraient faire obstacle aux études70 », ou celui qui fait « passer de ci de là des cadeaux ou des billets71 ».

  • 72 Paul F. Grendler dans son ouvrage : The Jesuits and Italian Universities 1548‑1773, Washington D.C. (...)

41Reste à parler des élèves ou des étudiants « trafiquants » (les « spupillazione »). Ils ne sont pas cités dans les textes administratifs ; ils sont connus par les sanctions que les autorités lui infligent. En l’occurrence l’université, à l’image de celle de Parme, dont l’histoire est richement documentée, punit les étudiants qui extorquent de l’argent à leurs confrères, plus jeunes, lors des bizutages ou dans le cadre de rackets72.

42Derrière ces dispositions de la Ratio de 1599 se mesure l’expérience pédagogique de plusieurs générations de jésuites qui parviennent à dresser en filigrane le portrait du mauvais élève qui ne respecte pas les règles admises par la Compagnie : l’absent, le fainéant, l’agité, le bruyant, le distrait, l’intéressé, et celui qui détériore le matériel.

3.b. Soutenir les élèves les plus faibles

43Le plan des études de 1599 établit certes un catalogue de mauvaises attitudes, mais il présente aussi des solutions pour ramener sur le chemin des études les écoliers.

44La première alarme est sonnée par le préfet des études inférieures qui observe « Des élèves en situation douteuse » :

  • 73 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 141, article 273.

Pour prendre une décision au sujet des élèves en situation douteuse, le préfet [des études inférieures] se fera remettre, de temps à autre, leurs devoirs écrits quotidiens ; il en conférera avec les mêmes juges, pour qu’ils fassent composer à nouveau ces élèves par écrit, si on le juge bon, et qu’ils les examinent. De plus, dans le cas d’élèves en situation douteuse, il faudra tenir compte de l’âge, du temps passé dans la même classe, de l’intelligence et de l’application73.

45Un accompagnement des élèves les plus fragiles est donc organisé sur le plan pédagogique pour leur permettre de continuer leur scolarité. Il n’est pas prévu à leur encontre de châtiments corporels.

3.c. Quand l’ « incorrigible » devient « discole »

46L’usage de châtiments corporels pour corriger les élèves est stipulé dans de nombreux textes de la Compagnie. Pour autant l’application de telles punitions physiques ne reçoit pas l’agrément de tous les pédagogues du xvie siècle, internes ou externes à la Compagnie. Et la Ratio de 1599 rejette leur usage irréfléchi voire systématique, du moins pour les écoliers des classes inférieures :

  • 74 Ibidem, p. 144, article 289.

On contraindra de force ceux qui refusent les coups, si on le peut en toute sécurité ; et si ce châtiment est malséant […] on leur interdira notre établissement, en prévenant toutefois le recteur ; il en sera de même pour ceux qui manquent fréquemment la classe74.

  • 75 Ratio ordinandi studio universitatis compostellanae, [MP], t. 1, p. 438.
  • 76 Regulae rectoris Collegii Romani, [MP], t. 1, p. 92, article 5.
  • 77 Consitutiones collegii Messanensis, [MP], t. 1, p. 21.

47L’inefficacité de cette pratique apparaît rapidement aux jésuites, et à Ignace de Loyola en premier. Ce dernier les appelle les « incorrigibles75 » en 1553 et préconise de les renvoyer pour ne pas qu’ils nuisent aux autres écoliers. Le fondateur de la Compagnie de Jésus est à l’unisson de la pensée de ses premiers compagnons : les règles du Collège romain de 155176, les fondateurs du collège de Messine (dont Jérôme Nadal)77.

  • 78 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 162, article 364. 
  • 79 Ibidem, p. 144, article 289.

48Il est clairement établi que les châtiments corporels ne doivent pas être employés à l’encontre d’une catégorie d’élèves : « des élèves plus âgés78 » ou des « pour les élèves trop âgés79 ». Sans autre indication, ces deux expressions restent énigmatiques : s’agit‑il dans le premier cas des élèves avancés dans leurs études, ceux que la Ratio appelle « les Nôtres », c’est‑à‑dire les étudiants en scolastique ou en théologie qui, à terme, souhaiteraient entrer dans la Compagnie de Jésus ? Pourrait‑il être question dans le second cas, de ne pas infliger de punition physique aux plus grands, même s’ils sont placés dans des classes inférieures ? Est‑ce le signe que l’âge est un facteur important dans la formation d’un comportement ?

49Faute de parvenir à corriger le comportement des élèves, la solution requise est le renvoi de l’établissement :

  • 80 Ibidem, p. 144‑145, article 290, « Ceux qu’il faut renvoyer du collège » ; voir aussi l’article sui (...)

Quand ni les paroles, ni l’office du correcteur ne sont suffisants, qu’on n’espère pas d’amendement chez un élève et qu’il semble constituer un danger pour les autres, il vaut mieux l’écarter de nos classes, plutôt que de le garder, quand il progresse peu lui‑même et nuit aux autres. Mais ce cas doit être laissé au jugement du recteur pour que toutes choses tendent à la gloire et au service de Dieu, comme il convient80.

  • 81 Ibidem, p. 145, article 292.

50Lorsque toutes les solutions ont échoué, et que l’exclusion d’un élève est prononcée, elle revêt alors un caractère définitif81.

  • 82 Lettre de Antoine de Polanco à Hannibal du Coudret du 28 décembre 1555, [MP], t. 1, p. 464. 

51Par ailleurs, lorsque l’élève décide de démissionner et, sans motif légitime, de renoncer à sa scolarité, il ne peut être réadmis dans un collège jésuite. Le conseil pédagogique se porte sur un autre encadrement scolaire : celui des précepteurs ou des maîtres privés, ceux que Antoine de Polanco appelle, dès 1555, des « maestri di lettere82 » (« des maîtres de lettres »).

52Conclusion

  • 83 Voir par exemple : François de Dainville, « Collèges et fréquentation scolaire au XVIIe siècle », P (...)

53Forts de plusieurs décennies d’expériences pédagogiques – car la Ratio est la mise à l’écrit finale de cette expérience et non le point de départ d’une normalisation –, les religieux enseignants de la Compagnie de Jésus ont su décrire une grande variété de figures d’élèves, en combinant indices scolaires et critères comportementaux. Émerge une figure enfantine singulière, celui qu’il n’est pas possible de scolariser dans un établissement destiné à accueillir les enfants et adolescents – et le terme est employé dans la Ratio – âgés de 6 à plus de 20 ans, regroupés, en nombre, dans les classes des collèges – jusqu’à 200 enfants dans un même niveau83.

  • 84 Peter Schmidt, Das Collegium Germanicum in Rom und die Germaniker. Zur Funktion eines römischen Aus (...)
  • 85 Dominique Julia, « Généalogie de la Ratio Studiorum », Les Jésuites à l’âge baroque. Histoire des J (...)

54Les jésuites admettent le refus de scolariser certains enfants (à l’issue du diagnostic initial sous forme d’interrogations posées par les jésuites à l’impétrant) ou la possible exclusion d’un élève (tout élève observé par les régents sous le regard des préfets et du recteur peut être reconnu discole). Les réflexions les plus poussées ont été menées par les personnels du Collège germanique de Rome, un des établissements jésuites en butte à l’indiscipline des élèves, aux agitations et crises diverses84… Au final, la normalisation mise en œuvre dans la rédaction de la Ratio de 1599, l’ultime plan des études appelé à devenir le texte fondamental de la Compagnie durant plusieurs siècles, reconnaît la pratique sans employer le terme. Est‑ce là une nouvelle preuve du fait que seuls les textes élaborés pour le Collège Romain, et non le Collège germanique, servent une fois expérimentés pour le reste de la Compagnie85 ?

55Le mot pour autant perdure durant l’Ancien Régime. Le discole par excellence c’est Émile, le garçon dont Rousseau théorise l’éducation au Siècle des Lumières :

  • 86 Jean‑Jacques Rousseau, Émile ou de l’éducation, Amsterdam, Jean Néaulme, 1762, tome 1, p. 227‑228.

De pareilles instructions se doivent donner, comme je l’ai dit, plus tôt ou plus tard, selon que le naturel paisible ou turbulent de l’élève en accélère ou retarde le besoin ; leur usage est d’une évidence qui saute aux yeux ; mais pour ne rien omettre d’important dans les choses difficiles, donnons encore un exemple. Votre enfant discole gâte tout ce qu’il touche : ne vous fâchez point ; mettez hors de sa portée ce qu’il peut gâter. Il brise les meubles dont il se sert : ne vous hâtez point de lui en donner d’autres ; laissez‑lui sentir le préjudice de la privation. Il casse les fenêtres de sa chambre : laissez le vent souffler sur lui nuit et jour sans vous soucier des rhumes ; car il vaut mieux qu’il soit enrhumé que fou. Ne vous plaignez jamais86.

  • 87 Il s’agit en particulier des réflexions autour de la pédagogie institutionnelle. Cf. Aïda Vasquez, (...)
  • 88 Eirick Prairiat, La sanction en éducation, Paris, Presses universitaires de France, collection Que (...)
  • 89 Pierre Fourneret, David Da Fonseca, Les enfants dys, Issy‑les‑Moulineaux, Elsevier Masson, coll. Pe (...)

56Le mot n’est plus usité aujourd’hui, à l’heure de l’école obligatoire de 3 à 16 ans, et de la reconnaissance des troubles de l’apprentissage liés aux « dys » : dyslexies, dyscalculies, dysphasies, dyspraxies. Car il n’est plus acceptable, par les pédagogues87, les psychologues, les chercheurs en sciences de l’éducation88 et l’ensemble de la société89, qu’un enfant demeure exclu de toute forme de scolarisation, à l’école ou à domicile.

Haut de page

Notes

1 Pierre de Larivey, dit Pierre Giunti (1541‑1619), Les comedies facecievses de Pierre de l’Arivey Champenois. A l’imitation des anciens Grecs, Latins, & modernes Italiens, Paris, Abel l’Agelier, 1579 (première édition), acte I, scène IV, p. 8‑9 ; Rouen, Raphaël du Petit Val, 1611, dernière édition, texte numérisé disponible en ligne sur le site de la Bibliothèque nationale de France : https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k65869952.texteImage. Une édition critique publiée par Luigia Zilli a été publiée en 2011 à Paris, chez Garnier.

2 La présentation des personnages, suivant le prologue et l’avertissement au lecteur, non paginée, énumère : « Simeon vieillard / Valere seruiteur / Thomas maquereau / Mavrice amoureux / Lvcian maistre ès arts / Horatio Italien / Iacqvet son laquais / Catherine Seruante de Simeon / Francoise fille de Simeon / Belle‑covlevr seruante / Messer Anthoine secretaire. » (la typographie a été respectée dans cette transcription).

3 Les travaux de ce savant du VIe siècle sont diffusés en Occident au XIIIe siècle, par les nombreuses copies de son manuscrit De Disciplina Scolarium ; les humanistes le citent à partir du XVe siècle dans leurs réflexions pédagogiques. Voir pour l’édition du texte : Olga Weijers, Pseudo‑Boèce. De disciplina scolarium. Édition critique et notes, Leiden‑Köln, E. J. Brill, collection Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters, volume 12, 1976. Pour une étude du texte : Brooke Hunter, Forging Boethius in medieval intellectual Fantaisies, Londres, Routledge, 2018, et plus particulièrement le chapitre 5 : « Boethius and the Humanists : Valla, Badius, and the Persistence of De Disciplina in Print. »

4 Cf. Audrey Gilles‑Chikhaoui, « Figures masculines et langue virile dans Le Laquais de Pierre de Larivey », European Drama and Performance Studies. Masculinité et théâtre (n° 10), Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 191‑210.

5 Il est toutefois question d’un apprentissage auprès du maître, qualifié de précepteur quelques pages auparavant. Pierre de Larivey, op. cit., Rouen, Raphaël du Petit Val, 1611, p. 13‑14 par exemple.

6 Edmond Huguet (1863‑1948), Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, Paris, E. Champion puis Didier, 1925‑1967 pour les éditions disponibles sur le site de la Bibliothèque nationale, Gallica ; Jean‑Baptiste La Curne de Sainte‑Palaye (1697‑1781), Dictionnaire historique de l'ancien langage français depuis son origine jusqu'au siècle de Louis XIV, Niort, H. Champion, 1875‑1882 pour les éditions numérisées sur Gallica.

7 Ratio atque Institutio Societatis Iesu, Naples, Tarquinii Longi, 1599. Tout au long de notre réflexion, nous nous réfèrerons à l’édition critique et nous donnerons les citations traduites en français : Adrien Demoustier, Dominique Julia (Léone Albrieux et Dolorès Pralon‑Julia traductrices, Marie‑Madeleine Compère en charge des annotations et commentaires), Ratio Studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, Paris, Belin, 1997.

8 Le répertoire et le lexique produits par Marie‑Madeleine Compère à la fin de ce volume ne comportent pas une entrée « discole », dans : Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit.,Paris, Belin, 1997, p. 279‑314 ; Vincent J. Duminuco (S.J.) (dir.), The Jesuit Ratio Studiorum. 400th Anniversary Perspectives, New York, Fordham University Press, 2000.

9 Dauril Alden, The Making of an Enterprise. The Society of Jesus in Portugal, its Empire and Beyong 1540‑1750, Stanford, CA Stanford University Press, 1996, p. 69.

10 Johan W. O’Malley (S.J.), « How the First Jesuits Became Involved in Education », dans Vincent J. Duminuco (S.J.) (dir.), The Jesuit Ratio Studiorum. op. cit., chapitre 3, p. 56‑79.

11 Voir les deux chapitres de l’ouvrage collectif dirigé par Stéphane Lembré et Jérôme Krop, Être élève : ordres, désordres et engagements xviexxie siècles, à paraître aux éditions universitaires Septentrion en 2019 : Véronique Castagnet‑Lars, « Des écoliers fauteurs de troubles et la discipline dans les collèges jésuites au jours des années 1550‑1570 » et « Des violences scolaires durant les affrontements confessionnels xviexviie siècles ».

12 Voir en pièce justificative les premiers plans rédigés par les jésuites, à l’échelle locale, et qui ont été consultés pour cette étude.

13 Antonella Romano, « Modernité de la Ratio Studiorum (plan raisonné des études) : genèse d’un texte normatif et engagement dans une culture enseignante », dans É. Ganty, M. Hermans, P. Sauvage (dir.), Tradition jésuite et pratique pédagogique. Histoire et actualité, Namur‑Bruxelles, Presses universitaires de Namur, Éditions Lessius, 2002, p. 62.

14 Dominique Julia, « Généalogie de la Ratio Studiorum », Les Jésuites à l’âge baroque. Histoire des Jésuites de la Renaissance aux Lumières, Luce Giard et Louis de Vaucelle (dir.), Grenoble, Jérôme Million, 1996, p. 115‑130 ; cet article est approfondi dans l’introduction de Adrien Demoustier, Dominique Julia [avec collaboration de Léone Albrieux et Dolorès Pralon‑Julia pour la traduction, et Marie‑Madeleine Compère pour les commentaires], Ratio Studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, Belin, collection Histoire de l’éducation, 1997 : Dominique Julia, « L’élaboration de la Ratio Studiorum 1548‑1599 », p. 29‑69.

15 Ces données sont extraites de deux publications : Ladislaus Lukás (S.J.), « De origine collegiorum externorum deque controversis circa eorum paupertatum obortis », Archivum Historicum Societatis Iesu, tome 29, 1960, p. 189‑245 ; Ibidem, tome 31, 1961, p. 3‑89 ; « De graduum diversitate inter sacerdotes in Societate Iesu », Archivum Historicum Societatis Iesu, tome 37, 1968, p. 237‑316.

16 Plusieurs écrits témoignent de l’emploi de ses observations durant les visites dans le cadre de ses réflexions pédagogiques ; il a été nommé en 1553 pour visiter tous les collèges espagnols pendant seize mois. Cf. 1548 : Constitutiones collegii Messanensis, [MP], t. 1, p. 17‑28 ; 1552 : De Studii generalis dispositione et ordine, [MP], t. 1, p. 133‑161 ; 1553 : Regulae de scholis collegiorum, [MP], t. 1 p. 185‑210 ; 1561 : Ordo studiorum germanicus Distinctio classium, [MP], t. 2, p. 88‑106 ; 1563 : Regulae pro scholaribus Societatis, [MP], t. 2, p. 114‑121. Cf. deux biographies intéressantes : William Bangert, Jerome Nadal, S.J. 1507‑1580. Tracking the First Generation of Jesuits, Chicago, Loyola University Press, 1992 (édition complétée par Thomas M. McCoog).

17 Toutes les références faites au texte de la Ratio de 1599 renverront à l’édition récente d’Adrien Demoustier, Dominique Julia, Léone Albrieux, Dolorès Pralon‑Julia traductrices, Marie‑Madeleine Compère, Ratio Studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, Paris, Belin, 1997. Les citations seront présentées dans cette contribution en français pour plus de fluidité dans la lecture. Cf. Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 96, article 99.

18 Règles du provincial : « Si à cause de l’importance et de la complexité de l’établissement, un seul préfet des études semble insuffisant pour veiller au plan suivi dans toutes les classes, le provincial en établira un second, qui, selon les directives du préfet général, dirigera les études inférieures ; et même, si la situation l’exige, on en ajoutera un troisième qui surveillera la cour des élèves. » Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 74, article 9.

19 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 145, article 294. 

20 Regulae rectoris Collegii Germanici, [MP], t. 2, p. 324, article 20.

21 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 134, article 247.

22 Dominique Julia, « Généalogie de la Ratio Studiorum », in L. Giard et L. de Vaucelles (dir.), Les jésuites à l’âge baroque, 1540‑1640, Grenoble, Jérôme Millon, 1996, p. 130.

23 Constitutiones que en los collegios de la Compañia de Jesú se deben observar para el bien proceder dellos a honor y gloria divina, [MP], t. 1, p. 45, article 29.

24 Reglas para los studios de los collegios, regulae de scholis collegiorum, [MP], t. 1, p. 199, article 33.

25 Ibidem, t. 1, p. 198, article 26.

26 Ibidem, t. 1, p. 198 article 22.

27 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 144, article 288.

28 « Règles de l’adjoint au maître ou bedeau », articles 459 à 465. Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 199‑200.

29 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 199, article 459.

30 Ibidem, p. 200, article 465.

31 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975. Les trois autres formes de la domination, en plus de la discipline scolaire, sont l’esclavage, la domesticité et la vassalité.

32 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 194, article 441. 

33 Une rubrique Constitutiones et regulae Collegii Germanici des années 1552‑1555 est des plus claires à ce sujet ; elle est intitulée « Avanti che vengano al collegio », [MP], t. 1, p. 110.

34 Ceci est clairement exprimé dès les Constitutions de Padoue, dans la rubrique « Circa alcune cose exteriori », [MP], t. 1, p. 16.

35 Traduit de l’italien. Instructiones de regulis in collegio germanico observandis, [MP], t. 2, p. 814.

36 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 144, article 287. 

37 Ibidem, p. 160‑161, article 359. 

38 Gian‑Mario Anselmi, « Per una archeologia della Ratio : Dalla « pedagogia’al ‘governo » », La Ratio Studiorum. Modelli culturali e pratiche educative dei Gesuiti in Italia tra Cinque e Seicento, G.‑P. Brizzi (dir.), Rome, Bulzoni, 1981, p. 11‑42.

39 Véronique Castagnet‑Lars, « Les questions éducatives au cœur des affrontements religieux fin xvie-mi xviie siècles : académies protestantes versus collèges catholiques », Éducation, religion, laïcité (XVIe‑XXe siècles). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants, Jean‑François Condette dir., Lille, CEGES, 2010, p. 37‑55.

40 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 138, article 259.

41 Ibidem, p. 138, article 261.

42 Ibidem, p. 138, article 262.

43 Ibidem, p. 138, article 262.

44 Constitutiones seu monita ad eorum usum qui in Collegio Germanico praesunt, [MP], t. 2, p. 873, chapitre II intitulé : « Del modo d’accettar quelli che vogliono entrar in detto collegio [La façon d'accepter ceux qui veulent entrer dans ce collège] ».

45 Ibidem, t. 2, p. 864‑934.

46 Capita selecta de studiis in Constitutionibus Societatis Iesu, [MP], t. 1 : dans le texte espagnol de 1594 p. 224 et p. 262, 264 ; dans le texte de 1583, p. 225 et 263, 265 (la mise en page de l’édition les met en vis‑à‑vis).

47 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 202, article 476. 

48 Instructiones de regulis in collegio germanico observandis, [MP], t. 2, p. 810‑811.

49 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit, Paris, Belin, 1997, p 145, article 293. 

50 Ibidem, p. 147, article 305.

51 Ibidem, p. 151, article 324.

52 Ibidem, p. 152, article 325.

53 Ibidem, p. 193, article 434.

54 Par exemple, pour les classes inférieures, Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 153, articles 329, 330, 326, 327, 331, 332, 333, dans l’ordre énumération des activités.

55 Ibidem, p. 152, article 328.

56 Ibidem, p. 138, article 260.

57 Ibidem, p. 138, article 261.

58 Ibidem, p. 138, p. 80, article 32.

59 Constitutiones seu monita ad eorym usum qui Collegio Germanico praesunt[MP], t. 2, p. 876.

60 Ibidem, [MP], t. 2, p. 883, chapitre 1 « Del modo de conoscere et trattare la diversità delle nature di scolari [Le moyen de connaître et de gérer la diversité de la nature des écoliers].

61 Ibidem, [MP], t. 2, p. 883‑884.

62 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit, Paris, Belin, 1997, p. 138, article 260.

63 Ibidem, p. 81, article 35.

64 Cette pratique est attestée dès le texte de 1555‑1556, Regulae et monita scholarum S.I. in Italia, [MP], t. 1, p. 338‑339 rubrique « Ufficio dei Maestri [Office des maîtres] » article 2 : « Il [le maître] aura un livret où il écrit les noms des élèves et de leurs pères ». Il n’est pas ici fait mention d’une classification des élèves.

65 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 138, article 261.

66 Ibidem, p. 161‑162, article 362.

67 Ibidem, p. 162, article 365.

68 1555‑1556 : Regulae et monita scholarum S.I. in Italia, [MP], t. 1, p. 339, article 4 ; 1553 : Regulae de scholis collegiorum, [MP], t. 1, p. 199.

69 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 202, article 475.

70 Ibidem, p. 90, article 78.

71 Ibidem, p. 163, article 367.

72 Paul F. Grendler dans son ouvrage : The Jesuits and Italian Universities 1548‑1773, Washington D.C., The Catholic University of America Press, 2017, p. 164 ; Paul F. Grendler, The Universities of the Italian Renaissance, Baltimore & Londres, John Hopkins University Press, 2002, p. 504.

73 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 141, article 273.

74 Ibidem, p. 144, article 289.

75 Ratio ordinandi studio universitatis compostellanae, [MP], t. 1, p. 438.

76 Regulae rectoris Collegii Romani, [MP], t. 1, p. 92, article 5.

77 Consitutiones collegii Messanensis, [MP], t. 1, p. 21.

78 Adrien Demoustier, Dominique Julia, op. cit., Paris, Belin, 1997, p. 162, article 364. 

79 Ibidem, p. 144, article 289.

80 Ibidem, p. 144‑145, article 290, « Ceux qu’il faut renvoyer du collège » ; voir aussi l’article suivant : p. 145, article 291, « Il faut sévir » 

81 Ibidem, p. 145, article 292.

82 Lettre de Antoine de Polanco à Hannibal du Coudret du 28 décembre 1555, [MP], t. 1, p. 464. 

83 Voir par exemple : François de Dainville, « Collèges et fréquentation scolaire au XVIIe siècle », Population, n° 12‑3, 1957, p. 467‑494.

84 Peter Schmidt, Das Collegium Germanicum in Rom und die Germaniker. Zur Funktion eines römischen Ausländerseminars (1552–1914), Tübingen, Max Niemeyer, coll. Bibliothek des deutschen Historischen Instituts in Rom, 1984.

85 Dominique Julia, « Généalogie de la Ratio Studiorum », Les Jésuites à l’âge baroque. Histoire des Jésuites de la Renaissance aux Lumières, Luce Giard et Louis de Vaucelle (dir.), Grenoble, Jérôme Million, 1996, p. 116.

86 Jean‑Jacques Rousseau, Émile ou de l’éducation, Amsterdam, Jean Néaulme, 1762, tome 1, p. 227‑228.

87 Il s’agit en particulier des réflexions autour de la pédagogie institutionnelle. Cf. Aïda Vasquez, Fernand Oury, Vers une pédagogie institutionnelle. Préface de Françoise Dolto, Paris, François Maspero, 1967, p. 88‑89 : « Exclure un individu n’enseigne pas obligatoirement la sociabilité, il est donc nécessaire de prévoir des dispositions qui favorisent la réintégration d’un enfant provisoirement exclu ».

88 Eirick Prairiat, La sanction en éducation, Paris, Presses universitaires de France, collection Que sais‑je, 2011, chapitre II : « La réparation et l’exclusion », p. 96‑106.

89 Pierre Fourneret, David Da Fonseca, Les enfants dys, Issy‑les‑Moulineaux, Elsevier Masson, coll. Pedia, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Castagnet‑Lars, « La Ratio studiorum de 1599 et la normalisation de la figure du contestataire au sein des collèges de la Compagnie de Jésus », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6632 ; DOI : 10.4000/framespa.6632

Haut de page

Auteur

Véronique Castagnet‑Lars

Véronique Castagnet-Lars, maître de conférences d’histoire moderne à l’Université de Toulouse (Espé Toulouse-Midi-Pyrénées), membre du laboratoire FRAMESPA (équipe Studium). veronique.castagnet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals