Navigation – Plan du site
Elèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire

Une façon originale de célébrer le dixième anniversaire de l’Armistice : l’affaire de la PMS (1928)

An Original Way to Celebrate the Tenth Anniversary of the Armistice: the PMS affair (1928).
Una manera original de celebrar el décimo aniversario del armisticio: el caso de la PMS (1928).
Pierre‑Frédéric Charpentier

Résumés

En novembre 1928, alors que l’on célèbre le dixième anniversaire de l’Armistice, 83 élèves de la prestigieuse École Normale Supérieure (ENS) de Paris publient dans un quotidien socialiste une pétition s’élevant contre l’obligation qui leur est faite d’effectuer la Préparation Militaire Spéciale (PMS). Perçu par certains comme un simple canular, l’épisode déclenche une brève mais virulente polémique publique. L’initiative de ces jeunes intellectuels révèle à sa façon les fractures d’une société française traumatisée par la Grande Guerre et imprégnée par un profond pacifisme.

Haut de page

Texte intégral

1Les chahuts étudiants sont bien connus et depuis toujours associés au monde universitaire parisien, à la mesure d’une tradition multiséculaire. Toutefois, survenue en novembre 1928, l’affaire de la pétition des élèves de la prestigieuse École Normale Supérieure – Normale Sup – contre la Préparation Militaire Supérieure (PMS) vient donner une nouvelle dimension à la protestation en la sortant du cadre institutionnel traditionnel et codifié pour l’exposer au grand jour sur la place publique, dans une mise en scène orchestrée par les journaux. S’ensuit alors une brève et néanmoins vive polémique et, signe de l’importance qu’avait alors revêtu l’épisode, l’un de ses protagonistes, l’essayiste Claude Jamet (1910‑1993), s’en souviendra encore plus de vingt ans après dans un volume de Mémoires :

Je suis entré à l’École Normale supérieure en 1928, juste à point pour signer la fameuse pétition contre la PMS obligatoire, qui fit tant de bruit à l’époque. Un scandale ! La presse, de toutes opinions, unanime pour flétrir l’indécence d’une pareille manifestation […].

  • 1 Claude Jamet, Engagements, Paris, S.N.P., 1949, p. 185.
  • 2 Jean‑François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens durant l’entre‑deux‑guer (...)

2Et le même d’ajouter, dans un registre plus intime : « Je me rappelle la peur de mes parents qui, déjà, me voyaient renvoyés de l’École1. » Quels sont donc les ressorts de cette affaire ? Celle‑ci interpelle la notion même de « protestation » en interrogeant, d’une part, sur la nature de son support d’expression, et d’autre part, sur l’écho qu’elle peut rencontrer dans l’opinion. En précisant davantage, un premier questionnement se fondera sur la nature même de ce rejet de la PMS, que ce soit au niveau des motivations des étudiants signataires, de même que sur la manière choisie de rendre publique leur protestation collective. Le second tournera précisément autour de cette médiatisation, c’est‑à‑dire de la réception – favorable ou non – que cette initiative rencontre à travers la presse dans l’opinion publique française en cette fin d’année 1928, ainsi que sur son inscription dans la mémoire collective. Dans ce but, le propos s’appuiera pour partie sur le livre de Jean‑François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens durant l’entre‑deux‑guerres2, issu de sa thèse de doctorat d’État, qui consacre rien moins qu’une quarantaine de pages à l’affaire. En dépit de l’ancienneté d’une parution vieille de plus de trois décennies, il constitue encore aujourd’hui la meilleure synthèse sur le sujet, l’historien ayant lui‑même recueilli les témoignages directs d’anciens normaliens à la fin des années 70 pour mieux fonder son étude.

1. La Préparation militaire spéciale (PMS), une institution républicaine

  • 3 Lettre du 27 mai 1924 à Hélène Pauver, citée in Robert S. Thornberry, Les Écrits de Paul Nizan, 190 (...)

3En préambule, il n’est pas inutile de rappeler combien la Préparation militaire spéciale procède d’un double projet, qui est la mise en place d’institutions propres à la IIIe République, en général, et la reproduction des élites de cette même République, en particulier. Elle consiste à permettre aux élèves de l’« École soi‑disant normale et prétendument supérieure3 » – selon le mot féroce de l’un de ses plus illustres pensionnaires, Paul Nizan – d’acquérir une formation militaire leur permettant d’accéder au premier grade de la hiérarchie des officiers, autrement dit, à celui de sous‑lieutenant de l’Armée française, et donc de lieutenant, en cas de rappel effectif sous les drapeaux. Dans cette optique, plusieurs lois successives établissent la PMS en 1889, 1905 et 1913. Cette mise en œuvre et sa chronologie appellent deux remarques liminaires.

  • 4 Charles Péguy trouve la mort à la tête de la section qu’il commande au début de la bataille de la M (...)

4La première consiste à rappeler que l’idée d’associer le mérite intellectuel au classement au sein d’une hiérarchie militaire n’est pas nouvelle en soi. En particulier, pour qui se souvient de la création des lycées par Napoléon au début du xixe siècle, dont c’était précisément l’un des fondements. La seconde est plus conjoncturelle. Le contexte d’apparition de la PMS est en effet marqué, en France même, par la crise boulangiste et l’affaire Dreyfus, où l’armée a parfois semblé loin de la République. Mais il s’inscrit également dans une période de tensions internationales, notamment ponctuée par les crises marocaines de Tanger (1905) et d’Agadir (1911), qui rendent de plus en plus crédible la perspective d’un nouveau conflit franco‑allemand. Le vote de la loi des Trois ans en 1913 participe par ailleurs de cette conviction. On peut donc considérer que c’est autant pour des raisons de politique intérieure qu’étrangère que s’impose cette nécessaire convergence de l’élite intellectuelle et militaire, dont la PMS symbolise le point de rencontre. La Première Guerre mondiale démontre la validité de ce postulat, comme l’illustre on ne peut plus concrètement la mort de 239 normaliens au champ d’honneur, au premier rang desquels le lieutenant Charles Péguy (1873‑1914) à Villeroy en septembre 19144. En vertu de quoi, la PMS n’a aucun mal à être relancée au lendemain de la victoire. La loi militaire du 1er avril 1923 instaure ainsi un brevet de préparation militaire supérieure pour les élèves des grandes écoles, qui doit sanctionner deux années de préparation.

  • 5 Selon Jean‑François Sirinelli, qui effectue un relevé précis de plusieurs classes de Khâgne de la p (...)
  • 6 Paul Nizan, op. cit., p. 57 et 58. Le « petit vieillard patriote » n’est autre que le littéraire Gu (...)
  • 7 Anecdote rapportée par Jean‑François Sirinelli, op. cit., p. 498. À noter que le trépied réglementa (...)

5Elle suscite toutefois des oppositions, et tout particulièrement à Normale Sup où la tradition veut que les étudiants fournissent le corps des officiers d’infanterie – là où les scientifiques sont artilleurs. Le refus de la contrainte militaire qui se fait jour rue d’Ulm dès le début des années vingt semble alors davantage motivé par une attitude de principe, que par un véritable antimilitarisme à proprement parler, en tout cas fondé sur l’expression d’un référentiel idéologique. Chiffres à l’appui, Jean‑François Sirinelli démontre en effet la très grande faiblesse numérique des élèves militant au PCF ou même sympathisant juste avec ce dernier, à une époque où il constitue pourtant la seule formation politique d’envergure rejetant explicitement l’armée5. De là, pour les récalcitrants, la mise en place de stratégies d’évitement, dont la manifestation semble assurément au‑delà de la blague de potache un peu poussée, puisqu’elles défient plus ou moins ouvertement l’institution en place, mais en‑deçà de l’affirmation d’un défaitisme révolutionnaire, ou du moins politisé, puisqu’elles se manifestent par une action individuelle, sans souci d’affiliation à un syndicat ou à un parti. C’est le cas de certains étudiants de la célèbre promotion 1924 qui s’activent pour être recalés à la PMS. Les deux « petits camarades » Paul Nizan (1905‑1940) et Jean‑Paul Sartre (1905‑1980) font ainsi en sorte d’échouer volontairement au test de montée à la corde lisse ou bien refusent la marche au pas. Le premier nommé – qui n’adhère au PCF qu’en 1927 – fustigera d’ici peu dans son pamphlet, Aden‑Arabie, « l’esprit de corps des séminaires et des régiments » qui, selon lui, régnait vers la fin des années vingt dans l’École, « présidée par un petit vieillard patriote, hypocrite et puissant qui respectait les militaires6 ». Quant au second, il vient de jouer un rôle de premier plan dans le scandale de la revue annuelle de 1927, où, en présence de la direction et des officiels, un spectacle ouvertement antimilitariste a été interprété et où les élèves officiers ont été sifflés. Georges Canguilhem (1904‑1995), pour sa part, choisit une méthode plus individualiste, mais encore plus radicale. Lors d’un stage d’instruction, il laisse tomber le lourd affût règlementaire d’une mitrailleuse sur les pieds de son lieutenant instructeur7, une « maladresse » qui oblitèrera toute perspective d’avancement dans son hypothétique carrière militaire. Dénuées de corps de doctrine comme de coordination, ces actions individuelles n’en constituent pas moins les prodromes de l’appel collectif à venir.

  • 8 Lettre de Gaston Doumergue reproduite, in « Les félicitations du Président de la République », L’Éc (...)

6L’occasion est toute trouvée. En novembre 1928, le dixième anniversaire de l’Armistice est fêté en grande pompe à Paris et prend l’apparence d’un imposant défilé militaire. Dans une lettre adressée au ministre de la Marine, le président de la République, Gaston Doumergue, ne manque pas de louer « les jeunes troupes des armées de terre et de mer, dont la belle tenue et la fière allure témoignent de leur fidélité aux nobles traditions de leurs aînés8 ». Détail intéressant : en marge de l’organisation des cérémonies officielles, il se trouve que 8 000 candidats aux grandes écoles ont remonté les Champs‑Élysées le matin‑même, afin de déposer une couronne de fleurs sur la tombe du Soldat inconnu. Un journal nationaliste, L’Écho de Paris, décrit la scène dans son édition du lendemain :

Cyrards aux calots rouge et bleu, « taupins » au calot noir, « flottards » avec leur béret au pompon rouge, « agros » au calot vert avec épi de blé.

  • 9 « Les grandes écoles au Soldat inconnu », L’Écho de Paris, 12 novembre 1928. Fils d’un homme de let (...)

À l’Arc de Triomphe, M. François de Téramond, président général de l’Association des candidats aux grandes écoles, a prononcé un discours et dit notamment : « Nous faisons ici le serment de consacrer toute notre existence à la défense de la patrie et au culte de sa gloire9. »

7Il n’est pas interdit de supposer que c’est cette démonstration de force des étudiants patriotes qui a pu servir de prétexte à leurs homologues de Normale Sup – d’ailleurs non‑mentionnés dans le bref texte – pour lancer leur fameux appel contre la PMS.

2. La pétition du 26 novembre 1928 dans Le Populaire et ses remous

8Deux semaines après les cérémonies décennales, le 26 novembre 1928, un quotidien socialiste, Le Populaire de Léon Blum, publie en une le texte qui va faire grand bruit. Il s’agit d’une pétition, reproduite sous le titre « 83 Normaliens s’élèvent contre la préparation militaire obligatoire ». Le texte prend l’apparence d’une longue lettre‑ouverte adressée au ministre de l’Instruction publique, Pierre Marraud (1861‑1958), lequel n’a pas inscrit son nom dans la postérité, mais qui vient juste d’entrer au cabinet de Raymond Poincaré – tout un symbole, celui‑ci vient juste de se constituer le 11 novembre précédent. Fondé sur le principe de l’interpellation directe, le texte est long, argumenté et particulièrement incisif. Ce qui retient l’attention, c’est que la réfutation de la PMS se fonde sur le refus d’associer mécaniquement cette dernière à la qualité même des élèves :

  • 10 « 83 Normaliens s’élèvent contre la préparation militaire obligatoire », Le Populaire, 26 novembre  (...)

Monsieur le Ministre, on a prétendu, pour justifier cette contrainte [il s’agit de la PMS], que les élèves des grandes écoles sont l’élite de la France et qu’en cette qualité il leur convient d’être des chefs et des entraîneurs d’hommes. Mais si ceux qui composent l’élite sont ceux à qui il convient de commander dans l’armée, certains des soussignés déclarent qu’ils se sentent indignes de faire partie de ce corps privilégié. En effet, appelés par leurs études à devenir des éducateurs, ils se jugent impropres à l’exercice du commandement militaire, car ce qu’ils ont appris, c’est qu’ils ne devraient, dans leur enseignement, fonder leur autorité que sur le conseil et ne demander à leurs élèves qu’un assentiment réfléchi10.

  • 11 Le Progrès civique, n° 485, 1er décembre 1928 et les Libres Propos, 20 décembre 1928.

9Le chiffre des signataires impressionne par son aspect conséquent, dans la mesure où l’ensemble des normaliens de l’époque se monte à environ deux cents, scientifiques compris, ce qui voudrait dire que 40 % de l’effectif total de Normale Sup a pris fait et cause contre la PMS. Certes, les étudiants ne sont pas nommés dans Le Populaire, pas plus que dans L’Œuvre du lendemain, mais leurs patronymes seront d’ici peu divulgués par d’autres publications de gauche, comme Le Progrès civique ou les Libres Propos11. Dans ce groupe, on découvre les noms de plusieurs élèves de l’ENS qui figureront d’ici peu parmi les références de la jeune intelligentsia française des années trente et quarante – voire au‑delà : Pierre Boivin, Étienne Borne, Robert Brasillach René Château, Claude Jamet, Albert Lautman, René Maheu, Georges Pelorson ou encore Pierre Vilar. Dans les faits, on doit le gros de la rédaction du texte à un étudiant issu de la promotion 1927, René Château (1906‑1970).

10Mais ce que ces jeunes gens n’avaient probablement pas prévu, c’est l’ampleur des réactions suscitées à droite par leur manifeste. Toute la presse nationaliste et réactionnaire reprend l’information, de L’Action française à L’Écho de Paris, qui fustige « les 83 cuistres », en passant par le vénérable Temps, l’organe du Comité des Forges, qui n’hésite pas à dénoncer le « Soviétisme normalien » qui est supposé sévir rue d’Ulm. Au‑delà de l’outrance manifeste du propos – non‑signé –, se lit l’un des plus intéressants commentaires de presse, qui dénonce en l’espèce, davantage que l’acte lui‑même, sa médiatisation :

  • 12 « Soviétisme normalien », Le Temps, 30 novembre 1928.

De tout temps, une ironique gaité fut la marque distinctive de la maison ; et s’il arrivait que les convenances essuyassent quelque offense, l’accident ne dépassait pas les murs de l’établissement. Au rebours, il semble que les normaliens d’aujourd’hui […] aient à cœur de crier sur les toits des facéties moins acceptables, et, après avoir chanté l’Internationale, d’en afficher l’esprit. C’est beaucoup12.

11Dans le concert de protestations établi dans son étude par Jean‑François Sirinelli, les détracteurs ne mâchent pas leurs mots. Un exemple parmi beaucoup d’autres est fourni par le rédacteur en chef de La Victoire, Gustave Hervé (1871‑1944), ancien journaliste socialiste et pacifiste passé en 1914 sans coup férir à l’Union sacrée et au nationalisme. Écrit au vitriol, son article s’inscrit de façon délibérée dans l’actualité commémorielle de la Grande Guerre, là où les étudiants protestataires s’étaient bien gardés de le faire, ayant pris soin de ne citer aucun nom, ni aucune date qui aurait permis de le leur en faire le reproche. Cette précaution ne suffit pas à apaiser la colère de Hervé, aux yeux duquel les normaliens de la pétition ne sont ni plus ni moins que les agents concertés du bolchevisme et de l’Allemagne revancharde :

  • 13 Gustave Hervé, « L’université malade », La Victoire, 28 novembre 1928.

Ah ! ils en sont encore là ces pauvres garçons ! La dégoûtante et grotesque expérience bolcheviste russe ne les a pas encore mis en garde contre les niaiseries de l’internationale de Karl Marx ? L’invasion de la Belgique et du nord de la France par l’armée impériale, au milieu de laquelle les social‑démocrates internationalistes de l’autre côté du Rhin chantaient à gueule‑que‑veux‑tu le Deutschland über alles, ne les a pas dégoûtés à jamais du pacifisme bêlant13 ?

12En réalité, plusieurs éléments s’additionnent pour rendre inopérante l’accusation de dérive communiste attribuée par la presse de droite à la pétition et à ses instigateurs. Il y a d’abord la personnalité de René Château, l’un des disciples les plus fidèles du philosophe pacifiste Alain (1868‑1951), dont on retrouve l’influence dans cet emprunt significatif à la réflexion alinienne sur la nature des liens entre l’individu et la Cité : « Il n’est point besoin d’approuver pour bien obéir » À cela s’ajoute comme on l’a vu plus haut la faiblesse numérique des communistes à l’ENS et même leur absence pure et simple au moment du déclenchement de l’affaire.

  • 14 Signé le 28 août 1928 par le président du Conseil français, Aristide Briand, et le secrétaire d’Éta (...)
  • 15 Charles Delvert, « Après les incidents de Normale supérieure. L’Université malade », L’Écho de Pari (...)

13Ce qui est certain, en revanche, c’est que de nombreux étudiants professent ouvertement un pacifisme d’inspiration socialiste, dans l’héritage de Jaurès, et qui se retrouve dans une structure militante comme la Ligue internationale des combattants de la paix (LICP), animée par un ancien normalien, René Gérin (1892‑1957), qui avait fait la Grande Guerre comme officier, mais qui en était ressorti profondément traumatisé et décidé à agir. Un autre élément, issu cette fois‑ci de la récente actualité diplomatique, vient accréditer l’absence de référentiel politique provenant de l’extrême gauche. Le 27 août 1928 a en effet été signé le pacte Briand‑Kellogg14, mettant la guerre hors‑la‑loi. On peut donc dire que la pétition de novembre 1928 procède moins de la contagion révolutionnaire, comme le redoute la droite, que de la convergence entre le magistère spirituel d’Alain et l’apogée du pacifisme briandiste au cours de l’Entre‑deux‑Guerres. Un journaliste de L’Écho de Paris, Charles Delvert, ne s’y trompe d’ailleurs pas et élargit son propos quelques jours plus tard en fustigeant à travers l’incident « le résultat de la politique du Cartel en ce qui touche l’Université15 » toute entière.

  • 16 « La politique à l’École normale. Réponse à une pétition. », L’Écho de Paris, 27 novembre 1928.
  • 17 Jean‑François Sirinelli, op. cit., p. 503. Jean‑Paul Hutter, qui était d’ascendance alsacienne, dev (...)
  • 18 « Un faux. Une rectification », L’Écho de Paris, 28 novembre 1928.

14Un petit groupe d’étudiants – ou plutôt d’anciens étudiants – prend cependant un malin plaisir à entretenir le doute et à jeter de l’huile sur le feu, comme l’illustre l’authentique canular normalien, cette fois‑ci, de la fausse contre‑pétition adressée, non sans logique, à ce même Écho de Paris et publiée dans son édition du 27 novembre. L’auteur du texte n’est pas identifié avec précision, mais, dans ses entretiens avec Jean‑François Sirinelli, Georges Canguilhem croit se rappeler qu’il s’agissait de Sartre, dans la droite ligne de son rôle de meneur lors du chahut mémorable de la revue en 1927. Un texte à nette connotation patriotique est donc publié, s’étonnant « que dans un de nos plus grands établissements nationaux on ait laissé se perdre la plus élémentaire discipline, et regrett[a]nt que des traditions aussi naturelles que le port de l’uniforme, ou la préparation militaire, soient ou abandonnées ou en danger de l’être16 ». Le tout est agrémenté des signatures parodiques des anciens normaliens et communistes Paul Nizan et Jean Bruhat (1905‑1983), mais aussi d’étudiants alors nettement classés à droite, comme Maurice de Gandillac, Maurice Merleau‑Ponty ou encore le futur collaborationniste Jean‑Paul Hutter (1908‑1944)17… et que les premiers n’ont pas prévenus ! Normale Sup apparaît donc divisée sur la question de la PMS, mais dès le lendemain, un rectificatif envoyé par les principaux intéressés vient doucher les espérances du quotidien de droite pour mieux révéler la supercherie18.

3. Du court au long terme : une polémique sans lendemains ?

  • 19 Claude Jamet, op. cit., p. 185. Les chiffres donnés à l’époque par la presse de droite indiquaient (...)

15La pétition contre la PMS connaît des lendemains divers. Certains étudiants signataires semblent s’être très vite rétractés, face à l’importance prise par ce que certains d’entre eux ont peut‑être pris à la légère, comme une blague de potache. L’un de ceux à avoir maintenu sa signature, Claude Jamet, quantifie même avec précision l’ampleur de la déperdition : « soixante – sur les quatre‑vingt‑trois pétitionnaires19 », soit environ les trois quarts des étudiants impliqués. Même à considérer ce chiffre comme pouvant être approximatif, il témoigne à lui‑seul de l’échec du mouvement à se structurer en une action durable – ce que ne voulaient sans doute pas ses promoteurs – et suggère davantage le coup d’éclat ponctuel, qu’une inscription de cette affirmation antimilitariste dans la durée. Rétrospectivement, le cas le plus marquant est celui de Robert Brasillach (1909‑1945), lui‑même fils d’un officier français tué en 1914. Il est de ceux qui retirent immédiatement leur signature et, de façon significative, sa gêne est autant perceptible sur le plan littéraire que durable, car il ne reviendra pas sur l’épisode, contrairement à beaucoup d’autres comparables, dans ses Mémoires, Notre avant‑guerre (Plon, 1941). À noter cependant que d’autres normaliens, politiquement à droite et figurant parmi ses très proches, Maurice Bardèche (1907‑1998) et Thierry Maulnier (1909‑1988), n’avaient, eux, tout simplement pas signé la pétition.

  • 20 Cité, in Claude Jamet, op.cit., p. 185, note 2.
  • 21 Albert Bayet, « La pétition des Normaliens », L’Œuvre, 27 novembre 1928.

16En fin de compte, la campagne menée par la presse de droite s’essouffle assez vite, faute de combattants. Cela n’empêche pas certains rédacteurs de cibler plus précisément Alain comme l’un des mauvais pédagogues, rendu responsable de cette infection révolutionnaire au sein de l’élite estudiantine, en raison du magistère spirituel qu’il assure à la Khâgne d’Henri‑IV. Il est vrai que le vieux maître a lui‑même donné les verges pour se faire battre, n’hésitant pas à défendre les pétitionnaires, en écrivant dans l’un de ses « Propos », en septembre 1928 : « Il y a quelque chose de plus beau à voir que celui qui n’aime pas obéir, c’est celui qui n’aime pas commander. Cette noble espèce se multiplie20. » Les pétitionnaires trouvent aussi quelques soutiens de poids dans la presse de gauche, comme sous la plume de l’essayiste pacifiste Georges Pioch ou d’Albert Bayet (1880‑1961) dans L’Œuvre. « Leur appel mérite d’être entendu21. », écrit ce dernier dans l’édition du 27 novembre, même s’il déplore pour sa part que la revendication des normaliens empêchera de contrebalancer l’influence des officiers réactionnaires dans l’armée française. La plupart des échanges intervient dans les jours qui suivent la parution du manifeste, et ne se prolongeront cependant pas au‑delà de la fin de l’année 1928.

  • 22 Lettre citée, in « Incidents surprenants », Le Temps, 3 décembre 1928.

17Il ne faut pas non plus oublier la réponse de l’institution, dans la mesure où la lettre‑ouverte prenait directement à partie le ministre de l’Instruction publique en personne. Pierre Marraud eut l’élémentaire prudence de ne pas y répondre directement. Mais, par lettre, il somma publiquement le recteur de l’Académie de Paris de n’accorder aucune suite à « cette initiative irréfléchie ». Ce faisant, il enjoint aussi indirectement au directeur de l’ENS, le mathématicien Ernest Vessiot (1865‑1952), de « clore définitivement l’incident ». Les journaux hostiles à la pétition reproduisent largement sa lettre, mais Le Temps reproche vivement au ministre de n’avoir pas annoncé de sanctions à l’encontre des pétitionnaires22. Cela résulte en réalité d’une volonté délibérée d’étouffer le scandale, en évitant de lui donner toute publicité supplémentaire qui pourrait le prolonger. En interne, aucune procédure disciplinaire n’est donc engagée contre les signataires. Claude Jamet se souviendra juste avoir été convoqué avec les autres dans le bureau de Vessiot pour une simple remontrance.

18Le destin de certains signataires de 1928 ou de leurs sympathisants immédiats ne manque pas d’interroger sur la pérennité des engagements. Parmi ceux dont la carrière littéraire et intellectuelle s’est affirmée dans la décennie suivante, on peut distinguer deux types de parcours, qui, une fois la guerre venue, synthétisent chez les normaliens mobilisés les notions contradictoires de pacifisme contestataire et de d’obéissance à l’institution républicaine.

  • 23 José Cabanis, Les Profondes Années, Paris, NRF, Gallimard, 1976.

19Un premier groupe rassemble ceux, dont le parcours ultérieur s’avère cohérent avec les attendus de la pétition de 1928. Non‑signataires eux‑mêmes, mais sympathisants et directement impliqués dans des incidents remettant en cause l’exercice de la PMS, Jean Bruhat, Georges Canguilhem, Paul Nizan et Jean‑Paul Sartre ne sont pas officiers en 1940. Mais pas pour les mêmes raisons. Pacifiste convaincu, Canguilhem fait en sorte d’être réformé en 1939, quand les trois autres partiront sous l’uniforme. On retrouve sa trace durant la Drôle de Guerre au lycée de Toulouse, où l’un de ses jeunes élèves, qui n’est autre que l’écrivain José Cabanis (1922‑2000), consigne dans ses carnets plusieurs instantanés précieux de son maître en pédagogue23. Le destin des deux « petits camarades » sera tout autre. Simple soldat d’un régiment de pionniers stationné en Lorraine, le communiste Paul Nizan, qui vient de rompre avec le PCF après le pacte germano‑soviétique, devient agent de liaison et interprète auprès du Corps expéditionnaire britannique en France. Pris dans la tourmente de l’attaque allemande, il est tué le 23 mai 1940. Quant à l’individualiste Jean‑Paul Sartre, il s’est contenté d’inscrire ses pas dans ceux du plus grand nombre. En juin 1940, il est fait prisonnier comme beaucoup de ses contemporains, parmi lesquels le 2e classe Jean Bruhat, et part en captivité.

  • 24 À mi‑chemin de ces deux catégories figure Sylvain Broussaudier (1904‑1980), parti de l’École l’anné (...)
  • 25 Arrêté au printemps 1944 pour faits de résistance, Albert Lautman est fusillé par les Allemands le (...)

20À l’inverse, d’autres font figure de transfuges. Au moins trois signataires célèbres de la pétition de 1938 se retrouvent officiers en 1939, mais leurs parcours sont à tout le moins surprenants et différenciés. Confronté à la guerre, le néofasciste Robert Brasillach et, beaucoup plus étonnamment, le pacifiste intégral Claude Jamet, sont lieutenants sur la ligne Maginot. Une fois la défaite de 1940 consommée, ils partiront tous deux en captivité. Ils sont imités en cela par le capitaine Albert Lautman, chef d’une batterie de DCA, cette dernière étant créditée de sept avions allemands abattus durant la campagne de France24. Leur postérité diffèrera toutefois sensiblement : si les deux premiers sont libérés au bout de quelques mois par les milieux collaborationnistes parisiens, le troisième s’évade pour rejoindre la Résistance. Brasillach et Lautman paieront leurs engagements respectifs de leur vie25. Jamet sera brièvement incarcéré à la Libération.

21Conclusion

22L’affaire de la pétition de novembre 1928 des normaliens contre la PMS constitue donc un moment inédit de l’histoire des relations entre la jeune intelligentsia de l’Entre‑deux‑Guerres et l’institution républicaine. Elle témoigne en premier lieu de relations tumultueuses entre les deux sphères, et non d’une adhésion, encore moins d’un alignement, de la première aux valeurs morales et civiques avancées par la seconde. Tout au contraire, les jeunes intellectuels français profitent‑ils de la date ô combien symbolique du dixième anniversaire de l’Armistice, célébré de manière fastueuse à Paris, non seulement pour mieux s’inscrire en discordance avec le discours officiel professé, mais de surcroît pour rendre publique leur protestation en utilisant des organes de presse en guise de caisse de résonnance. Par-delà l’usage d’un procédé cher aux intellectuels de tous bords depuis l’affaire Dreyfus, leur geste témoigne de façon tout à fait explicite de la profonde imprégnation pacifiste d’une France ressortie exsangue du premier conflit mondial. En revanche, il serait vain, hormis quelques individualités notables, de percevoir l’influence idéologique du communisme chez ces jeunes bourgeois, à l’inverse des craintes exprimées par leurs détracteurs. Ce qui frappe peut‑être le plus, avec le recul des années, c’est enfin le décalage entre l’épisode lui‑même qui, sur le moment, prit l’apparence d’une mini‑affaire d’État en remontant jusqu’au ministre de l’Instruction publique, et son absence de postérité durable. Un peu plus de dix ans plus tard, à l’orée d’un nouveau conflit mondial, les anciens signataires avancent en ordre dispersé et, au‑delà, la polémique de 1928 ne sera guère parvenue à s’enraciner dans la mémoire collective, à peine intellectuelle, si ce n’est par quelques biais parfois inattendus. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Dans sa nouvelle « L’enfance d’un chef », parue en 1939 dans Le Mur, un ancien protagoniste de l’affaire, Jean‑Paul Sartre, lui offre la consécration de la postérité littéraire. Son héros, Lucien Fleurier, qui se prépare à devenir centralien, est abordé par l’un de ses camarades :

  • 26 Jean‑Paul Sartre, « L’enfance d’un chef », in Le Mur, Paris Gallimard, 1939, rééd. Folio‑Gallimard, (...)

Il tenait un papier. Veux‑tu signer ? demanda‑t‑il. ― Qu’est‑ce que c’est ? ― C’est à cause des youtres de Normale sup ; ils ont envoyé à L’Œuvre un torchon contre la préparation militaire obligatoire avec deux cents signatures. Alors nous protestons ; il nous faut au moins mille noms : on va faire donner les cyrards, les flottards, les gros, les X, tout le gratin26

23L’Œuvre a remplacé Le Populaire, les 83 sont devenus 200 et l’antisémitisme, inexistant dans les articles critiques de 1928, apparaît dans l'œuvre romanesque de 1939. Aucun doute possible : en un peu plus d’une décennie, le mythe a remplacé l’histoire.

24Cf. en annexe le texte complet de la pétition.

Monsieur le Ministre de l’Instruction publique,

Les soussignés n’ont pas l’intention de protester contre l’obligation militaire, car ils considèrent que, quelle que soit la nature des lois, les citoyens ne peuvent accuser ou féliciter d’autres qu’eux‑mêmes. Mais ils ne peuvent admettre la légalité d’une mesure qui contraint les élèves de certaines écoles, et notamment l’École normale supérieure, à suivre pendant deux ans une préparation militaire les formant à la fonction d’officier.

En effet, si les gouvernants ne font qu’appliquer la loi lorsqu’ils veillent à ce que les citoyens s’acquittent de l’obligation militaire et paient leurs impôts, ils ne peuvent du moins exiger d’eux qu’une juste part dans la contribution générale et qu’une égale obéissance à l’obligation militaire. Ils dépasseraient certainement leurs attributions s’ils s’avisaient de contraindre tel ou tel contribuable à exercer ou même à apprendre le métier de percepteur d’impôts ; pour les mêmes raisons, il est impossible de défendre la légalité d’une mesure qui soumet à l’apprentissage du commandement militaire certains citoyens dont la volonté n’a pas été consultée et qui ne doivent que l’obéissance du soldat. D’ailleurs, la violence faite par cette mesure est d’autant plus grande qu’elle porte encore plus sur les esprits que sur les corps. Il n’est point besoin d’approuver pour bien obéir, et le simple soldat peut penser ce qu’il veut ; mais le commandement est une fonction qui fait de celui qui l’exerce le gardien et l’exécuteur d’un régime. C’est donc forcer un homme à se trahir lui‑même ou bien trahir la confiance que l’on met en lui que de le contraindre à être officier, s’il réprouve, comme c’est son droit d’esprit, le système militaire.

Aussi, comment ne pas voir un outrage à la liberté de conscience dans cette obligation d’apprendre un métier qu’on peut juger, comme son nom l’indique, inséparable d’une absolue fidélité aux doctrines officielles ?

Monsieur le Ministre, on a prétendu, pour justifier cette contrainte, que les élèves des grandes écoles sont l’élite de la France et qu’en cette qualité il leur convient d’être des chefs et des entraîneurs d’hommes. Mais si ceux qui composent l’élite sont ceux à qui il convient de commander dans l’armée, certains des soussignés déclarent qu’ils se sentent indignes de faire partie de ce corps privilégié. En effet, appelés par leurs études à devenir des éducateurs, ils se jugent impropres à l’exercice du commandement militaire, car ce qu’ils ont appris, c’est qu’ils ne devraient, dans leur enseignement, fonder leur autorité que sur le conseil et ne demander à leurs élèves qu’un assentiment réfléchi.

Or ils aperçoivent qu’un officier a le devoir de dresser les soldats à l’aveugle obéissance, qui fait pendant la guerre la force des armées, et que l’état de paix lui‑même ne peut l’autoriser à adoucir cette discipline essentielle, puisque l’institution militaire n’a de raison d’être que si l’on considère la paix comme un état précaire qui doit, tôt ou tard, faire place à l’état de guerre en prévision duquel cette institution a été créée.

Sans doute a‑t‑on voulu faire une grande faveur aux futurs éducateurs en leur offrant le bénéfice d’une mesure qui ne fut peut‑être aussi catégorique que parce qu’on ne prévoyait point d’opposition. Les gouvernants ont‑ils donc cru que parmi ceux qui se chargent d’enseigner au peuple comment on règle ses pensées et ses actes sur la raison, aucun ne pourrait résister à l’attrait d’un pouvoir dont la règle est de ne jamais donner de raisons ?

Les soussignés, Monsieur le Ministre, vous demandent donc comme une faveur de n’être point, sans leur propre consentement, traités en favorisés. Ils vous demandent qui leur soit permis, s’ils le veulent, de faire leur service militaire au milieu de tous les jeunes gens de leur âge que la caserne réunit pour un temps et d’ajouter aux moyens qu’ils peuvent avoir d’exercer leur action de guides, le moyen si puissant de la vie en commun et de la jeune camaraderie. Sans doute certains d’entre eux, pour des raisons de conviction et d’utilité, acceptent la fonction d’officier ; mais tous reconnaissent que chaque citoyen a le droit d’être libre dans ses pensées et de disposer de sa personne dans la limite des lois communes, sont unanimes pour solliciter, Monsieur le Ministre : la transformation, à l’École normale supérieure, de la préparation militaire obligatoire en préparation militaire facultative.

  • 27 Document reproduit in Jean‑François Sirinelli, op. cit., p. 500‑501.

Amiel, Beaufret, Bellier, Bénichou, Bernard, Berthier, Berveiller, Boivin, Borne, Bouisset, Boyon, Brasillach, Brun, Chambon, Château, Chaudron, Chauvin, Chevalley, Cossart, Debruyne, Durix, Duron, Étienne, Évrard, Faivre, Freychet, Fuzelier, Ganuchaud, Genaille, Gounon, Guilon, Guindrey, Harnois, Henry, Herland, Hugueny, Jacob, Jamet, Journaud, Journet, Joyal, Laborde, Lacroute, Launey, Lautman, Lecarme, Legris, Le Lannou, Leray, Le Tourneau, Magnier, Maheu, Marcoux, Marguin, Marrou, Marty, Maysounave, Mercadié, Meynieux, Missonnier, Monbureau, Nicollet, Nivat, Paye, Pelorson, Péron, Piéri, Pochard, Pougnand, Privault, Raynaud de Lage, Rolland, Rouault, Ruffel, Smetana, Texier, Théron, Vilar, Weill, Wiemann, Zink27

Haut de page

Notes

1 Claude Jamet, Engagements, Paris, S.N.P., 1949, p. 185.

2 Jean‑François Sirinelli, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens durant l’entre‑deux‑guerres, Paris, Fayard, 1988.

3 Lettre du 27 mai 1924 à Hélène Pauver, citée in Robert S. Thornberry, Les Écrits de Paul Nizan, 1905‑1940, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 507.

4 Charles Péguy trouve la mort à la tête de la section qu’il commande au début de la bataille de la Marne, le 5 septembre 1914, à Villeroy (aujourd’hui, Seine‑et‑Marne). Son sacrifice sera largement exploité par la presse nationaliste et la propagande française. Un monument funéraire a depuis lors été dressé au‑dessus de la sépulture contenant ses restes et ceux de ses hommes morts à ses côtés, à l’endroit même de l’action.

5 Selon Jean‑François Sirinelli, qui effectue un relevé précis de plusieurs classes de Khâgne de la première moitié des années vingt, le nombre d’élèves se reconnaissant comme communistes se limite généralement à « deux ou trois » individus, parfois cinq, jamais au‑delà, pour des effectifs‑classe d’environ vingt‑sept à trente élèves, in op. cit., p. 290‑291. Cette proportion moyenne d’environ 12 % du total est encore moins élevée à Normale Sup. À titre d’exemple, les communistes de la rue d’Ulm ne sont que trois en 1927 (Jean Bruhat, René Joly et Paul Nizan) et ont tous quitté l’École au moment de la polémique.

6 Paul Nizan, op. cit., p. 57 et 58. Le « petit vieillard patriote » n’est autre que le littéraire Gustave Lanson (1857‑1934), directeur de l’établissement de 1919 à 1927.

7 Anecdote rapportée par Jean‑François Sirinelli, op. cit., p. 498. À noter que le trépied réglementaire de la mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 ne pesait pas moins… d’une vingtaine de kilos !

8 Lettre de Gaston Doumergue reproduite, in « Les félicitations du Président de la République », L’Écho de Paris, 12 novembre 1928.

9 « Les grandes écoles au Soldat inconnu », L’Écho de Paris, 12 novembre 1928. Fils d’un homme de lettres, François de Téramond devait lui‑même mener une petite carrière littéraire.

10 « 83 Normaliens s’élèvent contre la préparation militaire obligatoire », Le Populaire, 26 novembre 1928. Voir le texte complet en annexe.

11 Le Progrès civique, n° 485, 1er décembre 1928 et les Libres Propos, 20 décembre 1928.

12 « Soviétisme normalien », Le Temps, 30 novembre 1928.

13 Gustave Hervé, « L’université malade », La Victoire, 28 novembre 1928.

14 Signé le 28 août 1928 par le président du Conseil français, Aristide Briand, et le secrétaire d’État américain, Frank Kellogg, le pacte a été ratifié par 63 pays. Il se révèlera totalement inopérant face à la montée des tensions en Europe et en Asie au cours des années trente.

15 Charles Delvert, « Après les incidents de Normale supérieure. L’Université malade », L’Écho de Paris, 8 décembre 1928.

16 « La politique à l’École normale. Réponse à une pétition. », L’Écho de Paris, 27 novembre 1928.

17 Jean‑François Sirinelli, op. cit., p. 503. Jean‑Paul Hutter, qui était d’ascendance alsacienne, devait se convertir au nazisme et germaniser son patronyme en « Hütter ». Il sera le seul ancien normalien à mourir sous l’uniforme allemand en 1944.

18 « Un faux. Une rectification », L’Écho de Paris, 28 novembre 1928.

19 Claude Jamet, op. cit., p. 185. Les chiffres donnés à l’époque par la presse de droite indiquaient déjà une statistique semblable.

20 Cité, in Claude Jamet, op.cit., p. 185, note 2.

21 Albert Bayet, « La pétition des Normaliens », L’Œuvre, 27 novembre 1928.

22 Lettre citée, in « Incidents surprenants », Le Temps, 3 décembre 1928.

23 José Cabanis, Les Profondes Années, Paris, NRF, Gallimard, 1976.

24 À mi‑chemin de ces deux catégories figure Sylvain Broussaudier (1904‑1980), parti de l’École l’année d’avant la pétition. Pacifiste de tendance socialiste, il milite durant les années trente au sein de la LICP, au point que son militantisme finit par le faire radier du corps des officiers de réserve. Il n’en participe pas moins comme simple soldat à la campagne de France, y récoltant non seulement une blessure, mais également la Croix de Guerre pour son attitude au feu.

25 Arrêté au printemps 1944 pour faits de résistance, Albert Lautman est fusillé par les Allemands le 1er août 1944. Condamné à mort pour intelligences avec l’ennemi, Robert Brasillach est exécuté le 6 février 1945.

26 Jean‑Paul Sartre, « L’enfance d’un chef », in Le Mur, Paris Gallimard, 1939, rééd. Folio‑Gallimard, 1982, p. 229.

27 Document reproduit in Jean‑François Sirinelli, op. cit., p. 500‑501.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre‑Frédéric Charpentier, « Une façon originale de célébrer le dixième anniversaire de l’Armistice : l’affaire de la PMS (1928) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6713 ; DOI : 10.4000/framespa.6713

Haut de page

Auteur

Pierre‑Frédéric Charpentier

Pierre-Frédéric Charpentier est enseignant dans le secondaire et historien. Ses recherches portent sur l’histoire politique et sur l’histoire culturelle, en particulier celle des intellectuels français au xxe siècle. Son dernier ouvrage, Les Intellectuels français et la guerre d’Espagne. Une guerre civile par procuration (1936-1939), est paru en avril 2019 au Félin.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals