Navigation – Plan du site
Entretien

Entre contestation et régulation : les expériences de deux acteurs de mai‑juin 1968.

Entretiens avec Alain Alcouffe et Rémy Pech animés et présentés par Étienne Bordes
Between Contestation and Regulation: The Experiences of Two Actors of May-June 1968. Interviews with Alain Alcouffe and Rémy Pech, conducted and presented by Étienne Bordes.
Entre protesta y la regulación: las experiencias de dos actores de mayo-junio de 1968. Entrevistas con Alain Alcouffe y Rémy Pech dirigidas y presentadas por Étienne Bordes.
Alain Alcouffe, Rémy Pech et Étienne Bordes

Résumés

Un demi-siècle après les évènements de Mai-juin 1968, deux anciens acteurs du mouvement étudiant reviennent sur leurs expériences. Les échanges montrent comment, pendant puis après les journées de révolte, dynamiques de contestation de l’ordre universitaire ancien et logiques de régulation s’interpénètrent pour mieux nourrir une redéfinition profonde de l’université française.

Haut de page

Texte intégral

Un parti‑pris, deux acteurs, trois idées (Étienne Bordes)

  • 1 Cet article reprend les contributions orales de Rémy Pech et Alain Alcouffe, agrémentées par quelqu (...)
  • 2 Cf. Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1988, p. (...)

1Retrouver mai‑juin 1968, ressentir sa saveur et l’odeur de sa fumée lacrymogène.1 À mesure que la distance qui sépare notre époque de ce « moment critique » s’accroit2, un besoin de témoignages se fait jour et les récits d’acteurs buissonnent. Il s’agit au fond de fixer (ou légitimer) l’image, la voix ou les écrits de ceux qui ont traversé les tumultes des évènements pour mieux étancher la soif de curiosité de ceux – de plus en plus nombreux – qui ne les ont connus autrement que par leurs traces distantes. Si, bien sûr, ces demandes sociales s’impriment toujours en filigrane à la fois chez les auditeurs de notre journée d’étude et chez les deux témoins qui ont si gentiment accepté de venir participer à nos échanges, elles ne suffisent pas à construire un discours véritablement historique sur la période. Pour ce faire il est nécessaire au préalable de situer les discours et éléments mémoriels dans trois dimensions : la production scientifique, la situation sociologique des témoins et une grille problématique qui permettra de donner à leurs paroles des contours d’histoire problème.

  • 3 Comme par exemple ce travail pionnier de biographie collective des principaux leaders étudiants : H (...)
  • 4 Cf. entre‑autres Sombrero (collectif) et aliiop. cit.
  • 5 Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal (dir.), Mai‑Juin 68, Ivry‑sur (...)

2Ce moment d’échanges s’inscrit tout d’abord dans les acquis et questionnements historiographiques récents qui ont en partie remodelé notre compréhension de mai‑juin 1968, loin des récits germanopratins qui la bornaient dans les années 1980.3 Sur le plan des espaces (à la fois social et géographique), les historiens sociologues ou politistes ont accompagné une forme de redécouverte des « mai » régionaux et ouvriers, avec leurs spécificités, leurs cohérences, leurs colorations et leur intégration au mouvement général4. Ils ont de même attiré l’attention sur des agents un peu oubliés de la période, les ennemis de mai (policiers, forces gouvernementales et de « droite »), en analysant leur perception et action dans ce moment de repolarisation du monde social. Sur le plan de la temporalité, la prise en compte de l’événement, « l’inouï de mai »5, s’est réinscrite dans le continuum du temps long. Le regard se déplace en amont mais aussi en aval pour mieux resituer mai 68 dans de complexes évolutions structurelles. Dans le cadre du mai universitaire, qui est l’environnement qui nous intéresse ici, l’influence de ce contexte scientifique est déterminante pour son parti‑pris problématique.

3Deux acteurs vont nous permettre d’illustrer et d’enrichir ces questionnements généraux : Alain Alcouffe et Rémy Pech. Appartenant certes à la même génération qui se définit volontiers de « soixante‑huitarde », ils en illustrent l’hétérogénéité. En effet, leur traversée de mai est rendue différente par leurs géographies (un à Paris puis Tours, l’autre à Toulouse), par leurs engagements (si l’un peut être associé à la figure du « leader étudiant » qui s’affirme dans la période, l’autre se présente comme un militant du rang) et par leurs disciplines d’appartenance (faculté de droit et normalien agrégatif d’histoire). Ils permettent ainsi de croiser les représentations et d’embrasser une part plus large des réalités de mai 68. D’un autre côté toutefois, leurs trajectoires post évènements apparaissent comme beaucoup plus confondues et univoques : tous deux ont connu l’ordre facultaire de l’avant mai comme étudiant et tous deux ont accompagné les recompositions du monde universitaire des années 1970 désormais comme des enseignants‑chercheurs.

4Leurs ressemblances et dissemblances vont nous permettre ainsi de voir que loin des représentations immédiates, Mai‑Juin 68 a été un mouvement de contestation certes mais de contestation régulée – avec une structuration dans son déroulé – et régulatrice – elle a généré ou dynamisé de nouvelles formes de régulation du monde universitaire qui se sont partiellement imposées après les évènements.

  • 6 Pascal Ory, L’entre‑deux‑mai. Histoire culturelle de la France. Mai 1968‑mai 1981, Paris, Le Seuil, (...)

5Ainsi, trois idées vont structurer les échanges. Il s’agit tout d’abord de resituer par les témoignages les différents contextes de naissance de la contestation. Par suite, Alain Alcouffe et Rémy Pech évoqueront leur mai et les expérimentations de régulations nouvelles du monde universitaire qui ont pu fleurir dans la période. Enfin, tous deux se transporteront dans « l’entre‑deux‑mai »6, période qui voit s’alterner tentatives de modernisation par « en‑haut » (la loi d’orientation « Faure »), les re‑jeux de contestation à la fois chez des héritiers de 68 et dans le camp conservateur (lors du ministère d’Alice Saunier‑Séité 1976‑1980 par exemple).

1. L’avant : contester oui mais quoi et pourquoi ?

Rémy Pech, vous n’étiez pas Toulousain à l’époque, mais quel est votre rapport à mai 68 et à l’université toulousaine en particulier ?

Rémy Pech : Tout d’abord je remercie mes amis Jacques Cantier et Étienne Bordes de m’avoir invité à introduire leur après‑midi « mai 68 » mais je ne cache pas qu’ils m’ont mis dans l’embarras : en mai 68 j’étais « agrégatif » à l’ENS [École normale supérieure] et donc forcément enclin à travailler à ce concours d’autant plus ardu que les années précédentes avaient vu une stagnation des postes mis au concours. L’agrég obtenue, j’effectuai une 5e année à l’ENS qui me permit de lancer ma thèse sur la viticulture languedocienne. Puis je fus recruté dès 1969 par Antoine Prost pour occuper un poste d’assistant à l’Université naissante de Tours, afin de combler les vides laissés par les collègues « rapatriés » à Paris grâce à la création massive de postes dispensée par le ministre de l’Éducation nationale Edgar Faure. C’est donc dans l’ambiance « post‑68 » que j’entamai ma carrière universitaire. Et je fus muté à Toulouse en 1974, toujours dans le même contexte d’acquis et de luttes. Je suis donc sans doute plus pertinent sur l’après 68 que sur l’avant ou le pendant même si j’ai tout suivi et participé modestement à quelques actions.

Je suis heureux de retrouver ici mon ami Alain Alcouffe mais ne saurais lui être comparé car lui fut un vrai leader, innovant et responsable, comme il en portera témoignage. Quant à moi je revendique le titre de « soixante‑huitard de base » qui se suffit à lui‑même.

Quelles images comme étudiant gardez‑vous de l’enseignement supérieur des années 1960 dans sa pédagogie ou son organisation ?

Alain Alcouffe : Les étudiants de mai 68 correspondaient principalement aux générations nées entre 1945 et 1950. Ce sont les générations du baby‑boom mais les variations des effectifs d’étudiants inscrits à l’université viennent surtout d’une explosion des poursuites d’études : alors que les flux de bacheliers sont plutôt étalés, on a eu après le bac, une orientation beaucoup plus forte qu’auparavant vers l’enseignement supérieur. Les structures de l’enseignement supérieur n’étaient pas adaptées à cet afflux et il n’y avait pas de réservoir de diplômés dans lequel les facultés auraient pu recruter des personnels pour encadrer les nouveaux arrivants. Si je prends mon exemple, je suivais des cours dans plusieurs disciplines, par curiosité personnelle, mais j’étais d’abord inscrit en sciences économiques dont j’ai suivi le premier cursus en quatre ans conduisant à la première licence entièrement séparée du droit. Il y avait un tout petit nombre d’assistants et de maitres‑assistants qui étaient bien insuffisants pour assurer un encadrement de qualité. Ainsi en licence, j’ai été recruté par le professeur de mathématiques pour corriger les devoirs hebdomadaires donnés en travaux dirigés et, arrivé en DES [Diplôme d’Études Supérieures], je me suis vu confier des groupes de Travaux Dirigés. Ces Travaux Dirigés étaient d’ailleurs une innovation récente dont l’intérêt pour les « mandarins » ne paraissait pas toujours évident puisqu’eux‑mêmes ne les avaient pas connus lors de leurs cursus. Les étudiants étaient censés apprendre l’essentiel dans le grand amphi Cujas pouvant accueillir le millier d’étudiants inscrits en première année. La plupart des professeurs dictaient leur cours ce qui facilitait la prise de note mais pas forcément l’attention ou la compréhension...

Il y avait manifestement une inadéquation entre la demande d’études supérieures et l’offre. En 1965, le plan Fouchet en créant les IUT [Instituts Universitaires de Technologie] a tenté d’y répondre en proposant des études courtes très encadrées aussitôt dénoncées comme un asservissement de la jeunesse aux besoins à court terme du patronat qui était effectivement consulté pour l’établissement des programmes et même pour la formation des étudiants à travers l’introduction de « professionnels » dans les rangs des enseignants et dans les conseils d’administration.

Rémy Pech : On oppose constamment l’Université mandarinale de 1968, en la caricaturant comme immuable depuis le xixe siècle voire le Moyen‑Âge, et l’Université bouillonnante du « post‑68 », en exagérant des mutations symbolisées par exemple par l’ordonnancement des salles de cours : tables disposées en rond ou en carré au lieu d’être alignées face au maître.

J’ai eu la chance, à l’ENS comme à la Sorbonne, de suivre les cours de « mandarins éclairés » comme Pierre Lévêque, Jacques Droz, Ernest Labrousse, Pierre Vilar, Michel Mollat, Édouard Perroy, lesquels dans les amphis bondés ou dans les soupentes du pavillon de Valois à Saint‑Cloud, manifestaient une grande affabilité et une volonté d’échanges avec leurs étudiants. Je n’ai jamais perçu comme mandarin le très regretté Albert Soboul qui n’hésitait pas à nous tutoyer et à sortir du cours pour évoquer la vie courante.

Le passage des « cloutiers » à Nanterre ne date que de 1966 et plaça l’ENS Saint Cloud dans une position de relais entre les deux pôles majeurs de la révolution estudiantine. D’une part ces professeurs pouvaient très bien au sortir des « travaux dirigés » prolonger leur enseignement au cours de discussions familières au bistrot. D’autre part ils avaient mis au point un système de contrôle continu où les exposés et « examens blancs » notés permettaient d’éviter le couperet des épreuves des sessions de juin et septembre où la confrontation abrupte avec les professeurs de chaire, tout de même flanqués de leurs assistants plus ou moins indulgents, était redoutée de tous.

Ma scolarité à Saint‑Cloud de 1964 à 1968 est un très agréable souvenir, non seulement par la qualité des cours reçus par la dizaine d’historiens et géographes que nous étions mais par la fréquentation des étudiants de toutes disciplines, les débats en soirée avec des personnalités (comme Mendès France, Beuve‑Méry, Dali) et la pratique assidue du rugby où se retrouvaient évidemment bien des occitans.

Rétrospectivement quels sont selon vous les facteurs qui expliquent votre politisation ?

Rémy Pech : La politisation pour moi fut progressive et peu militante dans la mesure où, jeune marié, je vivais à l’extérieur de l’école à partir de 1965. L’adhésion au SNES [Syndicat National des Enseignements de Second Degré] ou au SGEN [Syndicat Général de l’Éducation Nationale], ici minoritaire, était quasi automatique surtout pour les anciens élèves‑maîtres comme moi, déjà syndiqués au SNI [Syndicat National des Instituteurs].

L’idéologie marxiste dominait sans doute mais elle n’était pas aussi pesante qu’on l’a décrite. Les engagements politiques étaient multiples dans les dissidences du PCF : « italiens » ou trotskistes de plusieurs obédiences, maoïstes ou derrière quelques PSU [Parti Socialiste Unifié] très actifs comme Roger Chartier dont j’étais alors très proche. Le groupe SFIO [Section Française de l’Internationale Ouvrière] n’avait pas survécu à la guerre d’Algérie même s’il en restait quelques brochures à la bibliothèque.

Chez les normaliens, il y avait le sentiment d’appartenance à une élite intellectuelle et la conscience des difficultés de l’université face à la situation d’embouteillage et aux mesures de sélection amorcées par la loi Fouchet de 1965 qui instituait une spécialisation précoce avec le DUEL [Diplôme Universitaire d’Études Littéraires] qui devint ensuite le DEUG [Diplôme Universitaire d’Études Générales].

L’engagement des étudiants était certes motivé par les inquiétudes sur l’université mais aussi et surtout par l’actualité nationale – mécontentements sociaux, gaullisme à bout de souffle, gauche en regroupement depuis la candidature Mitterrand en 1965 – et internationale : guerre du Vietnam, solidarité avec Cuba et les luttes latino‑américaines.

Mai 68 a été vécu comme un grand espoir : la mobilisation du pays pendant de longues semaines, le sentiment qu’un grand changement était possible. Puis une grande déception ou frustration : la droite remportant de manière éclatante les élections, les « groupuscules » se radicalisant ou allant à la pulvérisation, le fossé entre étudiants et ouvriers, la gauche sans perspective immédiate avec ses deux leaders Mendès France et Mitterrand ayant été incapables de s’imposer et de s’appuyer sur le mouvement étudiant et ouvrier pour conquérir le pouvoir.

L’échec de cette flambée nourrit chez de nombreux jeunes le souci de s’engager dans une action plus progressive. Dès ma nomination à Tours je me lance dans le syndicalisme au SNESup [Syndicat National de l’Enseignement Supérieur], dont je deviens responsable local, et j’adhère au PS [Parti Socialiste] en 1971 à l’occasion du congrès d’Épinay, très motivé par la construction de l’Union de la Gauche.

Alain Alcouffe : Le livre de Bourdieu et Passeron Les Héritiers avait été lu par les « intellectuels » du mouvement étudiant. Cela renforçait une onde anti capitaliste et anti impérialiste qui était aussi portée par les évènements internationaux (crise des fusées à Cuba, débarquement à la baie des Cochons, Che Guevara et l’implantation de foyers révolutionnaires en Bolivie).

J’étais entré à l’AGET‑UNEF [Association Générale des Étudiants de Toulouse‑Union Nationale des Étudiants de France] en octobre 1963 en même temps que je m’inscrivais à la faculté de droit et sciences économiques. C’était un choix qui allait de soi pour moi après un engagement à la JEC [Jeunesse Étudiante Chrétienne] au lycée, mais qui était très minoritaire à la fac de droit où la nostalgie de l’Algérie française était bien portée quand ce n’était pas celle de Vichy ou encore de l’Ancien régime. C’était aussi une fac dominée par un folklore (la faluche) à mes yeux, très réactionnaire à travers lequel les fils de notaires jetaient leur gourme en attendant de reprendre l’étude de papa ou plus prosaïquement sa boutique.

Les facultés de lettres et de droit étaient mitoyennes et le restaurant universitaire du Crous était commun de sorte que les batailles verbales ‑ mais pas seulement ‑ lors de la distribution de tracts étaient très fréquentes, opposant les « fachos » et les étudiants de gauche, soutenant les luttes du Tiers‑Monde et, en France, hostiles à un gouvernement faisant la part trop belle au patronat.

Il y avait donc plusieurs fronts : d’une part, une lutte mondiale des opprimés que les étudiants de gauche soutenaient à la suite de la Guerre d’Algérie. L’international jouait un très grand rôle (guerre du Vietnam, soubresauts du franquisme en Espagne, mouvement des afro‑américains, etc.). D’autre part, il y avait la mue de la société française avec une demande croissante d’éducation faisant face aux besoins des entreprises en « cadres ». Cette mue était accompagnée par une modernisation par le haut, par les élites, portée par des personnes de valeur comme Fouchet lui‑même.

2. L’événement : contester et structurer dans le mouvement de mai‑juin 68

Rémy Pech, vous qui étiez à Paris, quel regard ou quelle implication portez‑vous sur les premiers temps du mouvement ?

Rémy Pech : J’ai participé à de nombreuses manifestations en mai et juin 68. La plus impressionnante fut celle du 13 mai, de la République à la place de Belfort où les organisations syndicales ouvrières rejoignirent les étudiants. Arrivés en retard nous avons défilé, ma femme et moi, entre le cortège de la CGT [Confédération Générale du Travail] et celui de FO [Force Ouvrière], dont les services d’ordre s’envoyaient des lazzis.

Quelques images fortes restent dans ma mémoire : l’apostrophe de Dany Cohn‑Bendit à Louis Aragon devant la statue d’Auguste Comte place de la Sorbonne le 9 mai – je sortais d’une épreuve écrite d’agrégation dans la Sorbonne désertée et encerclée par la police. La prise de possession par le « Mouvement » de l’Odéon avec la quasi expulsion de Jean‑Louis Barrault le 15 mai, une manif violente où j’ai failli lancer un pavé avant de m’opposer aux nihilistes qui ont scié quatre ou cinq platanes du Boul’ Mich’ à l’angle de la rue des Écoles, enfin le vote sur la destruction des fresques de Puvis de Chavannes dans la cour de la Sorbonne, rejetée de justesse par 105 à 102 voix sachant que j’avais changé mon vote sous la pression de ma femme !

Ce que je retiens le plus c’est l’expérience des AG [Assemblées Générales] quotidiennes. Je choisis de m’investir dans le Comité d’Action des agrégatifs. Partant du vote initial d’un principe de boycott de l’oral destiné à « enterrer » ce prestigieux concours perçu comme le summum de la sélection honnie, nous sommes arrivés assez vite à faire voter un boycott conditionnel, qui nous permit d’obtenir de réels engagements : possibilité de consulter davantage d’ouvrages, pourvoi de tous les postes au concours… Nos délégués Ulmiens ont même obtenu une audience auprès d’Edgar Faure à la fin août et les oraux reprirent en septembre sans trop de rancœurs de part et d’autre.

  • 7 Sur le mai 1968 étudiant à Toulouse se référer aux témoignages du doyen Jacques Godechot, « 1968 à (...)

Et vous Alain Alcouffe, étiez‑vous déjà très engagé politiquement au début du mouvement toulousain ?7 Quels objectifs vous ont animé ?

Alain Alcouffe : J’étais très engagé dans les activités de l’AGET‑UNEF depuis mon entrée à l’université en 1963. Ces années qui suivaient la fin de la guerre d’Algérie étaient marquées par tout un tas de questions de société. Je lisais des revues comme Socialisme ou barbarie (fondée par Cornelius Castoriadis et Claude Lefort, d’orientation marxiste antistalinienne et proche du communisme de conseils). Inutile de dire que dans ma faculté (droit et sciences économiques) mes idées étaient minoritaires et réprimées.

À la rentrée de 1967, la tendance « gauche syndicale », animée par des étudiants de la corpo de lettres au sein de laquelle cohabitaient difficilement différentes tendances de l’UEC [Union des Étudiants Communistes], à la tête de l’AGET depuis 1964, fut dans l’impossibilité de maintenir son contrôle. Les étudiants communistes « orthodoxes » (alignés sur la ligne du PCF) dont les revendications étaient strictement quantitatives (les étudiants qui allaient lancer le mouvement du 25 avril) se moquaient de leur slogan « des crayons pas de canons ». Je formais alors une coalition hétéroclite avec des étudiants de la corpo de droit et des étudiants issus de l’UEC de stricte obédience pour gérer l’AGET dont je devins ainsi président. L’AGET‑UNEF était ouvertement hostile aux orientations du gouvernement et du capitalisme. Le rectorat, les Renseignements généraux, le Crous nous menaient la vie dure et tentaient de contrecarrer le fonctionnement des activités gérées par le syndicat étudiant : la MNEF [Mutuelle Nationale des Étudiants de France], le restaurant « Le Clos normand », la coopérative qui éditait les polycopiés et vendait des fournitures scolaires. Heureusement mon épouse, et condisciple à la fac de sciences économiques, avait pris les fonctions de trésorière et elle est parvenue à remettre en ordre de marche les activités de l’AGET.

Mais on n’était pas dans l’attente passive du grand soir : on essayait de faire passer ces idées critiques. Nous étions en pleine période des luttes anti‑impérialistes notamment sur la question du Vietnam. La façon dont les Américains utilisaient les armes chimiques (défoliants) dans cette guerre me choquait. De même les tentatives de renverser Castro à Cuba étaient insupportables. Et puis il y avait une remise en cause du modèle de développement basé sur la consommation, sans souci des ressources naturelles. C’était le début de la prise de conscience des limites de la croissance et de la confiance aveugle dans le progrès technique, que critiquait Jacques Ellul par exemple.

Un des déclencheurs à Toulouse a été l’agression de Rudi Dutschke, un étudiant allemand sur lequel un déséquilibré, chauffé à blanc par la presse populaire de Springer, avait tiré trois balles dans la tête. Dutschke dénonçait la « fausse conscience » de la masse, la rendant incapable de s’apercevoir de la violence structurelle de l’État, d’où la nécessité de l’intervention d’un « sujet révolutionnaire », prêt à engager la « longue marche à travers les institutions ». Cette démarche m’intéressait. Il s’agissait de faire évoluer la société sans croire à un coup de baguette magique mais aussi sans jouer les pompiers si des évènements comme la grande grève de 68 se produisaient.

La fameuse convergence des luttes alors ? Le mai étudiant reste‑il dans l’isolement ?

Rémy Pech : Je pourrais évoquer plusieurs souvenirs touchant aux divergences entre le mouvement étudiant et le mouvement ouvrier. Loin de reprendre les dissensions idéologiques entre variantes marxistes, situationnistes, anarchistes, qui ont peut‑être joué au niveau des leaders mais n’entraient en rien dans les sentiments de la base à laquelle j’appartenais, je me remémore le dialogue raté entre une délégation étudiante (essentiellement maoïste) et les responsables CGT de l’usine Renault de Billancourt. J’ai assisté à la longue attente de la délégation où figuraient plusieurs copains « cloutiers », puis à leur entrée dans la « forteresse ouvrière », puis à leur sortie tout déconfits vingt minutes plus tard. Plus personnel, voire intime : à la suite de l’occupation de l’Odéon dont le tumulte anarchique m’avait heurté, je persuadais ma femme d’utiliser les réserves de carburant que j’avais constituées pour « descendre » avec notre Dauphine dans le Midi pour une dizaine de jours afin de retrouver nos familles et de « prendre la température » du pays profond. Nous participâmes à plusieurs défilés ouvriers à Narbonne et Béziers, beaucoup plus calmes et même un peu mornes si je les compare à nos manifs du Quartier latin à l’allure de monôme ou de carnaval quand elles ne tournaient pas à la violence. Mon père, ouvrier dans une usine chimique, pourtant marqué par un tempérament libertaire regardait avec méfiance le mouvement étudiant, les AG, les saccages sur la voirie et les voitures complaisamment diffusés par la télé. J’ai vainement essayé de le persuader que la société « de consommation » était dépassée. Il attendait des retombées matérielles du mouvement pour pouvoir consommer davantage ! Le retour à Paris fut tristounet, le jour même du meeting du stade Charléty où l’illusion lyrique flamba de plus belle en présence d’un Mendès France muet.

Alain Alcouffe : Durant toute cette période, j’ai eu le sentiment que les choses pouvaient basculer : le 23 mai, une occupation du Capitole, par exemple, était envisageable. Que ce serait‑il passé si cela s’était produit ? Je me souviens également que dans les jours qui ont suivi la grande manifestation du 13 mai et la vague de grève, on pouvait parler dans la rue avec des passants. J’ai eu l’impression, à ce moment‑là, qu’un « reset » était possible. C’était exaltant. De nombreuses choses que l’on avait dites sur la convergence des luttes se révélaient exactes. Beaucoup de gens n’avaient jamais fait grève comme par exemple les employées des Nouvelles Galeries. En même temps, on avait inquiet d’une possible répression policière, que les blindés puissent entrer dans les rues de Toulouse. À la fin des évènements, on n’a pas ressenti de vide parce qu’on avait le sentiment que ce n’était pas fini et que les luttes se poursuivraient. On n’était pas abattu. J’ai participé aux activités des Cahiers de mai, avec notamment tel membre du CESER [Conseil Économique Social et Environnemental Régional], ou tel membre du Conseil départemental ou tel conseiller régional, pour conserver les liens tissés entre les étudiants, ouvriers, employés et construire à partir des expériences sur le terrain.

Quelles nouvelles formes de gestion de l’université toulousaine s’inventent durant les journées de mai ? Comment les anciennes structures, doyens, facultés, les acceptent‑elles ?

Alain Alcouffe : Dès le mois de mai et l’occupation de la fac de lettres spontanément s’était créé un « comité de gestion » tripartite, formé de dix professeurs, dix assistants et maîtres assistants, dix étudiants que le ministère reconnut d’une certaine façon en invitant à des réunions de concertation les membres étudiants de ce comité. Le doyen Jacques Godechot en tant que spécialiste des révolutions n’avait pas dû être vraiment décontenancé par les tâtonnements institutionnels. Après tout le premier débat des États Généraux de 1789 avait porté sur les délibérations communes des trois états. En 1968, le mouvement hésitait entre un modèle de cogestion bicéphale où une représentation des enseignants ferait face une représentation étudiante et un conseil unique regroupant les différents types de parties prenantes avec une minorité de blocage des étudiants. L’impossibilité d’organiser le contrepouvoir étudiant fit basculer vers un comité tripartite et le choix toulousain fut retenu par Edgar Faure comme le rappelle Gilbert Mercadier qui représenta en juillet 1968 le comité tripartite dans des consultations au ministère mais les dosages opérés par la loi Faure réduisaient à bien peu de choses l’expression d’une autonomie étudiante.

3. La loi Faure dans « l’entre‑deux‑mai », régulation et contestation d’une réforme

Alain Alcouffe dès octobre 1968, vous passez de l’autre côté de l’estrade. Comment se passe votre intégration à ce qui était encore la Faculté de droit de Toulouse ?

Alain Alcouffe : À la rentrée 1968, j’ai été recruté comme « assistant contractuel » (des contrats d’un an renouvelables) sous le prétexte que je ferais moins de dégâts à l’intérieur, où je serais tenu par le devoir de réserve, qu’à l’extérieur. Je n’avais pas prévu de devenir enseignant‑chercheur en 1963 en commençant mes études. J’avais répondu à un questionnaire que j’envisageais de travailler dans la coopération avec le Tiers Monde mais le désir de transformer la société et l’illusion que la lutte dans l’université pouvait contribuer à cette transformation m’ont convaincu de saisir cette opportunité d’autant que les « mouvementistes » du 25 avril de la faculté se retrouvaient dans un comité regroupant aussi bien étudiants qu’enseignants, localement tous assistants contractuels. Je crois bien en réalité que j’étais le seul enseignant dans ce comité à la fac de droit dont le syndicat Autonome avait fait sa place forte. La symbiose entre la faculté ‑ devenue université ‑ et le syndicat était très poussée comme j’en fis vite l’expérience. Lorsque les TD ont commencé, je pénétrais dans l’antichambre du salon des enseignants pour retirer les cahiers d’appel des TD. C’était aussi le bureau des appariteurs : à la fac de droit les enseignants de rang magistral ne se rendaient pas seuls dans les amphis, mais revêtus de leur toge, ils étaient accompagnés à l’amphithéâtre par des appariteurs qui le cas échéant les abritaient de la pluie sous un grand parapluie noir. J’y retrouvais tel appariteur qui m’avait fait la leçon 4 ans ou 5 ans auparavant parce que j’avais l’outrecuidance d’assister aux cours sans cravate. À la mi‑décembre, il me fit remarquer que nommé au 1er novembre, il convenait que je paie ma cotisation au syndicat. Je tombais des nues et il me dit que « c’était comme ça à la faculté » et je fus donc le premier non‑syndiqué à l’Autonome avant que quelques mois plus tard je fonde une section SGEN avec un collègue historien du droit qui avait viré sa cuti après un passage à l’université de Strasbourg, lui permettant d’échapper aux moisissures de la fac de droit.

Mais globalement tous les deux comment avez‑vous accueilli les innovations institutionnelles initiées par la loi Faure ?

Rémy Pech : Incontestablement la loi Faure, votée à l’unanimité par l’Assemblée gaulliste six mois à peine après le séisme, représentait un changement profond. Pour ma part j’abordai la mise en place de ses dispositions ‑ facultés remplacées par des UER [Unités d’Enseignement et de Recherche], élection de tous les conseils chargés de répartir les budgets et des instances de recrutement et d’évaluation ‑ en m’investissant dans le syndicalisme, alors très actif et conflictuel. Les conflits les plus durs sévissaient davantage à l’intérieur des syndicats à propos de la participation à la gestion Les syndicats « de gauche » rivaux savaient s’unir face au ministère et à l’« Autonome ». Ce syndicat rassemblait les enseignants qui conservaient de fortes positions dans la gestion des carrières et n’avaient pas digéré l’agitation printanière ni surtout ses acquis démocratiques : parité des collèges A et B, représentation des étudiants…

J’avoue avoir eu plaisir à exercer des responsabilités syndicales, à défendre des collègues injustement brimés, à participer aux nouveaux conseils, à accompagner des universitaires prestigieux comme Bernard Chevalier à Tours, Bartolomé Bennassar et Georges Mailhos à Toulouse. Ils n’ont pas hésité à prendre sur leur vie personnelle et leurs brillantes activités de chercheur pour créer et animer ces nouvelles institutions. De mon côté, ma carrière en a été peut‑être ralentie mais pas entravée et j’ai été prêt quand il l’a fallu à exercer moi‑même des fonctions exécutives de 1998 à 2006.

Alain Alcouffe : La loi Faure introduisait dans la gestion des universités le principe d’une participation sous des formes diverses de toutes les parties prenantes (différents corps d’enseignants, personnels et étudiants) et leur confiait la gestion. Il y avait incontestablement une « démocratisation » qui avait été une des revendications du mouvement à Toulouse.

Quels souvenirs gardez‑vous de la mise en place des nouvelles institutions ? Ont‑elles porté des innovations pédagogiques ?

Alain Alcouffe : La loi Faure a été promulguée en novembre 1968 mais ces grandes lignes étaient connues depuis juillet et il a fallu mettre en place les nouvelles universités toulousaines. La première question était celle du découpage : fallait‑il que les sciences économiques qui n’étaient pas allergiques aux mathématiques rejoignent la faculté des sciences ? Fallait‑il créer un grand pôle de sciences sociales réunissant les économistes, les sociologues, les historiens et les géographes dont les juristes auraient été exclus ou dans lequel ils auraient été minoritaires ? Ou faire une transformation cosmétique dans laquelle les nouvelles universités ont été la prolongation des anciennes facultés. C’est cette option qui a prévalu à Toulouse. Une décision dans laquelle l’affectation des locaux et leur localisation ont joué le premier rôle mais les affinités politiques n’ont pas été étrangères au découpage retenu.

Rémy Pech : Dans les débats et combats auxquels j’ai été mêlé j’évoquerai celui des stages de formation continue ‑ on disait au début « recyclage »‑ dont l’Université du Mirail avait pris l’initiative dès 1975 en frétant un minibus à la rencontre des collègues professeurs de lycée et collèges de tous les azimuts de notre immense académie. J’y avais pris une part certaine mais modeste en assurant bénévolement le secrétariat de l’opération. Cela n’entrait pas dans les attributions officielles de notre maison et le recteur Chalin, dont je me rappelais le rôle assez répressif à Paris en mai 68, menaça de mettre fin à mon détachement (les assistants étaient placés sur des postes à l’année, tacitement renouvelables). Je fus défendu sans faiblesse par Godechot, Taillefer et Kayser et l’incident eut le mérite de confirmer notre innovation, qui préfigurait les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), puis les Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE)… et assurait le rayonnement de nos enseignements dans toute l’académie.

Il régnait à Toulouse, tout au moins en Histoire et Géographie, un excellent climat entre les professeurs en titre et les assistants et maîtres‑assistants. La frontière entre cours et travaux dirigés s’était estompée. De nombreux cours étaient partagés avec souvent présence de deux collègues dans les classes. Pour ma part je développai ce système que j’avais baptisé malicieusement « métayage » avec André Armengaud et Rolande Trempé, puis Janine Garrisson Jean Estèbe, Michel Taillefer, Jean‑Pierre Amalric, Pierre Laborie, Christian Béringuier… Cela à la satisfaction des étudiants et en tous cas à la nôtre !

Quel regard portez‑vous sur les évolutions ultérieures dans les années 1970 et plus tard ?

Rémy Pech : Je n’entrerai pas dans les détails des luttes pour la gestion de l’Université et en premier pour faire prévaloir l’acceptation de cette gestion, récusée par de nombreux « soixante‑huitards » méfiants envers tout début de cogestion ou même de concertation avec « le pouvoir ». Cette attitude reprit force en 1979 avec la fameuse « loi Sauvage » (inspirée par la ministre Alice Saunier‑Séité) qui renforçait la représentation des professeurs en titre dans les conseils. Il fallut que les responsables syndicaux supplient à genoux (oui !) certains collègues pour qu’ils daignent figurer sur les listes de candidats et tenter d’empêcher le retour du mandarinat.

La loi Savary de 1984 accentua l’autonomie et la démocratie interne ; elle fut appliquée avec un certain enthousiasme à Toulouse par le président en place Georges Mailhos, tandis que le futur président Romain Gaignard assurait à Paris un relais efficace auprès du ministère depuis son poste de directeur des Relations extérieures. De mon côté je restai quelque temps au secrétariat local du syndicat, ce qui me conduisit à organiser quelques mouvements de grève, dont je m’expliquai de façon directe, et très franche avec le ministre que j’avais pratiqué dans ma militance au sein du PS.

Ainsi ai‑je vécu et porté les contradictions et les espoirs de mai 68 dans son déroulement et ses prolongements, jusqu’à mon poste de responsabilité le plus élevé, élu président de l’université en avril 2001.

Alain Alcouffe : Bien sûr, les nouvelles universités n’ont pas tenu les promesses ou les espoirs qu’avait pu faire naître l’université critique durant l’été 1968 mais c’est la vie et une autre histoire.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend les contributions orales de Rémy Pech et Alain Alcouffe, agrémentées par quelques références bibliographiques. Pour une bibliographie plus complète se référer à Sombrero (collectif), Olivier Fillieule, Sophie Béroud et alii, Changer le monde, changer sa vie : enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France, Arles, Actes Sud, 2018, p. 1001‑1035, pour les titres récents. Philippe Artières et Michelle Zancarini‑Fournel (dir.), 68, une histoire collective. 1962‑1981, Paris, La Découverte, 2008, p. 809‑811.

2 Cf. Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1988, p. 207‑250.

3 Comme par exemple ce travail pionnier de biographie collective des principaux leaders étudiants : Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération, 2 tomes, Paris, Le Seuil, 1987‑1988, 615 et 700 p. Plus récemment la sociologue Julie Pagis a déconstruit grand nombre de leurs conclusions quant aux trajectoires politiques et sociales des soixante‑huitards : Julie Pagis, Mai 68, un pavé dans leurs histoires. Événement et socialisation, Presses de Sciences Po, coll. « Sociétés en mouvement », Paris, 2014, 340 p.

4 Cf. entre‑autres Sombrero (collectif) et aliiop. cit.

5 Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal (dir.), Mai‑Juin 68, Ivry‑sur‑Seine, Éditions de l’Atelier, 2008, p. 21.

6 Pascal Ory, L’entre‑deux‑mai. Histoire culturelle de la France. Mai 1968‑mai 1981, Paris, Le Seuil, 1983, 282 p.

7 Sur le mai 1968 étudiant à Toulouse se référer aux témoignages du doyen Jacques Godechot, « 1968 à la Faculté de Lettres de Toulouse », Annales du Midi, Toulouse, Privat, 1978 ; de Bartolomé Bennassar, « Mai 68 à l’Université de Toulouse », in Marie‑Danielle Demélas (dir.), Militantisme et histoire, Mélanges Rolande Trempé, Toulouse, PUM, 2000, p. 109‑114 ; ou de Rémy Pech, « Mai 68 et ses répercussions à Toulouse », in Didier Foucault, (dir.), Les recteurs et le rectorat de l’Académie de Toulouse, Toulouse, Méridiennes, 2009, p. 183‑192. Pour des travaux universitaires : Christine Faure, « Mai 1968 à Toulouse : le Mouvement du 25 avril », Matériaux pour l'histoire de notre temps, n° 11‑13, 1988, p. 200‑204 ; Roberta Balducci, Mai 68 sur Toulouse, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean Rives, Université Toulouse 2‑Le Mirail, Toulouse, 2002, 230 f.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Alcouffe, Rémy Pech et Étienne Bordes, « Entre contestation et régulation : les expériences de deux acteurs de mai‑juin 1968. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6849 ; DOI : 10.4000/framespa.6849

Haut de page

Auteurs

Alain Alcouffe

Alain Alcouffe est professeur émérite de sciences économiques à l’université Toulouse Capitole. Figure éminente du Mai 68 toulousain, il a ensuite suivi une carrière d’enseignant chercheur en économie. alain.alcouffe@ut-capitole.fr

Rémy Pech

Rémy Pech est professeur retraité d’histoire contemporaine à l’université Toulouse – Jean Jaurès, laboratoire FRAMESPA (UMR 5136). Spécialiste de l’histoire des sociétés viticoles, du rugby et de l’histoire politique du Midi occitan, il a présidé l’université Toulouse 2-Le Mirail entre 2001 et 2006. rpech@univ-tlse2.fr

Étienne Bordes

Étienne Bordes est doctorant en histoire contemporaine à l’université Toulouse – Jean Jaurès et à l’ENS de Lyon, laboratoire FRAMESPA (UMR 5136). Ses recherches portent sur la socio-histoire contemporaine de l’enseignement supérieur français et plus particulièrement sur la Conférence des présidents d’université (1971-2007). etienne.bordes@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals