Navigation – Plan du site
Recensions

Charles Mercier, René Rémond. Une traversée du xxe siècle, Paris, Salvator, 2018, 412 p.

Jacques Cantier

Texte intégral

  • 1 Cette thèse a déjà été publiée en deux volumes : Charles Mercier Autonomie, autonomies. René Rémond (...)

1Auteur en 2011 d’une thèse consacrée à l’engagement universitaire de René Rémond au lendemain de Mai 681, Charles Mercier élargit ici la focale pour proposer une biographie exhaustive de l’historien. Il confesse la « terreur sacrée » avec laquelle il s’est lancé dans l’entreprise. Le scrupule d’avoir à dire le sens d’une vie en s’exposant aux illusions de mise en ordre a posteriori, la gageure de rendre compte de la multitude des champs d’actions et de curiosités de René Rémond, la masse des sources disponibles – et notamment le volumineux fonds privé déposé par l’historien aux Archives Nationales – expliquent ces inquiétudes. La synthèse proposée ici atteste de la capacité du biographe à déjouer ces difficultés. Prudent sur l’homme privé – le père, l’époux, l’ami apparaissent peu dans ces pages – Charles Mercier se concentre sur l’analyse d’un parcours intellectuel. Ecartant le modèle du récit linéaire menant le biographié de la naissance à la tombe, il construit son propos autour de treize chapitres chronologico-thématiques agençant les multiples facettes d’une existence bien remplie. Le chapitre liminaire « Aux origines d’une identité (1918-1946) » ordonne toutefois le kaléidoscope en pointant l’importance des expériences fondatrices. Jeune homme issu de la classe moyenne, empruntant à la psychologie du boursier par son attachement à la méritocratie républicaine et à celle de l’héritier par son attachement aux valeurs chrétiennes transmises par sa famille, René Rémond semble ainsi marqué de façon décisive par son passage au sein de la Jeunesse Etudiante Chrétienne. Adhérant en 1932 comme lycéen, il accède en 1943, dans le contexte dramatique de l’Occupation, à la direction de la branche universitaire. La place occupée par René Rémond au sein d’une génération de jeunes catholiques ne cherchant pas seulement à évangéliser les individus mais à investir les institutions pour les transformer de l’intérieur donne les clefs de compréhension d’une sensibilité. Elle éclaire notamment une méthode d’action à l’œuvre dans l’ensemble des engagements ultérieurs. « Il nous semblait que seul un mouvement qui puisait dans sa foi le ressort désintéressé de son action, était capable de dépasser les particularismes des organisations corporatives ou syndicales et d’imprimer des préoccupations communes, une animation globale à l’ensemble des activités d’un milieu » explique Rémond dans un recueil d’entretiens avec le journaliste Aimé Savard. Son parcours combine dès lors, selon Charles Mercier, une fidélité à ces fondamentaux et un pragmatisme capable d’accommodement dans leur mise en œuvre : « l’archéologique et le processuel » sont donc ici mis en synergie. Parmi les nombreux apports de cette riche biographie, on retiendra ici plus particulièrement trois contributions éclairant l’histoire culturelle de la France dans la deuxième moitié du XXe siècle : l’analyse d’un parcours institutionnel riche d’enseignements sur les transformations du monde universitaire français ; les dynamiques d’une œuvre par laquelle René Rémond apparaît comme témoin et acteur de l’évolution du champ intellectuel ; la part de l’engagement religieux dans une période de fortes recompositions du milieu catholique. Archives, écrits, points de vue favorables ou critiques sur l’historien sont croisés de façon convaincante autour de chacune de ces thématiques.

2Le parcours professionnel de René Rémond révèle la centralité des institutions fréquentées pendant plus d’un demi-siècle par l’historien, comme sa capacité à y tracer une voie spécifique. Il en va ainsi du choix du jeune agrégé-répétiteur de Normale Sup de rejoindre en 1947 Sciences Po, pourtant considérée par l’université comme « une mauvaise maison à la fois de droite et de mauvaise qualité » (Alain Touraine). Rémond va dès lors s’employer, aux côtés de Jean Touchard, à rehausser l’image de la rue Saint Guillaume. Il contribue à y développer une recherche collective en sciences sociales basée sur l’atout de séminaires pluridisciplinaires dont il devient l’un des animateurs marquants. Au fil des décennies, l’identification de l’historien à la maison explique son accession en 1981 à la présidence de la Fédération Nationale des Sciences Politiques, fonction qu’il ne quitte au terme d’un mandat d’une exceptionnelle longévité qu’en 2007 – certains regretteront que le gardien des traditions n’ait pas opposé dans la dernière période une digue plus ferme face aux méthodes discutées du nouveau directeur de Sciences Po, Richard Descoings. Sans jamais renier l’attachement à la rue Saint Guillaume, René Rémond poursuit également une carrière au sein de l’université qui redevient son affectation principale à partir de 1963. C’est sur le campus de Nanterre, point névralgique de la crise de Mai 68, qu’il va révéler toutes ses qualités d’administrateur. S’appuyant ici sur ses travaux antérieurs, Charles Mercier décortique la « méthode Rémond ». D’abord partisan de la fermeté, l’historien mesure rapidement les limites d’une réponse répressive à une contestation aux causes profondes. Il prend alors ses distances avec le pôle droitier des enseignants, qui lui en gardera rigueur, et entreprend une navigation pragmatique entre les pôles réformiste, utopique ou révolutionnaire. Sa capacité à entendre les différentes positions et à œuvrer à dégager du consensus va alors l’amener à assumer des responsabilités de plus en plus importantes : directeur du département d’histoire, vice-doyen, doyen, président de l’université de Nanterre et vice-président de la Conférence des Présidents d’université. Il est ainsi de ceux qui, dans la foulée de la loi Faure, œuvrent à dessiner le paysage universitaire de l’après 68 autour des principes de participation, de pluridisciplinarité, de collégialité et d’autonomie. Sa présidence contribue à façonner une identité de site définie par la volonté d’associer formation initiale et formation permanente et par l’affirmation de la vocation de Nanterre à étudier le monde contemporain. La spécificité de ce parcours institutionnel tient également à la part des responsabilités extra-universitaires qui manifeste une extension novatrice du domaine d’intervention de l’historien dans la cité – et lui vaudront parfois des critiques pour son statut « d’historien officiel ». Les qualités de pédagogue de René Rémond, la clarté et la précision de son style oral en font un « bon client » recherché par les médias : 432 passages à la radio et 313 à la télévision sont ainsi recensés sur le site de l’INA. Sa position d’expert auprès des décideurs va en s’affirmant : membre du conseil d’administration de l’ORTF, du conseil de développement culturel créé par Jacques Chaban‑Delmas, Rémond participe, bien après sa retraite, à de nombreuses commissions chargées d’apaiser certaines questions sensibles relatives à la Deuxième Guerre mondiale (protections religieuses de Paul Touvier, fichier juif de la préfecture de police de Paris) ou à l’actualité (commission Stasi sur la laïcité).

3La même capacité à traverser l’époque en lui imposant sa marque se retrouve dans la production historique de René Rémond. Au lendemain de la guerre, il se tient à l’écart de la deuxième génération de l’École des Annales et reste fidèle aux vieux maîtres de la Sorbonne, Renouvin et Pouthas. A l’heure où domine une histoire économique et sociale, portée par une approche quantitative et une lecture déterministe inspirée du marxisme, il affirme sa prédilection pour une histoire intellectuelle tournée vers l’étude des représentations. Son diplôme supérieur porte sur les idées éducatives de Lamennais. Sa thèse s’ouvre sur l’espace atlantique pour une étude de l’évolution de l’opinion publique française vis-à-vis des Etats-Unis de 1815 à 1852 dans laquelle la question religieuse occupe une place centrale. C’est toutefois un livre publié discrètement en 1954 – « un enfant naturel » ironise-t-il – qui va révéler auprès du public cultivé le style historique propre de René Rémond. L’essai sur La droite en France depuis 1815 propose en effet une histoire politique du contemporain débordant la dimension évènementielle pour mettre en évidence l’existence de cultures politiques inscrites dans la durée des mentalités collectives. L’ouvrage allait s’imposer au gré des rééditions comme un classique et familiariser l’idée d’une tripartition des droites : légitimisme, orléanisme, bonapartisme. Les travaux ultérieurs de René Rémond reprennent les thématiques de ces cours - histoire de la vie politique en France depuis 1789, histoire de l’anticléricalisme, histoire de notre temps – et relèvent des démarches pluridisciplinaires qu’il a toujours encouragées. La part d’à peu près que suppose toute synthèse adossée à l’enseignement lui semble plus productive que la quête stérilisante d’un absolu qui amène le chercheur isolé à perdre le sens du relatif. Jusqu’aux années 1970, sa réception reste modeste du côté des Annales, courant dominant au sein de l’université française. Son livre sur la droite a fait l’objet d’un compte-rendu succinct et sévère de Mandrou ; ses travaux ultérieurs sont ignorés. Charles Mercier analyse fort bien l’évolution des masses de pression idéologiques et historiographiques qui va contribuer à modifier la place de Rémond sur l’échiquier intellectuel. La perte d’influence du marxisme comme horizon politique et élément d’explication scientifique tend à réhabiliter un historien resté réfractaire à cette influence. Le regain d’intérêt pour une pensée politique rénovée permet le rapprochement avec plusieurs figures issues des Annales comme Julliard et Nora – Gérard Noiriel dénoncera dans cette convergence entre Sciences Po et la VIe section une évolution vers une hégémonie conservatrice au sein de la discipline. La publication en 1986 de l’ouvrage manifeste Pour une histoire politique, mis en chantier par les jeunes disciples de la « Rémondie », est un indicateur d’une nouvelle centralité confirmée quelques années plus tard par l’élection à l’Académie française. Rendant hommage lors de sa réception académique à son prédécesseur François Furet, Rémond pourra opposer à mi mot les revirements qui ont marqué l’itinéraire de celui-ci à la tranquille rectitude de son propre itinéraire.

4La fidélité à l’engagement catholique participe également à la continuité du personnage. Respectueux de l’institution, il apparaît toutefois soucieux de voir reconnaître la part d’autonomie nécessaire à l’action des laïcs et n’hésite pas à l’heure du rapport Touvier à dénoncer les aveuglements d’une partie de la hiérarchie de l’époque. Catholique conciliaire, il répugne lors de son passage à la tête du Centre des Intellectuels catholiques français à revendiquer le monopole de la bonne traduction politique de la foi chrétienne. Il ne parvient pas pourtant à enrayer la perte de rayonnement du centre auprès de nouvelles générations dont le rapport au militantisme évolue – repli sur le spirituel pour les uns, primat donné au politique pour les autres. Ses derniers écrits le montrent plus inquiet sur le sort des catholiques français confrontés désormais à un statut minoritaire dans une société de plus en plus sécularisée.

Haut de page

Notes

1 Cette thèse a déjà été publiée en deux volumes : Charles Mercier Autonomie, autonomies. René Rémond et la politique universitaire au lendemain de Mai 1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015 ; René Rémond et Nanterre, les enfantements de 1968, Bordeaux, Le Bord de l’eau, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Cantier, « Charles Mercier, René Rémond. Une traversée du xxe siècle, Paris, Salvator, 2018, 412 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6912

Haut de page

Auteur

Jacques Cantier

Jacques Cantier est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès et chargé de cours à l’Institut d’Etudes politiques de Toulouse. Son dernier ouvrage, Lire sous l’Occupation, est paru en 2019 chez CRNS Editions.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals