Navigation – Plan du site
Recensions

Matthieu Devigne, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre, entre Vichy et République (1938-1948), Paris, PUF, 2018, 334 p.

Jacques Cantier

Texte intégral

1Version publiée d’une thèse soutenue en Sorbonne en 2015 sous la direction de Jean‑Noël Luc et Laurent Douzou, le livre de Matthieu Devigne apporte une nouvelle contribution à l’histoire de l’école dans la Deuxième Guerre mondiale. Un certain nombre de travaux ont certes déjà défriché ce champ historiographique en s’efforçant de révéler, à travers le projet pédagogique de Vichy, la nature de la Révolution Nationale ou d’éclairer les tribulations d’une jeunesse française enjeu de sollicitations antagonistes. L’originalité tient ici dans le choix d’une approche chronologique large – une décennie d’histoire de l’école en France de 1938 à 1948 – qui évite les travers d’un « Vichy parenthèse » et permet de replacer les enjeux de la période dans les dynamiques de plus longue durée.

2C’est bien en effet l’institution scolaire, dans son fonctionnement interne, le quotidien de ses agents et de ses usagers qui est objet d’étude dans une approche d’histoire administrative ouverte aux problématiques politique et culturelle. Version concentrée de l’étude initiale – plusieurs notes de bas de pages y renvoient pour de plus amples développements – cette publication a visiblement été guidée par le souci de mettre en valeur les belles et riches sources mises à jour par l’auteur. Celles-ci éclairent l’action des différents échelons de l’éducation nationale : responsables de l’administration centrale, inspecteurs généraux, inspecteurs d’académie, enseignants… Elles sont le résultat d’une enquête croisant les ressources des archives nationales, départementales (huit dépôts évoqués) ou municipales et les témoignages publiés par les protagonistes ou récoltés auprès de survivants de la période. On peut donner en exemple de ces sources de qualité, révélant une institution capable d’autoréflexivité, le tableau rédigé par le recteur Maximilien Sorre en 1938. Cet ancien élève de Vidal de La Blache y distingue neuf ensembles régionaux dont les dynamiques démographiques et les profils socio-économiques contrastés imposent une adaptation du maillage scolaire et de l’emploi du personnel. Stabilité des régions méditerranéennes ou de la région rhodano-ligérienne, dépeuplement des massifs montagneux et des espaces ruraux, renforcement des agglomérations et développement de nouveaux pôles urbains : c’est une mise en relation fine de la géographie humaine et de la géographie scolaire qui est proposée. On pourrait aussi citer le très suggestif rapport rédigé à la fin de l’année 1943 par une inspectrice des écoles maternelles de l’Académie d’Aix Marseille à partir d’une série de conférences pédagogiques consacrées à l’influence de la guerre sur la mentalité des enfants. La synthèse constitue un tableau parlant d’un quotidien enfantin envahi par la violence, la détresse, les échos d’une actualité qui divise les familles, et partagé entre tentatives d’accommodement, signes de brutalisation et symptômes de fragilisation.

3Le plan de la démonstration suit la chronologie de la période. Un chapitre liminaire propose un état des lieux de l’institution de la fin des années trente au changement de régime. On pourrait regretter ici que les débats sur l’école unique, hérités du premier après-guerre et réactivés au moment du Front Populaire, n’aient pas été plus longuement rappelés car ils continuent, dans la période traitée, à peser sur les stratégies et les réflexions des différents protagonistes.

4Une première partie évoque ensuite le poids spécifique du temps de guerre de 1940 à 1945. Les événements militaires contraignent ainsi l’école à de nombreuses adaptations. Le changement de régime s’accompagne de l’avènement d’une nouvelle philosophie politique défiante à l’égard de l’école républicaine et laïque : la suppression des écoles normales et le nouveau dispositif de formation des maîtres témoignent de cette suspicion. Les plans d’étude tentent d’infléchir la transmission des savoirs scolaires et de promouvoir de nouvelles disciplines comme l’éducation générale et sportive. Dans le même temps les logiques d’occupation se durcissent avec une multiplication des réquisitions arbitraires et de la surveillance des personnels. La mise en évidence des capacités de résilience d’une institution plongée dans une grande précarité morale et matérielle et confrontée à une crise des vocations est toutefois un des apports importants du travail de Matthieu Devigne. La question mal connue des évacuations d’élèves des zones menacées, la mise en œuvre de solidarités inter-régionales dans le cadre scolaire, les formes de résistance du milieu éducatif viennent ici équilibrer l’image d’une école en guerre souvent ramenée à la seule participation au culte du Maréchal.

5La deuxième partie consacrée aux années 1945-1948 montre l’école républicaine à la reconquête de la France. La question du lourd bilan humain et matériel de la période est étayée. Les modalités de l’épuration sont précisées. Des poursuites sont entreprises contre les responsables de l’administration centrale, dix-sept inspecteurs d’académie sont suspendus avant la fin de l’année 1944 mais, pour les échelons inférieurs, l’épuration se solde par peu de sorties définitives. Cette période de convalescence d’une institution blessée est aussi une période de reconstruction et de projection vers l’avenir, même si la volonté de rénovation du paradigme scolaire portée par la Résistance se heurte rapidement à des visions antagonistes.

6Au-delà de la périodisation ainsi proposée, on retiendra de cette étude documentée quelques thématiques transversales liées aux tendances structurantes de l’histoire de l’éducation primaire en France. On retrouvera ainsi en toile de fond la querelle traditionnelle entre le public et le privé. La volonté de Vichy de se concilier les autorités catholiques renverse les rapports de force avec la mise en place d’un système d’aide à l’enseignement libre qui va permettre à celui-ci de conforter ses positions. Quelques exemples de rapprochements ponctuels sont évoqués. Dans l’académie de Rennes en 1943, un accord d’entraide signé avec l’archevêché prévoit un système de mutualisation des locaux pour accueillir au mieux les élèves d’écoles réquisitionnées. La persistance d’une défiance réciproque ne fait pourtant pas de doute comme le prouve l’échec de la commission d’étude sur le statut de l’enseignement privé mise en place à l’automne 1944.

7La question du rapprochement entre l’ordre primaire et l’ordre secondaire traverse également la période. Elle révèle ici une dialectique entre la volonté des législateurs et les stratégies mises en œuvre par les familles. Les réformes de Carcopino en 1941 sont ainsi inspirées par l’idéologie élitiste de Vichy et la volonté de préserver au secondaire son statut de filière d’excellence. L’instauration d’un Diplôme d’études primaires préparatoires, passé à l’âge de onze ans par les élèves soucieux de rejoindre le premier cycle des établissements secondaires, est conçue par le ministre comme une forme de verrou. Or, note Matthieu Devigne, « l’examen est néanmoins réussi par un très grand nombre d’écoliers français, qui se présentent par conséquent en masse aux portes des collèges et lycées dès la rentrée 1942 ». La massification de l’accès au secondaire de l’après-guerre se dessine donc malgré les orientations officielles, dès la période des années noires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Cantier, « Matthieu Devigne, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre, entre Vichy et République (1938-1948), Paris, PUF, 2018, 334 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6918

Haut de page

Auteur

Jacques Cantier

Jacques Cantier est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès et chargé de cours à l’Institut d’Etudes politiques de Toulouse. Son dernier ouvrage, Lire sous l’Occupation, est paru en 2019 chez CRNS Editions.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals