Navigation – Plan du site
Recensions

Alexandre Lafon (coord.), Le centenaire à l’école. Un laboratoire pédagogique, Paris, Mission du centenaire, 2019, 174 p.

Caroline Barrera

Texte intégral

1Les acteurs de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale – créée en 2012 – ont très tôt intégré à leur action une démarche réflexive qui a permis de bénéficier rapidement de bilans partiels comme celui de Cédric Marty dans Enseigner la Grande Guerre dès 2017. C’est ce type de travail, mais cette fois à l’échelle nationale, qui est proposé en mars 2019 par Alexandre Lafon, conseiller pédagogique et historique de la Mission. Il s’agit bien d’un premier bilan synthétique (174 p.), avec ses inévitables lacunes, comme le rappelle Antoine Prost qui signe la postface. Il s’organise en trois temps : « Repenser les commémorations à l’école ? L’action pédagogique du centenaire », « Bilan quantitatif et qualitatif des projets labélisés » et « Les temps forts du centenaire, accompagnés par la mobilisation de l’école ».

2Les chapitres de la première partie – dont les titres ont repris la charte graphique du réseau Canopé, ce qui nuit un peu à leur lisibilité – intègrent de nombreux et précieux témoignages d’acteurs institutionnels et donnent de multiples exemples de ce qui a été fait sur l’ensemble du territoire. Rappelons que depuis 2013, ce sont plus de 2 000 projets d’établissements et de classes qui se sont déroulés. Cet ouvrage est donc à la fois institutionnel et inclusif. Pour le lecteur extérieur à la structure institutionnelle qui doit être mobilisée dans ce type d’entreprise, c’est assurément très éclairant sur l’écosystème mémoriel et sur son pilotage via des programmes et des campagnes de labellisation, et sur les allers et retours qu’il y a eu entre les différents niveaux concernés. Un autre point fort tient au déplacement de la focale commémorative vers d’autres horizons que ceux de l’hexagone : Outre-Mer bien sûr, démarches franco-allemandes, liens avec les ambassades, programme franco-néo-zélandais, projet franco-slovaque, prisme australien, etc. y ont une large place. L’ouvrage s’inscrit bien là dans un mouvement de décentrement en marche depuis quelques années.

3La deuxième partie est dédiée à un bilan quantitatif et qualitatif du centenaire. C’est assurément la partie la plus intéressante. Un premier chapitre, « Le centenaire en chiffres », livre des données brutes par académie : nombre de dossiers de labellisation examinés et labellisés, subventions accordées, données complétées par des graphiques par vagues et un point sur les projets phares. Les personnes référentes sont également indiquées. Les chercheurs pourront donc se saisir de ces premières données pour une analyse plus spécifique. Les chapitres suivants s’interrogent sur l’intérêt de labelliser des projets scolaires, analysent le cycle commémoratif, réfléchissent à l’effet de levier financier, aux concours nationaux et internationaux. Cette partie donnera matière à réflexion pour les autres types de commémorations.

4Une des caractéristiques de ce centenaire, c’est enfin sa durée. Quatre longues années stricto sensu, que l’ouvrage séquence en trois cycles : début (2014), médian (2016) et fin (2017-2019). Cette dimension est prise en compte avec une analyse de la dynamique commémorative.

5Si ce premier bilan, et c’est bien normal, n’a pas encore beaucoup de recul sur ce centenaire, notamment sur ce que les élèves en ont retiré et vont en garder, il est cependant très convaincant dans sa démonstration visant à mettre en exergue une transformation du paradigme commémoratif au sein de l’institution scolaire. Sa richesse en termes de contenu et d’analyse servira, à n’en pas douter, à toutes celles et ceux qui s’engageront dans une dynamique similaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Barrera, « Alexandre Lafon (coord.), Le centenaire à l’école. Un laboratoire pédagogique, Paris, Mission du centenaire, 2019, 174 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6925

Haut de page

Auteur

Caroline Barrera

Caroline Barrera est maître de conférences d'histoire contemporaine à l’Université de Toulouse (Institut national universitaire Champollion) et membre permanente du laboratoire Framespa (UMR 5136, Université de Toulouse II-CNRS). Elle y co-anime l'atelier Studium (Éducation, Culture, Science), ainsi que le blog Universitas. Spécialisée dans l'histoire des institutions scientifiques, elle a publié plusieurs ouvrages sur les sociétés savantes, sur les étudiants étrangers et co-dirigé des travaux sur la cour de récréation, l'enseignement de la Grande Guerre ou la prise de décision en éducation. En 2019, elle publie avec Patrick Ferté une Histoire de l'université de Toulouse du Moyen Age à nos jours, en 3 volumes, aux éditions Midi-Pyrénéennes/Université fédérale de Toulouse. caroline.barrera@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals