Navigation – Plan du site
Recensions

Laurey Braguier, Servantes de Dieu. Les beatas de la Couronne de Castille (1450-1600), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019, 509 p.

Jean-Pierre Dedieu

Texte intégral

1Laurey Braguier s’intéresse à un monde mal connu, mouvant, complexe, apparemment balayé par la réforme catholique à la fin du xvie siècle, mais qui eut en son temps une importance considérable. Femmes (on n’a trace que de très rares hommes), privées ou libérées des structures familiales par choix ou par veuvage, les beatas vivent seules ou en communautés souplement articulées, aux limites du laïcat et de la vie régulière, presque toujours en ville. Elles ne prononcent pas de vœux à proprement parler et peuvent à tout instant reprendre leur liberté, mais elles acceptent des règlements édictés localement par quelques-unes d’entre elles que leur position sociale antérieure place naturellement à la tête du collectif, ou par quelque autre mentor qu’elles se donnent. L’exigence de chasteté y est évidemment très présente. Elles vivent des biens que les plus fortunées ont pu apporter, et du travail de leurs mains. Couturières, lavandières, institutrices, infirmières, assistantes sociales, visiteuses de prison, elles assument des tâches dont l’utilité est reconnue, ce qui conduit les municipalités, la monarchie et quelques patrons laïques comme ecclésiastiques à les doter de modestes rentes. Leur fonction première reste de fournir un cadre de vie socialement acceptable à des femmes de tout milieu social que leur isolement rendrait vulnérables. On regrettera que l’auteur n’aborde que sous forme de notations dispersées cette fonction d’encadrement-refuge, qui me parait centrale. L’Église assume sur ce plan social un rôle de fournisseur de service semblable à celui qu’elle assume dans le domaine économique par la gestion des fondations patrimoniales : elle encadre, légitime et fournit les moyens juridiques d’interventions ponctuelles régulatrices.

  • 1 Archivo Histórico Nacional, INQ, leg. 200, exp. 09.

2C’est par centaines que l’on compte de tels regroupements dans le royaume de Castille, à leur apogée vers 1500. La souplesse de leur organisation, leur fluidité – il est rare qu’un groupe se maintienne plus de quelques dizaines d’années –, leur caractère éminemment local, expliquent qu’ils n’aient produit que très peu de documents institutionnels, ce qui rend leur étude difficile. Quant à la mobilisation des sources, le travail de Laurey Braguier est exemplaire. Il a lu attentivement les monographies locales, les bulles pontificales, les papiers du registro del sello, les procès d’inquisition. Il n’a calé que devant les procès des justices civiles, ce que l’auteur de ces lignes comprend aisément. Il a traqué la moindre mention, directe ou indirecte, et les a regroupées en deux bases de données, l’une centrée sur les personnes, l’autre sur les groupes. Ces bases sont publiées en appendice. Il y a sans doute encore à faire. Je ne vois par exemple nulle allusion à Eugenia Borgoñona, jugée vers 1540 par l’inquisition de Tolède1, qui pourtant entre totalement dans le modèle tel qu’il est ici défini. Quoi qu’il en soit, de ces mentions dispersées il tire l’image d’un mouvement qui aurait démarré dans la région de Tolède au xive siècle et se serait ensuite diffusé en Vieille Castille, au Pays Basque, en Estrémadure et en Andalousie, laissant de côté la Galice et les Asturies. Cette image semble globalement acceptable. Je me refuse cependant à prendre au pied de la lettre les conclusions de l’analyse de détail à laquelle se livre l’auteur. Les chiffres en effet sont très fortement dépendants d’effets de source (accès inégal à l’administration royale dans le temps et dans l’espace, existence de monographies détaillées pour le Pays basque) qui distordent sans doute la réalité sans possibilité de vérification. La prise en compte du nombre d’habitants modifierait certainement par ailleurs le classement régional qu’elle établit. Dès la première moitié du xvie siècle, les communautés se heurtent à une volonté de reprise en main de plus en plus affirmée des autorités ecclésiastiques qui laissent péricliter les établissements ou les transforment progressivement en couvents. La demande à laquelle répondaient les beatas est couverte par l’immense développement des couvents féminins au xvie siècle, et leur héritage fonctionnel est recueilli par les ordres caritatifs et enseignants du xviie.

3L’Église encadre. Le mode de vie des beatas ne se justifie, aux yeux de la société comme à leurs propres yeux, que parce qu’elles se consacrent à Dieu et au service caritatif du prochain. Elles sont matériellement liées aux institutions religieuses. Fréquemment elles logent à proximité de couvents ou d’églises, elles entretiennent les linges et les édifices sacrés, certaines d’entre elles assument une vie d’intense pénitence et de dévotion, quelques-unes deviennent des leaders spirituels qu’humbles et grands de ce monde consultent sur leurs doutes familiaux, sentimentaux ou religieux. Elles manifestent une saine indépendance face aux leaders ecclésiastiques et civils qui cherchent à les canaliser. Elles savent mobiliser en leur faveur les plus hautes instances – le pape comme le roi – si nécessaire. Beaucoup, certainement plus que la moyenne du temps, ont une bonne culture religieuse et un accès courant à l’écrit. Certains de leurs groupes ont vu naître des mouvements spirituels originaux, dont les démêlés avec l’Église ont donné lieu à des affaires fameuses – les alumbradas, notamment –, dont le retentissement à masqué longtemps aux yeux des historiens la réalité du collectif. Il semble, mais ici aussi l’auteur reste trop allusif, que cette autonomie vis-à-vis de l’autorité ecclésiastique ait été l’un des grands attraits pour la vie en communauté qu’ont ressentis ces femmes.

4Livre sérieux, Servantes de Dieu présente certes des défauts : cartes et reproductions de documents (elles sont nombreuses) systématiquement illisibles, transcriptions paléographiques insuffisamment élaborées et incompréhensibles, traductions souvent maladroites. Il n’en demeure pas moins une excellente mise au point. Il tord le cou à bien des interprétations partielles, simplificatrices, biaisées et outrageusement militantes – de tous bords, du cléricalisme le plus affirmé au féminisme le plus échevelé – qui en ont classiquement rempli les lacunes documentaires par des opinions personnelles non autrement documentées. Il ne sera plus possible pour tout historien sérieux d’oublier désormais les beatas, dont nous savons maintenant qu’elles ne furent en rien un mouvement marginal. Et le travail de Laurey Braguier fournira le point de départ obligé sur la question.

Haut de page

Notes

1 Archivo Histórico Nacional, INQ, leg. 200, exp. 09.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Dedieu, « Laurey Braguier, Servantes de Dieu. Les beatas de la Couronne de Castille (1450-1600), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019, 509 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 32 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/6949

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dedieu

Jean-Pierre Dedieu, Directeur de recherche CNRS émérite, rattaché à l’UMR 5136 Framespa (Université Toulouse-Jean Jaurès). Membre associé de l’UMR 5062, Institut d’Études Orientales (IAO, ENS Lyon)
jean-pierre.dedieu@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals