Navigation – Plan du site
Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

Les enjeux de la traduction en tant que pratique d’écriture et opération éditoriale : la mise en disponibilité de la Corografia Brasílica (1817) par la presse française en 1821

The Issues of Translation as Writing Practices and Editorial Operations: Making Corografia Brasílica (1817) Available in French Journals in 1821
Aspectos da tradução enquanto prática de escrita e operação editorial: a difusão de Corografia Brasílica (1817) na França em 1821
Rafael Souza Barbosa

Résumés

Cet article aborde la traduction en tant que pratique sociale d’écriture à partir des traductions en français d’extraits de la Corografia Brasílica, ou Relação Histórico-Geográfica do Reino do Brasil (1817) de Manoel Aires de Casal (1754-1821), parues dans le Journal des Voyages, ou Archives Géographiques du xixsiècle et dans les Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire en 1821. Notre analyse s’appuie sur les circonstances matérielles et symboliques rendant possibles ces traductions et rend visible l’action des acteurs sociaux concernés. Nous tâchons également de saisir l’économie spécifique de telles actions, enjeu méthodologique majeur, par une micro-analyse empirique des pratiques d’écriture et d’édition. Ainsi, cet article révèle les mécanismes de la mise en disponibilité multiscalaire d’écrits et des pratiques intellectuelles en collaboration. En effet, notre pari est de montrer les possibilités ouvertes à la connaissance historique lorsque l’on interroge des objets écrits en tant qu’ensemble clos de pratiques d’écritures situées, et que l’on essaye de saisir, à partir des traces laissées par de telles pratiques intellectuelles, ce qui a effectivement été fait par des acteurs sociaux avec des écrits et en écrivant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laurence Hallewell, O livro no Brasil : sua história, traduit de l’anglais par Maria Da Penha Villa (...)
  • 2 Il n’y a pas d’étude systématique concernant ces écrits, si bien que nous nous appuyons sur des cas (...)

1La monarchie portugaise a interdit l’imprimerie dans la colonie du Brésil pendant plus de trois siècles, si bien que l’accès au livre se faisait par l’importation sous autorisation de la couronne ou par des voies clandestines ; et l’accès à l’impression, par les presses situées en Europe ou en Amérique hispanique1. Il n’était pas rare que les lettrés aient également recours à la circulation manuscrite comme moyen de publication. Ainsi, nombre de manuscrits rédigés dans ce territoire sont restés inédits pendant la période coloniale, et leur édition commence au xixe siècle, notamment pour servir à la construction d’une identité nationale2.

  • 3 Ana Maria de Camargo et Rubens Borba de Moraes, Bibliografia da Impressão Régia, São Paulo, Rio de (...)
  • 4 « onde se imprimam exclusivamente toda legislação, e papéis diplomáticos, que emanarem de qualquer (...)
  • 5 Voir Maria Beatriz Nizza da Silva, « Livro e sociedade no Rio de Janeiro (1808-1821) », Revista de (...)

2L’interdiction a été levée lorsque la famille royale, en arrivant au Brésil en 1808, a dû faire le nécessaire pour pouvoir y installer un embryon d’appareil d’État. Parmi les décisions prises par le roi, telles l’ouverture des principaux ports aux nations amies et l’autorisation de la création de manufactures, figure la création de l’Imprimerie royale, sous le nom d’Impressão Régia do Rio de Janeiro3, destinée à « imprimer, avec exclusivité, toute loi et tout document diplomatique provenant de n’importe quel service de l’administration royale, aussi bien que n’importe quel autre ouvrage4 ». Même si cette décision ciblait surtout l’impression d’actes officiels, elle a profondément modifié le système d’accès à l’imprimé, d’abord dans la vice-royauté du Brésil puis, en 1815, dans le Royaume-Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves. Malgré le maintien de la censure et le recours aux autorisations d’impression et de commercialisation, le travail d’impression n’était plus délégué au continent européen. Jusqu’à l’indépendance du Brésil en 1822, la monarchie portugaise en détenait non seulement le contrôle, mais aussi le monopole : entre 1808 et 1822, tout livre imprimé sur le territoire brésilien sortait des presses royales, par le relais de différents acteurs de cet embryon d’appareil d’État, et s’inscrivait d’une façon ou d’une autre dans les politiques de la monarchie5.

  • 6 Pour cet article, nous avons utilisé l’exemplaire appartenant à Ferdinand Denis, conservé à la Bibl (...)
  • 7 « (...) e conjuntamente me alentassem amigos inteligentes, e patriotas, receosos de que os meus tra (...)
  • 8 Parmi d’autres, Francisco Adolfo de Varnhagen fait référence à la Corografia Brasílica dans son ouv (...)

3Dédié au roi Jean VI par son auteur, le prêtre Manoel Aires de Casal (1754-1821), la Corografia Brasílica, ou Relação Histórico-Geográfica do Reino do Brasil [Chorographie brésilienne, ou relation historico-géographique sur le Royaume du Brésil] est sortie en deux volumes des presses de l’Imprimerie Royale en 18176. Financé par souscription et ayant obtenu le privilège royal, ce livre, par sa dédicace, se donne à lire comme le fruit d’un labeur long de plusieurs années, ayant bénéficié de l’appui d’« amis intelligents et patriotes7 », ces souscripteurs dont la liste nominale et le nombre d’exemplaires remis à chacun d’entre eux figurent entre la table des matières et l’avant-propos. Le premier tome de l’ouvrage passe en revue, en guise d’introduction, la découverte de l’Amérique et du Brésil, les peuples indigènes, les animaux et les végétaux les plus remarquables, et se poursuit par la description de huit de ses provinces, tandis que le second décrit les onze autres provinces. Sur plus de huit cents pages, ce livre met à disposition de ses lecteurs, dont ceux qui, plus tard, rédigeront l’histoire du Brésil indépendant8, un aperçu des connaissances savantes sur ce territoire, qu’elles soient avérées ou discutées, et des documents exploitables pour rédiger d’autres livres.

  • 9 Ferdinand Denis (1798-1890) est auteur, à partir de 1821, de plusieurs ouvrages concernant la pénin (...)
  • 10 Thomas Loué, « La revue », dans Dominique Kalifa, Philippe Régnier et Marie-Ève Thérenty (dirs.), L (...)
  • 11 Laura Péaud, La géographie, émergence d’un champ scientifique. France, Prusse et Grande-Bretagne (1 (...)
  • 12 Sylvain Venayre, « La Presse de Voyages », dans Dominique Kalifa, Philippe Régnier et Marie-Ève Thé (...)

4En 1821, quatre extraits de la Corografia Brasílica paraissent en français dans le Journal des Voyages, ou Archives Géographiques du xixsiècle, dirigé par Verneur, homme politique membre de plusieurs sociétés savantes, ainsi que dans les Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire, dirigées par Eyriès et Malte-Brun, tous deux géographes. Leur traduction est attribuée à Ferdinand Denis9, récemment revenu du Brésil où il a pu possiblement acquérir le livre. Le Journal des Voyages paraît entre 1818 et 1829, lorsqu’il change de titre pour donner naissance à la Revue des Deux Mondes. Cette revue a joué un rôle majeur dans la démocratisation de la presse comme pratique culturelle sous la Restauration10. Quant aux Nouvelles Annales des Voyages, elles paraissent de façon continue entre 1819 et 1870, à la suite des Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire (1809-1814), également dirigées par Malte-Brun. Ces deux périodiques ont mis en circulation nombre d’articles savants qui ont contribué à la structuration disciplinaire de plusieurs sciences de l’homme, en particulier la géographie, au XIXe siècle11. Leur publication s’inscrit dans la veine de la presse de voyages qui, en publiant des récits de voyage et des comptes-rendus de parution du même genre, constitue un nouvel espace de divulgation et de discussion plus ou moins savante. Ces revues diffusent des écrits dont le statut oscille entre le documentaire, paradigme dominant depuis le xviiie siècle et repris par les sciences de l’homme au xixe siècle, et le littéraire, paradigme émergent porté par les écrivains romantiques au sein de la presse12. Les quatre extraits reprennent respectivement une longue note de bas de page qui reçoit pour titre « Lettre inédite de Pedro Vaz de Caminha sur la découverte du Brésil » et devient ainsi autonome par rapport à l’ouvrage, deux chapitres du second volume regroupés dans un seul article, intitulé « Notice sur les capitaineries de Para et Solimoens au Brésil », et un chapitre intégral du premier volume, « Notice sur la province de Matogrosso ». Par ailleurs, un compte-rendu de l’ensemble du livre, signé Ferdinand Denis, y paraît afin de mieux situer ces traductions.

5Cet article étudie la traduction en tant que pratique sociale d’écriture à partir des extraits de la Corografia Brasílica (1817) parus dans le Journal des Voyages et dans les Nouvelles Annales des Voyages, en 1821. Notre analyse s’intéresse aux circonstances matérielles et symboliques rendant possible leur réalisation — l’ouverture politique du territoire brésilien, la circulation transatlantique de personnes et de biens, l’intérêt croissant par le lointain américain — et rend visible l’action des acteurs concernés — l’auteur, le traducteur et les éditeurs. Il s’agit ainsi d’appréhender l’économie spécifique de ces gestes, dans leur historicité et temporalité, via une micro-analyse empirique des pratiques d’écriture et d’édition, sans se restreindre à l’érudition monographique. Ainsi, nous mettrons en évidence les mécanismes de la mise en disponibilité multiscalaire d’écrits — des extraits d’un livre sous forme d’articles indépendants dans un périodique — et des pratiques intellectuelles en collaboration — la traduction entre la source et le nouvel écrit, les interventions du traducteur et des éditeurs, ainsi que le travail de mise en page dans les périodiques. En effet, nous voulons montrer les possibilités ouvertes à la connaissance historique lorsque l’on interroge des objets écrits comme le produit d’un ensemble de pratiques d’écritures situées et que l’on essaye de saisir, à partir des traces laissées par de telles pratiques intellectuelles, ce qui a effectivement été produit par des acteurs sociaux à partir de cette matière qu’est l’écrit.

1. La « Lettre inédite de Pedro Vaz de Caminha sur la découverte du Brésil », objet d’une opération de littérarisation

  • 13 Aires de Casal donne la première version imprimée de cette lettre, conservée aux archives de la Tor (...)

6Parue dans le Journal des Voyages, la « Lettre inédite de Pedro Vaz de Caminha sur la découverte du Brésil » est composée d’un paragraphe d’introduction, attribué aux éditeurs, qui pose le contexte et énonce son intérêt, de la traduction de ladite lettre en français, enrichie d’une note de bas de page dite du traducteur, et de deux paragraphes de conclusion, également présents dans l’ouvrage d’Aires de Casal, qui reprennent le débat historiographique portant sur la question de savoir quel navigateur est arrivé en premier sur les côtes du Brésil. Cette mise en article produit, par découpage, un document autonome, extrait d’une œuvre savante dont il n’est pas fait mention13, publié dans la section « mémoires et notices ».

  • 14 Manuel Aires de Casal et Pedro Vaz de Caminha, « Lettre inédite de Pedro Vaz de Caminha, sur la déc (...)
  • 15 Ibid., p. 157.
  • 16 Christophe Colomb, « Lettre de Christophe Colomb », Journal des Voyages, Découvertes et Navigations (...)
  • 17 Manuel Aires de Casal et Pedro Vaz de Caminha, op. cit., p. 157.

7Le paragraphe introductif précise, tout d’abord, qu’ « un voyageur nouvellement arrivé de Rio de Janeiro donne la traduction exacte d’une pièce fort curieuse qui lui a été communiquée aux archives de la Marine Royale de cette ville14 ». Ensuite, il indique l’identité de l’auteur de la lettre, Pero Vaz de Caminha, un compagnon de Pedro Álvares Cabral, commandant de la flotte qui, en allant aux Indes orientales, a « découvert » la côte brésilienne en 1500. Il signale que cette missive, écrite dans un portugais ancien, « offre une peinture naïve des usages des peuples qui habitaient le pays à cette époque15 ». Une note de bas de page précise ici que cette lettre n’a jamais été traduite et qu’elle pourrait être considérée comme le prolongement de la missive de Christophe Colomb, publiée dans ce même journal en 182016. À la fin, l’auteur remarque « qu’elle doit être d’un intérêt assez vif dans un temps où l’Amérique portugaise a acquis, en peu d’années, tant d’importance17 » et que Caminha, conformément aux usages portugais, s’adresse au roi sous le titre d’altesse au lieu de celui de majesté.

  • 18 La notion de « passeur » ou de « go-between » recouvre plusieurs types d’agents qui, en circulant e (...)

8Ce paragraphe révèle des opérations éditoriales de qualification et de mise en contexte de l’article au sein du Journal des Voyages. D’emblée, nous constatons une attribution d’origine de la pièce à un « voyageur » resté ici anonyme, Ferdinand Denis n’étant pas expressément nommé, auquel on attribue la responsabilité de cette découverte et de sa diffusion en lieu et place d’Aires de Casal, si bien que la source n’est plus la Corografia Brasílica, mais un document tiré des archives de la marine royale à Rio de Janeiro. Les enjeux de cette (ré)attribution peuvent être appréhendés, surtout par contraste avec la lettre de Colomb, à deux niveaux distincts de la mise en article. Sous l’angle de la publication, elle sert à produire de la valeur pour le journal en faisant passer pour un article à priori inédit ce qui est en fait un document de seconde main ou dont une partie importante avait déjà été imprimée ailleurs. Sur le plan de la traduction, une telle appropriation produit de la distinction pour le voyageur, alors anonyme, remarqué non seulement pour sa capacité à traduire en français un texte en portugais ancien, mais aussi pour son rôle de passeur d’écrits18 provenant de l’Amérique portugaise. L’année précédente, le Journal avait mis en place des opérations de production de la valeur semblables suite à la publication de la lettre du navigateur génois, en insistant sur le fait qu’elle donnait ainsi à lire la première version française du document, mais sans mention particulière quant au rôle du traducteur, lequel avait travaillé à partir d’une version en latin traduite par un tiers et dont plusieurs copies avaient déjà circulé en Europe.

  • 19 La notion de littérarisation recouvre toute procédure à la fois matérielle et symbolique susceptibl (...)
  • 20 Le mot grec aisthesis renvoie à la perception sensorielle et cognitive du monde, c’est-à-dire à l’a (...)

9Outre ces opérations de qualification, le paragraphe introductif propose une double grille de lecture au public du Journal. D’un côté, il indique le sens global du texte, celui d’une peinture naïve des mœurs des indigènes, qui minimise l’importance de la dimension également mercantiliste de cette lettre et les rapports de force qui structurent le récit d’un sujet s’adressant à son roi. De l’autre, il définit la pratique de lecture à adopter, celle de lire pour connaître le lointain de manière désintéressée, qui est renforcée par le rapprochement avec la lettre de Colomb dont la mise en article suggérait une pratique de lecture semblable. De manière convergente, le sens global et la pratique de lecture présupposent, nous semble-t-il, une littérarisation19 de la lettre, qui dorénavant fait corpus avec d’autres écrits. Or, il y a un écart entre cette littérarisation et la raison invoquée pour justifier cette lecture, à savoir l’importance grandissante de l’Amérique portugaise. Si l’actualité politique ne motive pas directement la connaissance désintéressée du lointain ou la découverte des mœurs des indigènes, elle peut néanmoins susciter de l’intérêt pour des écrits provenant de cette partie de l’Amérique du Sud, dans un contexte plus favorable à leur mise en circulation. En faisant corpus avec celle du navigateur génois, la lettre du marin portugais n’est pas donnée à lire comme document historique ou trace d’une action passée dans une conjoncture d’ouverture du territoire brésilien, mais plutôt comme une pièce curieuse, parmi d’autres pièces curieuses, dont la valeur ne provient pas de leur rapport à un référent quelconque, mais de leur mise en relation les unes aux autres. Le commentaire final sur la façon dont Caminha s’adresse au roi, en postulant l’usage du titre de majesté comme étant plus commun que celui d’altesse, manifeste le besoin d’une explication complémentaire qui fait sens dans le cadre d’un corpus d’écrits regroupés et destinés à un public donné. Les deux lettres ne sont pas présentées au lecteur comme étant des sources historiques dans lesquelles deux marins font état de leurs découvertes à leur souverain au xve siècle : elles se présentent plutôt comme des textes descriptifs des mœurs des indigènes, dont la lecture se veut plaisante. En effet, leur raison d’être ne se limite plus à leur première énonciation, leur destinataire n’est plus assigné et leur pertinence ne repose plus sur une force extérieure : elles participent en parallèle à un processus de communication différée au sein duquel leur lecture est vouée à l’aisthesis20 de lecteurs désormais anonymes.

  • 21 Pour un aperçu des pratiques traductoires au début du xixe siècle, voir : Yves Chevrel, Lieven D’Hu (...)
  • 22 Manuel Aires de Casal et Pedro Vaz de Caminha, op. cit., p. 158.
  • 23 Ibid., p. 159.
  • 24 Ibid., p. 162.
  • 25 Ibid., p. 188.

10L’efficacité de ces opérations de qualification et de mise en contexte est renforcée par la mise en article de la « Lettre » dans un périodique. Ayant été réalisée de façon linéaire, en recherchant une correspondance mot à mot avec l’original21, la traduction compte peu de suppressions ou d’éléments ajoutés par rapport au document « reproduit » dans la Corografia Brasílica. Dans leur ensemble, les modifications repérables peuvent être caractérisées selon trois procédés distincts dans le corps du texte. Premièrement, il y a l’insertion d’indications chronologiques ou géographiques entre parenthèses, comme dans le cas de « Partis de Belem (…) le lundi 9 mai (1500)22 » ou de « (…) elle prit le nom de Monte-Pascoal (Mont Pascal)23 ». Ces indications proposent des repères spatio-temporels plus précis que ceux donnés par Caminha, afin de faciliter la lecture. Deuxièmement, il y a l’ajout de commentaires par le traducteur, faits à la première personne du singulier, en note de bas de page, au sujet des coutumes d’une tribu indigène. Ce commentaire nomme l’ethnie évoquée à ce moment du récit, celle des « tupiniquins », et compare leur façon de se percer les lèvres à celle des « botocudos », dont la description des mœurs circulait déjà en Europe. En effet, le premier volume du Voyage au Brésil dans les années 1815, 1816 et 1817 de Maximilien de Neuwied (1820) proposait déjà une longue description des mœurs des botocudos, agrémentée de gravures, dont le Journal des Voyages avait reproduit un long extrait en août 1820. Denis déclare, à partir des observations faites sur place, que cette coutume « commençait à diminuer, surtout parmi ceux qui voient quelquefois les blancs24 ». Cette mise en perspective sur ce point précis s’explique par le fait qu’il s’agissait là d’un sujet qui faisait couler beaucoup d’encre depuis l’année précédente : elle semble avoir été motivée par une actualité de publication plutôt que par l’actualité politique, en soulignant modestement l’apport singulier à ces discussions que constituent ces observations faites sur place par le traducteur. Enfin, il y a l’incorporation, toujours en note de bas de page, d’un extrait du livre d’Aires de Casal, complémentaire à la lettre, sans préciser pour autant qu’il s’agit là d’une citation. Cette incorporation porte sur le devenir des deux condamnés à l’exil qui sont laissés par les Portugais avec les indigènes en 1500, afin qu’ils puissent y apprendre leur langue. Il est dit que « l’un d’eux (…) servit d’interprète aux premiers portugais qui abordèrent à Porto Seguro (…) et retourna par la suite au Portugal, avec, je crois, deux Indiens qui furent présentés au roi25 ». Malgré l’absence cette fois-ci de la formule « note du traducteur » entre parenthèses, l’emploi de la première personne du singulier suggère qu’il s’agit toujours du même locuteur que dans les notes précédentes, à savoir le traducteur, selon un procédé qui prolonge le geste délibéré d’appropriation de la Corografia Brasílica par le Journal des Voyages. En somme, le livre d’Aires de Casal est absent dans le cadre éditorial de publication de cette lettre, au point que ses mots deviennent ceux du traducteur au service du journal. Par ailleurs, cette appropriation se prolonge également dans les paragraphes de conclusion qui font suite à la lettre, lorsque le débat autour de la découverte du territoire brésilien est repris et vise à attester l’authenticité du document. En résumé, toutes ces modifications textuelles n’interviennent pas directement dans la compréhension de la « Lettre » – elles ne changent pas le sens du contenu des énoncés – et rejoignent les opérations de qualification et de mise en contexte de l’article à l’intention des lecteurs anonymes intéressés par le lointain, voire le pittoresque.

2. La « Notice sur les capitaineries de Para et Solimoens au Brésil » au service d’une connaissance spécifique

  • 26 Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire, 1821, IX, page de titre.
  • 27 Manuel Aires de Casal, « Notice sur les capitaineries du Para et Solimoens, au Brésil », Nouvelles (...)

11Parue dans le tome IX des Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire en cette même année 1821, la « Notice sur les capitaineries de Para et Solimoens au Brésil » est la traduction en continu de deux chapitres du livre d’Aires de Casal, accompagnée de trois types de notes de bas de page, celles du texte source, celles de l’éditeur et celles du traducteur. Cet article est classé dans une section sans rubrique où paraissent « des relations originales inédites, communiquées par des voyageurs français et étrangers », « des voyages nouveaux, traduits de toutes les langues européennes » et « des mémoires historiques sur l’origine, la langue, les mœurs et les arts des peuples26 ». La première note de l’éditeur vise à attribuer la « traduction de ce morceau, doublement intéressant dans un moment où le gouvernement de Para est le théâtre d’une révolution, à M. Denis fils, qui a lui-même séjourné quelques années dans le Brésil27 ». Cette disposition typographique transforme le chapitre de livre en article de journal, sans le délimiter par des paratextes adjacents, et en propose une lecture sans médiation apparente, en la laissant à la discrétion du lecteur.

  • 28 « Plusieurs espèces d’oiseaux inconnus sont retrouvées dans les autres provinces, dont les abeilles (...)
  • 29 Manuel Aires de Casal, op. cit., 1821, IX, p. 220-221.
  • 30 Accompagnements indispensables de la lecture lettrée surtout à l’époque moderne, les cahiers de lie (...)
  • 31 Ibid., p. 217.
  • 32 Ibid., p. 235.

12Ayant été réalisée de façon linéaire, la traduction de ces deux chapitres ici fusionnés compte toutefois un nombre important de modifications par rapport à la Corografia Brasílica : des interpolations, des suppressions et des incorporations rendent visibles des opérations de recontextualisation au sein du journal. Ces interpolations sont de deux types : la traduction partielle de notes de bas de page, soit en tant que telles, soit intercalées dans le corps du texte, comme celle portant sur l’île de Marajo, puisque Denis ne retient d’une longue description diachronique que les informations les plus récentes pour les insérer sous forme de paragraphe  ; et la transposition tronquée de passages du texte source du portugais vers le français, surtout ceux dont la syntaxe et la sémantique sont assez recherchées, comme dans « encontram-se varias espécies de passarinhos desconhecidos nas outras províncias, cujas abelhas não são aqui desconhecidas, nem preguiçosas28 », ainsi traduit : « le naturaliste peut y observer une foule d’oiseaux inconnus dans les autres capitaineries29 ». Les suppressions concernent notamment les notes de bas de page de la Corografia Brasílica, dont la rédaction est proche de celle des cahiers de lieux communs30. Ces notes de la version originale fournissent la transcription de documents entiers, de longues citations sur les sujets traités et des précisions sur l’étymologie des mots. Elles n’ont pour la plupart pas été traduites dans la « Notice », telle cette note où Casal, ayant parlé des carmes déchaussés, situe leur implantation et établissement dans le territoire en question. L’incorporation relève, a contrario, de l’introduction de notes, portant ou non l’indication « note du traducteur » ou « note de l’éditeur », qui offrent des traductions littérales du nom de plantes ou d’animaux, comme dans « (*) le Pau roxo veut dire bois violet31 »  ; des explications à propos de termes laissés en portugais dans le texte, comme « arraial » défini comme « (*) un endroit où se trouvent plusieurs habitations éloignées les unes des autres32 »  ; et des commentaires attribués à Denis ou Malte-Brun. En somme, ces opérations d’écriture liées à la traduction relèvent des contraintes éditoriales propres à la mise en article de la « Notice ». Comme l’espace typographique des Nouvelles Annales des Voyages doit être partagé entre plusieurs articles relevant de sections différentes, la transformation du chapitre de livre en « Notice » est favorable à l’intervention délibérée des acteurs du monde de la presse afin de sélectionner, définir, expliquer ou compléter.

  • 33 Ibid., p. 272.
  • 34 Jean-Baptiste Leblond, Voyage aux Antilles et à l’Amérique méridionale commencé en 1767 et fini en (...)

13S’il est difficile de se rendre compte des interpolations, des suppressions et des incorporations sans mettre en perspective le texte source avec sa traduction, les interventions visibles en tant que telles dans la « Notice » sont encore plus pertinentes pour appréhender les enjeux liés à sa parution sous forme d’article dans une autre langue et pour un autre public. Dans un passage où l’auteur mentionne le nom attribué par les Indiens purpurus à leur chef, une « note de l’éditeur » rappelle que ce peuple autochtone a été visité et décrit par « M. Leblond, médecin français33 ». Sans autre référence biobibliographique, cette mention renvoie de manière indirecte au récit de voyage de ce naturaliste dans les Antilles et en Amérique méridionale, paru en volume en 181334. Les Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire, alors dirigées par le seul Malte-Brun, en ont publié le prospectus en 1812, une annonce de parution en 1813 et une analyse en 1814, traces de l’engagement de la revue dans sa mise en disponibilité. Ainsi, cette intervention des éditeurs postule un lectorat connaissant l’existence des écrits de Leblond, le renvoie à sa description de ces indigènes et souligne en creux l’intérêt qu’il y aurait à la (re)lire à la lumière de la « Notice », en constituant un groupement textuel thématique au service d’une connaissance particulière. En outre, cette « note de l’éditeur » met en avant le rôle du réseau savant du journal dans la mise en circulation des savoirs géographiques et historiques par le biais d’un renvoi constant à ses publications dans la durée. Il reste à savoir ce que la Corografia Brasílica ajoute à cette somme de connaissances, relativement à d’autres récits connus sur cette partie de l’Amérique, ce qui apparaît plus clairement dans la traduction du chapitre consacré à la province du Matogrosso.

  • 35 Manuel Aires de Casal, op. cit., 1821, IX, p. 227.
  • 36 Ibid., p. 231.
  • 37 Cette expression désigne les savoir-faire des praticiens de la lecture lettrée dont les traces, s’a (...)

14Dans un passage portant sur les fleuves du Maranham, une « note du traducteur » évoque l’habileté des canotiers pour naviguer sur ces rivages, appuyée en partie sur l’expérience propre de Denis : « j’ai vu au Brésil des personnes (…) qui m’ont dit que35 (…)  ». Cette note signale que le traducteur, qui ne se confond pas avec l’auteur, a accumulé des savoirs lors de son séjour dans la région en question et qu’il est en mesure d’évaluer et de compléter la description fournie par la Corografia Brasílica. À la suite d’une référence à Pinzón, une autre « note du traducteur » revient sur l’opinion de Casal, réitérée à plusieurs reprises, selon laquelle le navigateur espagnol n’a pas découvert le territoire brésilien, et dit que l’argumentation du prêtre était convaincante, « victorieuse36 ». Cette note témoigne de la capacité de Denis à rendre compte de sa lecture, en appréhendant et en regroupant des moments forts de l’argumentaire de cet ouvrage, et à apprécier de manière critique ce dont il est question. Tandis que cette dernière note définit les compétences lettrées37 de Denis, lesquelles ne se restreignent pas à la seule maîtrise du portugais et du français, la première le qualifie comme un acteur dont l’expérience située et les savoirs spécifiques peuvent lui permettre de dépasser le statut de simple traducteur. Autrement dit, ces notes, insérées au sein d’un article sans médiation paratextuelle contraignante, accordent une grande visibilité au traducteur et à ce qu’il est capable de faire, au-delà de la seule traduction linéaire de deux chapitres d’un livre. En fait, cette double qualification est renforcée, nous semble-t-il, par la publication dans le même volume d’un compte-rendu de l’ensemble de l’ouvrage de Casal, signé du même Ferdinand Denis.

3. Le compte-rendu de Corografia Brasílica et la revalorisation du statut de traducteur

  • 38 Ferdinand Denis, « Corografia Brasílica, ou Relação Histórico-Geográfica do Reino do Brasil », Nouv (...)
  • 39 Ibid., p. 401.

15De caractère très général, ce compte-rendu s’ouvre sur le constat de l’inexistence jusque-là d’une description complète du Brésil, ce qui n’est pas le cas pour d’autres parties de l’Amérique. Il décrit la table des matières, soit l’organisation des chapitres portant sur chaque province, et fait des remarques critiques à propos de la rédaction du livre. Denis postule que « les personnes qui s’occupent de commerce ou de géographie », « les personnes qui ont voyagé » et « ceux qui parcourent des pays aussi peu connus » pourront « se diriger auprès d’un guide certain, sans perdre un temps précieux à recueillir des renseignements qui seront désormais à leur disposition38 » : c’est là tout l’intérêt de la Corografia Brasílica. Denis y déplore également la disparition malheureuse des tribus indigènes, le faible développement agricole du Brésil malgré la richesse de ses sols, et la quête acharnée d’or et de pierres précieuses qui, par l’espoir d’une fortune rapide, détourne « un trop grand nombre de personnes qui autrement s’appliqueraient à un genre d’industrie (…) offrant plus d’avantages directs à la masse générale39 ». Ces quelques considérations introduisent donc les principaux apports de ce livre et les avis de l’auteur du compte-rendu, c’est-à-dire ce que cette lecture lui suggère, compte tenu de ses expériences sur le terrain et de ses savoirs accumulés.

  • 40 Ibid., p. 402.
  • 41 Ibid.

16Parmi les remarques critiques, il est dit « que l’auteur n’y a point mis tout l’ordre dont il était susceptible », qu’ « il en parle, à ce qu’il nous semble, d’une manière bien peu satisfaisante pour ceux qui en ont fait une étude particulière », et que « le style est en général assez peu soigné40 ». Ces reproches témoignent non seulement de la capacité de Denis à identifier les limites de l’ouvrage, mais aussi de ses compétences lettrées pour identifier ce que l’on doit faire pour travailler les sujets et leur offrir une mise en forme plus achevée. Ainsi, sa lecture, telle que le compte-rendu nous la donne à voir, sert moins à proposer une vision d’ensemble de la Corografia Brasílica qu’à produire, dans l’espace limité du « Bulletin » et à la suite de la « Notice », de la distinction pour le traducteur qui paraît posséder ce qu’il faut pour devenir un auteur digne de ceux qui publient dans le journal. En effet, à la fin de son compte-rendu, il invite « les lecteurs » de la traduction des extraits parus dans ce même numéro à « juger le mérite de cette nouvelle chorographie41 » et, par conséquent, en creux, à évaluer la pertinence de ses propos et de son travail, qui va bien au-delà de la simple transposition linguistique.

4. La « Notice sur la province de Matogrosso », objet de pratiques intellectuelles savantes

17Parue dans le tome XI des Nouvelles Annales des Voyages en 1821, la « Notice sur la province de Matogrosso » est composée d’un préambule de deux pages, signé Malte-Brun, et de la traduction en continu de ladite notice, accompagnée des trois mêmes types de notes de bas de page. Le préambule justifie l’intérêt de l’article, en rappelant celui du précédent article paru dans le volume IX, et le met en relation avec des écrits concernant la région du Matogrosso parus sous forme d’extrait ou de commentaire de texte dans le journal. À la différence de la mise en article de la notice précédente, il n’y a pas d’attribution de la traduction, et la médiation de la lecture est renforcée par le paratexte introductif.

  • 42 Manuel Aires de Casal, « Notice sur la province de Matogrosso », Nouvelles Annales des Voyages, de (...)
  • 43 Ibid., p. 210.

18Signé Malte-Brun, le paratexte d’ouverture dit que cette « Notice » et celle sur les capitaineries du Para et du Solimoens fournissent la description complète de la partie intérieure du Brésil désignée par le nom de « Terre des Amazones » ou d’« Amazonie », qui était « presque entièrement inconnue », à l’exception de « la ligne parcourue par La Condamine, qui, en 1743, descendit l’Amazone en bateau » et « des parties du Matogrosso visitées par Mawe il y a vingt ans42 ». Il considère que cette description pourrait « être plus animée, plus intéressante  ; mais, telle qu’elle est, c’est un document géographique qui aurait perdu toute sa valeur, si nous en eussions élagué des détails que le géographe de profession y cherche de préférence43 ».

  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.

19De même, il ajoute avoir conservé les « détails historiques » qui « offrent un double intérêt », car ils renseignent le lecteur sur « l’espèce de guerre continuelle que les Portugais ont faite aux Espagnols » et « la méthode de colonisation portugaise », semblable à celle des « first-settler’s des États-Unis44 ». Enfin, Malte-Brun rappelle que la méthode de colonisation des missionnaires espagnols est décrite dans des articles traduits du Mercurio Peruano, un périodique péruvien de large diffusion dans l’Amérique hispanique au xixe siècle, parus dans les premiers volumes des Annales des Voyages. À ce sujet, Malte-Brun déclare que l’ « on doit comparer ces articles, ainsi que l’excellente Relation Historique du Voyage de M. de Humboldt45 » à ladite notice.

  • 46 Ibid.

20Ce paratexte permet la mise en contexte des morceaux traduits de la Corografia Brasílica et précise la lecture dont ils pourraient faire objet. D’emblée, nous constatons que le choix des chapitres portant sur le Para, le Solimoens et le Matogrosso a été motivé par l’intérêt suscité par une région du globe à propos de laquelle le lecteur disposait de peu de descriptions et que l’actualité politique justifiait désormais de mieux connaître. Cet intérêt se manifeste dans différents volumes des Annales des Voyages ou des Nouvelles Annales des Voyages depuis le début du xixe siècle, ainsi que dans d’autres publications à caractère naturaliste, comme la Relation abrégée d’un voyage fait dans l’intérieur de l’Amérique méridionale (1734) de La Condamine, évoquée à plusieurs reprises par Aires de Casal et citée dans ces deux périodiques. Les travaux de John Mawe sont aussi mentionnés dans la section « Revue des ouvrages publiés dans les dernières années en Angleterre sur la géographie » : les Voyages dans l’intérieur du Brésil, parus en 1816 chez Gide Fils, ont été traduits de l’anglais par Eyriès, éditeur du journal. La Corografia Brasílica, du fait de sa double nature historique et géographique, peut ainsi se prêter à la connaissance d’un sujet par un « géographe de profession46 », si bien que ce livre se retrouve à côté d’autres publications fortement distinguées dans le champ intellectuel à cette époque, à commencer par les œuvres de Humboldt. Autrement dit, les deux notices sont détachées d’un ouvrage et situées parmi un ensemble d’autres écrits savants européens portant sur l’Amazonie, de façon à produire de la valeur pour les savoirs mis au point par Aires de Casal et diffusés depuis le Brésil. De cette façon, la critique quant à l’écriture du prêtre est tout de suite nuancée par le constat fait de son exhaustivité, afin de renforcer sa valeur documentaire. Dans le cadre de cette opération éditoriale, nous remarquons également que la pratique de lecture à adopter est celle qui produit la connaissance d’un sujet par comparaison entre différents travaux. Si l’on suit les instructions fournies par Malte-Brun, on lira la « Notice sur la province de Matogrosso » afin de connaître la topographie, la botanique, la zoologie, l’histoire sociale, en somme l’ensemble des savoirs mis à disposition sur cette région par Aires de Casal (et relayé, en l’occurrence, par le journal), mais aussi afin de compléter, revoir et corriger ceux acquis par le biais de la comparaison avec d’autres textes, à commencer par ceux parus dans les Nouvelles Annales des Voyages.

  • 47 François Alvez do Prado, « Notice sur les Guaïcouros, ou Indiens cavaliers », Nouvelles Annales des (...)
  • 48 Manuel Aires de Casal, op. cit., 1821, XI, p. 248.

21La traduction de la « Notice » est à nouveau faite de façon linéaire et compte également de nombreuses interpolations, suppressions et incorporations. Afin d’éviter une analyse par trop semblable à celle menée ci-dessus, nous ne mentionnerons ici que les interventions immédiatement repérables, dans la mesure où elles permettent de déployer des opérations éditoriales concernant les enjeux d’une traduction en journal. Ainsi, à propos de la relation entre les colonisateurs et les Indiens guaycurús, une « note du traducteur » informe que toute une partie du chapitre contenant « des détails curieux » sur cette nation indigène a été supprimée, car une description plus complète est déjà à disposition des lecteurs dans la « Notice sur les Guaïcouros » de François Alvez do Prado, parue en 1819 dans la revue47, et que « ces documents sont parfaitement en rapport avec ceux que nous avons sous les yeux48 ». La suppression dans la traduction d’une dizaine de pages du livre d’Aires de Casal est légitimée par la comparaison entre deux écrits et le souhait d’éviter les redondances, du fait de leur complémentarité. Ainsi, cette manipulation du texte source est réalisée non plus en fonction de la traduction linéaire, mais à partir des connaissances repérées lors d’une recherche bibliographique. Se met alors en place un dispositif de publication par lequel la « Notice » est donnée à lire dans le cadre d’une lecture postulée savante, puisque cette pratique intellectuelle agit dans le cadre d’une série d’écrits publiés sur l’Amérique du Sud. Autrement dit, la revue intègre la traduction du chapitre de la Corografia Brasílica dans le cadre matériel du journal tout en la mettant en relation avec d’autres écrits déjà parus dans ce même journal. Si les actions antérieures de Denis montraient qu’il possédait ce qu’il faut pour devenir un auteur légitime dans ce journal, une telle intervention dans le texte source relève d’une pratique intellectuelle auctoriale et l’intègre un peu plus encore à la communauté des collaborateurs savants des Nouvelles Annales de Voyages.

22Conclusion : la traduction comme pratique d’écriture et opération éditoriale

23Les traductions de la Corografia Brasílica parues sous forme d’articles dans le Journal des Voyages et les Nouvelles Annales des Voyages permettent de saisir empiriquement des enjeux quant à la mise en disponibilité dans un autre média et par des acteurs impliqués dans la production éditoriale en France d’un livre rédigé au Brésil et imprimé par l’Imprimerie royale à Rio de Janeiro. Cette mise en disponibilité se fait dans le cadre d’une actualité de publication, à savoir la circulation d’écrits provenant de l’Amérique portugaise, plutôt que dans celui d’une actualité politique, en l’occurrence l’installation de l’appareil d’État portugais dans un territoire colonial. Nous pouvons constater des opérations de (re)contextualisation, soit par la littérarisation d’une partie devenue autonome et faisant corpus avec d’autres écrits, soit par l’appropriation délibérée de trois chapitres au service d’une connaissance singulière dont la construction est cumulative et collaborative. Outre ces mises en contexte, nous observons des opérations de qualification du périodique, par la mise en circulation de catégories définies d’écrits, des éditeurs, dont l’activité est liée à leurs pratiques savantes, et du traducteur, dont le statut est (re)travaillé au sein même de la traduction. Nous avons également constaté des opérations de production de distinction, surtout au bénéfice de Ferdinand Denis, et de valeur, ciblées sur les organes de presse en tant que tels. Signalons aussi ces opérations d’écriture — sélectionner, modifier, traduire, expliquer, compléter — qui donnent à voir ce que peut être la traduction en tant que pratique sociale d’écriture. Toutes ces opérations interviennent sur les extraits mis en article de l’ouvrage d’Aires de Casal et, de ce fait, la Corografia Brasílica et son auteur se retrouvent pris dans un circuit de diffusion d’écrits imprimés et dans un réseau de production de savoirs situés à l’intérieur d’un champ intellectuel transnational.

  • 49 La bibliographie sur Ferdinand Denis et ses liens avec le Brésil envisage ce devenir spécialiste co (...)

24Au sujet de Ferdinand Denis, notre analyse rend visibles ces pratiques d’écriture par lesquelles le jeune érudit construit son statut de traducteur au sein des périodiques et s’attribue des qualités qui sont celles d’un auteur savant. S’il est d’abord identifié par les périodiques comme un passeur d’écrits rédigés et imprimés depuis le Brésil, il montre — le verbe est délibérément choisi — ce qu’il est capable de faire en tant qu’homme de lettres à partir de son expérience sur place, de sa maîtrise du portugais et de ses savoirs bibliographiques. Ce faisant, il se fait une place dans le champ intellectuel français, comme traducteur voire comme « expert » de l’aire culturelle lusophone. On perçoit ainsi plus clairement comment Denis s’est imposé dès son retour en France comme le spécialiste d’un pays et d’une culture par le biais d’actions successives et convergentes mobilisant une série d’actes d’écriture49. Dès lors, son premier livre d’auteur, Le Brésil, ou histoire, mœurs, usages et coutumes des habitants de ce royaume (6 volumes), rédigé en collaboration avec Hippolyte Taunay et paru chez Alexandre Nepveu entre 1821 et 1822, propose une table des matières identique à celle de la Corografia Brasílica et témoigne de pratiques d’écriture, traduction y compris, qui prolongent ce qui était annoncé en filigrane dans son compte-rendu du livre d’Aires de Casal. Ce livre, dont la rédaction fut probablement concomitante à la traduction des extraits ici étudiés, fait donc écho aux Nouvelles Annales de Voyages, quand bien même le périodique n’en a pas fourni de compte-rendu.

  • 50 Sylvain Venayre, « Le voyage, le journal et les journalistes au xixsiècle », Le Temps des médias, (...)
  • 51 Buloz a même financé un séjour de George Sand avec Musset à Venise, afin qu’elle lui fournisse des (...)
  • 52 Pour deux approches distinctes de l’histoire des sciences sociales et de l’homme au xixe siècle, vo (...)

25En saisissant l’économie spécifique de ces actions situées, la micro-analyse des pratiques d’écriture et d’édition permet de traiter au plus juste de problématiques de plus grande ampleur, comme l’importance culturelle de la presse de voyages et le développement croisé des domaines savant et scientifique au début de l’époque contemporaine. La multiplication des récits de voyage dans la presse française au xixe siècle50 témoigne de l’intérêt suscité par ce type de pratique d’écriture, comme l’illustre la « Lettre inédite de Pedro Vaz de Caminha » et cette littérarisation d’un écrit du passé afin de satisfaire une demande du temps présent. De même, on considère autrement l’évolution du projet éditorial du périodique en question : une fois que le Journal des Voyages est devenu la Revue de Deux Mondes, surtout à partir de sa prise en charge par François Buloz en 1831, les récits de voyage publiés sont davantage le fait d’écrivains contemporains, comme George Sand51, et il n’est dès lors plus question de littérariser des écrits du passé. Dans le contexte de l’avènement des sciences sociales et humaines à compter du début du xixe siècle52, on a également vu comment des réseaux scientifiques se sont mis en place grâce à un véhicule de presse associant des thèmes de travail communs, des correspondants actifs et des écrits de nature variée dans un même espace imprimé. En outre, nous sommes désormais en mesure de préciser certaines pratiques intellectuelles mises en œuvre pour la production des Nouvelles Annales des Voyages et de définir, par contraste avec d’autres périodiques, celles qui ont pu renforcer le partage du domaine savant et la spécialisation disciplinaire. Enfin, ces cas d’étude montrent à quel point la mise en disponibilité par la traduction peut aboutir à des pratiques intellectuelles dont les enjeux sont tout à fait divers, bien qu’il s’agisse d’extraits issus d’un même livre, si bien qu’il convient de refuser l’apparente transparence d’une traduction pour l’interroger en tant que pratique d’écriture située dans le monde social.

Haut de page

Notes

1 Laurence Hallewell, O livro no Brasil : sua história, traduit de l’anglais par Maria Da Penha Villalobos, Lolio Lourenço de Oliveira et Geraldo Gerson de Souza, São Paulo, T. A. Queiroz, Edusp, 1985, p. 21-23.

2 Il n’y a pas d’étude systématique concernant ces écrits, si bien que nous nous appuyons sur des cas ponctuels qui renforcent cette hypothèse. Nous pensons notamment aux codex de poèmes satiriques et religieux portant le nom de Gregório de Matos Guerra, dont la circulation manuscrite est avérée entre les xviie et xixe siècles et dont l’impression s’est faite au milieu du xixe siècle. Voir : João Adolfo Hansen et Marcello Moreira (dir.), Poemas atribuídos a Gregório de Matos : Códice Asensio-Cunha, 5 v., São Paulo, Autêntica, 2014 ; et au poème épique A Viagem, daté de 1746 et attribué à Pedro de Santo Eliseu, dont le manuscrit a été découvert récemment : Milton Torres (dir.), A epopeia amazônica de Frei Pedro de Santo Eliseu : Viagem (1746), São Paulo, Edusp, Belém, Editora da Universidade Federal do Pará, 2015. Ajoutons également le Parnaso Brasileiro, ou Coleção das melhores poesias de poetas do Brasil (1829-1832), dirigé par Januário da Cunha Barbosa (1780-1846), qui a pour sous-titre « collection des meilleurs poèmes de poètes du Brésil, tant inédits qu’ayant été imprimés ». Ce recueil, premier de son genre, compile des poésies ayant circulé sous forme manuscrite, comme celles attribuées à Gregório de Matos, des poésies d’un auteur ayant circulé sous forme imprimée ou manuscrite, accompagnées d’autres inédites, comme celles de Silva Alvarenga, des poésies faisant l’objet d’une première publication, comme celles de Delfina Benigna da Cunha, et des poésies dont la présence matérielle se limite au recueil, comme celles de José Inácio da Costa O Capacho.

3 Ana Maria de Camargo et Rubens Borba de Moraes, Bibliografia da Impressão Régia, São Paulo, Rio de Janeiro, Edusp, Cosmos, 1993.

4 « onde se imprimam exclusivamente toda legislação, e papéis diplomáticos, que emanarem de qualquer repartição do meu Real Serviço; e se possam imprimir todas e quaisquer outras obras (...)  », extrait du Correio Brasiliense, n° 6, novembre 1808, p. 517.

5 Voir Maria Beatriz Nizza da Silva, « Livro e sociedade no Rio de Janeiro (1808-1821) », Revista de História, 1973, vol. 46, no 94, p. 441‑457.

6 Pour cet article, nous avons utilisé l’exemplaire appartenant à Ferdinand Denis, conservé à la Bibliothèque Sainte-Geneviève sous les cotes DELTA54096 (1) FA et DELTA54096 (2)  FA.

7 « (...) e conjuntamente me alentassem amigos inteligentes, e patriotas, receosos de que os meus trabalhos, e fadigas descessem comigo à sepultura », Manuel Aires de Casal, Corografia Brasílica, ou Relação historico-geográfica do Reino do Brasil, composta e dedicada a Sua Majestade Fidelíssima por um presbítero secular do Grão Priorado do Crato, Rio de Janeiro, Impressão Régia, 1817, v. 1, dédicace.

8 Parmi d’autres, Francisco Adolfo de Varnhagen fait référence à la Corografia Brasílica dans son ouvrage somme, l’História Geral do Brasil (1854-1857), même si c’est pour interroger l’authenticité des documents et des informations qui y sont compilés.

9 Ferdinand Denis (1798-1890) est auteur, à partir de 1821, de plusieurs ouvrages concernant la péninsule ibérique, les Amériques et le Brésil, en s’affirmant en tant que spécialiste d’histoire, de géographie et de littérature de l’aire lusophone. Pour un aperçu des premières années de son œuvre, voir Rafael Souza Barbosa, « Ferdinand Denis de 1798 a 1826 : breve biografia », dans Regina Zilberman (dir.), Resumo da História Literária de Portugal seguido do Resumo da História Literária do Brasil, Rio de Janeiro, Edições Makunaima, 2018, p. 11‑30.

10 Thomas Loué, « La revue », dans Dominique Kalifa, Philippe Régnier et Marie-Ève Thérenty (dirs.), La civilisation du journal - histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2011, p. 333-357.

11 Laura Péaud, La géographie, émergence d’un champ scientifique. France, Prusse et Grande-Bretagne (1780-1860), Lyon, ENS Éditions, 2016.

12 Sylvain Venayre, « La Presse de Voyages », dans Dominique Kalifa, Philippe Régnier et Marie-Ève Thérenty (dirs.), La civilisation du journal - histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2011, p. 465-480.

13 Aires de Casal donne la première version imprimée de cette lettre, conservée aux archives de la Torre do Tombo au Portugal, et dont une copie manuscrite est parvenue aux archives de la Marine Royale à Rio de Janeiro suite à l’arrivée de la famille royale au Brésil. Arnaldo Contier, « O descobrimento do Brasil através dos textos: edições críticas e comentadas », Revista de História, 1966, vol. 33, no 67, p. 209‑214.

14 Manuel Aires de Casal et Pedro Vaz de Caminha, « Lettre inédite de Pedro Vaz de Caminha, sur la découverte du Brésil », Journal des Voyages, Découvertes et Navigations Modernes, trad. fr. Ferdinand Denis, 1821, vol. 9, p. 157.

15 Ibid., p. 157.

16 Christophe Colomb, « Lettre de Christophe Colomb », Journal des Voyages, Découvertes et Navigations Modernes, trad. fr. Alexandre de Jonnes, 1820, vol. 5, p. 137-150.

17 Manuel Aires de Casal et Pedro Vaz de Caminha, op. cit., p. 157.

18 La notion de « passeur » ou de « go-between » recouvre plusieurs types d’agents qui, en circulant et en négociant entre deux ou plusieurs communautés, créent des liens de nature empirique (la circulation des biens, le métissage), rendent possible la communication (l’échange, les transactions, la conquête) et en produisent des représentations (les cartographes, les écrivains, les artistes). Son usage par les sciences sociales permet de mettre en exergue le rôle d’intermédiaire des agents, celui-ci n’étant pas préalablement donné et défini. Kapil Raj, « Go-Betweens, Travelers, and Cultural Translators », dans Bernard Lightman (dir.), A Companion to The History of Science, Chichester, Wiley Blackwell, 2016, p. 39‑57.

19 La notion de littérarisation recouvre toute procédure à la fois matérielle et symbolique susceptible de transformer un écrit de manière à lui procurer une valeur littéraire, dont l’attribution, dans l’univers des écrits, est toujours située et historiquement élaborée. Voir : Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, L’historien et la littérature, Paris, La Découverte, 2010, p. 35-46.

20 Le mot grec aisthesis renvoie à la perception sensorielle et cognitive du monde, c’est-à-dire à l’appréhension du réel par les sens comme par l’intelect. Cette notion est couramment employée dans le domaine des études littéraires, depuis la Poétique d’Aristote, et dans les travaux de Jacques Rancière.

21 Pour un aperçu des pratiques traductoires au début du xixe siècle, voir : Yves Chevrel, Lieven D’Hulst et Christine Lombez (dir.), Histoire des traductions en langue française : XIXe siècle (1815-1914), Paris, Verdier, 2012.

22 Manuel Aires de Casal et Pedro Vaz de Caminha, op. cit., p. 158.

23 Ibid., p. 159.

24 Ibid., p. 162.

25 Ibid., p. 188.

26 Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire, 1821, IX, page de titre.

27 Manuel Aires de Casal, « Notice sur les capitaineries du Para et Solimoens, au Brésil », Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire, trad. fr. Ferdinand Denis, 1821, IX, p. 209.

28 « Plusieurs espèces d’oiseaux inconnus sont retrouvées dans les autres provinces, dont les abeilles ne sont ni inconnues ni paresseuses », Manuel Aires de Casal, op. cit., 1817, p. 281.

29 Manuel Aires de Casal, op. cit., 1821, IX, p. 220-221.

30 Accompagnements indispensables de la lecture lettrée surtout à l’époque moderne, les cahiers de lieux communs présentent des fragments de textes lus, des traces des commentaires oraux sur ces textes, enfin, tout ce qui peut devenir une ressource pour la production d’écrits, en se substituant aux techniques anciennes des arts de la mémoire.

31 Ibid., p. 217.

32 Ibid., p. 235.

33 Ibid., p. 272.

34 Jean-Baptiste Leblond, Voyage aux Antilles et à l’Amérique méridionale commencé en 1767 et fini en 1802, Paris, A. Bertrand, 1813.

35 Manuel Aires de Casal, op. cit., 1821, IX, p. 227.

36 Ibid., p. 231.

37 Cette expression désigne les savoir-faire des praticiens de la lecture lettrée dont les traces, s’agissant du passé, sont généralement rencontrées parce qu’ils ont eux-mêmes écrit. Elle est par ailleurs fréquemment employée par Pierre Bourdieu et par Roger Chartier. Voir à ce sujet : Jean Hébrard, « L’autodidaxie exemplaire. Comment Valentin Jamarey-Duval apprit-il à lire », dans Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Payot, 2003, p. 29-78.

38 Ferdinand Denis, « Corografia Brasílica, ou Relação Histórico-Geográfica do Reino do Brasil », Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire, 1821, IX, p. 401-402.

39 Ibid., p. 401.

40 Ibid., p. 402.

41 Ibid.

42 Manuel Aires de Casal, « Notice sur la province de Matogrosso », Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire, trad. fr. Ferdinand Denis, 1821, XI, p. 209.

43 Ibid., p. 210.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 François Alvez do Prado, « Notice sur les Guaïcouros, ou Indiens cavaliers », Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire, 1819, III, p. 330-358.

48 Manuel Aires de Casal, op. cit., 1821, XI, p. 248.

49 La bibliographie sur Ferdinand Denis et ses liens avec le Brésil envisage ce devenir spécialiste comme un fait avéré, un acquis, sans l’interroger ou en faire un objet d’analyse en tant que tel. Notre perspective — développé tant ici qu’ailleurs — tient à comprendre sa trajectoire comme un ensemble et une suite de pratiques d’écriture situées, afin d’appréhender empiriquement la construction d’une carrière littéraire en France au xixe siècle. Pour des références fondatrices, voir : Georges Le Gentil, « Ferdinand Denis, Iniciador dos Estudos Portugueses e Brasileiros », Biblos, n°4, 1928, p. 293-323 ; Léon Bourdon, « Lettres Familières et Fragment du Journal Intime « Mes Sottises Quotidiennes » de Ferdinand Denis à Bahia (1816-1819)  », Brasília, 1958, n°X, p. 143-286 ; Ferdinand Denis, Os Maxacalis — edição crítica com introdução, notas e apêndice de Jean-Paul Bruyas, traduction de Maria Cecília de Moraes Pinto, São Paulo, Conselho Estadual de Artes e Ciências Humanas, 1979. Sur son rôle dans l’émergence de la littérature brésilienne, voir : Maria Helena Rouanet, Eternamente em Berço Esplêndido : a Fundação de uma Literatura Nacional, São Paulo, Siciliano, 1991; Ana Beatriz Demarchi Barel, Um Romantismo a Oeste: Modelo Francês, Identidade Nacional, São Paulo, Annablume, 2002 ; et les différents travaux de recherche de Regina Zilberman, dont sa traduction commentée du Résumé de l’histoire littéraire du Portugal, suivi du Résumé de l’histoire du Brésil sus-mentionnée.

50 Sylvain Venayre, « Le voyage, le journal et les journalistes au xixsiècle », Le Temps des médias, 2007, n° 8, p. 46-56.

51 Buloz a même financé un séjour de George Sand avec Musset à Venise, afin qu’elle lui fournisse des articles : George Sand et Alfred de Musset, Le Roman de Venise, composition, préface et notes de José-Luis Diaz, Arles, Actes Sud, 1999.

52 Pour deux approches distinctes de l’histoire des sciences sociales et de l’homme au xixe siècle, voir : Daniel Fabre et Jean-Marie Privat (dirs.), Savoirs romantiques. Une naissance de l’ethnologie, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2011 ; Johan Heilbron, Remi Lenoir et Gisèle Sapiro (dirs.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rafael Souza Barbosa, « Les enjeux de la traduction en tant que pratique d’écriture et opération éditoriale : la mise en disponibilité de la Corografia Brasílica (1817) par la presse française en 1821 », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 27 janvier 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/7033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.7033

Haut de page

Auteur

Rafael Souza Barbosa

Rafael Souza Barbosa est doctorant à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, rattaché au Centre de Recherches Historiques et membre du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire. rafaelsouzabarbosa@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals