Navigation – Plan du site
Recensions

Anne-Marie Thiesse, La Fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 2019, 448 p.

Sébastien Rozeaux

Texte intégral

  • 1 Antoine Lilti, Figures publiques. L'invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, coll. « L (...)

1Puisque le xixe siècle est celui de la fabrique des identités nationales, il est aussi celui de la fabrique de l’écrivain national, dont l’histoire est retracée dans l’ouvrage éponyme qu’Anne-Marie Thiesse a fait paraître en 2019 aux éditions Gallimard. Si la célébrité inédite des hommes de lettres et autres philosophes du siècle des Lumières est déjà remarquable au xviiie siècle, comme l’a établi Antoine Lilti1, le « siècle des nationalismes » s’incarne en particulier dans la personne de l’écrivain national (il sera ici peu question de femmes de lettres, soulignons-le), cet être double, hybride, parce qu’il se situe d’emblée « entre culture et politique, individualité créatrice et identité collective ». Depuis Herder à tout le moins, le grand écrivain, dont la singularité et le génie impressionnent, cristallise par ses écrits l’esprit, l’âme de la nation qu’il incarne. Tout au long des quatre parties qui composent l’ouvrage, Anne-Marie Thiesse retrace les trajectoires de ces écrivains dits nationaux, à partir du postulat que cette figure qui s’affirme dans l’espace public au xixe siècle depuis l’Occident acquiert, au prix de multiples « métamorphoses », une place majeure à l’échelle globale au xxe siècle et ce, jusqu’à nos jours.

2Ce nouvel opus s’inscrit dans une généalogie tout à la fois personnelle et collective. Personnelle en cela que ce livre vient prolonger des réflexions et des questionnements à l’œuvre depuis La création des identités nationales (Seuil, 1998), où il s’agissait déjà pour l’historienne d’interroger les processus de construction identitaire en Europe au xixe siècle dans une perspective transnationale, à l’heure du romantisme triomphant. Collective, également, car Anne-Marie Thiesse poursuit dans cet essai le dialogue avec ces historiens et littéraires dont les travaux ont permis de renouveler en profondeur l’histoire culturelle et celle du fait littéraire à l’époque contemporaine, depuis Roger Chartier en passant par Christophe Charle ou Alain Vaillant. Soulignons d’ailleurs ici l’immense travail de lecture bibliographique de l’historienne qui a repoussé plus loin encore les frontières de son objet d’étude afin d’en faire un véritable objet d’histoire globale : à l’ancrage dans l’historiographie française et, plus largement, européenne, ce livre ajoute une véritable attention à d’autres terrains plus lointains, depuis les États-Unis d’Amérique à la Chine, en passant par l’Afrique postcoloniale.

3La première partie de l’ouvrage, « Romantisme national », se présente comme un vaste tableau synthétique de ces savoirs accumulés par l’historiographie de la culture. Thiesse mobilise ici les concepts essentiels qui permettent de mieux définir et délimiter la place de l’écrivain dans cette histoire des constructions identitaires nationales au xixe siècle. En effet, il appartient à ces écrivains d’exhumer du passé les traces oubliées d’une Antiquité plus ou moins mythifiée, afin de conférer originalité et profondeur historique aux cultures nationales trop longtemps écrasées par le classicisme français. L’historienne montre l’ambiguïté de cette démarche, puisque les Frères Grimm sont tout à la fois scribes et écrivains lorsqu’ils éditent des contes pour enfants acceptables aux yeux du public lettré allemand. On retrouve des démarches similaires dans bien des pays d’Europe et d’Amérique, au prix d’une adaptation aux singularités des contextes : si les romans de la table ronde connaissent un grand succès en Grande-Bretagne, c’est vers l’histoire des peuples autochtones que se tournent les premiers romanciers états-uniens, à l’instar de Fenimore Cooper, afin de substituer aux preux chevaliers chrétiens la figure originale et américaine de l’ancêtre primitif et vaillant – selon une logique que l’on retrouve aussi en Amérique latine, signalons-le. Ce premier âge de l’écrivain national est marqué par la célébrité sans commune mesure de Walter Scott, dont Anne-Marie Thiesse rappelle à juste titre qu’il fut pendant de nombreuses décennies l’auteur le plus lu de toute l’Europe et des Amériques, et donc un modèle à suivre pour des générations de jeunes écrivains, à l’instar de Vigny, Balzac ou Victor Hugo en France, ou d’Alexandre Herculano, l’un des fondateurs du romantisme portugais.

4La deuxième partie de l’ouvrage revient plus précisément sur la nature double de l’écrivain national, figure paradoxale du singulier et de l’universel. La place centrale de l’écrivain national dans l’histoire culturelle au xixe siècle découle du nouveau statut alloué à la littérature, laquelle « devient nouvelle religion, au sens propre : ce qui relie les individus entre eux par des savoirs, des croyances, des jugements, des émotions et des intérêts partagés ». Dès lors, cet écrivain national compose une œuvre prolixe dont la diversité s’inscrit néanmoins dans cette entreprise collective d’inventaire des richesses et de la grandeur de la nation qu’il veut incarner.

  • 2 Emmanuel Fureix, "La mort de Victor Hugo, un deuil planétaire?", dans Patrick Boucheron (dir.), His (...)

5Et ce travail est dûment récompensé, puisque les panthéons dédiés aux héros de la nation, si caractéristiques du xixe siècle, accordent une large place aux écrivains, selon une logique qui profite autant aux grands génies de ce siècle qu’à ceux des siècles passés, exhumés par l’histoire littéraire : Anne-Marie Thiesse revient ici sur la canonisation de Dante au moment du Risorgimento ou celle de Camões en 1880 au Portugal, à l’occasion du 300e anniversaire de sa mort, tandis que le royaume traverse une crise politique et existentielle. Cet ancrage historique légitime aussi la célébration des génies contemporains, comme en témoignent tout particulièrement les funérailles nationales de Victor Hugo en 1885, dont on sait qu’elles eurent un immense écho médiatique à l’international2. Une telle consécration posthume peut d’ailleurs être l’objet de rivalités entre nations, comme il en va pour Gogol, cet écrivain que se disputent alors l’Ukraine et la Russie.

  • 3 Alain Vaillant, La Crise de la littérature. Romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, 2005.

6Au-delà de la figure romantique du génie national, le grand écrivain sait aussi défendre ses intérêts corporatistes, et Anne-Marie Thiesse rappelle que Victor Hugo a soutenu la création de l’Association littéraire et artistique internationale en 1878 à Paris, dont le combat pour la reconnaissance de la propriété littéraire et la signature de conventions diplomatiques est bien connu, avant même la création de l’union de Berne en 1886. Comme l’a montré Alain Vaillant dans ses travaux, les écrivains au xixe siècle s’inscrivent dans un système littéraire en pleine mutation, du fait du recul historique de la place du mécénat et de l’émergence d’une économie capitaliste du livre et de l’imprimé dans laquelle le public devient roi3. À tel point que certains grands écrivains vilipendent cette « littérature industrielle », par trop vulgaire, et préfèrent louer les mérites de l’art pour l’art – un choix qui, par sa radicalité et sa marginalité, vient nuancer le portrait de groupe de l’écrivain national, dont certains avatars ont ainsi vécu aux marges du système littéraire.

  • 4 Blaise Wilfert, Paris, la France et le reste… Importations littéraires et nationalisme culturel en (...)

7Dans la troisième partie de l’ouvrage, Anne-Marie Thiesse interroge la figure de l’écrivain national dans le contexte de l’essor des nationalismes, d’une part, et de la mondialisation culturelle, de l’autre. Ainsi l’importation littéraire peut-elle être envisagée positivement, que l’on pense par exemple à la construction d’une culture nationale juive laïque. Cette création ex nihilo suppose en effet de traduire en hébreu des œuvres du patrimoine littéraire universel afin de construire une langue, forger le goût des lecteurs et donner ainsi l’impulsion décisive pour une création littéraire originale. Mais l’on sait depuis les travaux de Blaise Wilfert4 que ces importations littéraires ont pu tout autant nourrir des craintes plus ou moins fantasmées dans les milieux intellectuels réactionnaires de la France de la Belle-Époque, accusées qu’elles sont de constituer une menace pour la littérature nationale – selon une rhétorique récurrente à l’époque romantique, au Portugal ou au Brésil par exemple, où les écrivains sont prompts à dénoncer la concurrence jugée néfaste des importations en provenance de France.

8Incarnation de la nation, l’écrivain joue un rôle tout particulier en contexte de guerre et de conflits internationaux. Dès le début du xxe siècle, les futuristes italiens ont contribué à l’émergence du fascisme, mouvement dont sauront profiter habilement certains écrivains comme Pirandello. Depuis Moscou, les communistes veulent faire de la littérature prolétarienne un étendard de la cause révolutionnaire, cependant que les nazis, dès leur accession au pouvoir, surveillent de près les écrivains afin de rompre avec la « culture de Weimar » et donner naissance à une littérature nazie. Ici, l’auteure prolonge ses réflexions jusqu’à la guerre froide, afin de montrer combien les écrivains, parce qu’ils sont devenus depuis le siècle passé une « institution », sont l’objet de tentatives plus ou moins réussies d’instrumentalisations de la part du politique, preuve de la persistance sur le temps long de cette figure dans l’histoire du xxe siècle. Celle-ci prend la forme particulière, en Allemagne nazie ou en URSS, de ces unions d’écrivains qui ont d’abord vocation à embrigader, expurger et contrôler le milieu littéraire, inféodé au politique.

9La quatrième partie, portant sur des temps plus contemporains, étudie la « mondialisation de l’écrivain national », lorsque les États-Unis acquièrent rang de grande puissance littéraire, sous l’impulsion du New Deal et de son Federal Writer’s Project. C’est aussi là qu’apparaît dans le cadre universitaire le creative writing, afin de former des auteurs à l’art du roman ou à l’écriture dramaturgique, rompant ainsi avec cet imaginaire hérité des siècles passés du génie singulier dont l’inspiration n’a que peu à voir avec le labeur universitaire.

  • 5 Benedict Anderson, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad (...)

10Dans le contexte singulier et d’une ampleur inédite des décolonisations, la littérature joue à nouveau un rôle majeur, à l’heure de lutter contre l’impérialisme et affirmer ainsi une souveraineté émancipée. En Afrique, la littérature négro-africaine hésite d’ailleurs depuis les années 1950 entre la construction d’identités strictement nationales, adossées à des États indépendants, et celle d’une nation littéraire supranationale, dans la mouvance de la négritude. Anne-Marie Thiesse souligne d’ailleurs que nombre de ces écrivains, à l’instar de Léopold Sédar Senghor, ont joué un rôle de premier plan dans le champ politique aux lendemains des indépendances. Mais de telles identités culturelles supranationales peinent toutefois à s’imposer malgré la mondialisation de la culture à l’œuvre, que l’on pense aux décolonisations en Afrique ou à la construction européenne, que l’historienne qualifie à raison de « communauté non imaginée », en reprenant ici la définition de la nation proposée par Benedict Anderson5.

11En conclusion, Anne-Marie Thiesse insiste sur le caractère mouvant de ces avatars de l’écrivain national à l’époque contemporaine, dont la pérennité tiendrait justement à sa capacité à s’adapter à la diversité des terrains et des temporalités. Et l’auteure de rappeler d’ailleurs que le statut d’écrivain national n’est jamais acquis définitivement, à partir de l’exemple d’Anatole France, cet écrivain si célébré au début du xxe siècle et si vite oublié ensuite. Dans cet ouvrage si riche et foisonnant, la démonstration de la dimension tout à la fois universelle et pérenne de l’écrivain national convainc le lecteur, à une réserve près. S’il semble légitime d’affirmer la contemporanéité de la figure de l’écrivain national, peut-être aurait-il fallu nuancer ce postulat en pesant le poids respectif des littératures dans un espace culturel en profonde mutation depuis le xxe siècle : celles-ci ne bénéficient plus en effet de cette même place hégémonique, lorsque s’affirment d’autres modalités de la création et de la diffusion que sont, en particulier, le cinéma, la radio, la télévision ou l’Internet. Or de telles mutations définissent également le cadre dans lequel l’écrivain est en capacité d’agir et de se faire entendre dans un espace culturel donné, qu’il soit national ou mondial, et la réputation dont il jouit : il n’est qu’à lire chaque année le classement des 50 personnalités préférées des Français, publié par le Journal du dimanche depuis 1988, pour voir que la figure de l’écrivain est reléguée loin derrière les chanteurs, acteurs, sportifs et autres célébrités du petit écran.

Haut de page

Notes

1 Antoine Lilti, Figures publiques. L'invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, coll. « L'épreuve de l'histoire », 2014.

2 Emmanuel Fureix, "La mort de Victor Hugo, un deuil planétaire?", dans Patrick Boucheron (dir.), Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil, 2018, p. 709-714. Voir aussi, pour un écho de ces funérailles depuis le Brésil : Sébastien Rozeaux, « L’agence Havas et l’actualité internationale dans la presse brésilienne (seconde moitié du xixe siècle) », Monde(s), 2019/2 (N° 16), p. 109-129. DOI : 10.3917/mond1.192.0109

3 Alain Vaillant, La Crise de la littérature. Romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, 2005.

4 Blaise Wilfert, Paris, la France et le reste… Importations littéraires et nationalisme culturel en France, 1885-1930, Thèse en histoire, Université Paris I Panthéon Sorbonne, 2003.

5 Benedict Anderson, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad. P.‑E. Dauzat, Paris, La Découverte, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Rozeaux, « Anne-Marie Thiesse, La Fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 2019, 448 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 27 janvier 2020, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/7219

Haut de page

Auteur

Sébastien Rozeaux

Sébastien Rozeaux est maître de conférences en histoire moderne et contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès, et membre de l’UMR 5136 FRAMESPA. Il est l'auteur de Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au xixe siècle (Le poisson volant, 2019). sebastien.rozeaux@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals