Navigation – Plan du site
Recensions

Ramón Villares, Terre de Galice. Histoire d’un finistère européen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, préface de Jean-François Botrel, traduit du galicien par Béatrice Pépin, révision et correction Christine Rivalan Guégo, 505 p.

Gérard Brey

Texte intégral

1En 1984, Ramón Villares, spécialiste d’histoire contemporaine et professeur à l’université de Saint-Jacques de Compostelle, publiait en galicien une synthèse d’histoire de la Galice. Constamment remis sur le métier, modifié et réédité, l’ouvrage paraît en français, sur la base de la dernière édition en galicien (Vigo, Galaxia, 2016). L’auteur y retrace l’évolution historique de la région depuis les débuts du peuplement de l’ancienne Gallaecia jusqu’à l’aube du siècle présent, en insistant sur les réalités démographiques, socio-économiques et culturelles qui ont façonné ce finistère. Chacun des neuf chapitres (dont quatre consacrés aux xixe et xxe siècles) est judicieusement prolongé par une « synthèse micro-historique » consacrée à une ville ayant eu un rôle significatif lors la période abordée dans le chapitre qui précède. L’ensemble est complété par des statistiques (démographie, émigration, résultats électoraux), une carte, un glossaire, une bibliographie, un index des personnes et un autre des lieux. Manque un préambule géographique, que le titre lui-même semblait pourtant annoncer.

2Le premier chapitre est consacré à « la formation de la Gallaecia », terme désignant sous l’empire romain la zone située entre la Lusitanie au sud et la Tarraconaise à l’est. Il s’agit d’un territoire plus vaste que la Galice actuelle, qui s’étendait jusqu’au Duero au sud et englobait une partie des Asturies et du Léon actuels à l’est. Les traces archéologiques y témoignent de la présence de l’homme depuis environ 120 000 ans avant J.-C. Ces premiers habitants ont cependant laissé trop peu d’ossements pour permettre de désigner les divers composants « d’une ethnie galicienne », selon l’expression de l’auteur, que l’on partagera ou non. Quoi qu’il en soit, se succèdent dans cet espace divers groupes qui se sédentarisent de façon parsemée et vivent d’une agriculture primitive (élevage, céréales, légumineuses), sans renoncer totalement à la chasse. C’est de l’extérieur que leur parvient la métallurgie, vers la fin du troisième millénaire : l’exploitation de quelques gisements d’étain et l’exportation de ses productions donnent naissance à une élite commerçante et militaire. D’autres éléments maîtrisant le fer, venus en deux vagues d’Europe centrale entre 950 et 650 avant J.-C., favorisent l’apparition de castros ou villages fortifiés faits de huttes, qui vont perdurer « plus de mille ans, avec toutefois des changements qui s’opérèrent après la conquête romaine. » Cette culture castrexa de la Gallaecia résulte de la fusion d’éléments autochtones et celtes (« même si le débat n’est pas tranché ») et s’est épanouie hors des frontières de la Galice du xixe siècle. Au milieu du xixe siècle, les inventeurs du celtisme, précurseurs du nationalisme galicien, se flatteront d’avoir eu des ancêtres si raffinés qu’ils maîtrisaient l’orfèvrerie et si entreprenants qu’ils érigèrent de « petites cités protohistoriques » et donnèrent essor au commerce d’objets en métal et en céramique. La longue conquête par les Romains de la Gallaecia (nom dérivé de celui de la tribu des Callaeci) est la dernière étape de la soumission de la péninsule à leur profit. La romanisation des habitants des castros suppose leur mise sous tutelle administrative, la constitution d’une nouvelle langue, l’intensification spectaculaire de l’extraction d’étain, d’argent et d’or, l’apparition de « nouvelles formes religieuses » qui ne font pas disparaître les anciennes, la création du régime des villae sur le modèle romain classique mais qui n’entraîne pas la disparition des castros, même si une partie des habitants les délaissent au profit de contrées plates et fluviales. Ainsi naît une « société galaïco-romaine » dans laquelle s’entremêlent éléments anciens et nouveaux. La romanisation apporte la ville : trois cités sont fondées à l’époque d’Auguste ; y réside le pouvoir administratif, militaire et plus tard épiscopal des conventus de Braga au sud, Astorga à l’est et Lugo au centre.

3Le deuxième chapitre court sur sept siècles, des prémices de la chute de l’Empire romain à l’avènement de la féodalité. L’implantation du christianisme s’opère, là comme en d’autres contrées, plus tôt dans les cités que dans les zones plus rurales, où très longtemps perdureront « les cultes et les traditions païennes ». Sont analysés de façon fine les querelles politico-religieuses, les affrontements entre Suèves et Wisigoths balançant entre arianisme et christianisme, le rayonnement de l’ascète Priscillien à la fin du ive siècle au sein de la population rurale et le rôle de l’évêque suève Martin de Braga au vie siècle. Cette période voit la transformation des villae romaines en villages, dont la richesse foncière est accaparée au détriment des paysans asservis ou vassalisés par une « minorité noble, composée de comtes, d’abbés ou d’évêques ». Une noblesse qui, au moment de la désintégration de la monarchie wisigothique au début du viiie siècle, se rallie à la monarchie régionale dite « asturienne », qui étend son autorité sur l’ancienne Gallaecia. Sont exposés les facteurs religieux, politiques et géopolitiques qui concourent au succès de la découverte du prétendu tombeau de Jacques le Majeur au début du ixe s. et du culte voué à celui qui devient vite le protecteur des Chrétiens contre les Musulmans, le Saint-Jacques pourfendeur de Maures, dont la présence épisodique dans le nord-ouest cantabrique ne laisse au demeurant presque aucune trace.

4Le chapitre 3 est consacré à l’âge d’or compostellan des xe-xiiie siècles. Non seulement Saint-Jacques attire les pèlerins européens et devient un des foyers les plus importants de la Chrétienté, mais la région entière connaît une vive croissance démographique, avec l’apparition de cités nouvelles, l’extension des surfaces cultivées, l’expansion du vignoble, du commerce, de l’artisanat et des arts. À la fin du xiie, apparaît le système du foro, qui va se généraliser dans la région et persister jusqu’à l’époque contemporaine. Il s’agit d’un contrat agraire entre un noble ou une institution religieuse et le paysan ; contrat qui « impliquait une relation de longue durée (éventuellement perpétuelle) entre les parties et stipulait le versement d’une rente (fixe ou proportionnelle, mais presque toujours en nature) ainsi que l’exécution d’une série de travaux que commandait un lien de vassalité. » Aux xive et xve siècles, ce lien de vassalité disparaît, mais pour le reste ce système de captation de la rente foncière sur le dos de la paysannerie va prévaloir jusqu’à la réforme agraire libérale du xixe siècle, et même au-delà, quoique sous une autre forme.

5La noblesse ecclésiastique domine alors, à l’image de l’évêque puis archevêque de Compostelle Diego Gelmírez, et les Cisterciens impulsent la fondation de monastères prospères. La richesse de l’Église est telle que cinq cathédrales et une multitude de petites églises romanes sortent de terre. La noblesse laïque, elle, reste divisée au point de ne pouvoir s’émanciper de la monarchie castellano-léonaise voisine malgré trois tentatives, ni éviter au début du xiie la naissance d’un royaume portugais, qui ampute la Gallaecia de l’ancien conventus de Braga.

6À cet âge d’or (du moins pour les classes dominantes) succède une période ponctuée par des épisodes de famine, des épidémies (« peste noire ») et, surtout, des conflits sociaux et politiques sanglants qui entraînent des mutations substantielles dans la société galicienne et ses rapports avec le pouvoir royal, dans le contexte d’unification de la Monarchie espagnole par les Rois Catholiques et de centralisation avec les souverains habsbourgeois. La pandémie qui touche surtout les campagnes et l’essor des artisans et commerçants en ville engendrent des tensions avec les propriétaires fonciers et le pouvoir seigneurial ecclésiastique. À la fin du xve siècle, l’insurrection des bourgs et des campagnes contre les seigneurs laïques ou ecclésiastiques embrase toute la région. En outre, l’ancienne noblesse est reléguée au second plan par une noblesse extérieure, à la suite des conflits dynastiques auxquels elle est contrainte de prendre part aux xiv et xve siècles ; soumise par le pouvoir royal, elle se fait courtisane. Le pouvoir royal met en place de nouvelles institutions chargées d’administrer ce « Royaume de Galice » sans roi, qui devait subsister sous ce nom jusqu’en 1833. Les institutions religieuses confient une grande partie de leurs terres régies par les foros à des petits nobles qui les sous-louent aux paysans avec lesquels ils établissent des contrats de « subforos (foros de deuxième degré) en multipliant les rentes par deux. » La langue galicienne, qui avait joui d’un grand prestige au xiiie siècle à la cour des rois chrétiens de la Péninsule, se voit restreinte à un usage oral, le castillan devenant progressivement la langue des élites dirigeantes. En ce bas Moyen Âge, la Galice, qui compte environ 1.300 kilomètres de côtes, commence à se tourner vers l’océan, et Pontevedra va durant trois siècles environ tirer sa prospérité de la pêche et du commerce maritime.

7Lors des plus de trois siècles qui courent des Rois Catholiques aux derniers soubresauts de l’absolutisme, la Galice n’est plus qu’un des multiples territoires composant la Monarchie impériale espagnole. En dépit des épidémies, sa population augmente, essentiellement dans les campagnes où elle réside alors à 93% environ. Cette croissance est particulièrement spectaculaire au xviiie grâce au maïs dont la culture s’est généralisée depuis 1630-1640, transformant le paysage jusqu’à aujourd’hui. La plante s’épanouit davantage sur le littoral que dans les zones intérieures, à l’inverse de la pomme de terre qui constitue également un apport nutritif considérable. Suivant un mouvement commun à toute l’Espagne, qui s’est d’ailleurs prolongé jusqu’à nos jours, la population galicienne se concentre de plus en plus le long du littoral. L’ancien système de bail de type foro et subforo continue d’assurer une stabilité aussi bien aux propriétaires qu’aux cultivateurs, mais il n’évite pas entre les uns et les autres des conflits dont Ramón Villares, fin spécialiste de ces questions, décortique les enjeux. Les fermages sont trop pesants et les exploitations bien trop minuscules (« entre deux et trois hectares sur la côte et de quatre hectares à l’intérieur », selon une estimation de 1804) pour pouvoir nourrir convenablement les familles. Faute de ressources suffisantes et malgré les revenus d’une industrie rurale domestique (essentiellement textile), nombre d’habitants doivent émigrer, de façon temporaire ou définitive, en particulier à partir du milieu du xviiie siècle. Cette hémorragie migratoire, qui affecte en particulier les zones plus pauvres de l’intérieur, se poursuivra, avec des flux et des destinations variables, jusque vers 1970.

8Les bénéfices considérables engrangés par les classes rentières ne permettent pas pour autant l’apparition d’initiatives commerciales ou industrielles d’envergure. En effet, le clergé destine ses revenus à l’entretien de ses membres, à la construction ou à la réfection d’églises et de monastères, ainsi qu’à l’assistance aux pauvres. La petite noblesse préfère construire et entretenir ses manoirs, assurer une formation à ses rejetons mâles ou se lancer dans la pratique de l’usure. La grande noblesse, enfin, gaspille ses revenus à la Cour. Bref, les plus-values dégagées par ce système foncier ne sont pratiquement jamais réinvesties dans d’autres activités productives, si bien que les agents du précapitalisme sont presque exclusivement originaires des Asturies (commerce en gros), de Catalogne (armateurs, pêcheries), du Pays basque (tanneries), de France (confection), d’Angleterre (textiles), voire du Portugal. À deux exceptions près : la création par l’État dans la baie du Ferrol de chantiers navals et d’arsenaux militaires, qui permet à l’Espagne de disposer vers la fin du xviiie siècle de la troisième flotte de guerre européenne. À l’aube du siècle suivant, c’est également l’État qui crée une autre industrie, peu spécialisée en l’occurrence, la manufacture des tabacs de La Corogne, qui fonctionnera de 1804 à 2002.

9En ouverture de son sixième chapitre, consacré au xixe siècle, l’auteur résume ce que fut, dans toutes ses acceptions, la révolution libérale pour ce finistère espagnol : « Certes, un vent nouveau soufflait sur la Galice, mais les structures héritées du passé pesèrent pendant une bonne partie du siècle comme autant d’inerties ». Tout d’abord, la région est affectée par les événements nationaux : invasion pendant les six premiers mois de 1809 par les troupes napoléoniennes, envoi de députés aux Cortes, naissance de la presse, luttes entre absolutistes majoritaires (noblesse intermédiaire, clergé et paysans) et libéraux (une partie de la noblesse, commerçants et artisans des villes). À l’échelle de l’Espagne entière, ces derniers l’emportent en 1839 et implantent un nouveau cadre institutionnel (monarchie censitaire pseudo-démocratique) et administratif (centralisme uniformisateur sur le modèle français), avec la création de « provinces » identiques à nos départements. En Galice, la réforme agraire libérale prend des modalités en partie différentes des autres régions, à cause du régime spécifique des foros et subforos. Les droits au bail changent de mains, passant de l’Église aux acheteurs (noblesse et bourgeoisie). Ces derniers perçoivent désormais les rentes payées par les petits exploitants, lesquels devront attendre une loi de 1926 pour pouvoir s’en affranchir et accéder à la pleine et entière propriété du sol. Mais les exploitations restent de très petite taille (une poignée d’hectares), les techniques de culture n’évoluent quasiment pas, les impôts augmentent et les tentatives industrielles échouent quasiment toutes. Beaucoup de gars des campagnes n’ont donc d’autre option que de chercher fortune ailleurs, en Espagne ou aux Amériques, vidant la région de ses forces vives : « En 1787, la population galicienne représentait 13,5% de la population espagnole ; ce pourcentage s’élève à moins de la moitié actuellement (en dessous de 6%) ». L’Argentine est la destination la plus fréquente, au point que l’auteur consacre une longue « synthèse micro-historique » à Buenos Aires, qu’il qualifie de « capitale de la Galice ». Ces émigrés gardent des liens forts avec leur communauté paysanne d’origine, envoient des subsides à leur famille qui peut ainsi s’affranchir définitivement du séculaire droit au bail et accéder à la propriété de la terre, outre qu’ils financent aussi nombre d’écoles et d’associations agricoles.

10À partir de 1880, l’industrialisation du secteur de la conserverie de poissons détrône en partie la pêche familiale traditionnelle, intensifie la commercialisation des produits halieutiques grâce à la connexion de la région au réseau ferroviaire national, stimule la création de chantiers navals civils et d’autres industries dérivées, modifie enfin les rapports sociaux sur les embarcations de pêche (aspect passé sous silence alors que le syndicalisme des marins-pêcheurs galiciens n’a rien d’anecdotique et que la grève générale du secteur de 1932 – signalée par l’auteur – ne fut pas un cas isolé). Au sein d’une société qui reste très largement dominée par le poids de la ruralité, du conservatisme politique, du clientélisme électoral, et où le déclin de la noblesse intermédiaire des hidalgos est inexorable à partir de la crise agricole de la fin du xixe, émergent dans les villes une bourgeoisie largement conservatrice et monarchiste, des professions libérales et des artisans sensibles au républicanisme et une classe ouvrière organisée par des militants socialistes ou anarchistes. Un sentiment d’identité propre, né avec le romantisme comme dans d’autres régions d’Europe, « s’invente une tradition » (selon la formule d’Hobsbawm) en faisant appel aux Celtes. De longues pages sont consacrées (trop peut-être pour le public auquel cette traduction est destinée) à l’évolution du « provincialisme » galicien vers le régionalisme puis le nationalisme. Progressiste ou réactionnaire selon les personnalités qui l’incarnent, ce mouvement galicianiste trouve ses porte-paroles parmi les professions libérales qui, faute de meilleure analyse, attribuent au « centralisme de Madrid » la misère et l’émigration dus en fait à la persistance du système de tenure de la terre (foros) et au retard industriel de la région. D’où les orientations et les préoccupations essentiellement populistes, agrariennes et culturelles du nationalisme galicien, au moins jusqu’en 1936. Celui-ci reste un mouvement essentiellement citadin jusqu’à la seconde République, lorsqu’une majorité de Galiciens approuve par référendum à la veille de la guerre civile un statut d’autonomie qui, en raison du coup d’État de juillet 36, ne put être mis en œuvre. Le galicianisme paiera lui aussi le prix de la répression franquiste, survivra dans la clandestinité et en exil, pour redevenir une force non négligeable mais non hégémonique électoralement, après que la Galice eut obtenu en 1980 son autonomie juridico-administrative, dans le cadre de l’État démocratique et autonomique espagnol dont les principes sont définis par la Constitution de 1978. L’ouvrage évoque les avatars du galicianisme pendant et après le franquisme, mais il omet de proposer un bilan des 35 ans de régime d’autonomie, ne serait-ce que dans le domaine linguistique et culturel, sans parler des autres « compétences ».

11À l’aube du xxie siècle, la ruralité marque encore fortement les paysages d’une région de 2,7 millions d’habitants où l’agriculture n’occupe cependant plus que 6% de la population active et où les deux tiers des actifs travaillent dans les services à la suite des transformations économiques traversées par la région depuis les années 1960.

12Avec le retour des libertés démocratiques et l’amélioration de l’enseignement universitaire depuis la fin des années 1970, la recherche historique espagnole a produit nombre d’ouvrages remarquables, ayant échappé malheureusement à l’attention des éditeurs français. Il faut le déplorer, et féliciter d’autant plus les Presses universitaires de Rennes d’avoir publié cette très riche synthèse, dans laquelle le lecteur trouvera (presque) tout ce qu’il souhaite savoir sur l’histoire de ce « finistère européen ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Brey, « Ramón Villares, Terre de Galice. Histoire d’un finistère européen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, préface de Jean-François Botrel, traduit du galicien par Béatrice Pépin, révision et correction Christine Rivalan Guégo, 505 p. », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 27 janvier 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/7249

Haut de page

Auteur

Gérard Brey

Gérard Brey est professeur à l'Université de Franche-Comté à Besançon.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals