Navigation – Plan du site
Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

« La parole est mon domaine sur le monde » : circulation et réception de l’œuvre de Clarice Lispector au Portugal

A palavra é o meu domínio sobre o mundo” : circulação e recepção da obra de Clarice Lispector em Portugal 
“Words are my Domain on the World”: Circulation and Reception of Clarice Lispector’s Work in Portugal
Natália de Santanna Guerellus

Résumés

Cet article a une double ambition : proposer un panorama de la bibliographie consacrée à la circulation et à la réception de l’œuvre de l’écrivaine brésilienne Clarice Lispector (1920-1977) à l’échelle internationale ; étudier ces deux phénomènes au Portugal où la question de la traduction n’a pas la même importance que dans d’autres pays. En ce sens, l’analyse se fonde sur deux catégories de documents différents, outre la bibliographie spécialisée : je pose tout d’abord un regard sur les publications de l’œuvre de Clarice Lispector au Portugal afin d’identifier les canaux de sa circulation, et j’analyse aussi les lectures de l’œuvre de Lispector au Portugal, avec une attention particulière pour la figure des médiateurs. Le travail prétend ainsi contribuer de manière originale à l’histoire transatlantique des écrits à partir du cas du Brésil, vu depuis le prisme d’un autre pays lusophone.

Haut de page

Texte intégral

Eu nasci para escrever. A palavra é o meu domínio sobre o mundo.

  • 1 Clarice Lispector, « Declaração de amor », Jornal do Brasil, 11/05/1968, p. 2.

Clarice Lispector1

  • 2 Je tiens à exprimer ma gratitude à Clara Rowland et Nuno Medeiros pour les échanges que nous avons (...)
  • 3 Clarice Lispector, Perto do Coração Selvagem, Rio de Janeiro, A Noite Editora, 1943.
  • 4 La France fut le premier pays européen à publier une traduction de Lispector en 1952, et l’un de (...)

1Clarice Lispector (1920-1977) est probablement l’écrivaine brésilienne la plus connue au Brésil et à l’étranger2. Son premier roman, Perto do coração selvagem3, est paru en décembre 1943 ; cependant, il faut attendre les années 1960 pour que le public universitaire, au-delà du cercle très restreint de la critique littéraire spécialisée, prenne enfin la mesure de l’importance de son œuvre au Brésil. Quant à l’intérêt des chercheurs pour la circulation et la réception de l’auteure à l’international, il est assez récent, puisque les premières études remontent aux années 19904. Les recherches menées dans ce cadre ont quelques caractéristiques communes, en particulier l’étude de la circulation et de la réception de l’œuvre de Lispector à travers l’analyse des traductions, à partir de recherches en traductologie, et de leur chronologie, ainsi que de la liste des maisons d’éditions ayant publié cette œuvre. De telles recherches analysent également les contrats d’édition et constituent un répertoire de traducteurs et de professeurs universitaires brésilianistes ayant étudié Clarice Lispector. Il est à noter que, si les livres de l’auteure sont commercialisés par différents éditeurs, les droits de publication ont été souvent achetés par une seule maison d’édition : Siruela en Espagne, les Éditions des femmes en France, Suhrkamp en Allemagne et Relógio D’Água au Portugal. Enfin, ces études portent d’abord sur des terrains européen et nord-américain, à partir de traductions en langue latine, en anglais et en allemand. Ce faisant, ces travaux ont permis de mieux comprendre la diffusion internationale de l’œuvre de Lispector, qui est exceptionnelle compte tenu du fait que la grande majorité de la production littéraire brésilienne n’a jamais été publiée hors des frontières du pays.

  • 5 Clarice Lispector participe au XIe Congrès de l’Institut International de Littérature Ibéro-amér (...)

2Trois facteurs principaux peuvent expliquer cet engouement hors norme. Le boom de la littérature latino-américaine entre les années 1960 et 1980, malgré la domination des auteurs de sexe masculin et hispanophones, ouvre de nouvelles perspectives à la littérature brésilienne d’avant-garde en Europe et dans les Amériques. Au Brésil, Lispector et Guimarães Rosa (1908-1967) sont les noms les plus souvent associés à ce moment singulier5.

  • 6 Cixous a beaucoup contribué à la diffusion de l’œuvre de Lispector dans les pays où ses propres œ (...)
  • 7 Sur les traductions des auteur.es brésilien.nes en Argentine, voir notamment : Gustavo Sorá, Trad (...)
  • 8 Lucilene Machado Garcia Arf, op. cit., p. 19.

3Une deuxième explication souvent avancée dans ces travaux pointe le rôle majeur de la critique littéraire féministe dans la diffusion de Clarice Lispector en langues française, anglaise et allemande. En effet, le féminisme français a établi une relation particulière avec l’œuvre de l’auteure brésilienne, notamment par l’intermédiaire d’Hélène Cixous, depuis la parution d’articles et de livres dès 19786. En revanche, signalons que la situation diffère en Espagne où, selon Lucilene Machado Garcia Arf, le nom de Lispector circule dès le début des années 1970 par le biais de traductions latino-américaines en provenance d’Argentine, du Chili et du Venezuela7. De telles circulations conduisent à une première diffusion internationale de son œuvre, quoiqu’encore modeste, liée plutôt à son identité latino-américaine8.

4Enfin, la critique littéraire étrangère spécialisée et les traducteurs de Lispector ont su mettre en évidence l’originalité du style de l’auteure par rapport à la littérature régionaliste brésilienne. Ce courant littéraire représenté par les œuvres de José Lins do Rêgo (1901-1957), Jorge Amado (1912-2001), Graciliano Ramos (1892-1953) ou Rachel de Queiroz (1910-2003), a bénéficié d’une diffusion internationale relayée par les études littéraires brésilianistes avant les années 1970, en lien avec une représentation folklorique du Brésil. À l’instar de l’œuvre d’un Machado de Assis au xixe siècle, l’œuvre de Lispector aurait ainsi échappé au carcan d’une littérature brésilienne tournée vers des problématiques nationales.

  • 9 Benjamin Moser, Clarice, uma biografia, São Paulo, Cosac&Naif, 2009.

5Je souhaiterais ajouter une quatrième raison au succès plus récent de Lispector par rapport à d’autres auteur.es brésilien.nes. Son internationalisation au cours des vingt dernières années est également redevable du projet éditorial de la maison Rocco au Brésil, des politiques de diffusion du gouvernement brésilien et de la publication de sa biographie par l’écrivain états-unien Benjamin Moser. Best-seller au Brésil lors de sa parution en portugais en 2009, cette publication empreinte actuellement les voies qui sont celles de l’internationalisation de l’œuvre de Lispector9.

  • 10 Quelques études se sont rapprochées du sujet : Catherine Dumas, « A propósito do sujeito feminino (...)
  • 11 Pour une synthèse récente et en français sur ce point, voir : Sébastien Rozeaux, Préhistoire de la (...)

6En construisant ce panorama de la circulation de Lispector en langue étrangère, j’ai pu constater cependant la rareté des études portant sur les différents pays de langue portugaise10. D’où l’envie de combler en partie ce vide, en étudiant la circulation et la réception de l’œuvre de Clarice Lispector au Portugal, un pays qui présente des relations particulières avec le Brésil11. Le travail, sous l’angle des similitudes et des spécificités de cette réception au Portugal, dialogue ainsi avec les recherches menées sur d’autres marchés éditoriaux d’Europe et d’Amérique du nord.

7À cette fin, j’identifierai dans un premier temps les circulations de l’œuvre de Lispector au Portugal, pour ensuite me pencher sur la réception de cette œuvre par le lectorat portugais, afin de mettre en lumière le rôle de certains médiateurs spécifiques. Ce faisant, je m’intéresserai à la circulation transatlantique des écrits, aux disputes au sein du marché éditorial en langue portugaise, à l’enseignement universitaire de la littérature brésilienne au Portugal et aux relectures au Portugal de l’œuvre d’une auteure brésilienne dont la réputation est devenue depuis universelle. Il me semble également fondamental d’analyser le rôle des médiateurs et les spécificités des contextes politiques lors de la parution des livres de Lispector, dans une perspective diachronique. En effet, certaines politiques d’État ont joué un rôle considérable dans les mutations du marché et du champ littéraires en langue portugaise.

1. Publier Clarice Lispector au Portugal

  • 12 Concernant l’histoire spécifique des relations linguistiques entre les deux pays, voir notamment (...)

8Soulignons d’emblée que le fait d’étudier un écrivain brésilien publié au Portugal n’autorise pas à passer outre la question de la « traduction ». Les variantes de la langue portugaise ont souvent posé des problèmes pour les éditeurs et les auteurs, et ce dans les deux pays12. Mais, au-delà des variations linguistiques, des différends se sont également manifestés au sein du système éditorial.

  • 13 Nuno Medeiros, O livro no Portugal Contemporâneo, Lisbonne, Outro Modo Cooperativa Cultural, 2018 (...)

9Le sociologue portugais Nuno Medeiros qualifie les années 1930-1960, soit une période marquée par les premières publications de Clarice Lispector, comme celle de l’« inversion des processus d’influence typographique » entre le Brésil et le Portugal13. Les éditeurs portugais, habitués à considérer le Brésil comme le principal débouché commercial de leurs livres, se confrontent alors à l’essor remarquable du marché éditorial brésilien, dans un contexte de profondes mutations économiques et politiques dans les deux pays. Au Portugal, l’État Nouveau salazariste contribue à la précarisation du marché éditorial national en pratiquant à grande échelle la censure et la répression intellectuelle et politique. La raréfaction des financements publics tournés vers le livre, le taux élevé d’analphabétisme et le maintien de pratiques artisanales dans la fabrication des écrits constituent autant d’obstacles à l’essor du marché portugais.

  • 14 Je fais ici référence à l’accord culturel luso-brésilien de 1941, entre l’État Nouveau brésilien et (...)
  • 15 Ces difficultés aboutissent à une reconfiguration des importations de livres étrangers au Brésil, (...)

10La circulation des imprimés entre les deux pays connaît également des difficultés, et ce malgré les tentatives de coopération bilatérale visant à relancer la vieille idée qu’il existerait une « unité idéologique luso-brésilienne14 ». Les problèmes de conversion monétaire liés à l’inflation galopante au Brésil rendent plus difficile encore l’exportation de livres par voie maritime, en particulier pendant la Seconde guerre mondiale15. Le non-paiement par la Banque du Brésil des sommes dues aux exportateurs portugais et les tensions entre les marchés éditoriaux lusophones liées à l’acquisition des droits en langue portugaise fragilisent un peu plus encore la circulation des imprimés entre les deux pays.

  • 16 Voir : Rony Márcio Cardoso Ferreira, « Traduzir pode correr o risco de não parar nunca : Clarice (...)

11De son côté, le Brésil approuve le 3 septembre 1948 le décret 25.442 qui entrave l’importation des ouvrages d’auteurs étrangers traduits ou édités au Portugal. Jusqu’à sa suspension en 1956, ce décret a bénéficié à toute une génération d’écrivains brésiliens qui ont perçu des revenus importants de la traduction, à l’instar de Clarice Lispector, traductrice depuis 1941 de plus de trente livres du français et de l’anglais vers le portugais16.

  • 17 Comme le souligne Carlos Mendes de Sousa, un tel enthousiasme ne se reproduit que dans les année (...)
  • 18 Laurence Hallewell, op. cit., p. 388.
  • 19 Jean-Claude Lucien Miroir, op. cit., p. 61-85.

12Perto do coração selvagem, le premier livre de Lispector publié au Brésil en 1943 et lauréat du prix Graça Aranha l’année suivante, fut accueilli avec enthousiasme par la critique littéraire brésilienne17. Cependant, suite à son mariage avec le diplomate Maury Gurgel Valente, Lispector part vivre en Europe et aux États-Unis pendant plus de quinze ans, ce qui contribua à l’éloigner du champ littéraire brésilien. Clarice Lispector avait également d’immenses difficultés à établir et signer des contrats d’édition satisfaisants au Brésil18. En outre, l’innovation stylistique qui est la sienne jurait avec les goûts littéraires dominants au Portugal. Tout ceci explique l’absence d’éditions portugaises des livres de Clarice Lispector avant 1961, bien que l’auteure ait toujours été très active dans la promotion de son œuvre à l’international19.

  • 20 Clarice Lispector, Correspondências, Rio de Janeiro, Rocco Digital, 2002, emplacement 560 [e-book (...)
  • 21 Les maisons d’édition Livros de Portugal et Edições Dois Mundos furent les fruits du travail d’un (...)
  • 22 Clarice Lispector, Correspondências. op. cit., emplacement 2663 [e-book]. L’exigence de Lispector (...)

13Ainsi, en août 1944, juste avant de rejoindre son mari en Italie, Lispector séjourne à Lisbonne où elle rencontre le diplomate et écrivain brésilien Rui Ribeiro Couto (1898-1963). Elle demande à ses sœurs restées au Brésil d’envoyer des exemplaires de son livre à la poète portugaise Natércia Freire (1920-2004), au critique littéraire João Gaspar Simões (1903-1987) et à l’écrivaine Maria Archer (1899-1982)20. Pourtant, il faut attendre 1961 pour qu’un de ses livres soit publié au Portugal par la maison d’édition Livros do Brasil. Celle-ci était la propriété de l’éditeur portugais Antônio Sousa Pinto, un personnage singulier dans le marché éditorial lusophone, reconnu pour son rôle dans les circulations transnationales. Il fonda trois maisons d’édition : Livros de Portugal en 1941, Edições Dois Mundos en 1942 à Rio de Janeiro et Livros do Brasil en 1944 à Lisbonne21. Le contact entre l’auteure et l’éditeur se fait par l’intermédiaire de Thiers Martins Moreira (1904-1970). Entre 1960 et 1962, ce dernier fut professeur invité à l’Université de Lisbonne et occupa la chaire d’Études brésiliennes, ce qui lui permit de participer à la publication de Lispector au Portugal, et de veiller à l’exigence faite par l’auteure que son texte conserve la langue portugaise dans sa variation brésilienne, sans aucune altération de la part de l’éditeur22.

  • 23 Bárbara Ribeiro Gonçalves, Letras brasileiras, papéis portugueses : Publicação e publicidade da lit (...)
  • 24 Documento Livros do Brasil : correspondance du 18 décembre 1961, 1fl. (CL/cp071). Archives de la (...)

14En 1961, Lispector avait déjà publié quatre romans et trois livres de contes, mais le choix de la maison d’édition Livros do Brasil se porte sur Perto do Coração Selvagem (1943), le premier roman de Lispector, celui qui sera le plus souvent réédité au Portugal. Notons d’ailleurs que la publication est alors interdite de circulation au Brésil, comme il est fait mention dans le livre. Dans le cadre de sa stratégie de promotion, Livros do Brasil publie alors une interview exclusive de l’auteure dans son Boletim Bibliográfico, ainsi qu’un essai sur le livre23. La même année, le critique portugais Taborda de Vasconcelos publie une recension dans le journal Comércio do Porto24. L’édition de Sousa Pinto ne comprenait ni préface ni postface, mais un simple rabat de couverture anonyme où il était écrit :

  • 25 « …Livros do Brasil tem a honra de apresentar em Portugal Clarice Lispector, um dos nomes mais pres (...)

Livros do Brasil a l’honneur de présenter au Portugal Clarice Lispector, l’un des noms les plus prestigieux de la fiction brésilienne contemporaine. En plus d’une capacité pénétrante d’analyse psychologique, cette illustre écrivaine maîtrise parfaitement l’usage d’une langue qui, modelée par la technique de Joyce et Virginia Woolf, acquiert dans son œuvre une force et une originalité expressives véritablement exceptionnelles25.

De Santanna Fig. 1

De Santanna Fig. 1

Couverture de Clarice Lispector, Perto do Coração Selvagem, Lisbonne, Livros do Brasil, 1961.

© Cliché Auteur, Bibliothèque Nationale du Portugal.

  • 26 Benedito Nunes, « Clarice Lispector ou o naufrágio da introspecção » in Colóquio Letras, nov. 70 (...)
  • 27 Voir le dos de la couverture de : Clarice Lispector, Perto do coração selvagem, op. cit., 1961.

15Les années 1960 marquent un tournant dans la trajectoire littéraire de Clarice Lispector. Selon Benedito Nunes, la réception de son œuvre au Brésil peut être divisée en deux phases : la première, entre 1943 et 1959, est caractérisée par une circulation restreinte aux critiques littéraires et à quelques écrivains. La seconde s’ouvre avec la publication du recueil de contes Laços de família en 1959, date à partir de laquelle Lispector, alors collaboratrice du Jornal do Brasil, attire l’attention du public universitaire et des lecteurs du journal26. En 1961, au Portugal, deux auteures sont éditées par Antônio Sousa Pinto chez Livros do Brasil, Clarice Lispector et Lygia Fagundes Telles. Parmi les quarante-sept ouvrages publiés depuis 1944 par cette maison, seize sont écrits par Érico Veríssimo, deux par Jorge Amado, dix par José Lins do Rêgo et cinq par Gilberto Freyre27. Et ces quatre auteurs sont alors identifiés au mouvement régionaliste brésilien.

  • 28 Mon hypothèse pour expliquer l’absence de nouvelles éditions de Lispector au Portugal après 1961 es (...)
  • 29 Base de Données du Portugal Contemporain [en ligne], mis en ligne s/d consultée le 01 avril 2019 (...)
  • 30 Laurence Hallewell, op. cit., p. 573.

16Après cette première parution, il faut toutefois attendre vingt-sept ans avant que la maison d’édition Círculo de Leitores, fondée en 1970, l’une des maisons d’édition portugaises les plus respectées, publie à nouveau Clarice Lispector au Portugal28. Proche des centres de recherche et des universités, Círculo de Leitores était liée par contrat à l’entreprise allemande Bertelsmann, la plus grande entreprise éditoriale d’Europe à cette époque. Dans le Portugal salazariste, dont la population comptait encore un quart d’analphabètes29, Círculo de Leitores présentait un ambitieux projet d’ « éducation littéraire » populaire en publiant des classiques de la littérature portugaise et mondiale. La maison d’édition fonctionnait comme un « club du livre » et elle éditait une revue promotionnelle destinée aux abonnés. En Espagne, au Portugal et au Brésil, les entreprises Bertelsmann ont investi également dans la vente à domicile. À la fin des années 1970, elles comptaient environ 360.000 abonnés au Portugal et plus de 500.000 au Brésil30.

17En 1988, Clarice Lispector n’est pas publiée comme une auteure brésilienne, mais comme une auteure au style unique, singulier. L’interprétation féministe de son œuvre, notamment à l’œuvre dominante en France, ne figure pas non plus dans les paratextes de cette deuxième publication. Le livre renforce au contraire l’image d’une écrivaine lusophone dont l’œuvre a une portée universelle. Cette deuxième édition de Perto do coração selvagem est introduite par Eduardo do Prado Coelho (1944-2007), critique littéraire et incarnation de la « nouvelle critique » au Portugal, professeur à l’Université Nova de Lisboa. L’ouvrage édité par Livros do Brasil et Círculo de Leitores contribue donc à la diffusion de l’œuvre de Clarice Lispector au Portugal, dans des cercles encore assez restreints.

  • 31 Les chiffres de l’import-export s’équilibrent plus ou moins à partir des années 1970. Laurence H (...)

18La question se pose de savoir si l’œuvre de l’auteure circulait alors au Portugal également par le biais d’éditions brésiliennes. Laurence Hallewell montre à cet égard que l’exportation de livres brésiliens vers le Portugal ne dépassa jamais la valeur des importations31. Par conséquent, il est difficile d’affirmer que les éditions brésiliennes de Clarice Lispector circulèrent à cette époque au Portugal hors des rares cercles intellectuels brésilianistes. L’accès à l’œuvre de Lispector semble ainsi restreint à un lectorat très étroit, comme c’était aussi le cas au Brésil :

  • 32 « Situemos melhor o público de Clarice Lispector [no Brasil]. Em meio à hegemonia artística de t (...)

Situons mieux le public de Clarice Lispector [au Brésil]. Alors que dominent sur le plan artistique certaines tendances littéraires mettant l’accent sur le social, le lecteur de notre écrivaine est celui qui consomme, dans les années 1960, la littérature d’avant-garde. Il est attiré par la problématisation radicale du langage et par la thématisation de motifs existentiels qui guident le travail artistique de Clarice Lispector. Ainsi, compte tenu de ce qu’étaient alors les caractéristiques du système de communication brésilien, ce lecteur disposait à tout le moins d’une formation universitaire32.

  • 33 Au sujet de la structure et de la mission de Relógio d’Água, voir : Mônica Álvares Rodrigues, Relat (...)
  • 34 Il faut souligner qu’au Portugal et au Brésil, les livres de poche n’ont pas la même importance dan (...)
  • 35 Lispector, Clarice, Laços de Família, Lisboa, Cotovia, 2006.
  • 36 Relógio d’Água, plutôt que de privilégier les lancements de livre, les conférences ou les présen (...)

19Un nouveau souffle se fait sentir au tout début du xxie siècle, qui ouvre une troisième phase de ces circulations, compte tenu de la popularité croissante de l’auteure au Portugal. Ce nouveau moment est caractérisé par le projet éditorial de Relógio d’Água, maison d’édition portugaise fondée en 1983. L’achat des droits sur les œuvres de l’auteure par cette maison est contemporain de la promotion de son œuvre au Brésil par les éditions Rocco. Relógio d’Água est l’une des plus importantes maisons d’édition aujourd’hui au Portugal, en dépit de sa taille modeste. Elle compte une dizaine de salariés et possède un catalogue de plus de 1300 ouvrages, allant de la poésie à la fiction en prose, traduits ou en langue portugaise, dans des genres variés comme le théâtre, les arts, la communication, la littérature de jeunesse, les sciences humaines, la philosophie, la musique, l’architecture ou le cinéma. On y trouve des auteurs brésiliens comme Carlos Drummond de Andrade, Manuel Bandeira et Cecília Meireles, dans le domaine de la poésie, et Clarice Lispector en prose. Relógio d’Água fonctionne également en établissant des partenariats avec d’autres maisons d’édition comme Assirio & Alvim et Cotovia33, notamment pour la publication de livres universitaires et de livres de poche34. C’est dans le cadre d’un tel partenariat que l’édition universitaire de Laços de Família par Cotovia35, postfacée par le professeur Carlos Mendes de Sousa, paraît successivement en 2006, 2008 et 201336.

De Santanna Fig. 2

De Santanna Fig. 2

Couverture de Clarice Lispector, Laços de Família, Lisboa, Cotovia, 2006.

© Cliché Auteur, Bibliothèque Nationale du Portugal.

20Les tentatives faites pour rencontrer les éditeurs de Rocco et de Relógio d’Água sont restées vaines jusqu’ici et je reste dans l’attente de certains éléments qui pourraient aider à élucider les connexions manifestes entre les projets éditoriaux de ces deux maisons d’éditions. À défaut, mon argumentaire se fonde ici sur trois séries d’indices probants : les deux maisons d’éditions utilisent des illustrations de l’artiste brésilienne Flor Opazio pour les couvertures de livres de Lispector. En outre, les deux publications posthumes les plus récentes de l’écrivaine, Todos os contos et Todas as crônicas, ont les mêmes couvertures et mises en page dans les deux pays. À quoi s’ajoute le fait que le blog de Relógio d’Água reproduit fréquemment des annonces de la maison Rocco au Brésil.

21Toutefois, si l’éditeur portugais utilise les dessins de Flor Opazio dans les livres pour enfants, il se différencie de la maison brésilienne Rocco pour ce qui est des publications de romans et de contes. Le choix du visage de Lispector en couverture constitue le fil rouge de ces publications : une dizaine de livres est ainsi accompagnée de différentes photographies de l’auteure, valorisant sa jeunesse, sa sensualité et sa beauté.

De Santanna Fig. 3

De Santanna Fig. 3

Couvertures des livres de Clarice Lispector (A hora da estrela, Lisbonne, Relógio d’Água, 2002 ; Laços de Família, Lisbonne, Relógio d’Água, 2012 ; O Lustre, Lisbonne, Relógio d’Água, 2012 ; Um sopro de vida, Lisbonne, Relógio d’Água, 2013).

© Relógio d’Água (images disponibles sur le site de l’éditeur : https://relogiodagua.pt/​ ?s =Lispector&post_type =product)

  • 37 « Relógio D’Água, Cotovia e Ecopy com bolsa para publicar autores brasileiros », Público [en lign (...)

22La maison d’édition portugaise fut aussi sélectionnée en 2011 par le gouvernement brésilien pour bénéficier d’une aide à la promotion des auteurs brésiliens dans les pays de la Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP37) : il s’agit d’une aide financière pour certaines publications. De plus, Relógio d’Água figure sur les listes du Plan national de lecture (PNL) établies par le gouvernement portugais à l’attention des professeurs de collèges et lycées. On y retrouve plusieurs titres de Clarice Lispector, dont des livres pour enfants, des contes et des romans :

Titre

Auteur

Maison d’édition

Année

A vida íntima de Laura

Clarice Lispector

Relógio d’Água

2017

O mistério do coelho pensante

Clarice Lispector

Relógio d’Água

2017

Quase de verdade

Clarice Lispector

Relógio d’Água

2017

A mulher que matou os peixes

Clarice Lispector

Relógio d’Água

2017

Clarice Lispector para meninas e meninos

Nádia Fink

Tinta-da-China

2018

A hora da estrela

Clarice Lispector

Relógio d’Água

2018

A paixão segundo GH

Clarice Lispector

Relógio d’Água

2018

Laços de Família

Clarice Lispector

Relógio d’Água

2018

Perto do coração selvagem

Clarice Lispector

Relógio d’Água

2018

  • 38 Plano Nacional de Leitura PNL 2027, mis en ligne s/d, consulté le 15 janvier 2018. http://www.pla (...)

Tableau 1 : Liste des livres sur/de Clarice Lispector recommandés par le PNL2027 pour les années 2017 et 2018 au Portugal38.

23 Force est de constater que Relógio d’Água joue désormais un rôle majeur dans la promotion de l’œuvre de Clarice Lispector au Portugal.

2. Lire Clarice Lispector au Portugal

24On compte aujourd’hui trente-deux notices au nom de Clarice Lispector-auteure dans la Base nationale de données bibliographiques au Portugal. C’est un chiffre moindre qu’en Espagne, qui en compte quarante-et-un, ou qu’en France, qui en recense quarante-deux :

Année de Publication

Titre

Maison d’Édition

Préface/postface

1961

Perto do Coração Selvagem

Livros do Brasil

-

1988

Perto do Coração Selvagem

Círculo de Leitores

Eduardo Prado Coelho

1990

Laços de Família

Relógio d’Água

Lídia Jorge

1990

Onde estivestes de noite

Relógio d’Água

-

1999

Uma aprendizagem ou o Livro dos Prazeres

Relógio d’Água

-

2000

Perto do coração selvagem

Relógio d’Água

-

2000

A paixão segundo GH

Relógio d’Água

-

2000

A maçã no escuro

Relógio d’Água

-

2002

A hora da estrela

Relógio d’Água

-

2004

A Descoberta do mundo

Indícios de Oiro

Carlos Mendes de Sousa

2006

Laços de Família

Cotovia

Carlos Mendes de Sousa

2006

Contos

Relógio d’Água

-

2008

Laços de família

Cotovia

Carlos Mendes de Sousa

2009

A cidade sitiada

Relógio d’Água

-

2011

Perto do coração selvagem

Relógio d’Água

-

2011

Perto do coração selvagem

Relógio d’Água

-

2012

Água viva

Relógio d’Água

-

2012

O lustre

Relógio d’Água

-

2012

Um sopro de vida

Relógio d’Água

-

2012

A vida íntima de Laura

Relógio d’Água

-

2012

A mulher que matou os peixes

Relógio d’Água

-

2013

Quase de verdade

Relógio d’Água

-

2013

O mistério do coelho pensante

Relógio d’Água

-

2013

A paixão segundo GH

Relógio d’Água

-

2013

A maçã no escuro

Relógio d’Água

-

2013

A descoberta do mundo

Relógio d’Água

-

2013

Uma aprendizagem ou o livro dos prazeres

Relógio d’Água

-

2013

Laços de Família

Cotovia

Carlos Mendes de Sousa

2014

A paixão segundo GH

Vista Alegre Atlantis

-

2016

Todos os contos

Relógio d’Água

Benjamin Moser

2018

Correio para mulheres

Relógio d’Água

-

2018

Todas as crônicas

Relógio d’Água

Marina Colasanti et Pedro Karp Vasquez

Tableau 2 : Registre d’ouvrages de Clarice Lispector sur la Base nationale de données bibliographiques du Portugal.

  • 39 João Gaspar Simões, « Considerações sobre uma Antologia de Contos de Escritores Novos do Brasil  (...)

25Afin de mieux historiciser la réception de Lispector au Portugal, il convient de distinguer trois moments, qui correspondent chacun au rôle clef joué par trois médiateurs. Le premier temps se caractérise par la publication de quelques textes de João Gaspar Simões, intellectuel et critique littéraire qui publia des deux côtés de l’Atlantique. Spécialiste de la littérature brésilienne contemporaine, il fut l’un des intellectuels portugais célébrant la transition opérée au Brésil entre une littérature régionaliste et une littérature brésilienne plus « universelle », préoccupée d’abord par « l’être humain39 ».

  • 40 ... « [Este livro traz] a introdução do monólogo interior sistemático na história do romance bras (...)
  • 41 João Gaspar Simões, « Clarice Lispector existencialista ou supra-realista ? », Letras e Artes : (...)
  • 42 « Com Clarice Lispector principiava a era do cosmopolitismo numa literatura em que dominara até ent (...)
  • 43 « Como irá reagir o leitor português diante deste romance tão alheio aos seus hábitos mentais ? Cla (...)

26João Gaspar Simões publie en 1945 au Portugal un premier article consacré à Perto do Coração Selvagem, dans lequel il affirme que ce livre introduit le « monologue intérieur systématique dans l’histoire du roman brésilien40 ». En 1950, Simões publie dans un journal au Brésil une analyse de Cidade Sitiada, ouvrage de Lispector publié en 1948 ; analyse dans laquelle il nuance sa définition du monologue intérieur chez Clarice Lispector et lui préfère l’idée d’une écriture partant du centre (du sujet) vers la périphérie (l’extérieur), reflet d’une « conscience conceptuelle du monde41 ». Le même article est repris en 1964 par Simões dans un livre où l’œuvre de Lispector est lue au prisme de l’existentialisme français. L’auteur affirme qu’ « avec Clarice Lispector s’ouvrait l’ère du cosmopolitisme dans une littérature dominée alors par le régionalisme du Nordeste42 ». Le critique littéraire s’interroge également sur l’intérêt que pourrait susciter aux yeux d’un lecteur portugais l’œuvre de Lispector : « Comment les lecteurs portugais réagiront-ils à ce roman si étranger à leur mentalité ? Clarice mérite d’être lue43. »

  • 44 Voir João Marques Lopes, O romance brasileiro do século XX no campo das revistas literárias port (...)
  • 45 Benjamin Moser, op. cit., p. 616-617.

27À ces premiers textes de Simões font suite des analyses plus systématiques qui paraissent au cours des années 1970, dans le cadre d’une deuxième phase de cette réception, qui se caractérise par le rôle joué par l’institution académique. Elle se manifeste principalement dans les pages de revues spécialisées en littérature telles que Colóquio Letras, publiée par la Fondation Calouste Gulbenkian. João Marques Lopes souligne le rôle majeur joué par la revue dans la constitution du champ des études littéraires brésilianistes entre 1971 et 1996 au Portugal. Clarice Lispector et João Guimarães Rosa sont alors les deux écrivains brésiliens les plus souvent mentionnés44. Nous avons en effet recensé six articles écrits par des auteurs brésiliens et portugais qui y abordent l’œuvre de Lispector. Parmi les Brésiliens, notons le nom du philosophe et professeur Benedito Nunes, qui s’impose comme le spécialiste de cette œuvre avec la publication en 1966 de O mundo de Clarice Lispector, puis en 1973 de Leitura de Clarice Lispector45.

28À ces écrits s’ajoute le rôle joué par Eduardo Prado Coelho dans la diffusion de l’auteure via la publication d’articles, de chapitres de livres et de l’introduction de Perto do coração selvagem en 1988 :

  • 46 « São diversos os caminhos para chegar a Perto do Coração Selvagem. Mas só encontraremos acolhime (...)

Les chemins sont divers pour arriver à Perto do Coração Selvagem. Mais nous ne nous sentirons accueillis par les pages de ce livre qu’à la condition de savoir lire à partir de Bach, de Dieu, ou de la nature abstraite des mots. Quand bien même une telle expérience se révélerait inattendue et définitivement sismique46.

29Prado Coelho propose ainsi une vision moins traditionnelle de cette œuvre, qui met en exergue l’expérience de la lecture :

  • 47 « Existe uma [autora] a que me sinto ligado por qualquer coisa que excede não apenas o Brasil, ma (...)

Il existe une auteure à laquelle je me sens lié par quelque chose qui outrepasse non seulement le Brésil mais aussi la littérature : je veux parler de Clarice Lispector. Car quand on lit Clarice, on entre dans une expérience sans retour (…). Devant Clarice j’ai ce que je me contente de ne pas comprendre47.

  • 48 Arnaldo Saraiva, « Literatura Brasileira », dans Eduardo Prado Coelho (dir.), idem.

30En 1982, Prado Coelho dirige un numéro du Jornal Expresso consacré au Brésil. Arnaldo Saraiva revient dans son article sur la genèse des études brésiliennes au Portugal depuis 1916 et accuse les reformes de l’éducation d’être responsables du manque d’intérêt pour celles-ci dans le système universitaire portugais, puisque les disciplines liées au Brésil (histoire et littérature) sont devenues optionnelles dans la plupart des formations universitaires48.

  • 49 Voir l’annonce sur le site de la RTP : « Obra de Clarice Lispector em debate na Casa Fernando Pesso (...)
  • 50 Carlos Mendes de Sousa, Clarice Lispector. Figuras da Escrita, Braga, Centro de Estudos Humanísti (...)

31Logiquement, la troisième phase de la réception de Lispector au Portugal correspond au dépassement de cet horizon universitaire. Je me fonde ici sur une étude de la presse portugaise contemporaine, et en particulier des journaux Público, Expresso et du magazine littéraire Jornal de Letras. Cette phase coïncide également avec le boom de Clarice Lispector au Portugal, lequel s’explique tant par la politique éditoriale de Relógio d’Água, en lien avec celle de Rocco au Brésil, que par la promotion par le gouvernement brésilien de Lispector au Portugal et par deux événements majeurs : la tenue d’un colloque en 2009 consacré à l’œuvre de l’écrivaine à la Casa Fernando Pessoa, à Lisbonne, en présence de spécialistes portugais et brésiliens49, et les célébrations en 2013 dans le cadre de l’année du Brésil au Portugal, marquées par l’exposition Clarice Lispector : a hora da estrela à la Fondation Calouste Gulbenkian, toujours à Lisbonne. Ce troisième moment est marqué par le rôle de premier plan joué par Carlos Mendes de Sousa, professeur à l’Université du Minho. Il est aujourd’hui reconnu, au Portugal comme au Brésil, comme l’un des plus éminents spécialistes de l’œuvre de Clarice Lispector, depuis la publication de sa thèse de doctorat en 2000 au Portugal, puis au Brésil50. Dans ce livre, Mendes de Sousa présente d’une manière intéressante la question de l’importance de la langue portugaise chez Clarice Lispector :

  • 51 « O território da literatura passará a ser para Clarice um horizonte de busca nascido da tensão ent (...)

Le territoire de la littérature deviendra pour Clarice un horizon de recherche, né de la tension entre un effet déterritorialisant et l’instauration d’un espace délimité par la langue à laquelle elle désire, de fait, appartenir51.

32En effet, une telle définition illustre le travail réalisé par Lispector à partir de ce matériau qu’est la langue portugaise :

  • 52 « O que eu recebi de herança não me chega. Se eu fosse muda, e também não pudesse escrever, e me pe (...)

Ce que j’ai reçu en héritage ne me suffit pas. Si j’étais muette et si je ne pouvais pas non plus écrire, et si l’on me demandait à quelle langue je voudrais appartenir, je dirais : l’anglais, qui est nécessaire et beau. Mais comme je ne suis pas née muette et que je pus écrire, il devint absolument clair pour moi que je voulais écrire en portugais. J’aurais même voulu ne pas apprendre d’autres langues, afin que mon approche du portugais soit vierge et limpide52.

  • 53 Il faut ici faire mention d’une initiative plus ancienne : Fernando Cristovão, « Clarice Lispecto (...)

33Je voudrais clore cette étude en abordant une dernière question, celle de l’intertextualité. En consultant les catalogues des thèses et des mémoires de master soutenus depuis 2000 dans les différentes filières de formation en études brésiliennes au Portugal, j’ai trouvé treize références à l’œuvre de Clarice Lispector. La question de l’auctorialité féminine acquiert désormais une place significative53. Cette thématique est souvent mise en œuvre dans des études de littérature comparée, entre l’œuvre de Lispector et celle d’autres écrivaines comme Katherine Mansfield, Virginia Woolf, Marguerite Duras, Inês Pedrosa, Adília Lopes ou Maria Teresa Horta.

  • 54 La professeure Ana Luísa Amaral (Université de Porto) coordonne le projet “Novas Cartas Portuguesas (...)

34Maria Teresa Horta (1937), est devenue une icône au Portugal en 1972, lorsqu’elle subit les foudres de la censure salazariste aux côtés de Maria Isabel Barreno et Maria Velho da Costa pour avoir publié le livre Novas Cartas Portuguesas54. Les trois auteures de ce livre alors perçu comme sulfureux furent jugées au cours d’un procès interrompu par la Révolution des œillets le 25 avril 1974. Le livre se transforme alors en symbole au Portugal et se trouve lié au mouvement de libération des femmes, même si ses auteures ne s’identifiaient pas nécessairement au féminisme.

  • 55 « Estou procurando, estou procurando. Estou tentando entender. Aconteceu-me alguma coisa que eu, pe (...)

35Maria Teresa Horta s’inspire de Clarice Lispector dans deux œuvres de fiction. Le conte Sem culpa paru en 2012 dialogue avec le conte Cem anos de perdão publié par Clarice Lispector en 1971. Et cette intertextualité est encore plus manifeste dans A paixão segundo Constança H, livre publié par Maria Teresa Horta en 1994, et dont le titre est une référence explicite au roman de Lispector A paixão segundo GH (1964). Horta ouvre son livre sur une citation de Lispector : « Je cherche, je cherche. J’essaie de comprendre. Me serait-il arrivé quelque chose à moi qui, parce que je n’ai pas su la vivre, en ai vécu une autre55 ? ». La référence peut servir à illustrer les thèmes de l’hallucination et de la folie présents dans le récit du personnage Constança :

  • 56 « Parece-nos, portanto, que ambas as romancistas, ao levar ao limite a indagação sobre as possibili (...)

Par conséquent, il nous semble que les deux romancières, en poussant à ses limites la recherche sur les possibilités ontologiques du langage, finirent par révéler un précepte socratique : « la prise de conscience de soi à travers la conscience de la signification des mots » aide les sujets à découvrir la « vérité d’eux-mêmes », nécessaire à leur évolution. Chez les deux romancières, la question du langage s’entrelace aux deux formes du désir dans une perspective platonicienne : le « désir-aspiration » et le « désir-appétit56 ».

36Le travail du langage, aux confins de la folie et de la mystique, dans une quête de vérité (Horta) ou du « neutre » (Lispector), caractérise ainsi les deux auteures, deux icônes littéraires féminines dans leur pays respectif.

37Clarice Lispector meurt le 9 décembre 1977, sans avoir pu observer de son vivant la diffusion internationale de son œuvre. Au Portugal, celle-ci commença à circuler au sein de groupes intellectuels et universitaires restreints, intéressés par le Brésil. À partir des années 2000, on la retrouve pourtant dans toutes les librairies du pays, grâce à l’effort conjoint de plusieurs acteurs majeurs : les gouvernements brésilien et portugais, sa maison d’édition, la presse et le milieu universitaire. L’auteure brésilienne qui avait poussé à son paroxysme la quête des limites du langage devient ainsi une écrivaine dont le nom est désormais familier pour le lectorat au Portugal.

38Conclusion

  • 57 Maria Marta Laus Pereira, « Aspectos da recepção de Clarice Lispector na França », Anuário de Liter (...)
  • 58 Thales Augusto Barreto de Castro, Um outro olhar sobre a literatura brasileira : Clarice Lispector (...)
  • 59 Lucilene Machado Garcia Arf, « Clarice Lispector e a difusão de sua literatura na Espanha », Olho d (...)
  • 60 Heloisa Gonçalves Barbosa, The virtual image : Brazilian Litterature in English Translation, thèse (...)

39Après avoir retracé les voies et la chronologie de l’internationalisation de l’œuvre de Clarice Lispector, je me suis intéressée à l’étude de la circulation de son œuvre au Portugal. L’édition des livres de l’auteure y a été plus tardive qu’en langue française et c’est seulement très récemment que celle-ci y a gagné en popularité. Au Portugal, et à l’exception de Perto do Coração Selvagem, cette œuvre a commencé à être publiée à partir des années 1990, alors qu’en France on trouvait déjà dans les librairies plus d’une dizaine de titres publiés57, sept en Allemagne58, six en Espagne59 et neuf en langue anglaise60. La lecture des articles scientifiques publiés sur l’auteure avant les années 2000 au Portugal ne révèle pas non plus une influence majeure de la lecture féministe promue par Hélène Cixous depuis la France, pourtant si importante pour comprendre la diffusion de Lispector en Allemagne, aux États-Unis ou en Angleterre. Il semblerait que l’échange scientifique se réalisait davantage entre pays lusophones jusqu’en 1990, plutôt qu’à partir de lectures empruntées à d’autres systèmes linguistiques ou d’autres réseaux académiques. Plus récemment toutefois, il est possible de constater au Portugal l’importance des théories féministes et de genre produites aux États-Unis et en France dans les études littéraires consacrées à Lispector.

40La circulation au Portugal de l’œuvre de Lispector est d’abord le reflet de ce dialogue régulier entre les champs littéraires brésilien et portugais, des politiques économiques affectant le marché du livre en langue portugaise, des stratégies de diffusion des maisons d’éditions détenant actuellement les droits d’auteur de Lispector, et de la politique culturelle menée par ces deux États. Suite aux initiatives prises par Relógio d’Água et le gouvernement brésilien au cours des années 2000, l’intérêt pour Lispector, jusque-là restreint aux cercles universitaires et brésilianistes au Portugal, grandit et son œuvre devient plus accessible.

41La réception de Lispector au Portugal est marquée par des phases qui pour chacune d’entre elle reflètent l’influence déterminante de trois intellectuels portugais : João Gaspar Simões, Eduardo Prado Coelho et Carlos Mendes de Sousa. Le fil rouge de leurs trois interprétations tient à la mise en œuvre d’une herméneutique de l’œuvre de Lispector qui s’affranchit du cadre national brésilien, justifiant ainsi sa promotion à l’intérieur d’un champ intellectuel et universitaire somme toute assez peu intéressé par la littérature brésilienne. En ce sens, les trois intellectuels portugais font office de médiateurs culturels. Aujourd’hui encore, les études brésiliennes au Portugal n’existent que grâce au travail des professeurs de cinq grandes universités à Lisbonne, Coimbra, Porto et Braga61.

42Ainsi, l’œuvre de Clarice Lispector circule au sein de cette complexe toile formée par les connexions multiples entre le champ littéraire, le marché du livre, le milieu universitaire, les médias et d’autres médiateurs au Portugal ; soit autant d’acteurs qui ont participé de diverses manières à promouvoir la dimension universelle de l’œuvre de cette écrivaine de langue portugaise.

Haut de page

Notes

1 Clarice Lispector, « Declaração de amor », Jornal do Brasil, 11/05/1968, p. 2.

2 Je tiens à exprimer ma gratitude à Clara Rowland et Nuno Medeiros pour les échanges que nous avons eus lors de l’élaboration de cette recherche, ainsi qu’à Mélanie Toulhoat et Sébastien Rozeaux pour leurs suggestions et commentaires pertinents sur ma contribution.

3 Clarice Lispector, Perto do Coração Selvagem, Rio de Janeiro, A Noite Editora, 1943.

4 La France fut le premier pays européen à publier une traduction de Lispector en 1952, et l’un des premiers à traduire son œuvre presque intégralement. Pour un panorama de la circulation de Lispector à l’échelle internationale, voir : Lucilene Machado Garcia Arf, « Clarice Lispector e a difusão de sua literatura na Espanha », Olho d’agua, 7, 2015, p. 17-29 ; Elena Carrera, « The Reception of Clarice Lispector via Hélène Cixous : reading from the Whale’s Belly », Modern Languages publication archive, 1999, p. 85-100 ; Thales Augusto Barreto de Castro, Um outro olhar sobre a literatura brasileira : Clarice Lispector em tradução alemã, São Paulo, FFLCH/USP, 2016 ; Vanessa Lopes Lourenço Hanes et Andréia Guerini, « Clarice Lispector traduzida e tradutora », Revista da Anpoll, 41, 2016, p. 172-183 ; Jean-Claude Lucien Miroir, « Clarice Lispector e seus tradutores : da fúria à melodia », O eixo e a roda, 2016, vol. 25, n° 1, p. 61-85 ; Maria Marta Laus Pereira, « Aspectos da recepção de Clarice Lispector na França », Anuário de Literatura 3, 1995, p. 109-125 ; Ana Amália Alves da Silva, « A recepção de Clarice Lispector nos periódicos acadêmicos britânicos : 1985-2013 », XVI Congresso Internacional Abralic, Belém, 2015.

5 Clarice Lispector participe au XIe Congrès de l’Institut International de Littérature Ibéro-américaine de l’Université du Texas en 1963, au cours duquel elle prononce une conférence sur la littérature d’avant-garde au Brésil.

6 Cixous a beaucoup contribué à la diffusion de l’œuvre de Lispector dans les pays où ses propres œuvres sont traduites et où elle a eu l’occasion de participer en tant qu’enseignante à des événements, cours magistraux ou congrès. Voir l’entretien avec Hélène Cixous, « Derrubamos o regime mas não tomamos o poder », RFI France [en ligne] mis en ligne le 24 avril 2018, consulté le 30 avril 2018. URL : http://br.rfi.fr/franca/20180419-entrevista-helene-cixous-maio-de-1968. Voir également Hélène Cixous, Vivre l’orange, Paris, Éditions des femmes, 1979.

7 Sur les traductions des auteur.es brésilien.nes en Argentine, voir notamment : Gustavo Sorá, Traducir el Brasil : una antropología de la circulación internacional de ideas, Buenos Aires, Libros del Zorzal, 2003.

8 Lucilene Machado Garcia Arf, op. cit., p. 19.

9 Benjamin Moser, Clarice, uma biografia, São Paulo, Cosac&Naif, 2009.

10 Quelques études se sont rapprochées du sujet : Catherine Dumas, « A propósito do sujeito feminino em literatura contemporânea : A paixão segundo GH de Clarice Lispector, A paixão segundo Constança H de Maria Teresa Horta, Sob o olhar de Medeia de Fiama Hasse Pais Brandão », Passages de Paris 1, 2005, p. 102-115 ; Joana Matos Frias, « Les Liaisons Dangereuses : Clarice Lispector e Portugal », Metamorfoses, Lisboa, Editorial Caminho, 2004 ; Maria Victoria Navas Sanchez-Elez, « Análise da relação existente entre Clarice Lispector e algumas escritoras portuguesas », Olho d’agua, 2015, vol. 7, p. 168-181 ; Ângela Beatriz de Carvalho Faria, « Durar é melhor que arder ? – A Via Crucis da paixão em Maria Teresa Horta e em Clarice Lispector », Litcult, 2015, [em ligne], mis en ligne le 30 janvier 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://litcult.net/2015/01/30/durar-e-melhor-que-arder-a-via-crucis-da-paixao-em-maria-teresa-horta-e-em-clarice-lispector-2/

11 Pour une synthèse récente et en français sur ce point, voir : Sébastien Rozeaux, Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au XIXe siècle, Aix-en-Provence, Le Poisson volant, 2019.

12 Concernant l’histoire spécifique des relations linguistiques entre les deux pays, voir notamment : Carlos Alberto Faraco, História sociopolítica da língua portuguesa, São Paulo, Parábola Editorial, 2016, p. 314-369.

13 Nuno Medeiros, O livro no Portugal Contemporâneo, Lisbonne, Outro Modo Cooperativa Cultural, 2018, p. 183-234.

14 Je fais ici référence à l’accord culturel luso-brésilien de 1941, entre l’État Nouveau brésilien et l’État Nouveau salazariste, qui fait suite aux conventions passées en 1922. L’accord voulait favoriser la diffusion des artistes et des écrivains brésiliens au Portugal, et vice versa. Laurence Hallewell, O livro no Brasil, São Paulo, Edusp, 1985, p. 280-281.

15 Ces difficultés aboutissent à une reconfiguration des importations de livres étrangers au Brésil, puisque le pays se tourne davantage vers les pays latino-américains et notamment l’Argentine. Laurence Hallewell, op. cit., p. 404.

16 Voir : Rony Márcio Cardoso Ferreira, « Traduzir pode correr o risco de não parar nunca : Clarice Lispector tradutora (um arquivo) » Belas Infiéis, vol. 2, 2013, p. 175-204.

17 Comme le souligne Carlos Mendes de Sousa, un tel enthousiasme ne se reproduit que dans les années 1960. Les romans publiés par l’auteure entre-temps ne furent ni complètement ignorés ni encensés par la critique littéraire au Brésil. Carlos Mendes de Sousa, Clarice Lispector : figuras da escrita, Minho, Universidade do Minho, Centro de Estudos Humanísticos, 2000. Sur la réception des premiers romans de Lispector au Brésil, voir les pages 57 à 106.

18 Laurence Hallewell, op. cit., p. 388.

19 Jean-Claude Lucien Miroir, op. cit., p. 61-85.

20 Clarice Lispector, Correspondências, Rio de Janeiro, Rocco Digital, 2002, emplacement 560 [e-book].

21 Les maisons d’édition Livros de Portugal et Edições Dois Mundos furent les fruits du travail d’une société formée par le jeune Sousa Pinto et deux éditeurs portugais expérimentés, propriétaires de sociétés d’éditions à Lisbonne et Porto : Pedro Ferreira de Andrade et Américo Fraga Lamares. Plus tard, Livros do Brasil est fondée par Sousa Pinto et son frère, Joaquim de Sousa Pinto. Le dialogue entre ces maisons d’éditions est rendu tangible du fait de l’existence d’éléments graphiques communs aux ouvrages publiés, dans la typographie, le style, les couleurs et la mise en page des livres. Voir : Nuno Medeiros, op. cit., p. 212 - 232.

22 Clarice Lispector, Correspondências. op. cit., emplacement 2663 [e-book]. L’exigence de Lispector était pertinente étant donné le fait qu’en 1955 l’écrivaine brésilienne Rachel de Queiroz se plaignit publiquement dans le magazine le plus populaire du Brésil, O Cruzeiro, de son éditeur portugais qui n’était autre que Sousa Pinto. Il avait exigé comme condition de publication de pouvoir « traduire » les livres de l’auteure en portugais du Portugal. En indiquant que cette langue était « um patrimônio tanto nosso quanto seu », Queiroz rejeta la proposition de l’éditeur. Voir : Rachel de Queiroz, « Carta de um editor português », O Cruzeiro, 10/09/1955, p. 114.

23 Bárbara Ribeiro Gonçalves, Letras brasileiras, papéis portugueses : Publicação e publicidade da literatura do Brasil nas páginas do Boletim Bibliográfico Livros do Brasil Lisboa (LBL), mémoire de Master en Édition de Textes, sous la direction de João Luís Lisboa, Universidade Nova de Lisboa, 2018, p. 78 et 82.

24 Documento Livros do Brasil : correspondance du 18 décembre 1961, 1fl. (CL/cp071). Archives de la Fondation Casa de Rui Barbosa, Rio de Janeiro.

25 « …Livros do Brasil tem a honra de apresentar em Portugal Clarice Lispector, um dos nomes mais prestigiosos da ficção brasileira contemporânea. A par de uma penetrante capacidade de análise psicológica, possui esta ilustre escritora o domínio perfeito da linguagem, que, modelada pela técnica de Joyce e Virginia Woolf, adquire na sua obra uma força e uma originalidade expressivas verdadeiramente excepcionais », in : Clarice Lispector, Perto do coração selvagem, Lisboa, Livros do Brasil, 1961, rabat de couverture. Les traductions du portugais vers le français sont de notre fait.

26 Benedito Nunes, « Clarice Lispector ou o naufrágio da introspecção » in Colóquio Letras, nov. 70, 1982, p. 13. Il est important de mentionner que le nombre d’étudiants au Brésil augmenta de 44.100 en 1950 à un million en 1975, dans un laps de temps qui coïncide avec le boom de Clarice Lispector dans les milieux académiques. Laurence Hallewell, op. cit., p. 576.

27 Voir le dos de la couverture de : Clarice Lispector, Perto do coração selvagem, op. cit., 1961.

28 Mon hypothèse pour expliquer l’absence de nouvelles éditions de Lispector au Portugal après 1961 est une certaine difficulté rencontrée par les brésilianistes dans le Portugal des années 1960 et 1970 pour promouvoir leur champ d’étude dans le contexte universitaire salazariste. Un nouveau souffle est possible lorsqu’Eduardo Prado Coelho entre au sein de l’université portugaise après la révolution des Œillets, car c’est lui qui relance la diffusion de la littérature brésilienne auprès du public portugais et qui écrit l’introduction à la deuxième édition de Perto do Coração Selvagem, en 1988.

29 Base de Données du Portugal Contemporain [en ligne], mis en ligne s/d consultée le 01 avril 2019. URL : https://www.pordata.pt/Portugal/Taxa+de+analfabetismo+segundo+os+Censos+total+e+por+sexo-2517

30 Laurence Hallewell, op. cit., p. 573.

31 Les chiffres de l’import-export s’équilibrent plus ou moins à partir des années 1970. Laurence Hallewell, op. cit., p. 296-297.

32 « Situemos melhor o público de Clarice Lispector [no Brasil]. Em meio à hegemonia artística de tendências literárias com ênfase no social, o leitor de nossa escritora é o mesmo que consome, na década de 60, literatura de vanguarda. Ele é atraído pela problematização radical da linguagem e pela tematização de motivos existenciais que pautavam o trabalho artístico de Clarice Lispector. Logo, nas condições do círculo comunicativo brasileiro, o leitor é também de nível universitário ». Benjamin Abdala Junior et Samira Youssef Campedelli, « Vozes da crítica », dans Clarice Lispector, A paixão segundo G. H., Benedito Nunes (éd.), Madrid, Allca XX, 1996 [1988], p. 297. 

33 Au sujet de la structure et de la mission de Relógio d’Água, voir : Mônica Álvares Rodrigues, Relatório de estágio na Relógio d’Água, mémoire de Master en Édition de Texte, sous la direction de Rui Zink, Universidade Nova de Lisboa, 2013, p. 13-14 ; Francisco Vale, Autores, editores, leitores, Lisboa, Relógio d’Água, 2009.

34 Il faut souligner qu’au Portugal et au Brésil, les livres de poche n’ont pas la même importance dans le marché éditorial que dans d’autres pays, comme en France. Les marchés lusophones présentent une très grande variété en matière de production du livre (taille, typographie, couverture, couleurs, visuel, qualité du papier, etc.).

35 Lispector, Clarice, Laços de Família, Lisboa, Cotovia, 2006.

36 Relógio d’Água, plutôt que de privilégier les lancements de livre, les conférences ou les présentations pour optimiser ses ventes, préfère opérer par réseau et envoyer d’abord ses nouvelles parutions aux médias. Au Portugal, la parution des livres de Lispector fut accompagnée des commentaires critiques de la RTP, la TSF et des journaux Público, Expresso, Jornal de Letras, Agenda Cultural de Lisboa, etc.

37 « Relógio D’Água, Cotovia e Ecopy com bolsa para publicar autores brasileiros », Público [en ligne], mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 30 mai 2018. URL : https://www.publico.pt/2012/10/30/culturaipsilon/noticia/relogio-dagua-cotovia-e-ecopy-com-bolsa-para-publicar-autores-brasileiros-1569420

38 Plano Nacional de Leitura PNL 2027, mis en ligne s/d, consulté le 15 janvier 2018. http://www.planonacionaldeleitura.gov.pt/data/listas/58_Todas%20as%20listas_2017.pdf et http://www.pnl2027.gov.pt/np4/%7B$clientServletPath%7D/?newsId=230&fileName=Livros_recomendados_PNL_1_semestre_2018.pdf. Voir également : Taís Facina, Autores brasileiros em terras portuguesas : relação entre Brasil e Portugal no mercado editorial na atualidade, mémoire de Master en Édition de Textes, sous la direction de Rui Zink, Universidade Nova de Lisboa, 2018.

39 João Gaspar Simões, « Considerações sobre uma Antologia de Contos de Escritores Novos do Brasil », A manhã – Letras e Artes, 16/07/1950, p. 2.

40 ... « [Este livro traz] a introdução do monólogo interior sistemático na história do romance brasileiro ». L’original du texte publié par João Gaspar Simões dans la presse portugaise en 1945 n’a pas été trouvé, mais Ribeiro Couto y fait référence. Voir : Correspondance de Ribeiro Couto à Clarice Lispector, Lisbonne, 29/07/1955, 2fl. (CL/cp 030). Archives de la Fondation Casa de Rui Barbosa (Rio de Janeiro).

41 João Gaspar Simões, « Clarice Lispector existencialista ou supra-realista ? », Letras e Artes : suplemento de A manhã, n° 179, 1950, p. 1.

42 « Com Clarice Lispector principiava a era do cosmopolitismo numa literatura em que dominara até então o regionalismo nordestino ». João Gaspar Simões, Literatura, literatura, literatura... : de Sá de Miranda ao Concretismo Brasileiro, Lisbonne, Portugália Editora, 1964, p. 313.

43 « Como irá reagir o leitor português diante deste romance tão alheio aos seus hábitos mentais ? Clarice merece ser lida ». João Gaspar Simões, op. cit., 1964, p. 316.

44 Voir João Marques Lopes, O romance brasileiro do século XX no campo das revistas literárias portuguesas : o caso da Colóquio Letras (1971-1996), thèse de doctorat en Études brésiliennes, sous la direction de Vânia Pinheiro Chaves et Paulo de Medeiros, Lisbonne, Université de Lisbonne, 2012.

45 Benjamin Moser, op. cit., p. 616-617.

46 « São diversos os caminhos para chegar a Perto do Coração Selvagem. Mas só encontraremos acolhimento nas páginas deste livro se o soubermos ler a partir de Bach, Deus, ou da natureza abstrata das palavras. Mesmo que uma tal experiência se revele inesperada e definitivamente sísmica ». Eduardo do Prado Coelho, « Clarice : o mistério explica mais do que a claridade », dans Clarice Lispector, Perto do coração selvagem, Lisbonne, Círculo de Leitores, 1988, p. VIII.

47 « Existe uma [autora] a que me sinto ligado por qualquer coisa que excede não apenas o Brasil, mas a literatura : falo de Clarice Lispector. Porque, quando se lê Clarice, entra-se numa experiência sem regresso (...). Tenho diante de Clarice o que me basta de não entender ». Eduardo Prado Coelho, « Clarice Lispector : o instante em que ela é », dans Eduardo Prado Coelho (dir.), Especial Brasil, Jornal Expresso, 18/02/1984, p. 42.

48 Arnaldo Saraiva, « Literatura Brasileira », dans Eduardo Prado Coelho (dir.), idem.

49 Voir l’annonce sur le site de la RTP : « Obra de Clarice Lispector em debate na Casa Fernando Pessoa » :

https://www.rtp.pt/noticias/cultura/obra-de-clarice-lispector-em-debate-na-casa-fernando-pessoa_n211451

50 Carlos Mendes de Sousa, Clarice Lispector. Figuras da Escrita, Braga, Centro de Estudos Humanísticos – Universidade do Minho, 2000 ; Carlos Mendes de Sousa, Clarice Lispector. Figuras da Escrita, Rio de Janeiro, Instituto Moreira Salles, 2012.

51 « O território da literatura passará a ser para Clarice um horizonte de busca nascido da tensão entre o efeito desterritorializador e a instauração de um espaço nos próprios limites da língua a que deseja, de fato, pertencer ». Carlos Mendes de Sousa, Clarice Lispector. Figuras da Escrita, Braga, op. cit., p. 32.

52 « O que eu recebi de herança não me chega. Se eu fosse muda, e também não pudesse escrever, e me perguntassem a que língua eu queria pertencer, eu diria : inglês, que é preciso e belo. Mas como não nasci muda e pude escrever, tornou-se absolutamente claro para mim que eu queria escrever em português. Eu até queria não ter aprendido outras línguas : só para que minha abordagem do português fosse virgem e límpida ». Clarice Lispector, « Declaração de amor », op. cit., p. 2.

53 Il faut ici faire mention d’une initiative plus ancienne : Fernando Cristovão, « Clarice Lispector ou a estética da inevitável ruptura », Revista Cadernos de Literatura, 1980, n° 6, p. 61-72.

54 La professeure Ana Luísa Amaral (Université de Porto) coordonne le projet “Novas Cartas Portuguesas, 40 Anos Depois », cadre dans lequel des documents ayant trait à cette polémique ont été mis en ligne sur le site suivant : http://www.novascartasnovas.com.

55 « Estou procurando, estou procurando. Estou tentando entender. Aconteceu-me alguma coisa que eu, pelo fato de não a saber como viver, vivi uma outra ? » dans Clarice Lispector, A paixão segundo G. H., Rio de Janeiro, Rocco, 1998, p. 11.

56 « Parece-nos, portanto, que ambas as romancistas, ao levar ao limite a indagação sobre as possibilidades ontológicas da linguagem, acabam por revelar um preceito socrático : “a tomada de consciência de si através da consciência da significação das palavras” ajuda os sujeitos a descobrir a “verdade de si mesmos”, necessária ao seu crescimento. Em ambas as romancistas, a questão da linguagem entrelaça-se com as duas formas de desejo, na ótica platônica : o “desejo-aspiração” e o “desejo-apetite ». Ângela Beatriz de Carvalho Faria, op. cit. [en ligne].

57 Maria Marta Laus Pereira, « Aspectos da recepção de Clarice Lispector na França », Anuário de Literatura 3, 1995, p. 109-125.

58 Thales Augusto Barreto de Castro, Um outro olhar sobre a literatura brasileira : Clarice Lispector em tradução alemã, São Paulo, FFLCH/USP, 2016, p. 40-41.

59 Lucilene Machado Garcia Arf, « Clarice Lispector e a difusão de sua literatura na Espanha », Olho d’agua, , vol. 7, 2015, p. 17-29.

60 Heloisa Gonçalves Barbosa, The virtual image : Brazilian Litterature in English Translation, thèse de doctorat en Comparative Cultural Studies, The University of Warwick, 1994, p. 15-18.

61 Voir le site du réseau de professeurs brésilianistes au Portugal : https://ebpor.wordpress.com/a-rede/. Voir également l’entretien avec le professeur Abel Barros Baptista dans Opiniães : Revista dos alunos de literatura brasileira, Université de São Paulo, n° 13, 2018, p. 43.

Haut de page

Table des illustrations

Titre De Santanna Fig. 1
Légende Couverture de Clarice Lispector, Perto do Coração Selvagem, Lisbonne, Livros do Brasil, 1961.
Crédits © Cliché Auteur, Bibliothèque Nationale du Portugal.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/7284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre De Santanna Fig. 2
Légende Couverture de Clarice Lispector, Laços de Família, Lisboa, Cotovia, 2006.
Crédits © Cliché Auteur, Bibliothèque Nationale du Portugal.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/7284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre De Santanna Fig. 3
Légende Couvertures des livres de Clarice Lispector (A hora da estrela, Lisbonne, Relógio d’Água, 2002 ; Laços de Família, Lisbonne, Relógio d’Água, 2012 ; O Lustre, Lisbonne, Relógio d’Água, 2012 ; Um sopro de vida, Lisbonne, Relógio d’Água, 2013).
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/7284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natália de Santanna Guerellus, « « La parole est mon domaine sur le monde » : circulation et réception de l’œuvre de Clarice Lispector au Portugal », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 27 janvier 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/7284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.7284

Haut de page

Auteur

Natália de Santanna Guerellus

Natália de Santanna Guerellus est ATER à l’Université Lyon 3 Jean Moulin, docteure en Histoire et vice-présidente de l’Association pour la Recherche sur le Brésil en Europe. Membre associée au Centre de Recherches Interdisciplinaires sur le Monde Lusophone, elle est l’auteure des ouvrages A velha devorou a moça ? Rachel de Queiroz e a política no Brasil (1910-1964) (Curitiba, Appris, 2019) et História e Historiografia do Brasil República, (Curitiba, Intersaberes, 2019), en collaboration avec Fernanda Haag. nataliaguerellus@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals