Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 1Dossier : Le parcours d’un histor...Bennassar, enseignant et animateu...Bartolomé Bennassar et le soutien...

Dossier : Le parcours d’un historien hispaniste à l’Université de Toulouse : Bartolomé Bennassar (1929-2018)
Bennassar, enseignant et animateur de la recherche toulouso-méridionale

Bartolomé Bennassar et le soutien institutionnel à la recherche sur l’Espagne moderne et contemporaine : L’aventure de la RCP 405 et du GDR 30

Bartolomé Bennassar y el apoyo institucional a la investigación sobre la España moderna y contemporánea: la aventura de la RCP 405 y del GDR 30
Bartolomé Bennassar and institutional support for research on early modern and modern Spain: The adventure of RCP 405 and GDR 30
Gérard Chastagnaret

Résumés

Cette contribution veut souligner un aspect de l’action de Bartolomé Bennassar, peu connu mais décisif en son temps pour l’avancée des recherches sur l’Espagne moderne et contemporaine : son rôle dans la structuration de la recherche à partir du milieu des années 1970. La création, sous son impulsion, de deux instances successives, une RCP puis un GDR, réunissant des chercheurs des universités de Toulouse II, de Bordeaux IV, de l’Université de Provence et du CNRS, a permis d’obtenir les financements et les appuis informatiques nécessaires à l’achèvement de plusieurs thèses d’État. Bartolomé Bennassar a joué ainsi un double rôle : il a facilité un recours précoce à l’informatique pour traitement des données dans le domaine des SHS, et il a été un passeur de la recherche doctorale individuelle à la recherche collective.

Haut de page

Texte intégral

1Tous ceux qui l’ont connu ont « leur » Bartolomé Bennassar dans leur mémoire et dans leur cœur. Ou plutôt, chacun d’entre nous conserve les images, toujours vives, de plusieurs Bennassar, le chercheur, l’enseignant, l’amoureux de l’écriture, historienne ou romanesque, l’homme au service de causes généreuses, de combats toujours légitimes, le passionné de tauromachie, de football et de pêche, en un mot le passionné de la vie, en dépit des déchirures personnelles. Je suis loin d’avoir connu tous les Bennassar. Je n’ai pas eu la chance de suivre ses cours, je n’ai pu vivre, sur le terrain, sa passion halieutique ni donc profiter de son expertise dans la pêche à la mouche. En revanche, nous avons partagé l’amour du football et surtout je conserve le souvenir d’un après-midi extraordinaire à Madrid, au milieu des années 1990 à Las Ventas à l’occasion de la feria de otoño. L’intérêt n’était pas dans l’arène : les taureaux étaient médiocres et les toreros ne valaient guère mieux. Mais il y a avait le tendido 7, celui des connaisseurs et des teigneux, et il y avait surtout Bartolomé, en pleine forme après un repas arrosé d’un excellent Rioja, enflammé comme ses voisins et pédagogue comme personne, qui essayait d’expliquer les termes de la tauromachie à des étudiantes américaines et de leur faire comprendre qu’un taureau pouvait être tout à la fois manso et valeureux.

2Je n’ai jamais effectué de recherche sous la direction de Bartolomé Bennassar, ni même en partenariat avec lui. J’ai simplement lu l’historien de l’Espagne moderne, de l’Inquisition. Il m’a dit, et écrit, qu’il avait renoncé à m’associer à l’écriture d’un ouvrage sur la longue durée de l’histoire espagnole parce qu’il savait les contraintes d’achèvement d’une thèse. Ses regrets m’ont touché mais l’ouvrage, sans moi, a été, comme tant d’autres, une réussite et un succès légitime. J’ai perçu enfin son envie d’engagement dans les débats sur le franquisme : le résultat en est un livre où le regard personnel est souvent en tension avec la rigueur de l’historien.

1.Le précurseur du soutien à la recherche sur l’histoire d’Espagne

  • 1 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques, Madrid, Casa de Velázquez, 2018.

3Je ne suis donc qualifié pour parler, ni du grand historien de l’Espagne moderne, ni du compagnon d’écriture. Mon propos ne saurait pas davantage concerner le directeur de thèse stricto sensu. Ce volet de son action ne peut être abordé que par ceux qui ont préparé leur thèse sous sa direction : il a eu notamment le bonheur d’accompagner les travaux doctoraux de plusieurs importants historiens de l’Espagne moderne. En revanche, outre le joyeux compère, j’ai eu, avec quelques autres, le privilège de connaître un Bennassar moins connu, ignoré même du public, mais fondamental pour l’avancée des recherches françaises sur l’Espagne moderne et contemporaine : le professeur volontariste et efficace dans le soutien, matériel et technique, à de jeunes collègues engagés, sinon embourbés, dans la préparation d’une thèse d’État. C’est un thème qu’il n’évoque pas dans l’ouvrage que, à la demande de la Casa de Velázquez, il a consacré à son parcours d’hispaniste1. Comme s’il avait effacé de sa mémoire « officielle » ce qui, pour lui, relevait simplement des tâches administratives inhérentes à sa fonction de professeur.

4Lui-même avait éprouvé la dureté des conditions de préparation d’une thèse. Du fait de la maigre rémunération des membres à l’époque, le jeune père de famille avait dû limiter à un an – l’année universitaire 1955-1956 – un séjour à la Casa de Velázquez pourtant bien utile pour le dépouillement des fonds de Simancas. Devenu maître assistant à Toulouse, faute d’avoir achevé sa thèse dans les temps réglementaires, il avait subi la rigueur administrative du doyen de la faculté des lettres, avec un service porté, pendant un an, à dix heures d’enseignement hebdomadaires. Sa propre expérience ne l’avait nullement aigri – ce n’était pas son genre – mais il ne l’avait pas oubliée.

2.La conscience de temps nouveaux

5Son action en ce domaine est allée cependant très au-delà de la simple volonté de tirer les leçons de son passé personnel. Elle a porté d’abord la marque de sa générosité, d’une préoccupation pour les générations futures que l’on retrouve dans d’autres de ses engagements. De manière plus spécifique, il y a eu aussi chez Bartolomé, l’intuition précoce – dès le début des années 1970 – que la thèse d’État ne pouvait plus se limiter au « chef-d’œuvre », plus ou moins réussi d’une dizaine d’années de travail solitaire, ou davantage encore. Deux éléments ont probablement influé sur sa réflexion. Le premier était la nécessité d’aider au financement des recherches dans les archives espagnoles : Bartolomé a toujours été un homme d’archives, de la preuve par le document et les nouveaux travaux devaient continuer à se fonder sur le dépouillement de fonds jusque-là ignorés ou sous-utilisés. Il était sans nul doute soucieux d’aider les « thésards », que l’on n’appelait pas encore doctorants, y compris les siens propres, à préparer sérieusement, dans les fonds d’archives, l’ouverture de nouveaux fronts de la recherche. Cet aspect fut important, mais probablement pas décisif, parce qu’il existait déjà d’autres voies pour mener à bien des thèses sérieusement engagées. Le séjour à la Casa de Velázquez, désormais mieux rémunéré, allait jusqu’à trois ans, et il était possible aussi, notamment pour les enseignants du second degré, de demander un détachement au CNRS qui pouvait aussi durer trois ans. Si le financement de missions de terrain restait utile, l’élément déterminant fut sans doute que les nouveaux fronts de la recherche passaient par l’innovation méthodologique, en l’occurrence par l’informatique, pour l’histoire économique comme dans d’autres domaines, notamment l’histoire culturelle.

6Il faut se représenter l’environnement technique au début des années 1970 : l’informatique existait déjà, mais il s’agissait de gros calculateurs, réservés aux sciences dures, sauf créneaux d’accès limités pour les sciences humaines, notamment au CIRCE à Orsay. On était encore très loin de la micro-informatique, très loin de l’ordinateur individuel, a fortiori du portable, y compris pour le simple traitement de texte : les thèses se tapaient encore à la machine à écrire. L’histoire quantitative avait déjà acquis ses lettres de noblesse, mais c’était très largement une histoire sérielle, le plus souvent fondée sur des relevés de prix traités selon des méthodes éprouvées, validées par des maîtres aussi vigilants que vieillissants. Rien à voir avec le matériau quantitatif, complexe mais si prometteur, que Jean-Pierre Amalric avait fait surgir du cadastre de la Ensenada, ni même avec les énormes masses de chiffres proposées par les efforts de statistique publique du xixe siècle, que j’avais pu réunir pour l’activité minière espagnole. Dans les deux cas, pour des raisons différentes, qualitatives dans le premier, quantitatives dans le second, les outils traditionnels de traitement des données auraient été inopérants. Ces deux exemples et d’autres encore illustraient une contradiction flagrante entre recherche individuelle et nouvelles exigences méthodologiques. Bartolomé Bennassar ne s’est pas engagé alors contre la thèse d’État : elle faisait partie de sa culture et, de toute façon le temps n’était pas encore venu. En revanche, il a cherché comment assumer pleinement une responsabilité de directeur de thèse que trop de ses éminents collègues de grandes universités réduisaient à un oracle, parfois plus suffisant que pertinent, dispensé à l’occasion de rendez-vous annuels ou de séminaires de thésards, souvent attardés et toujours obligés. Au fond, Bartolomé Bennassar a voulu permettre l’aboutissement, dans les meilleures conditions, de thèses sur l’Espagne dont il se sentait responsable, notamment celles de Jean-Pierre Amalric, Julian Montemayor, Francis Brumont et Jean-Pierre Dedieu. Par là même, il a permis, selon le point de vue, soit la pérennisation pendant une décennie d’un système suranné, soit – selon ma perspective – une transition réussie, fructífera, entre deux environnements techniques. L’initiative présentée sommairement ci-dessous a permis une modernisation méthodologique décisive des recherches françaises sur l’Espagne moderne et contemporaine, bien avant la diffusion de la micro-informatique, sans doute plus décisive en ce domaine que l’apparition de la « nouvelle » thèse en 1984.

3.Trois voies complémentaires

  • 2 Olivier Orain et Marie-Pierre Sol, « Les géographes et le travail collectif. La recherche coopérati (...)
  • 3 Marie-Pierre Sol, « Géographes et géographie(s) à Toulouse dans les années 1970 », Bulletin de l’As (...)

7Bartolomé a su associer trois voies d’action complémentaires : un financement du CNRS, le regroupement des forces et des intérêts et enfin un appui technique de haut niveau. Le financement ne pouvait venir que du CNRS, mais la création d’une équipe de recherche associée (ERA) était de fait impossible : la masse de chercheurs n’était pas suffisante et de plus, la péninsule Ibérique n’entrait pas dans la stratégie « d’aires culturelles » de l’organisme. La seule voie ouverte était celle de la Recherche coopérative sur programme (RCP). Créées en 1958, les RCP ont tardé à s’installer dans le paysage de la recherche : leur durée était limitée à trois ans renouvelables une seule fois et les crédits attribués étaient modestes. Il faut attendre la fin des années 1960 pour que les chercheurs, à la faveur de l’évolution de leurs pratiques, en perçoivent les avantages : des exigences administratives réduites, pour l’essentiel, à la direction par un professeur des universités et la possibilité de fonctionner en réseau interuniversitaire et pluridisciplinaire2. La géographie donna lieu alors à plusieurs créations, et l’Université de Toulouse II participa au mouvement, sous l’impulsion de Bernard Kayser et Georges Bertrand3. Dans ces conditions, quel rôle ont pu jouer, dans la réflexion de Bartolomé Bennassar, la communauté d’appartenance universitaire et les amitiés personnelles, notamment avec Georges Bertrand ? Impossible de le dire aujourd’hui, mais l’hypothèse reste probable. Tout s’est passé comme si Bartolomé Bennassar avait partagé et appliqué, par anticipation, une doctrine que m’a résumée, des décennies plus tard, Maurice Garden, l’un des artisans, aux côtés de Lionel Jospin, d’une politique structurelle vigoureuse en faveur des sciences humaines. Les termes étaient à peu près les suivants : les sciences humaines ont un besoin particulier de financements individuels que notre système d’organisation de la recherche ne permet pas d’assurer. En revanche, on sait – et il faut – créer des structures collectives dans lesquelles chacun pourra trouver les soutiens nécessaires à la bonne marche de ses travaux.

8L’intelligence, scientifique et stratégique, de Bennassar a été d’élargir l’assise de son projet, en termes à la fois géographiques et disciplinaires. Il a su gagner à son idée deux collègues d’autres universités : Joseph Pérez à Bordeaux III, Emile Temime à l’Université de Provence. Il a su aussi provoquer un décloisonnement disciplinaire alors peu commun, en regroupant des historiens de l’Espagne moderne et de l’Espagne contemporaine, en les associant aussi avec des enseignants chercheurs de langue, littérature et civilisation espagnoles, avec notamment Joseph Pérez lui-même, Lucienne Domergue à Toulouse, Gérard Dufour et Emmanuel Larraz à Aix-en-Provence. C’était là une manière d’abolir les frontières disciplinaires et de montrer le chemin d’une recherche riche du temps long et du croisement des approches. L’association de forces issues de trois universités faisait sens scientifiquement mais, sans que cela soit dit, sa géographie était aussi très significative : Bordeaux et Toulouse étaient les deux points forts traditionnels de l’hispanisme, Aix-en-Provence souhaitait devenir un lieu d’ancrage de la recherche sur l’Espagne contemporaine… et il n’y avait à l’origine aucun centre parisien. Ce n’était nullement une exclusion. Quelques années plus tard, Didier Ozanam, alors directeur d’études à l’EHESS, put faire entrer son centre de recherche dans la structure qui succéda à la RCP 405, obtenue en 1975. Néanmoins, c’était bien l’affirmation d’une vitalité propre et d’une forme de leadership, toujours provisoire, de trois grandes universités du Sud de la France sur la recherche hispanique en histoire moderne et contemporaine.

  • 4 Bartolomé Bennassar, Joseph Goy, « Contribution à l’histoire de la consommation alimentaire du xive(...)

9La solution du problème informatique auquel se heurtaient plusieurs d’entre nous, en particulier Jean-Pierre Amalric, a résidé dans la mise à disposition, par l’EHESS, d’un informaticien de premier ordre, Michel Demonet, alors maître assistant dans cette institution. Je ne peux affirmer comment Bartolomé Bennassar avait pu obtenir une collaboration aussi précieuse. Une chose est certaine : grand historien, Bartolomé était généreux dans son activité professionnelle comme dans sa vie privée. Sans même le vouloir, il faisait surgir des créances scientifiques et amicales, qu’il n’utilisait pas pour lui-même mais pour les autres et notamment ses thésards. Sans pouvoir le démontrer, je suis convaincu que l’affectation partielle de Michel Demonet à notre groupe est le fruit dérivé du rôle joué par Bartolomé Bennassar dans des entreprises partagées, en particulier à l’occasion du Congrès de l’Association française d’histoire économique en octobre 19734.

10Les résultats de ce partenariat informatique furent spectaculaires. Pour des raisons de facilité de saisie des données, j’en fus le premier bénéficiaire, à partir de 1977, suivi de Jean-Pierre Amalric et Jean-Pierre Dedieu. Nous avons pu avoir accès au centre de calcul d’Orsay et Michel Demonet est devenu, pour chacun de nous, à la fois un ami et un partenaire décisif dans le traitement de nos bases de données. Nos travaux, tous soutenus, n’auraient jamais pu aboutir sans le soutien de la RCP 405.

4.Une empreinte dans la durée

  • 5 Aux origines du retard économique de l’Espagne, xvi-xixe siècle, Editions du CNRS, Paris, 1983. Édi (...)
  • 6 Les équipes constitutives du GRECO 30 étaient les suivantes : « Administration », Bordeaux, Aix-Mar (...)
  • 7 Le GRECO 30 soutint notamment la publication d’un ouvrage dirigé par Gérard Dufour, Tres figuras de (...)

11Bartolomé Bennassar a eu très tôt la volonté d’inscrire ce premier succès dans la durée. Ce fut d’abord matériellement, par la « conquête » d’un petit espace au Mirail, avant même son mandat à la présidence de l’université, entre 1978 et 1980. Ce fut aussi humainement, par l’affectation de personnel, une pratique tout à fait inusitée pour ce type de structure, avec notamment le recrutement, par Bartolomé lui-même, de Christine Bauza, qui assura les tâches administratives de la RCP avant de consacrer sa carrière à la gestion de la recherche au Mirail, dans l’actuelle Maison de la Recherche. Bartolomé savait aussi que le renouvellement de la RCP et sa transformation ultérieure en un Groupement de Recherches Coordonnées (GRECO) passaient par une production scientifique. La RCP 405 soutint la publication de plusieurs travaux et élabora un ouvrage dans le champ de l’histoire économique, « ouvrage collectif » sans mention du rôle de coordination de Bartolomé Bennassar5. En 1980, le GRECO 30, « L’Espagne du Siècle d’Or à nos jours », succéda à la modeste RCP avant de se transformer en GDR (Groupement de recherche) à la fin de la décennie, avec une organisation en équipes, géographiques ou thématiques6. Cette longévité de structures à vocation temporaire témoigne du succès d’une stratégie fondée sur trois piliers. Les deux premiers étaient déjà présents dans la RCP : l’appui aux jeunes chercheurs pour l’aboutissement de leur thèse et la publication des résultats7. Bartolomé Bennassar a su percevoir aussi la mission, de plus en plus prégnante, d’impulsion de recherches collectives. Aucune de ces instances, RCP, GRECO, GDR, ne pouvait s’installer durablement dans le paysage de la recherche, surtout la RCP, à la durée expressément limitée, mais toutes ont joué un rôle décisif dans l’élan des recherches françaises sur l’Espagne. Plusieurs laboratoires de recherche sont aujourd’hui, en partie au moins, les héritiers, pas si lointains, des groupes à l’origine du GRECO 30 et, en amont, de la RCP 405. La filiation la plus directe est celle de FRAMESPA, laboratoire de premier plan sur l’Espagne moderne et contemporaine.

12Au-delà même de l’impulsion donnée aux travaux et aux formations de recherche, la petite RCP 405 et le modeste GRECO 30 ont créé un état d’esprit, une autre manière de vivre la recherche, en contribuant à diminuer la solitude du chercheur. Nous avons trouvé, je l’ai dit, un environnement informatique, et beaucoup plus aussi : un réseau de collègues différents, par les générations, les appartenances universitaires et disciplinaires, par les champs et les thèmes de recherche aussi. Tous ont appris à apprécier les apports de chacun et à soutenir les besoins de tous. Les réunions annuelles ont toujours été des réunions de travail, de répartition des crédits, d’échange sur l’état de nos travaux, mais, au fil des années, elles sont aussi devenues des retrouvailles d’amis heureux de partager avancées, difficultés et, lors du déjeuner rituel au « château » du Mirail, des nouvelles de nos vies personnelles. Bartolomé avait l’art de faire vivre la diversité, voire les oppositions, de donner sens à l’informel.

  • 8 Jean-Pierre Amalric (éd.), Pouvoirs et société dans l’Espagne moderne. Hommage à Bartolomé Bennassa (...)
  • 9 Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), éditions du CNRS, Paris, 1990, et (...)

13En voici deux illustrations. La première est tout simplement la liste des contributeurs au volume d’hommage à Bartolomé Bennassar publié en 19938. Historiens ou hispanistes stricto sensu, la plupart ont vécu l’aventure de la RCP 405 ou du GDR 30. D’autres se sont joints pour témoigner de leur amitié et de leur respect scientifique. L’ensemble des textes, réunis par J.-P. Amalric avec le concours du GDR 30, pourrait se lire comme un patchwork de thèmes et d’approches. C’est en fait une mosaïque révélatrice des liens et des curiosités de l’homenajeado. Lui-même a voulu disserter sur « la dimension universelle de l’histoire d’Espagne », mais il s’intéressait aussi bien aux petites villes qu’au grand commerce, au monde rural et aux enfants abandonnés qu’aux élites locales, aux renégats qu’à l’Inquisition, aux populations immigrées qu’aux familles fières de leur souche. La seconde illustration est une courte phrase de Bartolomé Bennassar. Au terme de son mandat à la tête du GDR 30, un grand colloque sur les migrations entre la France et l’Espagne fut organisé à Toulouse en octobre 1987. Les deux volumes d’actes furent publiés en 1990 et 19919. Dans l’avant-propos du premier volume, sur les migrations françaises vers l’Espagne à l’époque moderne, Bartolomé Bennassar écrivit notamment : « Je souhaite que les lecteurs soient sensibles à la diversité des approches des collaborateurs de ce volume, car elle n’est pas l’effet du désordre mais le résultat de choix concertés ». Le propos se veut une précaution, presque une défense. En réalité, il dit beaucoup du grand historien et aussi de l’homme : une curiosité spontanée et la conviction que le savoir et la vie s’enrichissent de l’apport de l’autre. Bartolomé Bennassar, un passeur entre les méthodes, les questionnements, les générations, un grand professeur au service de la recherche par la générosité, l’ouverture et la conscience des enjeux à venir.

Haut de page

Notes

1 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques, Madrid, Casa de Velázquez, 2018.

2 Olivier Orain et Marie-Pierre Sol, « Les géographes et le travail collectif. La recherche coopérative sur programme à l’œuvre », Revue pour l’histoire du CNRS, n° 18, automne 2007, p. 11-14.

3 Marie-Pierre Sol, « Géographes et géographie(s) à Toulouse dans les années 1970 », Bulletin de l’Association des géographes français, 2015, n° 92-1, p. 14-23.

4 Bartolomé Bennassar, Joseph Goy, « Contribution à l’histoire de la consommation alimentaire du xive au xixe siècle », Annales, 1975, 2-3, p. 402-430.

5 Aux origines du retard économique de l’Espagne, xvi-xixe siècle, Editions du CNRS, Paris, 1983. Édition espagnole : Bartolomé Bennassar y otros, Orígenes del atraso económico español, Barcelone, Ariel, 1985. Cette mise en avant du nom de Bennassar est reprise en 1989 par une réédition française sous le titre : L’Espagne de l’immobilisme à l’essor, Paris, Presses du CNRS, 1989.

6 Les équipes constitutives du GRECO 30 étaient les suivantes : « Administration », Bordeaux, Aix-Marseille, Pau, Toulouse. Une nouvelle équipe, « Minorités », est créée en 1985.

7 Le GRECO 30 soutint notamment la publication d’un ouvrage dirigé par Gérard Dufour, Tres figuras del clero afrancesado, Aix-en-Provence, 1987, et un livre issu de la thèse d’Emmanuel Larraz, La guerre d’Indépendance au théâtre, Aix-en-Provence, 1987. Il prit aussi une part active dans l’organisation à Aix-en-Provence, d’un colloque international sur « L’Espagne et l’Europe du milieu du xviiie siècle à nos jours ». Les actes en ont été publiés en 1989 sous le titre : España, Francia y la Comunidad europea, Madrid, 1989.

8 Jean-Pierre Amalric (éd.), Pouvoirs et société dans l’Espagne moderne. Hommage à Bartolomé Bennassar, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993.

9 Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), éditions du CNRS, Paris, 1990, et Exil politique et migration économique. Espagnols et Français aux xixe et xxe siècles, éditions du CNRS, Paris, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Chastagnaret, « Bartolomé Bennassar et le soutien institutionnel à la recherche sur l’Espagne moderne et contemporaine : L’aventure de la RCP 405 et du GDR 30 »Les Cahiers de Framespa [En ligne], Hors-série 1 | 2020, mis en ligne le 05 mars 2020, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/framespa/7664 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.7664

Haut de page

Auteur

Gérard Chastagnaret

Gérard Chastagnaret, professeur émérite d’histoire contemporaine (Aix-Marseille Université), ancien directeur de la Casa de Velázquez, est membre de TELEMMe (CNRS – AMU). Il a été membre, dès l’origine, de la RCP 405, puis du GDR 30 du CNRS. Il a dirigé ce dernier de 1987 à 1990. C’est un spécialiste de l’histoire minière espagnole au xixe siècle et, plus largement, de l’histoire de l’Espagne et de la Méditerranée contemporaines. chastagnaret@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search