Navigation – Plan du site
Dossier : Le parcours d’un historien hispaniste à l’Université de Toulouse : Bartolomé Bennassar (1929-2018)

Le parcours d’un historien hispaniste à l’Université de Toulouse : Bartolomé Bennassar (1929-2018)

Michel Bertrand et Guillaume Gaudin

Texte intégral

« Il fallait étudier l’histoire de l’Espagne, et l’aimer, pour elle-même. »

  • 1 Bartolomé Bennassar, Valladolid au siècle d’Or. Une ville de Castille et sa campagne au xvie siècle(...)

Bartolomé Bennassar, Valladolid au siècle d’Or, 19671

  • 2 Pour une bibliographie exhaustive jusqu’en 1993, voir Jean-Pierre Amalric (éd.), Pouvoirs et sociét (...)

1Ce dossier « hors-série » souhaite rendre compte à la fois du parcours scientifique, de l’ancrage et de la portée historiographiques de l’œuvre de Bartolomé Bennassar. Sans rechercher l’exhaustivité, nous avons souhaité mettre en avant une dizaine de thèmes clés. Ceux-ci ont été retenus pour l’essentiel par regroupement des nombreux ouvrages qu’il a publiés2 et en tenant compte des responsabilités qu’il a assumées au sein de l’Université. Comme tout classement, il a sa part d’arbitraire. Sa finalité était avant tout de rendre opératoire la rédaction d’un dossier à plusieurs mains. En effet, pour chaque thème, nous avons sollicité des doublettes d’historiens qui renvoient à des univers historiques distincts (écoles historiques, nationalités, générations…) que nous pensons complémentaires. Dans la mesure du possible nous avons constitué des binômes binationaux (français-espagnol) pour mettre en perspective diverses visions de son œuvre. Les auteurs ont ensuite eu « carte blanche », étant simplement invités à une certaine coordination entre eux au sein de chaque thème retenu.

2Les contributrices et contributeurs à ce dossier sont pour certains ses élèves et collègues proches, d’autres des historiens et historiennes qui l’ont peu ou pas connu personnellement. Il en résulte un regard tantôt distancié tantôt ému, et une variété de tons qui permettra au lecteur d’appréhender l’œuvre autant depuis une « analyse froide » relevant de l’approche historiographique qu’au travers de témoignages nourris de l’expérience vécue et de la proximité. Dans ce dossier, c’est l’historien, l’enseignant, le chercheur et l’animateur de la recherche qui a principalement retenu notre attention, bien que nous soyons conscients qu’il existe – comme le dit Gérard Chastagnaret – « plusieurs Bennassar, le chercheur, l’enseignant, l’amoureux de l’écriture, historienne ou romanesque, l’homme au service de causes généreuses, de combats toujours légitimes, le passionné de tauromachie, de football et de pêche, en un mot le passionné de la vie. »

3Le lecteur retrouvera dans chacune des contributions des points communs : l’admiration devant l’œuvre imposante, la capacité de travail (notamment dans les archives, y compris pour répondre à des commandes ou des synthèses), le verbe mis au service de l’intelligibilité, l’audace (la provocation ?) et l’inventivité, le sens de l’intuition dans l’interprétation des événements et dans l’organisation des sociétés d’Ancien Régime.

4Dans plusieurs domaines, Bartolomé Bennassar a été pionnier, non seulement dans le champ de l’histoire moderne de l’Espagne où il fut l’un des premiers à appliquer l’histoire économique et sociale mais au-delà pour l’histoire de la Méditerranée ou encore l’histoire des religions. Dans le même temps, ses incursions dans l’histoire du xxe siècle ou encore sa définition d’un « homme espagnol » aux caractéristiques immémoriales en lien avec l’affirmation de l’histoire dite des « mentalités » ont été loin de faire l’unanimité dans la corporation historienne.

  • 3 François Dosse, L’histoire en miettes : Des « Annales » à la « Nouvelle histoire », Paris, La Décou (...)

5En ce sens les multiples regards posés dans ce dossier, sur la trajectoire historiographique de Bartolomé Bennassar conduisent à ne pas proposer une lecture univoque, ou téléologique d’un grand spécialiste de l’Espagne moderne formé par les maîtres de l’« École des Annales ». Il n’en reste pas moins, que né en 1929 et alors que sa bibliographie s’étend sur plus d’une soixantaine d’années, il a traversé les grands moments de l’historiographie, française et internationale, qui fondent la façon d’écrire l’histoire aujourd’hui. À ce titre, revenir sur ses évolutions, grâce aux spécialistes convoqués dans ce dossier, c’est proposer une réflexion sur notre discipline en partant du champ de l’histoire des mondes ibériques. Le texte de Bernard Vincent sur les Chrétiens d’Allah (1989), est particulièrement éclairant à ce propos. Il souligne comment un historien venu de l’histoire sérielle et quantitative a su mobiliser l’analyse micro et le jeu d’échelles, adoptant une approche qui a renouvelé notre compréhension des jeux sociaux. Peut-être faut-il ici rappeler que, deux ans plus tôt, en 1987, François Dosse faisait paraître L’histoire en miettes : Des « Annales » à la « Nouvelle histoire »3

1.Bennassar, un « historien en mouvement »

  • 4 Nous devons cette expression à Jean-Pierre Dedieu lors d’une conversation à propos de ce dossier.

6L’œuvre de Bartolomé Bennassar repose sur une ligne forte : l’histoire de l’Espagne à l’époque moderne. Toutefois, les thèmes abordés et la façon de les traiter (les sources, la méthodologie, les thèses formulées) font de lui un « historien en mouvement4 » : ses ouvrages marquants sur l’Inquisition et les renégats en Méditerranée – sans parler de La Guerre Civile et ses lendemains – suscitent la surprise, tant ce n’est pas sur ces terrains que l’historien était attendu.

  • 5 Bartolomé Bennassar, Valladolid au siècle d’Or…, op. cit., p. 10.
  • 6 Alain Corbin, « Désir, subjectivité et limites : l'impossible synthèse... », Espaces Temps, 59-61, (...)

7Avec Ernest Labrousse comme directeur de thèse, Bartolomé Bennassar aurait pu, comme il le dit, produire « une contribution ordinaire à l’histoire économique, sociale et culturelle de la Castille5 ». On se souvient du mot d’Alain Corbin sur la façon qu’avait Ernest Labrousse de donner des sujets aux thésards : « [Il] avait en effet distribué les régions, comme l’aurait fait un ministre de l’Intérieur. (…) Il s’agissait, bien entendu, d’appliquer le schéma ‘labroussien’, d’étudier les structures sociales puis le mouvement des prix6 (…). » Mais nous le savons sa thèse fut de facto dirigée par Fernand Braudel et ne prit pas ce tour. Aussi disposa-t-il in fine d’une grande latitude, comme le suggère Alberto Marcos Martín dans sa contribution à ce dossier. Finalement, il proposa une « méthode neuve et bien dessinée [qui] pouvait être adaptée dans de lointains horizons » (Thomas Calvo), un « modelo de referencia para el estudio de otras ciudades del Antiguo Régimen » (A. Marcos Martín) : l’étude de Valladolid visait à saisir les caractéristiques de sa « capitalité » à partir de son environnement, son urbanisme, son économie de la rente (avec le rôle prépondérant des juros), et enfin son style de vie seigneurial. De plus, l’histoire de cette ville importante de Vieille-Castille servait à comprendre l’histoire totale de la société castillane : la montée en généralité était un passage obligé du travail de l’historien. Le recours aux archives notariales concernant des individus de toutes classes sociales permettait une approche alors inédite pour saisir les mentalités de l’époque, « no se había visto nada igual en la historiografía española » (Carlos Martínez Shaw).

8Le deuxième grand thème de son œuvre est l’Inquisition. Cet intérêt est né – comme nous l’apprend Jean-Pierre Dedieu dans le présent dossier – lors de la consultation de procès à l’Archivo Histórico Nacional pour sa thèse : il les avait utilisés surtout pour sa troisième partie, puis dans le cadre de l’histoire des mentalités pour son Homme espagnol. L’historiographie de l’Inquisition était alors poussiéreuse : soit le fait d’ecclésiastiques, soit par les tenants d’une légende noire avec ses stéréotypes sur la torture. Bartolomé Bennassar organisa ce vaste chantier collectif proposant à une équipe de chercheurs et d’étudiants, notamment toulousains, de l’étudier comme une institution. Le texte de Doris Moreno revient sur l’ensemble des apports à l’histoire sociale, politique et culturelle de ce chantier : la « pédagogie de la peur » et le contrôle social ou encore les processus de confessionnalisation des populations. Ce faisant, son Inquisition espagnole est le point de départ d’un nouveau et ample champ historiographique ne se limitant pas aux seules études inquisitoriales mais s’ouvrant largement aux nombreuses possibilités offertes par ces sources pour comprendre le fonctionnement et les représentations des sociétés du passé.

  • 7 Voir au sujet des archives de B. Bennassar et sa valorisation le texte de Marianne Delacourt.

9Le troisième « mouvement » historiographique fort de Bartolomé Bennassar, en collaboration avec Lucile Bennassar, vient avec « le coup de cymbale des Chrétiens d’Allah » (Jean-Pierre Dedieu), « une entreprise capitale par laquelle tous les aspects de la relation islam-chrétienté au quotidien, de l’affrontement à la solidarité ont été scrutés » (Bernard Vincent). Grâce à un mémoire de maîtrise qu’il a dirigé et à une parfaite connaissance des sources inquisitoriales, il découvre l’existence d’un pan méconnu de l’histoire : celui des chrétiens capturés par les Barbaresques et convertis à l’islam. D’après Bernard Vincent, « le terme de jubilation s’impose tant les conditions de l’enquête étaient en tous points prometteuses ». Le livre a exigé cinq ans de recherche dans les archives des tribunaux inquisitoriaux italiens, espagnols et portugais et la réunion de 3000 fiches manuscrites de renégats7. L’ensemble représente une grande masse de données sur ce monde largement méconnu, qu’il s’agisse de la guerre de course ou du profil de ces captifs, de leurs conditions de vie, de l’esclavage, et enfin des moyens disponibles pour sortir de la captivité/esclavage (intégration, rachat, évasion, l’alafia).

2.La plume, le passeur

  • 8 Bartolomé Bennassar, Le baptême du mort, Paris, Juliard, 1962 ; Le coup de midi, Paris, Juliard, 19 (...)
  • 9 Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine : manifeste pour les sciences sociales, (...)
  • 10 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques. Esquisse d’égo-histoire, Madrid, Casa de Velázquez, (...)

10Bartolomé Bennassar fait partie de ces quelques historiens qui ont, par ailleurs, fait le choix des écrits de fiction8. Récemment Ivan Jablonka, s’inscrivant dans les réflexions développées, il y a une vingtaine d’années, par les tenants du linguistic turn, a relancé ce débat en publiant L’histoire est une littérature contemporaine dans lequel il écrit : « Oui, faire de l’histoire, c’est raconter une histoire, un récit d’événements vrais. Oui, il y a une littérarité de l’histoire et l’historien, ce poète du détail, effectue une mise en scène littéraire9. » Bartolomé Bennassar ne démentirait probablement pas ces propos, lui qui intitule une des sous-parties de son ego-histoire « L’histoire comme un roman », en clin d’œil au conseil donné par son directeur de recherche durant la rédaction de sa thèse : « Il faut que ce soit aussi bien écrit que le roman10 » – référence au roman que le doctorant venait de publier et que Fernand Braudel avait vraisemblablement lu. Ainsi, la recherche du vrai n’était-elle pas étrangère à la recherche du beau comme en témoigne cette phrase relevée par Bernard Vincent dans les Chrétiens d’Allah :

La Manche, en Nouvelle-Castille, c’est la fuite du regard. Le ciel s’en va très loin avec la terre, deux espaces brouillés aux couleurs de nuages et de vent, de blé, de chaumes, de sel et de sarments, jusqu’à se confondre dans l’indifférence cotonneuse de l’horizon.

11Pour sa part, Thomas Calvo s’émerveille d’un passage « d’écriture magique » du 1492. Un monde nouveau ? :

à la proue de la Pinta Rodrigo de Triana observait la mer, mouvante de lueurs, jardin renouvelé de reflets où frémissaient les galaxies captives, jusqu’aux frontières de la nuit.

  • 11 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 62-63, (...)

12L’œuvre de Bartolomé Bennassar résulte aussi de commandes d’éditeur qui concernent principalement les biographies – sujet des articles d’Alain Hugon et de Jesús Izquierdo Martín dans ce dossier. Cet exercice si particulier est en effet destiné le plus souvent à un large public. Et même si d’aucuns se sont essayés à l’aborder selon des approches originales, – de Georges Duby à François Dosse en passant par Jacques Le Goff ou Carlo Ginzburg – elle a longtemps été cantonnée à un genre secondaire, règne de « l’illusion » pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu11. Bartolomé Bennassar n’a pas hésité à s’affronter à ce défi, même si ce n’est que tardivement dans son parcours d’historien. Sa première expérience dans ce domaine sera source de débats et de critiques, non pas tant par la démarche suivie que par l’objet de l’étude : Franco… On y reviendra. Il s’y essaie à nouveau 15 ans plus tard avec une biographie consacrée à Christophe Colomb, coécrite avec son épouse Lucile, dans le contexte du cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique. Trois autres essais biographiques suivront, tous consacrés à des parcours de vies hors du commun, probablement retenus parce qu’ils fascinent autant l’auteur que les éditeurs qui les lui commandent.

13Cette capacité à s’aventurer à la rencontre d’un public plus large que les seules publications scientifiques peuvent convoquer est sans doute à mettre en relation avec son goût pour l’enseignement et sa volonté combinée au plaisir de transmettre. C’est dans cet esprit qu’il publie ouvrages de synthèses et manuels dont le succès éditorial ne se dément pas avec le temps. Il n’hésite d’ailleurs pas, dans ce cadre assez convenu, à quitter les espaces ibériques pour s’aventurer sur l’histoire de l’Angleterre… Dans le même temps, cette envie de s’adresser à un large public le conduit parfois à quelques réductions ou simplifications narratives, lorsque le xixe siècle libéral madrilène est présenté plus à travers ses anecdotes que par l’étude des enjeux proprement politiques qui le caractérise.

3.Le goût des sources et des « pérégrinations »

14Le premier article de Bartolomé Bennassar (à 28 ans dans les Annales !) repose sur un dossier de l’Archivo Provincial de Valladolid : la correspondance des facteurs de Simon Ruiz à Séville, 330 lettres de la décennie 1560. C’est d’emblée la source qui dessine les contours du sujet :

  • 12 Bartolomé Bennassar, « Facteurs sévillans au xvie siècle, d'après des lettres marchandes », Annales (...)

Leur mérite est de nous introduire d’une manière désordonnée sans doute, mais spontanée, immédiate, vivante au cœur complexe de Séville : alors beaucoup plus qu’une ville, elle est le battement de cœur de l’Europe mercantile, la porte ouverte sur un océan et un continent neuf, la raison de vivre de l’Occident et même au-delà, de trafics qui se prolongent jusqu’à l’Extrême-Orient. La nature et le ton des renseignements ajoutent encore à leur valeur. La langue de ces lettres est en effet savoureuse, charnue si l’on peut dire12 (…).

15Trente ans plus tard, Lucille et Bartolomé Bennassar expliquent dans l’introduction aux Chrétiens d’Allah l’absence de recherche sur les renégats de la manière suivante :

  • 13 Bartolomé Bennassar et Lucile Bennassar, Les chrétiens d’Allah : l’histoire extraordinaire des rené (...)

Nous ne croyons pas à l’indifférence. Encore moins à une censure idéologique, comme s’il eût été inconvenant de manifester un intérêt quelconque envers des gens qui avaient « trahi » leur patrie, leur religion et leur culture. L’explication est plus simple, croyons-nous : il manquait la série documentaire, le corpus13.

16C’est ici encore des sources – les procès des archives inquisitoriales conservées à Lisbonne, Venise, Las Palmas et Madrid – qu’émerge le sujet. Son Valladolid,– nous dit Alberto Marcos Martín dans ce dossier – « solo fue cobrando forma y sentido a medida que avanzaba la investigación y aumentaba el contacto del autor con la documentación depositada en los archivos » ; aussi la consultation des archives notariales joua-t-elle un rôle important dans la compréhension du « style de vie ».

  • 14 Bartolomé Bennassar, Valladolid… op. cit., p. 582.
  • 15 Bartolomé Bennassar et Lucile Bennassar, Le Voyage en Espagne : anthologie des voyageurs français e (...)

17Ce goût pour les documents anciens, et leur consultation dans divers fonds, s’associaient au goût des Bennassar pour les voyages, non seulement dans les villes méditerranéennes ayant accueilli une Inquisition, mais aussi dans les archives départementales du Tarn, de la Creuse, de l’Ardèche et de la Drôme pour réunir la correspondance de Francisco Largo Caballero (voir l’article de Eduardo González Calleja dans ce dossier). Sources et mobilité se combinent dès la thèse sur Valladolid ; à propos des archives paroissiales, Bartolomé Bennassar confie les inconvénients et les avantages de « déplacements continuels et de pertes de temps considérables » : « Je dois reconnaître cependant que ces pérégrinations à travers la campagne, de village en village, m’ont été très utiles en me donnant une meilleure connaissance du paysage14. » Cette articulation entre sources et voyages se retrouve d’ailleurs dans l’édition du Voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francophones du xvie au xixe siècle15. L’anthologie proposée par les Bennassar retient un corpus d’une centaine de voyageurs – 93 exactement – dont seulement six femmes. La sélection retient inévitablement quelques incontournables, tel François-René de Chateaubriand, Eugène Delacroix ou encore Prosper Mérimée et Théophile Gautier pour le xixe siècle. Mais c’est peut-être plus par l’inclusion d’illustres inconnus aux témoignages souvent savoureux, découverts au détour de leurs recherches en archives et bibliothèques, que le lecteur se laisse agréablement surprendre.

4.Ego-histoire, trajectoire personnelle et universitaire

  • 16 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », in Pierre Nora (éd.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallima (...)
  • 17 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques…, op. cit.
  • 18 Antoine Compagnon, « Je ne serai pas arrivé là si… », Le Monde du 9-10 février 2020, p. 25, entreti (...)

18Bartolomé Bennassar n’a que tardivement proposé une réflexion historiographique sur son propre travail : il l’a fait à la demande des Éditions de la Casa de Velázquez, mais d’une façon toute personnelle (un peu comme Pierre Chaunu dans le livre de Pierre Nora16 ?) où l’histoire personnelle, y compris intime, ou encore le déroulement de la carrière prime sur une auto-analyse historiographique ou épistémologique17. Nous savons avec Marc Bloch que l’historien est homme de son temps et qu’il analyse le passé depuis le présent : ainsi les Pérégrinations donnent une série de clés de lecture de l’œuvre de Bartolomé Bennassar, tant dans ses sujets de recherche, que dans ses choix ou modalités pratiques de travail. À ce titre, il est intéressant de relever qu’il attribue à la chance une grande partie de ses réussites, exactement dans les mêmes termes qu’utilise par exemple Antoine Compagnon quand il réfléchit aux éléments clés susceptibles d’expliquer son propre parcours18. Pour aller au-delà, attendons l’historien qui saura tirer au clair le poids des circonstances dans la reconstruction des étapes d’un parcours universitaire et intellectuel exceptionnel promu au rang de référence incontournable dans le domaine de l’histoire de l’Espagne. D’autant plus qu’une bonne partie des sources sont aisément accessibles : mémoires et thèses dirigés, participations aux congrès, colloques ou encore séminaires débouchant sur ses nombreuses publications scientifiques, participations à des jurys, de thèses comme d’agrégation, engagement syndical, implication enfin dans les institutions universitaires, tant nationales que locales... Quant au dossier réuni ici, qui méritera d’être repris, il offre également certaines premières ébauches de réponses.

19Par ailleurs, tous ses ouvrages, et plus particulièrement ceux pour lesquels il s’est risqué à sortir de sa « zone de confort » en s’attaquant au passé récent et douloureux de l’Espagne, participent de cette inquiétude à comprendre l’Espagne, comme l’écrit fort bien Jesús Izquierdo Martín dans sa contribution au dossier : « un autor que, como se ha adelantado, estuvo asiduamente en el país no solo como visitante o investigador, sino también como un inquieto indagador acuciado por la necesidad de comprender las lógicas culturales y políticas españolas. » Cette inquiétude est le fruit d’un « goût de l’Espagne » analysé et discuté par François Zumbiehl et Fernando Bouza. Dans l’œuvre de Bartolomé Bennassar transparaît le désir profond de valoriser le pays et ses habitants, de lutter en quelque sorte contre la légende noire. Cela apparaît explicitement dans les dernières pages de la conclusion de Valladolid au Siècle d’Or, où l’auteur égraine les stéréotypes forgés par la bourgeoisie aux xixe et xxe siècles :

  • 19 Bartolomé Bennassar, Valladolid…, op. cit., p. 570-571.

La paresse ou je ne sais quel déterminisme climatique, l’inaptitude au raisonnement logique, toutes choses qui font sourire les témoins seulement occasionnels du travail dans les campagnes castillanes, les lecteurs de Cellorigo et plus généralement les grands penseurs du Siècle d’Or19.

20Cette valorisation de l’Espagne apparaît au plein jour dans le texte « la dimension universelle de l’histoire de l’Espagne » :

  • 20 Bartolomé Bennassar, « La dimension universelle de l’histoire de l’Espagne », in Jean-Pierre Amalri (...)

Ce que je voudrais démontrer dans ces quelques pages, c’est qu’au contraire l’influence de l’Espagne a eu et continue à avoir une dimension universelle, et pas seulement sous la forme la plus habituelle, en participant à de grandes civilisations ; davantage peut-être en réalisant d‘importantes constructions politiques et par des réalisations spécifiques qui ont secoué le monde et dans certains cas contribué à le changer20.

21L’un des points auxquels s’attache Bartolomé Bennassar est celui du « rôle de l’Espagne dans l’incorporation de l’Amérique à l’histoire mondiale » avec l’ouverture de nouvelles routes maritimes, la pénétration du continent américain, la « création d’une nouvelle race » métisse, et, enfin le syncrétisme culturel.

22La trajectoire universitaire de Bartolomé Bennassar ne s’est pas jouée exclusivement à l’échelle nationale ou internationale. Elle a aussi une forte coloration locale, tant l’empreinte qu’il a laissée dans son Université de rattachement – Toulouse-Le Mirail – reste présente et vivante. Dès la création de la nouvelle Université dans le quartier du Mirail, il participe activement à la structuration d’un pôle hispanique majeur à l’échelle française et au rayonnement international affirmé. Dans la récemment créée UER d’Histoire, il forma plusieurs générations d’étudiants en histoire en proposant des méthodes pédagogiques et des thèmes nouveaux, et conduisit avec succès plusieurs cohortes de candidats aux concours du Capes et de l’agrégation, comme nous le rappelle Michel Combet. Quant à Gérard Chastagnaret, il présente un « Bennassar moins connu, ignoré même du public, mais fondamental pour l’avancée des recherches françaises sur l’Espagne moderne et contemporaine : le professeur volontariste et efficace dans le soutien, matériel et technique, à de jeunes collègues engagés, sinon embourbés, dans la préparation d’une thèse d’Etat. » Bartolomé Bennassar est ainsi à l’origine, certes avec d’autres, de ce qui est aujourd’hui le laboratoire FRAMESPA (UMR 5136) dont une part importante des recherches porte précisément sur les mondes ibériques. C’est dire combien l’Université de Toulouse-Le Mirail doit à Bartolomé Bennassar dans l’affirmation de sa spécialisation hispanique. Par sa personne, son enseignement, l’ampleur et la notoriété de son œuvre d’historien, il a contribué comme peu à son rayonnement. Plus largement, il appartient à cette génération d’universitaires toulousains qui a participé de manière décisive au rayonnement, à l’échelle internationale, de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, connue alors par le nom du quartier où elle est implantée depuis la fin des années 1960.

  • 21 José Antonio Maravall, La cultura del Barroco: análisis de una estructura histórica. Barcelona, Ari (...)

23Dans le même temps le dossier montre que son œuvre n’a pas été épargnée par les critiques – mais n’est-ce pas le propre de la science que de susciter la controverse ? À ce propos, son souhait de faire une « histoire à parts égales » ou équidistantes des dos bandos de la Guerre Civile espagnole ou de la figure de Franco a été mal reçue, et d’abord en Espagne. Si l’angle d’approche retenu part d’une proposition louable de « neutralité » ou d’objectivité, elle a été jugée critiquable au regard de certains spécialistes comme en rendent compte les textes de Eduardo González Calleja et de Jesús Izquierdo Martín. De son côté, Isabelle Poutrin analyse le lien étroit entre le moment de la publication de L’Homme espagnol – marqué par une rapide modernisation de l’Espagne – et un certain goût du public français pour ce pays – tourisme de masse et succès d’Astérix en Hispanie aidant. Pour elle, le succès du livre repose pour partie sur le recours à des généralités, qu’il s’agisse du poids de la religion ou de celui de l’honneur en Espagne. Dans le même temps et peut-être à la décharge de l’auteur, c’était le propos ou la ligne éditoriale retenue pour la série « Le Temps et les Hommes » dirigée par Jean Delumeau, coïncidant avec le succès éditorial rencontré par l’histoire des mentalités alors conquérante. Tomás Mantecón inscrit d’ailleurs ce même ouvrage dans un temps long qui va des « voyageurs curieux » du xixe siècle intéressés par les peuples rencontrés et leur « folklore » jusqu’aux précurseurs de l’histoire culturelle, en passant par ce moment historiographique où paraissent précisément, conjointement avec l’Homme espagnol, les ouvrages de José Antonio Maravall et Antonio Domínguez Ortiz sur les mentalités espagnoles21.

Haut de page

Notes

1 Bartolomé Bennassar, Valladolid au siècle d’Or. Une ville de Castille et sa campagne au xvie siècle, Paris / La Haye, Mouton & Co / EHESS, 1967, p. 9.

2 Pour une bibliographie exhaustive jusqu’en 1993, voir Jean-Pierre Amalric (éd.), Pouvoirs et société dans l’Espagne moderne : hommage à Bartolomé Bennassar, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993, p. 299-307.

3 François Dosse, L’histoire en miettes : Des « Annales » à la « Nouvelle histoire », Paris, La Découverte, 1987.

4 Nous devons cette expression à Jean-Pierre Dedieu lors d’une conversation à propos de ce dossier.

5 Bartolomé Bennassar, Valladolid au siècle d’Or…, op. cit., p. 10.

6 Alain Corbin, « Désir, subjectivité et limites : l'impossible synthèse... », Espaces Temps, 59-61, 1995, p. 41.

7 Voir au sujet des archives de B. Bennassar et sa valorisation le texte de Marianne Delacourt.

8 Bartolomé Bennassar, Le baptême du mort, Paris, Juliard, 1962 ; Le coup de midi, Paris, Juliard, 1964 ; Une fille en janvier, Paris, Juliard, 1968 ; Toutes les Colombies, Paris, De Fallois, 2002 ; Les tribulations de Mustafa des Six-Fours, Paris, Critérion, 1995.

9 Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine : manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, 2014.

10 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques. Esquisse d’égo-histoire, Madrid, Casa de Velázquez, 2e éd., 2019, p. 25 et 35.

11 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 62-63, juin 1986, p. 69-72.

12 Bartolomé Bennassar, « Facteurs sévillans au xvie siècle, d'après des lettres marchandes », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 1, 1957, p. 60-70.

13 Bartolomé Bennassar et Lucile Bennassar, Les chrétiens d’Allah : l’histoire extraordinaire des renégats : xvie et xviie siècles, Paris, Perrin, 1989, p. 9-10.

14 Bartolomé Bennassar, Valladolid… op. cit., p. 582.

15 Bartolomé Bennassar et Lucile Bennassar, Le Voyage en Espagne : anthologie des voyageurs français et francophones du xvie au xixe siècle, Paris, Robert Laffont, 1998.

16 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », in Pierre Nora (éd.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, p. 61-107.

17 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques…, op. cit.

18 Antoine Compagnon, « Je ne serai pas arrivé là si… », Le Monde du 9-10 février 2020, p. 25, entretien avec Béatrice Gurrey.

19 Bartolomé Bennassar, Valladolid…, op. cit., p. 570-571.

20 Bartolomé Bennassar, « La dimension universelle de l’histoire de l’Espagne », in Jean-Pierre Amalric (éd.), Pouvoirs et société… op. cit., p. 12.

21 José Antonio Maravall, La cultura del Barroco: análisis de una estructura histórica. Barcelona, Ariel, 1975 ; Antonio Domínguez Ortiz, Estudios de historia económica y social de España, Granada, Universidad de Granada, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bertrand et Guillaume Gaudin, « Le parcours d’un historien hispaniste à l’Université de Toulouse : Bartolomé Bennassar (1929-2018) », Les Cahiers de Framespa [En ligne], Hors-série 1 | 2020, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/7729

Haut de page

Auteurs

Michel Bertrand

Historien, professeur à l’Université de Toulouse II-Jean Jaurès, membre de l’Institut Universitaire de France et du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136 du CNRS), est actuellement directeur de la Casa de Velázquez.michel.bertrand@casadevelazquez.org

Articles du même auteur

Guillaume Gaudin

Maître de conférences en Histoire à l’Université Toulouse-Jean Jaurès, laboratoire FRAMESPA (UMR 5136). guillaume.gaudin@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals