Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 1Dossier : Le parcours d’un histor...Bennassar, enseignant et animateu...Bartolomé Bennassar, chercheur-en...

Dossier : Le parcours d’un historien hispaniste à l’Université de Toulouse : Bartolomé Bennassar (1929-2018)
Bennassar, enseignant et animateur de la recherche toulouso-méridionale

Bartolomé Bennassar, chercheur-enseignant

Bartolomé Bennassar, investigador-profesor
Bartolomé Bennassar, searcher-teacher
Michel Combet

Résumés

Ce texte ne constitue en aucune manière une présentation exhaustive de l’activité enseignante de Bartolomé Bennassar ; il s’agit d’un simple témoignage, sur une période bien limitée de sa carrière universitaire s’étendant entre 1967 et 1975. Animé du désir de faire partager le savoir, le chercheur n’a jamais considéré comme secondaires ses charges d’enseignement. Il a souvent assuré les cours sur les nouvelles questions des concours et n’a cessé – fait rare à l’Université – d’expérimenter, en équipe, des approches pédagogiques innovantes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Celle-ci dura de « l’automne 1956 » à « l’issue de l’année universitaire 1989-1990 », cf. Bartolomé (...)

1Les lignes qui suivent ne constituent en aucune manière une présentation exhaustive de l’activité enseignante de Bartolomé Bennassar ; elles se veulent un simple témoignage, sur une période bien limitée de sa carrière universitaire1 s’étendant entre 1967 et 1975 : entre ces deux dates, celle qui devait devenir mon épouse ou moi avons suivi plusieurs de ses cours à différents niveaux du cursus universitaire. Ils ont fortement influencé ma pratique enseignante. Hasard ou conjoncture, nous avons eu en effet la chance de croiser une génération de jeunes assistants, maîtres-assistants plus tard maîtres de conférences ou professeurs, dont Bartolomé Bennassar, qui nous ont donné le goût de l’histoire en même temps qu’ils dessinaient pour longtemps un profil idéal de l’universitaire, proche des étudiants, attentif et exigeant, bienveillant, modeste… soucieux de faire partager son savoir. Plusieurs années de pratique ont fini par brouiller sensiblement cette image un peu trop idyllique…

  • 2 Léon Cahen et Maurice Braure, L’évolution politique de l’Angleterre moderne, T. 1 : 1485-1660, Pari (...)

2Mon premier contact avec Bartolomé Bennassar correspond à mes premiers pas dans le monde universitaire : c’était durant l’année – exceptionnelle, faut-il le répéter ? – 1967-1968. La Faculté des Lettres était encore installée rue Albert-Lautman, et la première année d’histoire-géographie partageait avec d’autres disciplines littéraires et avec les étudiants de droit le grand amphi pour quelques cours magistraux. Bartolomé Bennassar y donnait celui d’histoire moderne, intitulé « L’Angleterre au xviie siècle (1603-1714) », complété par une série de TD pour lesquels nous étions encore répartis de manière académique, par ordre alphabétique. Soucieux de faciliter le travail des étudiants, Bartolomé Bennassar avait donné à l’AGET (Association générale des étudiants de Toulouse) un document écrit qui constituait plus qu’un guide, un recours, dans un temps où les publications accessibles étaient encore rares. Il remplaçait avantageusement le « Cahen et Braure » déjà vieilli, mais encore incontournable pour les étudiants non anglophones2… Dans son « Avertissement », Bennassar définissait un certain nombre de ses conceptions historiennes en même temps qu’il expliquait avec précision ses attentes d’enseignant :

Ce cours s’adresse aux étudiants d’histoire et de géographie qui préparent le D.U.E.L. ainsi qu’aux étudiants d’histoire qui préparent la licence (première année du deuxième cycle). Il se justifie notamment par l’absence d’un bon livre écrit en français qui soit consacré à l’histoire de l’Angleterre au cours du seul xviie siècle, j’entends à l’histoire totale, qui n’est pas seulement politique. Mais dans tous les cas ce cours ne dispense nullement les étudiants des lectures personnelles qui tiennent une place essentielle dans la formation d’un historien, il les dispense encore moins du contact avec les textes ou autres documents qui sont la matière première de l’histoire et qui peuvent seuls révéler à un esprit encore neuf la complexité du réel, lui faire comprendre que tous nos livres ou nos cours ne sont, ne peuvent être que des simplifications. Pour favoriser ces lectures et le recours aux documents j’ai indiqué dans les pages suivantes un certain nombre de livres ou d’articles intéressant les principaux aspects de la question et quelques textes particulièrement remarquables. Il va sans dire que j’ai moi-même utilisé ces livres, articles ou textes et la liste que j’en donne est en quelque sorte celle de mes créanciers.

  • 3 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations…, op.cit., p. 44.
  • 4 Apparue dans le programme de terminale de 1957 influencé par Fernand Braudel, l’étude des civilisat (...)
  • 5 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953, p. 70-74 (l’auteur y reprenait u (...)

3L’essentiel était dit pour celui qui « adhérai[t] naturellement aux priorités que le groupe des Annales accordait à l’économie, aux faits de société et de civilisations3 », mais cette approche représentait alors une curiosité pour des étudiants fraîchement sortis de l’enseignement secondaire dans lequel les faits politiques et militaires l’emportaient toujours largement – et jusqu’à saturation –, malgré la récente percée d’une partie « civilisation4 » , d’ailleurs peu prisée par les enseignants eux-mêmes et les examinateurs du baccalauréat, et souvent renvoyée, faute de temps, en fin d’année. Significativement, son cours débutait par un chapitre consacré à « la mutation économique et sociale de l’Angleterre au xviisiècle », puis réservait une place particulière à un aspect de cette mutation, « la croissance de Londres », dans lequel l’historien de Valladolid dégageait avec force les éléments déterminants d’un développement sans équivalent dans l’espace européen contemporain. Venaient ensuite les cours consacrés à la monarchie britannique et aux révolutions du xviisiècle, avant une réflexion sur la place de l’Angleterre dans le monde et une forte introduction à la civilisation anglaise. Une histoire totale donc dans laquelle les différentes composantes de l’activité humaine étaient mises en relation et très éloignée de « l’histoire-tableau » ou du « système de la commode », la bonne vieille commode en acajou, gloire des petits ménages bourgeois. Si bien rangée, et en si bel ordre ! », tant critiquée par Lucien Febvre5.

  • 6 Il renvoyait à la bibliographie alors la plus actuelle : Hugh Trevor-Roper, « La révolution anglais (...)

4Autre aspect innovant, et remarquable je crois, car il est trop souvent ignoré, au moins durant les trois premières années universitaires communes à l’ensemble d’une cohorte : l’introduction d’une réflexion historiographique et épistémologique. Suscitée certes par la question prégnante de l’interprétation de la première révolution anglaise, elle y trouvait une place de choix, même si elle restait assez déroutante pour des étudiants de première année habitués à recevoir la parole professorale comme univoque et définitive. Car, pour Bartolomé Bennassar, même à ce premier niveau d’initiation historique, l’étude de cet événement ne pouvait se limiter à « l’étude du conflit entre les Stuarts et le Parlement, de la Guerre civile et du gouvernement de Cromwell (…), des conditions générales dans lesquelles se sont produit les événements, des mécanismes qui ont entrainé le processus une fois déclenché, de la part souvent notable des hommes ». L’historien-enseignant ne pouvait négliger la signification profonde des événements présentés, même si elle n’était « pas facile à saisir » parmi des thèses radicalement opposées. Il expliquait donc successivement les démarches et conclusions de Tawney et Hill, celles de Trevor-Roper et pour terminer, en guise de synthèse, par les apports de Lawrence Stone, révélateurs des faiblesses des constructions théoriques mais séduisantes de ses prédécesseurs6.

  • 7 La question était ainsi formulée : « Les îles britanniques depuis la mort d’Élisabeth jusqu’en 1714 (...)

5Quatre années plus tard, la question fut inscrite, à quelques nuances près7, aux programmes du CAPES et de l’agrégation. Les candidats toulousains avaient quelques longueurs d’avance tant dans leur réflexion qu’en références bibliographiques, cependant l’AGET réimprima le cours de Bartolomé Bennassar pour les imprudents qui s’en étaient trop rapidement séparés… Le taux de Toulousains admissibles à l’agrégation frôla, je crois, les records en 1972, lorsqu’un sujet sur Londres au xviisiècle fut soumis à leur réflexion…

  • 8 Jaime Vicens Vives, Aproximación a la historia de España, Barcelona, Editorial Vicens-Vives, 1966, (...)
  • 9 Miguel Delibes, Cinco horas con Mario, Barcelona, Ediciones Destino, 1966 (traduction française, La (...)

6Parallèlement, et avant que ne s’applique la loi Faure (1969) sur l’enseignement supérieur, les étudiants des deux premières années de DEUG bénéficiaient d’un enseignement sur les aspects historiques d’une langue de leur choix. Les hispanophones, divisés en deux groupes (toujours alphabétiques), se virent confrontés, sous la houlette de Jean-Pierre Amalric ou de Bartolomé Bennassar, au décryptage et à la lecture orale de textes souvent complexes mais d’une grande valeur et qui ne pouvaient susciter que le rejet ou l’enthousiasme. Volontaires, passionnés, ils avaient relevé le défi après que les hispanistes, sollicités pour assurer ces cours, avaient décliné l’offre ministérielle… puis avaient sélectionné avec subtilité deux œuvres fortes et dissemblables – Bartolomé Bennassar connaissant personnellement un des auteurs retenus. J’ai été séduit par cette Espagne découverte grâce à la patience et aux commentaires de nos maîtres et à la lecture, tellement éclairante sur le drame espagnol, de Aproximación a la historia de España de Jaime Vicens Vives8 et, dans une approche radicalement différente et combien plus déroutante, de Cinco horas con Mario du grand romancier vallisoletan, Miguel Delibes, publié en 19669. Il y dépeignait, de manière féroce, la petite bourgeoisie provinciale conformiste et frustrée des dernières années du franquisme, et l’inconfort de l’intellectuel opposant condamné au silence…

7À partir de l’année universitaire 1969-1970, la mise en œuvre de la réforme d’Edgar Faure prit notamment la forme, au niveau de l’organisation de l’enseignement, de la création des modules appelés UV (unités de valeur), offrant un échantillonnage très éclaté des périodes, thèmes et sujets traités qui permettaient au corps enseignant d’aborder des sujets sans doute plus proches de ses objets de recherche. Les UV, en fonction de leur durée (semestrielle, annuelle), étaient affectées d’un coefficient différent : 1, 2. Il fallait 24 points pour obtenir la licence, certains s’offraient le luxe de dépasser ce contingent. Cela permit de proposer aux étudiants dès le premier semestre une UV « Histoire de l’Espagne moderne et contemporaine » d’abord semestrielle, puis annuelle. Cela permit encore à Bartolomé Bennassar et à ses « complices » de proposer une nouvelle innovation pour le traitement d’un espace qui leur tenait particulièrement à cœur, l’Espagne dans ses relations avec le monde méditerranéen étudiée sur la longue durée.

(…) avec Alain Ducellier, médiéviste spécialiste de Byzance et du monde musulman du Proche-Orient, et Jean-Pierre Amalric, dont l’objet d’étude était l’Espagne du xviiie siècle, nous avions créé une UV double (quatre points au lieu de deux), consacrée à l’histoire de la Méditerranée médiévale et moderne […] L’originalité de cette UV venait de ce que deux professeurs au moins assuraient ensemble l’enseignement. Ce qui veut dire qu’il nous arrivait de nous couper la parole l’un l’autre, pour nuancer nos affirmations, voire les contester, ou même d’émettre des avis contraires, pour la plus grande joie des étudiants. Mais nous estimions qu’ils comprendraient ainsi qu’il n’existait pas une histoire toute faite, qu’elle était en état permanent de construction. Comme les étudiants pensaient courir un risque réel (quatre points étaient en jeu), le nombre des inscrits ne dépassait pas la trentaine, ce qui rendait possible une gestion harmonieuse du système.

  • 10 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations…, op.cit., p. 82-83.

Un peu plus tard, avec les géographes et les hispanisants « américanistes », nous avons réussi une innovation plus difficile. « Réussi » est peut-être exagéré car le système ne dura qu’une douzaine d’années10

8Assez éloigné de l’orthodoxie universitaire ! Près de cinquante ans après, mon épouse se souvient encore avec enthousiasme de ces duos Bennassar-Amalric, véritables shows pédagogiques !

  • 11 Ibid., p. 82.
  • 12 Tel est le titre du huitième chapitre des Pérégrinations ibériques, op.cit., p. 85-96.
  • 13 Des collègues, siégeant avec lui au CNU, se souviennent encore de son vibrant plaidoyer pour ce spo (...)

9Entre 1970 et 1975, Bartolomé Bennassar a été en permanence présent sur le front des concours : « considéré comme spécialiste d’histoire économique, réputation que je ne méritais nullement [sic !], je dus me charger de l’enseignement des problèmes économiques qui concernaient les questions au programme de l’agrégation et du Capes, quels qu’ils fussent11 ». Il y eut ainsi, juste après l’Angleterre au xviisiècle déjà évoquée, mais dès l’année 1972-1973, « La France de février 1934 à mai 1958. Histoire intérieure, extérieure et coloniale », puis, dès l’année suivante, « Charles Quint : ses États héréditaires et l’Empire (1516-1558) ». La dernière de ces questions ne fut sans doute pas la plus compliquée à traiter pour Bartolomé Bennassar ; néanmoins, sa mise en œuvre constituait, à la suite des deux précédentes, un investissement sur la longue durée, sans trêve ni répit et représenta sans nul doute une surcharge de travail conséquente, hautement consommatrice en énergie pour un homme « trop occupé12 » qui, dans le même temps, ne lâchait rien de ses engagements professionnels habituels et autres hobbys dont l’écriture romanesque ou la pêche à la truite13… Habité par la passion d’enseigner, Bartolomé Bennassar offrit, en tous cas, aux étudiants préparant les concours, le meilleur.

  • 14 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations…, op.cit., p. 82.

10Il y eut d’abord, après l’Angleterre au xviisiècle, sa contribution à cette difficile question sur la France de 1934 à 1958. Se partageant la tâche avec Jean Rives, il traita dans un premier temps des conséquences de la crise de 1929 dans notre pays dans un cours qui embrassait la période 1932-1944. Ardu mais éclairant, il se déclinait en trois chapitres : la France épargnée ? La crise et ses conséquences ; les réponses politiques à la crise, du Front populaire au régime de Vichy et leurs bilans… Et s’il passa « des moments difficiles14 », le temps de la préparation, Bartolomé Bennassar put être satisfait du résultat…

11Avec la question sur les États de Charles Quint, il retrouvait un terrain plus familier et qu’il avait déjà largement défriché et balisé à l’occasion de ses travaux de recherche. Trois fascicules, cent-vingt pages, toujours publiées par l’AGET, en conservent l’essentiel même si dès l’« Avertissement », l’auteur déclarait : « ce texte ne constitue pas un “cours” suivi et parfaitement cohérent concernant l’ensemble de la question. Il se présente comme une série de leçons faites à propos du programme de l’agrégation d’histoire des concours 1973 et 1974. Ces leçons sont bien loin d’épuiser le contenu de la question au programme et les candidats au concours ne peuvent s’en contenter ». Certes. Cependant, les manuels de préparation aux concours ne constituaient pas alors une mode éditoriale et, face aux cours du CNTE, plus longs et détaillés, son approche offrait un mélange original de synthèses pointues et de questions plus marginales permettant, à l’occasion, de se démarquer du commun. Sa table des matières en témoigne :

  1. Charles, ses États et l’Empire : gouvernement et administration. Le problème de l’idéologie impériale.

  2. Gouvernement municipal et conflits sociaux dans les villes d’Espagne et d’Italie.

  3. L’évolution démographique dans les États de Charles Quint.

  4. Les finances de Charles Quint.

  5. La révolution des prix et ses effets.

  6. Continuités et changements économiques dans les États de Charles Quint.

  7. La noblesse dans les États de Charles Quint.

  8. Consommation, luxe et fête.

    • 15 Traitée par une collègue, la question religieuse ne figure pas dans le polycopié…

    Comportements et mentalités dans l’Espagne de Charles Quint15.

  • 16 Cf. par exemple Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, PUF (QSJ ?), 2004 ou Philippe Poirrier, L (...)

12Les deux derniers chapitres en particulier éclairaient d’un autre jour l’histoire de ce premier xvisiècle dans l’aire impériale. S’appuyant sur des recherches récentes, Bartolomé Bennassar y démontrait un phénomène amorcé dans la seconde moitié du xvsiècle : la rapide augmentation de la demande de la consommation (alimentation, vêtement, luxe…) et celle, concomitante, de l’offre dont les manifestations frappent alors les contemporains. Bien qu’encore fragmentaire, l’histoire des comportements et des déviances – collectives et individuelles – faisait à la suite l’objet d’approches alors totalement innovantes et parfois ébouriffantes… : blasphème, agressivité, sexualité, marginalité, magie et sorcellerie, appuyées sur des exemples précis et originaux. Conceptions très novatrices d’une histoire qu’on ne qualifiait pas encore de culturelle16...

  • 17 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations…, op.cit., p. 127.
  • 18 Ibid., p. 92.

13À l’issu d’une carrière brillante qui l’a placé parmi les historiens des mondes ibériques les plus reconnus internationalement, Bartolomé Bennassar est demeuré un homme simple, accessible, toujours animé par le désir de partager le savoir. Et, il y a quelques mois encore, alors qu’il se livrait, pour les éditions de la Casa de Velázquez à l’exercice de l’ego-histoire, il avouait que cinq ou six ans après son départ à la retraite, il se prenait à regretter sa décision car « l’enseignement [lui] manquait17 ». Ce goût pour la transmission du savoir s’est traduit tout au long de sa carrière par la prise en charge de nombreux cours, à tous les niveaux du cursus universitaire, et au maintien de cette activité au moment où les responsabilités administratives auraient pu justifier qu’il s’éloignât des salles de cours et des amphithéâtres (gestion de l’UER (Unité d’Enseignement et de Recherche), présidence de l’Université, etc.). Servis par une intelligence profonde de l’histoire, un esprit de synthèse remarquable, un talent d’écrivain, le sens de la phrase et une puissance de travail peu ordinaire, ses cours, donnés à l’AGET, furent largement diffusés auprès des étudiants toulousains. Cet intérêt pour l’enseignement qui ne s’est jamais démenti l’a amené plusieurs fois à relever le défi d’une préparation exigeante au CAPES et à l’agrégation dont il mesurait trop les enjeux scientifiques et humains pour se désister… Parce qu’il n’hésitait pas à bousculer la doxa universitaire, il fut conduit aussi à multiplier les innovations pédagogiques, tant dans l’organisation de son enseignement que dans d’autres activités, éditoriales par exemple, lorsqu’il proposa à des étudiants de maîtrise de les associer à l’écriture d’un livre, L’Inquisition espagnole, publié en 1979 chez Hachette18. À l’écoute de ses élèves, il l’était plus généralement à l’égard de tous, et savait répondre, d’une lettre, d’un mot à leurs attentes.

14Présent, en 2007, au salon de Gradignan, Livre en poche, il répondit à celles d’une collègue, professeur d’anglais en collège, qui, participant au groupe que j’animais sur la formation continue du second degré, décida de m’offrir La guerre d’Espagne et ses lendemains. Il accepta d’y inscrire une banale dédicace, ignorant l’identité de l’heureux destinataire :

  • 19 Je possédais la version originale publiée chez Perrin en 2004 et conserve désormais les deux éditio (...)

Pour Michel, qui a le goût et la pratique de l’Histoire, avec l’espoir que ce livre ne lui paraisse pas indigne de ses attentes. 7-10-200719.

15Si elle ne résume pas l’homme, elle donne, me semble-t-il, une idée de ce qu’il était…

Haut de page

Notes

1 Celle-ci dura de « l’automne 1956 » à « l’issue de l’année universitaire 1989-1990 », cf. Bartolomé Bennassar, Pérégrinations ibériques esquisse d’ego-histoire, Madrid, Casa de Velázquez, 2018.

2 Léon Cahen et Maurice Braure, L’évolution politique de l’Angleterre moderne, T. 1 : 1485-1660, Paris, Albin Michel, 1960.

3 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations…, op.cit., p. 44.

4 Apparue dans le programme de terminale de 1957 influencé par Fernand Braudel, l’étude des civilisations se vit progressivement amputée de la partie consacrée aux civilisations extra-européennes à la demande de la Société des professeurs d’histoire et de géographie…

5 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953, p. 70-74 (l’auteur y reprenait un compte- rendu critique de l’Histoire de Russie, de Charles Seignobos et. al., publié en 1934 dans la Revue de Synthèse).

6 Il renvoyait à la bibliographie alors la plus actuelle : Hugh Trevor-Roper, « La révolution anglaise de Cromwell », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 1955, n° 3, p. 331-340 ; Christopher Hill, Hugh Trevor-Roper, « À propos d'un article récent sur Cromwell », AESC 1956, n° 4, p. 490-494 ; Christopher Hill, The century of Revolution, 1603-1714, Londres, Nelson, 1961 ; Lawrence Stone, The crisis of the aristocracy (1558-1641), Oxford, ClarendonPress, 1965.

7 La question était ainsi formulée : « Les îles britanniques depuis la mort d’Élisabeth jusqu’en 1714. Histoire intérieure, extérieure et coloniale (par « coloniale » on entendra les rapports de l’Angleterre avec ses colonies et la place que celles-ci tiennent dans son histoire, mais non la vie intérieure de celles-ci). Bartolomé Bennassar était alors membre du jury d’agrégation auquel il participa durant trois ans…

8 Jaime Vicens Vives, Aproximación a la historia de España, Barcelona, Editorial Vicens-Vives, 1966, 4e édition.

9 Miguel Delibes, Cinco horas con Mario, Barcelona, Ediciones Destino, 1966 (traduction française, Lagrasse, Verdier, 2009).

10 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations…, op.cit., p. 82-83.

11 Ibid., p. 82.

12 Tel est le titre du huitième chapitre des Pérégrinations ibériques, op.cit., p. 85-96.

13 Des collègues, siégeant avec lui au CNU, se souviennent encore de son vibrant plaidoyer pour ce sport !

14 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations…, op.cit., p. 82.

15 Traitée par une collègue, la question religieuse ne figure pas dans le polycopié…

16 Cf. par exemple Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, PUF (QSJ ?), 2004 ou Philippe Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil (Point-Histoire), 2004.

17 Bartolomé Bennassar, Pérégrinations…, op.cit., p. 127.

18 Ibid., p. 92.

19 Je possédais la version originale publiée chez Perrin en 2004 et conserve désormais les deux éditions…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Combet, « Bartolomé Bennassar, chercheur-enseignant »Les Cahiers de Framespa [En ligne], Hors-série 1 | 2020, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/framespa/7772 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.7772

Haut de page

Auteur

Michel Combet

Maître de conférences honoraire, Université de Bordeaux – Montesquieu ; CEMMC (EA 2958) Université de Bordeaux – Montaigne ; vice-président des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord ; histoire des élites au XVIIIsiècle. michel.combet@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search