Navigation – Plan du site
Dossier : Le parcours d’un historien hispaniste à l’Université de Toulouse : Bartolomé Bennassar (1929-2018)
L’Homme espagnol : une entrée dans l’histoire des mentalités

L’Homme espagnol : une entrée dans l’histoire des mentalités

L'Homme espagnol : Bennassar, historiador de las mentalidades
L'Homme espagnol : Bennassar and the history of mentalities
Isabelle Poutrin

Résumés

L’article replace L’Homme espagnol (1975) de Bartolomé Bennassar dans le contexte historiographique et politique des années 1970, et dans la carrière de son auteur. Tout en signalant les points forts de l’ouvrage, il porte un regard critique sur le corpus des sources mobilisé par Bennassar, ainsi que sur sa vision du catholicisme espagnol et de la place des femmes, thèmes qui ont été depuis amplement renouvelés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol. Attitudes et mentalités du xvie au xixe siècle, Paris, Hache (...)
  • 2 Henri Lapeyre, Une famille de marchands : les Ruiz. Contribution à l’étude du commerce entre la Fra (...)
  • 3 Joseph Pérez, L’Espagne des Rois Catholiques, Paris, Bordas, 1971 ; Idem, L’Espagne du xvie siècle, (...)

1L’Homme espagnol. Attitudes et mentalités du xvie au xixe siècle1, paru en 1975, a contribué à faire connaître au public français l’histoire de l’Espagne moderne bien davantage que ne l’avaient fait les thèses d’État des hispanistes depuis Henri Lapeyre2, et les précédents travaux de Bennassar lui-même sur Valladolid et sur les grandes épidémies dans le Nord de l’Espagne. Il fut le premier d’une série de livres au contenu scientifique solide et au style alerte, publiés par des éditeurs généralistes, qui firent de Bennassar durant une trentaine d’années le visage de l’histoire de l’Espagne pour le public français. Il ne partagea cette place qu’avec Joseph Pérez, qui publia dès 1971 chez Fayard son Espagne des Rois Catholiques et occupa le terrain de l’histoire politique3. Hégémonie qui eut un coût : aussi diverses, novatrices, profondes et rigoureuses qu’aient été les productions des autres historiennes et historiens français de l’Espagne durant cette période, et malgré le rayonnement d’un certain nombre d’entre eux dans le monde ibérique et au-delà, ils n’ont rencontré en France qu’un public plus restreint, publiant le plus souvent dans des maisons d’édition universitaires.

2J’ai moi aussi appris l’histoire de l’Espagne en lisant Bennassar. Il me semble avoir découvert L’Homme espagnol en 1981, pour les besoins du concours d’entrée à l’École normale supérieure de jeunes filles dont le sujet d’histoire moderne portait sur l’Espagne du xvie siècle. Je n’en garde pas de souvenir précis car il se confond avec les comuneros, Charles Quint, Séville et l’Atlantique, et les foires de Medina del Campo dont Dominique Borne ouvrait les portes à ses élèves. L’année suivante, j’ai lu Un siècle d’or espagnol, publié en 1978, qui reprend les grands thèmes de L’Homme espagnol et y ajoute les domaines politique et artistique, présentant ainsi de cette période une synthèse assez complète que Bennassar reprit et enrichit ensuite dans l’Histoire des Espagnols puis, avec Bernard Vincent, dans Le temps de l’Espagne. Ce sont ces deux derniers ouvrages que je recommande encore aux étudiants dans les cours où j’aborde l’Espagne. Mais c’est assurément L’Homme espagnol qui lança la carrière de Bennassar comme passeur et conteur de l’histoire de l’Espagne.

1.De Valladolid à L’Homme espagnol

  • 4 Voir Marcelin Defourneaux, « La Castille du Siècle d’or : Bartolomé Bennassar, Valladolid au Siècle (...)

3Il avait 46 ans quand il publia L’Homme espagnol. Sa thèse sur Valladolid au siècle d’or, soutenue en 1967, avait été saluée comme une grande thèse d’histoire urbaine ; son travail dans des archives notariales et municipales, alors peu exploitées et d’accès difficile, était signalé comme pionnier4. À cette époque, la grande monographie régionale combinant démographie, économie et société était encore l’un des formats dominants pour la thèse mais, dans la suite de leur carrière, forts de la légitimité acquise au prix de leurs longues années de recherches doctorales, les historiens pouvaient opter pour des approches moins académiques. Dans le prolongement de Valladolid, Bennassar aspirait à produire un ouvrage plus court et accessible à un plus large public. Il écrivit avec Jean Jacquart l’inusable manuel Le xvie siècle publié en 1972 dans la « collection U » chez Armand Colin, puis répondit à l’invitation de Jean Delumeau qui dirigeait la collection « Le temps et les Hommes » aux éditions Hachette.

  • 5 Ainsi Pierre Chaunu, passant de Séville et l’Atlantique (thèse soutenue en 1960) à La mort à Paris (...)
  • 6 Florence Hulak, « En avons-nous fini avec l’histoire des mentalités ? », Philosorbonne, 2/2008, p. (...)

4Bennassar rejoignit le chantier de « l’histoire des mentalités5 ». Cette notion, typique de la troisième époque de l’École des Annales, était suffisamment floue pour être fédératrice. Elle pouvait inclure aussi bien la psychologie collective que les représentations individuelles, du moment qu’elle permettait de se libérer du déterminisme économique et social6. Le sous-titre de L’Homme espagnol, « attitudes et mentalités », inscrivait l’ouvrage dans ce domaine très large, sans pour autant définir le sujet. Le mot « mentalités » n’est d’ailleurs nulle part explicité, comme si Bennassar le supposait déjà bien connu de ses lecteurs. L’introduction annonçait un contenu concret et séduisant : Bennassar allait se pencher sur « le temps de vivre », ce temps de la vie humaine qui n’était consacré ni au travail, ni à la politique (sujets privilégiés des livres d’histoire selon lui), ni au sommeil : rapport au temps et à l’espace, à la religion, à l’argent, aux « amours », à la fête et au divertissement, à l’honneur, à la mort. Le sujet était encore neuf (« Son exploration n’a guère commencé que depuis une vingtaine d’années », p. 7). Des trois thèmes qui composaient le plan de Valladolid au Siècle d’or (espace urbain et démographie ; économie ; style de vie), Bennassar laissait donc tomber le deuxième et développait le troisième, élargissant son propos à l’ensemble de l’Espagne et l’étendant vers le xixe siècle. En présentant au lecteur des thèmes qui relevaient de l’anthropologie et de la psychologie (la religion, le temps, l’amour, l’ambition, la violence), Bennassar s’inscrivait dans le temps long qu’avait théorisé et exploré Fernand Braudel dans la première partie de La Méditerranée au temps de Philippe II, et rejoignait les historiens de sa génération tels Philippe Ariès, Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Le Goff et bien qu’autres. Les sujets d’histoire des mentalités, qui pouvaient donner l’impression de la facilité parce que, contrairement à l’histoire politique ou économique, ils n’exigeaient pas des lecteurs un lourd bagage de connaissances préalables, suscitaient l’intérêt du public par leur portée universelle et leur capacité à évoquer des mondes désormais disparus.

  • 7 Raymond Goscinny et René Uderzo, Astérix en Hispanie, Paris, Dargaud, 1969.
  • 8 Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol…, op. cit., p. 10.

5Sous le régime franquiste, l’Espagne était elle aussi entrée dans l’ère de la modernité, de l’industrialisation, de la consommation et du tourisme de masse. L’une des grandes réussites de L’Homme espagnol est de mettre à distance ces transformations contemporaines pour donner à voir le mode de vie et « l’univers mental » (p. 58) d’une population tout entière, en soulignant leur permanence de la fin du Moyen Âge aux débuts de l’ère industrielle. Dans le premier chapitre, Bennassar commençait par égrener sept portraits, en guise de typologie : un torero, un militaire, deux écrivains, un homme de cour, un escroc et un conquistador. Ce procédé de la galerie de portraits préliminaire, qu’il employa souvent par la suite, plongeait d’emblée dans un monde haut en couleur où le lecteur d’alors, celui qui avait lu Carmen et La Légende des siècles, avait passé l’été sur la Costa Brava ou visité un jour le musée du Prado, retrouvait quelques figures familières. Comme l’avaient fait dans un autre registre les auteurs d’Astérix en Hispanie7, Bennassar pouvait compter sur un répertoire de représentations de l’Espagne qui était bien ancré en France et qui était, dans l’ensemble, positif. De plus l’Espagne était encore une réalité nationale qui se passait de définition, en cette année 1975 qui fut la dernière du général Franco (il mourut le 22 novembre) et vit le début de la transition démocratique, avant la reconnaissance institutionnelle des « autonomies ». Si Bennassar évoquait dans l’introduction « les diversités des siècles et celles des Espagnes8 », celle de L’Homme espagnol était très largement castillane, sans qu’il eût paru indispensable de s’en expliquer.

6L’Homme espagnol offre un exemple de la faiblesse méthodologique qui conduisit les historiens à abandonner assez rapidement ce type d’histoire pour revenir à un genre plus classique (la biographie), se tourner vers la micro-histoire (le livre de Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers, parut en italien en 1976 mais ne fut traduit en français qu’en 1981) ou étudier des objets mieux cernés, comme Bennassar le fit par la suite avec l’Inquisition ou les renégats. En quête des croyances, des représentations et des habitudes de vie d’une collectivité, l’historien construit son exposé par une alternance de propositions générales sur le groupe ou le pays étudié, et d’exemples qui étayent ou simplement illustrent la proposition initiale, sans avoir valeur de preuve ni être confrontés à des contre-exemples. « Qui pourrait nier l’importance de la religion en Espagne ? » (p. 58) ; « En Espagne, le goût de la danse traverse les siècles, préservé, inaltéré » (p. 130) ; « S’il fut une passion capable de définir à elle seule le comportement du peuple espagnol, ce fut bien celle de l’honneur » (p. 167) : entre le constat historique et le lieu commun sur le tempérament des peuples, la différence est parfois ténue.

  • 9 Marcelin Desfourneaux, La vie quotidienne en Espagne au Siècle d’or, Paris, Hachette, 1964, réédité (...)
  • 10 Antonio Dominguez Ortiz, La sociedad española en el siglo xvii, 2 vol., Madrid, CSIC, 1963 et 1970.
  • 11 Julio Caro Baroja, El carnaval, Madrid, Taurus, 1965 ; Idem, Las Brujas y su mundo, Madrid, Revista (...)
  • 12 José Deleito y Piñuela, Solo Madrid es Corte, Madrid, Espasa Calpe, 1942 ; Idem, También se diviert (...)

7Au bagage qui lui était donné par l’École des Annales, Bennassar joignait d’autres références qui concernaient spécifiquement l’Espagne. Il écrit (p. 248) avoir utilisé à plusieurs reprises l’ouvrage de Marcelin Defourneaux La vie quotidienne en Espagne au Siècle d’or, qui l’a sans doute inspiré plus qu’il ne le dit, tant sur la forme que sur le fond : dans la recension élogieuse qu’il a rédigée sur ce livre9, on retrouve en effet les grands thèmes qui seront ceux de L’Homme espagnol et il saluait en outre « une réussite d’autant plus complète que l’agrément de la lecture est encore augmenté par la fluidité et l’éclat du style ». Bennassar, avec L’Homme espagnol, a transformé l’essai marqué par Defourneaux, sans devoir se plier aux contraintes de la collection « La vie quotidienne ». Il a aussi utilisé des travaux récents dont la plupart n’étaient encore que dactylographiés : ceux de Jean-Paul Le Flem, Francis Brumont, Augustin Redondo, Julian Montemayor, Louis Cardaillac, Janine Fayard, Claude Larquié, Albert N’Damba, Élisabeth Balancy, Nicole Blanc et Marie-Claude López, placés dans les notes, témoignent de la diversité et du renouvellement de l’hispanisme au début des années 1970. Quant aux historiens espagnols, leur apport semble limité. Bennassar distingue particulièrement les ouvrages d’Antonio Domínguez Ortiz sur la société espagnole au xviie et au xviiie siècle10, ainsi que ceux de Julio Caro Baroja sur le carnaval et les sorcières11. Tous deux étaient des figures essentielles pour l’histoire moderne durant les décennies 1960 et 1970, le premier rénovant l’histoire politique et sociale, le second cultivant une approche plus anthropologique. En revanche, Bennassar ne mentionne pas les livres de José Deleito y Piñuela (1879-1957) publiés dans les années 1940, non plus que les volumes de l’Historia de España dirigée par Ramón Menéndez Pidal et dont Deleito y Piñuela avait rédigé le tome sur Philippe IV12 ; si son approche restait descriptive, cet historien n’en avait pas moins traité un grand nombre de thèmes qui se retrouvent dans L’Homme espagnol tels que le mode de vie, les cérémonies, les pratiques religieuses et les fêtes.

8Toujours est-il que la bibliographie disponible était alors réellement réduite et peu variée, si on la compare à la masse de travaux sur l’histoire sociale et culturelle de l’Espagne moderne qui ont été produits à partir des années 1980 avec le profond renouvellement qu’a permis l’ancrage de l’Espagne dans la démocratie, puis, dans les dernières décennies, grâce à la multiplication des équipes et des programmes collectifs internationaux.

2.L’Espagne vue des années 1970

  • 13 Leopold von Ranke, L’Espagne sous Charles Quint, Philippe II et Philippe III, ou les Osmanlis et la (...)
  • 14 Edmond Cros, « Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol, attitudes et mentalités du xvie au xixe siècl (...)

9À l’instar de Leopold von Ranke qui, au xixe siècle, avait brillamment décrit l’organisation du gouvernement des Habsbourg d’Espagne en se fondant sur une poignée de relations d’ambassadeurs vénitiens13, Bennassar ne disposait que de sources limitées pour traiter son sujet. Il avait visité les fonds de l’Archivo Historico Nacional de Madrid pour la documentation inquisitoriale, et ceux de l’Archivo Historico Provincial de Valladolid pour les actes notariés. Une bonne partie de ses notes renvoient à sa thèse. Les travaux des jeunes chercheurs nourrissent abondamment sa documentation. Une grande partie de ses exemples sont tirés de récits de voyageurs français et britanniques, qu’il utilise sans les entourer des précautions critiques qui auraient été nécessaires. Comme l’a souligné Edmond Cros dans sa recension de l’Homme espagnol, ces textes projettent « des modèles culturels extérieurs sur un objet que l’on prétend au contraire reconstituer de l’intérieur du vécu14 ». Critiquable quant à sa pertinence scientifique, l’utilisation des récits de voyage présentait néanmoins un avantage pour un livre destiné au public français : ils confortaient les représentations communes que les voyageurs les plus connus (Théophile Gautier, Joseph Towsend) avaient d’ailleurs contribué à fonder.

10En revanche, Bennassar laissa de côté l’abondante littérature du Siècle d’or et des Lumières espagnoles. D’innombrables textes imprimés auraient pourtant pu enrichir l’exposé : hagiographes, arbitristes, juristes, historiens, casuistes, dramaturges, fondatrices de couvents, etc. documentent les « mentalités » tout autant que ne le font les actes notariés, et de l’intérieur, contrairement aux récits de voyage. En particulier, signale Edmond Cros, le débat historique (discuté au chapitre V) sur le rapport des Espagnols aux activités productives et à l’accumulation de richesses – débat entre Américo Castro et Claudio Sanchez Albornoz qui, dans les années 1940, interrogeaient le poids des héritages juif et islamique dans l’échec du développement économique de l’Espagne – aurait pu être éclairé par les ouvrages des arbitristes, expression des valeurs bourgeoises. Mais l’exploration, même superficielle, de ces différents corpus aurait nécessité de nouvelles et longues recherches, ce qui n’était pas l’objectif de Bennassar. L’Homme espagnol a été composé à moindres frais, comme une adaptation de Valladolid au Siècle d’or, alors que Bennassar avait déjà ouvert le chantier de l’Inquisition.

  • 15 Pierre Goubert, Louis XIV et vingt millions de Français, Paris, Fayard, 1966.

11Malgré ces limitations, le tableau dépeint par Bennassar s’imposait par sa vivacité, emportant le lecteur d’une ville à l’autre, passant en Angleterre ou en France pour une comparaison, alternant avec brio les scènes et situations vécues, les descriptions tirées des récits de voyage et les données chiffrées. La multitude de personnages exhumés des archives incarnait enfin l’Espagne réelle, tout comme les vingt millions de Français surgis sous la plume de Pierre Goubert avaient révolutionné l’image de la France du Roi Soleil15. Dans le même temps, Bennassar conduisait magistralement son exposé, introduisant ici un développement par une question rhétorique, se rapportant parfois à ses propres observations, et prenant position dans les débats historiographiques tel celui sur l’échec du décollage économique de l’Espagne. Ses mots sont alors assez durs :

  • 16 Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol…, op. cit., p. 105.

Bien des fois, au cours des siècles, les Espagnols sacrifièrent les intérêts de la communauté à leurs appétits de pouvoir et préférèrent voir l’Espagne rouler dans la misère et le chaos plutôt que de renoncer au pouvoir. Pour déguiser leurs assauts au pouvoir, ils prirent souvent le masque hypocrite de la croisade16.

12L’Homme espagnol est écrit, évidemment, à la lumière de l’histoire récente et du temps présent de l’Espagne : en particulier ce que Bennassar écrit du poids de la religion et de l’emprise de l’Église indique la voie suivie vers le « national-catholicisme » de la période franquiste. « L’existence quotidienne est “saturée” de religion » (p. 59) et l’Église est partout, dans le paysage urbain, les rythmes du temps, la conscience du péché et l’obsédante pensée de la mort. Le chapitre IV « Foi et dissidences » présente le récit d’une décadence : après un âge d’or (le xvie siècle) où la foi était vive et l’Église, riche et prestigieuse, la religion fut « désertée par l’esprit » au xviie siècle : les Espagnols se glorifiaient en 1622 en célébrant les saints du siècle précédent mais l’Église devenait une voie de carrière, la médiocrité gagnait, la superstition prospérait malgré quelques prélats exemplaires. Cependant, la foi ne fut jamais unanime, mais contestée par les blasphémateurs, les conversos et les morisques. À l’époque contemporaine, la religion sépara désormais deux Espagnes, celle de l’esprit de croisade et celle de l’anticléricalisme.

  • 17 Pour un développement sur le sujet : Isabelle Poutrin, « Iglesia, mística y santidad en la España m (...)

13Comme tant d’autres hispanistes français de sa génération17, Bennassar a regardé le catholicisme espagnol par ses marges, s’intéressant avant tout aux dissidences et aux contestations : ses travaux sur l’Inquisition et les renégats s’inscrivent dans cette optique. Il le considérait aussi comme un phénomène quasi autonome situé dans ses limites nationales, lourdement conditionné par le contact historique entre chrétiens, juifs et musulmans, et détaché de ses structures institutionnelles (Rome, le concile de Trente) comme de sa dimension universelle. Cette vision particulariste du catholicisme espagnol, longtemps dominante dans l’historiographie, a alimenté la thèse d’une intolérance religieuse espagnole élevée au rang de spécificité nationale.

3.L’Homme espagnol n’est pas une femme

  • 18 Madame d’Aulnoy, Relation du voyage d’Espagne, éd. R. Fouché- Delbosc, Paris, 1936. Voir Paul Court (...)

14Entre les sept personnages qui ouvrent L’Homme espagnol, pas une femme ; de même parmi les voyageurs dont les récits sont utilisés – alors que celui de Madame d’Aulnoy, relation d’un voyage effectué en 1679, était accessible18. L’ensemble du livre procède d’une vision androcentrée où les hommes ont naturellement le statut de sujets historiques tandis que les femmes, au second plan, sont le plus souvent anonymes : religieuses ou beatas, veuves, esclaves ou prostituées. Les noms qui émergent sont rares : la reine Jeanne (« Valladolid, la ville de Philippe le Beau et de son épouse Jeanne », p. 122), la beata Isabel de la Cruz, sainte Thérèse d’Avila, la malheureuse Gracia de Arguignano égorgée pour adultère et quelques testatrices cueillies dans les actes notariaux. Un index des noms de personnes aurait confirmé cette dissymétrie. La culture espagnole est décidément virile, à l’image des fêtes de Saint-Fermin « où tous les premiers rôles sont des rôles d’hommes » et où les femmes ne se montrent qu’à l’heure des bals, comme objets du désir masculin (p. 118). Seul le chapitre VII consacré à la sexualité, intitulé pudiquement « Toutes les formes des amours » fait apparaître les femmes de façon consistante, encore que ce soit pour évoquer la constitution des couples, la prostitution, le concubinage et l’adultère. Bennassar signale au passage le manque de travaux sur le viol, classé parmi les perversions avec l’exhibitionnisme.

15En cela aussi, L’Homme espagnol est bien de son temps, celui où les women’s studies commençaient à se développer à partir des États-Unis et n’avaient pas encore de nom en France. Le fait passait inaperçu dans un milieu académique où l’entre-soi masculin n’étonnait personne. Ce n’est qu’en 1973 que quelques historiennes, dont Michèle Perrot, avaient ouvert à Jussieu un cours intitulé « Les femmes ont-elles une histoire ? » où la question des sources à inventer pour faire l’histoire des femmes s’avérait centrale. En Espagne comme en France, l’histoire des femmes prit son essor dans les années 1980, les travaux se multipliant dans la décennie suivante. Quant à la notion de genre comme outil de déconstruction des rôles masculins et féminins, elle n’a montré sa fécondité que dans les années 1990. On ne peut donc faire grief au Bennassar de 1975 de n’avoir pas perçu le caractère partiel de son étude.

  • 19 Bartolomé Bennassar, Le Lit, le Pouvoir et la Mort. Reines et Princesses d’Europe de la Renaissance (...)
  • 20 Voir l’introduction aux actes du colloque organisé en 2003 à l’université de Paris-Est Créteil : Is (...)

16Par la suite, il n’apparaît pas que Bennassar ait intégré les apports de l’histoire des femmes et du genre. Je ne m’attarderai pas sur l’ouvrage qu’en 2006 il a consacré aux reines et princesses19. Le Lit, le Pouvoir et la Mort « prétend définir, comprendre et expliquer […] la spécificité d’une catégorie humaine dont la condition fut très souvent malheureuse, voire lamentable. Mais son rôle dans les affaires du pouvoir fut bien plus considérable qu’on ne l’imagine actuellement » (p. 7). Cette vision compassionnelle ramenait les reines et princesses à la sexualité et à la maternité (« le lit »), au domaine des émotions et de la fatalité (les destins malheureux), reproduisant des stéréotypes anciens (« le lit » comme « passage obligé vers les avenues du pouvoir »). Si Bennassar s’était fondé sur un échantillon de quelque 120 reines, princesses ou archiduchesses européennes avec le souci d’une enquête aussi complète que possible, il n’avait guère exploré le sujet en lisant les spécialistes, alors que ce champ de recherche, très international, montrait un dynamisme remarquable20. Depuis les années 1990, la notion de queenship (terme que Fanny Cosandey avait traduit en français par « réginalité ») permettait de penser à la royauté au féminin. Les travaux se multipliaient sur les différences entre reines souveraines et consorts, l’action des régentes et des gouvernantes, les spécificités féminines de l’exercice du pouvoir, les réseaux politiques des princesses, leur rôle dans les politiques dynastiques, leur entourage courtisan, leur mécénat artistique et leur patronage religieux. Le décalage était donc patent entre cet état de l’art et l’ouvrage publié par les éditions De Fallois.

  • 21 Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol…, op. cit., p. 169.
  • 22 Ángela Atienza López, Mujeres entre el claustro y el siglo. Autoridad y poder en el mundo religioso (...)
  • 23 Isabelle Poutrin, « Assessing consent through external signs. Three cases of madness, repulsion and (...)

17Si l’on voulait réviser L’Homme espagnol aujourd’hui, il ne s’agirait pas seulement d’en changer le titre et d’ajouter des femmes dans la galerie de portraits, ni même d’enrichir les pages sur le mariage et la prostitution. Prenons le thème de l’honneur, au chapitre VIII. Bennassar tente de cerner cette notion à partir des Partidas, des récits de voyageurs et du théâtre du Siècle d’or, avant de s’appuyer sur le procès de Francisco de Aguayo (1607) éconduit dans sa tentative de séduire Maria de Aguilera, cadette d’une famille d’artisans. Il conclut : « Cette histoire est exemplaire : pour l’homme, l’honneur se définit par la réputation qu’il doit défendre au risque de sa vie et, s’il ne le peut, c’est le désespoir. L’honneur de la jeune fille réside dans sa virginité, celui de la femme mariée dans sa fidélité21 ». Ces affirmations résument la conception masculine de l’honneur, Bennassar épousant le point de vue de Francisco de Aguayo. Cette idée que l’honneur des femmes résidait dans leur corps sexualisé, qui devait être tenu à distance de tout rapport avec des hommes hors des liens du mariage, procède de la vision patriarcale de la place des femmes dans la société. Elle n’est pas fausse, mais il faudrait ajouter que ce qui est dit pour l’homme (le prix attaché à l’honneur, plus élevé que la vie) valait aussi pour les femmes. De plus, les sources qui donnent accès à la conception que les femmes elles-mêmes se faisaient de leur honneur incitent à penser que celui-ci ne se limitait pas à leur sexualité et n’y était pas nécessairement lié. Ainsi les femmes de l’aristocratie, les abbesses et les supérieures de couvent (souvent issues de la noblesse elles aussi) étaient très attentives au respect des préséances qui étaient l’expression visible de leur rang. La question de l’honneur est centrale dans la réforme des couvents féminins, à la fois pour prendre la mesure des sacrifices que supposait l’abandon des signes extérieurs d’une haute naissance, et pour comprendre les conflits qui opposèrent les religieuses à leurs supérieurs. Elles ne le cédaient en rien aux religieux pour dénoncer les abus de pouvoir dont elles étaient l’objet ; leur conception de leur honneur en tant que femmes était fondée sur la conscience de leur force morale et de leur dignité22 ; leur préoccupation n’était pas la chasteté, mais le déshonneur qu’il y avait à être traitées en suspectes. Dans le même ordre d’idées, les demandes d’annulation de mariage portées en justice par des jeunes femmes de l’aristocratie, héritières de grands fiefs, n’ont rien à voir avec une conception sentimentale de l’amour, mais étaient étroitement liées à la perte de prestige et à la spoliation dont elles avaient conscience, l’époux qui leur était imposé étant un cadet et non un héritier23.

18L’Homme espagnol a mal vieilli. En cela, il n’échappe pas au sort de la plupart des livres d’histoire lorsqu’ils penchent du côté de la synthèse plus que de la monographie : à côté de chaque paragraphe, on pourrait indiquer des travaux publiés depuis sa parution et qui, considérés tous ensemble, dessinent une tout autre image de l’Espagne. On ne peut que se réjouir de ces avancées de la recherche, telles qu’il serait impossible aujourd’hui de rééditer ce livre. Celui-ci n’en demeure pas moins une balise importante de l’historiographie. D’autres ouvrages de Bennassar ont mieux traversé l’épreuve du temps parce qu’ils ouvraient des voies nouvelles sur des sujets plus pointus, comme Les Chrétiens d’Allah qui reste aujourd’hui une référence pour les spécialistes des conversions religieuses.

Haut de page

Notes

1 Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol. Attitudes et mentalités du xvie au xixe siècle, Paris, Hachette, 1975, coll. « Le temps et les hommes », 252 p. in-8o, dont 13 documents traduits en français. Une chronologie et un glossaire (p. 225-229) complètent l’exposé.

2 Henri Lapeyre, Une famille de marchands : les Ruiz. Contribution à l’étude du commerce entre la France et l’Espagne au temps de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1955 ; Joseph Pérez, La Révolution des Comunidades de Castilla (1520-1521), Bordeaux, Fréret et fils, 1970.

3 Joseph Pérez, L’Espagne des Rois Catholiques, Paris, Bordas, 1971 ; Idem, L’Espagne du xvie siècle, Paris, Armand Colin, 1973.

4 Voir Marcelin Defourneaux, « La Castille du Siècle d’or : Bartolomé Bennassar, Valladolid au Siècle d’or. […] », Annales du Midi, t. 79, no 84, 1967, p. 442-445 ; Joseph Pérez, « Bartolomé Bennassar, Valladolid au Siècle d’or. Une ville et sa campagne au xvie siècle », Bulletin Hispanique, t. 70, no 1-2, 1968, p. 151-159 ; Jean-Pierre Amalric, « Une ville en avance sur l’histoire : Valladolid au siècle d’or (note critique) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 26e année, no 5, 1971, p. 982-1002.

5 Ainsi Pierre Chaunu, passant de Séville et l’Atlantique (thèse soutenue en 1960) à La mort à Paris (1979), ou Jean Delumeau qui après sa thèse sur la Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle (parue en 1957-1959) publia en 1978 La peur en Occident.

6 Florence Hulak, « En avons-nous fini avec l’histoire des mentalités ? », Philosorbonne, 2/2008, p. 89-109. Voir Georges Duby, « Histoire des mentalités », L’histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, 1961, p. 937-966 ; Jacques Le Goff, « Les mentalités. Une histoire ambiguë », in Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire III. Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974, p. 108-109.

7 Raymond Goscinny et René Uderzo, Astérix en Hispanie, Paris, Dargaud, 1969.

8 Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol…, op. cit., p. 10.

9 Marcelin Desfourneaux, La vie quotidienne en Espagne au Siècle d’or, Paris, Hachette, 1964, réédité en 1994 ; Bartolomé Bennassar, « L’Espagne du Siècle d’or : Defourneaux (Marcelin), La vie quotidienne en Espagne au Siècle d’or », Annales du Midi, t. 77, no 74, 1965, p. 465-466.

10 Antonio Dominguez Ortiz, La sociedad española en el siglo xvii, 2 vol., Madrid, CSIC, 1963 et 1970.

11 Julio Caro Baroja, El carnaval, Madrid, Taurus, 1965 ; Idem, Las Brujas y su mundo, Madrid, Revista de Occidente, 1961. Voir le dossier « Julio Caro Baroja y la historia social », Historia Social, no 55, 2006.

12 José Deleito y Piñuela, Solo Madrid es Corte, Madrid, Espasa Calpe, 1942 ; Idem, También se divierte el pueblo, Madrid, Espasa Calpe, 1944 ; Idem, La vida religiosa bajo el cuarto Felipe : Santos y pecadores, Madrid, Espasa Calpe, 1952. Voir Isabel María Gallardo Fernández, José Deleito y Piñuela y la renovación de la historia en España, Valencia, Universidad de Valencia, 2005.

13 Leopold von Ranke, L’Espagne sous Charles Quint, Philippe II et Philippe III, ou les Osmanlis et la monarchie espagnole […], trad. de l’allemand, Paris, Sagnier et Bray, 1845.

14 Edmond Cros, « Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol, attitudes et mentalités du xvie au xixe siècle », Archives de sciences sociales des religions, no 50/2, 1980, p. 242-243.

15 Pierre Goubert, Louis XIV et vingt millions de Français, Paris, Fayard, 1966.

16 Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol…, op. cit., p. 105.

17 Pour un développement sur le sujet : Isabelle Poutrin, « Iglesia, mística y santidad en la España moderna : la aportación de las ciencias religiosas y del hispanismo francés », in Francisco García González (dir.), La historia moderna de España y el hispanismo francés, Madrid, Marcial Pons, 2009, p. 293-304.

18 Madame d’Aulnoy, Relation du voyage d’Espagne, éd. R. Fouché- Delbosc, Paris, 1936. Voir Paul Courteaut, « Le voyage de Mme d’Aulnoy en Espagne », Bulletin hispanique, t. 38, no 3, 1936, p. 383-384.

19 Bartolomé Bennassar, Le Lit, le Pouvoir et la Mort. Reines et Princesses d’Europe de la Renaissance aux Lumières, Paris, De Fallois, 2006.

20 Voir l’introduction aux actes du colloque organisé en 2003 à l’université de Paris-Est Créteil : Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub, « Pour une histoire des princesses européennes à l’époque moderne », in Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d'Europe (xve-xviiie siècle), Paris, Bréal, 2007, p. 8-50.

21 Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol…, op. cit., p. 169.

22 Ángela Atienza López, Mujeres entre el claustro y el siglo. Autoridad y poder en el mundo religioso femenino, siglos xvi-xviii, Madrid, Silex, 2018 ; Isabelle Poutrin, « Las mujeres en el siglo de las reformas religiosas », in José Fernández Ubiña et Manuel Sotomayor Muro (dir.), Historia del cristianismo, vol. 3, El mundo moderno, dir. Antonio Luis Cortés Peña, Barcelone, Trotta Ediciones, 2006, p. 509-550.

23 Isabelle Poutrin, « Assessing consent through external signs. Three cases of madness, repulsion and love before the Tribunal of the Roman Rota (1579-1619) », dossier « Interiority, Subject, Authority: Conversions and Counter-reformation in the Construction of the Modern Subject (16th-17th Centuries) » dir. Fernando Rodriguez-Mediano, Carlos Cañete, Culture & History. Digital Journal 6 (2), December 2017, CSIC. http://cultureandhistory.revistas.csic.es/index.php/cultureandhistory/article/view/122/413

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Poutrin, « L’Homme espagnol : une entrée dans l’histoire des mentalités  », Les Cahiers de Framespa [En ligne], Hors-série 1 | 2020, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/8416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.8416

Haut de page

Auteur

Isabelle Poutrin

Isabelle Poutrin, Professeure d’histoire moderne, Université de Reims Champagne-Ardenne, Centre de recherches en histoire culturelle (CERHiC, EA 2616), membre senior de l’Institut universitaire de France. ORCID : 0000-0002-8182-0769. isabelle.poutrin@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals